Egalité et Réconciliation
https://www.egaliteetreconciliation.fr/
 

"Interdit de vendre aux juifs" : la persistance de clauses antisémites dans une ville québecoise

Interdit de vendre ou de louer aux « personnes de race juive ». Une condition permanente de vente imposée dans les années 50 et 60 hante toujours des centaines de maisons d’un quartier de Saint-Jean-sur-Richelieu, où l’interdiction survit sur papier.

 

La mémoire de l’agriculteur antisémite à l’origine de cette idée est d’ailleurs célébrée par un nom de rue et un nom de parc dans la municipalité.

Selon une organisation de la communauté juive canadienne, il ne s’agirait pas d’un cas isolé, maints regroupements de résidents et municipalités ayant tenté d’éloigner les juifs au fil des décennies.

Le moyen trouvé par le pomiculteur Alphonse Waegener, alors qu’il divisait sa terre agricole en lots à construire il y a une soixantaine d’années : inscrire en toutes lettres une interdiction de « louer ou de disposer » du terrain « en faveur de personnes de race juive » dans les documents notariés.

En tout, quelque 350 maisons seraient concernées par ces « servitudes », le terme juridique utilisé pour une obligation liée à un terrain (un droit de passage, par exemple).

« Ces servitudes sont toujours actives et produisent encore des effets juridiques », estime la Cour supérieure dans une décision récente où elle se penchait sur la demande d’un propriétaire qui voulait la faire annuler. Elles « suivent encore ces immeubles » et « ont été tolérées jusqu’à ce jour ». Puisqu’elle est discriminatoire, elle est toutefois complètement illégale, et la juge Claude Dallaire a ordonné qu’elle soit rayée dans le cas du propriétaire en question.

 

« Ça nous a surpris »

C’est en fouillant dans l’historique des ventes du terrain de Carl Nadeau que son notaire, Me Carl Goulet, a réalisé que cette vieille servitude avait survécu au passage du temps.

« C’est gros », a dit M. Goulet en entrevue téléphonique, en expliquant l’ampleur du phénomène dans ce quartier de Saint-Jean-sur-Richelieu. « M. Waegener était propriétaire de tous ces terrains. »

Dans la rue qui porte le nom de M. Waegener, de nombreux propriétaires étaient au courant de cette disposition toujours existante.

« Notre notaire nous l’a dit quand on a acheté la maison il y a trois ans. C’est encore dans les papiers », a affirmé Nadine Mercier, rencontrée chez elle.

« C’est sûr que ça nous a surpris, notre notaire nous a dit qu’on ne respectait plus ça, mais c’est quand même surprenant que ça ait perduré toutes ces années. » (Nadine Mercier)

À quelques maisons de là, chez Jean Patenaude, on le savait aussi. « Je me souviens qu’il y avait ça, cette clause-là, a-t-il dit. Je ne sais pas ce que ce monsieur avait contre les personnes de confession juive… »

Me Goulet et son client Carl Nadeau ont fait paraître un avis légal dans le journal local, l’été dernier, pour avertir tout le quartier qu’ils tenteraient de faire annuler des servitudes inscrites dans des centaines de contrats de vente : ils se concentraient surtout sur des servitudes plus techniques concernant des limites de construction, mais celle interdisant de vendre ou de louer à des Juifs en faisaient aussi partie.

Cette dernière choque « la conscience à un point tel » qu’elle doit être annulée, a écrit la juge Dallaire en décembre. « Les valeurs qu’elle cherchait à protéger sont bel et bien déclassées. » Elle survit tout de même pour les autres terrains.

 

Clauses « assez répandues »

Le fils d’Alphonse Waegener, Louis Waegener, a 99 ans et réside toujours à Saint-Jean-sur-Richelieu. « Mon père s’adonnait avec tout le monde, mais vous voyez, les juifs, ils deviennent maîtres un peu dans tout. C’est ça qu’il n’aimait pas, a-t-il expliqué à La Presse au téléphone. Il avait des amis juifs. Il ne voulait pas qu’il y ait de trouble avec les Canadiens. »

Il avait acheté la terre pour la diviser. Louis Waegener l’a aussi exploitée un certain temps pour y faire pousser des fleurs destinées aux fleuristes.

