Egalité et Réconciliation
https://www.egaliteetreconciliation.fr/
 
A A A
imprimer

Finkielkraut réussit une chronique anti-Johnny, anti-Français et anti-musulmans !

Mais pro-Israël

Fidèle à sa supraculture, le sioniste de droite de France Cul et RCJ convoque Proust pour accuser les fans de Johnny d’aimer la « mauvaise musique »... par rapport à « Barbara » ou « Camille ». Les goûts ne se discutant pas, nous ne discuterons pas l’opinion tout à fait respectable et libre de l’agent atlanto-sioniste antifrançais et antimusulman déguisé en philosophe de comptoir casher.

 

Ceci étant dit, la charge anti-« petits Blancs » et anti-musulmans sonne plus comme du racisme que comme une opinion. Et là, on ne peut qu’être d’accord avec Jakubowicz, BHL et consorts : le racisme n’est pas une opinion, c’est un délit. On attend donc les courriers incendiaires de la LICRA et du CRIF – ces deux parrains du vallsisme – adressés au propriétaire d’une case sur le service public et d’une case sur le service ultracommunautaire, deux services antinomiques si l’on y réfléchit bien.

Finky à 2’34 et 2’57 :

« Non, nous sommes un certain nombre dans toutes les classes sociales à n’avoir rien en nous de Johnny... Mais là, là où la dictature émotionnelle se fait vraiment inquiétante, c’est quand Aurore Bergé, la plus en vue des députés En Marche !, compare la ferveur de Johnny avec ce que la France avait connu pour Victor Hugo. »

C’était effectivement exagéré. Mais Élisabeth Lévy attaque aussitôt dans le social-méprisant, à 3’20 :

« Si vous voulez mais dans cette espèce de truc vraiment populaire pour le coup, de gens dont beaucoup n’étaient pas parisiens d’ailleurs d’après ce que j’ai pu voir, si vous voulez y a peut-être quelque chose de commun, certes les prostituées ne se sont pas hier “données” à Paris... »

Cependant Finky a raison quand il refuse le parallèle Hugo/Johnny, la haute poésie française et l’interprète de la musique américaine en France. Là, tout à fait d’accord avec l’atlanto-sioniste de droite dure. Mais Finky oublie une chose et une chose d’importance dans sa diatribe, qui semble raisonnable (à 4’31) :

« Et quand j’ai vu des parlementaires français faire une ovation debout à Johnny Hallyday, la phrase terrible d’Edgar Quinet m’est revenue une nouvelle fois en mémoire, “le véritable exil n’est pas d’être arraché à son pays, c’est d’y vivre et de n’y plus rien trouver de ce qui le faisait aimer”. »

Les parlementaires, les ministres, le Premier d’entre eux et le Président qui se couchent devant Netanyahou le 11 janvier 2015 après les attentats de Paris, c’est encore pire ! Avec Johnny, on est dans la petite musique ; avec Netanyahou, on est dans la trahison nationale !

À 11’40, Lévy & Finky passent aux choses sérieuses avec Jérusalem, le CRIF, Trump et Netanyahou. Alors que la Lévy ne peut réprimer un sourire victorieux, tout en souhaitant (à 12’20) « tout le succès qu’elle mérite » à la convention du CRIF de ce dimanche 10 décembre 2017, Finky comprend le piège trumpien qui va mettre le feu à Israël dans tout le monde arabe. Le Grand Israël est mal barré et le CRIF aveuglé par son ultrasionisme !

Finky à 16’20 :

« Je suis donc aujourd’hui partagé entre deux craintes, deux désolations, celle que m’inspire l’imbécillité de la politique américaine, celle que m’inspire le fanatisme islamique. »

La suite est une discussion de fin de banquet entre deux sionistes qui pinaillent sur des détails. Sauf que Trump est tout sauf un imbécile.

 

 

Et le clou final, à 23’08 :

« C’est très inquiétant parce qu’on a l’impression que la Palestine n’est pas une nation composée de chrétiens et de musulmans mais le fer de lance du monde islamique tout entier. Alors est-ce que la Palestine c’est un milliard d’habitants ou non, voilà aussi la question que je me pose avec une certaine terreur. »

Explication en trois volets de l’impunité médiatique d’un intellectuel ultracommunautaire antifrançais,
sur Kontre Kulture

L’incompréhensible surmédiatisation d’un penseur
responsable de propos racistes, voir sur E&R :

 



Article ancien.
Les commentaires sont désactivés



Alerter

92 Commentaires

AVERTISSEMENT !

Eu égard au climat délétère actuel, nous ne validerons plus aucun commentaire ne respectant pas de manière stricte la charte E&R :

- Aucun message à caractère raciste ou contrevenant à la loi
- Aucun appel à la violence ou à la haine, ni d'insultes
- Commentaire rédigé en bon français et sans fautes d'orthographe

Quoi qu'il advienne, les modérateurs n'auront en aucune manière à justifier leurs décisions.

Tous les commentaires appartiennent à leurs auteurs respectifs et ne sauraient engager la responsabilité de l'association Egalité & Réconciliation ou ses représentants.

  • Pour une fois je suis en partie d’accord avec Finkie : l’hommage rendu à Johnny fut excessif en tous points ; Edith Piaf et Aznavour représentent bien mieux la langue et la chanson française ; Johnny était un américain déguisé en Français...
    Pour le reste, c’est du Finkie tout craché, rien de nouveau sous le soleil...

     

    • De qui vient l’expression "rien de nouveau sous le soleil " ?
      Roi Salomon dans l’Ecclesiaste... Le roi qui a construit le premier Temple des Juifs a.... Tel Aviv ?


    • Johnny était un interpréte hors pair qui dégageait une émotion considérable..il faut juste le considérer sous cet angle et comparer ce qui est comparable. Marre du Hallyday bashing pour se prendre pour un intello..


    • Je partage l’avis de Matador. Pourtant je ne suis pas du tout fan du blond et j’en prends plein les oreilles depuis son décès. Mais Johnny Halliday avait une voix, un style et des heures de représentations derrière lui. Et il chantait essentiellement en français. On va pas emmerder les gens juste parce qu’ils ont voulu lui rendre hommage.

      Quant à Finkie et Elisabeth "Yatrodkwa", ils peuvent gesticuler jusque’à demain : on les voit plus.


    • Non, c’était un français déguisé en américain


    • mais un grand interprète et qui chantait en français correct


    • Oui, assez d’accord avec vous sur les excès mais lui ce n’est pas ça qu’il critique , il critique simplement le peuple français qu’il semble mépriser avec un air de supériorité...


    • "Jhonny" était Belge, sans vouloir casser votre joie...


    • Johnny un "héros français" ? Qu’a-t-il fait d’autre que chanter (très bien) des chansons pour la plupart traduites de l’américain, baiser plein de gonzesses, fumer (il en est mort), se droguer, conduire très vite de belles bagnoles ? Les sionistes l’apprécient : il a fait gagner une montagne de fric à ses producteurs, presque tous israélites, c’était une de leur meilleure gagneuse .


