Egalité et Réconciliation
https://www.egaliteetreconciliation.fr/
 
A A A
imprimer

Évacuation de la fac de Tolbiac : l’extrême gauche se cherche un martyr

Ils pensaient déclencher une nouvelle révolution française, mélange de 1789 et de Mai 68, ils n’ont réussi qu’à prendre en otage les vieux murs d’une pauvre fac du XIIIe, et ont fini par se faire cueillir à 5h du matin par une armée de 300 CRS (selon les insurgés). Quand on va en guerre, on met des veilleurs, même et surtout la nuit ! Les Indiens, sur ce coup, c’étaient les flics.

« De l’autre côté de la rue, encore abasourdis par leur évacuation violente au petit matin, une vingtaine d’occupants font cercle, assis à même le sol, entourés par quelques dizaines de sympathisants, curieux et habitants du quartier. Certains terminent leur nuit, brutalement interrompue, dans des sacs de couchage. D’autres profitent de la solidarité des riverains, qui les ravitaillent en boissons et nourriture.

Parmi les occupants, se trouve Lucas, déjà rencontré quelques jours plus tôt. Les yeux mangés par le manque de sommeil, cet occupant de la première heure donne une autre version des faits que celle de la préfecture : “À cinq heures du matin, les guetteurs nous ont averti de l’arrivée de la police. Il y avait 300 CRS. Ceux à l’extérieur portaient des fusils d’assaut. Ceux à l’intérieur, des tronçonneuses, des matraques et des gazeuses. Ils ont tout défoncé, et maintenant, ils nous font porter le chapeau pour les violences qu’ils ont commises.” »

Récit par un témoin du presque martyr, toujours sur le site reporterre.net :

« Désiré (le prénom a été changé, NDLR), présent depuis neuf jours, rapporte les détails de l’accident : “On s’échappait par les toits, à l’arrière du bâtiment, pour descendre dans une petite rue à côté. Les gars de la BAC [Brigade anti-criminalité] étaient à nos trousses. Un camarade a voulu enjamber le parapet pour se laisser glisser le long du mur. Un baqueux lui a chopé la cheville. Ç’a l’a déséquilibré, et le camarade est tombé du haut du toit, en plein sur le nez. On a voulu le réanimer. Il ne bougeait pas. Du sang sortait de ses oreilles…”

Désiré et ses camarades ont aussitôt appelé les pompiers, “en courant”. Emmené par les pompiers, dans un état d’inconscience, on ne sait pas dans quel hôpital il se trouve. Quoi qu’il en soit, la rue où a eu lieu sa chute demeure barrée par la police. Désiré, qui est allé y jeter un coup d’œil, revient, fulminant de rage : “Les enfoirés ! Ils ont effacé toutes les traces de sang !” »

 

Beaucoup de jeunes occupants ont cru à la révolution. Celle-ci nous promet un match retour d’ampleur inégalée. Les bourgeois tremblent :

 

 

On ne sait pas trop ce qu’ils vont occuper maintenant. De toutes les façons, ils ont foiré leurs partiels – c’était l’objectif inavoué de beaucoup de « révolutionnaires » – et ils vont devoir retourner dans leur fac pourrie.

Pourquoi pourrie ? Parce que la fac française manque de moyens, d’espace, il y a trop de monde, et pas toujours au niveau. L’agenda des nouveaux cours de l’université libre en atteste :

 

 

Il est vrai que les étudiants grévistes n’étaient pas avares de contradictions, on en veut pour preuve cette réunion raciste contre le racisme à Nantes :

 

 

Les médias tentent de récupérer un peu de l’écume de cette contestation. Chez Pujadas, sur LCI, on a cherché le clash en invitant une étudiante bien farcie de « genre » et de « racisés » face au méchant Robert Ménard. Le discours de la jeune Blanche genrée antiraciste mais non racisée, éponge de toutes les injonctions gauchisantes qui te dégomment un cerveau en moins de deux, résume tout :

 

 

On tient là une future Caroline Fourest ! Il ne manque plus qu’une louche de sionisme et notre étudiante aura coché toutes les cases.

