Egalité et Réconciliation
https://www.egaliteetreconciliation.fr/
 
A A A
imprimer

Frédéric Delavier : "Picasso, c’est de la merde"

 

Frédéric Delavier : « L’art contemporain, ce n’est pas de l’art »

 

Revoir l’analyse d’Alain Soral sur l’art contemporain (29 janvier 2009) :

Voir aussi, sur E&R :

Sur l’art contemporain, lire chez Kontre Kulture :

 



Article ancien.
Les commentaires sont désactivés



Alerter

122 Commentaires

AVERTISSEMENT !

Eu égard au climat délétère actuel, nous ne validerons plus aucun commentaire ne respectant pas de manière stricte la charte E&R :

- Aucun message à caractère raciste ou contrevenant à la loi
- Aucun appel à la violence ou à la haine, ni d'insultes
- Commentaire rédigé en bon français et sans fautes d'orthographe

Quoi qu'il advienne, les modérateurs n'auront en aucune manière à justifier leurs décisions.

Tous les commentaires appartiennent à leurs auteurs respectifs et ne sauraient engager la responsabilité de l'association Egalité & Réconciliation ou ses représentants.

  • #1789179

    Sur le sujet, lire le livre de Frances Stonor Saunders " Who paid the piper" en VF "Qui mène la danse"
    Analyse radicale et exhaustive.


  • Ouch, quelle idée fixe qui revient sans cesse. Nous sommes des esclaves, on nous oblige à aimer Picasso...
    — S’il est vrai que l’art contemporain regorge de gribouillis sans âme, il existe des œuvres dont la forme ne parle pas à l’intellect, qui ne peuvent pas se comprendre par la raison, mais qui nous touchent d’une manière mystérieuse. Ces œuvres sont créées avec les tripes et cela se ressent quand on les regarde.
    Il ne faut pas tout jeter dans le même panier.
    — Possible que ce monsieur est un de ces rebelles de la pensée qui attribue à tout ce qui a du succès populaire et critique l’étiquette de "on nous force à".
    L’art c’est trouver la vérité. Pas s’écouter penser.

     

    • Peut-être, mais Picasso c’est de la merde.
      Il suffit de voir une seule toile pour s’en convaincre.


    • #1789219

      Je cite : "L’art c’est trouver la vérité".

      Non, je pense que c’est l’exact contraire : l’art c’est la vérité qui nous trouve !


    • #1789277

      Justement Picasso nous oblige à s’écouter penser ! Aucune émotion pure ,provenant de notre coeur ;uniquement de l’introspection intellectuelle du genre ; est ce que je comprends ce tableau ?Suis je assez perspicace pour voir les secrets visuels du maitre ? Mon oeil est-il suffisamment connaisseur pour apprécier " l’oeuvre " ? Suis-je capable d’en discuter dans les receptions d’initiés ? Et j’en passe ...etc....L’émotion terminé ! Quand à trouver la vérité ? Quelle vérité ? La tienne ?La mienne ?Celle du système ? Celle des riches ? Celle des pauvres ? etc...J’en connais une vérité : suivre mon coeur qui me chuchote d’aimer le beau , le pacifique , l’inspirant ,le bienveillant ,l’humble ,qui inspire mon ame au paradis !


    • Mon cher mogin,

      ce que vous dites est totalement « oxymorique » :-) : si la seule vérité qui vous intéresse est celle de votre cœur, c’est donc bien la preuve qu’elle n’a d’importance que pour vous, raison pour laquelle... elle n’a rien d’universel et n’intéresse évidemment pas le peintre.

      Soit l’art est universel et l’artiste de tendre vers une vérité qui transcende vos/nos goûts individuels, soit « tous les goûts sont dans la nature » et « toutes les opinions se valent », ce qui rend caduque la valeur universelle de l’art.

      Autant dire que l’art n’existe pas.


    • @ Kez

      De la merde en boucle apparemment...

      A qui le tour ?

       :-)


  • #1789194

    "l’on achète très cher des non-œuvres avec de l’argent qui n’existe pas" ça c’est dans le meilleur des cas... parce que je suis persuadé que ce milieu(de l’art moderne) sert, parfois, à optimiser fiscalement (dons aux fondations, ISF) ou peut-être pire,à blanchir de l’argent douteux...


  • #1789204

    Un moment de joie intense. 40 ans que je pense que Picasso c’est de la m... J’osais à peine le dire. Je me sens moins seul.


  • #1789210
    le 24/08/2017 par Georges 4bitbol
    Frédéric Delavier : "Picasso, c’est de la merde"

    Propos attribués à Picasso :
    "La nuit je ponds(peints) une merde, le lendemain je m’achète un palace".

     

    • #1789367

      Dans le prolongement de cette citation, il y a deux testaments de Picasso : l’un ’’officiel’’ qui détermina ’’sa succession’’ et ’’l’autre’’...jamais divulgué mais qui en réalité doit déterminer sa perception de l’art pictural vue au travers ses acheteurs... !
      Je pense qu’il doit s’y foutre totalement de ceux qu’il a bernés en ’’créant des merdes’’, du snobisme et de la surenchère des milieux friqués...De Picasso à Picassous il y a peu !!! Il a réussi son coup de manière magistrale...


  • 1.

    Si « Picasso c’est de la merde », alors il en va de même de Monet, Degas ou Cézanne… Déstructurer ne signifie pas faire n’importe quoi en toute liberté, comme le répète en boucle ce monsieur sans rien démontrer.

    Il est tout à fait normal que les peintres se soient un moment donné dégagés d’une représentation littérale des choses, car aucun peintre – aussi bon technicien soit-il – ne pourra jamais faire aussi bien que Mère Nature lorsqu’il « crée » une image – C’est le sens du « Ceci n’est pas une pipe » de Magritte. En effet, ceci ne peut pas et ne pourra jamais ETRE une pipe, mais seulement un « pâle reflet » de l’objet en question, c’est-à-dire quelque chose d’illusoire.

    Les arts n’ont donc pas à être « mimétiques », ils sont un langage dont chacun à son propre vocabulaire : s’il s’agit de peinture, ce sera le langage des formes et des couleurs ; s’il s’agit de sculpture, ce sera le langage des formes et des volumes ; s’il s’agit de poésie, ce sera le langage des mots etc. Imaginerait-on une poésie qui se limiterait à reproduire « littéralement » la parole telle qu’elle sort de notre de bouche lorsque nous parlons ? Imaginerait-on une musique qui reproduirait « littéralement » le chant des oiseaux ? Evidemment non. Dès lors, pourquoi les formes et les couleurs utilisées par le peintre seraient-elles condamnées à « copier » ce que Mère Nature fait à la perfection et sans l’aide de quiconque ? Soit l’art fait « double emploi » avec l’œuvre de la Nature (qui plus est sans jamais pouvoir l’égaler) et dans ce cas il ne sert absolument à rien, soit il sert à quelque chose et dans ce cas il faut bien admettre qu’il possède son propre langage. Autrement dit, la recherche de la « perfection » en art ne suit pas le même chemin que celui qui aboutit à cette « perfection » qui nous comble lorsque nous contemplons un coucher de soleil où l’immensité d’un océan.

     

    • #1789286

      Picasso n’a fait que reprendre à son compte un art traditionnel africain.

      L’art contemporain n’est que de la merde. Je vous invite à considérer les oeuvres des peintres italiens du 15e siècle qui réussissait à nous faire ressentir l’atmosphère et les émotions d’une scène et de ses participants. L’art contemporain ou l’art dégénéré comme on devrait plutôt le nommer n’est qu’un vide sans fond vendu par les mêmes marchands du temple qu’à une autre époque.

      Qui sont les promoteurs de ce pseudo "art" ?

      Qu’est-ce qu’ils doivent se marrer ceux qui réussissent à vendre à prix fort des daubes à des ignares crédules qui gobent absolument n’importe quelle ineptie pour ne pas avoir l’air stupides. Ces derniers ne faisant finalement que démontrer leur abyssale ignorance et leur risible pédance.


    • #1789296

      Vous avez parfaitement raison, la comparaison avec les autres arts est très efficace.
      La signification qu’il donne à la mise en avant de l’art contemporain a sans doute en partie réelle et donc pertinente, mais elle ne forme pas un tout.
      Les gens sont toujours attirés par les pensées binaires dans les milieux dissidents en réaction au relativisme absolu, mais ils tombent tout autant dans l’erreur.


    • Il faut toujours un snob pour tenter de venir nous baratiner.

      Si je voyais dans la nature quelque animal ressemblant à ce que peint Picasso, je trouverais ça horrible. Même les monstres dans les films d’horreur sont moins moches.

      Une cathédrale française ne copie pas ce qu’on trouve dans la nature, mais c’est très joli.

      Pas la peine d’essayer de cacher vos goûts de chiotte derrière des ergoteries.


    • #1789362

      Il ne s’agit pas de faire l’impossible, copier la perfection de la nature.
      Mais, comme la nature, rechercher l’harmonie et la beauté.

      La symétrie, l’harmonie des formes ou des couleurs sont des notions que tous le monde ressens. Tous les humains peuvent s’émouvoir et tous recherchent l’harmonie.

      Ca me rappel un docu que j’ai vu il y a des années, sur Arte je crois. Ca montrait une étude faite sur des gens pour déterminer la beauté physique.
      On montre des photos de visages de femmes à des hommes et les hommes donnent une note en fonction de leurs beauté, pareil avec des femmes a qui on montre des photos d’hommes qu’elles doivent noté.
      Après le test ils ont conclus que les photos des personnes qui étaient considérer comme les plus belles étaient celle qui avait les traits du visage les plus symétriques.


    • Quand j’étais petit j’apprenais le violon, du coup
      j’etais confronté aux partitions de Bach, Mozart, Beethoven... par rapport aux potes qui écoutaient du acdc et iron maiden ça me rendais un peu comme quelqu’un habitué à la gastronomie et qui devrait aller chez macdo.
      enfin bref, entrer dans ces partitions c’est en voir un bout de l’immense richesse . La musique pop est souvent bâtie sur 3 accords et un rythme en 4\4...
      et mes potes me disaient "question de goût"
      quand ils ne se moquaient pas de moi.
      plus tard j’ai découvert debussy , ravel dont certaines œuvres sont déjà bien dissonantes,
      et puis messiaen ou ligetti . C’est en entrant dans leurs partitions que l’on peut découvrir la richesse de leur musique ... et j’ai encore des amis qui ne comprennent pas cette musique , ils ne se moquent plus de moi , heureusement , mais me disent que c’est une question de goût ...
      je ne pense pas . Apprécier la musique en profondeur c’est un travail .