Son père est mort à la fin des années 80, mais sa mémoire survit encore dans le nom de la rue Waegener et d’un parc du même nom situé au bout de celle-ci, au bord de l’eau.

La Ville de Saint-Jean-sur-Richelieu n’a pas commenté le dossier.

« Le fait est que ce genre de clauses était assez répandu en Amérique du Nord à cette époque. L’idée était d’exclure de quartiers des juifs ou des noirs », a dit David Ouellette, du Centre consultatif des relations juives et israéliennes (CIJA), importante organisation de la communauté. « Un groupe de propriétaires de maison dans une localité donnée s’entendait pour ajouter ce genre de clause discriminatoire. Il doit en rester » ailleurs, a-t-il dit.

La Chambre des notaires a indiqué que, « sans vérifications approfondies », elle n’avait pas connaissance d’autres problèmes du même titre dans la province.

Quant à la mémoire du nom d’Alphonse Waegener, CIJA s’en remet à l’hôtel de ville de Saint-Jean-sur-Richelieu. « Les communautés juives, y compris la communauté juive québécoise, s’inquiètent plutôt de la recrudescence de l’antisémitisme aujourd’hui », a dit M. Ouellette.

 

Le Canada a encore du chemin à faire, mais est sur la bonne voie, sur E&R :

 



Article ancien.
Les commentaires sont désactivés



Alerter

33 Commentaires

AVERTISSEMENT !

Eu égard au climat délétère actuel, nous ne validerons plus aucun commentaire ne respectant pas de manière stricte la charte E&R :

- Aucun message à caractère raciste ou contrevenant à la loi
- Aucun appel à la violence ou à la haine, ni d'insultes
- Commentaire rédigé en bon français et sans fautes d'orthographe

Quoi qu'il advienne, les modérateurs n'auront en aucune manière à justifier leurs décisions.

Tous les commentaires appartiennent à leurs auteurs respectifs et ne sauraient engager la responsabilité de l'association Egalité & Réconciliation ou ses représentants.

  • Mais que fait Justin Trouduc !?

     

  • J’ai envie de dire :"I have a dream..."

     

  • À St-Jean-sur-Richelieu, hein ? Je me demande bien ce que l’apôtre Jean ou le cardinal de Richelieu eux-même en diraient.

    Ils on même pris la pein d’appelé le fils ce cet immigrant agriculteur allemand, un certain Louis Waegener, qui, à l’âge très vénérable de 99 ans, est toujours là pour défendre la mémoire de son père. Il devait être surpris de toute cette soudaine agitation en ce beau matin de janvier.

    Ce monsieur Waegener Père semble historiquement avoir aidé au développement de la ville au point où il eut des endroits publics nommés en son nom.

    Les ’’fake-newseurs’’ du journal en faillite ’’la Presse (libérale)’’ ont cru bon de déterrer cette vieille histoire, dont presque personne ne se souvient, où se souvenaient. En effet, vous pouvez toujours compter sur une bande de zélés pour ramener ce type de détail et, de façon très hilarante, contribuer à attirer de nouveau l’attention sur les critiques qu’on pouvait faire aux juifs à l’époque.

    Il est assuré que la majorité des gens qui habitent les maisons se situant sur ces terrains étant régis par cette clause de vente spéciale ne connaissent rien à cette question. ’’C’est gros’’ dixit le notaire Me Goulet. La seule chose de gros ici en ce moment, c’est votre impertinence, mon cher Carl. Tout ça, c’est du brassage d’air. Strictement personne est interdit d’acheter une propriété à St-Jean.

    Le Québec traîne une réputation d’antisémitisme depuis longtemps. Cette idée d’être catholiques et canadien-français aussi ! Je ne crois pas qu’on nous ait jamais pardonné d’avoir donné à une petite bourgade en banlieue de la ville de Québec le nom de St-Augustin.