Après la mise au pas des glandeurs de Tolbiac (qui ont ensuite bloqué la porte de Paris et qui cherchent à occuper la fac de Censier), c’est la guerre sur Twitter pour savoir où est « le blessé grave ». La presse mainstream crie au fake, les insurgés parlent de l’hôpital Cochin.

 

 

L’extrême gauche attend donc son martyr. Qui commence à se faire attendre sérieusement. Car une mobilisation qui finit en dispersion surprise et en défaite à plate couture face à la police fasciste a besoin d’un martyr pour renverser la vapeur médiatique.

 

 

La préfecture dément qu’il y ait eu un blessé grave :

 

 

Allo ? Tu veux faire la révolution et t’as pas de martyr ? Non mais allo quoi ! Y a-t-il un martyr volontaire dans l’avion pour sauver l’extrême gauche ?
C’est peut-être le gros point faible de ce « combat » : personne ne veut souffrir pour lui. Il faudra alors se rabattre sur l’étudiant qui a eu mal au coude, qui donne l’huile du même nom :

« Après des recherches faites auprès des services de secours et différentes unités de réanimation des hôpitaux su secteur, "aucun blessé grave qui puisse être en lien avec l’opération" n’a été recensé et "un jeune homme a été conduit par les pompiers à la Pitié Salpêtrière pour une douleur au coude" puis en est sorti de lui-même moins de 1h30 plus tard. » (Source : huffingtonpost.fr)

Le niveau baisse, voir sur E&R :

 

Éducation ou conditionnement ?
Lire chez Kontre Kulture :

 






Alerter

73 Commentaires

AVERTISSEMENT !

Eu égard au climat délétère actuel, nous ne validerons plus aucun commentaire ne respectant pas de manière stricte la charte E&R :

- Aucun message à caractère raciste ou contrevenant à la loi
- Aucun appel à la violence ou à la haine, ni d'insultes
- Commentaire rédigé en bon français et sans fautes d'orthographe

Quoi qu'il advienne, les modérateurs n'auront en aucune manière à justifier leurs décisions.

Tous les commentaires appartiennent à leurs auteurs respectifs et ne sauraient engager la responsabilité de l'association Egalité & Réconciliation ou ses représentants.

Suivre les commentaires sur cet article

Afficher les commentaires précédents
  • Qui est cette fille de 19 ans ?
    Qui sont les parents de cette fille de 19 ans ?
    Elle explique que les racisés sont des personnes de couleur mais avant cela, un des invité qui à la peau blanche, lui demande si il peut venir et elle lui répond "oui si vous êtes racisé". Là est dans la contradiction !
    Les blancs en ont assez de se faire traiter de racistes et de devoir courber l’échine.
    Bientôt être blanc sera condamnable, il serait temps que les gens se réveillent !

     

    Répondre à ce message

    • On se demande en effet qui sont les bizarroïdes qui ont enfanté ce pur produit de la gauche régressive au service du grand capital (un travelo dépense pour deux en maquillage et outils). On voit bien qu’il y a une génération complète de parents qui n’ont pas fait leur boulot, trop occupés à jouir sans entraves.

      J’aimerais bien qu’elle se retrouve seule dans un quartier chaud un vendredi soir entouré de hordes de migrants alcoolisés pour voir s’il n’y a pas de racisme anti-blanc. Elle réaliserait que ces nouveaux amis ne sont pas trop du type à "échanger des idées anti-oppressives dans le respect des genres".

      On se demande vraiment ce qu’ils feraient ces hurluberlus s’il y avait un vrai cataclysme ou une guerre mondiale. Ils ont une vision totalement fausse et féérique du monde.

       
  • L’Etat français se prend en pleine poire le boomerang qu’il a lancé à partir des années 80 qui consiste à faire en sorte que plus de 70 % des 18-20 ans obtiennent le bac. Il n’est donc pas étonnant qu’aujourd’hui les universités soient submergés par des pseudo-étudiants qui n’ont obtenu le bac que parce que le niveau de cet examen a drastiquement baissé. En 1970, seulement 20 % des 18-20 obtenaient le bac (bac général et technologique confondus) parce qu’en 1970 il était très difficile d’obtenir ce diplôme.

