Egalité et Réconciliation
https://www.egaliteetreconciliation.fr/
 
A A A
imprimer

Il y a 70 ans s’achevait la conférence de Yalta

Roosevelt, Churchill et Staline se réunissent au bord de la mer Noire, à Yalta, du 4 au 11 février 1945. Alors que l’Allemagne n’est pas encore définitivement vaincue, les dirigeants américain, anglais et soviétique préparent déjà le monde d’après-guerre. Le trio définit le partage de l’Allemagne entre leurs trois pays et la France, ainsi que l’entrée en guerre de l’URSS contre le Japon.

Dans le sillage de la Société des nations (SDN) mise en place sous l’impulsion du Président Wilson après la Première Guerre mondiale, un des objectifs majeurs de Roosevelt est la création d’une nouvelle gouvernance mondiale : les Nations unies. La France, bien qu’écartée de la conférence, se voit néanmoins octroyer un siège permanent au Conseil de sécurité par l’intermédiaire de Churchill. On peut s’étonner de voir Roosevelt poursuivre sa reconnaissance de la souveraineté de la France en la laissant ainsi définitivement s’asseoir sur le banc des vainqueurs et des grandes nations, lui qui imaginait encore un an auparavant l’Hexagone fondu dans un vaste protectorat militaire (l’AMGOT) où circulerait les fameux billets drapeaux. Mais les États-Unis ne manqueront pas d’affirmer leur domination par d’autres biais, sur le plan économique (plan Marshall), institutionnel (influence sur la construction européenne), et bien sûr culturel (soft power).

Pour Staline, la conférence de Yalta est d’abord l’occasion d’officialiser son emprise sur toute l’Europe de l’Est et centrale. Profitant de la faiblesse physique de Roosevelt, qui décédera quelques mois après la conférence, et fort de ses victoires militaires décisives contre l’armée allemande, le dirigeant russe parvient à faire accepter ses annexions contre des garanties qu’il s’empressera de violer peu après.

La conférence permet également à Staline de s’installer dans le camp des vainqueurs du nazisme, faisant tomber dans l’oubli les crimes de masse de son régime, notamment le massacre des paysans ukrainiens et ses 6 millions de morts au début des années 1930.

Marquant la fin d’une « guerre de trente ans » européenne (1914-1945), la conférence de Yalta place l’Europe entre États-Unis et URSS. Bientôt les divergences idéologiques entre vainqueurs briseront cette alliance contre nature. Matérialisme libéral et matérialisme communiste s’affronteront en Europe, continent exsangue, économiquement et moralement.

 



Article ancien.
Les commentaires sont désactivés



Alerter

9 Commentaires

AVERTISSEMENT !

Eu égard au climat délétère actuel, nous ne validerons plus aucun commentaire ne respectant pas de manière stricte la charte E&R :

- Aucun message à caractère raciste ou contrevenant à la loi
- Aucun appel à la violence ou à la haine, ni d'insultes
- Commentaire rédigé en bon français et sans fautes d'orthographe

Quoi qu'il advienne, les modérateurs n'auront en aucune manière à justifier leurs décisions.

Tous les commentaires appartiennent à leurs auteurs respectifs et ne sauraient engager la responsabilité de l'association Egalité & Réconciliation ou ses représentants.

  • #1116942

    D’après Francis Cousin, la conférence de Yalta eut pour but de scinder l’Europe en deux afin d’éviter tout rapprochement de l’Allemagne et de la Russie - seule donnée géopolitique que craignaient les Américains...


  • C’est d’ailleurs pendant cette conférence, il me semble, que Staline achètera les Cosaques à Churchill, qui les tenait enfermés dans des camps de prisonniers car, en tant qu’ex combattants blancs. ils avaient envahis l’URSS avec les Allemands pour retrouver leurs terres. Visiblement Hitler ne haïssait pas tout les Slaves...

     

    • #1117693

      Tu connais peut-être, mais sinon je te conseille le film Vent d’Est de Robert Enrico qui traite de la 1ère Armée Russe de la Wehrmacht et dont les survivants trouveront refuge au Liechtenstein en mai 45, pour fuir l’Armée Rouge. On peut y voir les luttes d’influence entre l’OSS et le NKVD, les uns voulant récupérer des infos pouvant les aider dans la guerre froide à l’URSS qui s’annonce, et les autres voulant "rapatrier" leurs "frères" russes en leur accordant le "pardon" de papa Staline (qu’ils se sont pour la plupart pris dans leur Q...). Excellent film avec de non moins excellents acteurs !


  • #1117134

    Nous sommes dans la continuité de Yalta ! ’’Les fruits’’, les conséquences des décisions d’alors s’observent aujourd’hui et ne pouvaient pas être autres que ce qu’elles sont !...

    Pour ce qui est de la France, la partie serrée qu’elle va être amenée à gérer sera celle, sans aucun doute, la plus difficile de son histoire depuis l’époque napoléonienne...
    Ses choix seront décisifs de son existence ou de son effacement selon qu’elle se tournera vers l’Est ou vers l’Ouest.
    Démunie, sans plus d’industrie lourde, financièrement et économiquement réduite à faire la manche, il ne lui reste plus que la Diplomatie la plus fine pour préserver le peu qui lui reste...
    Mais que lui reste t-il réellement ?....


  • #1117176

    y’a un chapitre consacré a cette conférence dans le livre de Douglass Reed ( la controverse de sion ) ou il explique que la réunion était très arrosé , et que les sionistes ont provoqué la mort de Roosevelt déjà malade , car ce dernier était contre la chasse aux arabes de la Palestine , puis ensuite vint l’instrument mondiale ( nations unies ) .


  • #1117185

    La photo est bien trouvée !

     

    • #1117784

      Idée curieuse que ce montage ; Roosevelt le poliomyélite aurait-il supporté quelqu’un - même d’aussi ravissant - sur ses jambes ? Au delà de ça, malgré sa fonction de « porteur », la photo a du charme, pas comme l’autre débilerie ou une autre jeune femme fait office de paillasson pour grands de ce monde.


  • #1117614

    "Marquant la fin d’une « guerre de trente ans » européenne (1914-1945)"

    Ayant déjà vu cette expression plusieurs fois, je tiens à signaler que Raymond Poincaré, dans son livre "les origines de la guerre" qui est une série de six conférences données entre 1920-1921 sur les raisons de la guerre 14-18, défends l’idée que 14-18 était déjà une suite de 1870.

    Il s’appuie essentiellement sur les positions diplomatiques Allemandes entre 1880 et 1913 pour étayer cette position.

    Ca vaut ce que ça vaut, je ne suis pas expert, mais à se demander si on ne devrait pas plutôt employer "guerre de 75 ans" et considérer la seconde guerre mondiale comme l’aboutissement de ce qui a été commencé par la création de l’Allemagne.

     

    • La création de l’Allemagne ? Mais c’est nous qui l’avons attaqué et qui avons perdu, ce qui fit taire les quartiers populaires de Paris pendant quelques mois. Pour moi, le problème est que nous étions ennemis entre voisins terrestres directs et puissants alors que nous aurions dû nous unir avec la Russie pour faire une sorte de triumvira sur l’Europe, au détriment des Anglais qui ne se gênaient pas pour financer des conflits.
      Pour en revenir à l’Allemagne, Bismarck avait besoin de son unité face à nous sinon la Prusse aurait disparu au premier conflit.