Egalité et Réconciliation
https://www.egaliteetreconciliation.fr/
 
A A A
imprimer

Huit soldats iraniens tués à la frontière pakistanaise

Huit militaires iraniens ont été tués à l’extrême sud-est de l’Iran, près de la frontière pakistanaise, lors d’une attaque menée par des « terroristes armés », a déclaré un responsable local cité mardi par l’agence officielle Irna.

« Les terroristes armés dans un acte aveugle ont tué huit gardes-frontières et se sont enfuis au Pakistan », a déclaré Ali Asghar Mirshekari, le vice-gouverneur de la province du Sistan-Balouchistan, après cette attaque survenue lundi soir dans la région de Negur.

 

Rébellion sunnite

Les autorités iraniennes utilisent habituellement le terme de « terroristes » pour désigner des groupes de rebelles sunnites actifs dans cette zone. Il s’agit de l’attaque la plus meurtrière menée par ces rebelles dans la région depuis octobre 2013. À l’époque, le groupe extrémiste sunnite Jaish-ul Adl (Armée de la justice), avait revendiqué une attaque contre un poste-frontière iranien qui avait fait 14 morts. Selon les médias iraniens, le groupe Jaish-ul Adl a revendiqué l’attaque de lundi soir.

 

Accusations iraniennes

« L’Iran demande au Pakistan d’arrêter les terroristes, de les remettre aux autorités iraniennes et de ne pas permettre que le territoire pakistanais soit utilisé par les rebelles et les terroristes », a affirmé M. Mirshekari. L’Iran accuse régulièrement le Pakistan de ne pas agir avec fermeté contre les rebelles sunnites qui mènent des attaques contre le territoire iranien. Les autorités iraniennes accusent ces groupes d’agir pour le compte de « services de renseignement étrangers ».

 

Action antiterroriste

Cette attaque est intervenue après l’annonce du démantèlement d’un « groupe terroriste » dans la région de Ghasr-Ghand et Nikshahr, à une centaine de kilomètres au nord de Negur. Trois rebelles ont été tués et deux autres ont été blessés dans cette opération, selon le général Mohammad Pakpour, commandant des forces terrestres des Gardiens de la révolution, l’armée d’élite du régime islamique, chargés de contrôler la frontière.

 

Mur de séparation

L’Iran a entamé au début des années 1990 la construction d’un « mur » qui doit être achevé en 2015, pour fermer hermétiquement les quelque 1.800 km de frontières avec le Pakistan et l’Afghanistan. Les autorités veulent empêcher le trafic de drogue, la contrebande et les infiltrations de groupes rebelles ou de bandits, qui entretiennent un climat d’insécurité permanent dans les régions frontalières.

Sur la République islamique d’Iran, chez Kontre Kulture :

 



Article ancien.
Les commentaires sont désactivés



Alerter

6 Commentaires

AVERTISSEMENT !

Eu égard au climat délétère actuel, nous ne validerons plus aucun commentaire ne respectant pas de manière stricte la charte E&R :

- Aucun message à caractère raciste ou contrevenant à la loi
- Aucun appel à la violence ou à la haine, ni d'insultes
- Commentaire rédigé en bon français et sans fautes d'orthographe

Quoi qu'il advienne, les modérateurs n'auront en aucune manière à justifier leurs décisions.

Tous les commentaires appartiennent à leurs auteurs respectifs et ne sauraient engager la responsabilité de l'association Egalité & Réconciliation ou ses représentants.

  • La construction d’un mur c’est jamais bon signe... bizarrement sur ce site on parle très peu de la minorité sunnite en Iran. Mais quand est ce que les musulmans vont comprendre que s’affronter entre eux est entrain de les détruire

     

    • Il n’y a pas d’affrontement sunnite chiite de façon naturel, ce sont les occidentaux et leurs vassaux (l’ Arabie Saoudites et tous les pays fabriqués de toute pièce au dernier siècle par l’empire) manipulateurs qui utilisent avec leurs dollars des gens fanatisés et incultes pour déstabiliser des régions riches en ressources naturelles. Les chrétiens, les juifs, les sunnites et les chiites vivent en paix en Iran.


    • Les Baloutches mènent depuis des années une rébellion armée à caractère indépendantiste dans le Baloutchistan, région où ils habitent majoritairement. Ceux-ci mènent également des combats contre les autorités pakistanaise car cette région est à cheval entre l’Iran et le Pakistan (pour rappel le Pakistan est à majorité sunnite). La grille de lecture basée sur l’opposition sunnite/chiite, et largement relayée par les médias occidentaux, est une grille de lecture bien trop simpliste, pour ne pas dire basique, pour expliquer la nature de certains conflits.


  • C’est marrant les guillemets au mot terroriste et la petite précision "Les autorités iraniennes utilisent habituellement le terme de « terroristes » pour désigner blabla...".

    Ils ne prennent pas autant de précautions quand c’est les USA qui désigne des terroristes. Là on est censé croire sur parole.


  • #1158814

    On sait qu’au pakistan plusieurs mosquees chiite
    se font dynamitees,bref ce n’est pas le grand amour
    entre ces deux pays,l’Iran qui demande que l’Etat
    Pakistanais l’aide a arreter les "terroristes"attention
    ce ne sont pas des gens du coin,ils viennent d’un peu
    partout,encore une blague,bien encore un conflit en
    gestation entre ces deux il suffit que l’Arabie verse quelques
    milliards et tout est joue,bien sur le sionisme y est pour quelque
    chose sinon le film n’est plus interressant.


  • #1159590

    Lorsque on observe toutes les violence de Daesch et de toute la mouvance djihadiste islamistes, on constate que leurs actions meurtrières se distingues en deux catégories :

    1 celles très fréquentes et trés meurtrières et massivement odieuses qui cible uniquement les états ou populations (y compris palestiniennes) qui n’appuient pas les desseins américano-sionistes.

    2 Celles opérées dans les pays européens, à des fréquence épisodiques, trés médiatisés, dont la seule "preuve" de paternité ’djihadiste’, se résume à un communiqué vidéo sur internet
    qui prend soin dans son contenu de rappeler et confirmer la guerre des civilisation "déclarée". Tout assassinat est à condamner sans équivoque, mais on se doit de constater que ces pertes sont numériquement ’insignifiantes’ comparées aux premières y compris dans l’atrocité des modes d’exécution. Et ce n’est pas la récente attaque cyber de TV5 qui infirmera ce soucis constaté chez leurs auteurs, d’atténuer au mieux les dégâts d’attentats perpétrés sur sol ’occidental’. Car le ’black out’ de la chaîne aurait été infiniment plus préjudiciable s’il avait été été lancé aux heures de pleine audience, avec les mêmes efforts d’intention de nuire. Comme s’il s’agissait juste de montrer, ’qu’on s’attaque bien à l’occident’.