Egalité et Réconciliation
https://www.egaliteetreconciliation.fr/
 
A A A
imprimer

Gauche caviar et grosses lunettes : le "cool" coûte cher

S’il est un magazine dont la marque de fabrique est la coolitude, c’est bien Les Inrockuptibles. Hebdomadaire branché qui passe son temps à chroniquer les chanteurs branchés, les films branchés et les jeux vidéo branchés, « les Inrocks », comme disent les gens branchés, adorent aussi les styles de vie branchés, les habits branchés et les meubles branchés... Bref, tout ce qu’il faut pour être branché... Et donc cool. Mais être cool, pour l’hebdomadaire que dirige désormais Audrey Pulvar, suppose d’en avoir les moyens.

Dans une rubrique intitulée « Où est le cool ? », Les Inrockuptibles recensent (et encensent) – à grand renfort (outrancier) d’anglicismes branchés – ce qui leur semble correspondre à la « cool attitude » du moment. Pour l’essentiel, le « cool de la semaine » se caractérise par la promotion de produits de consommation peu répandus, dont on ne fournit pas le prix (sauf quand c’est un livre et donc pas cher). Échantillon représentatif.

Dans le numéro du 16 octobre 2012 par exemple, l’hebdomadaire branché nous explique que le « cool » se trouve « sur ce skate translucide », dont la description fait rêver : «  Surfant sur le gros revival des planches old-school, la marque Globe remet au goût du jour sa Bantam en plastique rigide et la décline en une série design ultracolorée. » Si en général les skateboards (planches à roulettes) coûtent entre 40 et 50 euros, le prix de celui-ci – après investigation de notre part – est de 110 euros.

Dans le même numéro, le « cool » se trouve aussi « dans ce look geek futuriste ». Description : « Capturée pendant la fashion week, cette silhouette parvient miraculeusement à mixer quelques-uns des items les plus trendy de la saison : baskets lamées Kenzo, leggings et surtout cet ultra-geeky et fantastique pull/sweat Balenciaga. » Ce pull/sweat coûte juste 185 euros, hors frais d’envoi... Cool, non ? Ce qui est cool aussi c’est de pouvoir boire un café au « MVMNT Café » à Londres. Le prix ? 1,20 livre sterling pour un expresso, auquel il faut ajouter bien sûr le prix du billet de train ou d’avion pour se rendre dans la capitale britannique (160 euros l’aller-retour en train depuis Paris, ou 300 euros l’aller-retour en train depuis Clermont-Ferrand).

Dans le numéro du 9 octobre 2012, l’hebdomadaire cool vante le « bombers W.I.A. », des « tenues oversize postdigitales que l’on imagine bien sur des hackeuses, des clubbeurs ou Die Antwoord ». Le prix non indiqué par Les Inrockuptibles ? 295 euros. Le cool est aussi dans des chaussures à 365 euros. Il se trouve dans des motos retapées à des prix allant de 10 000 à 23 000 euros. Les Inrockuptibles conseillent également de passer des vacances dans des «  lodges ecofriendly de bois et de métal  » dans la vallée de Guadalupe au Mexique. Le prix d’une nuit ? Minimum 175 euros. Plus l’aller-retour en avion au Mexique. Et si vous êtes à la recherche d’un sac, on vous conseillera de prendre un sac de bivouac style années 60 pour la modique somme de 235 euros...

Dans le numéro du 19 septembre 2012, l’hebdomadaire cool et branché recommande des chaussures de ville avec des semelles en forme de dents de requin, les « Shark Sole Derby Navy » qui, vérification faite, valent au mieux 530 dollars (soit un demi-Smic). Et si vous voulez faire du sport – mais en restant cool, of course – vous pouvez aussi vous procurer des Nike Flyknit (11 septembre 2012). Description : « Après le revival New Balance, Nike impose encore un peu plus la tendance technique qui court dans le monde des sneakers avec la Flyknit, basket ultralégère et tressée qu’on enfile comme un chausson ou une seconde peau. Au placard, donc, les vieilles Stan Smith et autres modèles rétro : l’automne sera minimal, aérien et futuriste.  » Le prix ? 160 euros.

