Egalité et Réconciliation
https://www.egaliteetreconciliation.fr/
 

Israël Shahak, entre courage et érudition

par Antoine S.

AteliER
Article initialement publié dans l'atelier E&R

Le peuple juif se caractérise par une appartenance au groupe dont il est difficile de s’extraire. Cette forte cohésion et cette construction identitaire s’expliquent largement par les liens du sang. Sans le sang juif, pas de prétention possible à appartenir à la communauté juive. Ce racialisme ou ce tribalisme en fait un peuple qui s’est construit contre les autres. En ce sens, sa position victimaire actuelle peut légèrement faire sourire les initiés.

Les grands intellectuels juifs, comme Marx, Freud, Lazare ou Aron, ont nécessairement dû se hisser au-delà de ces liens tribaux afin de tendre vers l’universel. Sans cela, ils n’auraient jamais pu acquérir conscience d’eux-mêmes mais aussi conscience de leur groupe. Il faut sortir d’un groupe ou d’une situation pour pouvoir mieux l’analyser. C’est de la philosophie de bas étage.

Israël Shahak (photo ci-dessus) appartient à ce cercle d’intellectuels qui ont pu s’éloigner des liens du sang, laissant place aux sentiments, et ainsi s’inscrire dans le domaine de la raison. Dans son livre incontournable Histoire juive – Religion juive, Le poids de trois millénaires, ce chimiste israélien offre une vision décapante du monde juif. En voici, un bref résumé.

En vertu du droit israélien, une personne ne peut être juive que si sa mère, sa grand-mère, son arrière-grand-mère et sa trisaïeule ont été juives. La conversion est possible à des conditions strictement encadrées. L’appartenance au judaïsme n’entraîne pas une appartenance à la nation israélienne puisque celle-ci contient des musulmans et des chrétiens. Elle octroie en revanche des droits que les autres n’ont pas. Peut-on dès lors parler légitimement de démocratie ?

Shahak, le fondateur de la ligue israélienne des droits de l’Homme, reproche à sa communauté son défaut d’humanisme qu’il cible à travers sa justice violente, son absence d’humour et son mépris pour le savoir. Il rappelle à juste titre qu’elle a eu un rôle important dans le trafic d’esclaves. La religion juive voue une haine à Jésus-Christ, dont il a d’ailleurs bien fait les frais, et à ses disciples qu’il faut exterminer.

Maïmonide, le codificateur du Talmud, texte d’interprétation de la Torah ayant une valeur supérieure à cette dernière, explique que les noirs ne sont pas des hommes mais qu’ils ont une valeur supérieure aux singes. Moïse Hess, un des premiers socialistes allemands, évoque la « pure race juive ». Hitler n’a donc rien inventé. Un racialisme en a affronté un autre. Les sionistes ont d’ailleurs applaudi l’ascension d’Hitler en 1933.

Confirmé dans le dernier livre de Jean Soler, Qui est Dieu ?, Israël Shahak définit le judaïsme comme étant un polythéisme où Yahvé occupe la place la plus importante. Seuls les derniers prophètes ont commencé à parler d’un seul Dieu.

Le texte religieux des juifs, le Talmud, prescrit des commandements qu’ils n’ont pas à respecter à l’égard des non juifs. C’est bien le Christ et par la suite Paul de Tarse ou Saint Paul, qui ont universalisé ces prescriptions.

Il en découle des règles que l’on pourrait qualifier aujourd’hui de discriminatoires. Ainsi, il est en principe interdit de pratiquer la médecine le jour de sabbat sauf lorsqu’un juif est en danger de mort. Le médecin juif ne sera pas condamné s’il refuse de soigner un goy agonisant. Il aura alors respecté les règles talmudiques. En matière de prêt à intérêts, le même principe prime. Au sein de la communauté, cette exclusion de « l’autre » a aussi lieu. Il existe des dispenses pour les juifs riches, ces derniers ayant le droit de prêter avec intérêts aux pauvres.

Dans son analyse historique, l’auteur distingue le judaïsme classique (IXème – XVIIème siècle) de la phase moderne (XVIIIème siècle – nos jours), « marquée par la dissolution de la communauté juive totalitaire et de son pouvoir, et par des tentatives (dont la plus importante est le sionisme) de l’imposer à nouveau ».

Contrairement au mythe, les juifs ont, malgré les persécutions réelles, toujours appartenu aux classes supérieures. Leur condition était bien souvent meilleure que celle des serfs qu’ils méprisaient encore plus que les autres gentils, terme employé dans le Talmud pour désigner les chrétiens et les musulmans. Ils étaient très souvent exemptés du paiement de l’impôt qu’ils aidaient couramment à collecter.

Leur intérêt était donc plutôt de vivre dans les pays féodaux où le pouvoir central faible laissait une grande liberté aux puissants vassaux. Au XIVème siècle, lorsque la nation française était en phase d’achèvement, Philippe Le Bel a chassé les juifs, assimilés justement aux intermédiaires parasites, rôle qu’ils ont gardé en Pologne, pays resté longtemps féodal. Pour l’Espagne, c’est un peu différent car les juifs étaient mieux traités par les musulmans.

