Egalité et Réconciliation
https://www.egaliteetreconciliation.fr/
 
A A A
imprimer

Israël : le chaînon manquant dans le puzzle syrien

Par Adrian Salbuchi pour Russia Today

Alors que le monde retient son souffle, se demandant quand les États-Unis et ses alliés vont attaquer la Syrie, les gouvernements occidentaux avec leurs médias traditionnels bien huilés semblent ignorer un joueur clé qui est resté étrangement silencieux durant cette crise : Israël.

Aujourd’hui, la puissance américaine repose en grande partie sur son armée terrifiante, son complexe industriel-financier – et son influence médiatique mondiale. Mais ce pouvoir s’érode rapidement parce que, à l’ère de l’Internet, le pouvoir est de plus en plus une question de prestige, de crédibilité et de confiance, un domaine où les États-Unis sont en train de tomber bien bas.

L’interventionnisme américain est devenu beaucoup trop flagrant au cours des vingt dernières années. La guerre des Balkans à la fin des années 1990, avec le bombardement de Belgrade, a déclenché des alarmes initiales, en particulier parmi les pays non-alliés, car, couplée avec la guerre du Golfe de Bush Senior en 1991, il est devenu clair que l’hégémonie américaine internationale était résolue à conquérir le monde entier, en particulier avec une ex-Union soviétique écartée.

Mais ce qui a vraiment fortement mis tous les clignotants au rouge fut l’Irak. Les fausses accusations d ’« armes de destruction massive » comme prétexte de Baby Bush [Bush Junior] pour détruire tout un pays, juste pour qu’il puisse déloger un ancien associé indésirable, Saddam Hussein, furent manifestement obscènes et prouvèrent à beaucoup que l’hégémonie américaine mondiale était officiellement hors de contrôle.

À l’époque, l’Amérique avait encore l’excuse des horribles attaques terroristes du 11 Septembre à New York et Washington pour justifier son bellicisme massif. Mais la crédibilité américaine prit un rude coup lorsque George W lui-même finit par admettre que : (a) il n’y avait aucun lien d’aucune sorte entre Saddam et le méchant Oussama, qui aurait soi-disant perpétré le 11 Septembre (hélas ! nous ne saurons jamais, parce que plus tard Obama a jeté Oussama dans l’océan...) et (b) il n’y avait incontestablement, assurément et sans équivoque aucune, pas d’armes de destruction massive en Irak... Ajoutez à cela le poids de preuves croissant selon lesquelles le 11 Septembre pourrait avoir été une attaque sous faux drapeau...

Alors, l’Amérique dut concevoir un nouveau système de guerre, ou plutôt un nouveau système pour entrer elle-même en guerre contre ses cibles, sélectionnées comme étant des « États voyous ». Il n’est plus suffisant d’aller à la télévision accuser tel ou tel pays d’être un « danger pour la paix mondiale » ou qu’il « n’a pas le genre de démocratie que nous voulons voir » comme Hillary Clinton le déclara lors d’une visite en Égypte pas plus tard que l’année dernière...

Non. Quelque chose de nouveau devait être inventé : le « printemps arabe », qui est le code pour inciter, déclencher et manigancer des troubles civils dans les pays cibles qui peuvent ensuite dégénérer, le cas échéant, en véritable guerre sociale. Et si le gouvernement du moment ne comprend toujours pas le message et insiste en s’accrochant au pouvoir, alors les agences de renseignement des États-Unis, du Royaume-Uni, d’Israël et d’autres peuvent intensifier la destruction nationale manipulée jusqu’à une totale guerre civile. Libye, Syrie, Égypte, Afghanistan, Irak...

Manigancer de telles guerres dans tout le Moyen-Orient a fondamentalement nécessité :
(a) d’identifier qui seraient les « combattants de la liberté » – pour la plupart des voyous, des terroristes, des guérilleros, des soldats de fortune et un large assortiment de violents mercenaires ;
(b) ensuite, de les armer avec des armes mortelles high-tech (mais pas trop « high » quand même), de les financer pour s’assurer qu’ils puissent faire ce qu’ils veulent à l’intérieur du pays cible ;
(c) de les lâcher sur les villes d’Égypte, de Libye, de Syrie et d’ailleurs, tout comme ils l’ont fait (et le font encore) à l’intérieur de l’Irak.

Et si tout cela ne fonctionne pas, alors il suffit d’ordonner à plusieurs escadrons de chasse de l’OTAN de bombarder ce fichu lieu et de fournir des données satellites aux « combattants de la liberté » locaux afin qu’ils puissent exécuter des opérations style Hollywood – telles que l’assassinat en direct à la TV de Mouammar Kadhafi et de sa famille, accompagné des ricanements d’Hillary Clinton sur CBS TV.

Mais le cas de la Syrie est différent.