Fermons le ban. Ainsi que nous l’écrivions déjà en 2006, « anglicisme branché, publicité design, élitisme cool et provocation in sont les ingrédients de ce périodique parisien ». Et ces quelques exemples de « produits » décrits ou conseillés par Les Inrockuptibles nous éclairent encore plus sur ce qu’est cet hebdomadaire... La venue d’Audrey Pulvar (et de ses lunettes, estimées à 15 000 euros selon Le Canard enchaîné) ne semble rien y changer. Sans doute parce qu’Audrey Pulvar est cool.

Après tout, pour être cool, il faut en avoir les moyens. Et être riche de préférence.

Mathias Reymond

 



Article ancien.
Les commentaires sont désactivés



Alerter

40 Commentaires

AVERTISSEMENT !

Eu égard au climat délétère actuel, nous ne validerons plus aucun commentaire ne respectant pas de manière stricte la charte E&R :

- Aucun message à caractère raciste ou contrevenant à la loi
- Aucun appel à la violence ou à la haine, ni d'insultes
- Commentaire rédigé en bon français et sans fautes d'orthographe

Quoi qu'il advienne, les modérateurs n'auront en aucune manière à justifier leurs décisions.

Tous les commentaires appartiennent à leurs auteurs respectifs et ne sauraient engager la responsabilité de l'association Egalité & Réconciliation ou ses représentants.

  • Ce langage est vraiment irritant,c’est un appel à la baffitude ;la dernière fois,dans le train,j’ai dû demander à deux parigots chés-bran,adeptes de ce langage plein de merditude,de bien vouloir fermer leurs clapets avant que j’en appel à la baffitude ;résultat ?ils ont appeler les flics et la police ferroviaire m’a cueillit en gare de Valence...voilà où nous en sommes en France chers camarades !...c’est troooop coooooll !!!


  • J’ai ouvert, par curiosité, une fois ce torchon...

    Une fois !


  • J’aime et je déteste Acrimed : ce sont des gauchistes encore plus réac’ que les réac’ de droite.
    Par contre, les anglicismes et la novlangue me donnent de l’urticaire. En même temps, c’est signé. On voit parfaitement d’où vient le problème. Ce magazine n’est pas écrit en arabe !
    Comme "National Geographic", la presse a pour fonction d’entretenir l’illusion capitaliste, le désir de consommation, le rêve américain etc etc.


  • Bref, les inrocks c’est de la meeeeeeerde !

    Super article celà dit. C’est marrant comme de simple citations peuvent être plus parlantes que de longues explications


  • Eh beh ^^ J’ai rien compris aux citations hé hé.


  • j’avais une petite émission de radio locale et un soir j’avais pris comme thème pour un débat "pourquoi les français emploient de plus en plus des mots anglais". hasard l’invité c’était le batteur d’un groupe français mais qui portait un nom anglais et bien sur chantait des textes anglais. ce qui était drôle ou pas, c’est qu’on était 4 autour de la table j’étais le seul "arabe" et le seul à défendre la langue française j’ai trouvé la situation bizarre. tous les mots anglais ont un équivalent français ! pour finir ce qui m’exaspère le plus c’est tous les jeunes ou moins jeunes cons qui sortent des "deym" (à l’américaine) ou "fuck" au lieu de putain ou merde.

     

    • #251945
      le 01/11/2012 par Moi, Peter Sellers
      Gauche caviar et grosses lunettes : le "cool" coûte cher

      Les enfants de bourgeois passent leur vacances scolaires en pays anglo-saxons. Au bout d’un certains temps, il n’y a plus rien "d’artificiel" dans l’utilisation de l’anglais. Et les interjections spontané genre "fuck" c’est difficile de les simuler. Le plus souvent ceux qui utilisent beaucoup des mots anglais, ont ou on eut, une pratique intensive de cette langue.
      De toute façon, sur le fonds la promotion de la langue anglaise est une volonté hégémonique (très bien documenté d’ailleurs) mais comme toute chose l’être humain est "imprévisible". L’oligarchie manipule pour obtenir une chose, et au finale le génie humain retourne la situation à notre avantage.