Ça n’est qu’avec Ferdinand et Isabelle la Catholique, premiers architectes de la nation espagnole, les réformateurs de l’Eglise d’Espagne, Torquemada et le cardinal Ximenes, et le peuple fatigué des servitudes juives à l’égard de l’aristocratie féodale et du haut clergé, que les juifs ont d’abord perdu leur statut privilégié en Espagne, puis ont été persécutés et enfin expulsés. Les juifs n’étaient donc pas si mal traités dans les pays accueillants malgré leur absence totale de volonté de s’intégrer. Leurs divers abus et mépris à l’égard des « gentils » ainsi que leur position permanente d’intermédiaire – marchands ou usuriers –, liée à leur condition de nomade, leur a valu des brimades et expulsions méritées.

Si les pays accueillants étaient plutôt tolérants, il en va bien différemment de la loi juive. En application des prescriptions religieuses, le meurtre d’un gentil n’est pas punissable. Lorsqu’il a une cause indirecte, il ne constitue même pas un péché. Cet acte est toutefois interdit quand il risque de provoquer la haine envers la communauté juive. Si ce risque existe, le juif doit demander paiement au goy. Le médecin juif ne peut donc soigner gratuitement un gentil. De la même façon, si un gentil tue un juif, il doit être puni à moins qu’il ne se convertisse. Seul un juif a le droit de tuer un autre juif. Logique tribale implacable. Maïmonide est d’une clarté impitoyable :

« Quant aux gentils avec qui nous ne sommes pas en guerre […] il ne faut pas causer leur mort, mais il est interdit de les sauver s’ils sont en danger de mort ; si, par exemple, on voit l’un d’eux tomber dans la mer, il ne faut pas se porter à son secours, car il est écrit : « et tu ne mettras pas contre le sang de ton prochain » – mais il [le gentil] n’est pas ton prochain [1] [2]. »

Les exemples sont légion. Interdiction de boire dans la même bouteille qu’un non juif car risque d’empoisonnement, de rendre un objet volé à un goy ou de secourir un groupe où la proportion de juifs est faible. Quelle religion d’amour et de paix !

S’agissant de la femme d’autrui, l’Encyclopédie talmudique dispose :

« Celui qui a des relations charnelles avec la femme d’un gentil n’est pas passible de la peine de mort, car il est écrit : « la femme de ton prochain [3] » et non : la femme d’un étranger ; et de même que le précepte « l’homme restera attaché à sa femme [4] », qui est adressé aux gentils, ne s’applique pas à un juif, de même il n’y a pas de mariage [sacré] pour un païen ; la femme mariée d’un gentil est interdite aux [autres] gentils, mais un juif n’est en aucun cas concerné [par cet interdit]. »

A travers son livre honnête et courageux, Israël Shahak, que les antiracistes hystériques auront du mal à faire passer pour un antisémite notoire, démonte l’escroquerie intellectuelle selon laquelle les juifs auraient été martyrisés depuis la nuit des temps alors qu’ils ont souvent été dans le camp des oppresseurs, éjectés lorsque la coupe était trop pleine. Ce peuple élu, « sûr de lui et dominateur », chassé par Yahvé pour avoir échoué dans l’accomplissement de son projet, gagnerait à être humble dans le respect du châtiment divin. L’auteur plaide pour un rejet du Talmud, texte partagé par la majorité du monde juif. Ce vœu pieux n’est malheureusement pas à l’ordre du jour.

[1] Lévitique, 19:16.

[2] Maïmonide, Mishneh Torah, « Lois sur les meurtriers » 2, 11.

[3] Exode, 20:17.

[4] Genèse, 2:24.

 

Approfondir le sujet avec Kontre Kulture :

 



Article ancien.
Les commentaires sont désactivés



Alerter

44 Commentaires

AVERTISSEMENT !

Eu égard au climat délétère actuel, nous ne validerons plus aucun commentaire ne respectant pas de manière stricte la charte E&R :

- Aucun message à caractère raciste ou contrevenant à la loi
- Aucun appel à la violence ou à la haine, ni d'insultes
- Commentaire rédigé en bon français et sans fautes d'orthographe

Quoi qu'il advienne, les modérateurs n'auront en aucune manière à justifier leurs décisions.

Tous les commentaires appartiennent à leurs auteurs respectifs et ne sauraient engager la responsabilité de l'association Egalité & Réconciliation ou ses représentants.

  • #295543
    le 02/01/2013 par Ennemi déclaré
    Israël Shahak, entre courage et érudition

    "Sans le sang juif, pas de prétention possible à appartenir à la communauté juive."

    Est-ce une spécificité juive ? Je ne crois pas.

     

    • #295666
      le 02/01/2013 par Le Patriote
      Israël Shahak, entre courage et érudition

      Et bien tu crois mal.


    • #295844
      le 03/01/2013 par Jérémie D.
      Israël Shahak, entre courage et érudition

      @Le Patriote : peux-tu développer ?