      Apprecier réellement le très bon vin c’est un apprentissage .

      Pour apprécier à sa juste valeur un art, il faut avoir non seulement l’ouverture d’esprit mais l’envie de travailler pour entrer dans cet art .

      evidemment certaines œuvres sont plus faciles.
      Le boléro est plus facile que le trio de Ravel .
      et pour beaucoup les arlequins de Picasso seront plus compréhensibles que guernica..

      Mais se là à dire que c’est de la merde...
      Je pense que le problème est que Delavier a été malheureusement "obligé" d’aimer Picasso au mauvais âge , ou sans motivation intrinsèque , comme tant d’enfants qu’on oblige à aimer les maths ou la littérature ...


    • " Si « Picasso c’est de la merde », alors il en va de même de Monet, Degas ou Cézanne… "
      Non, pas du tout ! On ne voit pas pour quelles raisons des choses différentes se verraient apparentées !!! C’est n’importe quoi.


    • @ AF

      Il faut toujours un snob pour tenter de venir nous baratiner.

      C’est dur de penser, hein :-)

      Si je voyais dans la nature quelque animal ressemblant à ce que peint Picasso, je trouverais ça horrible. Même les monstres dans les films d’horreur sont moins moches - Une cathédrale française ne copie pas ce qu’on trouve dans la nature, mais c’est très joli.

      C’est fait pour ! Comme les gargouilles des "z"olies cathédrales (mais pourquoi françaises, êtes-vous chauvin ?), c’est là pour écarter les profanes. Vous voyez ce que je veut dire ?

      Pas la peine d’essayer de cacher vos goûts de chiotte derrière des ergoteries.

      Je disais penser, pas insulter :-)

      @+ quand même ! :-)


    • #1789677

      Merci Gnut et LG pour votre argumentation, que je trouve très juste. Ici, je suis surpris de lire des textes de gens bornés : l’art contemporain, c’est de la merde ; vivent l’harmonie et la nature ! etc. Au passage, Baudelaire détestait la Nature mais était en quête d’harmonie. Oui, LG et Gnut, il faut faire des efforts. Opposer les périodes n’a par ailleurs pas grand sens : Picasso est en dialogue avec les grands maîtres qui l’ont précédé (Manet, Cézanne, Velasquez), les sérigraphies de Warhol lui ont été inspirées par les iconostases de son enfance.
      L’art de la Renaissance est très complexe, moins accessible qu’il n’y paraît (lisez Arasse, Francastel, Chastel) et si j’ai un goût fort prononcé pour cette période, j’aime aussi l’impressionnisme et quelques artistes contemporains et modernes : la vibration d’un Rothko, la puissance d’un Stella (série consacrée à Melville), la beauté des tableaux de Bernard Dufour (disparu récemment), les installations de Bill Viola etc. Il n’y a pas que des artistes sans art (J.P. Domecq) dans l’art contemporain ! Et quant à sa critique (nécessaire), je préfère ce qu’en écrivent Muray et Baudrillard. Mais c’est surtout l’art post-duchampien qui est leur cible et tout ce qui vient de Fluxus. J’apprécie le travail d’E&R mais sur la question de l’art contemporain, M.Delavier, qui fait souvent de bonnes vidéos, je tiens à le signaler, me semble pour le coup manquer de poids (sans jeu de mots).


  • 2.

    En vérité, ce monsieur est un « vitaliste » (ce qui est une forme de naturalisme) qui ne comprend pas que l’art est par définition une opération qui a pour vocation d’amener (à la fois l’artiste et le spectateur de l’œuvre) à un « dépassement de soi » et par conséquent au dépassement des limites de toute forme de « naturalisme » quel qu’il soit. Ce qui lui plaît, c’est de retrouver dans une peinture ou une sculpture les formes extérieures d’une femme bien potelée, car cela lui rappelle son idéal de fesses. Pourquoi pas, mais cela n’a rien à voir avec l’art mais seulement avec ses propres « goûts personnels » qui, par définition, n’ont rien d’universel.

    Il est évidemment plus « confortable » et moins fatiguant de pouvoir se rattacher à des repères connus (« Vous avez vu Germaine, comme ces vaches sont bien peintes ? On dirait des vraies  ») que de faire l’effort de s’en abstraire pour remonter jusqu’aux seules relations qui unissent « formes » et « couleurs » dans leurs rapports objectifs. C’est précisément pour amener le spectateur à sortir de ce « confort bourgeois » du regard qu’un peintre comme Picasso a poursuivi le travail de déconstruction entamé par Cézanne et qui trouvera son achèvement avec Mondrian, et non pas pour le plaisir de tout casser.

    L’argument du « ressenti » m’amuse toujours beaucoup. Le fait que mon oncle Arthur éprouve beaucoup de « ressenti » face à sa collection de bagues de cigares fait-il de celle-ci une œuvre d’art ? Non, l’art ce n’est pas simplement une affaire de « chair de poule ». Et puis, qu’est ce qui autorise ce monsieur à penser qu’un Picasso ou un Warhol n’éprouve aucun « ressenti » dans son travail ?

    Ceci dit, il y a une critique radicale de l’art moderne à faire, notamment sur base de sa carence fondamentale : son absence de toute forme de « symbolisme » authentique ; ce qui est une tout autre question.

     

    • La référence est seule question de ce qui différencie le juste de l’erreur, la connaissance de l’ignorance savante. Partant de là et de la qualité de l’interprète, est exprimé ce qui s’approche de la beauté à son éloignement le plus grand possible le temps passant.
      Les vaches de Lascau sont plus proches de la réalité, pas la visuelle bien sur, mais de ce que les vaches sont, que les caricatures de Picasso.
      Au nom du libre-arbitre, l’homme a le droit d’être en accord avec l’erreur, mais en a t-il le devoir, par principe ?


    • @LG

      J’ignore si et où tu as étudié l’art, la peinture, la sculpture ou l’archi, mais je dois t’apprendre que la peinture réaliste est d’avantage porteuse de sens et de vérité qu’un putain de monochrome ou que l’affreuse Guernica, devant laquelle Picasso posait avec des généraux américains pour la postérité, et accessoirement pour la "paix".

      Il est complètement débile et mainstream de réduire une excellente peinture réaliste à de la photographie, car tout l’Art réside précisément dans la structure, la symbolique et la sémantique volontairement dirigée

      Encore une fois, un monochrome aussi subtile soit-il, ou une photo immortalisant l’éphémère ou le futile, ne pourra jamais exprimer la seule Réalité, la Vérité

      Je dois aussi t’informer que les cathédrales gothiques sont évidemment inspirées par la nature , pas par une déstructuration chaotique et nihiliste.

      Donc oui, Picasso, Koons ou Warhol c’est définitivement de la merde... en boite !


    • 1.

      @ ed

      J’ignore si et où tu as étudié l’art, la peinture, la sculpture ou l’archi (...)

      Poser la question c’est y répondre :-)

      mais je dois t’apprendre que la peinture réaliste est d’avantage porteuse de sens et de vérité (…)

      Tu devrais aller expliquer cela à un calligraphe chinois ou japonais, cela l’amusera beaucoup :-) J’ai vécu des années en Chine et je peux te dire que ton « suprématisme figuratif » ils s’assoient dessus… depuis FO HI !

      (…) qu’un putain de monochrome ou que l’affreuse Guernica etc.

      Les expressions « putain de » monochrome et « l’affreuse » Guernica sont de simple jugements de valeur qui te concerne et n’ont rien à voir avec la définition de l’art. De ton « opinion » (ou de la mienne ou de celle de Pierre, Paul ou Jacques) l’Apollon dieu des arts s’en bat l’œil à du 100 à l’heure, si je puis me permettre cette…liberté de langage  :-)

      Il est complètement débile et mainstream de réduire une excellente peinture réaliste à de la photographie, car tout l’Art réside précisément dans la structure, la symbolique et la sémantique volontairement dirigée

      Certes, et en quoi un monochrome de Klein ou une toile de Mondrian ne correspondraient pas à ce « signalement » ? J’attends une réponse structurée, pas une simple sortie « jaculatoire », merci d’avance :-)


    • 2.

      Je dois aussi t’informer que les cathédrales gothiques sont évidemment inspirées par la nature (…)

      Oui, mais il ne s’agit pas simplement d’en reproduire les formes de manière réaliste, ce qui reviendrait à faire « double emploi » avec l’œuvre de Mère nature, comme je l’ai expliqué précédemment.

      J’ai également écris que : Ceci dit, il y a une critique radicale de l’art moderne à faire, notamment sur base de sa carence fondamentale : son absence de toute forme de « symbolisme » authentique ; ce qui est une tout autre question.

      C’est précisément en cela que l’art Moderne (dont les origines remontent bien au-delà de l’époque dite moderne, nous en parlerons peut-être une autre fois :-) ne sera jamais un « art sacré » et qu’une œuvre moderne ne peut en aucun cas être un « support de méditation » ou de « contemplation » comme le sont une icône byzantine, un mandala tibétain ou un yantra hindou (ces deux dernières formes d’art étant – je le signale en passant – des œuvres non figuratives…). C’est précisément à CE NIVEAU DE COMPREHENSION des choses qu’il faut s’élever pour arriver à saisir les véritables limites de l’art Moderne, c’est-à-dire d’un art essentiellement profane ou anti-traditionnel  ; non pas en le traitant de « merde » sans par ailleurs n’y rien comprendre.

      C’est très bien de vouloir opérer une critique de la Modernité, encore faut-il faire l’effort de comprendre ce qu’elle est, comment elle fonctionne et ce qu’elle dit, au risque de manquer indéfiniment sa cible, ce qui semble être une des marques de fabrique des milieux dits réactionnaires, à la grande satisfaction de l’ennemi qu’ils s’imaginent combattre.

      Vous êtes vraiment les champions des coups d’épée dans l’eau.

      (…) pas par une déstructuration chaotique et nihiliste.

      Il ne s’agit pas de cela non plus…


    • 3.

      Donc oui, Picasso, Koons ou Warhol c’est définitivement de la merde... en boite !

      Tu aurais pu faire preuve de finesse pour le coup, et écrire : de la merde… en tube. Mais sans doute ne faut-il pas trop demander :-)

      Ce « Donc oui » introductif tout droit sorti de la Méthode Coué est-il là pour tenter de donner plus de poids à une conclusion qui ne repose finalement sur aucune démonstration, à la façon de l’ « argument d’autorité » du prélat à bout de souffle ?

      Il y a en fait un intrus dans le trio que tu donnes, dont la « merde » est le contre-exemple même de ce que proposaient les deux autres, ce qui démontre la totale absence de discernement de la pseudo-critique à laquelle tu te livres.