Le monde ne se laissera plus embobiner par l’Amérique. Des secteurs croissants de la communauté internationale commencent à comprendre que ces bandes d’assassins violents, de violeurs et de criminels – alias les combattants de la liberté syriens – ont été armés, entraînés, financés et ont reçu le plus total soutien des médias grâce aux États-Unis et leurs alliés.

Le département américain des sales tours est actuellement en plein délire, essayant de mettre sur le dos du gouvernement de Bachar Al-Assad les récentes attaques aux armes chimiques, mais cela ne remporte qu’un très faible taux de crédibilité. Le bon sens dicte que ce serait un suicide pour le président Bachar al-Assad de tuer ses propres citoyens – y compris les enfants – dans un quartier de Damas, quand ses vrais ennemis sont les terroristes et les délinquants soutenus par l’Occident, qui tente de conquérir son pays.

Pourquoi Assad donnerait-il à ses ennemis « le prétexte parfait » pour une attaque armée contre la Syrie ? Le bon sens nous dit que Assad est sûrement en train de dire la vérité lorsqu’il accuse ces mêmes terroristes de cette attaque « sous fausse bannière » comme moyen d’amener l’OTAN à leur côté, avec ses jets, ses bombes à fragmentation et napalm.

Chaque fois que nous entendons parler de ces attaques terroristes épouvantables nous devons comprendre deux questions fondamentales : (1) qui bénéficie de telles attaques, et (2) suivre la piste de l’argent...

Aujourd’hui, la crédibilité, la confiance et le prestige de l’Amérique sont tombés si bas que même le parlement britannique a finalement désavoué toute intervention armée par le Royaume-Uni, au moins jusqu’à ce que l’ONU ou quelque entité véritablement indépendante digne de confiance produise des preuves irréfutables de qui a perpétré ces odieuses atrocités à l’arme chimique en Syrie la semaine dernière.

Donc David Cameron ne peut pas pour l’instant suivre en mode « petit caniche » derrière Obama, comme son prédécesseur Tony Blair le fit docilement derrière George W. il y a une dizaine d’années sur l’Irak.

Mais regardons trois facteurs qui font défaut dans l’analyse en cours sur la crise syrienne :

1) Israël

Depuis les deux guerres du Golfe, l’Amérique a mené les guerres des Israéliens pour leur compte. Dans le cas de l’invasion et de la destruction de l’Irak en 2003, c’était tellement évident que les mêmes néoconservateurs qui en 1996-7 planifièrent la guerre contre l’Irak dans leur think tank « Projet pour un nouveau siècle américain » (PNAC) – Paul Wolfowitz, Richard Perle, Dick Cheney, Condoleezza Rice, Bush, Douglas Feith, David Wormser et d’autres – mettraient plus tard à exécution cette guerre en 2003 en tant que responsables de haut rang dans le régime de George W. Bush. La principale raison : Saddam Hussein était alors la plus grande menace pour « l’allié démocratique et préféré » Israël.

Plusieurs de ces néoconservateurs – Douglas Feith, David Wormser, Richard Perle et d’autres bushistes – avaient déjà été jusqu’à préparer un rapport sur la stratégie pour le Premier ministre israélien Benjamin Netanyahu en 1996 intitulé « A Clean Break : A New Strategy for Securing the Realm » [Rupture franche : une nouvelle stratégie pour sécuriser le royaume] qui, encore une fois, ciblait à l’époque l’Irak comme ennemi-clé d’Israël.

Donc, la guerre en Irak fut dans une large mesure une guerre par procuration qui profita seulement à Israël, devenant un énorme casse-tête pour l’Amérique, qui perdit des milliers de ses fils.

Comme l’ancien Premier ministre de Malaisie, Mahathir Bin Mohammed, le fit remarquer avec sa célèbre phrase : « Les Juifs gouvernent le monde par procuration. Ils obtiennent des autres qu’ils se battent et meurent pour eux. »

2) Israël

Le rôle excessif et dominateur que le sionisme joue dans la politique américaine, dans la finance américaine, dans les universités américaines, dans les médias traditionnels américains, y compris Hollywood, « l’industrie du divertissement », et sur la politique étrangère américaine, a pratiquement été prouvé. La question vitale aujourd’hui se situe au cœur d’un débat d’une portée de plus en plus considérable parmi l’intelligentsia américaine, qui, bien sûr, est étouffé par les médias dominants.

L’une de ses étapes a été jouée par deux de ses prestigieux professeurs – Stephen Walt, ancien doyen de la John F. Kennedy School of Government à l’université d’Harvard et son collègue John Mearsheimer, professeur de sciences politiques à l’université de Chicago – qui publièrent en 2007 leur livre révolutionnaire : Le Lobby israélien et la politique étrangère américaine.

