Egalité et Réconciliation
https://www.egaliteetreconciliation.fr/
 
A A A
imprimer

États-Unis : les assassinats politiques autorisés par le Président

Le décret 12333 interdisant à la CIA de commettre des "assassinats ciblés" a été abrogé

Le président du Venezuela Hugo Chavez Frias a-t-il été l’objet d’un assassinat ciblé par l’administration Obama ?

Lorsque l’on pose cette question il est bon de rappeler que dans la foulée immédiate des attaques du 11 septembre 2001, le président George W. Bush a restauré les pratiques sordides de la CIA en levant une interdiction par la révocation du décret 11905 promulgué initialement par le président Ford en 1976. Ce décret indiquait :

« Interdiction d’assassiner. Aucun employé du gouvernement des États-Unis ne doit participer à un assassinat politique ou conspirer à cette fin. »

Le président Gerald Ford avait émis le décret 11905 en réaction aux conclusions du rapport intérimaire de l’US Senate Select Committee on Intelligence de 1975 intitulé « Présumés complots d’assassinats impliquant des dirigeants étrangers. »

Ce Comité sénatorial sur le renseignement a été mené par le sénateur Frank Church.

Le rapport intérimaire du « Comité Church » mettait l’accent sur des complots présumés d’assassinats :
• Patrice Lumumba (Congo)
• Fidel Castro (Cuba)
• Rafael Trujillo (République Dominicaine)
• Ngo Dinh Diem (Vietnam)
• Rene Schneider (Chili)

Le président Jimmy Carter a renouvelé l’interdiction avec le décret 12306 :

« Interdiction d’assassiner. Aucun employé du gouvernement des États-Unis ni personne agissant en son nom ne doit participer à un assassinat politique ou conspirer à cette fin. »

En décembre 1981, Ronald Reagan a signé le décret 12333 confirmant l’interdiction promulguée par le président Gerald Ford à la suite du Rapport intérimaire du Comité Church :

« Aucun employé du gouvernement des États-Unis ni personne agissant en son nom ne doit participer à un assassinat politique ou conspirer à cette fin. »

L’abrogation par George W. Bush en octobre 2001 du décret de Reagan 12333 signé en 1981 est extrêmement significative. Elle amorce une transition dans les procédures post 11-Septembre relatives aux exécutions extrajudiciaires. Cela permet au président étasunien d’ordonner « légalement » l’exécution des dirigeants étrangers d’« États voyous ».

Bien qu’elle ait été formulée dans le cadre de la doctrine contre-terroriste post-11-Septembre, la révocation du décret 12333 donne carte blanche au chef d’État étasunien. Dans ce contexte, l’ordre donné à la CIA d’assassiner des dirigeants étrangers proviendrait directement du président des États-Unis :

« [L]’administration Bush a conclu que le décret interdisant les assassinats n’empêche pas le président de désigner légalement un terroriste [ou le dirigeant étranger d’un État voyou] comme cible à abattre clandestinement […] Selon les représentants officiels, le décret de Bush élargit la catégorie de cibles potentielles au-delà de Ben Laden et de son cercle immédiat de planificateurs opérationnels, ainsi qu’au-delà des frontières actuelles de la lutte en Afghanistan. Ce décret permet également d’utiliser la violence de manière plus restreinte que les décrets des 25 dernières années, car les décisions précédentes n’autorisaient pas à planifier explicitement la mort d’un individu […] Au sein de la CIA et d’autres instances gouvernementales […] le débat tourne surtout autour de l’ampleur d’une campagne d’assassinats ciblés […].

[L]a direction des opérations de la CIA, chargée du service clandestin, se souvient d’un passé traumatisant où les échecs des tentatives d’assassinats en Afrique, en Amérique latine et au Moyen-Orient étaient imputés à des agents rebelles. Cette fois-ci, l’agence est déterminée à ne pas laisser la chance au président et à la haute direction de l’agence de « nier plausiblement » leur responsabilité. Cela ne signifie pas que les opérations seront proclamées publiquement, a indiqué une source, mais que la trace écrite au sein du gouvernement devra indéniablement provenir du “leadership politique”.