      C’est dommage.


    • 1- la calligraphie c’est de la calligraphie, pas de la peinture.. ça revient à confondre le cinéma et la littérature.

      Concernant Mondrian ou Klein, quand on a étudié l’histoire de l’art, l’analyse esthétique et systémique, on sait que l’art abstrait est dépourvu de champ sémantique.

      2-À part des jugements de valeurs très révélateurs et de vagues conjectures absconses, je ne vois rien, et ce malgré ta "grande élévation spirituelle",

      3-Je faisais référence aux Campbell’s Soup Cans, de la merde en boite, donc, mais visiblement tu ne connais rien non plus à l’oeuvre de Warhol.


    • @ ed

      1.

      « la calligraphie c’est de la calligraphie, pas de la peinture, ça revient à confondre le cinéma et la littérature ».

      Tu noies le poisson... C’est très clairement « l’abstraction » en peinture qui tu as mise en accusation, lui reprochant de n’être pas porteuse de sens. J’ai donc très logiquement répondu en citant la calligraphie, qui est un art pictural abstrait. Si l’on prend la forme la plus extrême de cet art, c’est-à-dire la calligraphie zen, on est même face à un refus catégorique de « figurer » quoi que ce soit.

      « Concernant Mondrian ou Klein, quand on a étudié l’histoire de l’art, l’analyse esthétique et systémique [et pourquoi pas l’analyse volcanique ou la pyrotechnie…] , on sait que l’art abstrait est dépourvu de champ sémantique ».

      Même un trait vertical tracé dans le sable a du « sens », ce qui ne veut évidemment pas dire qu’il s’agisse d’ « art », mais tu as encore un peu d’effort à produire.

      J’aime beaucoup le « on sait que », qui me rappelle le « Donc oui  » d’il y a trois jours ; toujours l’ « argument d’autorité » mâtiné de Méthode Coué :-). On se demande vraiment qui est ce « on » et d’ « où » il tire ses conclusions. Peut-être l’apprendrons-nous au prochain numéro :-)

      Nan, nan gros malin, le « champ sémantique » d’une œuvre abstraite est formé du dialogue qui se noue entre les couleurs, ainsi qu’entre les couleurs et les formes qu’elles côtoient, par exemple en les remplissant… ou en ne les remplissant pas  :-) ; voilà pourquoi les formes ne sont pas toujours « remplies » chez Picasso, ou que cela « déborde » de tous les côtés dans certaines sérigraphies de Warhol… Nous nous rapprochons du sujet :-)

      Croire qu’il faille absolument dessiner un bonhomme avec une pipe et un chapeau pour « faire sens », c’est vraiment n’avoir rien compris au vrai sujet de la peinture, c’est-à-dire : la peinture elle-même et l’acte qu’elle dévoile.


    • 2.

      Et si tu pensais que les peintres ou sculpteurs anciens n’étaient pas « travaillé » par cette question, je te propose de jeter un œil sur les sculptures tardives de Michel-Ange, où fait surface la notion de « non fini » : le sujet extérieur (par exemple l’ « esclave ») n’est plus qu’un simple prétexte pour mettre en scène l’acte de sculpter en tant que tel. Le vrai « sujet » de la sculpture, c’est « la sculpture ».

      L’esclave (!Tu comprends !?) se dégage de la pierre, comme le peintre (c’est lui l’esclave !!!) tente de se dégager de la... représentation littérale du Réel qui l’emprisonne et dont il sait qu’il ne pourra jamais venir à bout - car Mère Nature fait et fera toujours mieux que lui !

      On trouve la même chose chez Vermeer, qui est pourtant un ultra-figuratif (et à mes yeux le plus grand de tous). Dans sa « Dentellière », le fil rouge (c’est le cas de le dire !) est traité de manière à révéler l’acte (le geste) de peindre – c’est à cela qu’il sert, pas du tout à « figurer » un fil - exactement comme le systématisera Jackson Pollock …250 ans plus tard. Le fil rouge peint par Vermeer c’est du Pollock avant Pollock.

      « Je faisais référence aux Campbell’s Soup Cans, de la merde en boite, donc,(…)

      Ah ok, alors là pour le coup Mea culpa, c’est pas mal du tout :-) 

      (…) mais visiblement tu ne connais rien non plus à l’oeuvre de Warhol ».

      Sache que ma réputation et mes compétences dans le domaine sont connues bien au-delà des frontières hexagonales (bien que je sois belge, une fois :-). Histoire de savoir à quoi l’on s’expose lol

      @micalement, quand même !


    • 3.

      Concernant le thème de l’esclave chez Michel-Ange, je faisais bien sûr allusion à la série des Captifs, l’Esclave s’éveillant, l’Esclave barbu et le Jeune Esclave ; et non pas à l’Esclave mourant, bien qu’on y trouve déjà la "trace" de quelque chose :-)


  • #1789225

    Perso concernant l’art contemporain le seul qui ait vraiement eu du génie est : Salvador Dali...
    Son nom complet etait : Salvador Domingo Felipe Jacinto Dalí

    Il a reellement revolutionner l’art de peindre et quel dessinateur ....


  • #1789233

    Faux, la force de l’œuvre de Picasso est dans sa variété, dans son renouvellement, pas dans une « volonté de déstructurations » de l’art. Son œuvre est le reflet de l’homme à la personnalité complexe, riche, tourmentée et sexuelle. Donc pour aimer l’œuvre il faut d’abord aimer le peintre et cette personnalité extravagante.

    Ses périodes bleues et roses sont très belles et témoignent d’un grand style. La période cubiste empruntée à Braques dépasse tous les cadres de l’époque. Il faut remettre l’art dans son contexte pour le comprendre et « les demoiselles d’Avignon » a été considéré comme révolutionnaire pour tous les grands peintres de l’époque car Picasso était le premier à sortir des codes et ce tableau était pour tous les peintres de son époque une révélation. La grande force de Picasso était de sentir son époque, son temps et d’y coller ! Qu’on le veuille ou non, il a inventé la peinture moderne.

    Vrai, sa glorification, même pour son ultime période de faible qualité, participe à la volonté d’imposer le schéma de pensée que l’homme est libre alors qu’il ne l’est pas. Cela fait partie de la tendance de mise en esclavage de l’homme par le capitalisme mercantile.

    Maintenant, on a tout à fait le droit de rejeter son œuvre car elle n’est pas consistante. Certains de ses tableaux sont extraordinaires de créativité et de force, mais une grande partie est répétitive et moche. Picasso était nul en céramique et en sculpture ou l’harmonie imposée par les codes classiques est encore plus nécessaire qu’en peinture.

     

    • #1789575

      @ Culturovore
      Vous commencez par dire Faux, la force de l’art de Picasso est dans sa vérité. Je n’aime pas son oeuvre aussi variée qu’elle peut vous sembler. L’art en soi n’a aucune définition, car l’émotion ou la réflexion suscitée par une oeuvre, ou tout autre critère de jugement est complètement subjectif et ne peut se transposer d’une personne à une autre dans sa totale définition. Par contre une valeur certaine, immuable, en perpétuel progression sans poser la moindre question, son prix. Du coup ça rend son attractivité et les concepts émanant de l’artiste ou de sa création bien plus foisonnants. Dès lors, parle t’on encore d’art ou d’ une autre chose à définir.


  • #1789264
    le 24/08/2017 par Pépé le Moko
    Frédéric Delavier : "Picasso, c’est de la merde"

    Picasso de la merde ?!?

    Là ... c’est sûr ... ( pour une fois qu’on peut être sûr de quelque chose !!! )


  • #1789265

    D’accord avec Delavier, Picasso c’est de la merde, mais en revanche, il n’a pas bien compris une autre raison pour laquelle Picasso présentait cette oeuvre destructurée, comme tant d’autres "artistes" ont présenté des oeuvres froides, au langage vulgaire et faisant l’apologie de la dureté et de l’inhumanité (il n’y a pas que Léautaud, Céline, mais tous les autres du XXème siecle, qui ne sont pas de l’art non plus, pour moi. Le XXeme est nul d’un bout à l’autre ! littérature nulle, peinture nulle, architecture nulle, etc) :

    C’est que l’artiste retranscrit l’âme de son époque, toujours, il ne crée pas au hasard !

    Or, l’ère moderne, c’est la froideur, le crime, la guerre, la bêtise extrême athée matérialiste, la décadence, la destruction de civilisation, donc pas question de créer dans ces conditions de grandes oeuvres spirituelles, pas question de faire du Mozart ou du Bach, ce n’est tout simplement pas possible !
    L’art reflète toujours la profondeur de l’époque, or, il n’y a pas de profondeur au XXeme.

    Picasso l’avait très bien exprimé dans cette célèbre histoire vraie :

    Un officier nazi avait approché une oeuvre de Picasso, Guernica, en présence de son auteur. Dialogue :

    — > officier nazi, avec dédain :
    "Mr Picasso, vous ne voyez pas que c’est du chaos, votre peinture, vous ne voyez pas que c’est très laid ? Vous ne voyez pas que ce n’est pas de l’art et que vous trompez les gens ??"

    — > réponse de Picasso :
    "Mais bien sûr que je le vois, qu’est ce que vous croyez ? C’est très laid, c’est du chaos, voyez ces gueules ouvertes à l’agonie qui symbolisent les hurlements de douleur, voyez ces cranes au sol, la mort, ce n’est pas beau du tout, est ce l’art, non, c’est du chaos.
    Maintenant, dites-moi une chose, qui a peint ce tableau, en réalité, monsieur ? Ce n’est pas moi du tout, c’est vous, monsieur ! C’est votre travail, ça ! Admirez ! parce que ça ne vient pas de moi, je peins ce que je vois, et ne peux faire autrement, sachez-le."

    Et l’officier s’éloigna, sans répondre.

    Alors, d’accord que les hommes modernes défendent Picasso, Nabila, le Rap, pour se croire libre de casser des codes, et que le Système en profite, mais ils le défendent aussi parce que Picasso, c’est ce qu’ils sont, ils défendent leur gamelle ! Tout le matérialisme philosophique athée est du même acabit, on défend ses frères !

     

    • #1790528

      Mettre Picasso et Céline sur le même plan que Nabila et le Rap , fallait oser ...
      Bravo à LG pour ses commentaires qui relèvent le niveau ! ( même si personnellement je ne pense pas que Warhol vaille beaucoup plus que Koons ... )


  • #1789274

    Il y a une différence entre être et faire, Picasso a fait de la merde, il a aussi fait des œuvres superbes.


  • #1789275

    Bonne et saine analyse du bonhomme.