    • nON ! C’est le contraire.
      C’était un Français déguisé en Américain qui, à ses 17 ans, voulait être l’Elvis français, comme nous le rappellent ces derniers jours tous les médias anglo-saxons pour
      mieux marquer leur mépris de notre Johnny national.
      Ses détracteurs oublient que les rappeurs et toute la jeunesse des banlieues françaises sont américanisées jusqu’au délire.
      Les meilleurs musiciens de la planète ont joué pour Johnny, l’ont suivi fidèlement dans ses tournées de Hendrix à Robin Le Mesurier en passant par Poupaud et yodélice, Zlap, tous rêvaient de jouer avec lui, tous l’admiraient à un point que vous ne pouvez imaginer,
      Johnny était moqué par les sales types de Canal + qui l’humiliaient chaque soir .
      Mais les sceptiques qui arrivaient à ses concerts pour la première fois, en ressortaient Johnnyphilisés à mort.
      L’émotion que sa mort suscite irrite seulement les ombrageux , les jaloux d’une France dont ils se savent exclus.
      Oser comparer Aznavour et Hallyday, c’est du n’importe quoi, ils ne jouaient pas dans la même catégorie. Aznavour n’a jamais su ELECTRISER des foules de fans. Jamais.


  • D’Ormesson avait appuyé l’entrée à la Cacadémie française de ce gus.

     

  • Ceux qui reprochent à Johnny d’avoir importé le rock et le blues étasuniens en France oublient que la culture musicale étasunienne était aussi étrangère aux artistes britanniques que sont les Rolling Stones, les Beatles, les Who, David Bowie, Elton John, etc. qu’elle l’était à Johnny

     

    • Ce que ces artistes anglais ont retenu de l’Amérique,c’est le blues du sud qu’ils ont assimilés et réexportés là bas...Les Stones et Led Zeppelin peuvent en témoigner !


    • Sauf qu’ils ne mettaient pas des paroles GB sur de la musique US ... Aucun Britannique n’a jamais chanté "Something of Tennessee" ! Bowie est un nul, mais tous les autres artistes que tu as cités, plus Super Tramp, écrivaient et composaient leurs oeuvres.


    • @ Eric94
      Johnny n’a pas importé le rock’ n roll en France qu’il a découvert que tardivement, car c’est Michel Legrand surnommé Big Mike revenant d’une tournée aux États-Unis, en mai 1956, qui rapporta dans ses bagages, des disques de rock’n roll, genre qui commence à faire fureur outre-Atlantique (Presley vient tout juste d’entrer dans les charts). Entre le 31 mai et le 5 juin 1956, ce nouveau rythme fait deux nouveaux adeptes : Henry Cording aka Henri Salvador et Vernon Sinclair aka Boris Vian. En une après-midi, et en rigolant comme des fous, nos trois compères écrivent et composent les quatre premiers rock’n and roll français.


    • Bowie a composé de la pop anglaise, s’est tourné vers l’Amérique qu’il a détestée et il est revenu sur la fin à la pop anglaise.


  • Johnny méritait cet hommage car quelque soit le produit qu’il vendait il le faisait bien et en aimant son public. Son public lui rend bien aujourd’hui.

    Oui, dans sa popularité et dans sa générosité il rejoint un Victor Hugo et il bénéficia d’un hommage national comme lui.

    La musique est au XXe siècle ce que la littérature découpée dans des chroniques journalistiques fut au peuple d’Hugo.

    Si la culture est nivelée par le bas c’est qu’elle est aussi accessible au plus grand nombre. La masse choisit ses dieux.

    Je ne suis pas d’accord avec les avis pointant du doigt qu’il était le porte parole de l’Amérique décadente. Pour les générations précédentes n’oubliez pas que l’Amérique était un souffle de liberté, d’espérance et de réelle démocratie.

    Johnny porta ce message en France au travers du rock et non pas celle d’une Amérique dégradée et sous valorisée culturellement.

    Aujourd’hui l’Amérique n’est plus un pays libre, c’est un pays ravagé par le capitalisme financier et la démocratie est en berne depuis le 11/9. Ce n’est pas cette Amérique que Johnny vendait, ni celle des Mac Do.

    Si vous voulez vous en prendre aux messages pervers véhiculés par la musique, alors liez tout ça au hip hop, au rap, qui si au début étaient contestataires sont devenus des outils marketing de promotion de la drogue et du capitalisme sauvage des années Reagan.

     

    • Aujourd’hui l’Amérique n’est plus un pays libre

      Et la France, tu penses qu’on est plus libre ou pas ? Je vais être honnête, j’ai longtemps pensé que la France était le pays des libertés, bien loin devant tout le reste du même et en particulier les états-unis. C’est ce qu’on m’avais mis dans la tête, et ce que j’ai vécu durant mon enfance à une époque où il faisait encore bon vivre en France sans (trop) se soucier de politique.

      Aujourd’hui, je considère les USA comme un pays largement plus libre que la France. En particulier en ce qui concerne leur 1er amendement qui est de loin, de très très loin, plus tolérant qu’en France (même si nous n’avons pas les mêmes bases constitutionnelles c’est évident).

      Bien sur, les USA ont leurs défauts, ils sont nombreux. Mais en ce qui concerne la liberté d’opinion et de parole, la France est devenu une formidable usine à museler l’opinion. Et en terme de soumission à l’oligarchie, les USA sont du bon côté du manche, si je peu appeler ça un bon côté bien entendu.

      Bref ; ajoute à ça, que je rêve de visiter le parc national de Yellowstone, et celui du Grand Canyon. Alors me viennent les paroles de Led Zeppelin "There’s a feeling I get, when I look to the west". Mais avant ça j’ai déjà tellement de coin de mon pays qui me font de l’œil que je risque de passer à côté des grands espaces avant de claquer.


    • Ce que je dénonçais plus haut, c’est plutôt le côté excessif et démesuré de cet hommage. J’aime Bien Johnny mais ce n’etait Pas le meilleur chanteur qui fut : il avait tendance à beugler certaines chansons (n’est pas Sinatra ou Lisa Minelli qui veut), là où je préfère moi les chanteurs élégants et droit comme un i...Johnny n’etait Pas plus grand que Aznavour ou Piaf...


    • @ MaxC

      Les USA ne sont plus une démocratie et la presse comme en France est contrôlée et orientée. Quelques journalistes ont le droit à la parole mais cela débouche rarement sur une enquête.

      La France c’est pire : ni démocratie ni liberté d’expression ni d’opinion. Même les étrangers le disent.

      L’édition est encore relativement libre mais en général les médias ne font pas de pubilicité aux livres qui dérangent.

      Aux USA les livres qui dérangent sont rachetés à la première édition par des officines de censure pis ne sont plus réédités.

      J’ai fait le Grand Canyon et Yellowstone plusieurs fois et c’est à ne pas rater.

      @ Le devin

      Un grand hommage est mérité par un grand homme. Si Johnny en a un c’est que la masse le considère comme tel. Piaf était une grande interprète comme Johnny dans un autre registre. On ne peut pas comparer la chanson adaptée de poésie à du rock qui se doit d’être beuglant. On imagine mal Piaf chanter du rock. Par contre Johnny a souvent repris des chansons de Brassens et de Brel et son interprétation était émouvante et magistrale. Alors il ne beuglait pas. ça fait de lui un grand chanteur.


