Egalité et Réconciliation
https://www.egaliteetreconciliation.fr/
 
A A A
imprimer

Hystérie féministe et complicité de la justice : une commune condamnée pour des silhouettes féminines

Le tribunal administratif de Strasbourg ordonne ce mercredi au maire de Dannemarie le retrait immédiat des silhouettes féminines installées dans sa commune. La justice estime qu’elles portent atteinte au principe d’égalité entre les hommes et les femmes.

Le maire de Dannemarie devra retirer les silhouettes féminines en contreplaqué, installées dans la commune depuis le mois de juin. Ainsi en a décidé ce mercredi le tribunal administratif de Strasbourg. Saisi par l’association féministe Les Effronté-e-s, le tribunal a statué dans le cadre de la procédure du référé-liberté. L’idée d’origine était de célébrer 2017, l’année de la femme, femmes représentées enceintes, avec un sac de shopping, en talons aiguilles ou dans des positions lascives…

Une atteinte grave au principe de l’égalité entre les hommes et les femmes

La justice estime que ces représentations de silhouettes féminines ou d’éléments du corps féminin illustrent une conception de la femme, inspirée par des stéréotypes et la réduisant de façon caricaturale, et parfois graveleuse, à une fonction d’objet sexuel. Il en a déduit que leur disposition par une commune dans ses espaces publics constitue une atteinte grave au principe d’égalité entre les hommes et les femmes et est manifestement contraire à la loi du 4 août 2014 pour l’égalité réelle entre les femmes et les hommes.

 

 

Le tribunal ordonne le retrait immédiat de ces silhouettes pour éviter un trouble à l’ordre public. Le juge des référés a accordé au maire un délai de huit jours pour exécuter cette décision, sinon il devra payer 500 euros par jour de retard.

La défense du féminin et du masculin ne passe pas par l’égalitarisme,
voir chez Kontre Kulture :

Voir aussi, sur E&R :

 



Article ancien.
Les commentaires sont désactivés



Alerter

36 Commentaires

AVERTISSEMENT !

Eu égard au climat délétère actuel, nous ne validerons plus aucun commentaire ne respectant pas de manière stricte la charte E&R :

- Aucun message à caractère raciste ou contrevenant à la loi
- Aucun appel à la violence ou à la haine, ni d'insultes
- Commentaire rédigé en bon français et sans fautes d'orthographe

Quoi qu'il advienne, les modérateurs n'auront en aucune manière à justifier leurs décisions.

Tous les commentaires appartiennent à leurs auteurs respectifs et ne sauraient engager la responsabilité de l'association Egalité & Réconciliation ou ses représentants.

  • Une féministe est une femme qui se bat pour que son fils joue à la poupée ,pendant qu’un migrant joue au docteur avec sa fille .

    fabuleux ,non ????


  • Oui, évidemment, puisque, selon les valeurs de la République, il est impératif d’appeler un chat un chien.


  • Pas d’amende versée à l’association, bizarre qu’il n’y ait pas eu moyen de gratter 5 ou 10 000 euros pour les bonnes oeuvres, il y en a qui savent mieux se débrouiller.
    Enfin grâce à cette bonne commune, je sais que 2017 fut l’année de la femme.
    Ce que je trouve ridicule, évidemment.


  • Si cette commune de Dannemarie a ainsi été condamnée, c’est parce que le maire et son équipe sont inaptes au vice.
    Ces branquignols* croyaient bien faire : encore faut-il avoir mesuré l’étendue du mal !

    Ainsi, les plaignante-e-s n’y auraient vu que du feu, où elles se complaisent.

    *désigne à la fois des personnes excentriques (des « branques » en bordelais, des guignols), se mettant dans des situations tragi-comiques ou se plaisant à les provoquer, mais aussi des individus qui n’inspirent pas confiance, soit par manque de sérieux, soit par manque d’intelligence.


  • Le maire vient de lancer un appel aux habitants. Il enlève les silhouettes de l’espace public mais demande aux administrés de les héberger dans leur jardin (espace privé donc légal par rapport à la décision de justice) à proximité des rues. Les citoyens ont répondu en masse. Quenelle.


  • l’égalitée devient uniformitée .

    gare à "ceux et celles" ( j’ose, je fais le fou...) qui dépassent les limites de l’uniformitée .


  • Interdiction de financement public aux associations. On verra celles qui perdurent.
    On pourrait aussi poser comme condition à une action en justice de ces associations que cette action ait le soutien de 500 000 personnes.
    Quand des minorités qui ne représentent qu’elles-mêmes font la loi, la démocratie est mal en point


  • Est-ce que la gaypride ne donne pas une image très stéréotypée des LGBTIQ ? Est-ce que ça n’induit pas une conception qui réduit les LGBTIQ à leur statut exclusif d’obsédés sexuels ? Je trouve qu’on devrait interdire la gaypride pour que les gens arrêtent d’avoir une vision graveleuse de cette minorité persécutée.


