Egalité et Réconciliation
https://www.egaliteetreconciliation.fr/
 
A A A
imprimer

France Info joue à se faire peur avec l’ultra-droite et les Gilets jaunes

Exercice vivant de pourrissement méthodique d’un mouvement

Ce vendredi 8 février, la très mal nommée France Info – en réalité ni France ni infos – s’est amusée à se faire peur. Ou plutôt s’est amusée à faire peur à ses auditeurs. Car nous ne pouvons imaginer que le petit journaliste Matthieu Mondoloni ne croit lui-même à sa propre narration dont le dessein n’est pas de retranscrire une certaine vérité mais bien plutôt de faire exploser les Gilets jaunes par le conflit intérieur.

 

C’est ainsi que commence l’article : le plumitif de service pense détenir la Conférence de Wannsee des Gilets jaunes ! Pas moins :

Ce mouvement est convoité, infiltré même, par l’ultradroite française, c’est ce que révèle notre enquête franceinfo. Une infiltration théorisée il y a maintenant trois semaines, le 19 janvier (...)

Il s’agit en fait ici d’une simple conférence, ouverte au public et même retransmise dans nos propres pages. Rien de secret ni aucun complot n’y fut organisé. Simplement une analyse des événements, quelques manières de l’aborder mais aussi, et c’est bien légitime lorsqu’on fait de la politique, quelques façons d’agir à l’intérieur de ce mouvement pour tenter de lui assurer une certaine réussite – bien sûr dans un certain sens – ou tout au moins lui éviter la déroute.

Car c’est bien cette débâcle qu’espèrent le gouvernement, les puissances oligarchiques et que les médias, leur cheville ouvrière, organisent par une propagande de moins en moins subtile.

 

Des fachos partout...

On nous dit dans cet article qu’ils seraient « environ 200 » et auraient même infiltré le service d’ordre des Gilets jaunes. D’ailleurs, Victor Lenta, une des personnalités de ce service d’ordre, aurait inventé l’attaque par des Black blocs contre Jérôme Rodrigues pour ensuite l’exfiltrer de la manifestation. Qui croire ?

Pourtant de nombreuses vidéos montrent ces antifas ou ces Black blocs à la manœuvre, en général sans chasuble jaune et masqués. Et ce sont d’ailleurs bien des Black blocs dont parlait la semaine précédente ce même Jérôme Rodrigues quelques secondes avant d’être éborgné, et dont il se plaignait de l’arrivée opportune en fin de manifestation (à partir de la minute 8’) :

 

 

Plus loin on nous fait découvrir « les Zouaves », ce groupe fantomatique d’« une soixantaine de membres ultra-violents », ceux-là mêmes qui auraient mis à sac l’Arc de triomphe (dont on appréciera pourtant les tags ci-dessous) et auraient « agressé des militants du NPA » dans une des manifestations.

 

« Justice pour Adama », « L’ultra droite perdra », des slogans particulièrement fascistes...

 

Quelle inversion accusatoire ! Ce sont pourtant bien les militants d’extrême gauche qui infiltrent les manifestations et viennent casser du facho ! Qu’on se rappelle l’attaque en règle de Vincent Lapierre ou du quenellier toulousain. Jamais on a vu une telle violence organisée et en groupe de la part des fantasmagoriques fascistes cités par France Info !

Dans cet autre article aussi, la radio d’État ne voit que des casseurs d’ultra-droite et des antisémites. Il nous semblait pourtant que les vitrines de magasin cassées étaient plutôt l’œuvre de quelques racailles de banlieue et que les banques, les voitures brûlées ou les pavés jetés étaient plutôt l’œuvre de l’ultra-gauche et ses graffitis pourtant sans équivoque : « ACAB » (le Mort aux vaches renouvelé en anglais cosmopolite) et autres « A » barrés anarchistes.

 

... des antifas nulle part

On épargnera à nos lecteurs la liste des nombreuses vidéos, des nombreux témoignages qui abondent sur la Toile. Nombreux sont les authentiques Gilets jaunes écœurés par les agressions répétées de ces milices de la pensée qui viennent agresser toute personne désignée arbitrairement par eux mais aussi pourrir les manifestations, casser des vitres, taguer des murs et mettre volontairement sous tension les forces de l’ordre.

Mais alors où le non-chômeur Matthieu Mondoloni est-il allé puiser de telles fariboles ? Nous avons la réponse. En effet, plus loin dans l’enquête le journaliste laisse la parole à un témoin de choc dont la neutralité et l’objectivité ne peuvent être mises en doute... : un « militant antifasciste parisien » (sic !). Les bras nous en tombent.