    • @culturovore

      Oui c’est très vrai. Mais j’entendais surtout par là la liberté individuelle pas forcément médiatique. Bon avec les événements de Charloteville, on a bien vu que les antifas étaient aussi bien présents, mais les mecs ont pu parader légalement. Pour le meilleurs et pour le pire.

      Ceci dit, ce n’est pas un parti pris pour les néo-nazi ou autre KKK, d’autant que de nos jours aucun néo-nazi ne serait accepté dans les Waffen-SS qu’ils vénèrent tant. Bien trop d’abrutis, ivrognes et dégénérés et n’ayant aucun rapport avec l’idéologie de l’Allemagne nazi. On est pas loin du délire des jeunes avec les animés japonais et la mode des Cosplay, la rage en moins.

      Pour les grands espaces, j’ai juste envie de te dire que tu as beaucoup de chance et que je suis content pour toi. L’ouest américain c’est quand même un sacré beau coin sur cette planète.


  • Il y a au moins des mépris de classe qui correspondent à leur classe. C’est détestable mais au moins logique. Faut bien trouver à quoi se raccrocher :-) Bref, égaux à eux-mêmes.


  • Fallait bien que quelqu’un se dévoue, on n’avait pas parlé de la souffrance des juifs depuis au moins un quart de demi journée...


  • Je ne suis pas fan spécialement de Johnny mais je le suis encore moins de ces deux abrutis se complaisant dans la médiocrité de leur petit mode de pensée orienté, haineux et vulgaire. Finky et Levy je m’en tape carrément de l’idée que vous vous faites de la culture. Vous n’aurez jamais 60 ans de carrière (de chroniques ?) et des millions de gens pour venir rendre hommage à vos nombrils. Ca c’est un fait. Cette propagande pour la propagande, nauséabonde, sans controverse et au final sans intérêt du point de vue de la pensée critique, traduit bien les faiblesses d’un état aux abois, sans passé, d’un état sans âme et sans états d’âmes.

     

  • Pourrissez, pourrissez il en restera toujours quelque chose !!!...
    la pourriture de vos propos... !!!....


  • Rares les fois où on doit admettre certaines choses qui nous déplaisent, non pas pour leur contenu mais plutôt par celui ou celle qui en déchiffre et dissèque les lignes et le dessein...
    Finkie a raison, et dieu sait combien cela est difficile à admettre, mais sur E&R, on a cet esprit Coubertin qui transcende les jugements et prises de positon personnels.
    Que Johonny repose ne paix mais que le peuple Français se réveille, et qu’il aille plus souvent sur Rutube plutôt que BFM...pour se faire sa propre idée du monde qui l’entoure....

     

    • Totalement, Finkielkraut ne mérite que notre mépris, mais il faut savoir admettre qu’une partie de son discours vise juste. Il serait malhonnête de prétendre le contraire. Et j’ai eu la même réaction l’autre jour lorsque je suis tombé sur une intervention de Goldnadel sur un autre sujet. Sionisation des esprits, non, honnêteté intellectuelle.


    • Se « réveiller » avec RCJ, Finkie et Lévy, non merci ! Entendre ces inénarrables duettistes dénoncer quelque excès que ce soit, c’est un peu comme si Johnny nous avait infligés des sermons sur la sobriété ou le fait de vivre avec parcimonie, ou bien une actrice porno encore en activité nous invitant de manière insistante à l’abstinence. Une vaste blague.


    • @ MaxC et Saladin, @ l’intelligence, sa perception et à sa réflexion en général,

      Et si le discours dont vous faites état visait le gentil et non le juste ?
      Ou plutôt, comme tout n’est que vibration et puisque nous en sommes au sujet de Johnny, se dire qu’il n’est pas au moins une de ses interprétations en 57 ans de carrière qui ne nous soit pas connue : qu’on aime le personnage ou pas, il se peut, plus qu’à l’accoutumée, qu’une mélodie ou une parole ait fait vibrer l’espace d’un instant une corde sensible : quelle qu’elle soit. Pour autant le type ne nous communique aucun message personnel si ce n’est asseoir sa notoriété...puis sa légitimité.
      Sachant que nous sommes empreints de telles perceptions (parfois malgré nous), imaginons donc le cas de ce prof respectable parce qu’il nous éclaire (là encore il touche un sens) et qui, à un instant, se met à nous raconter, nous enseigner, une connerie.
      Allons-nous gober ; dans la continuité ?
      Si tant est que cela soit malgré lui, il n’y a pas péril en la demeure : si tant est que ce soit à dessein, nous sommes marrons.
      C’est ce que nous rappelle la justice des temps contemporains par la synthèse de M° Viguier sur un autre sujet : jugeons (donc) du dessein de celui ou celle qui nous parle ou qui acte : pas des moyens et contenu qui peuvent avoir le mélodieux du chant des sirènes.
      De mon point de vue, adopter une autre loi en la circonstance serait une erreur, si ce n’est de stratégie, de tactique.
      Plus que de prêter attention, débusquons l’intention.
      D’autant que le type est dans un monologue rhétorique et non pas confronté à une contradiction interrogative propre de la maïeutique.


  • Mais oui mon pote. Tant qu’on y est, Ventura, Belmondo, Gabin, c’est nul. Et pourquoi ne pas dire qu’Alain Prost ne sait pas conduire ou carrément qu’il n’est pas titulaire du permis de conduire ? Un bon conseil, le philosophe de bazar, touche pas à mon Prost !!!!!!!


  • "Marcel Proust fils de Jeanne Clémence Weil"
    et allez donc ! la saga continue avec finkie !


  • Ok Finki, alors dans le même principe, toi et tes amis organisés, acceptent que l’on ne veuille pas être charlie, puisque "Je suis Charlie" étant au nom d’un certain penchant dictatorial !


  • Johnny une voix ? mince alors ! Et Domingo ? et Pavarotti ?


  • Sans avoir tous les chiffres, l’on peut parier que si l’on faisait un sondage, il y aurait plus de types à souhaiter le retour de Johnny que celui du Machia’h : le peuple (libre) préférant de loin la ferveur des chapiteaux musicaux que les tentes de la rencontre pipeau.

    By the river of Babylone, when we sat down♩
    Chante beau merle...


  • Pas très fan de Victor, car j’ai lu quelques uns de ses livres, avec l’excuse que c’était pour l’école. Le couple qui en parle lui a certainement survécu, ils datent de la même époque apparemment, sous Proust on aurait dit târtignole (ringard). Leurs voix semblent fatiguées, ils fument aussi certainement.
    Johnny véhiculait une certaine émotion, j’aime bien son disque en public au palais des sports 1976 il me semble, réédité avec le concert complet, ou Hamlet aussi.
    La terre démise m’intéresse moins, le temple n’a jamais existé selon l’archéologie sérieuse, ce peuple doit tout à l’Europe à ce qu’on dit.


  • Ahhh Johnny... l’exilé fiscal le plus aimé de France.
    À mon avis les gens l’aiment autant parcequ’il n’a jamais renié sa provenance beauf.
    Le peuple ne s’est pas senti abandonné. Même si malgré son goût douteux (voir la déco de ses villas, yacht, ses collections de bagnoles)
    Mais il ne faut pas s’y tromper, il n’était pas du peuple : train de vie mensuel de 400 000 euro (! ...), interdiction de mère LePen, et cerise sur le gâteau ... tombe à St Barth...

