Egalité et Réconciliation
https://www.egaliteetreconciliation.fr/
 
A A A
imprimer

France 24 juge les élections au Brésil : Bolsonaro, c’est "Trump en pire"

Sans prendre parti pour un camp ou un autre, on croit revivre la campagne électorale américaine de 2016, quand les médias pilonnaient la candidature de Trump du matin au soir. Un gaspillage de munitions médiatiques qui ne servira au final à rien, puisque les médias ne votent pas. Les Américains ont prouvé que le peuple comptait plus que les médias. Et encore plus que leur élite. Bolsonaro est peut-être un gros facho, mais les Brésiliens en ont marre de la violence, de l’insécurité, et la gauche ne les a pas débarrassés de ce problème social qui, il est vrai, est la sanction de la misère.

 

JPEG - 39.2 ko
Deux femmes contre un facho

La spécialiste : « Il prend de l’Allemagne nazie, le Brésil au-dessus de tout et Dieu au-dessus de tous... Aujourd’hui même il y a une colonne dans Le Monde, un article qui démontre comment il va utiliser plusieurs stratégies du fascisme. »

La présentatrice : « S’il parvient au pouvoir justement, vous, vous craignez pour l’avenir de la démocratie dans ce pays ? Un retour à un régime militaire pour vous c’est quelque chose de plausible ? »

Pour un peu, on avait le droit au retour des heures sombres du Brésil des années 60 avec la cavale du médecin SS d’Auschwitz, le Dr Mengele...

Les deux femmes en plateau ont peur, même si l’élection probable de Bolsonaro est le signe d’une alternance démocratique : la gauche a eu sa chance, à la droite de jouer. Mais voilà, la démocratie ne marche, dans l’esprit de ces deux propagandistes, que si l’on vote à gauche. La démocratie, c’est la gauche et la gauche, c’est la démocratie. Même si la gauche faillit au pouvoir.

La présentatrice : « Il vous fait peur, en tout cas. »
La spécialiste : « Il nous fait peur... »

Oui mais le problème, c’est que Bolsonaro ne fait pas peur à 57% des Brésiliens (selon les intentions de vote), avec un score de 46% au premier tour, soit une quasi-élection.

 

 

Les mêmes éléments de langage que dans la campagne anti-Trump des médias mainstream américains en particulier et occidentaux en général resurgissent : les fake news qui trompent un peuple naïf, le poids des réseaux sociaux (ici WhatsApp), la peur d’un pouvoir nationaliste (alors que les journalistes et les spécialistes qui squattent les plateaux télé n’ont jamais eu un mot contre les pouvoirs antisouverainistes), mais pas un mot sur le désir légitime de sécurité ou alors très vite.

La présentatrice : « Ces fake news ont un impact sur les électeurs... »

On rappelle la définition des « fake news » dans la bouche des journalistes du Système : c’est l’information qu’ils ne contrôlent pas, que leurs maîtres ne contrôlent pas, et qui leur fait perdre chaque jour de la crédibilité. La fake news, c’est la concurrence qu’ils ne peuvent pas abattre.

Tout cela ne doit pas faire oublier que Bolsonaro est le candidat des puissances économiques et aussi un peu de l’Amérique, et pas du Sud. On est loin de Chavez et de son expérience nationale et sociale. Cette vraie gauche ne plaît pas non plus à nos médias dominants : trop sociale, et trop nationale !

Pour une solution sociale et nationale plutôt que libérale,
sur Kontre Kulture :

 

Changement politique majeur au Brésil, sur E&R :

 



Article ancien.
Les commentaires sont désactivés



Alerter

34 Commentaires

AVERTISSEMENT !

Eu égard au climat délétère actuel, nous ne validerons plus aucun commentaire ne respectant pas de manière stricte la charte E&R :

- Aucun message à caractère raciste ou contrevenant à la loi
- Aucun appel à la violence ou à la haine, ni d'insultes
- Commentaire rédigé en bon français et sans fautes d'orthographe

Quoi qu'il advienne, les modérateurs n'auront en aucune manière à justifier leurs décisions.

Tous les commentaires appartiennent à leurs auteurs respectifs et ne sauraient engager la responsabilité de l'association Egalité & Réconciliation ou ses représentants.

  • Entre nous soit dis, d’un point de vue écolo, il est un peu anxiogène...
    Je crois que la forêt amazonienne risque d’en prendre un sacré coup en plus...

    Alors ce gars ne me dit rien qui vaille...

     

  • C’est Trump en pire. Donc y a encore pire que Trump ? Je croyais que Trump était le paroxysme de tout ce qu’on pouvait atteindre de ce qu’y a de plus abject. J’adore écouté l’opinion d’une femme ; il n’y a rien de plus intéressant.

