Egalité et Réconciliation
https://www.egaliteetreconciliation.fr/
 

Israël et l’Holocauste : le non-dit de l’histoire

 

 

Dans une vidéo récemment relayée par Gilad Atzmon [1], Alan Dershowitz, l’homme qui dit avoir gardé son slip chez Jeffrey Epstein, se lamente sur les résultats d’un sondage portant sur la connaissance de l’Holocauste parmi les Américains de 18 à 39 ans (commandé par la Conference on Jewish Material Claims Against Germany, soit la Conférence sur les revendications matérielles juives contre l’Allemagne). Une catastrophe :

« 63 % des personnes interrogées n’ont aucune idée du nombre de juifs tués. Beaucoup pensent que c’était un peu moins de 2 millions. Le chiffre de 6 millions – un chiffre iconique qui devrait être enseigné dans toutes les écoles du monde – est simplement inconnu de 63 % des jeunes aux États-Unis. 23 % pensent que l’Holocauste est un mythe, que ça n’est jamais arrivé, qu’il n’y a pas eu d’Holocauste. »

Plus incroyable encore :

« Un cinquième des jeunes de l’État de New York, soit 20 %, pensent que les juifs ont causé l’Holocauste » (la moyenne nationale est de 11 %).

 

 

Je suis intrigué : que veulent dire précisément ceux qui prétendent que « les juifs ont causé l’Holocauste » ? Il eût été utile de leur demander. Pensent-ils que les juifs ont causé l’Holocauste involontairement, ou bien volontairement ?

Dans le premier cas, l’idée est probablement que les juifs se seraient rendus insupportables auprès des Allemands. Dans le second cas, l’insinuation serait qu’une partie des juifs, les sionistes par exemple, auraient sciemment œuvré à la mort de millions d’autres juifs.

La question, notons bien, n’est pas de savoir si les sionistes ont eu besoin de l’Holocauste pour faire aboutir leur revendication. Personne ne doute que la création d’Israël après la Seconde Guerre mondiale n’ait été accordée aux juifs en compensation de la mort de six millions d’entre eux – « chiffre iconique » comme le note Dershowitz.

« L’État d’Israël est la réponse de Dieu à Auschwitz », dit moins prosaïquement Abraham Herschel [2].

À l’issu de la Première Guerre mondiale, un « holocauste menaçant » de « six millions » de juifs était déjà évoqué dans un article de The American Hebrew, qui se terminait par l’appel : « Israël a droit à une place au soleil [3] ». L’argument était alors de céder la Palestine aux juifs avant qu’ils ne succombent à un holocauste de six millions. À l’issu de la Seconde Guerre mondiale, l’argument d’un holocauste de six millions de juifs, non plus menaçant mais accompli, pesait d’un tout autre poids.

Il faut rappeler la stratégie sioniste pensée par Theodor Herzl lui-même. Herzl a lancé son mouvement dans le contexte de la vague d’antisémitisme causée par l’affaire Dreyfus, et il a exprimé à maintes reprises dans son journal sa conviction de la nécessité de l’antisémitisme pour le sionisme.

« Ainsi l’antisémitisme contient-il la Volonté divine pour le Bien, parce qu’il nous force à serrer les rangs, il nous unit sous la pression, et à travers notre unité il nous rendra libres. [4] »

« L’antisémitisme est une force motrice qui, comme la vague du futur, amènera les juifs vers la terre promise. [5] »

Selon cette logique, la force motrice sera proportionnelle à la violence de l’antisémitisme, réel ou proclamé.

Il y a une application pratique évidente. On sait par exemple que, là où il y avait trop peu d’antisémitisme, les terroristes sionistes n’ont pas hésité à perpétrer de faux attentats antisémites pour pousser les juifs vers la Palestine. Entre 1950 et 1951, la ville de Bagdad fut frappée par une série d’explosions ayant pour cible les juifs irakiens, causant des morts, des blessés et des dégâts matériels. Ces attentats à la bombe furent imputés aux nationalistes arabes. La nuit même où eut lieu le premier attentat, des tracts sionistes enjoignaient « toute la tribu de Sion vivant à Babylone » à faire son alya. Dans les mois suivants, approximativement 125 000 juifs quittèrent l’Irak pour Israël. Mais la police irakienne découvrit que ces attentats à la bombe avaient été perpétrés par une vingtaine de juifs sionistes [6].

L’Holocauste ne rentre évidemment pas dans ce schéma. Et le fait que l’État d’Israël soit sorti de l’Holocauste ne signifie pas que les sionistes aient voulu l’Holocauste. C’est pourtant la thèse défendue par le rabbin antisioniste Moshe Shonfeld dans son livre The Holocaust Victims Accuse [7], qui « expose les dirigeants du sionisme comme des criminels de guerre, qui ont contribué leur part dans la destruction de six million des nôtres ». Selon Shonfeld, « les dirigeants sionistes voyaient le sang juif versé durant l’Holocauste comme de l’huile pour les roues de l’État national juif. [8] »

 

Faire des juifs allemands des ennemis de l’État allemand

Sur quelles bases s’appuie le Reb Shonfeld pour prétendre que les sionistes ont une responsabilité dans l’Holocauste ? Tout d’abord, il dénonce la violente campagne orchestrée contre Hitler dès 1933, par des sionistes anglais et américains bien en sécurité dans leurs pays respectifs :

« Ils excitèrent sa colère et sa haine encore davantage, et le conduisirent entièrement au bord de la folie, en demandant un boycott des marchandises allemandes. […] Dans une large mesure, ce sont eux qui ont poussé à bout ce chien fou, Hitler, dans ses délires insensés et ses actions en conséquence. [9] »

En effet, le 24 mars 1933, le Daily Express fit paraître en première page une déclaration de guerre économique des « juifs du monde » contre l’Allemagne. On y lisait :

« Quatorze millions de juifs dispersés dans le monde entier se sont unis comme un seul homme […] pour soutenir les 600 000 juifs d’Allemagne. »

Cette déclaration retentissante mettait les juifs allemands en grand danger, en les assimilant à des ennemis intérieurs de l’Allemagne, des conspirateurs contre l’État national-socialiste.

 

 

Aux États-Unis, la campagne de boycott économique contre l’Allemagne fut menée par l’avocat d’affaire Samuel Untermeyer, président de la Keren Hayesod, une organisation de levée de fonds pour le mouvement sioniste. Dans un discours radiophonique reproduit par le New York Times du 7 août 1933, il appelait à une « guerre sainte » contre l’Allemagne, « menée sans merci », et qualifiait de « traître à sa race » tout juif qui ne participerait pas à ce boycott. L’appel au boycott était justifié par les atrocités commises en Allemagne contre les juifs. Mais ces atrocités n’étaient alors que des rumeurs, fabriquées pour la presse occidentale – que les nazis dénonçaient comme un pouvoir juif. Plusieurs organisations et personnalités juives allemandes protestèrent contre ces rumeurs mensongères dans un livret édité en mai 1933 par le juif Jakow Trachtenberg, en trois langues, La Propagande d’atrocités n’est que mensonge déclarent les Juifs allemands eux-mêmes. Dans son avant-propos, Trachtenberg souligne l’irresponsabilité de ces mensonges colportés à l’étranger sur de prétendues atrocités contre les juifs d’Allemagne, mensonges qui pourraient conduire à des véritables atrocités dans la mesure où ils apparaissaient aux Allemands comme la preuve d’un complot juif contre l’Allemagne [10].