    • Eh beh, bravo !

      Pour le reste, consternant. Je ne vis plus en France depuis un bon moment et je ne savais pas que les jeunes utilisaient damn ou fuck.. où va le monde. D’un autre coté je suis sur qu’ils ne parlent pas un bon anglais.

      Ton histoire me rappelle un épisode du temps ou j’étais au collège public en France, lors d’un cours d’anglais, et alors que la professeur posait une question à la classe, les 3 seules mains levées étaient la mienne et celles de deux autres camarades. Or nous étions tout 3 fils d’immigrés (d’Europe, d’Afrique noire et du Maghreb - la brochette). La prof, américaine, regarda la classe en quête de plus de volontaires, puis, nous regarda de nouveau, et soupira.. "Ce sont là nos 3 volontaires pour répondre... eh bien... vive la République !"

      Une petite remarque passé quasi-inaperçue dans la classe mais qui nous a marqué.


    • Ils sont bizarres ces jeunes, ou alors ils sont rarement énervés puisqu’ils peuvent contrôler ce qu’ils disent. Je vis en Angleterre donc j’essaie de parler un anglais correct, mais quand je m’énerve je lâche des jurons français. C’est le naturel qui revient au galop.


    • Eh ben moi, j’habite aussi en angleterre et c’est vraiment pas mieux. Je m’appercois que dans n’importe quel magasin ou commerce, l’anglais ne sais plus dire bonjour, merci, au revoir ect.....
      Qui plus est, vivant dans un quartier bien "W.A.S.P" (white anglo saxon protestant, les "de souche" quoi) sans aucun "black", "packi", "yellow" dans le coin, je dois etre le seul etranger a la ronde. Eh ben, vous savez quoi ??? Je parle mieux l’anglais que ces degeneres...
      Comme quoi la mort culturelle gagne tous les pays.


  • Euthanasiez moi ça.


  • quand les états-unis se seront effondrés, le tout-a-l’anglais disparaitra de lui même, apprenez le russe, le chinois ou l’espagnol. bref les langues des futurs grands pays.

     

  • #251892

    les z’incrottes : Magazine 100% collabo ,
    qui ressemble comme deux goutte d’eau au Magazine Têtu ! .
    les deux représentent parfaitement l’esprit Bobo Attalien ,
    en gros : 100% dégénéré et 100% pro N.O.M

    vous voulez une preuve !
    depuis pas mal de temps Lesinrocks ne font plus un seul numéro
    sans une rubrique " Porno " .
    car c’est bien connu ,
    en plus d’être devenu Chic , le Cul du Porno est devenu intello ?????
    (quelle belle trouvaille pour faire sombrer un peu plus dans la dégénérescence le Bobo mal baiser).

    quand un Magazine n’a plus rien a dire , il rempli le vide par de la merde .

    salut E&R


  • Le socialism-fucking, voilà un bel anglicisme ! Sinon pour le reste il n’y a pas que ce torchon qui véhicule ce genre d’idées bobo gogoche caviar qui incitent les écervelés de toutes sortes à vivre leur vie en consommant comme des porcs. Ces types dictent des tendances ridicules pour être invités aux défilés branchés, j’appelle ça de l’inceste. L’oligarchie est organisée et à des publics cibles ni plus ni moins. Ils consomment, donc ils sont !


  • Internet a un mot pour désigner ces gens-là : ce sont des hipsters. Avec pour devise "je faisais ou j’avais ça avant que ça ne soit cool". C’est connu pour acheter du faux-vieux hors de prix, ou se croire au sommet de la rebellitude en utilisant ou portant des trucs anciens. Exemple : "Lol, Brenda, t’as vu j’ai posté sur Instagram une photo de mon moulin à café vintage que j’ai acheté en brocante ! C’est trop nerd ! Allez ma chérie, je te laisse, y’a Bastien qui vient de rebrancher la senséo, on va enfin pouvoir boire du vrai café qu’on achète pas en fèves."