     

  • Je ne connais pas ce Bolsonaro, mais je connais nos merdias et aussi la malfaisance du reseau lgbt, et ces deux pouvoirs sont en pointe contre cette candidature avec des arguments pitoyables.
    Déstabiliser notre systeme mondial crimininel, pedophile...etc , et en putréfaction, est toujours souhaitable.

    Si Bolsonaro gagne, c’est toujours du temps perdu dans leur agenda criminel mondialiste. De ce point de vu là, je suis preneur

     

  • « ... les Brésiliens en ont marre de la violence, de l’insécurité, et la gauche ne les a pas débarrassés de ce problème social qui, il est vrai, est la sanction de la misère. »

    Sans parler du fait que la gauche soutient les LGBT (et ils sont très nombreux au Brésil), l’avortement et l’idéologie du genre. La gauche, c’est l’idéologie des Lumières, c’est-à-dire l’anticatholicisme.


  • Fake news fake news , ils n ont que ces mots a la bouche ! Pourtant Macron est lui meme une fake news et les medias l ont massivement encensé !


  • Il suffit de dire que l’on croit aux vertus formatrices des évangiles, que l’extrémisme LGBT est une maladie mentale et pour finir, qu’il se pourrait bien qu’il y ait une gouvernance mondiale qui privilégie les intérêts d’une minorités extra-nationale par rapport aux majorités nationales, pour que vous soyez traité de facho...


  • Je vis au Brésil depuis 15 ans et je suis toute l’actualité en détail. Bolsonaro n’a rien à voir avec Trump. Ce ridicule capitaine pratiquement chassé de l’armée, député feignasse, (2 propositions de lois en 27 ans), ne possède aucun programme, il défend la famille mais il a divorcé trois fois... Il se prétend nationaliste mais il veut tout privatiser, il se dit antisystème mais il a voté toutes les lois antisociales proposées par l’actuel président (illégitime) Michel Temer. Bref ce type est un fantoche. Depuis le coup d’état institutionnel de 2016 les marchés cherchaient un candidat pour empêcher le Brésil de devenir indépendant de ses maîtres étasuniens. Comme le candidat de la droite du PSDB Alkmin n’avait aucune chance d’être au deuxième tour de l’élection présidentielle, les marchés ont choisi de financer un dingue qui en dépit de son ignorance et de ses propos totalement débiles a un certain succès auprès des malheureux électeurs qui le croient. Enfin le Brésil possède une des plus grandes réserves de pétrole off-shore du monde le pré-sal qui depuis le coup d’état institutionnel de 2016 est vendu à prix de banane à des compagnies étrangères, ceci explique sans doute cela...

     

    • Ou alors cela voudrait dire que la classe moyenne blanche et la partie Sud du Brésil ont en eu maintenant assez du communisme à la Lula et ne veulent plus être traité comme des vaches à lait pendant que l’on les faits raquer pour les autres et que par la même occasion on homosexualise la jeunesse ? Je ne sais pas mais cela me semble très crédible comme explication...


    • @mort de rire

      "homosexualise la jeunesse"

      Cela me surprend parmi les commentaires qu’on parle souvent des homosexuels et de leur supposé influence. J’ai été plusieurs fois au Brésil. Je n’ai pas souvenir de toutes ces histoires de tantouzes dans le sens qu’il le sont presque tous (les femmes savent que leur maris sont bi) et que là-bas ça n’a jamais été un sujet de débat. Les tantes sont présent dans tous les segments de la société surtout dans le domaine audio-visuel. Toutes leur télénovelas ont leurs tantes obligatoires ; on les voit et les rencontres partout. Comme en Thaïlande d’ailleurs.


    • c’est bon d’avoir un point de vue qui résume assez bien le sujet.
      la stratégie du populiste de façade fonctionne donc parfaitement.
      or son pedigree prouve qu’il est un troll mais combien comme vous s’en souviennent ?
      il racole auprès des oubliés, des agacés, coléreux légitimes, qui se fient au spectacle de la campagne sans avoir votre recul.
      et les médias en le critiquant (à juste titre cette fois ci) font que dialectiquement les déçus des médias mensonges se disent que bolsonaro est bon s’il dérange...
      et là tout ce monde va donner son consentement à la mise en place d’un gars au service des puissants car il a le déguisement ajusté.
      oligarchie qui a compris le temps du changement et a déjà prévu le coup.
      merci pour votre éclairage


  • version iTélé : "l’extrême-droite"
    version BFM : "le Trump brésilien"

    Il y a comme dirait Goldnadel, congruence !