  • On interdit des silhouettes en contreplaqués et on organise la gay pride avec toute l’obscénité visuelle que cela comporte.
    Cherchez l’erreur ,si l’on ne vit pas dans un monde de dingos , ou alors dites moi .
    Le tribunal administratif de Strasbourg a rien d’autre à foutre apparemment .


  • c’est cela qui est fantastique en contrées libérales, l’on peut dire et faire tout ce que le boss autorise.

    la fistiniére est autorisée (devoir de mémoire) .
    sachant que le boss est au dessus de bruxelles, accrochez vous pour bouger une loi.


  • Il n’y a pas à dire elles ont le sens du combat les féministes, dommage que la pauvreté n’est pas un combat dans leur idéologie, ce qui prouve bien que c’est un mouvement de bourgeois.


  • L’hystérie bobo feministe a de beaux jours devant elle avec la dictature En marche !


  • La bonne blague... Dans ce cas, jurisprudence pour 99% des affiches publicitaires où la femme apparaît à moitié nue pour promouvoir n’importe quelle produit marchand.

     

  • la question qui s’impose maintenant est : "jusqu’où les français - de bon sens - vont-ils accepter de descendre ?
    Le féminisme version post modernité, est l’exemple impeccable de l’anti féminin, mais allez donc expliquer ça à des donzelles qui veulent paraître femme tout en niant ce qui EST femme et en caricaturant le mâle qu’elles castrent à chaque coin de rue, sur chaque banquette de métro, dans chaque expression humoristique...
    Pauvres filles...


  • Le maire peut retirer les figurines ET faire appel quand-même. Les frais d’appel (dans le circuit administratif, ils sont proportionnels au montant de l’amende que l’on cherche à contester, ici zéro) ne seront pas très grands et la mairie peut se permettre ça sans risquer de se voir accuser de gaspiller les ressources municipales.
    En outre l’occasion d’obtenir une publicité gratuite suite à l’Appel, quelle que soit l’issue finale, sera plus profitable que les figurines féminines. Enfin, laisser les magistrats se ridiculiser un peu plus, est toujours bon à prendre, idéologiquement parlant.
    Il faudra un jour supprimer le monopole absolu de formation autorisée des magistrats, détenu par l’Ecole Nationale de la Magistrature, établissement infâme, qui en profite pour produire impunément beaucoup trop de dégénérés incurables (mur des cons, etc.) .


  • Oui c’est vrai : ils sont "graves" et fiers de leur connerie. La Connerie Pride.


  • Le problème est que toute la magistrature est composée essentiellement de femmes judéo-féministes !

    J’ai été sidéré par leur hystérie, leur haine. Elles sont dans la croyance aveugle fasciste.

    Le JAF, une femme hystérique, féministe n’a pris aucun des éléments que j’avais présenté !!!!!!!!

    Je rappelle que mon ex-femme avait enlevé mon fils et l’avait séquestré dans un pays étranger et que j’ai été innocenté de ses accusations de violences conjugales, intégrisme religieux et pédophilie !!!

    A chaque fois, ces féministes trouvent des contorsions intellectuels (de chiotte) pour justifier leurs actes ("l’enfant a menti pour protéger la mère", "la mère a paniqué et a enlevé l’enfant de bonne foi"....)

    Un des mes copains me disait, la fin du monde arrivera quand les femmes prendront le pouvoir. A l’époque, j’en rigolais et je me moquais de lui car il arguait c’est par ce qu’elles sont dans l’émotionnelle et l’hystérie et donc dans le subjectif facilement manipulable ?

    Après mon expérience avec le JAF, j’ai trouvé qu’il y avait un point de vue à explorer dans son opinion.


  • Les artistes de la grotte de lascaux condamné par contumace.


  • C’est dire que tous les artistes depuis la nuit des temps sont d’affreux reacs sexistes . Mais la pub pas de problème ? La pornographie c’est plus valorisant ? Les stars putasses du show beez qui montrent leur cul voir se branlent en publique ca va ?

     

    • Oui ! C’est vrai ! La pub à la télé ,dans les magazines,et sur plein d’autres support publics regorgent de femmes qui montrent leurs jolies petites fesses ,leur culotte ,leur décolleté etc...etc....et tout cela dans la plus stricte impunité . Ben oui le bizness ,les affaires , c’est tellement important pour ceux qui cherchent uniquement la rentabilité ! Donc ceux la peuvent continuer en paix à salir " LA FEMME " sans problème et à utiliser la femme comme rentrée d’argent !