    Autre exemple : "Wouah, chérie elle est trop belle ta robe ! Elle est trop nineties ! - Ouais, je l’ai trouvé dans le placard de ma mère. Mais tu vois, je la portes pas pour me faire remarquer, mais pasque, tu vois, ça me correspond trop bien quoi. Et puis c’est vachement plus destroy que la salopette qu’elle portait mercredi Jessica. D’ailleurs, t’as oublié de me tagguer sur les photos de la soirée de Stephen. Comme on était trop des biatches ce soir-là !"

    Des études scientifiques assez sérieuses sont en cours. Au bout d’environ de 2h sans courant ni réseau téléphonique ou internet, il semble qu’ils se ratatinent, et cherchent un endroit pour mourir. Généralement, ils se construisent une petite cabane avec les vinyles qu’ils n’écoutant jamais et les cartons d’emballages des produits high-tech qu’ils ne sont pas encore allé porté au recyclage.

    Une caractéristique notable, c’est qu’ils ont trois fois moins besoin de savon que des gens ordinaires, car leurs mains ne leurs servent quasiment jamais, si ce n’est pour twitter, et que leur absence totale d’activité physique a permis la disparition de la plus grande partie des glandes sébacées, leurs leggins ou jean slim jouant le rôle de thermorégulateurs.

     

  • C’est vraiment ce que je constate de plus en plus quand je matte la télé !! Bon autour de moi y a pas trop d’anglicisme, moi vivant en banlieue, dans une zone complètement délabrée physiquement on a encore une mentalité un peu à l’ancienne !! Je préfère 1000 fois entendre une phrase du style "il claque sa mère ton jean j’avoue" ou bien "ah ouais elle est lourde de ouf la stevé" plutôt que "il est trendyton jean" ou bien "elle est cool la veste", parce que franchement étant de banlieue j’me me reconnais plus dans le verlan français que dans des anglicisme à deux balles !! Je vais meme vous dire, la banlieue et les quartiers populaires étant majoritairement peuplés de fils d’immigrés (comme moi) nord africains ou africains, je suis plus sensible à un type qui va intégrer des mots dans la langue de ses parents comme on le fait souvent entre nous avec des mots arabes dans nos phrases (du fait de notre double culture) qu’à un type qui va me glisser des mots anglais !! Au moins quand je met un terme arabe dans mes propos, déjà je ne le fais qu’avec des gens que je connais et qui font la même chose que moi et surtout je le fais parce que je suis franco-tunisien et que je parle aussi couramment l’arabe !! Alors que ces bobos, cool, touchy, branchés, parisiens vous mettront des anglicismes à tout va avec n’importe qui et ça ça me défrise !! D’ailleurs cette tendance est à son paroxysme chez canal + et au top top du top high level avec la bande à Barthès (le petit journal, avec une rédaction constitué de jeune trentenaires carriéristes) et alors là je vous le donne dans le mille avec l’autre s***** qui co-anime "le grand journal" avec Denisot, dont j’ai oublié le nom !! Là on a pas plus bobos et les anglicisme fusent durant toute l’émission,c’est insupportable !! Mais l’ironie de l’histoire et là j’ai envie de dire qu’on est face à l’éternel retour du concret, c’est que pendant que c’est abrutis nous inondent de termes anglais chez nous, dans les pays anglophones l’élégance est de glisser des mots français dans les phrases !!


  • Je comprends maintenant encore mieux mon aversion pour la langue anglaise orale contemporaine ( pas la littérature, Shakespeare et Hobbes rougiraient face à un tel "langage" surtout qu’ils maîtrisaient parfaitement le Français ). Je comprends aussi bien mieux mon amour pour les langues anciennes qui ne sont nullement mortes face à de telles nullités et vacuités langagières dignes des plus infâmes projets de Satan. Pauvre France, pauvre Monde.

