Egalité et Réconciliation
https://www.egaliteetreconciliation.fr/
 
A A A
imprimer

Il y a 50 ans, la démission du général de Gaulle

Le 28 avril 1969 le président de la République française Charles de Gaulle abandonne ses fonctions. Un départ annoncé trois jours auparavant en cas de vote négatif au référendum du 27 avril 1969. L’Homme quitte l’actualité et entre dans l’Histoire.

 

« Si je suis désavoué je cesserai aussitôt d’exercer mes fonctions. » Il y a 50 ans, Charles de Gaulle, président de la République française démissionnait, après le vote défavorable sur son projet de réforme du Sénat et de la régionalisation. Onze années de règne et une place particulière occupée sur la scène internationale.

Le général de Gaulle a annoncé son possible départ deux jours avant le vote du référendum sur « la création de région et à la rénovation du Sénat ». En effet le 25 avril 1969 dans une allocution radiodiffusée, il rappelle les enjeux de son projet de réforme et son intention de quitter le pouvoir si celui-ci était désapprouvé.

 

« Moi ou le chaos »

 

 

« Votre réponse va engager le destin de la France, parce que si je suis désavoué par une majorité d’entre vous, solennellement sur ce sujet capital, et quelles que puissent être le nombre, l’ardeur de l’armée, de ceux qui me soutiennent, et qui de toute façon détiennent l’avenir de la patrie, ma tâche actuelle de chef de l’État deviendra évidemment impossible, et je cesserai aussitôt d’exercer mes fonctions. »

De Gaulle poursuit en proclamant que son départ immédiat provoquerait dans le pays des remous politiques et des perturbations dont il est difficile de mesurer l’ampleur. Il s’agit d’un chantage plébiscitaire en quelque sorte, que conteste l’éditorialiste du Figaro au lendemain de l’intervention du président : « Pour un véritable démocrate, le procédé, tant de fois utilisé depuis 1958, est condamnable ».

Les électeurs sont donc confrontés à un dilemme, comme le relève Le Figaro le 26 avril : « Voter non, en dépit de tout ce que nous sommes en droit de reprocher au président de la République – et d’abord son entêtement à vouloir nous infliger une épreuve que rien ne justifiait, fera peser une hypothèque sur l’avenir. » Mais voter oui « ce serait admettre que nous acceptons sans réserve, inconditionnellement, tous les projets élaborés hors du Parlement, hâtivement bâtis et incompréhensibles, répétons-le, pour la plupart d’entre nous. »

 

« L’artisan de sa tragédie »

Le non l’emporte par 52,4 % contre 47,6 % de oui. Mais sans attendre les résultats définitifs Charles de Gaulle communique sa démission – indiquant qu’elle sera effective le 28 avril à midi.

Lire la suite de l’article sur lefigaro.fr

Voir aussi, sur E&R :

 



Article ancien.
Les commentaires sont désactivés



Alerter

17 Commentaires

AVERTISSEMENT !

Eu égard au climat délétère actuel, nous ne validerons plus aucun commentaire ne respectant pas de manière stricte la charte E&R :

- Aucun message à caractère raciste ou contrevenant à la loi
- Aucun appel à la violence ou à la haine, ni d'insultes
- Commentaire rédigé en bon français et sans fautes d'orthographe

Quoi qu'il advienne, les modérateurs n'auront en aucune manière à justifier leurs décisions.

Tous les commentaires appartiennent à leurs auteurs respectifs et ne sauraient engager la responsabilité de l'association Egalité & Réconciliation ou ses représentants.

  • #2187512

    Il n’y a pas de démocratie véritablement représentative sans proportionnelle et de Gaulle est celui qui a supprimé la proportionnelle en 1958 : il a étranglé de ses mains la démocratie représentative en France . Sa 5éme "République" ne va amener à l’Assemblée Nationale que des majorité à la fois hégémoniques et illégitimes, il n’y aura plus jamais de vrais "débats" à l’AN car les gouvernements seront toujours assurés de leur survie, soutenus par une majorité de godillots-escrocs . Quand aux véritables patriotes français, ils seront éliminés de la représentation nationale, à commencé par les Poujadistes en 1958, ancêtres des Gilets Jaunes . Depuis 1958 la France est dirigée par des "majorités" d’escrocs illégitimes produits répugnants du scrutin majoritaire à deux tours . MLP a fait 34% à la dernière présidentielle : elle peut "compter" sur UN POUR CENT de députés et 0,3% de sénateurs ! Et Macron et ses voyous prétendent vouloir protéger la "démocratie représentative" qui serait menacée par le RIP ! Un tel culot laisse pantois .

