Egalité et Réconciliation
https://www.egaliteetreconciliation.fr/
 

Igor Sechin : jusqu’où ne montera-t-il pas ?

par Jacques Sapir

L’étoile d’Igor Sechin (photo ci-contre) est en train de monter de manière spectaculaire au firmament politique Russe. Le président de ROSNEFT est désormais l’un des hommes les plus puissants mais aussi les plus influents, après le Président Poutine naturellement. L’accord qui a permis à ROSNEFT d’acquérir TNK-BP a été l’un des plus importants depuis une décennie et a fait de cette compagnie l’une des toutes premières de son secteur. Aujourd’hui, Igor Sechin est devenu le président du conseil des directeurs de RAO-EES, l’équivalent russe d’EDF, continuant son ascension et, ce qui est encore plus important, la diversification de ses activités.

Bien sûr, on peut aussi noter le renvoi d’Alexandre Popov, le responsable de l’agence d’État ROSNEDRA, décidé par le Premier Ministre russe, Dmitry Medvedev. M. Popov est connu pour avoir été, il y a de cela plusieurs années, l’un des collaborateurs de d’Igor Sechin. Mais ceci s’apparente plus à la morsure du scorpion en train de mourir. La position de Dmitry Medvedev est loin, très loin, d’être assurée. Il a perdu nombre de ses alliés les plus importants depuis l’hiver dernier. On peut se demander s’il ne sera pas remplacé dès l’automne à venir. Si tel devait être le cas, l’influence d’Igor Sechin, qui apparaît aujourd’hui comme le plus sûr des alliés de Vladimir Poutine, pourrait s’en trouver renforcée de manière décisive.

Les réussites d’Igor Sechin

Sechin a joué un rôle essentiel dans la transformation de ROSSNEFT, une société où l’État est majoritaire, ces dernières années en un géant mondial. Cette compagnie pétrolière s’est d’abord étendu dans son secteur d’origine, au point de devenir, à la suite du rachat de TNK-BP, l’une des principales, voir LA principale, compagnie pétrolière dans le monde. Elle a aussi acquis massivement les technologies qui lui manquaient jusque-là au travers d’un accord historique conclu avec BP.

Ces technologies vont lui permettre non seulement de réaliser des progrès importants en exploration et en exploitation, mais aussi de prendre une option décisive sur la future exploitation du gaz et de l’huile de schiste. Elle a de plus pris des contacts importants avec les compagnies pétrolières chinoises, et s’est placée de manière avantageuse par rapport à cet immense marché. Dans le même temps, elle a commencé à se diversifier dans le domaine du gaz, et va pouvoir accélérer cette diversification d’ailleurs grâce aux technologies acquises qui vont lui permettre de récupérer une bonne partie du gaz gaspillé sur les puits de pétrole.

Cette diversification vers le domaine gazier menace directement GAZPROM, qui semble aujourd’hui en perte de vitesse, et cela étant très probablement lié à la semi-disgrace que connaît actuellement le Premier Ministre, mais aussi aux problèmes propres de gestion du géant gazier. Avec la nomination de Sechin comme président du conseil des directeurs du RAO-EES, c’est bien la perspective d’une intégration verticale, en raison de l’importance du gaz pour la production d’électricité, qui se profile au bénéfice de ROSNEFT.

L’ascension d’Igor Sechin confirme donc qu’en Russie, pour le meilleur comme pour le pire, la politique et les affaires sont intimement liées.

Igor Sechin l’a d’ailleurs fort bien compris, et il a saisi l’importance des responsabilités que la prééminence de ROSNEFT désormais lui confère. Ainsi, le 16 juillet dernier, alors même que le Président Poutine supervisait les manœuvres les plus importantes des forces armées russes depuis 20 ans, manœuvre qui se sont déroulées en étroite collaboration avec la Chine, a-t-il annoncé un projet d’investissement de 30 milliards de dollars en Sibérie orientale et dans l’Extrême-Orient russe.

Bien entendu, on peut relier cette annonce avec le fait que le montant des impôts payés par les producteurs de pétrole doit être renégocié. Sechin espère bien que les taxes seront diminuées. Mais, en présentant ainsi ROSNEFT comme l’un des principaux acteurs potentiels de la politique russe d’aménagement du territoire, il sait qu’il touche une corde sensible chez le Président. Vladimir Poutine a, à de nombreuses reprises, exprimé son intérêt pour un développement équilibré des différentes régions de Russie.