 

 

En engageant les juifs allemands à participer au sabotage de l’économie allemande, la déclaration de guerre et l’appel au boycott lancés par la communauté juive internationale donnaient un prétexte aux nationaux-socialistes, non seulement pour la suppression des droits civiques des juifs allemands, mais encore pour la restriction de leur liberté. Par comparaison, lorsque les États-Unis entrèrent en guerre contre le Japon, tous les Japonais ethniques vivant aux États-Unis, qu’ils soient ou non citoyens américains, furent déportés et enfermés dans des camps de concentration, sous le prétexte qu’ils étaient « inassimilables » et ataviquement loyaux à l’Empereur du Japon.

En insistant dès 1933 pour mobiliser tous les juifs ethniques du monde, y compris ceux d’Allemagne, dans la guerre contre l’Allemagne, les sionistes savaient bien ce qu’ils faisaient : ils poussaient le Reich vers une politique de stigmatisation, de ségrégation, de déportation et d’enfermement des juifs allemands. Et cependant, ce n’est pas avant septembre 1941 que l’étoile jaune leur fut imposée, et ce n’est qu’en 1942 que les juifs furent systématiquement déportés en tant qu’ennemis de la nation [11]. Il ne faut pas oublier que « la destruction des juifs européens ne fut pas une cause de la guerre, mais une horrible conséquence de la guerre », comme le dit Pat Buchanan dans son livre capital sur les responsabilités de la guerre [12].

Même aux États-Unis, des voix juives s’élevèrent contre l’irresponsabilité du boycott de l’Allemagne. Le rabbin Harry Waton écrira en 1939 dans son Program for the Jews :

« Par ce stupide boycott, ils aggravent la situation des juifs en Allemagne. Dans leur vanité et leur stupidité, les juifs de ce pays ne réalisent pas combien il est inhumain et cruel de sacrifier les juifs d’Allemagne pour satisfaire une vanité stupide et folle. […] Six ans se sont écoulés depuis que les juifs hors d’Allemagne ont déclaré la guerre à l’Allemagne nazie et à l’Italie fasciste. Les juifs n’admettront jamais que les récents pogroms ont beaucoup à voir avec leur stupide boycott. [13] »

La stupidité n’est peut-être pas la bonne explication. On misera plutôt sur le cynisme et le machiavélisme (ne jamais oublier ce qu’a écrit Michael Ledeen, fondateur du Jewish Institute for National Security Affairs (JINSA), au sujet de Machiavel : « Écoutez sa philosophie politique et vous entendrez la musique juive [14] »).

Comme on pouvait s’y attendre, cinq jours après la déclaration de guerre économique de la communauté juive internationale, Hitler annonça un contre-boycott des entreprises juives à titre de « mesure défensive contre la propagande juive à l’étranger. » Ce boycott ne dura qu’un seul jour et fut peu suivi.

Le premier pogrom contre les juifs d’Allemagne eut lieu dans la nuit du 9 au 10 novembre 1938. C’est la fameuse « Nuit de cristal », qui fit une centaine de morts et déclencha un déluge de protestation dans la presse étrangère. Elle avait été provoquée par l’assassinat à Paris du diplomate allemand Ernst von Rath par un jeune juif de 17 ans, Herschel Grynszpan. Grynszpan lui-même avoua que son geste avait été motivé par les rumeurs quotidiennes d’atrocités contre les juifs en Allemagne qu’il lisait dans le journal yiddish Paryzer Haynt. De son côté, la presse allemande n’eut aucun mal à établir un lien entre Grynszpan et la Ligue internationale contre l’antisémitisme (LICA), fondée en 1927 pour défendre un autre assassin juif, Samuel Schwartzbard [15].

Selon Ernst Nolte, l’assassinat de von Rath intervenait alors que l’antisémitisme était encore au second plan de la propagande nationale-socialiste, loin derrière l’anticommunisme :

« Après les lois de Nuremberg, les juifs allemands avaient connu quelques années de relative tranquillité durant lesquelles on encouragea leur départ pour l’étranger, le grand nombre de ceux qui demeuraient dans le pays pouvant alors mener une vie communautaire d’une diversité et d’une vitalité étonnantes. Sur le plan économique, les positions juives ne paraissaient guère atteintes si l’on était attentif au fait que, au bas des lois relevant de l’économie politique, il n’était pas rare de voir les signatures de plusieurs banquiers juifs côtoyer celle de Hitler [16] »

Les premiers camps de concentration en territoire allemands étaient déjà surpeuplés, mais aucun juif n’était alors officiellement interné en raison de sa judéité. Pourtant, dès 1936, les sionistes américains évoquaient déjà « la souffrance intolérable de millions de juifs dans l’holocauste européen », pour exiger de l’Angleterre « l’établissement d’une nation juive libre en Palestine capable de fournir un refuge aux millions de Juifs persécutés en Europe de l’Est et en Allemagne [17]. »

 

De l’huile sur le feu

Le 30 janvier 1939, dans une ultime tentative de dissuader l’Angleterre de déclarer la guerre à l’Allemagne, Hitler envoya depuis la tribune du Reichstag un « avertissement prophétique aux juifs », reproduit dans la presse nationale-socialiste :

« Si la finance juive internationale en Europe et hors d’Europe devait parvenir encore une fois à précipiter les peuples dans une guerre mondiale, alors le résultat ne serait pas la bolchevisation du monde, et par là la victoire du judaïsme, mais au contraire l’anéantissement [Vernichtung] de la race juive en Europe [18]. »

L’Angleterre déclara la guerre à l’Allemagne le 3 septembre 1939, et, comme par provocation, le Congrès juif mondial (fondé en 1936 pour rallier les juifs du monde entier contre Hitler) en revendiqua le mérite.

 

 

Hitler répéta solennellement sa prophétie deux ans plus tard jour pour jour, cette fois à l’adresse des États-Unis. La presse américaine se moqua de son numéro de prophète. Le New York Times, propriété de la famille Sulzberger et archétype de la presse juive aux yeux des nazis, répondit dans un éditorial :

« Il n’est pas le moindre précédent qui prouve qu’il tiendra sa promesse ou donnera suite à une menace. Si l’on peut avoir une certitude, c’est que la seule chose qu’il ne fera pas, c’est ce qu’il dit qu’il fera. [19] »

Jeffrey Herf, qui cite cet article, estime qu’il démontre une grave méconnaissance de Hitler, mais il faut plutôt y voir, je pense, une perfide intention de piquer son orgueil bien connu, et le pousser à mettre sa menace à exécution.

Durant la guerre, tout fut fait pour intensifier la rage des Allemands contre les juifs vivant à leurs côtés. Au début de 1941 parut le brûlot de l’affairiste juif américain Theodore Kaufman, Germany Must Perish, prônant « l’extinction de la nation allemande et l’éradication totale de la Terre de tout son peuple », en stérilisant tous les hommes allemands de moins de soixante ans, et les femmes de moins de quarante cinq ans, ce qui pouvait être réalisé en moins d’un mois par environ vingt milles chirurgiens. « En conséquence, en l’espace de deux générations, […] l’élimination du germanisme et de ses porteurs aura été accomplie [20]. »

Interviewé par le Canadian Jewish Chronicle, Kaufman parle de la « mission » des juifs de guider l’humanité vers une « paix perpétuelle » ; grâce à eux, « le monde se développera lentement mais sûrement en un paradis » ; mais dans l’immédiat, « stérilisons tous les Allemands et les guerres de domination mondiale prendront fin [21]. »

 

 

Le ministre de la Propagande Joseph Goebbels fit imprimer une traduction de ce texte et le fit lire à la radio, afin, écrit-il dans son journal, de montrer à chaque Allemand et chaque Allemande ce qui les attend « s’ils montrent à nouveau, comme en novembre 1918, un signe de faiblesse ». En affirmant en outre que les juifs allemands étaient de son avis, Kaufman intensifiait l’hostilité des Allemands contre les juifs.