      Aux dernières nouvelles, le droit du sang existe dans d’autres communautés. Prenons l’exemple des communautés nationales :

      - il est quasiment impossible d’obtenir la nationalité libanaise ou saoudienne pour un individu dont le père n’est pas originaire de ces pays ; à ma connaissance, pour les saoudiennes par alliance (mariage) ont une mention spéciale sur leur passeport (pour les distinguer des saoudiens par filiation)

      - de ce que j’en sais, il est impossible pour un marocain d’abandonner sa nationalité (acquise par le sang) ; est-il aisé pour un non marocain d’obtenir cette nationalité (quand il n’a pas ce lien de sang) ?

      On voit bien, dans ces exemples, la relation entre "lien du sang" et appartenance à une communauté.

      Je ne vois d’ailleurs rien de choquant dans cette reconnaissance du lien de sang entre des individus composant une nation. Pour la plupart des peuples au cours de l’histoire, la tribu puis la nation sont des extensions de la famille, elles reposent donc sur un lien de parenté (plus ou moins éloigné). Les musulmans appellent ce lien "sirat ar-rahim" (le lien utérin), et il est profondément sacré. L’Islam se place au-dessus des tribus, il régit leur relations (constitution de Médine) mais il ne les nie pas.

      Au cours de l’histoire, les peuples d’Europe (et probablement du reste du monde) ont largement privilégié le droit du sang sur le droit du sol. La possibilité d’alliance maritale exogène (encadrée par la coutume) a permis de préserver une relative stabilité des groupes ethno-culturels tout en les renouvelant très progressivement.

      De mon point de vue, ce n’est pas le rapport "au lien tribal" (liens du sang) qui est choquant chez l’élite juive auto-proclamée d’aujourd’hui, c’est son hostilité envers les autres groupes ethno-culturels, et sa soif inextinguible d’exploitation et de domination sans partage.

      Qu’en dites-vous ?


    • #296098
      le 03/01/2013 par petit_poney
      Israël Shahak, entre courage et érudition

      "Sans le sang juif, pas de prétention possible à appartenir à la communauté juive."

      Ce n’est pas vrai en théorie puisque les conversions sont possibles. En pratique, il y en a très peu.

      @Jérémie

      Pour tout ce qui est communauté nationale, le droit du sol seul ne suffit pas. Mais cela n’a rien à voir avec les communautés religieuses.

      En Islam, pas de droit du sang. Pas de d’Imam pour juger si quelqu’un est digne ou pas d’avoir le tampon. Pas de hiérarchie. Pas de cérémonie d’initiation. Pas d’enseignement interdit aux Goyim. D’ailleurs, Il n’y a pas d’autorité religieuse pour dire qui est le Goy et qui ne l’est pas.


    • #297475
      le 05/01/2013 par Grindsel Tirédunevi
      Israël Shahak, entre courage et érudition

      « En Islam, (... )Pas d’enseignement interdit aux Goyim. »
      On peu assister aux prières musulmanes en tant qu’observateur, tout comme au culte juif d’ailleurs. Essaye et tu verras, personne ne t’interdira d’entrer dans une synagogue pendant le chabbat. S’il y a des enseignements cachés aux non-initiés, c’est sans doutes plus confidentiel, même au sein de la communauté juive. Il y aurait peut-être une étude là dessus à faire (ça existe peut-être ?), un peu à la manière dont-on décortique la structure de la franc-maçonnerie.


  • #295549
    le 02/01/2013 par Guy LuXXX
    Israël Shahak, entre courage et érudition

    Dans la presse, people, et "sérieuse", ils ont dit que Danny Boon s’est converti au judaïsme.
    Techniquement, est-ce possible, comment ça marche ?
    Je fais pas le caniveau, hein, c’est juste pour prendre un cas concret, sortir du pur théorique...

     

    • #295668
      le 02/01/2013 par Le Patriote
      Israël Shahak, entre courage et érudition

      Je suis sorti avec une juive sépharade il y a un peu plus de 7 ans. Sa famille était plutôt tolérante, son père était le plus réticent à notre liaison mais a fini par l’accepter. Mais - parce-qu’il y toujours un "mais" avec les juifs - ils me parlaient souvent des avantages que m’apporterait une conversion au judaïsme, tant au sein de leur famille, qu’en termes professionnels... une sorte de corruption revisitée. Donc oui, il est possible de se convertir.


    • #295684

      tu n as pas bien compris le sens de la convertion au judaisme !! il est dit qu un goy peut eventuellement se convertir (comme danny boon) il fera partie de la nation juive mais ne sera jamais juif ! voila la difference ! danny boon peut vivre en israel (faire partie de la nation juive) mais ne sera jamais considere comme juif meme s il s est converti !!


    • #295727

      mais ses enfant seront juifs puisque sa femme est juive . Question : si vous étiez juif comment vous comporteriez vous ? iriez vous vous marier avec une femme non juive avec le risque de tourner votre famille contre vous ? ben moi je connais la réponse : vous feriez comme les collègues ... et c’est pareil pour les musulmans .