    Mais pour parler de l’art moderne, la référence pour moi c’est cette conférence de Franck Lepage.

    Tout y est dit, et c’est incroyablement bien amené.


  • #1789285

    J’aurai pu comprendre que l’on s’attaque à Rothko mais à l’œuvre de Picasso cela ne passe pas.
    Il serait d’ailleurs respectueux pour ceux qui visionnent la vidéo si l’auteur était habillé correctement...
    On peut critiquer l’art contemporain et surtout les prix démentiels et souvent manipulés par les marchands d’art. J’avais un copain banquier et peintre dans notre école d’art qui avait fait acheter des peintures par les banques et le gouvernement luxembourgeois. Il n’était pas le meilleur mais avait la connexion au monde des affaires, de la politique et de l’art. C’est aussi simple que cela.
    Entretemps on confond l’insolite et l’art et il suffit d’une peau de banane au milieu d’une salle de musée pour que les gens s’extasient !! Comme disait Beuys, nous sommes tous des artistes mais n’avons pas conscience de notre créativité infinie.


  • #1789289

    la dernière fois que j’ai vu des toiles de Picasso, je me suis dit que mon fils de 7 ans faisait aussi bien... Du coup au lieu d’accrocher ses dessins au frigo avec des aimants avant de les jeter en douce (je sais c’est pas bien mais vous faites tous pareil), maintenant je les stocke dans un coffre fort...


  • Exposer Koons à Versailles, ca outrage la République ? Non, ca incarne la République, Versailles symbolise la Royauté, la Monarchie, pas la République.


  • #1789303
    le 24/08/2017 par Francois Desvignes
    Frédéric Delavier : "Picasso, c’est de la merde"

    Si nous sommes d’accord pour dire que l’architecture est le premier des sept arts, associé à la sculpture,

    Le lent et long appauvrissement du premier art a commencé APRES la révolution française, quand, avec les philosophes des Lumières, on a prétendu que la raison s’opposait à la Foi, l’Homme à Dieu et que l’Homme était avec et grâce à sa seule raison l’égal de Dieu.

    Avant, des grottes de Lascaux à place de la Concorde, c’était une constante et égale perfection dans l’art, sans cesse renouvelée.

    Depuis, on se répète de plus en plus dans la médiocrité et bientôt l’absence totale d’art devient la règle, soit l’architecture réduite à seule fonction, radicalement étrangère voire opposée au beau, par exemple : Roissy, Beaubourg.

    Est-il possible de descendre plus bas ?

    De s’éloigner encore plus du beau donc du divin ?

    Ce n’est pas par "instinct" (animal ?) que l’on rejette le laid.
    C’est parce que faits à l’image de Dieu, on cherche et fait naturellement (et non pas instinctivement) le beau.

    L’art ne meurt pas de la dictature de la marchandise ou de sa prétendue prise en otage par les puissances du captal, et cet art là n’est pas un art mais l’anti art, une boufonnerie commerciale comme l’a relevée Soral.

    L’art n’est pas mort : il appartient à Dieu qui ne meurt jamais.
    Il est éclipsé, empêché.
    L’Homme "fait à l’image de Dieu" est éclipsé.

    C’est l’apostasie rampante et grandissante qui a effacé l’art et emprisonné son auteur : l’Homme.

    C’était d’ailleurs le but inavouable (et donc inavoué) de la philosophie luciférienne des Lumières : couper l’Homme de Dieu pour en faire une chose.

    Quand ils ont guillotiné le roi c’était dans l’espoir de tuer Dieu ; c’était à l’adresse de Dieu la promesse jurée de sa mise à mort et par elle, celle de l’Homme fait à l’image de Dieu.

    C’est cela l’Homme nouveau : c’est le Minotaure.

    L’Homme mourra-t-il par la mort de l’art et l’art par la mort de Dieu ?

    Non.

    Dieu (qui ne meurt jamais) se mettra en colère.
    Sa colère sonnera la ré-veil du premier art
    Et la Libération de son auteur : l’Homme.

    Nous saurons que nous sommes libérés quand Beaubourg et Roissy seront rasés et remplacés par de l’Architecture.

     

    • #1789438

      Merci pour votre message.
      J’adhère tout à fait à l’idée que la Révolution française marque le début de la lente chute de la France dans les abîmes.
      Les lumières de Lucifer ne valent pas celles de Dieu.


    • #1789440

      Bon sang...Mais quel ramassis de conneries...


    • #1789681

      ou par la danse, le seul art total qui allie le spirituel (la musique) et le matériel (le corps).
      dans un même mouvement
      architecture ou danse, deux conceptions de l’art, deux conceptions de la culture, deux conceptions de la religion.
      architecture sacrée ou danse sacrée ?
      l’esprit transforme la matière ou l’esprit anime le corps


  • #1789308
    le 24/08/2017 par L’Australien
    Frédéric Delavier : "Picasso, c’est de la merde"

    Mon fils, 6 ans, je l’ai lâché sur la table de la cuisine avec des feutres et une feuille blanche.... il m’a pondu un Miro !

    Je crois que c’est un génie !


  • #1789312

    Picasso était un grand peintre... sans grand succès... et puis un jour, saisi de diarrhées chroniques, il s’est mis à se soulager... avec grand succès.
    Il suffit effectivement d’avoir un Picasso en face pour être persuadé que c’est de la merde.


  • #1789324

    Je n’ai jamais aimé Picasso mais dire que son art "sert l’oligarchie" pour faire croire aux gens qu’ils sont libres de casser les codes sans vraiment se rebeller dans la vie réelle... c’est un peu un truc qu’on pourrait dire pour pas mal de choses, non ?

    Le sport, la littérature, le cinéma ou les jeux du cirque !
    Si tous ce qui fait que les individus rêvent au lieu de se rebeller est à classer dans la catégorie "c’est de la merde", alors Jean Gabin c’est de la merde parce qu’il nous faisait croire qu’on pouvait être fort et rebelle. Brassens c’est de la merde parce qu’on perdait notre temps à apprendre ses accords de guitare, etc...

    Je comprend bien le fond du propos et je ne suis pas contre le fait de démystifier ceux qu’on nous vend comme des gens "qu’il FAUT aimer", mais il faut aussi raison garder.
    Picasso j’aime pas, mais au moins c’était un faiseur, il mouillait la chemise et il a laissé une œuvre derrière lui.
    Le reste c’est de l’utilisation de son œuvre a des fins diverses mais ce n’est ni l’homme, ni son art qu’il faut incriminer.

    Et puis on a aussi un goût particulier selon sa vie ou ses expériences.
    Quand on n’aime pas un truc que notre société dit être "génial", est-ce parce qu’on est plus intelligent que les autres parce que NOUS on comprend que "c’est de la merde" qu’on veut nous vendre ? Ou est-ce simplement parce qu’on n’aime pas et qu’on ose le dire ?

     

    • Si une oeuvre d’art vous plait "instinctivement", elle vaut quelque chose.
      Si une oeuvre d’art ne vous plait pas, mais que l’on peut vous expliquer en 2 phrases pourquoi on peut y voir un mérite et que vous êtes d’accord, elle vaut quelque chose.
      Si il faut 3 phrases ou plus pour vous expliquer, c’est de la merde (cf : art moderne)
      Si vous vous sentez "obligés" d’aimer, le problème c’est vous, pas l’oeuvre d’art.


    • #1789796

      Yan , entièrement d’accord avec vous dans la théorie, (une culturel globale où l’esthétique est le fruit d’un murissement collectif)
      Hélas, à l’heure des idéologies partisanes et réductionnistes notre instinct esthétique est totalement alièné par ces conflits. il n’y a plus d’esthétique consensuelle et populaire qui permette de différencier le beau du laid.
      il y a du beau et du laid chez Picasso c’est ce qui en fait un parfait révélateur de notre confusion esthétique actuelle


  • #1789325

    Je ne cherche pas , je trouve .
    Pablo Picasso .
    L’art est l’inverse de la beauté .
    Pablo Picasso .

    A vos copies !


  • #1789355

    J’irai plus loin : avec Picasso et le marché de l’art moderne, il s’agit de bien davantage que de faire croire aux hommes qu’ils sont libres de casser les codes. Il s’agit de détruire en l’homme (individuellement ou collectivement) toute confiance dans sa capacité à reconnaître le beau, en l’accoutumant, par l’éducation, à se soumettre entièrement à l’autorité et faire taire son bon sens et sa conscience : car celui qui a pouvoir de faire accepter aux gens qu’une merde est belle a le pouvoir de leur faire croire absolument n’importe quoi. En s’emparant de son sens esthétique, il s’empare de son âme. Et avec le pouvoir de dire du beau vient le pouvoir de dire le vrai et le bien. En passant, il s’agit aussi de faire des tunes en se foutant de la gueule du goy. C’est facile, pour un réseau friqué et sans scrupule : "Je t’achête cette merde de Picasso 100 000 dollars, tu m’achête cette autre merde de Miro 100 000 dollars, et ensuite, on pourra les revendre le même prix au premier connard venu."


  • #1789364

    D’accord avec Delavier, Picasso c’est de la merde, mais en revanche, il n’a pas bien compris une autre raison pour laquelle Picasso présentait cette oeuvre destructurée, comme tant d’autres "artistes" ont présenté des oeuvres froides, au langage vulgaire et faisant l’apologie de la dureté et de l’inhumanité (il n’y a pas que Léautaud, Céline, mais tous les autres du XXème siecle, qui ne sont pas de l’art non plus, pour moi. Le XXeme est nul d’un bout à l’autre ! littérature nulle, peinture nulle, architecture nulle, etc) :

    C’est que l’artiste retranscrit l’âme de son époque, toujours, il ne crée pas au hasard !

    Or, l’ère moderne, c’est la froideur, le crime, la guerre, la bêtise extrême athée matérialiste, la décadence, la destruction de civilisation, donc pas question de créer dans ces conditions de grandes oeuvres spirituelles, pas question de faire du Mozart ou du Bach, ce n’est tout simplement pas possible !
    L’art reflète toujours la profondeur de l’époque, or, il n’y a pas de profondeur au XXeme.

    Picasso l’avait très bien exprimé dans cette célèbre histoire vraie :

    Un officier nazi avait approché une oeuvre de Picasso, Guernica, en présence de son auteur. Dialogue :

    — > officier nazi, avec dédain :
    "Mr Picasso, vous ne voyez pas que c’est du chaos, votre peinture, vous ne voyez pas que c’est très laid ? Vous ne voyez pas que ce n’est pas de l’art et que vous trompez les gens ??"