Avec la montée en puissance de la Chine, mais aussi compte tenu des difficultés économiques que ce dernier pays rencontre depuis maintenant plusieurs mois, le développement économique de l’Est de la Russie, de cette façade sur l’Asie, est devenu l’une des priorités de la Présidence. Sur le terrain du développement des territoires ROSNEFT semble donc progressivement remplacer GAZPROM dont les moyens financiers sont actuellement réduits.

Il n’est pas sans conséquences qu’Igor Sechin ait choisi l’Extrême-Orient et la Sibérie orientale pour cette incursion dans ce qui était jusqu’à présent le domaine réservé de GAZPROM. Il est de notoriété publique qu’il a défendu depuis de nombreuses années un modèle de développement largement inspiré de l’exemple chinois. Ce modèle, que l’on peut qualifier de modernisation conservatrice, s’oppose au modèle « libéral » qui a été suivi jusqu’à maintenant par la Russie. Avec l’affaiblissement progressif de Dmitry Medvedev et la montée en puissance d’Igor Sechin, c’est peut-être à un basculement de modèle que l’on est en train d’assister en Russie.

Les défis qui attendent Igor Sechin

Cependant, s’il veut garantir et pérenniser son ascension, Igor Sechin devra répondre à deux défis majeurs.

Le premier concerne justement la politique économique et la stratégie de développement de la Russie. Nul n’ignore que le pays a accumulé un retard certain dans le déploiement d’une politique de soutien à l’innovation. Il est aussi confronté à une hétérogénéité importante des niveaux technologiques entre les différentes branches de l’industrie, ce qui n’est que le résultat de la chute dramatique de l’investissement que l’on a connue de 1991 à 1999.

Sechin, s’il veut réellement asseoir son influence doit faire la démonstration que ROSNEFT est en mesure de jouer un rôle important dans le développement des nouvelles technologies, que ce soit directement, dans les activités d’exploration et d’exploitation, ou que ce soit indirectement en favorisant l’emploi de ces nouvelles technologies dans les différentes branches de l’industrie. Ceci ne fait que reprendre une idée qui fut maintes fois exposée par le professeur Victor Ivanter, directeur de l’Institut de Prévision Économique. Pour Victor Ivanter, il faut en effet cesser d’opposer le secteur des ressources naturelles et celui des nouvelles technologies car l’exploitation des ressources naturelles va impliquer, directement et indirectement, de plus en plus ces nouvelles technologies. Ceci est parfaitement exact. Néanmoins, un tel projet implique aussi qu’une stratégie de développement globale soit mise en place qui fixe la place du secteur des ressources naturelles et qui assure que les revenus issus de ce secteur iront bien alimenter l’investissement, dans ce secteur mais aussi dans l’ensemble de l’industrie.

Igor Sechin doit donc s’inscrire dans cette perspective, et pour cela faire des propositions dépassant la simple sphère de ROSNEFT, s’il veut que son ascension puisse continuer et se pérenniser. En un mot, il doit faire la preuve de sa capacité à concevoir, à partir du secteur où il est implanté, une stratégie gagnante pour l’ensemble de la Russie.

Le second défi est plus subtil. L’ascension d’Igor Sechin est importante et spectaculaire. Mais il doit prendre garde à ne pas effrayer trop de monde en chemin. Qu’il se souvienne de ce qui arriva à Nicolas Fouquet. Ce dernier, homme brillant, était surintendant des finances de Louis XIV, soit l’équivalent de son ministre des finances, et plus encore. Il avait accumulé un pouvoir extraordinaire par la faveur du Roi, et il était l’un des plus illustres mécènes de son temps. Mais, l’ascension de cet homme, dont la devise était Quo non ascendet (Jusqu’où ne montera-t-il pas) faisait de l’ombre à beaucoup. Il finit par en faire au Roi. Tout le monde sait ce qu’il advint alors : Louis XIV fit arrêter Fouquet en 1661 et le dépouilla de tous ses biens.

Si Igor Sechin ne veut pas subir, mutatis mutendis, le sort de Nicolas Fouquet il doit, dans son comportement, démontrer qu’il n’est pas un danger pour Vladimir Poutine, et il doit se comporter de manière inclusive et non exclusive, rassembler et non diviser. Tel est peut-être le principal défi qui attend Igor Sechin.

 



Article ancien.
Les commentaires sont désactivés



Alerter

6 Commentaires

AVERTISSEMENT !