  • C’est Bolsonaro ou le Venezuela socialo-chaotic et ses millions de migrants vers le Mexique .
    65000 assassinats en 1 an ,ça suffit peut étre pour souhaiter un peu de mise à jour dans le pays .
    Bolsonaro est pour le port d’armes par les citoyens , comme aux USA, ce qui fait pousser des hululements d’effroi à des gens qui n’ont jamais mis les pieds au Brésil .Sauf peut étre pour une semaine à Copacabana dans un Hotel 10 étoiles
    Les criminels eux n’ont pas fait 65000 victimes avec des fleurs peace and love .
    La caravane de migrants du Honduras vers le Mexique , à cause de la violence qui règne dans leur pays , est bien le signe que les gens en ont marre de ces élites moralisateurs qui vivent dans leur bunkers protégés à putes de luxe et laissent les pauvres à l’abandon . Si c’est la fin de la démocratie on ne voit pas ce que ça changera étre tué par un dealer ou par un militaire ça revient au méme .Il faut encore un peu de patience le cycle du Kali Yuga va se terminer .


  • Bolsonaro c’est le candidat de la haute finance et des banques. Oui il fait peur. Il prévoit dans son programme économique la privatisation de la Banque du Brésil ainsi que celle de la toute puissante société d’État d’hydrocarbures Petrobas. Pour moi c’est grave. Cela signifie la mort de l’indépendance économique du Brésil et un sérieux coup de massue porté sur les BRICS !
    Le fait qu’il ne soit pas gay friendly ou qu’il prône une politique sécuritaire ne doit pas faire perdre de vue la dangerosité de ce type.


  • Que le médias se mettent en chœur contre cet homme politique est évidemment le signe qu’il est l’homme de la situation pour préserver la souveraineté et la tranquillité de son Peuple face au mondialisme.

     

    • bonne logique mais pas dans ce cas.
      la stratégie politique à mtn pris en compte la dialectique que tu utilise et la joue sciemment.
      en le critiquant on lui donne un vernis de dissident et le petit peuple le validera croyant faire le contraire de ce que nous leur disons.
      j’ai tiré la même conclusion que toi en premier lieu par expérience mais non c’est une quenelle à 3 niveaux.


    • Bolsonaro pue l’arnaque à des kilomètres :

      Comme député fédéral, il a voté en faveur de l’ouverture des concessions du Pré-sal à des compagnies étrangères au détriment de Petrobrás.

      Il se fait le chantre de la famille brésilienne traditionnelle, mais son troisième (!) mariage a été célébré par un pasteur néo pentecôtiste.

      Il fait constamment l’apologie du régime militaire des années 60 et 70, régime mis en place par Washington et durant lequel toutes les richesses extraites du pays étaient vendues à des prix ridicules aux entreprises US.

      Il avoue lui-même ne rien comprendre à l’économie, domaine dans lequel il s’en remet à son conseiller Paulo Guedes, un néolibéral pur et dur.

      Son discours en matière de relations internationales est marqué par un anticommunisme complètement caricatural qu’on croirait tout droit sorti de la guerre froide, et par une sionolâtrie décomplexée (en cela, il est très représentatif des évangéliques...)

      Comme pourrait le dire Alain Soral, c’est le candidat de la bourgeoisie comprador. Sa popularité au sein des classes moyennes et populaires brésiliennes (traditionnellement dépolitisées et peu au fait des grands enjeux géopolitiques) s’explique par son discours musclé sur la question sécuritaire, mais vu le pedigree du bonhomme, il est illusoire de croire qu’il améliorera la situation.


  • pour les bobos parisiens le Brésil qui élit Bolsonaro...c’est un peu l’URSS qui s’effondre pour les communistes ....

     

    • C’est vrai que le Brésil c’était un peu (((leurs))) pays, celui que l’on montrait en exemple partout à cause du Carnaval du Rio, de la plage de Copacabana, des hordes de transexuels présent partout ou du métissage d’une grande partie de la population.

      C’était un peu l’avenir qu’ils nous avaient préparé, à nous les sales blancs hétérosexuels et suprémacistes, mais il faut croire que la providence divine en a décidé autrement...

      Maintenant leurs paradis métissé et en proie à ce qu’ils appellent le fascisme alors il est certain qu’ils doivent être désespéré devant l’effondrement en pratique de toutes leurs idéologies.


  • Et pour avoir pire que macron, il faut déjà se lever de bonne heure .Nous nous avons le lucky Luke de la taxe, le fossoyeur des sans dents, et en plus immigrationniste .Qui dit mieux ? ,Et pour ce qui est de l’insécurité en France, on est quand même pas mal placé . elles ne le veulent pas les deux marchandes de propagande . .On avait du Valls, il nous reste du macron, et on n’a pas mal de stock en ce moment, c’est les soldes .