     

  • Je n’arrive toujours pas à me faire à l’idée que Johnny est mort.

    Repose en paix Johnny, ta voix et les émotions que tu transmettais ne m’ont jamais laissé indifférent. Tu étais un interprète hors pair, qui aimait son public et qui a fait vibrer la France pendant plusieurs décennies.

    Oui Johnny ton hommage tu l’as mérité, tu l’as mérité puisque tes fans se sont déplacés.

    Que tous ceux qui crachent sur la tombe de Johnny me disent quel artiste peut aujourd’hui prétendre déplacer une telle foule en France pour ses funérailles... Bruel, Goldman, Noah, Renaud ? Même Gainsbourg n’a pas déplacé tout ce monde.

    Brel, Piaf ? Je n’en suis même certains.... Alors arrêtez les mauvaises langues. Johnny a réussit à rassembler les générations de Français. Les vieux l’aimaient parce qu’ils avaient un vieux 45 tours dans un coin, les jeunes parce qu’il faisait le show au stade de France et tous les autres parce qu’il avait bercé leur enfance et leur adolescence sur "Europe Numéro 1".

    Johnny est mort, je suis en deuil... et pourtant je n’ai jamais acheté aucun de ses disques. Mais quand j’entendais Johnny chanter, mon cœur vibrait.

     

    • Merci frederic pour avoir dit la vérité sur Johnny .Oui moi aussi j’aimais écouter ses chansons meme si je n’ai jamais acheté ses disques ! J’aimais son énergie ! En tout cas je l’aurai bien élu président de la France et tout le monde aurait eu la Rock attitude et bien sur ,inévitablement ,quelque chose de Tennessee (USA .... ).Oui cela semble vrai ,il est le seul à avoir rassemblé autant de monde à ses obsèques et ça c’est un fait que personne ne peut remettre en cause .La foule pleurait et criait ,on voyait la peine des gens ! Merci Johnny pour ta voix et pour avoir été le représentant des gens du peuple par tes racines ! Salut !


    • Je suis Charlie, je suis Johnny ... Le nom du prochain devra continuer la série (Je suis Attali, par exemple) ! Et dire que l’on méprise les communistes parce qu’ils auraient le goût malsain du culte de la personnalité !


  • Le lapsus d’Elisabeth Lévy à 08:08 est très révélateur, beaucoup plus que celui de Mélenchon en face de Philippe Val l’autre jour : révélateur de ceux qui sèment, par tous les moyens, les germes de l’inégalité et l’irréconciliation...


  • Les propos de Finkielkraut sontt scandaleux sur les gazaoui. Enfermés et concentrés dans leur territoire par les israéliens, Finkielkraut les renvoie à leur propre condition. Ce type a perdu toute mesure, incapable de voir la réalité.

    Ces enfants et petits enfants de juifs morts pendant la seconde guerre mondiale n’ont plus de retenu.

    Quant à sa diatribe méprisante contre les fans de Johnny qui, selon lui, par leur dernier hommage aurait perdu leur francité pour une idole américanisée, que faisait il pour la France en faisant parti de groupe maoîste dans les années 60, et soutenu BHL lors de la sortie du livre immonde de ce dernier "une idéologie française".


  • Je ne vois même pas où se trouve le problème dans ces déclarations de Finkielkraut il a tout simplement raison, la musique de Johnny Halliday est tout simplement merdique il n’y a pas d’autres mots pour la qualifier ( il suffit de voir les thèmes abordés par son dernier album "De l’amour", de la tambouille Charliste, mondialiste, ethno-masochiste et conformiste), tout ce cinéma autour de son décès est tout simplement hors de propos et totalement démesuré par rapport à sa contribution réelle à la vie culturel de ce pays ( le Show Bizz et les émissions de télé ne sont que l’expression du néant intellectuel), je suis désolé mais la reprise de tubes américains et leurs francisation ne correspond pas réellement à ce que l’on pourrait qualifier de composition artistique d’autant plus que le Johnny ne composait pas ses chansons lui même (ou très peu).

    Personnellement cette "musique" n’est que le symbole de la décadence de la société française, c’est bien à cause des boomers comme Johnny Halliday que nous en sommes là maintenant, ce sont ces vieux """jeunes""( à l’image d’un certain (((Dany))) le pédophile trotskyste qui officie toujours dans nos médias pour des raisons qui restent inconnues...ou pas) restés bloqués à l’age de l’adolescence qui ont littéralement détruit tout les fondements anthropologiques de l’Occident pour se vautrer dans l’hédonisme et l’individualisme le plus débile, il faudra à un moment ou un autre faire l’inventaire des agissements de cette génération maudite et surtout de l’ampleur de leurs méfaits et leurs responsabilités dans notre effondrement.

    Pour être honnête la disparition des "fétiches" soixante-huitards ne peut être qu’une chose positive, plus l’influence de ceux-ci s’amenuise et plus vite l’on pourra s’en délivrer.



    Et là, on ne peut qu’être d’accord avec Jakubowicz, BHL et consorts : le racisme n’est pas une opinion, c’est un délit




    Slogan pour le moins idiot, le "racisme" est une opinion comme une autre (en fait il ne s’agit même pas d’une opinion mais d’un comportement relevant de l’instinct de meute que possèdent les êtres humains) elle a tout simplement été criminalisé par l’oligarchie au pouvoir pour des raisons idéologiques tout comme l’anticommunisme était un "délit" en URSS, une opinion étant un jugement porté au sujet d’une chose précise il n’y pas matière sérieuse à rendre criminel les jugements portant sur des groupes ou des communautés.

     

    • Un comportement relevant de l’instinct de meute, comme vous dites.. c’est peut-être pas pour rien que les législateurs l’ont criminalisé ?...

      Moi aussi je m’en fout de ceux qui n’aime pas les roux.. leur attribuent une nature mauvaise et une menace certaine.. mais heureusement qu’ils sont protégés de ceux qui entretiendraient des opinions négatives à leur encontre (parfois sous des prétextes fallacieux sur des prétendus fondements scientifiques..) et encourageraient d’autres à en faire autant. La société c’est justement le contraire du comportement bestiale de la meute.. enfin, c’est mon avis..


    • Eh bien moi, je suis tout à fait d’accord avec vous le racisme est une opinion et elle a été criminalisée. rien à redire là dessus. et j’aurai toujours plus de respect pour un raciste qui s’assume que pour toute cette mafia (qu’on a notamment vu hier à la messe ) et qui braille sans arrêt l’amour du prochain et l’antiracisme mais s’empresse de s’enfermer dans des ghettos ethniquement "clean", et qui court mettre ses enfants dans le privé ou à l’école alsacienne quand ya trop de mamadou pauvres et de youssef basanés sur les bancs du collège de leur quartier parisien.
      Mon père , nègre, me disait toujours cela : il vaut mieux faire affaire avec un raciste franc du collier q’avec un défenseur des immigrés qui ignore son racisme et son complexe de supériorité.
      Mais je termine en rajoutant qu’il faut être sacrément limité intellectuellement, spirituellement ou humainement pour ne pas être capable, jamais, de dépasser ses préjugés à propos d’une personne selon qu’elle sera de telle origine ou d’une autre. Arrêter son jugement à l’aune d’une couleur de peau c’est un truc qui ne relève pas de l’instinct (la preuve regardez les enfants avant le formatage, demandez à un enfant de trois ans de quelles couleurs sont ses copains à la crèche il ne saura pas vous le dire) tout cela pour vous exposer, cher Monsieur, que le racisme, même si c’est une opinion, ne relève pas pour autant de l’instinct mais de la Connerie l’Ignorance et de la Peur face à l’ Inconnu, toutes majuscules !
      Cordialement


    • @Peter

      Personnellement je trouve très étrange le fait que l’on criminalise les comportements de groupes à l’heure où l’on promeut l’expression de soi et le rejet des conventions sociales "artificielles"...