Et pour électriser encore davantage ses auditeurs, le journaliste cite une « source policière qui souhaite rester anonyme » (quel dommage) :

« Cela fait un moment qu’on alerte nos autorités, mais c’est minimisé. Au ministère de l’Intérieur, on nous dit que c’est la guerre des boutons, alors que c’est de plus en plus violent. Nous, ce qu’on craint, c’est une nouvelle affaire Méric, qu’un membre de l’ultragauche ou de l’ultradroite meure sous les coups lors d’une manifestation des “Gilets jaunes”. »

 

Le piège

Et c’est ici que le piège se referme sur les Gilets jaunes : le journaliste nous dit « l’ultradroite qui veut prendre le pouvoir, l’ultragauche qui s’y refuse et au milieu un mouvement dont la position apolitique est "intenable" (...) À un moment, les Gilets jaunes seront obligés de choisir ».

Il y a donc une ultradroite par nature violente et putschiste souhaitant s’accaparer le mouvement, une ultragauche hagarde et bienveillante qui essaye simplement de chasser les méchants, et au milieu les Gilets jaunes qui devront choisir. Quelle merveille d’analyse journalopistique !

Le résultat attendu de cette ingénierie est simple, et est toujours le même : l’extrême gauche est appelée à la rescousse, les idiots utiles (et leurs meneurs) infiltrent le mouvement puis le pourrissent. Les authentiques Gilets jaunes dégoûtés prennent leur distance, les nationalistes abandonnent le terrain car l’alpha et l’oméga de leur pensée n’est pas la lutte contre les antifas. Il ne reste alors plus que les gauchistes et le mouvement est parfaitement neutralisé. Il s’éteint.

 

Gageons que les Gilets jaunes sauront éviter ce piège mortel et maintiendront avec la plus grande vigueur la structuration anarchiste (au meilleur sens du terme) de leur mouvement afin qu’il soit parfaitement insaisissable par le pouvoir et ses milices antifascistes. Qu’ils continuent à interdire tous ces drapeaux qui tendent à fleurir (LGBT, CGT, antifascistes, etc.) mais aussi tout slogan partisan. Il en va de la survie du mouvement.

Car finalement, de quel droit l’extrême droite n’aurait pas autant le droit d’exister parmi les Gilets jaunes que l’extrême gauche, l’extrême centre ou n’importe qui ? Le caractère transversal du mouvement recouvre toutes les sensibilités, et comme le dirait Étienne Chouard, demain il faudra gouverner la cité avec tout le monde, même nos ennemis politiques. Qui sommes-nous donc pour dénier à tel ou tel le droit de défiler comme Gilets jaunes ?

 

 

Pour ne pas tomber dans des fausses luttes dirigées par l’élite

 

Les gauchistes plus que jamais alliés du pouvoir profond, voir sur E&R :

 






Alerter

39 Commentaires

AVERTISSEMENT !

Eu égard au climat délétère actuel, nous ne validerons plus aucun commentaire ne respectant pas de manière stricte la charte E&R :

- Aucun message à caractère raciste ou contrevenant à la loi
- Aucun appel à la violence ou à la haine, ni d'insultes
- Commentaire rédigé en bon français et sans fautes d'orthographe

Quoi qu'il advienne, les modérateurs n'auront en aucune manière à justifier leurs décisions.

Tous les commentaires appartiennent à leurs auteurs respectifs et ne sauraient engager la responsabilité de l'association Egalité & Réconciliation ou ses représentants.

Suivre les commentaires sur cet article

Afficher les commentaires précédents
  • #2141487

    Le "piège se referme" ,tandis que le sphincter du journapute lui, s’agrandit.

    Les vases communicants...

     

    Répondre à ce message


  • Mais alors où le non-chômeur Matthieu Mondoloni est-il allé puiser de telles fariboles ?



    Mais enfin, vous ignorez que le "A barré et à l’intérieur d’un cercle" était un signe fasciste ?
    C’est officiel depuis mi-janvier pourtant, c’est passé sur BFM donc c’est vrai.



    les nationalistes abandonnent le terrain car l’alpha et l’oméga de leur pensée n’est pas la lutte contre les antifas



    C’est un "antifa" de l’époque de Serge Ayoub dans un reportage qui l’avait reconnu : "nous on partait en équipe pour chasser et casser du faf."
    Ce qui n’était pas réciproque.
    Bon, je le reconnais, j’ai connu ça à la fin des années 80, et c’est vrai, c’est nous qui partions "à la chasse" pour trouver du facho.