    — > réponse de Picasso :
    "Mais bien sûr que je le vois, qu’est ce que vous croyez ? C’est très laid, c’est du chaos, voyez ces gueules ouvertes à l’agonie qui symbolisent les hurlements de douleur, voyez ces cranes au sol, la mort, ce n’est pas beau du tout, est ce l’art, non, c’est du chaos.
    Maintenant, dites-moi une chose, qui a peint ce tableau, en réalité, monsieur ? Ce n’est pas moi du tout, c’est vous, monsieur ! C’est votre travail, ça ! Admirez ! parce que ça ne vient pas de moi, je peins ce que je vois, et ne peux faire autrement, sachez-le."

    Et l’officier s’éloigna, sans répondre.

    Alors, d’accord que les hommes modernes défendent Picasso, Nabila, le Rap, pour se croire libre de casser des codes, et que le Système en profite, mais ils le défendent aussi parce que Picasso, c’est ce qu’ils sont, ils défendent leur gamelle ! Tout le matérialisme philosophique athée est du même acabit, on défend ses frères !


  • #1789382

    C’est tout a fait exact. Dès le départ nous avons pensé que Picasso était en effet de la "merdouille" destinée à la propagande du système, comme tout l’art dit moderne d’ailleurs.


  • #1789388

    100% d accord. Il faut enfin rompre avec le lavage de cerveau. Il faut ajouter dans le méme sac de m.et d escroquerie. : Miro, Kandinsky, Cézanne, Van Gogh, Chagall (immonde), Monet, Warhol, Calder, Toulouse-Lautrec
    Par contre sont des artistes de génie , et connaissant la technique : Manet, Klimt, Dali. Vous pouvez continuer la liste...

     

    • #1789451

      Cézanne de la merde..j arrive pas a trouver de mots pour cette ineptie...


    • @ matador

      Ineptie, tout simplement :-)


    • #1789515

      Jules,

      Pas d’accord, vous allez beaucoup trop loin !

      Wahrol, c’est la pire merde, pire que picasso, comment osez vous l’associer aux autres noms que vous citez ?
      Miro, kandinski, calder, c’est nul aussi, ok, je suis d’accord.

      Mais van gogh, monet, toulouse lautrec, chagall, cézanne, c’est de l’art, quand même, faut pas entrer dans des délires non plus.
      ça n’est pas Michel Ange, certes, mais rien au XXeme siecle ne s’approche de loin ou de près de Michel Ange. Faut pas rever, on a une époque assez minable, on ne peut pas être trop exigeant.


  • #1789392

    Sacré Fredo, il est bon lui aussi. Picasso est un peintre monumental et ses débuts sont à tomber par terre. Sans doute l’un des plus grands. Après, il n’en reste pas moins humain, et il a su (hélas ?) apprécier et se servir de la bêtise des gens de ce monde. Pour ceux qui en doutent, poussez de temps en temps les portes des musées plutôt que celles des PMU.

     

  • #1789398

    Van Gogh aussi c’est de la merde, mais c’est une autre vache sacrée. Après Delacroix en peinture, y a plus rien.

     

    • #1789446

      De la couille ... Aivazovsky, il le fume ton Delcroix !!!

      Hé, sans rancune .... je sais que tu fais ce que tu peux ... et quand tu grandis avec Dechavane (TF1) ou Bouvard (RTL) comme référant culturel... tu peux pas grand chose.


    • #1789611

      @petula
      vous reprenez les mots de Baudelaire, qui n’a survécu à Delacroix que 4 ans, et très malade...


  • #1789399

    Picasso a fait ce qu’il a pu : c’est son modèle qui n’avait pas un physique facile.

     

  • #1789428

    avant de dire des conneries sur Picasso,
    je vous propose deux vidéos, une sur la technique (un petit extrait du mystère Picasso de Clouzot (film que je vous encourage vivement à voir en entier) :
    https://www.youtube.com/watch?v=JFT...

    et l’autre sur le fond et qui curieusement associe les deux thèses (les 12 châtaignes c’est réactionnaire ou progressiste ?)

    https://www.youtube.com/watch?v=b6w...

    après qu’on aime ou pas Picasso est un autre problème. la seule question pertinente étant :
    Est ce que Picasso c’est de l’art ?

    et si Picasso c’est de la merde, j’aimerai qu’on m’explique à quel moment l’art est devenu de la merde.
    Car Picasso n’est qu’un pièce du puzzle de l’histoire de l’art, c’est un jalon entre avant et après, donc si Picasso fait de la merde, qui lui a appris à chier et à qui a-t-il appris à chier ?

     

    • #1789553

      C’est Cézanne avant et après....pas Picasso...


    • #1789578

      Picasso est effectivement de la merde, mais son immense génie consiste justement à avoir appris à chier tout seul et avant les autres. Il a "chié" environ 20000 œuvres (le catalogue raisonné Christian Zervos comporte 16000 photos), plus 30000 estampes et gravures. Au total 50000 œuvres.
      Il a vécu 91 ans, soit environ 33000 jours et a donc produit en moyenne 3 œuvres tous les 2 jours, de sa naissance à sa mort.
      La base de données Artprice montrant toutes les enchères connues, comporte environ 15500 céramiques et 7500 œuvres planes autographes (dessins et peintures). Presque tout est en dessous de 5000 Euros/pièce. Les tableaux ou dessins ayant dépassé le prix de 8 millions d’Euros se limitent à une petite centaine.


    • #1789659

      Manzoni et ses "boîtes de merde de l’ artiste" par exemple ....et autres plus récents...


  • #1789432

    Picasso est un peintre collabo.

    Pour tuer la France, les "maitres" du monde ont décidé de détruire l’art français qui était le premier dans le monde à la fin de la 2eme guerre. Cela était du aux conditions d’accueil des artistes étrangers en France. Cet art produisait de BELLES choses.

    Les "maitres" du monde ont payés les galeries amies du NWO pour n’acheter que des toiles laides aux artistes. Les artistes qui présentaient des toiles belles étaient refusés. Picasso par exemple dans sa période bleu faisait de belles peintures, mais elles n’ont pas eues de succès. Du coup les artistes qui faisaient de belles choses ne vendaient pas de toiles et ne pouvaient pas vivre de leur peinture.
    Par contre les artistes "collabos", ceux qui avaient compris qu’il fallait faire des toiles laides on commencé à faire des toiles laides et sont devenus riches, comme picasso. Dans un 2eme temps seulement, des personnes qui ne savaient même pas peindre comme miro, ont commencé à faire n’importe quoi car ils avaient compris l’astuce.

    Résultat : les gallerie du NWO ont pris le contrôle totale de la peinture dans le monde, et les escrocs sont légions. Les tableaux produits sont laids.
    Heureusement il reste des artistes qui peignent de belles toiles.

    Les maitres du monde ont fait la même chose avec la littérature française.

    Les maitres du monde sont en train de faire la même chose avec la science.


  • #1789433

    Oui mais Picasso est mort. Alors que nos zélites sont bien vivantes. Et elles aussi sont de la m........


  • #1789475

    La peinture de cet "artiste" et une abomination pure, quelque chose qui est de l’ordre de l’infra-humain. Gûnther Schwab parlait de la même pâtée pour les mêmes cochons !


  • #1789492
    le 24/08/2017 par mik ezdanitoff
    Frédéric Delavier : "Picasso, c’est de la merde"

    Quand j’étais collégien, très mauvais élève en arts plastiques (1 h par semaine, qui ne servait à rien, avec une prof lesbienne), j’avais l’habitude de signer mes "oeuvres" qui n’avaient jamais la moyenne, de "Picasso".


  • #1789508
    le 24/08/2017 par Palm Beach Post : "Cult !"
    Frédéric Delavier : "Picasso, c’est de la merde"

    La lecture des commentaires, qui partent dans tous les sens, et principalement celui de la subjectivité inculte, plaide pour une mise à jour, un rappel des fondamentaux.

    On s’en fout que tu aimes ceci ou cela...
    Sais-tu seulement de quoi tu parles ?

    Qu’est-ce que l’art moderne ? Quelle est son entreprise ?
    Qu’est-ce qui fait la valeur d’un homme ?
    Peut-on acquérir la liberté ?


  • #1789551

    Picasso et les "artistes" modernes ne font que saliver les bobo et autres crétins post soixanthuitard ! Dans le règne de la médiocrité il n y a pas besoin de briller pour être porté aux nues !


  • #1789589

    L’art contemporain, c’est l’art de prendre les gens pour des cons.


  • #1789605

    une jeune dessinatrice découvert par hasard sur youtube https://www.youtube.com/watch?v=jZ5... bien plus impressionnant que Mr picasso


  • #1789614

    Monsieur Frédéric Delavier, les gens en admirations devant les grandes oeuvres miraculeusement magnifiques de la renaissance, sont plus nombreux que les amateurs d’art contemporain, en cela vous avez complètement raison de dire que Picasso c’est de la merde ! Et puis, pourquoi s’en priver, c’est la même réponse qu’ils ont fait à Mr Robert Faurisson, au tribunal ! Moralité, quand on est le plus grand nombre à croire des choses sans preuve, on a forcement raison !


  • #1789648

    Paerie 1
    On ne peut pas aborder la question de l’art sans tomber dans l’intellectualisme. Le sujet est d’ailleurs vaste et exige un travail approfondi qui ne se résume pas à ceci est "de la merde" et cela ne l’est pas. De tous les commentaires, seuls les deux commentaires de LG paraissent pertinents. Dire qu’une chose est de la merde émane d’une pensée destructrice de la chose prise en compte. Car la merde est un déchet, mais la plupart des déchets des animaux sont aussi des fertilisants ou des engrais. Déchets pour certains et richesses pour d’autres, question d’angle de vue. Pour rester dans le domaine de ce que l’on appelle communément l’art, l’art n’a jamais pu être défini à aucune époque, pas plus qu’à notre époque. Seulement, on peut dire que l’art est un langage comme tout langage est un art.

    Attention à ne pas confondre le langage avec la langue qui est aussi un langage. Tout langage est avant tout un outil de communication. Le langage en soi est neutre à la différence de la communication qui ne l’est pas ou rarement neutre parce qu’elle a comme soubassement des attentes de type individuel ou collectif de différentes natures. Comme les attentes sont là, attentes d’un système, attentes d’une société donnée, d’un groupe d’individus ou d’uns individu seul, le tout toujours pris dans un environnement donné, modèlent le langage selon les besoins de celles-ci,toujours dans la mesure où cela reste possible compte tenu des diverses contraintes auxquelles un langage peut être soumis, des contraintes d’ordre humain (sociétal) ou tout simplement naturel échappant pour ainsi dire à la volonté humaine ou de la société d’une manière générale.