Louis Marschalko, dans The World Conquerors : The Real War Criminals (1958), cite quelques autres auteurs juifs américains et anglais prônant une « solution finale » à la « question allemande » : Leon Dodd, qui dans How Many World Wars (1942), proclame qu’aucune Allemagne et aucune race allemande ne doit être laissée après la guerre ; Charles Heartman, qui dans There Must Be No Germany After This War (1942), exige également l’extermination physique du peuple allemand ; Einzig Palil, qui dans Can We Win the Peace ? (1942), suggère le démembrement de l’Allemagne et la démolition totale de son industrie ; Ivor Duncan, qui dans le numéro de mars 1942 de Zentral Europa Observer, demandait la stérilisation de quarante millions d’Allemands, estimant le coût total à cinq millions de livres sterling ; Richard Brickner, dans Is Germany Incurable ? (1943), propose une « thérapie de choc » [22].

Tout cela semblait donner raison à Hitler, qui affirmait dans son discours à la nation du Nouvel An 1940 :

« L’ennemi mondial judéo-capitaliste qui nous affronte n’a qu’un but : exterminer l’Allemagne et le peuple allemand. »

Lorsque le 24 janvier 1943, le président Roosevelt exigea une capitulation inconditionnelle de l’Allemagne, fermant la porte à toute sortie négociée de la guerre, il acculait les Allemands dans une lutte désespérée. Les bombardements massifs des villes ordonnés par Churchill, dans lesquels sept cent mille personnes, femmes, enfants et vieillards principalement, périrent dans des souffrances et des terreurs inconcevables, étaient aux yeux des Allemands la preuve d’une volonté d’extermination qui ne leur laissait d’autre choix que de résister jusqu’à l’anéantissement [23]. Tout cela était fait dans le plus grand mépris du sort des juifs des territoires occupés, dont plusieurs millions croupissaient déjà dans des camps dans des conditions épouvantables.

Peu après le débarquement en Normandie, Roosevelt et Churchill discutèrent de l’avenir de l’Allemagne lors de la deuxième conférence de Québec du 11 septembre 1944, et signèrent un projet élaboré sous la direction du juif américain Henry Morgenthau Jr, secrétaire du Trésor. Ce Suggested Post-Surrender Program for Germany « projette de transformer l’Allemagne en un pays essentiellement agricole et pastoral », en démantelant et en transportant vers les pays alliés « toutes les installations industrielles et les équipements non détruits par une action militaire » et en imposant le « travail forcé allemand hors d’Allemagne ». La révélation de ce Plan Morgenthau par le Wall Street Journal du 23 septembre 1944 a poussé les Allemands dans une lutte désespérée pour leur survie, et dans une rage accrue contre les juifs, dont ils connaissaient l’influence sur Roosevelt [24].

 

L’alya ou la mort

Durant la guerre, tandis que les juifs des territoires sous contrôle allemand se trouvaient dans une situation critique, tous les projets pour leur venir en aide furent entravés par les sionistes, comme le montre Shonfeld par de nombreux exemples. En 1941, le Comité pour le boycott de l’Allemagne, une branche du Congrès Juif mondial dirigé par Stephen Wise, demanda aux associations juives américaines de cesser tous les envois humanitaires destinés aux juifs de Pologne. Nathan Schwalb, chef de l’Agence juive en Suisse, s’opposa également à toute aide humanitaire destinée à ces mêmes juifs d’Europe de l’Est, sous le prétexte suivant :

« Si nous n’apportons pas de sacrifices, avec quoi obtiendrons-nous le droit de nous asseoir à la table quand ils feront la répartition des nations et des territoires après la guerre ? […] c’est seulement par le sang que la terre sera à nous. [25] »

Quant à la solution de l’émigration des juifs européens, la politique sioniste était de l’entraver systématiquement pour tout autre destination que la Palestine. Déjà en 1938, les sionistes anglo-américains avaient fait échouer la « Conférence internationale d’Évian sur les problèmes politiques et économiques causés par l’expulsion des juifs du Reich » et la résolution des démocraties occidentales d’ouvrir leurs frontières aux juifs dont l’Allemagne souhaitait se débarrasser. David Ben Gourion s’opposa à ce projet, car cela « mettra en danger l’existence du sionisme [26]. » « Nous devons donner une réponse sioniste à la catastrophe que subissent les juifs allemands – transformer ce désastre en une occasion pour développer notre pays » avait-il déclaré dès 1935, et il déclarera à nouveau le 8 décembre 1942, à l’assemblée des militants du Mapaï :

« La tâche du sioniste n’est pas de sauver le "reste" d’Israël qui se trouve en Europe, mais de sauver la terre d’Israël pour le peuple juif. [27] »

Les juifs allemands devaient soit se convertir au sionisme et émigrer en Palestine – mais les Britanniques n’autorisaient que des quotas limités – soit être abandonnés à leur sort, dans les deux cas, au profit ultime du sionisme. Lorsque la guerre a éclaté, il restait en Allemagne environ 275 000 juifs qui, faute d’un visa accordé par un pays étranger, ne pouvaient émigrer. Hitler ironisait dans son discours du 30 janvier 1939 :

« C’est un spectacle honteux de voir comment le monde démocratique tout entier suinte de sympathie pour le peuple juif pauvre et tourmenté, mais reste dur et obstiné quand il s’agit de les aider, ce qui est certainement, compte tenu de son attitude, un devoir évident. Les arguments qui sont invoqués comme excuse pour ne pas les aider sont très parlant pour nous, Allemands et Italiens. Car voici ce qu’ils disent : 1. "Nous, les démocraties, ne sommes pas en mesure d’accueillir les juifs". Pourtant, dans ces empires, il n’y a pas 10 personnes au kilomètre carré. Alors que l’Allemagne, avec ses 135 habitants au kilomètre carré, est censée avoir de la place pour eux ! 2. Ils nous assurent : "Nous ne pouvons les prendre que si l’Allemagne est prête à leur permettre d’apporter un certain capital en tant qu’immigrants". [28] »

Le mépris des sionistes pour la vie des juifs d’Allemagne est illustré par la tragédie du Patria : en novembre 1940, les Britanniques empêchèrent le débarquement à Haïfa de 3600 juifs venus volontairement d’Allemagne sur trois navires affrétés par le Bureau central pour l’émigration juive (dirigé par Adolf Eichmann). Les hommes de l’Irgun et de la Haganah firent alors couler par un engin explosif le navire sur lequel les Britanniques avaient réunis ces malheureux juifs, le Patria, en voulant faire croire que les passagers avaient eux-mêmes sabordé le navire parce qu’ils préféraient mourir qu’être refoulés de la terre promise.

