Egalité et Réconciliation
https://www.egaliteetreconciliation.fr/
 
A A A
imprimer

Gilad Atzmon : "Dieudonné a montré qu’il pouvait résister à la violence de ses détracteurs"

Algerie patriotique : Votre combat contre le sionisme vous vaut des levées de boucliers en Israël et en Occident. Vos détracteurs jouent sur l’amalgame entre « antisionisme » et « antisémitisme ». Quelle est la différence entre ces deux concepts ?

Gilad Atzmon : L’antisémitisme est une notion qui peut prêter à confusion. Elle renvoie en général à une critique des juifs en tant que « peuple », « ethnie » ou « race ». Cette critique, basée sur des considérations « biologiques », est en passe de disparaître. L’antisionisme, en revanche, relève d’un tout autre ordre. Il correspond à la critique de l’État juif, de ses politiques, de ses positions et de son idéologie. Or, il se trouve que je ne me reconnais dans aucune de ces catégories. Certes, je critique les Israéliens avec véhémence, mais ce qui m’intéresse le plus, c’est la signification véritable de l’identité, de la culture, de la politique et de l’idéologie juives. Ma conviction est que, aussi longtemps que l’action politique se place sous la bannière juive, nous avons le droit d’en interroger les mobiles, les positions et la philosophie. C’est parce qu’Israël se définit comme l’État juif que sa judéité doit être remise en cause. Je critique l’Etat juif mais je m’en prends aussi à la gauche juive, voire à ce qu’on l’on appelle communément l’« antisionisme ». En somme, je dénonce tout ce qui relève du « pour-les-seuls-juifs », que cela vienne de la Gauche ou de la Droite. A l’instar du sionisme et d’Israël, l’antisionisme juif se fonde sur des considérations raciales et est judéo-centrique. Sa raison d’être est la défense des intérêts tribaux juifs ; la cause palestinienne n’est qu’un faire-valoir. Dans mon essai The Wandering Who, j’ai fourni assez d’arguments et de preuves pour étayer cette thèse.

Vous considérez que les sionistes sont la cause principale de la crise financière mondiale. Comment ?

Non, pas exactement. Dans The Wandering Who, je dis qu’une bulle financière avait été créée de toute pièce aux Etats-Unis – par la Réserve fédérale – afin de détourner l’attention sur une bavure militaire, à savoir une guerre des sionistes et des néoconservateurs. Plutôt qu’une conspiration, la crise du crédit était accidentelle. Autrement dit, la bulle a explosé au moment où l’on s’y attendait le moins.

On a tendance à croire que le sionisme se limite à la colonisation de la Palestine pour y créer un État. Or, vous dites que celui-ci est « un mouvement mondial alimenté par une solidarité tribale sans équivalent ». Qu’entendez-vous par « solidarité tribale » ?

Pour commencer, votre terminologie est légèrement incorrecte. Le sionisme n’est pas un mouvement colonial, même si beaucoup utilisent ce terme dans cette acception. Le colonialisme est un échange matériel et tangible entre l’État-mère (métropole) et l’Établissement colonial. Dans le cas du sionisme, on peut, certes, identifier l’Établissement colonial, mais pas l’État mère. En outre, l’établissement en Palestine concrétisait une quête spirituelle et idéologique, les considérations économiques n’en étaient pas le moteur. Sauf que, avec les lobbies juifs très actifs dans de nombreuses capitales occidentales (Aipac, Crif, CFI, etc.), qui y promeuvent les intérêts du sionisme mondial et incitent à des guerres contre l’Iran et la Syrie, il est aujourd’hui impossible de nier le fait que le sionisme est un mouvement mondial ayant des intérêts mondiaux. Ces éléments étant versés à la réflexion, il est facile de cerner la solidarité tribale qui renvoie à l’énorme soutien que les juifs du monde entier apportent à leur mouvement national et à leurs campagnes à fortes consonances tribales.

Pourquoi le sionisme doit-il sa survie à la génération de « conflits internationaux d’ampleur gigantesque », pour reprendre votre formule ? Autrement dit, pourquoi le sionisme ne croit-il pas à la paix ?