     

    • Valls a tout fait passer en force au 49-3.
      "J’en prend la responsabilité... le gouvernement en prend la responsabilité".
      Et il s’est tiré chez lui en Catalogne.
      On suppose que bien d’autres retournerons également chez-eux après leurs forfaits.
      Quand on a l’arme nucléaire il convient d’être un peu plus vigilants quand même (merde, quand même) à ses élus qui pénètrent au coeur même de la Nation : l’Assemblée Nationale".
      C’est que ce genre de truc a la particularité d’attirer toutes les mouches à merde et aventuriers de tout horizon planétaire et qui rappliquent par cargo, par charter... ou par radeau.


  • J’ai aussi lu que les marchés l’aimaient grâce à son conseiller économique Paul Guedes qui est apparemment un Chicago boy et qu’il allait faire du brésil un pays ultra libéral. C’est pas extrêmement rassurant.


  • #2071430
    le 27/10/2018 par Samatan L’isle-en-Dodon, St Gaudens l’axe du bien
    France 24 juge les élections au Brésil : Bolsonaro, c’est "Trump en (...)

    Bolsonaro c’est surtout un national-sioniste, l’homme de Bayer et des multinationales , un ami de la finance apatride !!!


  • Cette jeune femme a raison sauf que Trump est le meilleur président américain depuis bien longtemps.Pas de pays bombardés avec Trump.Il n’y a qu’en ecologie qu’il est mauvais.

    Ce bolsonaro n’a rien à voir avec Trump c’est un minable aux ordres de l’oligarchie comme macron,ouvertement raciste et homophobe,ce qui est ridicule dans un pays aussi métissé que le brésil avec beaucoup de transexuel,et surtout le brésil c’est 60% de l’amazonie.Et il est prêt visiblement à lever les faibles protections qu’elle a.c’est extrêmement grave.

    La seule qualité de borsonaro c’est d’être jugé mysogine.De nos jours ce serait presque un compliment.

    Ce dont les états ont besoin comme leader c’est un leader qui a des couilles,mais qui a aussi du cœur et de l’intelligence.Borsonaro n’a rien de cela mais il fait du bruit pour faire croire aux faibles et aux femmes qu’il en a.

    Soral sait que la drague vulgaire fonctionne souvent mieux que la drague du gentil romantique qui cherche sa maman.

     

  • S’il était cohérent avec ses principes ce Bolsonaro il devrait retourner en Italie, pays de ses parents, en tant que récent migrant !
    Le mec a peine il débarque dans un pays qu’il ferme derrière lui les frontières !


  • S’il était cohérent avec ses principes ce Bolsonaro il devrait retourner en Italie, pays de ses parents, en tant que récent migrant !
    Le mec à peine il débarque dans un pays qu’il veut fermer derrière lui les frontières !


  • j’ai un scoop, pour vous qui êtes pétris d’Identité et de Souveraineté, de Culture et d’Histoire :

    Normalement, les territoires sud et nord américains, africains, océaniens, indiens et asiatiques ne sont pas occidentaux, par définition, pas européens et chrétiens.. Trump et Bolsonaro, eux le sont.

    Commencez donc par méditer un peu là-dessus avant tout, éventuellement...

     

  • Le problème de Bolsonaro c’est qu’il est national-sioniste et non national-antisioniste et que ces connaissances en économie sont très limitées. Son futur ministre de l’économie est un disciple des Chicago boys qui ont débarqués dans plusieurs pays de l’Amérique du Sud après des coups d’états supportés par la CIA, ils implantèrent des politiques économiques ultralibérales selon les travaux de l’économiste américain Milton Friedman avec des résultats économiques dévastateurs. Ce dernier fut le conseiller économique de nul autre que Pinochet au Chili qui prit le pouvoir après un coup d’état de l’armée appuyé par les États-Unis contre le président chilien Salvador Allende.
    Naomi Klein, journaliste canadienne, écrit un livre sur ce sujet et popularisa le terme « thérapie de choc » pour décrire des politiques économiques ultralibérales qui sont utilisés de façon soudaine.
    Voici un documentaire basé sur le livre de Naomi Klein (Sous-titrés en français)
    https://www.youtube.com/watch?v=Mm8...


  • Il est sûr qu’il fallait virer l’ancienne direction corrompue de ce pays. Mais celui-là ne va pas faire que dans la dentelle. Il va sacrifier l’Amazonie et ses peuples qui y vivent, au nom de l’argent. Pour l’écologie mondiale, ça craint. Quand on connait les quelques casseroles qu’il a, pas sûr que c’est bon pour ce pays.


Commentaires suivants