      Il est encore plus étrange que dans le reste du monde ( à commencer par les pays africains) ce genre d’instinct de meute n’a jamais gêné personne, et qu’en dehors de l’Amérique du Nord et de l’Europe de l’Ouest ( et encore seulement depuis les années 70, tiens tiens comme par hasard...) personne n’en à faire qu’untel n’aime pas tel minorité.

      Il est étrange qu’avant l’apparition du gauchisme culturel l’antiracisme n’avait aucun point au sein de nos sociétés.

      @Philippe Emmanuel

      Vous avez choisi le pire exemple d’entre tous... Les très jeunes enfants ne seraient définir la race de leurs camarades uniquement parce qu’ils ne connaissent pas les mots pour le faire et non pas parce qu’ils ne voient pas la différence bien au contraire.

      Des études ont été conduites au sujet du comportement de bébés de quelques mois dans des crèches anglo-saxonnes ce qui avait conduit un magazine britannique (Le Times je crois) à titrer "Is your baby racist ?" il y a quelques années...

      En effet un enfant de quelques mois ( donc bien trop jeune pour avoir éduqué dans quelques sens que ce soit) est parfaitement capable de reconnaître ceux qui lui ressemblent ou non de manière totalement naturelle, il a d’ailleurs été noté que les bébés préféraient les distributions de jouets favorisant les enfants comme eux plutôt que celle égalitaires ne favorisant absolument aucun enfant de tel race donné... Comme quoi le racisme et l’ethnocentrisme proviennent de réactions instinctives et non pas vraiment de l’éducation comme le pense les imbéciles...

      D’ailleurs en parlant des "nègres" comme vous le dites il est étonnant qu’ils cherchent toujours à s’installer chez tout les peuples du monde (les occidentaux, les asiatiques, les arabes, etc) et à chaque fois se plaignent du rejet des autochtones (à l’image d’une certaine tribu orientale), pourtant ils sont les premiers à s’organiser sur un mode racialo-communautaire et à rejeter ceux qui ne sont pas comme eux dans les quartiers où ils vivent sans même parler de leurs pays d’origines...

      Bref une histoire de paille que l’on verrait dans l’oeil du voisin en ne voyant pas la poutre qui se trouve dans le sien.


  • Il nous avait déjà fait le coup avec Michael Jackson. Il avait eu une impression "d’inappartenance à l’humanité". Je crois qu’il a un problème avec la popularité notre Finky.
    Serait-ce de la jalousie ? En tous cas, on a jamais vu quelqu’un crier "Jette-toi dans l’canal Johnny !".


  • La culture est celle de l’époque non ?

     

  • Finky se réjouit que Trump accorde à Israël la reconnaissance de Jérusalem à Israël. Mais, il rejette d’avance toute la faute sur le goy Trump, et pas sur Israël ou le CRIF qui la demandent.

    A retenir cette phrase de Finky : la majorité des Juifs en France ont le souci d’Israël.

    Donc, ils ne sont pas vraiment attachés à la France comme ils le prétendent ...


  • C’est toute la perversité du discours de ces gens ! Cette schizophrénie qui n’est malheureusement pas identifiée par certains patriotes et qui fait qu’ils sont séduits par ces individus qui s’appuient habilement sur les sentiments d’amour de la patrie, sur la sensibilité de droite des gens pour les entraîner in fine sur un terrain qui est en réalité anti-patriotique, c’est à dire le soutien à une puissance étrangère théocratique racialiste et à son projet messianique totalitaire.
    Evidemment que j’adhère à ce que dit Finkelkraut sur Johnny et ses funérailles, mais ce n’est pas pour autant que je suis dupe de son double jeu...
    Mais pour en revenir à Hallyday je comprends l’émotion et la souffrance de ses fans. Car indépendamment de son rôle dans la stratégie de domination du Pouvoir, indépendant de la qualité de sa musique, de ses interprétations...il a bercé des pans entiers de la vie de millions de Français...il était aussi un homme du peuple tourmenté ayant eu une enfance pas des plus heureuses...il a incarné une certaine France, il représentait aussi une époque où en France il y avait plus de liberté publique et économique, de la joie de vivre, où il y avait le plein emploi et un niveau de vie extraordinaire (l’époque où un couple d’ouvriers parisiens pouvait s’acheter son petit appartement/pavillon avec en plus une petite maison de campagne à retaper...)...quand des figures publiques comme Johnny meurent c’est toute une époque qui disparaît définitivement avec eux...


  • J’ai lu V. Hugo et j’ai vibré, j’ai écouté Johnny et j’ai vibré aussi. Je serais allé aux funérailles du premier, je suis allé à celles du second..

     

  • Johnny était un phénomène purement franco-français et pourtant si loin du génie Français. Tout le contraire de la littérature Française qui était admirée dans le monde entier ou presque.

    C’était l’idole des beaufs...
    Franchement, vous ne mesurez pas l’ampleur de la décadence ? Dans 50 ans et à ce rythme là, c’est Maître Gimms au Panthéon et Hanouna à l’Académie.

     

  • Pour sûr (presque) tout est mauvais...
    La dystopie du monde à bout de souffle a donné le ton et la presse de s’en faire l’écho. Mais tout est faux, le propos, la cause et la raison pure de ce mélo joyeux où les fans du fané défunt entonnent des refrains désormais surannés.
    Mais de mauvais il y a pire, il n’est pire aveugle que celui qui refuse de (le) voir.


  • Johnny… 15 millions devant les écrans plats et pour quelques tubes…cathodiques et 1 million à se geler les couilles pendant des heures sur les champs, soit mieux que ne le fera jamais Mélenchon.

    Finky est jaloux, cela se sent, cela se voit, Johnny plus important médiatiquement et sur quelques jours que la pleine reconnaissance de Jérusalem par Trump, impensable pour lui ! Joffin, pourtant pas le dernier à cracher sur tout ce qui rappelle de près ou de loin la France d’hier, a fini par admettre que ce peuple de province était justement les zombies de la périphérie, que ce phénomène de mobilisation émotionnel et transgénérationnel rappelait celui de Charlie, principalement de par les absences remarquées des milieux des banlieues et de casseurs.

    La vérité est que les politiques se sont fait prendre les mains dans le pot de la confiture, pas de bol, le boss du showbiz français était catho et voulait un enterrement à l’église, Macron, pour le coup marron, a donc joué les contorsionnistes pour ne pas déplaire à ses maitres, laissant la Brigitte endosser l’héritage des rites et de la tradition religieuse, me demande même s’il n’y a pas eu tractation entre la république et la famille genre "ok on vous laisse la Madeleine, mais vous boycottez Marine".