     

    Répondre à ce message

  • Ceux qui sont sur le plateau semblent complètement dépassé par ce qui se présente devant eux. Ils n’ont pas d’arguments qui portent car elle parle une autre langue, utilise des concepts tordus, aberrants. Voilà ce que des années de gauchisme juvénile est arrivé à faire d’une jeune fille qui n’a pas l’air si bête.
    Il faut dire qu’on a l’impression d’être devant un alien qui ne fonctionne pas comme un être humain normal.

     

    Répondre à ce message

  • #1949059

    J’imagine le filtrage d’entrée des assemblées "racisées" :
    Un gros black, nuancier de couleurs à la main, évalue ma teinte de peau :
    — Désolé mon gars, tu es trop clair, y’a que les vrais racisés qui entrent.
    — Mais je suis métis : mon arrière-grand-père était tireur sénégalais !
    — Oui, mais bon, on s’en fout, tu es racisé trop blanc, regarde : il te manque au moins trois degrés de négritude sur l’échelle de Hitler...
    — Et si je me racise en prenant des bains de soleil, je pourrai retenter ma chance la semaine prochaine ?
    — Oui, bien sûr, on est tolérants et ouverts d’esprit. D’autant qu’il y aura une grande conférence racisée sur la lutte contre les discriminations racistes...

     

    Répondre à ce message

  • Message à Dieudo,

    Je pense que tu devrais lui envoyer une invitation au palme de la quenelle d’or !

    C’est juste énorme le talent de cette jeune fille qui veut un débat " racisé" et "genré" pour "débattre" (censé ramener tout le monde autour de la table).

    Là, tu as une championne !

    Les amis, pour ma part, j’ai rit à en pleurer, j’ai les laaaarmes aux yeux !! Fourest 2.0.

     

    Répondre à ce message

  • u aurais pas aimer la rencontrer en 1789,

     

    Répondre à ce message

  • la ptite meuf qui parle a menard est nee en 1999...vous rendez vous compte, elle a meme pas pu voir les 2 buts de zizou en direct contre le bresil !

    elle devrait aller faire un tour dans le neuf trois entre minuit et 2 heures du matin, seule, a montrer ses gambettes d’oie pour voir

    ou peut etre un jour prendre un billet d’avion pour Johannesburg et aller se faire violer dans un champs, elle saurait ce que racisme veut dire, sister

     

    Répondre à ce message

    • #1949255
      Le 22 avril à 11:10 par Palm Beach Post : "Cult !"
      Évacuation de la fac de Tolbiac : l’extrême gauche se cherche un (...)

      "elle devrait aller faire un tour dans le neuf trois entre minuit et 2 heures du matin, seule, a montrer ses gambettes d’oie pour voir"

      Les mecs qui sont debout toute la nuit dans le 93 ont autre chose à gérer.

      Sans compter ceux qui profitent de la nuit pour dormir, avant que n’arrive légalement 6 heures du matin.

       
  • Elle utilise des termes venant de la sociologie étatsunienne qui décrit une société communautarisée à l’extrême et qui ne s’applique pas à un pays sous occupation étrangère depuis 1945 comme la rance. En tant que bourgeoise de la classe dominante, elle fait évidemment partie du système oppresseur, elle et ses pairs étant le problème, pas la solution.

     

    Répondre à ce message

  • "C’est vrai, pour vous c’est très difficile, je comprends, qu’avouer que vous êtes blanche, c’est un vrai problème".
    J’ai éclaté de rire à l’énoncé de cette phrase par Ménard, ridiculisant cette fille à juste titre.
    Elle doit probablement se sentir appartenir à une minorité, honteuse d’elle-même : celle des blancs pro-racisés, pensant que la quasi-totalité des blancs sont anti-racisés, donc raciste. Oh la la , je m’y perd ...

     

    Répondre à ce message

  • #1951665

    Alors les soixante huitards du dimanche, on manifeste plus pour le rattachement de Monaco ?

     

    Répondre à ce message

Afficher les commentaires précédents