    • #295963

      Faut revenir un peu à la réalité, aujourd’hui les mariages mixtes chez les juifs sont très répandus que ce soit chez l’homme ou chez la femme, surtout en Europe et aux USA et même depuis longtemps. On en connait tous, ça n’est pas rare et aucun ne s’est non plus converti à une quelconque religion pour ça.

      Quant à Shahak il suffit de le lire pour comprendre de quoi et de qui il parle. Chose que peu ici ont fait, comme d’habitude...


    • #296311
      le 03/01/2013 par Le Patriote
      Israël Shahak, entre courage et érudition

      @evitma

      Je ne sais pas si vous vous adressez à moi, mais si c’est le cas vous n’avez pas saisi ce que j’ai écris. Je n’ai pas insinué qu’un converti serait considéré comme un juif à part entière du fait de sa conversion, mais tout simplement qu’il était possible de se convertir et qui plus est, de "bénéficier" de certains privilèges - et de privilèges certains - de la part de "la communauté" une fois cela fait.

      Résultat : je l’ai quitté peu de temps après :-)


    • #296468
      le 04/01/2013 par Jean Robert
      Israël Shahak, entre courage et érudition

      N’importe quoi. Je peux vous le dire, Je suis juif et dans le judaisme c’est une grave faute de faire comprendre à un converti qu’il ne serait « que » converti. Un converti est un juif à part entière et il est strictement interdit ne serait ce que de lui rappeler son statut de converti. Faut arrêter de délirer un peu. La conversion est une longue procédure d’assimilation, une fois que l’aspirant en vient à bout (généralement après quelques années) il fait partie à part entière du peuple juif sans aucune mise en doute possible de quelque façon, même s’il ne pratique plus la religion ou redevient athée. C’est comme ça. Arrêtez donc d’être médisant alors que vous ne savez pas de quoi vous parlez.


  • #295550
    le 02/01/2013 par tasse de the
    Israël Shahak, entre courage et érudition

    c’est un peu dur. Apres avoir lu des tractes identitaires pendant des annees...un jour je me suis reveille’ et je me suis pose’ la question suivante : pensez-vous si une grande soucoupe volante venait pour emmener les semites dans une autre galaxie que ca sera la fin des comportements anti-sociales et psycopathes ?
    le fait qu’ils possedent un tracte de survie "realiste" ne me choque plus. ce qui me choque ce sont des conneries comme "loft story" et les interminables histoires de corruption chez l’UMPS.

     

  • #295600
    le 02/01/2013 par chouardesk
    Israël Shahak, entre courage et érudition

    Le Talmud et ses explications forment un tout complètement abérrant de sottise humaine, car en ne voulant pas s’affilier aux autres peuples, ce bouquin apporte malheureusement à chaque situation des plus anodines aux plus sacrées tout un arsenal de méthodes pratiques que les pratiquants justement, doivent observer afin de ne surtout pas trahir leur engagement. Et ces mêmes méthodes sont elles-même soumises parfois, au gré du bon vouloir du rabbin, à des dispenses, qui modifient encore la donne. Ce qui a pour effet de former à la longue des êtres complètement schizophrènes et déraisonnés, mais qui croient bien faire parce qu’il s’agit là du message sacré pense-t-il, même si maintes fois corrigés à travers les siècles !
    Je pense perso (je n’ai pas fini le bouquin, celui de Shahak), que ce Talmud sert à former des crétins au service des pseudo-rabbins les plus haut placés, qui savent eux, que tout çà c’est du flan (un peu comme Hollande) mais profitent de la faiblesse de ces hommes, de génération en génération, en les manipulant dès le plus jeune âge, dans le but de servir leur rêve (ou cauchemar) hégémonique, qui, objectivement ne se rapporte finalement à rien de sacré, ni de divin, au contraire.

     

    • #296048

      Votre analyse est intéressante. Un point de vue qui se rapproche effectivement de la réalité que nous pouvons rencontrer avec nos voisins, amis, connaissances de confession juive qui suivent à la lettre ce que le rabin leur dit même quand ça leur paraît illogique.


    • #300424

      Voici une très bonne analyse que je partage.


  • #295655

    Il faudra un jour que les journaleux nous expliquent pourquoi ils sont pleins de respects envers la critique juive de la culture chrétienne alors qu’ils diabolisent les chrétiens qui critiquent la culture juive.

    http://en.wikipedia.org/wiki/The_Cu...


  • #295658
    le 02/01/2013 par nanothermite
    Israël Shahak, entre courage et érudition

    En sociologie des religions, à la Fac, on apprend qu’il y a deux religions racistes : le judaisme qui ne se transmet que par les femmes, et qui donc exclue l’homme, qui peut être de n’importe quelle autre religion (à l’exclusion des musulmans) ; et la religion musulmane, car là c’est le contraire, c’est l’homme qui transmet la religion, la femme importe peu et peut être de toute autre religion (à l’exclusion des juives).
    Il s’agit du racisme premier, dans un couple où l’un des deux est exclu.
    Pour le non juif souhaitant le devenir, il doit se faire naturaliser israélien, après avoir été "formaté" (par exemple une femme catho mariée à un juif).