Car l’identité juive laïque est définie par négation. Le juif politique sans Dieu (par opposition au juif orthodoxe) se définit par l’animosité qu’il évoque chez les autres. Les juifs ont besoin d’ennemis et l’État juif au Moyen-Orient pourrait induire plusieurs autres conflits sectaires dans la région. Mais cela ne se résume pas uniquement à Israël ou à la politique sioniste. La judaïsation du mouvement de « solidarité » palestinienne a ouvert la voie à une chasse aux sorcières, typique de la culture juive du herem (excommunication). Ces dernières années, nous avons vu comment le PSC britannique expulsait les activistes – y compris des Palestiniens – de ses rangs. Manifestement, la politique juive se fonde sur la négation ; elle évoque l’animosité chez les autres.

Si Israël a été créé par les capitalistes britanniques pour contrôler le pétrole du Moyen-Orient au début du XXe siècle, comment se fait-il que le sionisme ait pris l’Occident en otage plusieurs décennies plus tard ? Qu’est-ce qui a conduit à cette inversion des rôles ?

Non, je ne partage pas cette lecture. Israël n’a pas été créé par l’empire britannique et le pétrole n’était pas au cœur du discours derrière la Déclaration de Balfour. Il s’agit là d’un fantasme matérialiste marxiste trivial qui ne repose sur rien et qui sert à induire en erreur. Les lobbies sionistes ont réussi à arracher la Déclaration de Balfour au summum de la Première Guerre mondiale, promettant de pousser les États-Unis a rejoindre la guerre en retour. La Grande-Bretagne avait besoin de l’appui des Américains pour sortir de l’impasse du front occidental. Ainsi, donner la Palestine aux juifs semblait un prix négligeable à payer. Vue sous cet angle, la Déclaration de Balfour semblait destinée à apaiser l’élite financière juive germano-américaine qui s’est empressée de changer d’allégeance, tournant le dos à l’Allemagne pour s’allier aux Anglais. Le message était clair : dès 1917 déjà, le lobby juif américain était parmi les entités les plus influentes aux États-Unis et en Grande-Bretagne.

Les médias occidentaux sont réfractaires à toute critique vis-à-vis du sionisme. Vous êtes vous-même pris sous le feu nourri de plumes acerbes. Actuellement, en France, Dieudonné en est victime. Comment expliquez-vous cet acharnement du complexe politico-médiatique contre cet humoriste ? Dieudonné est-il à ce point un danger pour les sionistes ?

Dieudonné a montré qu’il pouvait résister à la terreur des organisations juives. Toutes les tentatives visant à le détruire ont produit l’effet contraire, l’aidant à affiner son humour et sa critique du pouvoir juif. Mais Dieudonné a réussi à exposer le continuum mortel entre le lobby juif, le soi-disant mouvement de solidarité avec les Palestiniens et l’establishment de la « Gauche » française qui n’existe que dans l’imagination. Il est pour le moins surprenant que le gouvernement qui, il y a à peine quelques semaines, avait tenté – toute honte bue – de faire échec aux négociations avec l’Iran – dans une tentative désespérée d’apaiser le gouvernement israélien – s’en prenne à présent à un comédien noir qui refuse de se plier à la suprématie de la souffrance juive.

Contrairement aux sionistes soudés et organisés, les mouvements antisionistes semblent éparpillés. Pourquoi n’existe-t-il pas une organisation solide pour combattre ce groupe tentaculaire qui « tue au nom de la souffrance juive » ?