    Une chose est, mais il y a différentes manières de l’interpréter par différents langages qui, dans l’ensemble, se complètent plus ou moins à des fins ou attentes diverses. Par exemple, un système quel qu’il soit tend et travaille à assurer sa cohésion pour rester uni, ne pas se disperser et mourir. Entre les éléments qui le constituent et les formes qu’ils épousent, il y a obligatoirement une communication et un langage ou plusieurs langages qui lui sont associés pour rendre cette communication efficace dans le maintien de sa cohésion.(langages conscients,inconscients, connus,inconnus, restreints ou larges, matériels ou immatériels, peu importe).


  • #1789649

    partie 2
    Schématiquement, on ne peut pas parler de cohésion sans parler d’attirance et de "séduction" entre guillemets. L’attirance se fonde sur la nécessité et la "séduction" sur le panache ou le paraître qui sert à impressionner ou à flatter pour attirer l’autre et le soumettre à soi en douce de préférence pour le temps que cela puisse durer et les attentes puissent se compléter sans différences criardes ou néfastes pour l’un ou l’autre. En clair, les langages sont des outils de communication diverse, même avec les choses et entre les choses et sont travaillés et produits pour les besoins de la communication qu’importe laquelle.

    Si tous les langages sont soumis à un perfectionnement artistique pour mieux servir la communication qui se fait bien dans la nature sans l’aide des humains, ils ne prennent pas la même importante à nos yeux et ne sont pas classés tous dans la catégorie de l’art alors que cela devrait l’être. Une question se pose d’elle-même : pourquoi certains langages sont considérés comme un art et d’autres non ? sans répondre à cette question, on remarque que le choix est subjectif et répond à des considérations d’ordre idéologique avant tout. Donc selon le système et l’idéologie qu’il sécrète, il y aurait des langages qui seront portés au rang de l’art et d’autres qui seront ignorés ou rejetés s’ils ne pouvaient pas être récupérés

    L’art en soi ou bien le langage en soi est noble et porte en lui beaucoup d’aspirations humaines légitimes, mais les systèmes surtout s’ils sont inégalitaires dans leurs échanges internes ou externes en privilégiant certaines attentes sur d’autres. Ils feront de l’art l’outil de "séduction" ou de flatterie envers leurs membres et envers plus faibles qu’eux avant d’user de la violence et des armes si cela est nécessaire ou les deux au même temps. Dans ce cas précis, mais cas assez répondu qui demeure depuis les premières civilisations humaines, l’art est la queue du paon et la corne du buffle au même temps. mais ceci est l’oeuvre des systèmes et non des artistes qui restent des êtres à part. Que l’on voue aux gémonies ou que l’on porte aux nues souvent à leur insu


  • #1789653

    Pour Picasso,je ne sais pas mais pour l’art contemporain,j’ai le sentiment"peut être beauf" qu’il s’agit d’une bulle spéculative dont le moteur est le snobisme.
    On disserte sur des machins en empilant des mots valises,un peu comme on rédige les horoscopes et les discours de Macron.
    Enfin,c’est juste mon ressenti,comme ça de loin !

     

    • #1789805

      Tout à fait ; l’un de mes professeurs quand j’était étudiant en école d’Art Appliqué, disait :

      "Il y a une grande différence entre ’c’est quoi, je prend’ et ’c’est qui, j’achète’".


  • #1789663

    L’art, c’est quand on a bien mangé et bien bu dans un gîte chaud et confortable ...


  • #1789679

    La petite dame, elle a vu un "nhomard"...ça signe l’imposture non ?


  • #1789691

    L’art contemporain c’est l’histoire du pantalon à une jambe... Tout comme le marché des œuvres d’art en général... Se revendre les biens entresoi pour blanchir l’argent et revendre à la fin au prix fort à un goy... La boucle est bouclée !!!


  • L’art n’a de valeur que celle que l’on veut bien lui donner .Une merde peut coûter très cher ,parce que l’on a décidé de lui donner une grande valeur .

     

  • #1789697

    C’est infernal, ce sont les plus ignares qui sont les plus affirmatifs.
    Alors résumons les faits : Picasso est un bourreau de travail, jusqu’à sa mort il est resté planté devant son chevalet à créer 7 jours sur 7 et jusqu’à 12heures par jour (et ne me parlez pas de pognon, il était sous contrat (ce qui lui permettait, c’est vrai, de vivre sans problème mais sans plus) et à sa mort son héritage ne se composait que de toiles qu’il avait réussi à sauver de la rapacité de ses marchands.

    Picasso n’a jamais succombé à la mode de l’abstrait, il est toujours resté furieusement figuratif.
    Ses thèmes récurrents sont des plus traditionnels et relevant de la tradition européenne.
    Comme dessinateur il est au niveau d’un Durer ou d’un Ingres (les ignares, renseignez vous)
    Picasso est un touche à tout et un vorace ( école de Paris, cubiste, surréaliste et enfin sa propre voie : retrouver la créativité pure, celle de l’enfant.

    Etant sous contrat, ses marchands ont commercialisé (malgré lui) ABSOLUMENT tout ce qu’il produisait puisqu’il ne voulait rien jeter.

    Le mystère Picasso est double, il a suivi le mouvement de l’histoire de l’art en déconstruisant la figuration MAIS il a en gardé les thèmes les plus classiques, les plus forts de l’imaginaire espagnol et Pelasgien (la culture méditerranéenne : le Minautore, la tauromachie, Don Quichotte, Goya, Velasquez etc)

    Picasso est le parfait médium de son temps ou l’individualisme triomphant lui permet, entre autres, de décliner jusqu’à satiété son amour des femmes qu’il détruit d’ailleurs esthétiquement comme il les détruit dans la vie réelle.

    Picasso est le fruit d’une histoire de l’art qui après lui ne donnera plus rien de neuf dans le domaine la figuration.
    Il signe l’arrêt de mort de la recherche en figuration, pas parce qu’il la désire, au contraire il lutte individuellement et il se fout du futur ( voir ses rapports ambigus avec Matisse, entre jalousie, respect et compétition) mais son héritage esthétique est nul car impossible à condenser, trop riche, trop anormal, trop solitaire, trop "génial".
    Picasso est un monstre, comme son oeuvre, comme notre époque. il a parfaitement rempli son contrat d’artiste. Picasso c’est la création d’une esthétique individuelle qui se suffit à elle même, une monade schizophrène.
    Picasso est la parfaite représentation de notre société, un miroir qui nous renvoie à nous même
    Après que vous aimiez ou pas........on s’en fout, on est entre individus responsables.

     

    • #1789700
      le 25/08/2017 par Philippot, vite !
      Frédéric Delavier : "Picasso, c’est de la merde"

      Dommage qu’on ne puisse pas "plusser" les commentaires pertinents et éclairés comme le tien.


    • Il faut voir l’intéressant documentaire de Clouzot, " Le mystère Picasso ".


    • #1789731

      Le problème n’est pas d’aimer picasso ou pas. C’est que des gens décident avec notre pognon, de ceux qui auront une chance d’être aimé ;
      Sur le sujet du beau : le reconnaître, le reproduire et pour les génies, en inventer. La technique, l’effort, l’intelligence et la gentillesse (envie de partager du beau) sont nécessaires pour reproduire du beau mais ces choses là n’apparaissent pas dans ton exposé sur le cas picasso.
      j’ai pas envie de reproduire ces trucs. On s’en fout. Mais je n’ai pas envie de les voir non plus. La plupart des "je" qui constituent le "on" sont d’accord avec moi. Donc on s’en fout ou pas ?! Il pourrait y avoir débat dans le choix du beau puisque c’est super important pour la qualité de vie.
      picasso a vachement bossé et c’était un génie des lumières...On s’en fout.à double titre : un, parce qu’on s’en fout de lui et de ses états d’âme comme des nôtres, deux parce que les chouchous de la propagande des banquiers et des marchands d’armes sont souvent des pauvres types usurpateurs. Pas le temps de déterminer si c’est vrai dans le cas de Picasso.
      M.Delavier, dessinateur, peut émettre un jugement technique mais il spécifie bien que c’est le phénomène picasso utilisé comme ingénierie sociale qu’il décortique. La croyance qu’on peut faire du beau sans initiation ni effort, seul sans savoir mène les peuples à la médiocrité, à l’ignorance et donc à l’esclavage.
      Le beau, on s’en fout pas. Les mecs qui usurpent le beau, on s’en fout pas. Ceux qui nous volent avec du faux beau, on s’en fout. pas. Ceux qui nous condamnent à la médiocrité, on s’en fout pas. Ceux qui apprennent plein de techniques pour expliquer ensuite qu’elles sont inutiles sont ils stupides ou malveillants ? Solfège ou guitare dans le garage ? Le sujet est l’ingénierie sociale des artistes montrés en exemple pour mener le quidam à une impasse, au "nevermind". Et effectivement, on s’en fout de ce que j’ai mangé au petit déjeuner : je sus d’accord mais on s’en fout aussi.


    • #1789801

      Je continue sur ta lancée Paramesh,

      Personne n’aura l’idée d’aller voir le premier tableau de Picasso "première communion" réalisé à seulement 15 ans.

      Personne n’ira aussi prendre connaissance de sa période bleue ou de sa période rose, plutôt très figurative.

      Des intégristes de l’art contemporain aux ignares des arts plastiques, que l’on impose ou que l’on condamne, la méthode reste la même : réduire les œuvres qu’a pu réaliser l’artiste pendant sa carrière pour valider le discours.

      J’entends que Delavier s’en prend aux institutions comme les galeries, les musées, les commissaires d’expo, les profs, ect...
      Mais conclut en vouant aux gémonies l’instrument de ceux qui tiraient les fils : Picasso c’est de la merde !

      N’est-ce pas de la fuséologie ? On traverse la Voie Lactée !

      Mais mis à part ça... avons nous fait véritablement avancer le schmilblick ?

      L’art doit être le beau ? Et pourquoi exclusivement réserver le beau aux arts picturaux alors que beaucoup acceptent que la littérature puisse décrire le sordide du réel ?

      Si un mouvement politique patriote/identitaire se forme en Europe, comment le traduire esthétiquement après 50 ans de télévision et bientôt 20 ans d’internet ? Par où commence-t-on ? Par une performance, une expo, un manifeste, une peinture ???

      Je précise que les artistes ne sont pas de simples exécutants. Si vous ne possédez aucun talent et que vous ne voulez pas vous risquer dans la dure vie artistique, vous payez-vous des artisans comme Jeff Koons.

      Existe-t-il des groupe de réflexions sur le sujet ? À part les résidences d’artistes gauchiste dans des usines désaffectées, pas vraiment.