     

    • #295783

      Bonjour,

      Ce que vous avancez, ou ce qu’on vous apprend à la Fac est faux. Le judaïsme est bien une religion raciale (se transmet par le sang de la mère). Pour être musulman, il suffit de se convertir et en deux secondes, ça n’a strictement rien avoir avec les origines ou les confessions de vos parents. Je pense que vous amalgamez avec le fait que l’islam interdit à la femme de se mariée avec un homme non musulman, et autorise l’homme à se marié avec n’importe qu’elle femme à condition qu’elle soit monothéiste (même juive ;)), mais ça c’est pour un phénomène de société, pour favorisé que les enfants soit adeptes de l’islam dans une société où le rôle du père n’est pas détruit. Par contre et en ce qui concerne le sujet, celui qui veut se convertir à l’islam, ses origines raciales et confessionnels n’ont aucune importance. C’est bien le prophète de l’islam qui a dit :"Il n’y a pas de différence entre un arabe et un non arabe ni entre un blanc et un noir si ce n’est par la piété". Grosso modo, dire que l’Islam est confessionnel ou je ne sais pas quoi...peut être, mais dire qu’il est raciste et juste ridicule et malhonnête !

      Cordialement.


    • #295796

      UNE BONNE FOIS POUR TOUTES !!!!

      On ne nait pas musulman ON LE DEVIENT !!!! Dans l’Islam, les enfants sont considérés comme des anges donc s’ils viennent à mourir enfant, ils vont directement au paradis. Pour que les enfants nés de parents musulmans le deviennent aussi, vers l’âge de 7 / 8 ans, ils font leur PROFESSION DE FOI = "SHAHADA" = "TÉMOIGNAGE" pour "ENTRER EN ISLAM" (l’expression est utilisée dans une sourate). Pourquoi 7/8 ans, car c’est l’âge de raison et l’enfant comprend les notions du MAL et du BIEN et par là-même les conséquences de ses actes.
      Même s’il est tjrs considéré comme un ange jusqu’à l’adolescence, c’est à cet âge seulement qu’il est considéré comme responsable de ses actes. Auparavant, les parents sont responsables de leur enfant.

      Beaucoup de musulmans, Hélas, je vous l’accorde, l’ignorent mais je vous assure que c’est bien ainsi que les choses se passent. Vous pouvez le vérifier.
      De plus, je ne sais pas ce que veut dire une religion "raciste" ; le racisme est fondé sur la "race" pas la religion. Beaucoup de sociologues racontent n’importe quoi et la Fac c’ comme les médias, il faut en prendre et en jeter !!!


    • #295810
      le 03/01/2013 par philodeus
      Israël Shahak, entre courage et érudition

      Désolé mais il y a un malentendu , l’islam ne se transmet absolument pas par le père au sens raciale c’est faux comme le christianisme les enfants sont initié a cette religion par les parents si il sont musulmans tous les deux ou par le père si il a épousé une croyante juive ou chrétienne quelle que soit sa race (le judaïsme n’étant pas une race , même si certains juifs le pense ou veulent le faire croire). Une musulmane doit épousé en islam un croyant musulman peu importe sa race tant qu’il accepte sincèrement le message de l’islam (même si dans la réalité certains accomplissent la formalité sans conviction). l’islam est lié avant tout a une profession de foi est a l’acceptation d’un message et de son systéme de valeur et non a une race en particulier. L’islam dans son essence s’oppose à tout tribalisme (même si certains musulmans l’oubli souvent (les sémites en particulier)). Là est la grand différence avec le judaisme , la convertion est d’ailleurs très simple pour cette raison, il suffit d’accepter le message et de l’adopter l’islam dans sa vie de tous les jours. Beaucoup de personne de tradition musulmane se trompe d’ailleurs sur ce sujet.


    • #295812

      je connais l’Islam et un homme musulman peut justement n’épouser qu’une musulmane ou une chrétienne ou une JUIVE c’es ce qu’on appelle "les gens du Livre" NA et je défie les profs de cette fac d’apporter la contradiction


    • #295815
      le 03/01/2013 par philodeus
      Israël Shahak, entre courage et érudition

      Désolé mais il y a un malentendu , l’islam ne se transmet absolument pas par le père au sens raciale c’est faux comme pour le christiannisme les enfants sont initié a cette religion par les parents si il sont musulmans tous les deux ou par le père si il a épousé une croyante juive ou chrétienne quelle que soit sa race (le judaïsme n’étant pas une race , même si certains juifs le pense ou veulent le faire croire). Une musulmane doit épousé en islam un croyant musulman peu importe sa race tant qu’il a accepté sincèrement le message de l’islam (même si dans la réalité certains accomplissent la formalité sans conviction). l’islam est lié avant tout a une profession de foi est a l’acceptation d’un message et de son systéme de valeur et non a une race en particulier. L’islam dans son essence s’oppose à tout tribalisme (même si certains musulmans l’oublient souvent (les sémites en particulier)). Là est la grande différence avec le judaisme , la convertion est d’ailleurs techniquement très simple pour cette raison, il suffit d’accepter le message et de l’adopter dans sa vie de tous les jours. Beaucoup de personne de tradition musulmane se trompe d’ailleurs sur ce sujet.