     

    • C’est précisément le catholicisme authentique du peuple québécois d’avant Vatican II qui explique cet antisémitisme, un catholicisme d’État sous Maurice Duplessis qui évoquait les Conseils du Roi de l’Ancien Régime, avec le cardinal Villeneuve comme conseiller du premier ministre, et selon lequel les Juifs étaient encore considérés déicides. Il est important de rappeler que le Québec n’a rien à voir avec la France républicaine et ses fondements judéo-maçonniques, laquelle République l’avait d’ailleurs complètement abandonné jusqu’à la visite de de Gaulle en 1967.


    • @Le Hutin

      Très belle démonstration, merci pour cet éclairage.


    • Merci patlalrique, pour votre éclairage sur cette question, depuis votre belle province !


    • Duplessis,génie politique, un grand homme qui gagne à être connu. La série magnifique " Duplessis" de Denis Arcand, est disponible sur YouTube.

      Un bon moyen d’apprendre sur le Québec d’autrefois, pour ceux que ça intéresse.


    • La prêche fut moins prolixe lors de l’affaire Applebaum... ;-)

      Pour nos cousins français:faire court : maire Tremblay ( Montréal ) tombe pour cause de conseillers corrompus/ mafia, remplacé (maintenant, on entre en terrain connu) par Applebaum , en tant que maire intérimaire sur le slogan " fini la corruption"...

      Son procès a donné lieu à plusieurs perles savoureuses : pleurniche du prévenu, pleurniche de la famille, le fils disant lors des représentations sur sentence, et je cite " emprisonner son père serait une perte pour l’humanitée"... oui, ici ils y vont à fond, car le québécois moyen ne comprend absolument pas ce qui se passe.


    • A Palda,Le Hutin,...

      Comme vous avez raison .La Haine du Québec Français et catholique
      est illustrée de manière particulièrement violente par un livre
      du président Knorr des Témoins de Jehovah en 1959.
      Knorr s’étonne de la présence de crucifix dans les tribunaux,
      où aurait du être exposé selon lui,les armoiries de la Couronne d’Angleterre !
      Aveu extraordinaire de filiation avec l’Empire .
      Pour Knorr,le Québec a la Haine de Dieu ! de Quel Dieu ?.


  • Effectivement à classer dans la catégorie “insolite”


  • Ce que "La prêche" ne dit pas, c’est que le premier juif élu (..) député dans tout l’empire britanniques...le fut au Trois-Rivières...

    Après le rejet du vote par les anglishes, le deuxième scrutin désigna également le bonhomme Ezechiel... nouveau refus.

    A la troisième fois, ils ont concédés, de guerre lasse. Cela, le torchon federasto-mondialiste ne le dira pas : ça casserai la trame narrative...

     

  • Je n’écoute ou ne lit plus les éditoriaux de ceux qui "ne sont pas désirés ici" et maintenant.


  • Oulah, j’espère qu’ils n’ont pas de tours jumelles dans ce village... Il va leur arriver des bricoles.


  • #2366046
    le 17/01/2020 par Rondelles, croix gammé-e-s & bruit de bottes
    "Interdit de vendre aux juifs" : la persistance de clauses antisémites dans (...)

    Aïe aïe aïe les z’heures les plus sombres de l’ histoire canadienne
    Heureusement Justin Troud’uc est là,pour donner des gages

     

  • J’ai vécu 18 ans au Canada. Je viens seulement de comprendre que "ouelette" est un patronyme juif. Cela ne me surprend pas, puisqu’il est emprunté à "ouelet", le diminutif de "ouelle", une rivière de la rive sud du Saint Laurent, entre Québec et Rimouski. "Oulette" dérive de la prononciation du "t" final, chose normale en français moyen, de "oulet", qui signifie "petite ouelle". La communauté juive francophone du Québec serait donc beaucoup plus importante qu’il n’y paraît. Une partie des "dion" serait de religion juive ...

     

  • Ce bon monsieur voulait sûrement vendre à des gens qui travaillent la terre ou qui s’installent durablement et non pas à des spéculateurs apatrides cherchant la bonne affaire à travers la planète.


