Egalité et Réconciliation
https://www.egaliteetreconciliation.fr/
 

Hier la vitrine, aujourd’hui le mur et demain Macron

Et pourquoi pas hier ?

« Hier la vitrine, aujourd’hui le mur et demain Macron » ont tagué en ce 1er-Mai les antifas (ou leurs affidés). Demain, mais pourquoi pas hier ? En effet, n’ont-ils pas voté pour lui une semaine avant, jour pour jour ? Ce n’est pas une surprise, ces idiots naviguent entre utiles sans le savoir (l’idiot de base) et utiles en le sachant (le manipulateur ou le stipendié). Enferrés dans un trouble de double contrainte (la double bind des psychologues), ces gauchistes ont ce qu’on appelle plus prosaïquement « les fils qui se touchent ».

 

La double contrainte peut être résumée simplement en quelques cases :

Ainsi donc, après avoir hurlé tout autant légitimement qu’hystériquement contre Emmanuel Macron pendant cinq années (« Emmanuel Macron, on vient te chercher chez toi »), cette bande d’incapables du concept et même du simple raisonnement vont se confronter aux Gilets jaunes canal historique qui, eux, souhaitent pousser la logique jusqu’au bout : « Contre Macron et l’État profond ». Nous sommes ici en plein entre-deux-tours, et les antifas vont rappeler par leur violence pour qui ils travaillent vraiment :

 

 

Ainsi, donc, après avoir copieusement voté pour le président sortant, les gauchistes sont de sortie ce 1er-Mai, initiant leur fameux troisième tour dans la rue, avant celui dans les urnes où ils rêvent d’une cohabitation et d’un Jean-Luc Mélenchon Premier ministre, espérant passer de 17 députés à plus de 280. Ben voyons, comme dirait l’autre.

 

 

Nous ne résistons pas à faire une belle publicité à la sauvage street medic qui s’en prend au pompier (à 31’20 de la vidéo précédente). Ayant été floutée sans raison par l’éditeur de la vidéo, nous la mettons face à sa bêtise puisque, participant à une manifestation publique, elle ne peut faire valoir un quelconque droit à l’image :

 

 

S’ensuivront les éternels débats qui alimentent et excitent les plateaux TV sur la violence dans les manifestations, l’inefficacité des forces de l’ordre (pourtant très efficaces contre les Gilets jaunes), puis le laxisme de la justice. Chacun se renvoyant la responsabilité de toute cette chienlit.

 

 

Et pendant que ce petit manège tourne indéfiniment, les gauchistes se grisent de leur guéguerre de rue, le public s’amuse, les bourgeois s’indignent et les puissants continuent à boire et à danser, chacun jouant son rôle dans un triste théâtre sans fin.

Ethologie de l’inépuisable bêtise gauchiste :

 






Alerter

23 Commentaires

AVERTISSEMENT !

Eu égard au climat délétère actuel, nous ne validerons plus aucun commentaire ne respectant pas de manière stricte la charte E&R :

- Aucun message à caractère raciste ou contrevenant à la loi
- Aucun appel à la violence ou à la haine, ni d'insultes
- Commentaire rédigé en bon français et sans fautes d'orthographe

Quoi qu'il advienne, les modérateurs n'auront en aucune manière à justifier leurs décisions.

Tous les commentaires appartiennent à leurs auteurs respectifs et ne sauraient engager la responsabilité de l'association Egalité & Réconciliation ou ses représentants.

Suivre les commentaires sur cet article

Afficher les commentaires précédents
  • #2952998

    « Tout est sous contrôle » et chacun y trouve son compte...

     

    Répondre à ce message

  • C’est du travail de flic de dénoncer.
    Souvenez vous, du pauvre jet prostatique pissé par les pompiers sur le brasier de N.D.

     

    Répondre à ce message

  • #2953045
    Le 3 mai à 09:52 par Le Vendéen Vengé
    Hier la vitrine, aujourd’hui le mur et demain Macron

    Partout en France, lorsque les mouvements sociaux prennent de l’ampleur (comme ceux de cet été), les antifas (ou infiltrés de groupuscules semblables) s’immiscent dans chaque cortège afin de veiller à ce qu’ils soient cadrés par les bonnes personnes. Leur rôle est d’empêcher les gens d’attaquer là où ça fait vraiment mal, pour rediriger vers les paravents qui font perdre du temps au peuple.

    Je l’ai constaté physiquement en province, & un de mes amis (le même jour que moi !) l’a aussi vécu à 800 km de chez moi, à l’autre bout de la France... Dès qu’on a essayé de prendre des responsabilités au sein de notre cortège respectif, afin d’amener les gens vers les bonnes cibles (médias, entre autres, mais pas que...), nous nous sommes fait rembarrer par le même type de tocards présents sur la 1ère vidéo : des hystériques, des cas sociaux - regardez leur tronche, à 8:25... sérieusement, ces types ont des problèmes pathologiques.