    • #295826

      la religion musulmane ne se transmets ni par le père ni par la mère, chacun est libre de devenir musulman peut importe la confession de ses parents. Le tribalisme est fortement interdit et est fortement détesté dans la religion musulmane.


    • #296472
      le 04/01/2013 par Jean Robert
      Israël Shahak, entre courage et érudition

      Eh bien vos cours de sociologie ne sont visiblement pas des cours de théologie. Car dans le judaisme, la religion ne se transmet pas par le sang de la mère, mais la mère « convertit » son enfant à la naissance avec la bénediction du rabbin ce qui est confirmé 8 jours après par la brit milah par les deux parents.

      Rien de différent ni avec l’Islam ni avec le Christianisme, l’enfant nait dans un cadre culturel et de ce fait adopte celui des parents. Que ce soit au Bapteme ou à la circoncision du petit musulman, ce n’est qu’une confirmation. Comme la brit chez le juif.

      Le judaisme n’est pas une religion raciale. N’importe qui peut se convertir et il est interdit de traiter un converti différemment d’un juif héréditaire. Comme en Islam, comme en Chrétienté.

      C’est très séverement puni.

      La seule différence est la difficulté de la conversion. Car pour accepter quelqu’un au sein du peuple juif, sa sincérité est mise à l’épreuve, tandis qu’il suffit de prétendre croire pour être convertissable à l’Islam ou à la Chrétienté.

      On fait pas dans la quantité mais dans la qualité. Je vois pas le mal.


    • #299376
      le 08/01/2013 par Pierre Ponce
      Israël Shahak, entre courage et érudition

      eh bien je vais vous aider à voir où est le mal, Jean Robert
      d’abord, le tableau idyllique de la judaïté que vous nous faites correspond peut-être à la réalité des juifs de Mars, mais quand aux juifs de la terre, ils font bien tout le contraire de ce que vous dites
      et puis vous avez la sauvage indélicatesse de qualifier l’islam et le christianisme de religions faciles d’accès dans le sens d’ouvertes aux hypocrites sans foi
      tandis, suppose-t-on, que devoir se battre pour appartenir à l’auto proclamé peuple élu serait une marque de foi profonde...
      mais je fais remarquer qu’on peut retourner la proposition :
      les religion non raciales et universalistes n’ont pas besoin de faire une sélection drastique, car il n’y a aucun profit pour les hypocrites à le faire
      en revanche, la perspective de devenir un "élu" pourrait susciter bien des vocations douteuses, une stricte selection permettra de ne prendre que les plus acharnés, accessoirement (ou pas) pour renforcer la race.
      vous devriez essayer de sortir de votre point de vue judéo-centré pour voir ce "mal" que vous dénoncez partout, comme ce distrait qui cherche ses lunettes alors même qu’elles sont juste sur son nez


  • #295694

    la seule religion au monde qui va dans le sens du christianisme est l islam !! l islam est la seule religion qui reconnait JESUS comme prophete et MARIE comme sainte ! de plus l islam confirme qu a la fin des temps se sera effectivement JESUS qui reviendra sur terre ! pourtant les chretiens se sentent plus proche des juifs qui eux traitent JESUS de batard et MARIE de prostitue !! quel paradoxe !! simple detail : dite moi si le prophete MOHAMMED (swt) avait ete un usurpateur il se serait mit en avant , aurait dit qu a la fin des temps se serait lui et non JESUS qui reviendrait sur terre ! pourtant le coran nous confirme le retour de JESUS ! de plus sachez que le nom de JESUS est prononce beaucoup plus de fois que le nom du prophete MOHAMMED(swt) dans le coran et qu un chapitre tout entier est dedie a la sainte MARIE !! pensez vous un seul instant que si le prophete MOHAMMED aurait dit tout cela s il etait un usurpateur ? MOHAMMED n a fait que repeter les paroles d ALLAH par l intermediaire de l ange gabriel !

     

    • #295868
      le 03/01/2013 par esperanza
      Israël Shahak, entre courage et érudition

      Ce que vous dites est très juste. Cependant si l’Islam accorde à Jésus le statut de prophète (ce qui est déjà ça), il me semble qu’il accorde peu de valeur à sa parole transcrite dans les Evangiles. Il me semble que pour vous le Christ est une sorte de .. prophète muet. Qu’en est-il exactement ? Merci de vos lumières.


    • #296562

      Bonjour à tous,
      je souhaiterais répondre à Esperanza. Il faut savoir qu’en aucun cas le coran ne remet en cause les paroles de Jésus (Paix et bénédiction de dieu sur lui) dans les saintes évangiles. Tout musulman a le devoir de croire aux saintes écritures que ce soit la thora de Moise, les évangiles de Jésus, les psaumes de David, les feuillets d’Abraham (que la paix et les bénédictions de Dieu soit sur eux). Ce que Dieu remet en cause par le coran se sont les falsifications de ses saintes écritures par les hommes. D’ou la révélation du coran qui a pour but de corriger toute ses erreurs.