La sionisation du mouvement de solidarité avec les Palestiniens – que je suis depuis plus d’une décennie – est quasiment parachevée. Elle a permis de placer les intérêts tribaux juifs au cœur du combat palestinien. Au lieu de défendre les Palestiniens, les organisations de solidarité s’occupent plutôt de la lutte contre l’antisémitisme. Ce mouvement agit, actuellement, comme une opposition sous contrôle. Il est financé généreusement par des sionistes libéraux tels que George Soros qui finance également Jstreet. Soros finance la plupart des ONG palestiniennes, y compris le mouvement BDS. Nous assistons à l’émergence d’un petit « commerce » sous couvert de la solidarité avec la Palestine qui ne va aboutir à rien et dont le mérite, justement, réside dans son incapacité à réaliser quoi que ce soit. Mais, d’autre part, l’on ne peut ignorer quelques évolutions positives. En effet, de plus en plus de gens perçoivent la vraie réalité sur le terrain. Et je n’y ai pas peu contribué. De plus en plus de gens sont conscients de l’activisme des lobbies juifs et de l’instigation des conflits par le sionisme. Ils sont de plus en plus nombreux à mieux appréhender le rôle de la gauche politique. Ils voient bien la tentative du Guardian à faire de Sharon un abcès de fixation. En bref, ils sont de plus en plus nombreux à comprendre que la Palestine est ici, à Paris, Londres, Athènes et Detroit. Dans l’état actuel des choses, nous sommes tous des Palestiniens.

L’immense soutien dont bénéficie Dieudonné est un message cinglant à l’Aipac, au CFI et au Crif, annonçant la fin de la partie. On en a assez. J’aimerais bien voir le lobby juif (tant les sionistes que les antisionistes) se résoudre à reconnaître les changements actuellement à l’œuvre. Mais j’en doute fort. Lecteur avide de l’histoire juive et des dysfonctionnements de la Gauche, je pense que le Lobby se montrera de plus en plus agressif et je crains fort les conséquences inévitables tant pour les juifs que pour nous tous.

Retrouvez Gilad Atzmon chez Kontre Kulture :

Autour des thèmes abordés par Gilad Atzmon, chez Kontre Kulture :

 



Article ancien.
Les commentaires sont désactivés



Alerter

13 Commentaires

AVERTISSEMENT !

Eu égard au climat délétère actuel, nous ne validerons plus aucun commentaire ne respectant pas de manière stricte la charte E&R :

- Aucun message à caractère raciste ou contrevenant à la loi
- Aucun appel à la violence ou à la haine, ni d'insultes
- Commentaire rédigé en bon français et sans fautes d'orthographe

Quoi qu'il advienne, les modérateurs n'auront en aucune manière à justifier leurs décisions.

Tous les commentaires appartiennent à leurs auteurs respectifs et ne sauraient engager la responsabilité de l'association Egalité & Réconciliation ou ses représentants.

  • Le salut par les juifs, c’est peut-être cela ! Quand les meilleurs d’entre eux se mettent à penser honnêtement, ils rejoignent naturellement le discours des vilains... et comprennent aussi qu’ils seront les premières victimes de leur propre faiblesse.
    Au risque de me répéter, juifs et sionistes ne constituent pas le sommet de l’Empire, ils sont un moyen, une alliance de circonstance utile à la réalisation d’un projet bien plus ambitieux qui ne les épargnera pas... ils ont ce mérite d’alimenter la bête et de cristalliser toute la haine légitime de l’humanité à leur endroit pendant que l’Empire continue son entreprise. Mais bon, puisque personne ne veut entendre...

     

    • Je suis du même avis que toi camarade, je trouve que l’affaire Dieudonné reflète bien ce constat d’ailleurs.


    • @Heureux qui, comme Ulysse



      Mais bon, puisque personne ne veut entendre...



      Bien sûr que si qu’on entend...
      ...Derrière tout ça il y a une volonté occulte de faire le mal pour le mal.
      Les juifs comme les autres sont les victimes plus ou moins coupables de ce mouvement irrépressible de Haine entre les Hommes. C’est le Malin qui le veut, hélas !

      Dans la Bible on appelle ça l’Antéchrist, l’Islam parle de al Dajjâl !
      Israël fera les frais de son alliance avec l’anti-Messie mais en attendant les tribulations sont pour nous tous, juifs compris. Ça craint !


    • @ Muhammad

      C’est vraiment symptomatique de notre époque "moderne", toujours rester à la surface des choses alors que la mascarade est bien plus profonde qu’il n’y paraît.