     

    • #252124

      Tout à fait.

      Moi, l’anglais me fascine. J’aime sa simplicité, son côté "droit au but". T’as l’impression que c’est une langue, qui de par sa forme, ne laisse pas de place à l’ambiguïté. C’est un avantage !

      Je joue dans un groupe de Metal. Le guitariste compose la majorité de la musique et des textes, qui sont donc en anglais. Et c’est un choix que nous assumons par rapport à ce que je viens d’énoncer. Écrire des textes en anglais est une activité très instructive et attractive. Et de toute façon, l’anglais se raccorde plus à ce genre de musique que le français, c’est un fait. C’est une question de sonorité, dans un contexte donné.

      Après, cela ne m’empêche pas, dans la vie courante, d’être un ardent défenseur de la langue française. Et il n’y a rien de plus insupportable que d’entendre de jeunes bobos écervelés utiliser des anglicismes à outrance (comme dans les médias, d’ailleurs). Mais ce n’est pas une raison pour être hostile à l’anglais. Je suis un patriote français, certes, mais je ne suis pas pour autant hostile à cette langue.


    • l’anglais crée plein d’ambigüités ! traduisez moi un peu "his secretary" sans avoir d’info sur le contexte !
      Et un "japanese prisoner-of-war camp" qu’est-ce qu’il y a dedans,des japonais gardés par des GI ou des GI gardés par des japonais ?
      Savez-vous que "japanese encephalitis vaccine" n’est pas un vaccin japonais conte l’encéphalite, mais, il faut le savoir, un vaccin, pas japonais contre une maladie appelée encéphalite japonaise.
      Quand à la "malaria therapy" ce n’est pas un procédé pour guérir de la malaria, non ! mais une manière de soigner d’autres maladies consistant à injecter la malaria (si ! ça existe).
      savez-vous que "He was sorting out food rations and chewing gum" peut signifier soit « il triait des rations et du chewing gum », soit « il triait des rations tout en mâchant du chewing-gum »


    • Je suis d’accord avec anonyme, il est d’autres exemples comme "Walk this way", qui peut signifier "Suivez ce chemin" ou "Suivez-moi" ou "Marchez comme moi", ce dernier choix étant caricaturé dans un film de Mel Brooks où dans un manoir, un serviteur difforme et boiteux avec un strabisme divergent, invite un visiteur à le suivre et celui-ci lui emboîte le pas en claudiquant le dos voûté tout en louchant. Un autre, comme "I miss you" qui veut dire "Tu me manques" et que j’ai toujours lu comme "Je t’ai raté". La cour d’Angleterre depuis Guillaume le Conquérant, eut le Français pour langue officielle pendant des siècles, mais après la guerre de cent ans et Jeanne d’Arc, ils l’ont rejeté et ont repri leur dialecte anglo-saxon primitif. Avec la perfide Albion, "the froggies always will be turkey stuffing".


    • #252723
      le 02/11/2012 par THISISTHEZODIACSPEAKING
      Gauche caviar et grosses lunettes : le "cool" coûte cher

      @ anonyme et les biguïtés
      Oulala ! Figure-toi que j’allais me coucher, et qu’après t’avoir lu, c’est gravement compromis !
      Toutes ces biguïtés dans la langue anglaise, mais c’est pas possible ! Oulala ! Au secours qui pourra !
      Pfff, j’essaye de me calmer, et de prendre rationellement un terme tiré d’une des dernières vidéos d’Alain :
      "fist-fucking".
      Oulala ! tu crois que là aussi, pourtant d’apparence anodine, y’aurait comme qui dirait des biguïtés sournoisement
      tapies dedans ? Bon écoute, Alain a donné une adresse où semble-t-il tu pourras tirer tout ça au clair, parceque c’est garanti sans biguïtés : La Fistinière.
      Va, pars en éclaireur, camarade, et ramène-nous la lumière !
      Moi je reste ici, au cas où on serait attaqué par des biguïtés...Oulala ! Quelle nuit en perspective !