En 1944, un nouvel effort de Roosevelt pour ouvrir les frontières des pays alliés aux réfugiés juifs fut de nouveau avorté par les sionistes américains. Lorsque Morris Ernst, envoyé par Roosevelt à Londres pour discuter du projet, revint avec l’accord britannique d’accueillir 150 000 réfugiés, Roosevelt fut satisfait, certain que l’Angleterre ferait de même et que d’autres pays suivraient l’exemple. Mais une semaine plus tard, Roosevelt annonça à Ernst l’abandon du projet, « parce que le leadership juif dominant de l’Amérique s’y oppose ». Les sionistes, expliqua Roosevelt, « savent qu’ils peuvent récolter d’énormes sommes pour la Palestine en disant aux donateurs : "Il n’y a pas d’autre endroit où ce pauvre juif puisse aller." Mais s’il y a un asile politique mondial, ils ne pourront plus lever leur argent. » Incrédule, Ernst fit le tour de ses contacts juifs, qui le traitèrent de traître ; on l’accusa de vouloir « saper le sionisme politique » par son plan d’accueil des juifs allemands [29]. Les mêmes juifs américains qui, jusqu’aux années 1930, militaient en faveur de la levée des restrictions sur l’immigration juive, voulaient maintenant que les juifs d’Europe restent piégés sous le régime nazi, jusqu’à ce que les survivants puissent être forcés d’immigrer en Palestine.

Ils le furent en effet. Abraham Klausner, autorité rabbinique du camp de concentration de Dachau après sa libération en avril 1945, écrit dans un rapport du 2 mai 1948 à l’American Jewish Conference, de tendance sioniste :

« Je suis convaincu qu’il faut forcer les gens à aller en Palestine. Ils ne sont pas en état de comprendre ni leur propre situation ni les promesses du futur. […] Il faut garder à l’esprit que nous avons affaire à des gens malades. Il ne faut pas leur demander, mais leur dire ce qu’ils doivent faire. »

Les moyens de les « forcer » à émigrer en Palestine contre leur volonté incluent propagande (rumeurs de pogroms aux États-Unis, où la plupart souhaitaient aller), harcèlement, brimades, confiscation de nourriture. L’opération est une réussite : entre 1945 et 1952, près d’un million de juifs s’installent dans les territoires évacués par les Palestiniens [30].

 

Les bons juifs du Reich

Les juifs allemands qui ont le plus souffert sous le régime hitlérien n’étaient pas les sionistes. Ces derniers étaient considérés par les autorités allemandes comme les bons juifs [31]. Et pour cause : ils encouragèrent lois raciales promulguées à Nuremberg le 15 septembre 1935. La Fédération sioniste d’Allemagne avait adressé en 1933 un mémorandum au nouvel État allemand, exprimant sa sympathie pour l’idéologie du Führer :

« Notre reconnaissance de la nationalité juive assure une relation claire et sincère avec le peuple allemand et ses réalités nationales et raciales. Précisément parce que nous ne voulons pas falsifier ces principes fondamentaux, parce que nous aussi, nous sommes contre le mariage mixte, nous sommes pour le maintien de la pureté du groupe juif et nous rejetons toute atteinte dans le domaine culturel. [32] »

Le sioniste Joachim Prinz écrivit dans son livre Wir Juden (« Nous les juifs »), paru à Berlin en 1934 :

« Nous voulons que l’assimilation soit remplacée par une nouvelle loi : la déclaration d’appartenance à la nation et à la race juives. Un État fondé sur le principe de la pureté de la nation et de la race ne peut qu’être honoré et respecté que par un juif qui déclare son appartenance à sa propre race. [33] »

C’est donc très logiquement que Reinhardt Heydrich, chef du service de sécurité SS, expliquait en 1935 dans Das Schwarze Korps :

« Nous devons séparer les juifs en deux catégories : les sionistes et ceux qui sont en faveur de l’assimilation. Les sionistes adhèrent à une position raciale stricte et en émigrant en Palestine, ils aident à construire leur propre État juif. […] Le temps n’est pas si lointain où la Palestine pourra à nouveau accepter ses fils perdus depuis plus de mille ans. Nos meilleurs vœux ainsi que notre bonne volonté officielle les accompagnent. [34] »

Dans le cadre de l’Accord de transfert (Haavara) signé le 7 août 1933 entre l’Agence juive et l’Allemagne, représentée par Adolf Eichmann, soixante mille riches juifs allemands furent autorisés à s’installer avec leur fortune en Palestine, une contribution décisive à la colonisation juive [35]. Selon l’agence de presse sioniste Palcor, le chiffre des juifs immigrés en Palestine depuis les territoires contrôlés par l’Allemagne aurait atteint un demi-million en 1940 [36]

Il n’y a pas de contradiction entre, d’une part, la collaboration des sionistes allemands avec l’hitlérisme, et d’autre part, l’agitation des sionistes anglais et américains contre l’Allemagne hitlérienne. L’historien David Irving écrit que « les responsables de la Haganah avec lesquels Adolf Eichmann négocia durant son voyage en Palestine en novembre 1937 avaient laissé entendre que cela servirait leurs intérêts si les choses chauffaient un peu pour les Juifs d’Allemagne, afin d’accélérer l’émigration en Palestine [37]. » Cette affirmation n’est pas sourcée, mais elle est conforme à la stratégie sioniste, pensée par Herzl lui-même. Et l’on a vu que, de 1933 à 1945, les sionistes anglais et américains ont tout fait pour que ça chauffe !

 

Yahvé est-il antisémite ?

La majorité des juifs victimes de la répression hitlérienne étaient des juifs « assimilationnistes », qui n’avaient aucune sympathie pour le sionisme. Comme Hannah Arendt l’a rappelé, « tous les postes importants de la Reichsvereinigung (l’organisation officielle des juifs dans le Troisième Reich) nommée par les nazis étaient détenus par des sionistes. » Cela « conduisit à une situation dans laquelle la majorité non sélectionnée des Juifs se trouva inéluctablement aux prises avec deux ennemis – les autorités nazies et les autorités juives [38]. »

Le Reb Shonfeld apporte de nombreuses illustrations de la cruauté des sionistes à l’égard des juifs sur lesquels ils régnaient dans les ghettos.

Que les juifs portés à l’assimilation aient en quelque sorte payé de leur vie pour que naisse un État juif fondé sur le rejet de l’assimilation et la pureté ethnique, cela est conforme au schéma biblique. La notion vient directement du Deutéronome :

« Si ton frère, fils de ton père ou de ta mère, ou ton fils ou ta fille, ou l’époux que tu embrasses, ou ton ami le plus intime, essaie secrètement de te séduire en disant : "Allons servir d’autres dieux" […], Tu le lapideras jusqu’à ce que mort s’ensuive, car il a cherché à t’égarer loin de Yahvé ton dieu […]. Tout Israël, en l’apprenant, sera saisi de crainte et cessera de pratiquer ce mal aux milieu de toi. » (Deutéronome 13,7-12)

Pire encore, si « dans l’une des villes que Yahvé ton dieu t’a données pour y habiter, des hommes, des vauriens, issus de ta race, ont égaré leurs concitoyens en disant : "Allons servir d’autres dieux" […], tu devras passer au fil de l’épée les habitants » et réduire la ville en cendres, afin qu’ « elle devienne pour toujours une ruine ». Voilà, conclut le passage, « ce qui est juste aux yeux de Yahvé ton dieu » (13,13-19). 