    • @ Rahan Abitbol

      Puisque vous évoquez un vrai sujet, combien de fois ai-je déjà expliqué que Sheikh Imran Hosein est probablement le meilleur géopoliticien de notre temps ? Et d’ajouter que les croyants peuvent l’écouter parce qu’il est un religieux et les autres parce qu’il exprime la vérité, tout simplement.
      Les juifs et les sionistes d’un côté et les FM de l’autre sont eux-aussi des pions sur l’échiquier et le fait que tout est mis en œuvre actuellement pour nous les désigner comme l’ennemi montre que le grand projet sera bientôt arrivé à son terme. L’incurie de l’espèce est effroyable, un reportage diffusé récemment ici nous a expliqué le projet Manhattan et donc comment il est possible de cloisonner l’information pour que chacun soit parfaitement ignorant de ce que font tous les autres qui participent pourtant à la même entreprise. Pour quel enseignement ? Aucun !
      A part pour le sommet du sommet, personne n’a de vision complète de la scène, et c’est ce qui se passe précisément aujourd’hui ! Ainsi, parmi nos "élites", toutes les catégories sont représentées, il y a ceux qui font le jeu du mal en croyant faire le bien, les crapules avides et prêtes à tout pour s’enrichir, les traîtres par nature et les lâches animés par la peur uniquement. Pourtant, à y regarder de plus près, nous avons tout sous les yeux pour les démasquer, il suffit simplement de posséder une connaissance scientifique certaine mais surtout d’être en capacité de s’affranchir du conditionnement dans lequel l’Empire veut nous enfermer. Seule la spiritualité authentique nous en libère. Et voici que la boucle est bouclée puisque nous en revenons à ceux qui la possèdent, le fait qu’ils soient musulmans ou catholiques ne change rien à l’affaire !



    • Seule la spiritualité authentique nous en libère



      Mais cette spiritualité ne nous enjoint-elle pas, justement, au lieu de projeter le mal à l’extérieur (qui certes existe bel et bien), de le déceler en soi-même... ?

      « ...je ne comprends pas ce que j’accomplis, car ce que je voudrais faire, ce n’est pas ce que je réalise ; mais ce que je déteste, c’est cela que je fais. (...) En effet, ce qui est à ma portée, c’est d’avoir envie de faire le bien, mais non pas de l’accomplir. Je ne réalise pas le bien que je voudrais, mais je fais le mal que je ne voudrais pas... »
      (Lettre aux Romains 7,15...19)


  • Atzmon : l’autre nom de l’intelligence


  • Une sensibilité unique et hors du commun,un concept pour moi d’une intélligence inégalée,écrasant par sa logique indiscutable tout ce qu’on peut imaginer d’éxistant actuellement ,immense cette réflexion balayant comme un tsunami les deux deux courants,"sionisme"et "antisionisme"sans distinction aucune entre les deux,tout simplement grandiose comme penseur.


  • Toute chose ayant un début et une fin (c’est la loi de la nature)... peut-on conclure qu’aujourd’hui c’est l’apogée du sionisme et bientôt ce sera sa décadence ?
    Wait en see !

    C’est toujours un plaisir de vous lire, M. Gilad Atzmon.
    Que Dieu vous bénisse !


  • Si la grande majorité des musulmans ont brillé par leur absence lors de la manif pour tous, les 5/6 des juifs de France ont également raté l’occasion de se faire voir pour ce qu’il sont en défendant Dieudonné, et rétablissant la vérite sur l’arnaque sioniste.

    « Pour triompher, le mal n’a besoin que de l’inaction des gens de bien. »

    « Personne ne commet une faute plus grande que celui qui ne fait rien parce qu’il ne peut pas faire beaucoup. »

    Citations d’Edmund Burke

     

  • Je sais, je me répète mais vraiment remarquable ce type !


  • Y a pas à dire, l’esprit rationnel transmet toujours son aura bienfaitrice, ça irradie de sérénité et communique un réconfort rare en ces temps troublés.