    • #253357

      @ THISISTHEZODIACSPEAKING

      Une petite cure de sommeil camarade devrait te faire le plus grand bien. Car tu t’énerves tout seul et tes propos sont quelques peu erratiques.

      Plutôt d’accord avec les ambiguïté de l’anglais. C’est une langue contextuelle c’est évident.


    • #253520
      le 03/11/2012 par Theodore Kaczynski
      Gauche caviar et grosses lunettes : le "cool" coûte cher

      @ Mr Jourdain The Creep
      ERRATIQUE : qui n’a aucune régularité, instable, inconstant.
      C’est sans biguïté ! Plus sympa de d’abord maîtriser le français, avant de s’aventurer en terrain étranger,
      surtout lorsqu’on a des certitudes, parce qu’alors, c’est aller au devant de grandes déceptions...


  • #252210

    J’espère voir le jour ou l’on pourra leur tailler une very short haircut style fashion liberation of 1945 pour 0 Euros.

     

  • En tant que chomeur et ayant cassé mes lunettes j’ai dû m’en payer de nouvelles pour 400 euros que je dois régler en 4 fois (pas les moyens d’une mutuelle). Quand je vois que cette dinde grillée s’offre une paire de bésicles pour 15000 euros (plus d’1 an d’allocations chômage). C’est sans doute pour avoir l’air intelligente, parce que ça ne se voit pas sur elle, d’ailleurs au nombre de conneries qu’elle débite. Ou alors, elles sont spéciales et lui permettent de mieux voir les attributs cachés de son compagnon. J’imagine les sous-vêtements… mais là je fantasme.

     

  • Dites-moi où, n’en quel pays,
    Est Flora la belle Romaine,
    Archipiades, ne Thaïs,
    Qui fut sa cousine germaine,
    Echo, parlant quant bruit on mène
    Dessus rivière ou sur étang,
    Qui beauté eut trop plus qu’humaine ?
    Mais où sont les neiges d’antan ?

    Où est la très sage Héloïs,
    Pour qui fut châtré et puis moine
    Pierre Esbaillart à Saint-Denis ?
    Pour son amour eut cette essoine.
    Semblablement, où est la reine
    Qui commanda que Buridan
    Fût jeté en un sac en Seine ?
    Mais où sont les neiges d’antan ?

    La reine Blanche comme un lis
    Qui chantait à voix de sirène,
    Berthe au grand pied, Bietrix, Aliz,
    Haramburgis qui tint le Maine,
    Et Jeanne, la bonne Lorraine
    Qu’Anglais brûlèrent à Rouen ;
    Où sont-ils, où, Vierge souveraine ?
    Mais où sont les neiges d’antan ?

    Prince, n’enquerrez de semaine
    Où elles sont, ni de cet an,
    Que ce refrain ne vous remaine :
    Mais où sont les neiges d’antan ?

    François Villon - Ballade des dames du temps jadis
    Chanté par Georges Brassens

    Prince Jésus qui sur tous a maistrie
    Garde qu’Enfer n’ait de nous seigneurie :
    A luy n’avons que faire ne que souldre.
    Hommes, ici n’a point de moquerie,
    Mais priez Dieu que tous nous veuille absoudre !

    François Villon - Le Testament (1461)

    Entre le passé où sont nos souvenirs
    et l’avenir où sont nos espérances
    il y a le présent où sont nos devoirs.

    Henri Lacordaire

    Les djeuns ont oublié de les faire leurs devoirs, se contentant d’un babil et d’un pudding insipide comme l’est leur cervelle pour beaucoup. Je me gargarise d’un vieux François plein de panache et de truculence. Les expressions "anciennes" de Palsembleu, Cornegidouille, Ventre saint gris, Bigre, Bougre, Fichtre, Que diantre, Maraud, Haro… sont-elles amenées à disparaître, elles le sont d’ores et déjà. Et pourtant quelle musique enchanteresse, qu’est la langue française ! J’entends déjà qu’on me traite de vieux ringard.

