Egalité et Réconciliation
https://www.egaliteetreconciliation.fr/
 
A A A
imprimer

France : le chef des Opérations spéciales dément tout "ciblage" à Mossoul

Le commandant des opérations spéciales françaises a pour la première fois démenti publiquement jeudi un programme d’« exécutions ciblées » contre les djihadistes français qui combattent dans les rangs de l’État islamique à Mossoul, comme l’avançait le Wall Street Journal en mai.
Selon le quotidien américain, les forces spéciales françaises auraient fourni au contre-terrorisme irakien une liste de 27 noms de ressortissants français, accompagnée de photos pour cinq d’entre eux, afin d’empêcher leur retour en France pour y commettre des attentats.

 

À l’époque, l’état-major des armées françaises s’était refusé à tout commentaire sur l’existence d’une telle liste, soulignant que la mission des forces spéciales à Mossoul, fief du groupe État islamique (EI) en Irak, était de « conseiller et d’appuyer les troupes irakiennes », dans le cadre de la coalition arabo-occidentale.

« Nous on ne fait pas de ciblage, ça n’a pas de sens », a affirmé jeudi lors d’un point de presse le vice-amiral Laurent Isnard, commandant des COS.

« Ce sont des combattants que l’on a en face de nous. On est dans de petites ruelles, de petits quartiers, on est en train d’attaquer la médina. Vous n’imaginez pas qu’on va choisir : “moi je vais taper dans la deuxième rue, la troisième à gauche, sur telle personne” », a-t-il poursuivi.

[...]

Il a souligné que les opérations spéciales françaises en Irak, certes « confidentielles », n’étaient pas des « missions secrètes » et s’inscrivaient dans le droit de la guerre.

[...]

Le porte-parole du gouvernement avait déclaré fin mai que les Français partis combattre dans la zone irako-syrienne au côté de Daech (acronyme arabe de l’EI) devaient « assumer les risques » d’une telle décision.

La question des exécutions extrajudiciaires – « homo » pour « homicides » – a été rouverte en France par des confidences de François Hollande dans le livre Un président ne devrait pas dire ça, paru en octobre 2016, dans lequel il revendiquait des éliminations ciblées, hors du cadre légal des conflits armés, contre au moins quatre djihadistes présumés à l’étranger.

Lire l’article entier sur capital.fr

 


 

 

 

L’analyse en profondeur du conflit proche-oriental
et de l’implication de la France
est sur Kontre Kulture

 

La bataille de Mossoul en Irak, sur E&R :

 



Article ancien.
Les commentaires sont désactivés



Alerter

9 Commentaires

AVERTISSEMENT !

Eu égard au climat délétère actuel, nous ne validerons plus aucun commentaire ne respectant pas de manière stricte la charte E&R :

- Aucun message à caractère raciste ou contrevenant à la loi
- Aucun appel à la violence ou à la haine, ni d'insultes
- Commentaire rédigé en bon français et sans fautes d'orthographe

Quoi qu'il advienne, les modérateurs n'auront en aucune manière à justifier leurs décisions.

Tous les commentaires appartiennent à leurs auteurs respectifs et ne sauraient engager la responsabilité de l'association Egalité & Réconciliation ou ses représentants.

  • #1751909
    le 23/06/2017 par Joseph Gobelet d’urine chef de la propagande & Maurice Pimpon
    France : le chef des Opérations spéciales dément tout "ciblage" à (...)

    La guerre quoi.... (finance, géopolitique, intérêt, stratégie, magouille, etc...)


  • Combien de Français sont au courant que nous avons des soldats en Syrie contre l’avis du président Syrien ? Vincent Lapierre a-t-il posé la question en micro-trottoir ?


  • "Les opérations spéciales françaises en Irak" sont totalement ILLEGALES aux yeux du droit international . Imagine-t-on un instant des "forces spéciales" d’un pays étranger "opérer" en France ? Elles ne doivent servir que les intérêts d’Israël qui veut détruire la Syrie et en faire fuir ses habitants pour pouvoir s’en emparer . Que ces forces servent les intérêts des Français en ciblant les jihadistes "français", ce serait trop beau ! Des soldats français qui combattent dans l’intérêt du peuple français, c’est tout simplement impensable !

     

  • « Nous on ne fait pas de ciblage, ça n’a pas de sens »
    La fin de la phrase étant :« on en a besoin en France pour créer de la terreur, on ne va pas les buter, ça n’a pas de sens »

    Et dire qu’il y a encore des imbéciles pour croire que les 5 armées les plus puissantes de la planète ne peuvent venir à bout de soi-disant ennemis soi disant sous équipés et peu nombreux...


  • " Vous ne croyez tout de même pas que l’armée française soit au service du peuple français et le protège en faisant exécuter des jihadistes "français", elle est au service de la sécurité d’Israël et se fout de la sécurité des Français " .


  • Heureusement que nos troupes liquident les djihadistes présents là bas avant qu’ils ne reviennent


  • Euh il faut redescendre sur terre, les opérations extérieures d’élimination de terroristes ou de personnes à risque pour la sécurité nationale existent depuis très longtemps, dans le jargon du renseignement on les appelle opérations "Homo" pour homicide. Il faut lire le livre de Vincent Nouzille "Les tueurs de la République".

    Quelles soient réalisées par les Forces Spéciales ou le service Action de la DGSE n’y change pas grand chose au niveau du résultat.

    Au risque de choquer ici, je n’y trouve rien de choquant. Il est vrai que dans un monde idéal il ne faut pas tuer, mais dans le monde réel c’est une autre paire de gant.

    A signaler quand même que ce genre d’opération doit toujours recevoir l’accord de la plus haute autorité : le Président de la République.