    Parmi eux, il y en a qui savent très bien ce qu’ils font - certainement payés pour ça - mais d’autres sont juste des gros cons (soyons réalistes) qui ont peur de perdre le petit pouvoir qu’ils ont gagné à travers ces cortèges, en se faisant gonfler le melon par de très bons manipulateurs - il faut l’avouer, certains d’entre-eux sont très forts...

    Ainsi donc, essayez de vous élever au sein de ces cortèges, même en province, et vous verrez ce que je vous dis : si vous dépassez "les limites" fixées par ces infiltrés au sein des cortèges, vous irez au conflit physique dès l’instant ou vous déciderez de ne pas vous faire marcher sur les pieds. Je l’ai vécu, je peux vous en parler. Ces gens-là ne comprennent que le rapport de force physique : il faut gueuler plus fort, être prêt à taper plus fort aussi - le dialogue est impossible lorsque vous avez des surexcités en face de vous.

    Morale de l’histoire : lorsque vous vivez un tel moment dans un cortège, mettez-vous à plusieurs (surtout pas seuls, comme j’ai pu le faire), montrez-vous intimidants, et chassez ces connards le plus tôt possible. Si vous souhaitez vraiment reprendre le pouvoir par la rue. Car ces ordures, en face, sont très bien organisées & flingueront vos revendications dès qu’elles sentiront que c’est nécessaire.

    Le pouvoir ne sera jamais repris par les manifestations tant que la masse (ou ses futurs leaders bienveillants) n’aura pas compris à quel type de manipulation elle est confrontée sur le terrain. On ne monte pas sur un ring sans être prêt à se prendre des coups...

     

    Répondre à ce message

  • #2953091

    Vivement les tchétchènes et les cosaques à Paris...

     

    Répondre à ce message

  • #2953143

    La dernière phrase de cet article est aussi glaçante que son auteur est doué. Perfection de l’écriture.

     

    Répondre à ce message

  • #2953146
    Le 3 mai à 12:07 par Philippe
    Hier la vitrine, aujourd’hui le mur et demain Macron

    si toutes ces ordures ne voulaient pas de Macron , il ne fallait pas qu’elles assurent sa réélection.Toute la gauche , syndicats compris , a appelé et à voter Macron.Ce sont tous ces pourris qui l’ont réélu alors qu’ils pouvaient s’abstenir.Faire barrage au fachisme qui n’a jamais existé ne constitue pas une excuse.

     

    Répondre à ce message

  • #2953167

    La « double contrainte » est un concept issu de l’école de Palo Alto et notamment Grégory Bateson. Je pense qu’il vaut mieux traduire « double bind » par « injonctions contradictoires ».

    Cette situation est illustrée par l’histoire de la mère juive qui a offert deux cravates à son fils, une rouge et une bleue. Elle lui demande, « alors, tu aimes la bleue ? ». Son fils : « je l’adore, maman. » La mère éclate en sanglots : « je le savais bien, que tu n’aimerais pas la rouge ! ».

    Être soumis à des injonctions contradictoires, c’est lorsque l’on ne peut jamais répondre sans provoquer l’insatisfaction : on aura toujours tort dans les deux cas.

     

    Répondre à ce message

  • #2953245

    Ces manifestations sont là pour lâcher un peu de lest. Il n’y a rien à en attendre. Ça défoule le peuple .Y aura t il un jour un déclic (ou des grosses claques) qui fera que les "dominants" dégringoleront de leur piédestal ?

     

    Répondre à ce message

  • #2953324
    Le 3 mai à 17:51 par @nar .π.
    Hier la vitrine, aujourd’hui le mur et demain Macron