    On ne le saura jamais, mais une chose est certaine, 60 ans de pages se tournent et force est de constater que nos politicards mondialistes et laïcards se sont pris le petit livre de Johnny en pleine poire en l’espace d’un week-end, le visage constipé de Hollande à l’église est, à cet égard, très révélateur, obligé de se prosterner, comme ceux restés dehors, devant l’idole populaire qu’il ne sera jamais...

    Alors ou pourra toujours se gausser devant la prétendue beaufitude du peuple, regretter que Jean D’O, écrivain prolifique s’il en était, dont les frontières de sa conviction s’arrêtaient lorsque le risque d’être minoritaire en opinion commençait, paix à son âme, ait été à Johnny ce que Cocteau a été à Piaf à contexte funèbre équivalent, mais une chose est certaine, Johnny a allumé le feu une dernière fois et certains ont eu les poils de cul brulés, rien que pour ce spectacle jouissif, j’ai envie de le remercier éternellement, quand même !

    Je demande donc solennellement qu’Hallyday rentre au panthéon des maitres quenelliers.


  • Sur la décadence des goûts musicaux, il n’a pas vraiment tord. J’en profite pour conseiller deux rééditions pour les amoureux de la beauté pure :

    1) "The Choir of St. John’S College, Cambridge - the Complete Argo Recordings (Coffret 42CD - Tirage Limité)" dirigé par George Guest
    2) "Hildegard Von Bingen Édition" dirigé par Barbara Thornton.

    Les mélomanes auront déjà pris note de ces rééditions fabuleuses.
    Quant à Johnny, et même si ce n’est pas vraiment de la musique (du moins intérieure), paix à son âme. Il aura eu une vie formidable.


  • #1858818

    La théorie des contraires dans toutes sa splendeur !
    Johnny était beau, il avait un physique, du talent, une notoriété internationale, une belle voix, et la liste est longue,en plus c’était un type qui vient d’en bas, simple, humble, et pas faux !
    Quant à ceux qui disent qu’il était Américain, je pense qu’il n’était pas Américain pour être Américain mais qu’il aime l’Amérique car celle-ci est le symbole de tout ce qu’il aime, c’est à dire la Route 66, les Harley-Davidson, les Rolling-stones, Elvis Presley, les années 70 et 80. Vu le climat pesant qui pèse sur la France je pense qu’il a voulu voir ailleurs vers la fin de sa vie. Peut-être aussi qu’il a été déçu par un grand nombre de Français car il faut l’avouer beaucoup de Français sont décevants et c’est pas moi qui le dit mais ER.
    Pour conclure je suis d’accord pour dire que l’hommage qui lui est rendu ne me plaît pas car il y’a une très grande partie de gens qui lui rendent hommage alors qu’il ne l’aiment pas.
    Pleurnicher pour pleurnicher moi aussi je suis contre.
    Je ne suis pas un admirateur de la personne mais force est de constater que certaines musiques m’ont beaucoup touchées car je les trouve remarquablement belles.
    Ma préféré :
    ( Je te promets)
    - Je te promets le sel au baiser de ma bouche
    Je te promets le miel à ma main qui te touche
    Je te promets le ciel au dessus de ta couche
    Des fleurs et des dentelles pour que tes nuits soient douces

    Je te promets la clé des secrets de mon âme
    Je te promets ma vie de mes rires à mes larmes
    Je te promets le feu à la place des armes
    Plus jamais des adieux rien que des au-revoirs

    J’y crois comme à la terre, j’y crois comme au soleil
    J’y crois comme un enfant, comme on peut croire au ciel
    J’y crois comme à ta peau, à tes bras qui me serrent
    J’te promets une histoire différente des autres
    J’ai tant besoin d’y croire encore

    Je te promets des jours tout bleus comme tes veines
    Je te promets des nuits rouges comme tes rêves
    Des heures incandescentes et des minutes blanches
    Des secondes insouciantes au rythme de tes hanches

    Je te promets mes bras pour porter tes angoisses
    Je te promets mes mains pour que tu les embrasses
    Je te promets mes yeux si tu ne peux plus voir
    J’te promets d’être heureux si tu n’as plus d’espoir

    J’y crois comme à la terre, j’y crois comme au soleil
    J’y crois comme un enfant, comme on peut croire au ciel
    J’y crois comme à ta peau, à tes bras qui me serrent
    J’te promets une histoire différente des autres.

    C’est beau !

     

  • Finky ou comment expliquer aux fans de Johnny (et à la France catholique) qu’ils ne sont que des idiots aux goûts de chiotte, après avoir engraissé pendant 1/2 siècle les maîtres du chaud-Bizness vendant cette bouillie musicale, à savoir les coreligionnaires du même Finky.
    Le tirage de Finky : Pile, nous gagnons de l’argent ou face,vous perdez la face.
    Dans le fond, Finkrotte n’a pas vraiment tort ; Molière, La Fontaine, Hugo, Balzac etc... c’est la "loose" !
    La France, depuis 50 ans, c’est Johnny qui la résume le mieux avec ses funérailles nationales rocko-bicyclo-catholiques en présence de nos maîtres dans l’église.
    Dans 40 ans, on se donne rendez-vous à la mosquée de Marseille pour les funérailles du héros national Zinédine Zidane, avec hommage de Djamel Debbouze et Cyril Hanouna, avant son transfert pour l’Algérie.

     

    • Nos maitres ne sont ni dans les églises ni dans les mosquées, croire le contraire est une grave erreur.

      Le plus comique est justement de faire constater que des évènements comme la mort d’une personnalité populaire peuvent, le cas échéant et pour peu que l’objet des attentions ait eu un semblant de vie spirituelle, contraindre à soumettre la classe politique à cette volonté posthume qui va à l’encontre de la propagande habituelle qu’elle distille à longueur de discours.

      Pour faire simple, si les marionnettiste restent bien planqués dans l’ombre, ils ordonnent à leurs vassaux d’avaler les couleuvres et pour la circonstance, pas les mêmes que celles que le peuple gobe depuis des dizaines d’années, bien évidemment, mais obligés d’en avaler quand même, un des rares cas d’espèce pour lequel la société du spectacle organisée ne tourne pas en totale défaveur du peuple.


  • Embarras des médias, extraits tronqués, indignations feintes, Finkelkraut peut se permettre de dire certaines choses...que beaucoup ont pense sans oser le dire, déjà qualifié "d’extrême droite ", quel "journalisme" pitoyable


  • On est sur Radio J là ?

    Hé oui Finki l’angoisse avant la défaite... Rien de plus jouissif que vous puissez ressentir l’espace d’un instant l’angoisse des mères Palestiniennnes...