« Servir d’autres dieux », cela signifie rechercher l’assimilation avec les peuples hôtes. Aux yeux de Yahvé, les juifs assimilés méritent la mort, et leur mort doit servir d’exemple. Quand, au IIe siècle av. J.-C., des Israélites dirent : « Allons, faisons alliance avec les nations qui nous entourent, car depuis que nous nous sommes séparés d’elles, bien des maux nous sont advenus » (1 Maccabées 1,11), les fils de Maccabées alliés aux Hassidim « se composèrent une forte armée, frappèrent les pécheurs dans leur colère et les mécréants dans leur fureur ». Ils « circoncirent de force tous les enfants incirconcis qu’ils trouvèrent sur le territoire d’Israël » (2,44-46). Après quoi ils établirent leur théocratie.

La Torah montre que le règne de terreur de Yahvé repose sur le sacrifice des juifs assimilationnistes. Dans le Livre des Nombres, lorsqu’un Israélite eut l’audace de comparaître devant Moïse avec sa femme madianite, Phinas, le petit-fils d’Aaron, « saisit une lance, suivit l’Israélite dans l’alcôve, et là il les transperça tous les deux, l’Israélite et la femme, en plein ventre ». Yahvé félicita Phinas d’avoir eu « la même jalousie que moi » et, en récompense, lui donna « pour lui et pour sa descendance après lui, […] le sacerdoce à perpétuité » (Nombres 25,11-13). Méditons sur ce fait que, selon la Bible, le sacerdoce aaronite était une récompense pour le double meurtre d’un Israélite assimilationniste et de sa femme non juive.

L’histoire de l’Exode 32 est encore plus révélatrice. Après l’épisode du Veau d’Or, Moïse conspire avec les fils de Lévi qui se rallient autour de lui :

« Il leur dit : "Ainsi parle Yahvé, le Dieu d’Israël : ceignez chacun votre épée sur votre hanche, allez et venez dans le camp, de porte en porte, et tuez qui son frère, qui son ami, qui son proche." Les fils de Lévi firent ce que Moïse avait dit, et du peuple, il tomba ce jour-là environ trois mille hommes. Moïse dit : "Vous vous êtes aujourd’hui conféré l’investiture pour Yahvé, qui au prix de son fils, qui au prix de son frère, de sorte qu’il vous donne aujourd’hui la bénédiction." » (Exode 32,27-29)

Dans le Livre des Nombres, chapitres 16 et 17, un groupe de deux cent cinquante Lévites, dirigé par Koré, sont eux-mêmes exterminés pour s’être rebellés contre Moïse et Aaron. « Je vais détruire [cette communauté] en un instant », dit Yahvé, et « un feu jaillit de Yahvé, qui consuma les deux cent cinquante hommes porteurs d’encens » (16,20-35). « Le lendemain, toute la communauté des Israélites murmura contre Moïse et Aaron en disant : "Vous avez fait périr le peuple de Yahvé !" » Alors Yahvé dit : « Je vais détruire (cette communauté) en un instant », et une épidémie décima quatorze mille sept cents d’entre eux (17,6-14).

Ce que ces épisodes soulignent, c’est que l’autorité de Yahvé et de ses élites représentatives (c’est une seule et même chose) est entièrement fondée sur la violence et la terreur contre les Israélites eux-mêmes. Les juifs qui défient leurs chefs et qui se socialisent avec leurs voisins non-juifs, qui mangent avec eux, qui se marient avec eux, et qui, en faisant tout cela, font preuve de respect envers leurs dieux, sont, selon l’idéologie biblique, des traîtres à Yahvé et à leur race, qui attirent sur leur communauté la colère de Yahvé et méritent d’être éliminés sans pitié. Leur extermination plaît à Yahvé et régénère le peuple.

C’est peut-être là, au fond, la vraie raison pour laquelle les juifs d’Europe morts sous l’occupation nazie sont désignés comme un Holocauste. Un « holocauste » désigne dans la traduction grecque de la Torah le sacrifice propiatroire d’animaux entièrement consumés, offert par les prêtres à Yahvé, qui en apprécie « l’agréable odeur » (Genèse 8,21). Selon le livre d’Esdras, par exemple, un gigantesque holocauste de taureaux, béliers et agneaux fut offert à Yahvé par les Judéo-Babyloniens qui colonisèrent la Palestine avec le soutien politique, militaire et financier de l’empereur de Perse (Esdras 7,17).

 

 

Laurent Guyénot

 

Notes

[1] https://www.egaliteetreconciliation...

[2] Abraham Herschel, Israel : An Echo of Eternity, Doubleday, 1969, p. 115.

[3] Martin H. Glynn, “The Crucifixion of Jews Must Stop !” The American Hebrew, 31 octobre 1919, sur www.jrbooksonline.com

[4] The Complete Diaries of Theodor Herzl, edited by Raphael Patai, Herzl Press and Thomas Yoseloff, 1960, vol. 1, p. 231. Les 5 volumes des journaux de Herzl se trouvent sur archive.org

[5] The Complete Diaries of Theodor Herzl, op. cit., vol. 2, p. 581.

[6] Naeim Giladi, Ben Gourion’s Scandals : How the Haganah and Mossad Eliminated Jews (1992), Dandelion Books, 2003.

[7] https://www.truetorahjews.org/image...

[8] Reb Moshe Shonfeld, The Holocaust Victims Accuse : Documents and Testimony of Jewish War Criminals, Bnei Yeshivos, 1977, p. 2, 24

[9] Reb Moshe Shonfeld, The Holocaust Victims Accuse, op. cit., p. 7

[10] Ernst Nolte, La Guerre civile européenne. National-socialisme et bolchevisme (1917-1945), Perrin, 2011, p. 81-82.

[11] Florent Brayard, Auschwitz. Enquête sur un complot nazi, Seuil, 2012, p. 42-43.

[12] Patrick J. Buchanan, Churchill, Hitler, and “The Unnecessay War”, Crown, 2008, p. 311.

[13] Harry Waton, A Program for the Jews and an Answer to All Anti-Semites, 1939 (archive.org), p. 48.

[14] Michael Ledeen, « What Machiavelli (A Secret Jew ?) Learned from Moses », Jewish World Review, 7 juin 1999, sur www.jewishworldreview.com/06...

[15] David Irving, Hitler’s War, Focal Point, 2002, p. 143.

[16] Ernst Nolte, La Guerre civile européenne, op. cit., p. 418.

[17] New York Times du 30 mai 1936, cité dans M. S. King, The Bad War : The Truth Never Told About World War 2, 2015, p. 105.

[18] Cité dans Florent Brayard, La « solution finale de la question juive ». La technique, le temps et les catégories de la décision, Fayard, 2004, p. 380-381.

[19] “When Hitler Threatens,” New York Times, 13 janvier 1941, p. 18, cité dans Jeffrey Herf, L’Ennemi juif. La propagande nazie, 1939-1945, Calmann-Lévy, 2011.

[20] Theodore Kaufman, Germany Must Perish, Argyle Press, 1941 (archive.org), p. 30

[21] The Canadian Jewish Chronicle, 26 septembre 1941, cité dans Brandon Martinez, Grand Deceptions : Zionist Intrigue in the 20th and 21st Centuries, Progressive Press, 2014

[22] Louis Marschalko, The World Conquerors : The Real War Criminals, 1958 (archive.org), p. 105

[23] Ernst Nolte, La Guerre civile européenne, op. cit., p. 710

[24] Cité dans David Irving, Nuremberg : The Last Battle, Focal Point, 1996, p. 20

[25] Reb Moshe Shonfeld, The Holocaust Victims Accuse, op. cit., p. 27 et 45.

[26] Alan Hart, Zionism : The Real Enemy of the Jews, vol. 1 : The False Messiah, Clarity Press, 2009, p. 164.