      Paix et Salut pour tous


    • #299616
      le 09/01/2013 par Pierre Ponce
      Israël Shahak, entre courage et érudition

      bonsoir

      Néanmoins, on ne peut pas dire que le message du Christ trouve une mise en valeur dans le Coran. Aucune de ses paroles n’y est citée. Le seraient-elles, il apparaîtrait alors clairement que le Prophète Mohamed diverge sur des points cruciaux. De la même façon étonnante, et avec les mêmes non-dit, la religion catholique a amalgamé aux évangiles des pans entiers de la bible juive, pour le coup, tout à fait incompatible.
      Je n’écris pas ces quelques lignes pour susciter de l’antagonisme. La confrontation qui semble se préparer dans la coulisse entre chrétiens et musulmans n’est justifiée par absolument rien, si ce n’est la volonté talmudique en marche. Mais pour que ce projet sinistre ne s’accomplisse pas, il conviendra d’exposer les choses clairement.


    • #302249
      le 12/01/2013 par esperanza
      Israël Shahak, entre courage et érudition

      @ abu nour : merci, mais en quoi les paroles du Christ inspirent-elle les musulmans ? Concrètement, connaissez vous les Evangiles ? Sont ils commentés et expliqués dans les mosquées ? Il ne me semble pas.
      @Pierre Ponce : merci, c’est bien ce qu’il me semblait, quand je parlais de "prophète muet" ...


  • #295787

    Il y a une chose dans ce texte avec laquelle je suis d’accord, les musulmans ont toujours bien traite les juifs tout le long de l’histoire de l’humanité. Mais les juifs qu’ont ils fait en grande partie eux tout ce qu’ils font c’est d’essayer d’abattre au maximum les musulmans a commencer par les Palestiniens... C’est une façon connue et rappelée aussi bien dans la bible que dans le Coran que "nourrir un juif" finira par vous mordre la main...

     

    • #295822
      le 03/01/2013 par philodeus
      Israël Shahak, entre courage et érudition

      je suis désolé mais le Coran parle de ne pas faire confiance a certains juifs pas tous les juifs ceux qui trahissent les pactes qu’ils ont conclu avec Dieu ou avec les hommes ! et il n’est pas question de nourriture mais de confiance. L’hospitalité est un devoir pour le musulman sincère quelle que soit l’être humain qu’il a en fasse de lui du moment qu’il n’a pas d’intention hostile.


    • #296475
      le 04/01/2013 par Jean Robert
      Israël Shahak, entre courage et érudition

      A quelque chose près ...
      - Bann Qurayza
      - Khaybar
      - Kairouan
      - Fez
      - Granada
      - Yemen
      - Aden
      - Maghreb
      - Marakech
      - Tabriz
      - Bagdad
      - Babylone
      - Jeddah
      - Tetouan
      - Damas
      - Darfurush

      Eh oui on n’oublie rien. Le problème avec les juifs c’est qu’ils ont une bonne memoire au travers les siècles. Cela dit on ne vous en veut pas. Mais il faut arreter de vous victimiser comme ça, l’Islam n’a jamais été plus pacifique que les autres grandes religions, vous vous êtes construit sur des carnages, il va bien falloir l’accepter et l’assumer un jour. Comme les autres l’ami, tout pareil.


    • #302252
      le 12/01/2013 par esperanza
      Israël Shahak, entre courage et érudition

      @ Jean Robert : juste rappel. Il faudrait finir par comprendre que les civilisations ont causé le mal (et le bien) à mesure aussi, et surtout, de leur puissance. Les juifs aussi, là où ils ont eu un Etat et les attributs régaliens de cet Etat, ont massacré comme les autres : cf le Deuteronome les Nombres, etc, cf les massacres de chrétiens par le royaume juif du Yemen au Ve siècle, cf Der Yacine et Plomb Durci aujourd’hui . Mais chacun de nous, nous ne sommes pas responsables du mal causé par la civilisation, la religion, le pays, l’ethnie, dans lesquels nous avons eu l’heur ou le malheur de naître. A nous de faire ce que nous pouvons, là où nous sommes , pour améliorer les choses, au lieu de revendiquer les hauts faits de nos ancêtres et de dénier leurs actes mauvais. Certains peuvent beaucoup, d’autres moins. Mais personne n’est totalement impuissant.


    • #316981

      @ jean robert

      vous citez les expéditions de Khaybar etc en fin connaisseur de la vie du prophète de l’islam (psl) mais si vous ne voulez pas faire de désinformation il faudrait expliquer en détail ce qu’il s’est passé, des causes aux conséquences de ces évènements... et par la même je vous mets au défi de me trouver un épisode de la vie du prophète de l’islam (PSL) et de la diffusion de l’islam où des massacres de masse on été perpétrés...

      en vous lisant "l’islam s’est construit sur des carnages". loin de moi l’idée de faire une querelle de religions, mais il faudrait regarder de près l’ancien testament (Deutéronome, nombres, rois...) après on pourra venir donner des leçon de tolérance... je précise que j’ai lu la bible dont je conserve un exemplaire chez moi. par ailleurs, l’inquisition et la conquête du nouveau monde n’ont pas été une aventure de scouts qui ont opérés dans la joie et la bonne humeur. mais apparemment les mayas et autres indiens du brésil ont été admirablement bien traités durant la conquête de l’amérique du sud... il faudrait donc vous aussi tout évoquer, ne rien omettre et considérer les évènements dans leur globalité.

