Egalité et Réconciliation
https://www.egaliteetreconciliation.fr/
 
A A A
imprimer

Grèce : Tsipras bloque la privatisation du Pirée, la Bourse plonge

Le nouveau gouvernement grec démarre fort : il annonce sa volonté de stopper de nombreuses privatisations exigées par les créanciers du pays, dont celle très symbolique du port du Pirée (au profit du conglomérat chinois Cosco). D’autres mesures seront annoncées tout au long de ce mercredi. La Bourse d’Athènes reculait de 6 % ce matin.

Les yeux de la Troïka sont rivés sur Athènes, ce mercredi 28 janvier. Le premier conseil des ministres du nouveau gouvernement Alexis Tsipras n’accouchera pas d’une souris. Ce dernier annoncera les premières mesures d’urgence anti-austérité. Certaines mesures sont déjà connues.

 

Plusieurs projets de privatisation stoppés

- Le port du Pirée
Le nouveau gouvernement grec va stopper le processus de privatisation du port du Pirée lancé par la majorité précédente. « Nous ne vendrons pas de part majoritaire dans le port du Pirée », a annoncé mardi Thodoris Dritsas, le nouveau ministre adjoint chargé du Transport maritime. Il a ajouté que l’accord existant avec le groupe chinois Cosco serait réexaminé au nom des intérêts du peuple grec.

- La première société de services aux collectivités
Le gouvernement prévoit également de suspendre le projet de privatisation de PPC, la première société de services aux collectivités, a annoncé mercredi Panagiotis Lafazanis, le ministre de l’Energie, à la télévision grecque. Le précédent gouvernement avait adopté l’an passé un texte de loi visant à scinder une partie des activités de PPC et à la privatiser dans le cadre d’un programme de libéralisation du marché de l’énergie.

- Le principal opérateur public d’électricité DEI
Mercredi également, interrogé sur les chaînes de télévision Mega et Skaï, le ministre de l’Energie Panayotis Lafazanis avait fait part de l’intention du gouvernement de ne pas privatiser, comme c’était prévu, le principal opérateur public d’électricité DEI. « Nous voulons faire en sorte que le courant soit bon marché afin d’améliorer la compétitivité [...] une nouvelle DEI productive va aider à faire avancer le pays », a-t-il dit.

Lire la suite de l’article sur latribune.fr

Voir aussi, sur E&R :

L’indépendance économique, la prospérité,
et les outils pour y parvenir, chez Kontre Kulture :

 



Article ancien.
Les commentaires sont désactivés



Alerter

15 Commentaires

AVERTISSEMENT !

Eu égard au climat délétère actuel, nous ne validerons plus aucun commentaire ne respectant pas de manière stricte la charte E&R :

- Aucun message à caractère raciste ou contrevenant à la loi
- Aucun appel à la violence ou à la haine, ni d'insultes
- Commentaire rédigé en bon français et sans fautes d'orthographe

Quoi qu'il advienne, les modérateurs n'auront en aucune manière à justifier leurs décisions.

Tous les commentaires appartiennent à leurs auteurs respectifs et ne sauraient engager la responsabilité de l'association Egalité & Réconciliation ou ses représentants.

  • Notez qu’il commence par se mettre à dos les chinois...mais bon, c’est quand-même un bon début. Pour moi, si Syriza ne se met pas à dos l’UE ; c’est qu’il aura trahis son électorat...qui n’aura plus qu’à voter pour Aube Dorée, comme le dit Jovanovic.

     

    • Et alors ? Tu crois que les chinois sont nos amis ? Il faut arrêtez de délirer ! Les chinois n’ont rien à foutre de tout le monde. Ils veulent devenir la première puissance mondiale et par tous les moyens. La France devait faire de même. Les chinois sont en train de se payer tous le patrimoine français. VOus êtes d’accord avec ça ?


    • Ce n’est pas ce que je voulais dire Rayan, désolé si je me suis mal exprimé, non, empêcher la privatisation du Pirée était une très bonne chose. Mais ce que je remarque juste c’est que, Syriza va se mettre à dos "tout le monde" (pas tous les peuples, tout les dirigeants, je veux dire), c’est forcé. Ils seront forcé de faire quelque chose concernant l’euro et là, on va la voir la diabolisation venant du camp occidentaliste. Mais ce que je remarque c’est que la première mesure qu’ils prennent se fait contre les chinois qui, même si ce ne sont pas des anges, sont largement moins responsables de la crise grecque (et en même temps, largement moins dangereux) que l’OTAN & l’UE. Donc, peut-être est-ce de la prudence, ou peut-être est-ce que Syriza est soudoyée par les occidentaux pour chasser les chinois et maintenir la Grèce dans l’empire de la dette...attendons voir.


    • Pour Rayan : Les chinois ne sont ni nos amis ni nos ennemis mais il faut hiérarchiser les menaces. Aujourd hui la vraie menace c’est USRAEL, donc tout ce qui peut affaiblir cet axe est quelque part bon pour la France. Ensuite aux dirigeants français de savoir avoir une vision pragmatique pour notre pays et ne pas être soumis comme c’est le cas depuis 45 ans....
      Relire Machiavel...


    • #1106607

      Non, disons plutôt que lorsque tu te mets à dos l’Europe donc les us, NATO intervient avec son uranium appauvrie ! ! Triste France !