    Les flics ont toujours laisser casseurs et violents dans les manifs, rappelons nous des flics qui avait dit a Vincent Lapierre de sortir du cortège pour pas se faire défoncer, Lapierre avait dit mais puisque vous êtes là protégez moi, et les flics avaient répondu, on a des ordres, on peut pas les interpeler, ni les contrôler, mais rappelons nous des Zouaves qui s’en prennent au cortège de gauchiasses pendant les gilets jaunes, rappelons nous des gars d’extrême droite pendant le cortège de Toulouse, rappelons-le nous du bordel généralisé à la victoire du PSG, etc, etc....
    Plus il y a de casse, de violence, plus le peuple, le lambda a qui on brûle la voiture, le commerçant a qui on casse la vitrine demandent plus de flics, plus de durcissement des lois
    Un peu comme le terrorisme légitime la surveillance de masse, alors que les flics des renseignements intérieur connaissent tous les activistes radicaux, tous les antifas, tous les skins, tous les hooligans, tous les fichés S, tous les barbus radicalisés
    Et c’est pareil pour les dealers, les choufs, les racailles dans les quartiers, c’est pareil chez les julots cascroutes, chez les tapins, chez les travelos, les délinquants, etc... ça s’appelle la gestion du bordel
    Parce que le bordel sert le pouvoir
    Parce que le bordel génère du travail donc du fric
    Un criminel, un délinquant, un antifa, un skinhead justifient flics, crs, juges, assistante sociale, surveillant pénitentiaire, JAP, éducateur spécialisé... pour les criminels on construit des prisons, où il y a des surveillants, du personnel Médical, des assistantes sociales, idem pour tous les fouteurs de merde, alors qu’un père de famille, travailleur, qui sort pas, qui se drogue pas, qui est honnête, lui ne génère pas 1 dixième de ce qu’il faut pour un criminel
    Le père de famille, le travailleur honnête, ne casse pas de vitrine, ne met pas d’incendie, donc ils ne font pas fonctionner justice, assurance, police, vendeurs de matériels, donc banque , etc...
    Pas d’enquête , d’enquêteurs, de juges, de surveillant, pompiers,etc...
    Marx disait il me semble ,que le crime et le criminel sont les meilleurs alliés du capital
    D’où l’appellation idiots utiles

     

    Répondre à ce message

    • #2953618
      Le 4 mai à 04:23 par Désenculage intellectuel
      Hier la vitrine, aujourd’hui le mur et demain Macron

      Gouverner par le chaos
      Ça a toujours été ainsi
      Terrorisme, crime, délinquance, incivilités, émeutes, grèves, crises, chômage, etc....
      C’est ainsi qu’ils assoient leur pouvoir
      Gestion du désordre
      Rien ne doit être stable, rien ne doit pouvoir être serein, le but est l’instabilité, l’angoisse, l’anxiété
      Il faut ne pas pouvoir se projeter
      L’incertitude , l’insécurité, la peur...
      Un peuple qui a peur on lui fait ce que l’on veut
      Si on rajoute à ça, un harcèlement moral par de l’information anxiogène en continue, un stress financier, par des taxes, des impôts, des cotisations sociales ou patronales ,des lois iniques, de l’injustice sociale, de l’instabilité économique, des hausses sans arrêt sur tout ce qui est de base, alimentaire, énergétique, médical, carburant, foncier, ++++ le peuple est bon pour être mené par le bout du nez, où tu veux
      Tu en fais ce que tu veux
      Et je parle même pas de l’abrutissement des programmes télé et de la consommation de merde
      L’idiot utile, sert aussi de caution pour faire bouillir la cocotte minute
      Le pouvoir est sacrément bon, contrairement à ce que croient beaucoup
      Rien n’est laissé au hasard
      Ayant cassé le socle commun qu’était la religion, ayant cassé le socle de la famille, par l’explosion du cercle familial (divorce, destruction du père, homoparentalité, grands-parents en EHPAD, déracinement et délocalisation par l’économie , travail uniquement dans les villes, désertification des campagnes, promotion de l’adultère, politique de dénatalité...), et enfin ayant cassé le socle de l’identité commune par tout le monde dans les métropoles et une immigration de masse (donc plus de tradition puisque basques, bretons corses, catalans, gascons, savoyards....se retrouvent mélanger dans les villes, loin de chez eux, de leurs racines, jusqu’à ne plus être rien, entouré d’étrangers , tout le monde dans les villes, anonyme, dans une foule qui n’a plus rien d’homogéne )
      Attention c’est très très fort comme stratégie, et ça n’a pas été fait en quelques jours...il y avait un vrai projet totalitaire de domination
      Ils se sont pas dit, on va tout leur prendre, on va anéantir la propriété, les esclavagiser par le salariat, les harceler moralement sans risquer une quelconque révolte (ils ont pris acte de l’histoire jacqueries, Chouans, guerre de Vendée, Commune, révolte du 6 février....)
      Faut pas croire qu’ils sont stupide
      Les stupide c’est le peuple, de ne pas avoir été plus méfiant de ce pouvoir
      Et oui

       
  • #2953519

    En parlant d’antifas lors d’une manif cet été à la croix rousse à Lyon contre le Pass, le cortège a été attaqué par des antifas. Ils ont ramassés, ils ne s’attendaient pas à une telle réponse.
    Ça illustre assez bien la vidéo, attaquer une manif pour la liberté et contre le Pass sanitaire, ça veut tout dire...

     

    Répondre à ce message

Afficher les commentaires précédents