      concernant le fait que le coran n’accorde pas un grand intérêt à la parole de jésus et à son message...je vous conseille de (re)lire ces chapitres du coran : 3 "la famille d’imran", 5 "la table servie" et 19 "marie" .vous pourrez alors parler un peu plus en connaissance de cause.

      de plus, comme une personne l’a dit, une des conditions pour être musulman est de croire à toutes les écritures sacrées (dans leurs formes originales) de la thora de Moïse aux psaumes de David y compris les évangiles.

      le débat théologique n’est pas la question ici et sera stérile car chacun campera sur ces positions mais ayez l’honnêteté de ne pas énumérer sans un minimum d’explication des épisodes historiques et de les sortir hors de leur contexte historique. cela qui est parfaitement inutile et s’apparente à de la désinformation.


  • #296162
    le 03/01/2013 par Leader price
    Israël Shahak, entre courage et érudition

    Le judaïsme est une identité culturelle et non biologique. Les ashkénazes blonds aux yeux bleus ou les fellashas d’Afrique noire le prouvent de facto. Donc inutile de chercher un substrat biologique au judaïsme, a fortiori dans le sang, qui n’est qu’une métaphore de l’identité charnelle.
    A part ça, I. Shahak est très intéressant. Il faut lire et relire sa petite préface à l’article d’Oded Yinon, tout y est.
    http://www.info-palestine.net/artic...
    http://www.egaliteetreconciliation....

     

    • #296476
      le 04/01/2013 par Jean Robert
      Israël Shahak, entre courage et érudition

      Absolument d’accord avec vous.

      Ce que vous dites est rigoureusement exact mais sur ce site il semble difficile de combattre les préjugés de certains,


  • #296532

    "Le texte religieux des juifs, le Talmud, prescrit des commandements qu’ils n’ont pas à respecter à l’égard des non juifs. C’est bien le Christ et par la suite Paul de Tarse ou Saint Paul, qui ont universalisé ces prescriptions."

    La torah, pas le Talmud. Le Talmud s’est créé après JC


  • #296580

    "L’appartenance au judaïsme n’entraîne pas une appartenance à la nation israélienne puisque celle-ci contient des musulmans et des chrétiens. Elle [l’appartenance au Judaïsme] octroie en revanche des droits que les autres n’ont pas".

    On a ici la confirmation que la soumission à une confession (non choisie, puisqu’elle passe ici par le sang) a des prérogatives sur la Nation.

    A quoi cela sert-il d’aménager des États comme Israël, d’offrir des territoires, si c’est pour que la religion prévale ?

    Ils se doivent d’abandonner leur corpus moral, ou bien de le modifier (et en profondeur) : Le juif peut avoir des droits, mais qu’en est-il de ses obligations ?


  • #296684
    le 04/01/2013 par Shollywood
    Israël Shahak, entre courage et érudition

    J’ai commencé la lecture de la Controverse de Sion...tout ce que disent les Shahak,Sand etc,tout se rejoint,c’est dingue...,j’aurais bien aimé qu’on me conseille ce livre dès mon plus jeune âge...et puis on comprend mieux pourquoi l’Ancien Testament est contenu dans le même livre que le Nouveau pourtant clairement opposés...
    Un grand merci à Mr Alain Soral grâce à qui je me cultive,qui m’encourage à lire des livres, BORDEL,donc celui qui me dit encore que c’est un fasciste il a rien compris...jamais personne avait réussi à me faire lire autant,peut-être que je sentais qu’on nous proposait que de la merde à l’école lol !!!

     

    • #297520
      le 05/01/2013 par Grindsel Tirédunevi
      Israël Shahak, entre courage et érudition

      L’ancien testament a été nécessaire pour permettre au peuple juif d’accueillir le messie, ce qui a été accompli. On doit rendre hommage au peuple élu de l’ancien testament, mais pas aux juifs actuels, contrairement à la mode en vigueur depuis Vatican II, car le vrai Israël est l’Église, le peuple de la nouvelle alliance, même si de nos jours sa représentation terrestre est en crise. Je crois qu’on devrait critiquer la lecture de l’ancien testament faite dans le Talmud, qui est une lecture humaine et diabolique, mais pas l’ancien testament tiré hors de son contexte. L’ancien testament doit être lu à la lumière du nouveau testament.


    • #302256
      le 12/01/2013 par esperanza
      Israël Shahak, entre courage et érudition

      @ Grindsel Tirédunevi :
      exactement, d’ailleurs D. Reed explique bien qu’il y a en fait deux livres dans l’Ancien Testament, deux traditions, l’une sans doute surajoutée par les clercs, qui s’exprime également dans le Talmud (ou la prétendue "Torah orale""). Cela pourrait correspondre à l’idée contenue dans le Coran de "falsification".


  • Afficher les commentaires suivants