      Parler d’art, d’accord, mais avec des gens sérieux.


    • #1789864

      Belle défense, vous devriez être avocat, ce que vous êtes sans doute déjà ?
      Je ne peux pas apprécier Picasso, ses œuvres sont par trop marquées par la laideur des personnes, des objets, des animaux... Je n’ai pas besoin du tableau de Picasso pour être ému par l’odieux massacre de Guernica ! A l’horreur de l’acte brutal, Picasso a ajouté une monstrueuse laideur ! Où est la beauté, où est la grâce, où est l’élévation d’esprit, où est l’Homme, dans les œuvres de Picasso ?

      Pour moi, notre époque ne peut pas (ou très peu) produire de belles œuvres d’art, parce que notre époque est laide, ridicule, obscure, ne croit plus à rien et plus grave, ne veut plus croire à quelque chose ! Seuls, l’émotion et le plaisir immédiat comptent...

      Le passé (de la préhistoire jusqu’au 19e siècle) a produit des chefs d’œuvre, parce que c’était un temps de croyance (pas seulement de foi religieuse), un temps de respect pour le beau...

      Rares, très rares sont les œuvres d’art actuelles qui peuvent m’émouvoir... L’homme qui marche de Giacometti en est une...


    • #1789988

      « Pour moi, notre époque ne peut pas (ou très peu) produire de belles œuvres d’art, parce que notre époque est laide, ridicule, obscure, ne croit plus à rien et plus grave, ne veut plus croire à quelque chose ! Seuls, l’émotion et le plaisir immédiat comptent... »
      =================
      N’est ce pas justement le role de l’artiste de representer cette epoque ? Picasso justement la decrit tres bien avec son art.


  • Picasso avait une technique excellente, renseignez vous, il était capable de faire du Michel Ange. Seulement après l’apparition de la photo l’art figuratif n’avais plus aucune fonction.
    Pour parler de codes, parsonne n’aime Michel Ange ou aiutre sans formation Mythologique ou Chrétienne


  • #1789727

    Picasso n’a rien à voir avec l’art contemporain, c’est de l’art moderne.
    Essayez de peindre et peut être vous comprendrez le niveau hors norme du génie qu’était Picasso.
    Ce n’est pas qu’une question de reproduction du réel la peinture.
    Pour beaucoup de personnes la beauté est la reproduction du réel, la photographie doit les combler alors.
    La peinture c’est beaucoup plus complexe qu’il n’y paraît, notamment une création ou la main ne ce contante pas de reproduire ce que l’œil voit.

    Le problème selon moi est justement que l’art contemporain ne mette plus au premier plan la peinture.

    Le public aime la peinture et pas forcément des peintures classiques, il y en a pour tous les goûts.

    Dernier point, le fameux tableau derrière le canapé d’ Alain Soral, c est une peinture et ce n’est pas classique, et de la à dire que c’est de la merde, s’il vous plaît pas la peinture, un peu de respect pour les artistes.


  • L’Art et la Culture sont directement liés au Pouvoir, au capitalisme de l’oligarchie, ou de la noblesse si vous préférez.

    Un paysan n’a rien à faire d’un "David", pas plus qui prolétaire d’un plafond façon "Sixtine"

    L’évolution des arts et de la peinture est directement liée à l’évolution des sciences, des techniques et des concepts donc (anatomie, lentilles, textile, pigments, abstraction etc), c’est pourquoi pour être "artiste", pour en vivre, il faut pleinement collaborer sans jamais rien remettre en question.. sauf si on vous paie pour ça (avant-garde, contre-culture).

    Un canapé ou une chaise est simplement un objet fonctionnel, c’est l’artifice et le superficiel qui le rendent décoratif, et ce des étrusques à ikea.

    Les oeuvres cubistes de Picasso n’ont rien de remarquable, et peuvent à peine être qualifiées de figuratives... il n’a rien créé, ni rien tué.

    Le seul peintre subversif de l’histoire de l’art (européen) était sans nul doute Michelangelo Merisi, dont la technique demeure un mystère absolu pour les chercheurs, lui a vraiment révolutionné la peinture, et contrairement à Da Vinci, il n’avait pas de petites mains pour l’aider à peindre. Il fût éliminé parce qu’il critiquait le pouvoir du Vatican en pleine contre-réforme, effacé durant 400 ans, mais son message est aujourd’hui plus d’actualité que jamais.

    Comme quoi le travail, le talent et la vérité n’ont rien à voir avec la célébrité ... au contraire !

    https://upload.wikimedia.org/wikipe...

     

    • #1789834

      Le Caravage seul peintre subversif ? tu plaisantes ?,et Michel Ange, Rembrandt, Goya, Courbet, Géricault, kandinsky, Duchamp ?, j’en passe et des meilleures.
      (ce qui n’enlève rien à son génie novateur).


    • @Paramesh

      Aucun de ceux que tu me cites n’a précisément été dégommé, puis effacé de l’histoire durant 4 siècles pour ce qu’il exprimait.

      J’ai bien étudié Caravage, et je peux t’affirmer que la radicalité de sa subversion est proportionnelle à la qualité de sa technique picturale, c’est à dire constante et sans équivalent.

      Par exemple, dans la Conversion en lien plus haut, il signifie que l’Homme, et pas n’importe lequel, saint Paul, est inférieur à l’Animal, car ce dernier domine la composition et est en premier dans la lumière divine, il illumine littéralement le soldat (Paul) par réflexion.

      Outre le fait qu’aucune abstraction, ni aucune peinture dite moderne ne peut exprimer cela aussi nettement, je dois préciser que cette scène biblique a été commanditée par le trésorier du Pape et qu’elle était destinée à l’église Sainte-Marie du Peuple à Rome où elle se trouve toujours... mais comme ce peuple n’y voit de toute façon que du feu....

      Il faut bien comprendre que ce ne sont pas ses peintures qu’on a effacé, elles étaient évidemment bien trop précieuses et impressionnantes de réalisme, mais le lien entre elles et l’artiste, sa vision et sa critique des lois humaines (institutions).

      Bref, Picasso c’est bel et bien de la merde devant l’éternel, suffit de le voir , prenant la pose devant Guernica bras dessus, bras dessous, avec des généraux US , photo vue durant mes études, mais jamais retrouvée sur le "magic web".


  • #1789766

    Si Pi-Casso ne vout plait pas,vous pouvez toujours faire un viron à Shoreditch au
    Vagina Museum (à la gloire du vagin ) là se tient une’ expo-super culture ’d’après l’Evening Standard "Funny,witty and visually DELIGHTFUL"
    A la Royal Academy of Art, expo de découpages niveau CP ,tétes de Mickey,et gribouillis simiesques,nous ne sommes pas les seuls à subir la destruction de notre culture .
    Je crois que Pi kass aurait du aller visiter les grottes de Niaux ,méditer et cesser de se foutre de la gueule des Européens .

     

    • #1789847

      Le propos était de dénoncer le mécanisme de manipulation qui crée le musée de merde, nous oblige à le payer et à dire qu’il est super chouette. Eh ben devinez quoi : les responsables sont ceux qui ont vachement de pognon, ceux qui possédent tous les média par lesquels vous avez connu picasso. Le propos était donc de dire qu’il y avait une relation entre la décadence des arts et les artistes promus par ce système et le lien est la haute bourgeoisie capitaliste. C’est pour ça que ça pue leurs galeries. Un petit tour en famille avec pierre bergé ?
      Attaquer un système pervers qui détruit les arts et les artistes, je crois que c’est bien, au moins pour les artistes qui travaillent vraiment à l’atelier.et qui se font souvent spolier leur oeuvre.
      J’ai jamais aimé le musée car l’art y est mort ou enterré, s’il est encore vivant. Je préfère les petits ateliers de artistes qui font, où j’apprends plein de choses plutôt que ces couloirs froids remplis d’exclamations de bourgeoises mais bien vides d’échanges d’informations.
      L’idolâtrie concentrée sur un seul condamne les autres à la non existence. Qui sait si un génie n’a pas été stoppé et privé de l’exposition médiatique qu’il méritait par la promotion fabriquée sur picasso ?


  • #1789883

    Et les pires merdes de Picasso sont à Strasbourg au musée d’art moderne. Pour ma part, j’aime bien sa période bleue.
    Roberto


  • Malgré que par certains cotés tu sois sympathique delavier,c’est ta video qui est de la merde.Tu devrais arreter de jouer les grands bienfaiteurs de l’humanité.On peut ne pas aimer picasso,mais ton titre racoleur est ridicule.Picasso est un grand peintre.Quand a l’art contemporain il est parfois interessant,en revanche beaucoup d’artistes "contemporains" ne valent rien et dans ce domaine ils peuvent faire de leur nullité une oeuvre artistique en soit ce qui est parfois ennuyeux mais drole egalement.Le probleme de la société d’aujourd’hui n’a rien a voir avec l’art contemporain ni de près,ni même de loin.

     

    • #1790413

      Désolé Calx mais Delavier expose très bien le problème. L’art contemporain révèle parfaitement la grande parodie (Guénon) du monde moderne. On ne le dira jamais assez fort Picasso et la quasi totalité de l’art actuel C’EST DE LA MERDE.


    • Tes propos comme ceux de delavier et de tous les "rebelles" a propos de Picasso sont inadmissibles par leur vulgarité et leur betise.Tu n’as pas a insulter un grand peintre de cette manière la,qui es tu pour te permettre ca.Qui est delavier pour dire que Picasso c’est de la merde.Que delavier nous montre ses peintures pour nous expliquer ce qu’est le vrai art.Il y a de nombreux tableaux de Picasso qui démontrent une grande technique de dessin et de peinture.C’est un peintre qui a marqué l’art "morderne".Ce titre est simplement du racolage.
      Moi personnellement je refuse de serrer la main a un individu qui se permet ce genre d’insulte ridicule.Il y a quelque chose de tres important que l’oligarchie financiere a detruit ces 50 dernieres années.C’est le respect.L’honneteté également.La video de delavier ainsi que les nombreux commentaires qui la soutiennent montrent bien les dégâts commis par l’oligarchie sur les consciences.Respecter un peu autrui,premiere chose la politesse,un peu de tolerance,un peu d’intelligence.Un minimum.Ensuite on peut discuter.


    • #1790903

      D’accord avec toi, l’oligarchie a bien lobotomisé les consciences. Ouvre les yeux camarade !