     

    • #2187531

      Très intéressant commentaire. Mais se retirer suite à un référendum, je crois que ce n’est pas prêt d’arriver de nos jours en France comme ailleurs, tant que les gilets jaunes canal historique ne prennent pas le pouvoir.


    • #2187538

      Il a supprimé la proportionnelle oui... mais pas le RIP j’ai cru comprendre, qui est inscrit dans la constitution de la 5ème, ou je me trompe ?
      Si oui, il ne s’agit pas alors d’instaurer une 6ème république, mais d’appliquer réellement la 5ème.

      Car entre nous : que Marine Le Pen ait 3 ou 50 députés autour d’elle, elle sera toujours aussi conne !
      Donc est-ce que le RIP ne serait pas d’un intérêt supérieur pour nous, par rapport à cette histoire de proportionnelle ?
      Car enfin il y a beaucoup trop de fonctionnaires dans ce pays, il faut moins de bureaucratie, plus de liberté (d’expression) !


    • Parce que le système politique (proportionnelle intégrale) entre 1945 et 1958 c’était mieux ?
      Une petite dose de proportionnelle pour faire plaisir aux gens (car l’intérêt politique est quasi-nul), pourquoi pas ? Mais la proportionnelle intégrale est objectivement une connerie constitutionnelle.

      Et d’ailleurs si le suffrage majoritaire amenait plusieurs centaines de députés soraliens, chouardiens et asseliniens à l’assemblée (à la place des socialistes, lremiens et républicains actuels), il vous dérangerait surement beaucoup moins.
      Or, ce n’est pas parce qu’on perd un match de foot qu’on doit crever le ballon.

      Le vrai problème structurel n’est pas le type de suffrage mais l’existence d’un quatrième pouvoir ultra-influent au point d’influencer les votes : les médias (donc les puissances d’argent).


    • Marine Le Pen n’est qu’un leurre, elle ne représente rien et trompe ses électeurs.
      De Gaulle a redressé la France dans bien des domaines.
      C’était un militaire il faut le rappeler, pas une mauvaise avocate politicarde, donc il n’en avait rien à foutre des débats plaidoiries pour faire joli qui durent 5h à l’AN.
      Il voulait appliquer sa politique et que les français soient heureux.
      L’élection du président au suffrage universel direct, c’est quand même de la démocratie non ?
      Et ça a été fait pour court-circuiter les magouilles politicardes.
      Mais il est vrai que certains anciens d’Algérie n’arrivent toujours pas à digérer De Gaulle, ne lui reconnaissent rien alors qu’il a fait plein de choses dans d’autres domaines.
      Mais quand on sait que les généraux d’Alger qui se disaient patriotes étaient bien entourés par la CIA...


    • #2187645

      La Quatrième république était un "régime" en fait assez "républicain", (quoique la "république" n’est pas un régime mais un anti-régime par essence). Très sympatrique au fond qui tenait compte de l’opinion et faisait tourner les ministères pour fait plaisir aux amis et par le jeu de la responsabilité ministérielle ; Un con comme Fillon qui reste cinq années à Matignon en fronçant les gros sourcils et dont l’incompétence est avérée était impensable. Il a été coulé sur sa droite par les gaullistes et sur sa gauche, par les cocos, une alliance malsaine entre gaullistes et communistes.

      De Gaulle était obsédé par les "institutions" et il représentait la traditions bonapartiste exécrée et autoritaire. Il a profité honteusement de la guerre d’Algérie. Il n’a fait qu’instaurer un mode de scrutin pervers. Quelle génie !

      Son régime pioupiouesque , grotesquement chauvin et mandarinal qu’il a mis en place s’effondre aujourd’hui. Ce n’est pas trop tôt.


    • #2188288

      @crayon

      "Car entre nous : que Marine Le Pen ait 3 ou 50 députés autour d’elle, elle sera toujours aussi conne !"

      Très amusant et en plus, c’est vrai.


    • #2190696

      De Gaulle a eu raison de supprimer la proportionnelle, sinon il n’aurait jamais pu règner. La proportionnelle c’est laisser les petits partis faire la loi et une assemblée instable qui se dissout pour un oui un non, en un mot : la quatrième république. Trump voudrait bien avoir autant de pouvoir.