[27] Cité dans Tom Segev, Le Septième million. Les Israéliens et le Génocide, Liana Levi, 1993, p. 37-38, 171.

[28] https://www.yadvashem.org/docs/extr...

[29] John Mulhall, America and the Founding of Israel : An Investigation of the Morality of America’s Role, Deshon, 1995, p. 109

[30] Alfred Lilienthal, What Price Israel ? Infinity Publishing, 2003, p. 148-150.

[31] Lenni Brenner, Zionism in the Age of Dictators, Lawrence Hill & Co, 1983

[32] Lucy Dawidowicz, A Holocaust Reader, Behrman House, 1976, p. 150-155

[33] Cité dans Israel Shahak, Jewish History, Jewish Religion : The Weight of Three Thousand Years, Pluto Press, 1994, p. 86

[34] Cité dans Heinz Höhne, The Order of the Death’s Head : The Story of Hitler’s SS, Penguin Books, 2001, p. 133

[35] Tom Segev, Le Septième million. Les Israéliens et le Génocide, Liana Levi, 1993.

[36] Benton L. Bradberry, The Myth of German Villainy, AuthorHouse, 2012, p. 213. Traduction française : Le Sale Boche raconté aux braves gens, traduit et adapté de l’américain par Valérie Devon, Didi18 édition, 2020.

[37] David Irving, Hitler’s War, op. cit., p. 143.

[38] Hannah Arendt, Eichmann à Jérusalem. Rapport sur la banalité du mal (1963), Gallimard, « Folio/histoire », 1997, p. 136

Retrouvez Laurent Guyénot sur E&R :

 
 



Article ancien.
Les commentaires sont désactivés



Alerter

51 Commentaires

AVERTISSEMENT !

Eu égard au climat délétère actuel, nous ne validerons plus aucun commentaire ne respectant pas de manière stricte la charte E&R :

- Aucun message à caractère raciste ou contrevenant à la loi
- Aucun appel à la violence ou à la haine, ni d'insultes
- Commentaire rédigé en bon français et sans fautes d'orthographe

Quoi qu'il advienne, les modérateurs n'auront en aucune manière à justifier leurs décisions.

Tous les commentaires appartiennent à leurs auteurs respectifs et ne sauraient engager la responsabilité de l'association Egalité & Réconciliation ou ses représentants.

  • Les articles de Guyenot sont toujours très instructifs...
    Le mot holocauste ne veut-il pas dire sacrifice ?
    Un sacrifice ne peut se faire qu’à l’intérieur d’un même ensemble, on ne "sacrifie" pas un ennemi...

     

    • #2576755

      @Si vous me permettez yul, "instructif" est un euphémisme. Laurent Guyénot, Pierre Hillard sont un véritable rouleau-compresseur des idées reçues, un changement complet de perspectives, parmi cette génération d’historiens.

      J’apprécie infiniment feu Jean de Viguerie, le brillant Emmanuel de Waresquiel, sur les sujets immenses de la fin de la monarchie française mais là, sur les thématiques de la Seconde Guerre Mondiale, il y faut un courage intellectuel littéralement hors-du-commun, pour s’attaquer aux dogmes quasi religieux, qui fondent notre Histoire contemporaine.


    • #2576840

      Bonne remarque, toutefois pas forcément valable à tous les cas. En effet on peut sacrifier des ennemis, esclaves...à une déité ou tout autre entité qui en ferait la demande. Les Mayas faisaient des razzias de "bétail" humain chez des tribus ennemis ou voisines pour alimenter leur rituel de sacrifices de masse...
      Dans le cas de la seconde guerre mondiale la vrai dire question que l’on devrait poser c’est pourquoi ont-t-il nommé le meurtre de masse des Juifs holocauste, c’est à dire sacrifice ? Les Allemands ont sacrifié à qui, à quoi, pour quoi, pour qui les Juifs ? Car si on peut tout aussi bien sacrifier les siens ou les autres c’est toujours pour quelqu’un et dans l’espérance de quelque chose en retour.


    • #2576913
      le 26/10/2020 par Jérômeproudhon
      Israël et l’Holocauste : le non-dit de l’histoire

      A goypride. Je suis persuadé que bhl s’est sacrifié, et accepte d’être sacrifié aujourd’hui, que zemmour se sacrifie et acceptera aussi son sacrifice futur pour la suite d’un plan.


  • mise à jour, Herschel Grynszpan a survécu à la 2e guerre mondiale.


  • #2576694

    Louis Marschalko : indisponible en français mais disponible en turque lol


  • #2576708

    Je ne comprends rien. Je croyais qu’ Hitler avait créer sa propre monnaie sans intérêt et qu’il n’aimait pas les juifs ! Une vidéo traduite par E&R d’un rabbin. Merci pour vous explications. Et pourquoi il y a eu le terrible affrontement avec les russes ?

    https://youtu.be/DhCoP3Uu4BI

     

    • #2576782
      le 25/10/2020 par Vince Malum Bono
      Israël et l’Holocauste : le non-dit de l’histoire

      Hitler haïssait la France et le traité de Versailles. Les banquiers avec qui il traitait étaient souvent juifs... Puis les magouilles sionistes ont inversé les règles du jeu.


    • #2576791

      Anonyme : Vous aurez la réponse en lisant le livre " Le Sale Boche expliqué aux braves gens, de Benton Bradberry, traduit de l’américain par Valérie Devon.
      valerie.p@tutanota.de

      Ps : C’est l’ouvrage le plus intéressant de mes lectures de cette année.


    • Staline avait positioné son armee a la frontiere allemande, des le debut du traité germano-sovietique il voulait conquérir l’Allemagne. Hittler s’en est rendu compte et a bombardé et détruit dans une attaque surprise l’armée que Staline avait place a ça frontière.

      Une fois la guerre fini staline a quand même réussi à choper la moitié de l’Allemagne...

      Surorov explique tout ça dans sont livre "Icebreaker"


    • Normal que tu ne comprenne rien, eux non plus, ils ne sont que contradictions


    • Qui a permis l’accession de Hitler au pouvoir en 33 ?

      C’est dans les locaux d’une banque juive de Berlin qu’a été scellé l’accord politique de Hitler avec von Papen pour la nomination du premier au poste de chancelier d’Allemagne (Henry Bogdan - Histoire de l’Allemagne).


  • #2576716
    le 25/10/2020 par Espallergues Mathias
    Israël et l’Holocauste : le non-dit de l’histoire

    Tres onstructif,
    Merci


  • #2576727

    De la recherche approfondie, des faits, de l’analyse : tout ceci est fort intéressant, souvent limpide, un grand Merci à Mr Guyénot pour son travail et un grand Merci à ER de le relayer. Faits, explications et raisons à caractère religieux s’additionnant aux faits, explications et raisons d’ordre économique (Usure, planches à billet, modèle économique) : le puzzle se reforme. Merci encore !


  • #2576730

    Pour compléter le tableau et finir de détruire l’image de "peuple innocent qui a tant souffert", on peut s’intéresser à Abba Kovner, fondateur du groupe Nakam, alias la Ligue des Justiciers Juifs, dont le but était de se venger de la Shoah en tuant des civils et des prisonniers allemands. Au programme : empoisonnement du réseau d’eau de villes comme Nuremberg, Hambourg ou Munich ou de camps de prisonniers allemands dont celui de Nuremberg et de Dachau, empoisonnement à l’arsenic du pain destiné aux prisonniers du camp de Nuremberg, exécutions sommaires (balles dans la tête ou étranglement).