  • L’Algérie aussi est sur la bonne voie.

    La priorité du nouveau président est de faire passer une loi contre le "discours de la haine" sur le web.

    Et ils sont bien encadrés. Ca se voit dans le nouveau genre de communication qu’ils utilisent. Ils présentent toujours leurs magouilles pour le bien du peuple. Exemple : les blogs ne se sentent pas en sécurité. Dorénavant, grâce à l’octroi généreux d’un agrément, ils seront en sécurité. Sous-entendu, que le premier qui moufte, on lui retire son agrément et on lui bloque son IP...


  • Occasion pour rappeler aux français encore bulbés et encore courageux que c’est bien du côté de la "belle province" (le Québec) qu’existe le vrai "village gaulois" résistant. Ce sont les québecois qui se battent pour défendre la langue française pendant que les français d’ici adoptent le globish en se gargarisant quotidiennement avec des termes anglais incrustés dans le langage courant sans en comprendre d’ailleurs le sens originel anglais. Ce sont les Qébécois qui montent au créneau pour défendre leur timbre-poste territorial face au bulldozer américain, véritable machine à fabriquer du crétin en chaîne. Ce sont les Québécois qui se battent pour conserver un maximum de rédactionnel en bon français pendant que toutes les affiches de pub en France accrochent des titres en anglais avec renvoi d’astérisque (!) en bas d’affiche pour la traduction française !!!! L’indice parfait d’une colonisation acceptée par le plus grand nombre comme autant de collabos.
    Car en terre de France, le collabo ordinaire se porte bien...

     

    • À t’entendre le Quebec serait un Eldorado peuplé de mâles couillus... le courage n’est pas une valeur nationale au Québec, une majorité de moutons composent son territoire ! Toutes les mauvaises valeurs du mondialisme totalitaire sont admises et enseignées à tous les niveaux dans cette société permissive. Arrêtez de vous gargariser avec le mythe du "cousin vaillant et courageux" et remettez ce peuple de consommateurs soumis à sa place. Merci.


    • @ Alphonse XIV

      Donc pour vous il n’y a pas de juste milieu possible ? C’est du très couillu ou du très soumis ? Du haut de votre trône, vous devriez savoir que la réalité n’est jamais aussi manichéenne.


  • Lorsqu’en France toute opinion devra passer par le filtre d’une communauté éclairé, et bien ce sera le tour du Québec d’y passer.

     

    • Lorsque l’Église avec Vatican II fit passer toutes les opinions de ses religieux en Italie et jusqu’au Québec par le filtre d’une avant-garde républicaine éclairée (le B’nai B’rith) bien ... le Québec déserta d’instinct et sans trop savoir pourquoi cette religion dans une proportion de 80% à moins de 20% en trois ans (1964-67) pour passer non même pas au laïcisme mais au new age hindouisant alors en vogue un peu partout dans le monde anglo-saxon. Bien lorsque toute la francophonie, avec la France macronienne en tant que première de cordée, devra soumettre toutes ses opinions au filtre d’une communauté d’avant-garde républicaine éclairée (le CRIF) bien, le Québécois désertera d’instinct la francophonie, sans trop se poser de questions, mû par un intinct de survie, dans une proportion qui passera de 80% à moins de 20%, pour adopter la langue anglo-américaine du Midwest où d’ailleurs on émigré très tôt trois descendants de colons français originaux sur quatre pendant l’expansion vers l’Ouest des USA. En abandonnant le catholicisme le Québec sembla passer du traditionalisme extrême à l’extrême-gauche toute, et cette fois-ci en abandonnant le français, le Québec passera de son gauchisme attardé actuel qui ne lui vaut que des défaites à une extrême-droite qui n’aura pas peur de se référer à la race blanche.


  • Si Mr Ouellette présentait sa candidature aux élections présidentielles françaises, il serait élu jusqu’à la fin de ses jours.


  • Apparus au Japon, les hôtels capsules proposent de dormir dans une boîte de 1,45 mètre de haut. Le concept se démocratise en Europe.


Commentaires suivants