Eu égard au climat délétère actuel, nous ne validerons plus aucun commentaire ne respectant pas de manière stricte la charte E&R :

- Aucun message à caractère raciste ou contrevenant à la loi
- Aucun appel à la violence ou à la haine, ni d'insultes
- Commentaire rédigé en bon français et sans fautes d'orthographe

Quoi qu'il advienne, les modérateurs n'auront en aucune manière à justifier leurs décisions.

Tous les commentaires appartiennent à leurs auteurs respectifs et ne sauraient engager la responsabilité de l'association Egalité & Réconciliation ou ses représentants.

  • #478694

    On voit à quel point les patriotes français s’interressent à ce qui se passe en Russie que pourtant ils érrigent en modéle de résistance à l’oligarchie mondialiste !!ZERO commentaire ,donnez leurs de la racailles de banlieu c’est la seule chose qui les fait réagir ces pseudos patriotes qui à force de le répeter devient suspect quand on voit que ce qui les fait se jetter sur leur clavier c’est encore et toujours ces voyoux de merde car comme ils ne peuvent rien contre eux à part commenter ils se contentent de vociferer derriére leurs écrans !! Allez patriotes courage allez affronter ces énergumaines de banlieu qui vous font bander en face à face ,ça sera l’occasion de faire connaissance avec la racaille tant décrié car eux évidemment ne savent meme pas que vous existez !!!!

     

    • #478869

      Je suis d’accord avec le fond et en parti la forme de ton commentaire mais je me permets de nuancer.

      Si il y’a plus de commentaire sur les histoires de banlieues, c’est parce que ça attise souvent une colère légitime du français qui en a marre de se climat, c’est plus facile pour lui de se plaindre de cela à chaud que de commenter ce rapport de Jacques Sapir.
      Cela n’enlève rien au fait qu’ils soient patriotes je puis te l’assurer, mais le sensationnel attire plus facilement le commentaire que la raison pure.

      Néanmoins il ne faut pas reprocher aux internautes de ne pas commenter ici, moi même, j’ai du mal à comprendre pourquoi ce sujet est en entête des dépêches d’ER, il est pertinent ça je ne le nie pas, mais je ne vois pas en quoi il mérite d’être prioritaire devant tant d’autres tout aussi important.


  • #479951

    La Russie et l’Inde devraient être les alliés les plus importants de la France face à l’Empire mondialiste déstabilisateur et belliqueux. La Russie possède la richesse énergétique et l’Inde possède la richesse spirituelle. Cette alliance triangulaire pourrait contrecarrer les objectifs démoniaques de l’Empire.

     

    • #480261

      Une alliance Russe et autres pays d’asie existent depuis belle lurette ! Ce qui me dérange dans votre intervention est le côté FUYARD que les Français y prennent habitude et goût depuis maintenant plus de 3 siècles ! La Russie, les Serbes, les Grecs ONT ASSEZ DONNé DE LEUR VIE POUR QUE LA FRANCE PUISSE VIVRE SOI-DISANT LIBRE ! Ou en tout cas, sans pratiquer l’allemand comme langue officielle ! Je souhaite aussi rendre HOMMAGE à nos Français MORTS EN HéROS POUR LA FRANCE ! Dont les poilus... ! Il faut assumer ce que l’on sème, on ne peut constamment suivre le vent, il est parfois, voire aujourd’hui primordial, de se placer en contre ! Mais seulement, je souhaite que les Russes, Grecs, Serbes, restent en dehors de NOTRE SALE BOULOT A FAIRE ! Un petit peu d’honneur en France, il faut être fier de soi dans la bonne et mauvaise période ! Ce n’est donc pas à ces peuples de nous nettoyer de toute cet abrutisme Français, faisons en sorte de ne plus faire d’esclave pour faire notre sale boulot ! Quand à la Russie, elle n’a guère besoin de Français qui lui crachent dessus et se blottissent contre elle quand ça sent le roussi ! Francuz réveilles-toi !


    • #480306

      C est bien pour cela que l empire fait tout pour l empecher..... Mais apres tout c est dans la logique des choses, sinon il ne serait pas un empire ....


  • #480249
    le 01/08/2013 par matrix le gaulois
    Igor Sechin : jusqu’où ne montera-t-il pas ?

    On ne le connaît pas encore vraiment, mieux vaut attendre voir ce qu’il vaut...patience !

    La bonne nouvelle c’est que Medvedev est en minorité.