  • #2576743

    « le monde se développera lentement mais sûrement en un paradis »
    Ce n’est pas ce que l’on constate en évoquant la Palestine !
    Le mensonge, toujours le mensonge comme marque de fabrique...

     

  • «  63% des personnes interrogées n’ont aucune idée du nombre de juifs tués en Allemagne. Beaucoup pensent que c’était un peu moins de 2 millions. Le chiffre de 6 millions – un chiffre iconique qui devrait être enseigné dans toutes les écoles du monde – est simplement inconnu de 63 % des jeunes aux États-Unis.  »

    Et le nombre d’indiens tués aux USA, combien d’Américains interrogés le conaissent ? C’est combien d’ailleurs ?

    « Un cinquième des jeunes de l’État de New York, soit 20 %, pensent que les juifs ont causé l’Holocauste  » (la moyenne nationale est de 11 %).

    C’est pas complètement faux, qui a déclaré la guerre à l’Allemagne en 1932 ?

    En plus, dans les camps les kapos étaient des politiques, donc des militants comunistes, donc majoritairement des Juifs.


  • Merci monsieur Guyenot pour votre excellent travail toujours si bien documenté. Et merci ER.

     

    • #2576871

      A vrai dire, la démonstration de Laurent Guyénot, laisse sans voix, tant elle ouvre de perspectives intellectuelles, historiques et dans plusieurs autres domaines de la pensée, de premier plan.

      On est littéralement saisi de vertige, tant la Doxa sur ces problématiques cruciales, y est malmenée, et sur quelles bases ! Documents en main !


    • @ Lerins
      C’est exactement ça : j’ai beau suivre ER depuis le début, je suis presque choqué en lisant cet excellent article de Laurent Guyénot.
      Et si ça me fait cet effet, je comprends qu’un certain nombre de mes concitoyens préfèrent éviter de trop s’intéresser au sujet... Il y a un travail énorme à réaliser, le mensonge est si bien ancré dans la société, la culture de la Shoah est si bien implantée...


    • #2577134

      @ Merci beaucoup ric, de votre remarque : comme moi, vous êtes sous le choc, avec Laurent, chaque fois que je lis un texte de lui ; ça a démarré il y a quelques années, quand j’ai découvert une vidéo dans laquelle il expliquait sa lecture du 11/9 : ce jour-là, je me suis dit "ah ! ça y est, j’ai trouvé LA pépîte"....et depuis, je découvre ses recherches, avec impatience.

      A noter que Pierre Hillard vient de sortir aussi un énorme travail, en publiant in extenso, les carnets de Théodore Herzel.

      Oui, tout cela est énorme, et fait vraiment avance les choses mais comme vous dîtes, le terrain à regagner sur les préjûgés est si gigantesque....

      Bien-à-vous camarade,


    • #2577212

      @Nadia

      En effet. Cependant, il a omis les statistiques du très officiel Almanach des Juifs qui affiche pour 1938 une population mondiale de 15,794,000 individus et pour 1948 : 15,753,000 !!!
      Cela mériterait une étude approfondie, n’est-ce pas ?


  • #2576788
    le 25/10/2020 par Vince Malum Bono
    Israël et l’Holocauste : le non-dit de l’histoire

    Superbe travail. Merci.


  • #2576813

    Du lourd.
    Cela ne sert presque à rien de dire "attention avec cette attitude de prédateur, parasite et pervers car vous allez provoquer un nouveau coup de pied au cul de votre communauté" etant donné que c’est limite ce qu’ils cherchent, pour se purifier ; et que les futures victimes sont limite au courant !

    Jamais imaginé une idée pareille ; là comme ça, cela me fait penser à un sacrifice de groupe dans une des pire secte.

    Maintenant ce que l’on pourait dire c’est "allez faire ça plus loin"

     

    • #2576965

      "allez faire ça plus loin"
      Comme vous dites : je pense que les dix millions de morts de la Grande Guerre, les cinquante de la Seconde, les dizaines de millions de victimes du bolchevisme, voire un million et demi d’Arméniens seraient tous de votre avis.
      Et on ne sait pas encore ce que le gouvernement mondial d’Attila (capitale : Jérusalem) va nous coûter. Ça pourrait prendre quinze jours pour faire passer le XXe siècle pour une aimable bluette.


  • #2576814

    Dans la Bible, Yahvé ordonne,punit ou récompense.
    Mais qui recevait ses oukases à part Moise ?
    Les sionistes se prenaient ils pour les purs serviteurs du dieu jaloux ?
    Suivaient ils un récit ou un quelconque prophète inconnu qui leurs assurait la pleine volonté divine ?
    Les holocaustes d’humains n’étaient pas un exception d’après le livre de l’Exode. Le sang des animaux semble être similaire à celui des "assimilés". Mais offert sans cérémonie.
    Les meurtres de masse sont décrits comme des accidents de l’Histoire biblique alors qu’ils sont linéaires depuis la fuite d’Egypte jusqu’à la conquête de la Palestine Cananéenne.

    Mais entre la légende (ce qui doit être dit) et la réalité historique..y’à quoi ?


  • #2576855
    le 26/10/2020 par AbsoluteBeginner
    Israël et l’Holocauste : le non-dit de l’histoire

    C’était vraiment important de rapporter cette chronologie avec précision et de bien montrer qu’à chaque fois le Reich a réagi à des attaques et a été poussé dans ses retranchements, alors qu’on nous fait croire depuis 1945 que c’est Hitler qui a toujours initié l’agression.
    Encore merci à Laurent Guyénot de nous faire bénéficier de son grand savoir.
    Question à l’auteur : avez-vous déjà écrit sur l’historique du chiffre « iconique » des 6 millions et si oui où peut-on se procurer cet article ? Mille mercis d’avance.


  • Excellente analyse. Égal à lui-même, Monsieur Guyénot, comme Monsieur Soral, nous conforte, nous autres peuples du Moyen-Orient, dans notre vision de la France, malgré l’oeuvre de sape de certains qui ont écorné l’affection qu’ une grande partie des notre (chrétiens et musulmans) éprouvent à l’égard de ce vaillant peuple du bassin méditerranéen. Merci Monsieurs. Honneurs à vous !


  • #2576872

    Une autre étude époustouflante d’érudition, tout en témoignant d’un immense courage intellectuel de la part de Laurent Guyénot. Et qui démontre sans appel, s’il est encore besoin de le faire, que la culture et l’intelligence sont du côté de la résistance au "sionisme", considéré dans sa généralité. Ce n’est d’ailleurs pas nouveau car depuis pratiquement toujours, c’est-à-dire l’apparition du Yahvisme, les adeptes de celui-ci n’ont jamais pu soutenir un quelconque débat rationnel contre qui que ce soit. Et la raison en est tout simplement que leurs prétentions sont impossible à justifier. Comment en effet démontrer qu’il n’existe qu’une seule divinité, que c’est la leur exclusive et que cette dernière les a "élus" pour dominer le monde, "sucer le lait des nations", après avoir exterminé tous ceux qui s’opposent à leur volonté. Incapables de convaincre, il ne leur reste donc que l’imposture, la manipulation et surtout, l’interdiction à leurs contradicteurs de s’exprimer, en profitant de la puissance que leur confère notamment la richesse matérielle. Il est ainsi remarquable qu’aucune véritable contradiction intellectuelle n’a été apportée de leur part à l’immense littérature antisémite d’avant 1945. Et depuis, c’est toujours la même rengaine. Pour tout recourt, ils ne disposent que de la censure et de la répression, corrompant toutes les institutions, intimidant, terrorisant pour faire taire. Antisémitisme, racisme, négationnisme, conspirationnisme... Au point qu’on est en droit de se demander s’il existe, s’il a même jamais existé un seul intellectuel "sioniste" digne de ce nom. Des érudits de haut niveau ou des techniciens maitrisant tel ou tel discipline, c’est indéniable mais pas des intellectuels en mesure de débattre sérieusement d’idées et convaincre de la justesse de la "cause" sioniste. Ce qui ne saurait donc étonner car c’est tout simplement impossible. Et c’est aussi pour cela qu’ils finiront par perdre. La cause sioniste, tout comme son instrument mondialiste relève de l’absurde, de la folie furieuse et ne pourra que se terminer dans le chaos et la poubelle de l’histoire. Après avoir provoqué malheureusement bien des tragédies.