  • Ouais, ben moi j’apprécie Finkelkraut plus que "Johny " désolé . C’est quelqu’un d’intelligent ,de courtois , de cultivé et je suis d’accord avec beaucoup de ses positions sur la culture ,la France et le reste .Qu’il soit sioniste ça tombe sous le sens,mais il respecte la France ,et lui fait honneur . Il faut savoir reconnaître le talent et pour moi il en a beaucoup . IL est honnète intellectuellement avec lui méme, ce qui n’est pas toujours le cas des autres .Et parfois il me fait méme marrer avec ses emportements gesticulatoires .Il a ses opinions mais il respecte ses interlocuteurs ce qui n’est pas non plus toujours le cas chez les bourrés- de certitudes (certitudes, qui varient d’ailleurs au fil des décennies mais bon ,passons ..),
    Tout ce qui est "Français " n’est pas obligatoirement un must- à -ne- pas- critiquer(Je n’ai ni guru, ni maitre à penser et je n’ai pas l’esprit d’un béni- oui -oui )


  • Ca le rend malade car il se fait vieux et commence à réaliser qu’il n’y aura pas un péquin dans la rue lors de ses funérailles et sera oublié dès le lendemain.


  • Pourquoi les non souchiens n apprecient pas la musique de Johnny et pourquoi donc ils furent peu nombreux lors de son hommage ? Les expatriés ont une culture musicale fondée Sur la nostalgie de leurs racines. Ainsi , ils ecouteront plus facilement des chansons de leurs pays et aucunement du Johnny qui est en entiere opposition a leur vision. Deuxiemement, ceux qui ont rapidement et facilement succombé au "reve americain" sont effectivement les beaufs des banlieues et de province dont Johnny fut l idole incontestée grace a cette sous-culture importée et batardisée en plus. Etant donné que tout oppose le beauf immigré (si on peut l appeler ainsi) au beauf local , les gouts musicaux vont de paires. L immigré recherche son pays en cultivant les chansons traditionnelles , le beauf francais a quelque part trahi cette belle culture francaise en adoptant une autre. Parce qu il avait sans doute besoin de changement et de nouveauté alors que le beauf immigré souffre du changement qu il a operé. Si non je ne vois pas en quoi l hommage a Johnny est choquant ou genant car des millions de gens l appreciait. Il ne fut qu interprete ? Et alors , pas obligé d etre un géni pour etre reconnu. Moi je le dis toujours , meme si je n aime pas les yeyes , le rocknroll, la vie de biker , la musique de Johnny, Eddy ou Dick (d ailleurs il y a ete lui a l hommage ?) , jamais Johnny ne m a gené en tant que personnage. C est plutot une majorité de ses fans et ses sosies que je trouvent pathetiques. Mais ils le sont avant meme Johnny car ils sont "beaufs (bofs)" . Mais attention , tous les pays ont leurs propres "beaufs" et c est toujours la meme histoire : ils sont insupportables. Ici en Serbie , nos beaufs sont les memes quand France : avec des gouts musicaux de chiottes, dénués de conscience politique, avec une morale perturbée, mais comme en France ils ne sont pas forcement les plus malhonnetes et sont toujours presents a la tache. Les conditions de vie sont souvent un vecteur dans bien des domaines y compris musicaux. La periode Johnny est terminée , qu on n aime ou qu on n aime pas, bien pire arrive ...

     

    • Bonjour,
      Permettez-moi. Mais, je ne partage pas votre analyse. Je pense d’abord qu’il ne faut pas utiliser le terme "beauf" très méprisant, exprimant un racisme de classe provenant de la gauche Charlie (Cabu), mondialiste libéral-libertaire soixante-huitarde (donc juive ou enjuivée d’esprit car 68 fut objectivement une révolution juive mondialiste car de meneurs juifs, sauf une exception goy), qui déteste le Front National et méprise les classes populaires qui votent souvent pour lui. Les classes populaires blanches en général aiment ou aimaient Johnny (un chanteur gentil, un faux dur, un tendre) et sont certes américanisées. Mais, les classes populaires issues de l’immigration afro-maghrébine aiment aussi une musique très américaine. Mais celle-ci est fortement raciste anti-Français et anti-européens : il s’agit évidemment du rap. Il aurait été si préférable qu’ils écoutassent de la rai. D’ailleurs, moi qui suis un Français de souche très lointaine et complètement, vote Front National depuis 3 décennies, certains tubes de raï ne me déplaisent pas, m’amusent. Le rap, je trouve ce bruit horrible, agressif, très haineux contre la France. Et, beaucoup de jeunes blancs des banlieues s’assimilent, s’aliènent, à cette musique issue des ghettos noirs américains (qui ont pourtant un tout autre vécu) transposée en France.


  • Que traduit cette cérémonie autour du départ de Johnny ?

    Que l’âme des français pro-Johnny est malade !

    Se réfugier dans une icône, le culte d’une personnalité fusse-t-elle Johnny pour oublier son salut individuel, s’identifier à une idole afin de rendre inaudible la Parole intérieure au point de taire la réal politik, qu’elle ne vous atteigne n’est-ce pas demeurer dans l’infantile ?

    Nous avions Coluche !

    Nous avons Dieudo et Soral pour remonter la pente vertigineuse et au désastre sur lesquels nous ont conduit la communauté des lumières & leurs sbires innommables. Plaise au PÊRE que les fans de l’idole des jeunes se tournent jusqu’au Zénith de Dieudo :) pour « Comprendre l’Empire » ses stratégies, ses basses manoeuvres !

    Johnny servait de substitut identificatoire à une figure de héros rebelle, un blues’man, un état d’esprit finalement stérile puisque rien n’a changé en apparence !

    Nous nous sommes faits voler à Maastricht notre souveraineté et notre âme et ça continue.

    Johnny est un épiphénomène sociologique sans intérêt ! Quel sera son héritage spirituel ? Des clones de Johnny fédérant artificiellement une famille de fans, d’adorateurs tout ça pour faire fonctionner encore et toujours un business récupéré idéologiquement par la république anti-française franc-maçonne-crif !!!!

    L’agonie du star-system est l’agonie de la société du spectacle politique parce que le réel de l’ici&maintenant nous intime d’y réfléchir avant le grand saut (?) !

    Il y a des réveils douloureux bien pires que ceux des lendemains de cuite.

    « Le suicide français » à qualifier de meurtre a pour conséquence de plonger les sans-dents fans de Johnny dans un état de misère, réduit à une grande détresse, à des épaves à l’image de leur idole sortant de boîte de nuit ou de bars.

    Lui pour oublier qu’il était lié au star-system sioniste chargé implicitement, de la réparation du meurtre français, celles des âmes désemparées, subissant des revers psycho-somatiques sans nombre (éclatement des couples, des familles, surendettement, suicide des agriculteurs, PME, délocalisations, chômage massif, IVG, ....) !

    Mes propos peuvent apparaître durs mais la lucidité E&R du bilan l’implique.

    Nous n’avons pas besoin de fans de .... mais d’un Roi à l’unisson du Roi intérieur que chaque Homme français héritier porte en son coeur ! Là, il n’y a plus grand monde tel qu’au départ de Jésus Le Vivant !

     

    • C’est bien quand j’ai lu tes propos, que je me dit que parfois je suis bien trop dure envers mes compatriotes Français. Merci à toi de me rendre un peu de fierté quand à l’amour du peuple et du Royaume de France. Bravo pour ton analyse. Merci et chapeau bas.