    • vous ne connaissez pas les Chinois,
      ils ne cherchent pas à devenir les maîtres du monde, ils ont juste envie de faire du commerce, de l’économie saine, ils n’ont jamais colonisé personne tout au long de l’histoire,
      et financièrement ils ont recours au prêt à l’investissement coopératif , donc ils sont libres de dire merde à la finance internationale,
      quant au niveau parasitage certains ont émigré (famines, commerce, guerres) et se fondus dans les populations autochtones de leur pays d’adoption où ils sont considérés et appréciés ; la culture Chinoise est solide, ce qui intéresse les Chinois de Chine c’est la Chine, l’empire du milieu, pas le reste du monde (relisez l’histoire)
      mais si pour tout cela ils sont obligés de combattre les occidentaux, ils le feront et seulement s’ils sont attaqués, et ils auront des soutiens, donc ils pourraient devenir malgré eux la première puissance mondiale sans qu’ils cherchent à utiliser cette puissance pour piller la planète.
      donc la Grèce n’a pas de soucis à se faire, les Chinois ne cherchent pas à conquérir des territoires mais de faire du commerce équitable, la Chine est un partenaire honorable et honnête qui se pliera aux règles en cours en Grèce.

      reste aux Grecs de faire sauter leur dette en tenant bon et ce, sans vouloir sortir de l’europe,
      ils doivent pouvoir s’offrir le plaisir de se faire virer, car une fois virés, la dette, elle, c’est à nous contribuables Européens de la rembourser pour éviter que nos banques de sautent.c’est déjà signé.
      les Grecs nous montrent la voie, à nous de suivre (ou alors payer)

      Et surtout, surtout rappelez vous qu’ils ont inventé la démocratie (la vraie). et que la Grèce en tant que nation est toujours culturellement bien vivante.


  • techniquement, ils ne peuvent pas interdire les privatisations, c’est dans les regles de l’union européenne, j’ai l’impression que c’est de la poudre aux yeux

    Ca + la levée des sanctions contre la russie sans qu’ils soient diabolisés je trouve cela bizarre, d’un autre coté ils sont pro immigration, anti-clerical...

    laissons mijoter encore un peu avant de se prononcer


  • ça commence bien et ça finira mal.... !!!

    Souvenez vous de 1967...La junte des colonels appuyé pat l’OTAN.. !!


  • Moi ce qui "m’inquiète" c’est ou ils vont chercher l’argent pour financer toutes ces choses "gratuites" et hausses de salaires alors que le pays est ruiné et n’a pour ainsi dire pas d’économie (mis a part le tourisme) ?
    J’espère que ce ne sera pas nous, Européens qui allons (encore) payer, s’ils veulent être indépendants, qu’ils aillent jusqu’au bout de leurs convictions : qu’ils sortent de l’Euro et se financent eux-même avec la planche a billet en Drachme...

     

    • Prenez l’exemple des Cubains qui ont nationalisé les biens étrangers responsables de la faillite du pays (bref, viré la mafia).

      De toute façon, le choix est simple pour les grecs : continuer à voir leurs enfants affamés mourir de faim à cause de cette stupide austérité ou taper du poing sur la table quitte à se mettre à dos "l’immonde libre"...Pas de juste de milieu, simple, non ?

      Syriza a été élu avec 35 % des voix, ce qui est beaucoup plus que les socialistes français présent au second tour avec seulement 20 ou 25 %. Ils ont la légitimité électorale, ils ont donc le droit, au nom de la démocratie que l’occident claironne à tue-tête pour s’auto-désigner meilleur que les autres, de faire ce qui leur chante sur leur territoire.

      Après, on espère toujours qu’il n’y aura pas de virage libéral style 1983...la conséquence logique sera Aube Dorée au pouvoir.


    • #1106611

      Nikola, où va chercher la France son fric pour financer "ses trous de sécurités social ? ", je pense que tu as des cours d’éco. à prendre mais non avc les miss de fr2, mais avec ceux qui disent que le Français s’est pris une bonne quenelle le 3 janvier... Donc effectivement, si tu penses que le Français vit comme un chien ce n’est sûrement pas à cause des autres ! ! Mais de sa propre incompétence à faire le ménage ds la pays... et ST plais c’est "NIKOLA" TESLA et non "Nicolas" ! !


  • Personne ne peut vivre avec 800 € par mois et la recalification du salaire mini est une bonne action. Ça va couiner ? Sûrement. Et alors ?
    Il y a un moment où les hommes politiques doivent faire preuve de courage. Lui l’a fait.
    Pas comme les nôtres en place qui travaillent surtout leurs intérêts propres.


  • Il vient de passer de 0 à 1 dans mon échelle de l’estime
    Il n’en demeure pas moins que c’est un produit du système

    Posez lui la question : Accepteriez vous de Quitter : Euro ? non ,U.E ? non OTAN ? non
    Vous verrez que la désillusion n’en sera plus grande

    Son objectif qui sera éventuellement le même que celui de Marine Le Pen :canaliser la colère tout en lâchant du leste


  • Souverainiste et européiste à la fois, y’a un truc qui cloche, non ? je doute qu’un pays qui traîne 340 milliards de dettes puisse dicter sa volonté à qui que ce soit !!!

     

    • et bien justement si, c’est un sacré atout, et la Grèce peut être la grande gagnante à ce jeu là,
      mais pour arriver à faire effacer sa dette elle ne doit pas officiellement vouloir quitter l’Europe, mais arriver à se faire virer sans y perdre trop de plumes afin que sa faillite puisse être prononcée officiellement sans qu’on puisse l’attaquer militairement pour se payer sur la bête.(d’où l’interêt aussi de refuser de sortir de l’OTAN)
      il faut éliminer cette dette qui n’est malgré tout que des données informatiques qui ne reposent sur rien de concret
      Ensuite, aux Grecs de se démerder, et repartir à zéro,
      et comme dit l’autre, la planche à billet pourrait être une excellente politique SI cette monnaie est strictement nationale et fondée sur une richesse grecque : par exemple les olives ou le travail humain, çela implique aussi plus d’autarcie