    Eh bien soit !
    A vous Gaulois,
    je vous le dit, par hercule
    plus le désir s’accroît
    plus l’effet se recule.
    Et si vous estimez
    que j’ai par trop d’audace
    Je voudrais vous citer :
    Choisy le Roi,
    Bourg la Reine
    et Jouy en Josas…

    Veuillez m’excuser pour mon combat d’arrière-garde, mais nous sommes en perte d’identité et je dis merde aux rosbifs et aux ricains.

     

    • autre exemple du beau français de Montaigne "le poète, dit Platon, assis sur le trépied des muses, verse de fureur tout ce qui lui vient en la bouche, comme la gargouille d’une fontaine, sans le ruminer et peser, et lui échappent des chose de diverses couleurs, de contraire substance, et d’un cours rompu. Et la vieille théologie est toute poésie (disent les savants) et la première philosophie, c’est l’originel langage des Dieux"


    • Non Monsieur, vous n’êtes pas un vieux ringard, moi aussi j’aime cette langue mais malheureusement aujourd’hui il est de plus en plus difficile de l’utiliser, de l’entendre et surtout de comprendre les mots de vieux français. Les mots désuets m’ont toujours fascinés et je jubile à chaque fois que j’en apprend un nouveau.


  • #252447

    Cette connasse me dégoute.


  • « Capturée pendant la fashion week, cette silhouette parvient miraculeusement à mixer quelques-uns des items les plus trendy de la saison : baskets lamées Kenzo, leggings et surtout cet ultra-geeky et fantastique pull/sweat Balenciaga. »
    l’auteur a mis en gras les anglicismes, mais en a oublié plein !
    "capturé" anglicisme, car ce sens n’existe pas en français, il est emprunté à l’anglais
    "mixer" de to mix
    "pull" = chandail
    "sweat"

     

    • #252853
      le 02/11/2012 par Guy LuXXX Intervilles 4 Real
      Gauche caviar et grosses lunettes : le "cool" coûte cher

      Bravo pour "capturée" j’étais passé à côté, c’est d’ailleurs assez agressif comme terme, et généralement d’ailleurs, si tu le leur fait remarquer, ils n’assument pas et te traitent d’ "intolérant", qui est le palier juste avant "antisémite", au cas où.
      Mais tu n’as pas complètement essoré la phrase : quid de "items" et baskets" ?
      Ca fait quand même surtout "gogolito" ces phrases, comme leurs petites sapes "au goût du jour"...


  • #253362

    Affligeant en effet. Ajoutez à ça la déstructuration du langage et la réduction du vocabulaire à son strict minimum et t’as un peuple de soumis bien préparé à être tondu mais de façon "cool".

    Je gerbe sur ces magazines de merde. Et Pulvar la petite bourgeoise, merdeuse et prétentieuse. Après s’être fait viré de France 2 parce qu’elle était détestable à l’antenne, elle finira par être virée du canard car ils ont déjà eu leur lot de désabonnement avec son arrivée. Il lui reste Direct 8 où elle commence déjà à être critiquée. Il ne lui restera bientôt plus que tweeter pour raconter sa petite vie mondaine.

    D’ailleurs j’ai remarqué que les femmes aimaient particulièrement tweeter. En tout cas, chez les personnages publiques je ressens que c’est plutôt un truc féminin. Je n’en sais rien je n’y suis pas. Quelqu’un a déjà reniflé le truc ou c’est moi qui me fait des idées ?


  • #255529

    Je ne comprends pas pourquoi E&R fait de la pub pour Acrimed, un site de gauchistes dont la plupart des membres portent des noms d’origine douteuse. Acrimed, comme le site "Les mots sont importants", ne rate jamais une occasion de s’en prendre aux patriotes qui s’efforcent de préserver nos valeurs et notre culture face à l’invasion de hordes barbares, noires ou maghrébines pour la plupart.


  • Si elle porte des lunettes pour paraitre plus intelligent ce n’est pas réussi, je la trouve stupide et ridicule.


Afficher les commentaires suivants