“[C]e qui importe est la clarté de la chaîne de responsabilités”, a déclaré John C. Gannon, ancien directeur-adjoint de la CIA retraité depuis juin […] J’aimerais que les instructions du président soient le plus clair possible, incluant les noms des individus […] En ayant l’autorité explicite, dit-il, “je crois que les officiers du renseignement sont capables [de commettre des assassinats ciblés], ils suivraient les ordres et je crois qu’ils pourraient réussir”.

Des représentants de la sécurité nationale ont noté que la Maison Blanche et au moins trois départements de l’exécutif conservent déjà une liste sur laquelle des terroristes sont désignés par leur nom […] L’une des opinions, minoritaire, mais exprimée récemment en privé par deux hauts dirigeants de la direction des opérations, est que le service clandestin devrait cibler non seulement les commandants d’Al-Qaïda, mais aussi ses financiers. “Il faut poursuivre les mecs Gucci, les types qui signent les chèques”, a affirmé un tenant de cette vision. Il est plus facile de trouver les financiers, a-t-il ajouté, et les tuer aurait des conséquences dramatiques puisque, habituellement, ils ne sont pas prêts à mourir pour leur cause […] Le représentant Robert L. Barr Jr. (républicain, Georgie) […] a dit que les collecteurs de fonds constituent des cibles d’exécution légitimes : “En vertu des règles traditionnelles de la guerre, ceux qui assistent les belligérants sont des belligérants.”

Si Bush a établi une telle liste, elle fait partie des secrets les mieux gardés du gouvernement. On ignore si des noms lui ont été proposés par le service clandestin ou s’il a signé des décrets équivalant à des arrêts de mort individuels […]. »

(Washington Post, 29 octobre 2001, c’est l’auteur qui souligne.)

L’opinion publique étasunienne est portée à croire qu’une politique d’« assassinats ciblés » est nécessaire en temps de guerre pour « combattre le mal » et défendre la démocratie.

Au moment de la révocation du décret 12333, Washington avait laissé entendre qu’Al-Qaïda n’était pas la seule cible et que les dirigeants étrangers des « États voyous » ou des pays « abritant le terrorisme international » pourraient également être l’objet d’« assassinats ciblés ».

L’abrogation du décret 12333 en 2001 a jeté les bases d’importantes procédures, lesquelles, sous Obama, ont récemment donné lieu à l’approbation au Congrès d’assassinats ciblés d’étrangers et de citoyens étasuniens. Ces procédures englobent de facto l’assassinat de chefs d’État étrangers.

Les dirigeants étrangers que Washington n’« aime pas », peuvent être ciblés. La criminalisation totale de la politique étrangère des États-Unis, dérogeant au droit international, constitue le véritable enjeu.

En ce qui concerne le président Chavez, il est important de souligner qu’il existe des procédures clairement définies relativement à l’assassinat « légal » de chefs d’État étrangers par le gouvernement des États-Unis, prétendument pour des raisons de sécurité nationale.

Il y a des listes secrètes de noms, comme l’ont confirmé des sources gouvernementales.

Les ordres de tuer un dirigeant étranger et exécutés par la CIA émanent du président des États-Unis.

Michel Chossudovsky

Article original : « The Death of Hugo Chavez. Executive Orders to “Assassinate Foreign Leaders” Emanate Directly from the US President »

Pour aller plus loin, avec Kontre Kulture :

Traduction : Julie Lévesque pour Mondialisation.ca

 



Article ancien.
Les commentaires sont désactivés



Alerter

14 Commentaires

AVERTISSEMENT !

Eu égard au climat délétère actuel, nous ne validerons plus aucun commentaire ne respectant pas de manière stricte la charte E&R :

- Aucun message à caractère raciste ou contrevenant à la loi
- Aucun appel à la violence ou à la haine, ni d'insultes
- Commentaire rédigé en bon français et sans fautes d'orthographe

Quoi qu'il advienne, les modérateurs n'auront en aucune manière à justifier leurs décisions.

