Egalité et Réconciliation
https://www.egaliteetreconciliation.fr/
 
A A A
imprimer

Europe : le grand dilemme de l’Allemagne

The Economist a mis en couverture cette semaine un dessin où on voit un bateau qui représente l’économie mondiale s’enfoncer dans l’eau avec une phrase « Pouvez-vous démarrer les moteurs maintenant, madame Merkel ? ». Un résumé un peu simpliste du dilemme de nos voisins.

Le paradoxe de l’euro outre-Rhin

Le passage à la monnaie unique européenne, qui n’était pas souhaité en Allemagne, et qui est regretté en majorité aujourd’hui, a été extrêmement ambivalent pour Berlin. D’une part, ce pays, grande puissance exportatrice, est entrée dans cette union à un cours élevé (après les derniers ajustements monétaires), ce qui a poussé le pays à bloquer les salaires pour retrouver sa compétitivité, pénalisant pendant longtemps sa croissance et le niveau de vie de sa population.

Oui, les Allemands ont fait de gros efforts pour soutenir leurs entreprises exportatrices, sur lesquelles repose leur économie. Mais dans un régime de monnaie unique européenne, comme on pouvait le pressentir dès les années 1990, cet ajustement provoque un gain permanent, qui ne peut pas être effacé par des dévaluations si vos voisins conservent un taux d’inflation des salaires supérieur au vôtre, ce qui permet de gagner commercialement.

Résultat, l’Allemagne fait sa croissance au détriment de ses partenaires européens qui voient leur déficit vis-à-vis de la première économie du continent s’envoler. Cette situation est extrêmement malsaine car la croissance allemande dépend de l’achat à crédit de produits allemands par les consommateurs italiens, espagnols, grecs ou français. Et comme on ne peut pas s’endetter toujours plus ad vitam aeternam, la situation finit par se bloquer, ce qui est le cas depuis 2 ans et demi.

A pile ou face ?

L’Allemagne se retrouve face à un gros dilemme. Faut-il refinancer ses partenaires européens pour éviter la fin de la monnaie unique et protéger leur économie des dévaluations qui s’en suivraient ou faut-il refuser les plans de refinancement dispendieux ou les mécanismes de solidarité budgétaire évoqués par certains et taxés de « Transferunion » outre-Rhin, quitte à provoquer la fin de la monnaie unique ? Pour l’instant, l’Allemagne hésite et a opté pour un entre-deux.

Le soutien aux fonds européens a engagé le pays à hauteur d’environ 200 milliards, ce qui n’est pas rien, mais reste gérable, d’autant plus qu’une partie sera remboursée (même si la partie grecque a peu de chance d’être revue à plus de 50%...). Cela a permis à l’expérience monétaire européenne de continuer. Le problème est que cette voie médiane, agrémentée de plans d’austérité suicidaires, a plongé l’économie européenne dans une nouvelle récession.

C’est pourquoi certains disent qu’il faut aller plus loin dans l’intégration, discours que tient volontiers Angela Merkel, mais qui se limite pour l’instant aux contraintes et surtout pas au budget ou aux euro obligations. Par-delà la désagréable tonalité de ceux qui semblent dire « l’Allemagne paiera », il faut souligne qu’il est tout sauf évident que cela marcherait. Bref, la zone euro reste dans une impasse, ce qui amène à se demander si l’euro n’est pas responsable de cette impasse.

En fait, si l’Allemagne ne semble pas vouloir prendre l’initiative de la fin de l’euro, on pourrait imaginer qu’elle fasse mine de soutenir la monnaie unique tout en faisant tout ce qu’il faut pour qu’un autre qu’elle ne provoque la fin de cette union monétaire qu’elle n’a jamais vraiment voulu.

 



Article ancien.
Les commentaires sont désactivés



Alerter

3 Commentaires

AVERTISSEMENT !

Eu égard au climat délétère actuel, nous ne validerons plus aucun commentaire ne respectant pas de manière stricte la charte E&R :

- Aucun message à caractère raciste ou contrevenant à la loi
- Aucun appel à la violence ou à la haine, ni d'insultes
- Commentaire rédigé en bon français et sans fautes d'orthographe

Quoi qu'il advienne, les modérateurs n'auront en aucune manière à justifier leurs décisions.

Tous les commentaires appartiennent à leurs auteurs respectifs et ne sauraient engager la responsabilité de l'association Egalité & Réconciliation ou ses représentants.

  • #166484
    le 10/06/2012 par rabachet
    Europe : le grand dilemme de l’Allemagne

    Pas d’accord avec le début de l’article, fausse analyse économique.
    Au contraire le passage à l’euro nous a mis au niveau du deutschmark, puisque 1 € = 6.6 fr.
    Et donc l’Allemagne à gagné énormément sur les pays du sud qui n’avaient pas sa compétitivité.
    Elle n’a pas gagné en compétitivité du seul fait du blocage des salaires, ce qui entre parenthèse a été le lot de tous les pays €.
    Ce qui a généré une ultra compétitivité de l’Allemagne c’est surtout le passage à l’€ et accessoirement le blocage des salaires.

     

    • #167127

      Faux et mensonger !

      L’euro a été imposé sous la menace à l’Allemagnme qui n’en voulait pas. C’est le voyou Mythe Errant et la Grande Brenagne qui ont récidivé l’armistice de novembre 1918.

      Avec l’euro est l’allemagne est la meilleure. Sans l’euro l’Allemagne sera aussi la meilleure. Elle est la meilleure dans tous les cas, car le peuple allemand est le peuple le plus honnête d’europe car il est sup..... aux autres de par sa nature dont découle son honnêteté et sa loyauté. Cette qu’il est LE SEUL à posséder en Europe et dans le monde. Là est la véritable explication !


    • #167459

      L’Euro apporte un avantage compétitif énorme sur ses voisins, car ils ont su faire accepté à leur peuple, une politique de désinflation compétitive, compétitivité acquis seulement sur ses voisins ayant eux aussi adoptés la monnaie unique. Bien qu’effectivement le peuple allemand est surement le plus capable à l’heure actuel, la fin de la monnaie commune serait un coup dur pour ses exportations Européennes.