    • Aucun peintre,dont c’est le metier,ne viendra ici en écrivant que Picasso c’est de la merde.Aucun.
      Techniquement ce qu’il fait demande des competences sérieuses,et beaucoup de travail.Par ailleurs son oeuvre demontre originalité et créativité.Que tu n’aimes pas est un autre probleme,tu as besoin d’evoluer un peu pour comprendre que tout ce que tu n’aimes pas n’est pas de la merde.Mais cela demande intelligence et tolerance.Il y a des creations "artistiques" qui sont de la merde.En musique par exemple aujourd’hui,beaucoup "d’artistes" sont crées de toute pièce par des gens qui s’en servent pour faire de l’argent.L’exemple le plus ridicule etant le rap.Une quasi totalité de nullards,n’ayant aucun talent,aucune competence,travaillant peu,incapables de creativité et qui jouent les caids en impressionnant les gamins et les gamines.Et ce sont eux qui dominent aujourd’hui les ondes des radios.Le manque de creativité actuel est une consequence et une volonté de l’oligarchie financiere dans tous les domaines.
      Ce que je dis est vrai également au cinema et dans une moindre mesure dans les arts moins populaires.Picasso n’a rien a voir avec l’oligarchie financière,delavier qui se prend de plus en plus pour un gourou lobotomise l’esprit de ses ouailles.
      Laisse moi t’expliquer ceci.L’oligarchie financière qui gouverne actuellement est mauvaise.Pour autant ne donne pas ta confiance aveugle a tous ceux qui disent la combattre.


  • Peintres, ne craignez pas
    la perfection. Vous n’y parviendrez
    jamais ! Si vous êtes médiocres,
    et que vous fassiez des efforts
    pour peindre très, très mal,
    on verra toujours que vous
    êtes médiocres.


  • Et les tableaux de Bush Jr ?


  • #1789943
    le 25/08/2017 par robertbidochon
    Frédéric Delavier : "Picasso, c’est de la merde"

    Le culturisme incarne-t-il une quelconque forme de subversion, ou une adhésion totale et grotesque à la société marchande ?


  • #1790012

    Si vous voulez qu’un enfant apprécie et aime à l’âge adulte la "vraie peinture, les vraies chefs-d’œuvre" il ne faut pas lui montrer d’emblée les peintures de Picasso.
    De même si vous voulez qu’un enfant aime et apprécie à l’âge adulte "les personnes du sexe opposé (ayant environ le même âge)" il ne faut pas lui faire visiter d’emblée les plages de nudistes où il y a une majorité d’hommes et de femmes ayant dépassé un certain âge.


  • #1790054
    le 26/08/2017 par PER CAPITA .................
    Frédéric Delavier : "Picasso, c’est de la merde"

    C’est un phénomène typiquement contemporain que de réaliser que la quasi totalité des gens sont dans l’incapacité totale de rester dans leur domaine de prédilection.
    En effet, personnellement je trouve que les bouquins et explications de Delavier dans le domaine de la musculation sont fort bien conçus ... mais pourquoi diable faut-il qu’il aille se mêler de sujet dont il ignore tout, très certainement par manque d’érudition.
    Qu’il se contente de rester dans son domaine et laisse aux gens compétents le soin de parler des sujets qu’ils maitrisent mieux que personne.
    Même des gens comme Onfray se font piéger à vouloir parler et avoir un avis sur tout lorsque par exemple il vient nous dire que les femmes au Mali sont excisées ce qui bien entendu s’avère tout à fait faux.
    Étant né au Mali et marié à une malienne de surcroit je puis dire à monsieur Onfray, tout agrégé de philosophie qu’il est, qu’il ferait bien lui aussi de rester dans ce qui est son domaine et se taire lorsque son ignorance l’exige et même si lors de ses pérégrinations il a pu se " voir" le Mali ...
    Delavier n’est certes pas Onfray, mais force est de constater que l’élation les touche tout deux de manière similaire, ce qui est fort dommageable pour la culture ...
    Il en va de même pour toute la bande de bras cassés qui s’amuse à "faire des vidéos" sans avoir la moindre compétence pour les sujets qu’ils traitent sans se rendre compte qu’ils assotissent le populo qui n’a guère besoin qu’on en rajoute à son ignorance souvent crasse.


  • #1790193
    le 26/08/2017 par Cercle Réactionnaire Social
    Frédéric Delavier : "Picasso, c’est de la merde"

    picasso/escroc & DALI/ Génie ! Ce picasso excellent peintre à ses débuts a rapidement choisi l’entourloupe du marketting avant l’heure ; c’est déplorable .


  • #1790323

    Hahaha, désolé Fred, mais te servir de Picasso pour fustiger l’art contemporain (qui n’en est justement pas, de l’Art, au mieux le reflet de la décrépitude civilisationnelle...), et faire l’amalgame entre le peintre de la première moitié du XXe siècle et l’artiste cynique qu’il est devenu à la fin de sa vie est totalement contre-productif !

    Que tu le veuilles ou non, il est un des GRANDS de l’Histoire des Arts et analyser son œuvre avec des jugements de valeurs (picturales ou philosophiques) hors du contexte de l’époque ne servira qu’à décrédibiliser ton discours. Car il n’est PAS un artiste contemporain (il y en a si peu d’ailleurs de nos jours...).

    Nous vivons dans une époque post-artistique (post-tout en fait...) et il est plus que pertinent de critiquer ce monde de spéculateurs et la merde qu’on nous vend pour de l’Art. Mais de grâce, que ce soit fait avec des arguments objectifs.


  • #1790423

    Que Kontre Kulture fasse une offre à monsieur Delavier !


  • #1790575

    Intéressant de voir des gens conchier Picasso et à côté de ça, écouter du vieux rock pour héroïnomane ou plus généralement de la mauvaise musique.

     

    • #1790867

      parce que cette esthétique là est entrée dans les moeurs, reporte toi 50 ans en arrière, tu aurais eu beaucoup moins d’amateurs, pareil pour l’art nègre (avec 100 ans de recul)
      je te fais écouter de l’opéra chinois, tu pars en courant
      restes cinquante ans en chine, tu finiras par , au moins, le supporter et au mieux l’apprécier.


    • #1791067

      Epoche,

      Qui t’a dit qu on etait en contradiction parce qu on n aimait pas Picasso tout en ecoutant du rock ?? Tu inventes ca tout seul...
      J’ai fait un long post ci dessus où je mets dans le même sac : Picasso, Céline et presque tous les ecrivains du XXeme, le rock, le rap, etc.

      Et j’ecoute du classique.

      Tout le modernisme est proche de la merde, pas seulement l art, mais aussi : la philo (nietzsche, bhl, onfray, ....), la politique, les moeurs, la morale, les valeurs, etc etc.


  • #1790728

    que certains aiment ou n’aiment pas est une évidence facilement démontrée ici,elle nous indique bien évidemment un monde en crise
    Beau ou laid ?
    qu’est ce qui détermine le beau ou le laid ?
    l’esthétique
    or l’esthétique est culturelle c’est aussi un produit de l’histoire
    je vous encourage fortement à lire l’article esthétique sur wikipédia, il vaut ce qu’il vaut mais peut vous faire mieux comprendre quelles devrait être les bonnes conclusions à apporter à ce débat.
    quel beau nous imposera-t-on dans un monde mondialisé ?
    du design ? l’esthétique utilitariste de la marchandise
    du conceptuel ?, l’esthétique du langage comme propagande et contre propagande
    car visiblement l’esthétique purement individualiste d’un Picasso n’est pas rentable (ha ha ha)


  • #1790966

    Trop de gens se prennent trop la tête sur l’art en général...

    Alors qu’en fait c’est très simple à comprendre :
    L’art, le vrai, a pour vocation de sublimer, c’est à dire magnifier la nature, la rapprocher du paradis, c’est à dire la rendre plus belle qu’elle n’est dans la réalité...

    Exemple : Si je décide de reproduire en peinture un arbre en le sublimant, c’est à dire en le rendant magnifique plus qu’il ne l’est dans la réalité, si j’ai suffisamment de talent celui ci paraitra incroyable aux yeux du monde. C’est cela l’art, le vrai.

    Cela marche pour tout type de sujet, et, force de la nature oblige, les sujets les plus naturellement répugnants comme peindre une déjection canine ou une scène de pédophilie sont naturellement écartés, en étant extrêmement difficiles, voire impossibles à magnifier aux yeux du monde.(tu la trouves belle ma crotte ?) Art et nature sont liés.

    Et cela marche pour tout le monde, pas seulement pour les peintres, un plombier peut vous installer une plomberie tellement pratique et tellement ingénieuse que vous serez tenté de lui dire : "vous avez fait du boulot d’artiste !"

    Copier à l’exactitude (fade et inutile depuis l’invention de la photographie, sauf si vous voulez vous entrainer), ou déformer (comme le fait picasso) en prétextant une excuse bidon et chouineuse comme l’a fait picasso : "c’est pas ma faute, c’est à cause de la guerre que je fais de la merde" ça n’est plus de l’art, mais de la merde.

    Avant de juger une oeuvre, je vous invite à regarder le background de ces pseudos artistes contemporains : fous, marginaux, anciens pensionnaires d’asiles, parfois un peu pédos, bobos qui détestent la nature (un artiste qui déteste la nature...le comble...), gens qui veulent juste faire une mauvaise blague ou un pari (comme marcel Duchamp et son urinoir, et tout le monde est tombé dans le panneau, quelle poilade !)

    essayez de considérez les oeuvres de gens normaux, pas des psychopathes, par exemple en allant regarder sur internet les peintures d’illustrateurs, vous constaterez que les vrais artistes, ceux capables de magnifier leur environnement,il n y en a pas tant que ça...
    Et dans bien des cas vous finirez par revenir aux classiques de la renaissance pour ne pas vous ennuyer devant tant d’indigence graphique.


  • #1791179

    La commercialisation de l’art contemporain et toute cette manipulation sur "rien" est une triste réalité.
    Mais dire que tous les artistes contemporains sont tous de la merde c’est tomber comme eux, dans une sorte de nouvelle secte dans le sens contraire.
    Je suis un ignorant (qui ne partage pas d’une manière ou d’une autre, ce fléau ?) mais personne ne va me dicter ce que je dois aimer ou pas. Il est très clair que je peux me tromper dans le sens d’une esthétique pure, mais je n’ai pas d’autre solution que d’aborder les choses là où je suis vraiment. Ce que je recherche c’est de ne pas rester coincé dans des automatismes fermés, une sorte de prison à ciel ouvert. Je suis lent...


  • #1791307

    Déformer les figures comme ça dans la peinture, je trouve cela très laid. Depuis enfant j’ai toujours trouvé moches les peintures de Picasso et je ne comprenais pas pourquoi des gens les vantaient autant. Désolé pour moi c’est de la merde !


Commentaires suivants