    Y’a deux choses réellement concrètes dans la vie ; la naissance est la principale cause de la mort, et un jeune c’est con. Quant au métier de journaliste aujourd’hui, c’est concret aussi...

     

    Répondre à ce message

  • “Les authentiques Gilets jaunes dégoûtés prennent leur distance, les nationalistes abandonnent le terrain car l’alpha et l’oméga de leur pensée n’est pas la lutte contre les antifas.”

    Certes, par contre la lutte "antifasciste" factice est bien "l’alpha et l’omega" des antifas, et cela fait des décennies que la pouvoir lutte aussi contre les mouvements patriotiques en accordant l’impunité judiciaire quasi totale aux antifas lorsque ces derniers s’en prennent aux patriotes. D’où le pourrissement inéluctable du mouvement des gilets jaunes, à fortiori si les patriotes ne s’organisent pas et délaissent le terrain aux seuls gauchistes.

    Seulement, ce n’est pas face aux sempiternelles provocations des antifas que les forces de l’ordre baisseront les casques et rallieront le mouvement des gilets jaunes, c’est quand ils auront une foule compacte qui brandira des drapeaux régionaux et nationaux (républicain, impériaux ou royalistes). D’où la nécessité de ne pas leur abandonner le terrain lorsque le mouvement rebondira encore plus fort à l’avenir.

    Mais peut être que la clé se trouve finalement en province sachant qu’il n’y a plus de peuple ouvrier à Paris. La fraternisation gilets jaunes et forces de l’ordre a plus de chance de se faire en province, c’est peut être seulement après que le coup de grâce devra être porté à paris dans les lieux de pouvoir.

     

    Répondre à ce message

  • #2141633

    France Info ?
    Dis plutôt France Intox :
    Même un tox est moins faux !

     

    Répondre à ce message

  • Tout est fait, évidemment, pour faire imploser le mouvement de l’intérieur, le décrédibiliser, le diaboliser, le diviser, le politiser, alors qu’il s’agit à la base d’un mouvement populaire de révolte, l’ingénierie sociale marche à plein tube, mais le mouvement résiste pour l’instant, à la faveur du soutien ( passif ), d’une opinion largement résignée, lâche et donc tout en prudence, une opinion encore hésitante, qui jouit plus ou moins de ce qui reste de la société de consommation et de son pouvoir d’achat qui rétrécit mais qui permet encore à la plupart d’entretenir leurs illusions alors même que leur monde disparaît sous leurs yeux peu à peu, le pouvoir oligarchique en place utilisant son armée de réserve fidèle, ultra gauche, antifa, et autres blacks blocs, que les vrais gilets jaunes commencent à redouter plus que les forces de police, nous ne sommes plus ni aux 18 ème, 19 ème ou début du 20 ème siècle, la révolution sera inédite ainsi que ses modes d’action , sur fond de réseaux sociaux, d’Internet et de propagandes, ou bien elle ne sera pas.

     

    Répondre à ce message

  • #2141763

    Ce qui me fait sourire c’est le fait que certains médias agissent avec le peuple comme avec un troupeau de bétail , soit vous lui donner des coups de batons , soit vous lui faite peur en lui criant dessus en lui émettant des bruits ou en lui donnant des ordres en criant « où va tu sale bête » ; bref ces médiats nous font comprendre que nous sommes de simples animaux : un troupeau d’humain et au dessus se sont des dieux .

     

    Répondre à ce message

  • Le grand Barnum avec doctor Macron and his médecine show.....applaudissez bien fort !

     

    Répondre à ce message

  • Il faut reconnaitre que ce fut un moment d’un rare comique !

     

    Répondre à ce message

  • C’est bien, c’est bien... Comme ça les gilets jaunes qui n’ont jamais - et n’auraient jamais - voté FN, vont commencer à se demander pourquoi "on" (le gouvernement, les antifas, les médias...) attribue leurs revendications à l’extrême droite.

    De là à ce qu’ils se commencent à réaliser qu’en fin de compte, le FN est effectivement le parti le plus à même de réaliser leurs souhaits (à commencer par le RIC)... En tous cas, le seul parti qui peut encore nous sauver de poursuivre avec la clique à Macron...

     

    Répondre à ce message

  • #2142618

    Le peuple va toujours suivre ceux qui détiennent la plus grande force physique.....

     

    Répondre à ce message

Afficher les commentaires précédents