    • #2190698

      @Ted Ah enfin quelqu’un de sensé !
      L’Italie n’a jamais pu avoir de gouvernement stable à cause de cela justement. Même avec la proportionnelle aux européennes le FN n’a que cinq députés au maximum donc ce n’est pas le mode scrutin le problème.


    • #2190703

      @Eee Y aura toujours des crétins finit frustrés ex de l’OAS pour aller cracher sur De Gaulle et toutes les bonnes choses qu’il a accompli pour se pays. De toute façon les colonies sont un gouffre financier en général, la chute de l’URSS en est la preuve. La France ne c’est jamais mieux porté que sans ses colonies.

      La question à se poser c’est : est-ce que De Gaulle aurait autorisé un défilé annuel où tout les dégénérés de Paris pourrait s’exhiber les fesses à l’air sur un char ? non ! donc le choix est vite fait.


  • #2187630

    Rétrospectivement,De Gaulle ne faisait,sans doute,qu’indiquer la marche à suivre mais qu’il ne serait plus là pour l’animer...il est mort quelques mois plus tard !

    Sa démarche était honnête mais,faut dire,qu’à l’époque,on avait rien compris à sa demande qui paraissait excessive (dégager le sénat de Monnerville et réduire le pouvoir des préfets départementaux par l’avènement des régions)

    Il est sorti par la grande porte de lui-même...un exploit.. !!


  • #2187672

    Quelques citations pour montrer que l’Histoire est un perpétuel recommencement :
    « Les citoyens, qui se nomment des représentants, renoncent et doivent renoncer à faire eux-mêmes la loi ; ils n’ont pas de volonté particulière à imposer. S’ils dictaient des volontés, la France ne serait plus cet Etat représentatif ; ce serait un Etat démocratique. Le peuple, je le répète, dans un pays qui n’est pas une démocratie (et la France ne saurait l’être), le peuple ne peut parler, ne peut agir que par ses représentants. »
    Abbé Sieyès (1748-1836), discours du 7 septembre 1789.

    « L’art de gouverner consiste à prendre le plus d’argent possible à une catégorie de citoyens afin de le donner à une autre. »
    « La politique a sa source dans la perversité plus que dans la grandeur de l’esprit humain. »
    « L’opinion est si bien la reine du monde que quand la raison veut la combattre, la raison est condamnée à mort. »
    « On a trouvé, en bonne politique, le secret de faire mourir de faim ceux qui, en cultivant la terre, font vivre les autres ».
    « Pour savoir qui vous dirige vraiment il suffit de regarder ceux que vous ne pouvez pas critiquer. »
    « Si l’homme est créé libre, il doit se gouverner ; Si l’homme a des tyrans, il doit les détrôner. »
    « Une monnaie papier, basée sur la seule confiance dans le gouvernement qui l’imprime, finit toujours par retourner à sa valeur intrinsèque, c’est-à-dire zéro. »

    Et enfin, la plus actuelle :
    « Une société bien organisée est celle où le petit nombre fait travailler le grand nombre, est nourri par lui, et le gouverne. »

    François-Marie Arouet, dit Voltaire (1694-1778).


  • #2187728

    De Gaulle notre dernier grand président.
    Supprimé le régime des partis qui rendait ingouvernable la France sous les 3 et 4ème Républiques pour qu’une majorité se fisse dans le pays.La majorité est incontestable,
    n’en déplaise aux souffreteux.
    Un positionnement géo-politique qui serait encore d’actualité aujourd’hui.
    Une clairvoyance prémonitoire sur tous les grands sujets de son temps.
    Du paquebot France,on en est arrivé au radeau de la Méduse...
    Cherchez l’erreur...

     

    • #2190723

      Il fut aussi, d’une certaine manière, le dernier roi de France. Il avait rétabli le catholicisme et redonné sa grandeur à la France en la faisant respecter à l’international et il a fait rayonner sa culture à travers Brigitte Bardot. Puis après est venu Sarkozy, Hollande et le Microbe en chef et depuis c’est le déluge *Soupir*.


  • #2187763

    Le premier et - pour l’instant - le dernier Président de la Ve.


  • #2188355

    De Gaulle, un grand homme.


  • #2190692

    Et oui ! la France paie aujourd’hui les conséquences de se choix désastreux.