Egalité et Réconciliation
https://www.egaliteetreconciliation.fr/
 
A A A
imprimer

Grèce : le retour du cheval de Troie

L’histoire se répète, surtout en Grèce. Figurez-vous que les Américains avaient un Cheval de Troie à Athènes !

Un cheval à l’intérieur duquel se trouvaient les comptables de la... Goldamn Sachs. Ha ha ha. J’en ai déjà parlé ici il y a 10 jours, mais là, nous avons des précisions grâce au New York Times dans l’article de ce week-end "Wall St. Helped Greece to Mask Debt Fueling Europe’s Crisis". Athènes les a payés 200 millions d’euro pour qu’ils bidouillent leurs comptes, et cela afin que l’UE ne s’en aperçoive pas... ET CA FAIT 10 ANS QUE CA DURE... Malins les Grecs ! Parfaitement informée, il ne restait plus qu’à la CIA à attendre le bon moment pour lacher ses bombes médiatiques. Genial. Ils sont vraiment très bons à la CIA. Vous comprenez maintenant pourquoi je vous ai parlé d’un spectacle de natation synchronisée ? Louise Story, Landon Thomas et Nelson Schwartz (une grosse enquête donc) ont titré "Wall Street tactics akin to the ones that fostered subprime mortgages in America have worsened the financial crisis shaking Greece and undermining the euro by enabling European governments to hide their mounting debts". Autrement dit : la Grèce a utilisé des crédits "dérivatifs" (j’adore leur appelation... "dérivatifs" on dirait un voilier qui a dérivé sans le faire exprès) pour induire en erreur les compteurs d’haricots de l’UE qui n’y ont vu que du feu. Seul problème, là, il y a vraiment le feu ! Et tout le monde le voit... Encore plus drôle, le peuple grec, lui, n’a même pas été informé de sa réalité. Surréaliste. Ou : comment le gouvernement corrompu grec a vendu son âme à Goldman Sachs. On dirait un vendeur de voitures volées qui demande à son banquier de lui fabriquer des vrais-faux relevés de compte ! Bref, le NYT vous dit "la marée de peur est maintenant en train de laver les pays économiquement troublés à la périphérie de l’Europe, rendant les emprunts encore plus chers pour l’Italie, l’Espagne et le Portugal parce qu’ils ont été admis avec des déficits bien plus grands que ceux autorisés" et que "la Grèce a titrisé tous ses aéroports et autoroutes pour se faire de l’argent ... permettant à Goldman Sachs d’être payé jusqu’en 2019". Lire le New York Times (1) et aussi le Financial Times (2). PS : les anglo-saxons appellent le Portugal, Irlande, Italie et Grèce, les Pigs, les porcs. Mais les vrais porcs sont les anglo-saxons. C’est eux qui ont vendu tout ça et qui plus est, l’Angleterre est dans une situation pire que les Pigs... Mais ça, la presse anglo-saxonne ne vous le dit pas. L’idée pour Wall Street est qu’en cas de crash 2, on rende la CEE responsable. Capito ?

(1) : http://www.nytimes.com/2010/02/14/b...

(2) : http://www.ft.com/cms/s/f90bca10-16...