  • Pour une fois, vous me trouverez en plein accord avec la réflexion de la justice : non les femmes ne sont pas des objets sexuels.
    Non !
    Elles sont les objets du capitalisme qui tend à les rendre tout autant histériques dans leur manière de consommer afin de combler l’immense vide (qui demeurera éternel) résidant entre la femme et l’homme, en terme d’égalité. D’autant que leur cheftaines de file, en la matière, ne se soucient guère de l’égalité qui saurait inexister entre la femme occidentale et celles africaine, asiatique et indienne ; ces dernières fournissant largement matière à l’achat compulsif de la première, pour les quelques mensuelles queues de cerise valant obole.
    Pourtant, c’est parfois dans ces contrées éloignées de la galerie commerciale, que se trouvent le plus de sociétés matriarcales.
    Alors non !
    Non, elles ne sont pas (pour moi) objets sexuels mais sujets sexuels : dans la mesure où, aux bonnes fin de scenarii, jeux de séduction ou autres délices proposés par l’ancestral Vātsyāyana, "l’objet" se veut ici locace et participatif, devenant sujet.
    Alors, si encore l’on nous avait parlé d’équité : mais non !
    La femme, celle ayant la plus grande propension à écouter la bête du capital et ses effrontées sirènes, n’aura gagné qu’un lave-vaisselle dans sa cuisine.

    On adorera donc la répartie du maire de la commune qui fait appel (non suspensif) de la décision de justice et qui, attendant le nouveau verdict, à placé les figurines en vacances chez les particuliers qui se sont portés volontaires, sous réserve que leur lieu de villégiature soit au centre de Dannemarie, en propriété privée et pour des raisons pratiques, proche d’une voie de circulation.
    Le type qui a fait du sujet des objets que l’on prenait pour des sujets valant objets ou réciproquement, un autre sujet : trop fort.
    Si j’étais lui, quellle que soit l’issue, je revendrais lesdites figurines au enchères à la fin prévue de l’expérience et je subventionnerais avec une partie des gains, les associations féministes participantes de l’arnaque intellectuelle, avec mission unique pour s’en octroyer le montant : d’aller revendiquer contre cette nouvelle paraphilie à la Jonquera.
    J’imagine assez bien la tête de leurs "consoeurs".


  • Qu est ce que les "Effrontées" représente dans le coin ?
    Quelle légitimité ils ont à réagir sur cette campagne ? et à obtenir gain de cause.

    Si la population locale désapprouvait, ça se serait vu/su plus tôt.


  • "La justice estime que ces représentations de silhouettes féminines ou d’éléments du corps féminin illustrent une conception de la femme, inspirée par des stéréotypes et la réduisant de façon caricaturale, et parfois graveleuse, à une fonction d’objet sexuel. "
    Hahaha, heureusement le ridicule ne tue pas. On nage en pleine hystérie, ou plutot, en pleine révolution culturelle car tout ceci me fait de plus en plus penser à Mao et son petit livre rouge.

     

  • L’Alsace ce n’est pas Paris, le maire ne va surement pas se laisser faire par quelques pisseuses, grosse quenelle en vue !


  • il n’y a plus qu’à fermer les boutiques de mode "sexy" qui donne une mauvaise idée de la femme "d’après leurs appréciation à ces imbéciles d’associations " donc plus rien pour différencier les hommes des femmes ne doit être toléré dans un future proche si on suit ces abrutis (es) tous en toge et sandales comme dans la machine à explorer le temps (première version )


  • Dieudo l’a prouvé, il nous reste que la rigolade. Le maire devrait organiser une fête en l’honneur de la chèvre pour remplacer. Avec des silhouettes noires en forme de biquette. Nous n’avons plus que l’humour, c’est terminé alors : allons y franchement !!


  • Je vais me reveiller car cela ne peut etre vrai .
    Personne dans la salle d’audience a fait remarquer que l’égalité en soit ne veut rien dire ? .


  • La justice démontre encore son inutilité, sa futilité, son ridicule. Qu’elle s’occupe de la délinquance qui pourrit le quotidien des gens...mais elle ne sait pas le faire, elle est trop orientée, trop partisane, trop de mauvaise foi...égale à elle même


  • Moi ca me faisait ralentir quand j’entrai dans le patelin la nuit grâce au silouhaite que je trouvais franchement trop cool par contre tous ces gens dans les bureaux je les trouve trop con


  • C’est drôle d’en arriver à défendre des "œuvres" d’un goût fort douteux au nom de l’anti-féminisme.


  • Les "féministes" étant souvent des boudins ratés il est normal qu’elles jalousent la féminité et rejettent par conséquent toute démonstration de ce qu’elles ne seront jamais, des femmes avec de jolies formes, féminines, désirées des hommes.


  • Condamnation pour une silhouette féminine.... quel abus de pouvoir ! en me baladant en ville, à plusieurs reprises durant les saisons je remarque sur les arrêts de bus pas mal de publicité femme moitié à poile ou en lingerie excitant, ceci n’est pas une atteinte à l’image de la femme ?

     

Commentaires suivants