  • « Non, nous sommes un certain nombre dans toutes les classes sociales à n’avoir rien en nous de Johnny..." dit-il. Heureusement que c’est lui qui le dit. Effectivement Johnny dégageait une force assez exceptionnelle, son souffle hors du commun qui semblait inépuisable a permis à beaucoup de gens de transcender des réalités souvent difficiles. Il s’agit donc d’un aveu honnête de la part de cet intellectuel fort en gueule chez lequel il est bien difficile de dénicher un point de comparaison sérieux avec Johnny. Une pointe de jalousie et de supériorité certainement dans les propos de Finkelkraut. Des éléments très étrangers à la personnalité attachante de Johnny. Même si ses qualités et ses atouts l’ont hissé au dessus du commun des mortels il n’en a jamais profité pour écraser, dominer, mépriser. Merci Johnny et merde à Finky.


  • johnny on aime ou n’aime pas , mais c’était un pro de la musique , il chantait bien et s’entourait de musicien professionnel .
    bon de là a lui faire un enterresement a la victor hugo , faut pas abuser
    mais quand il y a un petit billet a se faire pour vendre des journaux

     

    • J’oublierai jamais qu’au référendum de Disco-revue de 1961,Johnny Halliday était deuxième derrière Eddy Mitchell et les Chaussettes noires... !!!!!!

      et puis,ce n’est pas à Victor Hugo qu’on peut comparer Johnny mais seulement à son enterrement... !!!


  • #1859039
    le 11/12/2017 par m’sieur j’vous demande de vous arreter
    Finkielkraut réussit une chronique anti-Johnny, anti-Français et (...)

    IL nous gonfle finkeilkraut, il fait chier mou et dur a la fois avec ses analyses flippé :
    lui qui aime paul mc cartney et les beatles : et il dézingue johnny Hallyday ? mais de qui se moque t-on ?
    perso, j’ai une culture rock, et si johnny Hallyday n’est pas tout a fait ma came, je préfère écouter "mal ou voyage aux pays des vivants d’ahallyday que "michelle ou un autre morceau guimauve des beatles : les beatles c’etait de la pop : mc cartney n’a jamais eu de charisme , ne de fougue : Hallyday envoyait la purée sur scène, ce n’etait pas un flan comme les biolay, doré,vianey, black m et CONSOR.
    alors finkeilkraut va ranger ta chambre et fissa !!!

     

    • Et day tripper, paperback writer , lady madonna, back in ussr ou encore helter skelter sont des morceaux guimauves peut etre ? Sans oublier les titres comme i saw her standing there, she’s a woman et got you get to into my life que notre cher ami jojo a repris (et massacrés), c’est peut etre de la soupe pour grand-mère aussi ?! Tiens tous ces titres soi-disant "fadasses" ont été composés par le" peu charismatique" Paul McCartney qui remplit encore des stades dans le monde entier à l’age de 75 ans. Franchement, Johnny Hallyday, sorti de la France, ça vaut quoi ? S’il faut pour etre charismatique, rouler en Harley , faire de la muscul , s’habiller en pantalon en cuir et débardeur moulant , alors oui je te l’accorde que McCartney est bien fadasse à coté. D’ailleurs Mozart était-il lui meme charismatique ?


  • Johnny brillait à l’international. Il a drainé dans son sillage sur cinq décennies, toute la francophonie. Des dizaines de milliers d’étudiants étrangers, à travers le monde, ont appris le français en étudiant ses chansons. Des milliers d’émissions télé lui ont été consacrées sur un peu près toute la planète. Des dizaines de milliers de gens se sont mariés sur ses chansons, ont connu leur premiers frissons d’amour en écoutant Johnny. Il a fait vivre des milliers de personnes. La France est bénie d’avoir eu un artiste de cette envergure. Vous ne vous en rendez même pas compte.

    A lire certains commentaires ici, je pense à un proverbe canadien :

    "Donne un diamant à un cochon, il viendra le chier sur ton perron."

     

    • Tiens je ne connaissais pas ce proverbe. Et merci pour ce commentaire.

      Johnny est mort, alors tous les anti-Johnny se réveillent... Bon je ne dis pas que les morts ont toutes les qualités, comme nos chers média nous rabâchent à chaque fois les oreilles. Mais tout de même, c’est une part de France qui est partie, si imparfaite, si cela ou cela.... Oui ok. Mais essayons de voir le verre à moitié plein, en cette époque nihiliste et complément blasée de tout.


  • Etrange qu’il crache sur Johnny, il doit oublier que c’est Jean Jacques Goldman qui a composé "L’envie d’avoir envie", la meilleure de ses chansons !!

    Mdr ! Quand même !!


  • moi j’utiliserait la citation d’ Egar quinet : < le véritable exil n’est pas d’être arraché de son pays ; c’est d’y vivre et de n’y plus rien trouver de ce qui le faisait aimer. » contre vous et les gens de votre espèce qui s‘imagine etre au dessus des autres ! Et oui peut-être es ce le fer de lance de millions de personnes tremblé monsieur !


  • Johnny n’a composé aucune de ses chansons, mais Elvis Presley non plus...
    Et pourtant ce sont les deux mascottes du rock américain et français, car s’ils ne composent pas, ils ont la voix et l’art de l’interprétation...

    Je sais plus quel mec disait à propose de Johnny, "vous pouvez lui composer n’importe quelle chanson, même si elle paraît banale au début, quand Johnny la chante, ça devient du Johnny Halliday"

    Si vous prenez l’envie de Jean Jacques Goldman, il y a une vidéo où il la joue à la guitare, ça rend pas du tout pareil que lorsque c’est Johnny qui la chante.

     

  • Ces gens-là ont une capacité infinie à nous casser les couilles.


  • C’est compliqué ce sujet.

    J’ai l’impression que Johnny avait des intentions sincères envers le peuple français c’est pourquoi il était aimé et les gens le ressentaient malgré le rock et c’est mauvaise culture...

    Alors que pour Finkielkraut, Ace Ventura nous avait averti :

    Finkle is Einhorn Einhorn is Finkle
    https://www.youtube.com/watch?v=6UQ...


  • #1859678
    le 12/12/2017 par Hassen Accident le nouveau concept nationaliste
    Finkielkraut réussit une chronique anti-Johnny, anti-Français et (...)

    Alain Finkel-Crotte, t’as pris ta carte à Suavelos ou t’es juste un confrère bon-aryen ?


  • Finky évoque une dictature émotionnelle en parlant de Johnny. La Chutzpah niveau 135.


  • Finky aura bientôt sa place au muséum d’histoires pas vraiment naturelles !!!...


  • Finky, toujours en surface.
    Peut-être eut-il été astucieux de considérer que Johnny n’a été qu’un interprete, une courroie de transmission. Marre de ce procès d’un artiste, d’un artisan de la voix, pris dans un système de production à l’idéologie pourrissante. Aucune réflexion sur ce point de l’autre alain
    Quitte à faire l’iconoclaste, je dirai qu’un Hallyday, sur des paroles de Proust et mis en musique par le chevalier de Saint-Georges, convaincrait papi tremblotte.
    Personnellement, le trépas du chanteur, je l’ai salué d’un "bon débarras". Toutefois, sa voix m’a toujours ému. L’enigme que nous laisse un talent tant célébré mais terriblement gâché.


Commentaires suivants