     

    • #2577702

      @Y Pinh
      Vraiment d’accord avec ton post , et bravo à L Guyéno pour cet article , des explications cachés au plus grand nombre , qui mettent la vérité au jour , ça fait vraiment du bien , d’ailleurs les alliés avaient connaissance des camps et n’ont rien fait ...
      L’église aussi à une autre époque , à bien laissé ( après les avoir utilisé ) torturer et brûler , les templiers ...


  • théodore kaufman ?
    D’après certaines infos, il serait passé par Biskra en 1941 & est décédé en 1986.


  • #2576886

    Je me suis jamais intéressée à l’histoire des juifs a cause de leur course a la médaille de la victimisation systématique mais là....je me dis finalement que j’ai eu raison.
    Des tromatisés de guerre et injustice qui vivent par la guerre et l’injustice de virer et tuer d’autre peuple pour s’installer sur leur terre au prétexte que c’était a eux plusieurs siècles au paravent ....imaginer que toutes nations agissent de même ?


  • #2576934

    Article qui remet les pendules à l’heure sur le passé.

    Sachant que les mêmes cerveaux malades sont aux manettes du gouvernement mondial, quel est leur ennemi actuellement ?
    Le peuple, qui n’est pas assez asservi !
    Comment s’y prennent-ils pour l’éliminer ?
    La réponse est dans le livre de Claire Séverac "la guerre contre les peuples"
    Merci à Laurent Guyénot d’éclaircir le passé pour comprendre le présent.


  • #2576961

    Bjr monsieur Guyénot,

    Concernant la "nuit de cristal". Il y a des forts soupçons que les destructions de cette nuit-là auraient été fomentées par des agents extérieurs. En effet, je ne crois pas que cette vague de destruction qui s’était emparée de la ville presque de façon soudaine ait pu être le fruit d’un acte spontané. C’est mal connaître le peuple Allemand qui est le peuple le plus discipliné qui soit, peu importe les clichés. D’ailleurs, toutes ces actes de destructions avaient pris tout le monde de court y compris Goebels qui en parle dans son journal mais aussi, excuse-moi du peu, Reinhard Heydrich ! Ce sont d’ailleurs ces "émeutes" qui furent la goutte qui fit déborder le vase et incita en grande masse les juifs allemands à quitter le pays mené en grande pompe par Albert Einstein que l’on voit posé devant les caméras avec son visa nouvellement acquis.


  • Lorsqu’on lit les écrits de Laurent Guyénot, on se dit combien de débats avortés par des non-dits, des pensés uniques alors que tout repose sur l’histoire .
    Travail remarquable en tout cas ,ou on est souvent scotché


  • Il faudrait quand même préciser que la légitimation du sacrifice des juifs assimilationistes résulte de l’interprétation sioniste de la Bible, car les textes bibliques sont clairs : il s’agit de massacrer ceux qui sont coupables d’apostasie et d’idolâtrie, pour que le culte du vrai Dieu perdure.


  • #2577149

    Déjà , les romains avaient conscience du problème.
    C’est pour cette raison qu’ils ont crée la religion chrétienne ( hé non ce n’est pas un monsieur barbu dans les nuages ) afin de corriger le judaïsme.
    (balanta history jesus).

     

  • #2577220

    Excellent article de Mr Guyénot.

    Question d’ordre général : serait-il possible que le site propose ses articles avec une option "imprimable" ?
    J’aurais bien aimé me faire une compilation papier personnelle des articles qui m’intéressent et que je pourrais compulser hors ligne.

     

    • #2577718

      Dans la plupart des navigateurs Web, il y a un mode "Lecture", en général accessible à droite de la barre d’adresse. Cela ouvre la page courante dans un affichage du contenu principal de la page, sans menu, en-tête, pied, bannières, etc. Ensuite faites Ctrl-P (ou Commande-P sur Mac) et imprimez. Pour les articles conséquents, et pour limiter le nombre de feuilles papier, vous pouvez regrouper 2 pages sur chaque côté de feuille (chacune étant alors en 1/2 format A4, soit A5, et pivotée de 90 degrés).
      Ca marche sur le site d’E&R :-).


    • #2578815

      Pour des articles de plusieurs pages, le plus simple est de faire du copié-collé sur un fichier Word ou Openoffice afin de faire une mise en page plus courte puis imprimer et garder le fichier en format pdf.


    • #2578842

      @Jeannot :
      Merci Jeannot pour cette information que j’utiliserai désormais.


    • On peut ajouter au mode "lecture" (que je ne connaissais pas), l’utilisation du plugin "Print What You Like" qui permet de nettoyer la page de ce qu’on juge non necessaire pour son usage ( par exemple, les commentaires :-) ).


  • #2577546

    « les responsables de la Haganah avec lesquels Adolf Eichmann négocia durant son voyage en Palestine en novembre 1937 avaient laissé entendre que cela servirait leurs intérêts si les choses chauffaient un peu pour les Juifs d’Allemagne, afin d’accélérer l’émigration en Palestine [37]. »

    En fait l’obligation du port de l’étoile jaune est une suggestion venant de la part de sionistes, comme moyen d’accélérer le processus d’émigration – car ils pensaient que plus la pression exercée sur les juifs était forte, plus ils avait de chances de quitter l’Allemagne, et cette forme d’humiliation était un moyen plus ou moins efficace.


  • #2578454

    Vous comprendrez donc la chape de plomb dès qu’il s’agit d’investiguer sûr leurs histoires et plus particulièrement contemporaines concernant l’holocauste... d’ailleurs dont l’iran avait je crois fait une conférence sur les causes et la volonté d’essayer de comprendre pourquoi avait on cherché à vouloir persécuter les juifs.... bien sûr l’antisémitisme était passé par là... comme si que lon voulait pas savoir ce qui c’était réellement passé...


  • #2580988

    Un des meilleurs articles que j’ai pu lire sur E&R.

    Bravo M. Guyénot, vous êtes trop fort. Tout est de qualité chez vous.


  • #2581223

    « L’antisémitisme est une force motrice qui, comme la vague du futur, amènera les juifs vers la terre promise. [5] »



    Et la deuxième vague, où les emmènera-t-elle ?

     

  • Excellent article...

    Un des meilleurs sans doute tant sur la forme que dans le contenu.
    Je suis docteur et professeur de lettres et peux vous dire que l’auteur est un virtuose.

    Bravo et respect.
    Rami de Tunis.


  • #2591879

    Superbe article. J’y ai retrouvé Bradberry et Ryssen. Cela donne envie de lire Laurent Guyénot.


Commentaires suivants