Tous les commentaires appartiennent à leurs auteurs respectifs et ne sauraient engager la responsabilité de l'association Egalité & Réconciliation ou ses représentants.

  • La routine mon Général, la routine...


  • Au moins c’est clair.
    Démocratie ahahahahah !
    Droits de l’homme ahahahaha !
    Maintenant on sait que c’est le pays du parrain.


  • On s’aligne sur Israel qui reconnait pratiquement assassiner des savants atomistes Iraniens . Dans quelques années la racaille sioniste qui nous dirige fera de meme .

     

    • C’est déjà fait depuis longtemps : la vingtaine de morts suspectes autour de l’affaire des frégates de Taïwan, Bérégovoy, l’affaire plus que louche de Merah, Coluche, certains juges un peu trop zélés... y en a plein.
      Il n’y a pas de preuves mais en tout cas les assassinats politiques c’est pas nouveau et la France n’échappe pas à la règle. Sionistes au pouvoir ou pas...
      Ce qui est inquiétant avec les USA c’est que chez eux ça devient légal !!!


    • Déjà fait depuis longtemps mais en France on cache cela derrière un accident de la route ou un suicide avec deux balles dans la tête tirées à l’arrière du crâne...


    • Pour ce qui est des savant iraniens, le chef du MI6 a carrément déclarer qu’il en a fait exécuter. Source du figaro : http://recherche.lefigaro.fr/recher...
      Pour ce qui est des attentats ciblés en France ; selon E. Ratier, le Président a le droit de faire assassiner n’importe qui dans le monde, et sarkozy a été celui qui a utilisé le plus ce droit. Je ne trouve plus la source, mais je me souviens que c’était une vidéo.


  • La loi du talion est dépassée ; dans le Talmud je crois qu’il est écrit : si quelqu’un se lève pour te tuer, tue le ; et si ce quelqu’un se lève seulement pour aller pisser ? Le Talmud est en train de gangréner les codes de lois laics de l’Occident . Ces codes laics sont aussi attaqués par les partisans de la Charia . L’Occident, qui a pratiquement tout inventé en matière de sciences et de technique , est menacé par des fanatiques religieux complètement arriérés dont l’éthique a 25 siecles de retard pour les Juifs et 14 siècles de retard pour les Musulmans .

     

  • rien de surprenant a cela, a mon avis c’est comme cela dans tous les Etats du monde...


  • Dans le film ARGO j’ai trouvé intéressant de noter que devant un des bureaux de la CIA, on y voit filmé, une statue de ...Saturne...
    Autre chose troublante, cette analogie, entre le logo de la CIA et le virus du Sida...


  • c’est une déclaration de guerre à toutes les nations !
    ils sont trop fort !
    mais qu’est ce qui empêcherait que certains pays suivent cet "exemple" contre eux.


  • On peut penser ce que l’on veut sur les dégénérés americains et leur dirigeants, il m’est avis que quand un gouvernement quel qu’il soit a decidé de supprimer une personne "encombrante" il va pas se gener.
    Je ne crois pas, par exemple, que mitterand, chirac, le nain et mème le flan aient les mains toutes propres à la Blanche Neige....

     

    • Pour ce qui est de ces quatre là , on ne sait pas mais on le devine fortement alors que pour la grande ZOHRA la question ne se pose même pas de savoir si elle avait les mains propres en tout cas pas celles des Jacques FOCCART, Dominique PONCHARDIER, Roger FREY Paul COMITI qui devint le garde du corps du Général , Mathieu MATTEI, cousin d’Alexandre Sanguinetti, Roger Barberot, Philippe Berrier, Paul Chassin et Jean Bernasconi et autres Charles PASQUA....


  • C’est plutôt positif comme décret.
    On peut donc aux états-unis éliminer les vermines politiciennes.
    Bush père & fils en premier, sans se retrouver à guantanamo.

    Si quelqu’un est intéressé, une liste peut-être mise à disposition,
    comprenant quelques politiciens Français, Anglais et Européens.

    Pour le candidat sa fortune est faite, il pourra garder les biens personnels des liquidés,
    L’un d’eux, chez nous en France aurait 5 milliards d’Euros..................(! !!!)