Ils y montrent d’une manière très convaincante et bien documentée l’étendue considérable et puissante de l’influence que le lobby « Israël First » exerce sur les médias américains, les banques, le Congrès, le département d’État et le Pentagone, où ils sont capables de faire pencher la balance systématiquement en faveur d’Israël, quel qu’en soit le coût. Peu importe que ce soit bon ou mauvais.

Et le coût pour l’Amérique a été extrêmement préjudiciable à l’intérêt national. C’est là que réside l’une des racines les plus importantes du mépris, de la méfiance et même de la haine que des portions croissantes de l’opinion publique mondiale ressentent envers les États-Unis et ses principaux alliés.

3) Israël

Le problème du président Barack Obama en ce moment est que l’establishment militaire américain est très conscient des enjeux de toute « attaque préventive » contre la Syrie et, plus important encore, contre l’Iran. Une intervention contre l’un ou les deux pays conduira sans aucun doute à une guerre massive au Moyen-Orient.

Regardez une carte : la Syrie et l’Iran se situent carrément à l’intérieur de la sphère d’intérêt géopolitique vitale de la Russie, ce qui est déjà une lourde intrusion occidentale. Lisez sur leurs lèvres : la Russie dit : « Pas un pas de plus ! »

L’Amérique ferait bien de réfléchir à deux fois ou même à trois fois avant de faire quoi que ce soit d’inconsidéré...

Mais voilà le problème : depuis qu’Israël a été forcé de quitter le Sud-Liban en juillet 2006 par les forces bien armées et entraînées (par l’Iran et la Russie) du Hezbollah commandées par Nasrallah, l’État juif panse ses blessures ; fureur noire et vengeance brûlent dans le cœur du sionisme.

Depuis que Bibi Netanyahu est revenu au pouvoir en 2011, Israël est passé en mode de guerre préventive, utilisant le programme nucléaire inexistant de l’Iran comme prétexte. Depuis ces quatre ou cinq dernières années, Israël menace l’Iran d’une attaque militaire presque tous les jours, avec Washington, Londres et Paris, nerveusement complaisants…

Cependant l’armée américaine est douloureusement consciente qu’il y a une part de vérité dans les paroles de l’ancien Premier ministre Mahathir. Ils ne veulent pas encore mener une autre guerre israélienne, cette fois en Iran. Donc, ils ont agi comme frein, ce qui se reflète en la prudence croissante d’Obama en ce qui concerne l’Iran, allant même jusqu’à dépêcher ses huiles en Israël pour calmer Netanyahu, essayant de s’assurer qu’Israël ne lance pas une attaque préventive unilatérale sur l’Iran qui entraînerait les États-Unis dans un conflit massif au Moyen-Orient, dont les résultats sont loin d’être clairs.

En fait, une défaite américano-britannique au Moyen-Orient pourrait très bien signifier le début de la fin de l’Amérique en tant que superpuissance mondiale. La Russie (et la Chine) regardent d’un œil perçant le Moyen-Orient... Ils ne clignent pas des yeux…

La stratégie militaire américaine en cours indique que si la Maison Blanche doit se mesurer à l’Iran, il faut d’abord sortir la Syrie. Au moins, cela semble la promesse bateau de l’Amérique pour garder les chiens de guerre de Netanyahu à distance.

Mais les semaines se sont transformées en mois, les mois en années et les sionistes en Israël, aux États-Unis, en Grande-Bretagne, en France et ailleurs sont de plus terriblement impatients.

Ils veulent leur Jour J maintenant !

Si la route de Téhéran doit passer par Damas, alors Amérique : prends Damas maintenant !

Depuis trois ans, les États-Unis manigancent la guerre civile du « printemps arabe » en Syrie mais Bachar al-Assad est toujours là. La Russie est derrière lui.

Un vote unanime du Conseil de sécurité de l’ONU contre la Syrie n’est plus une option. Le Parlement de Grande-Bretagne vient de dire non à David Cameron, et le soutien du président français François Hollande aux États-Unis manque de poids : malheureusement pour le Français, cela fait de nombreuses décennies que la France n’est plus en mesure de décider de l’issue d’une guerre, où que ce soit… Maintenant, nombreux au Congrès américain sont ceux qui rouspètent...

Alors, Monsieur le « CEO », [Chief Executive Officer, PDG] des États-Unis d’Amérique Barack Obama : la décision vous appartient maintenant !

Vous pouvez soit entrer en conflit avec la Syrie aujourd’hui – aujourd’hui, même – sous les applaudissements unanimes des sionistes en Israël, du Congrès, des banques et marchés mondiaux, des grands médias du monde entier, soit vous vous retirez et votre prestige, « M. Le Président », est anéanti.

Vous serez mis au pied du mur. Et un président menteur n’est pas président du tout.

M. Poutine ne le sait que trop bien, et c’est pourquoi il maintient une puissante flotte russe errant dans les eaux de la Méditerranée au large des côtes de la Syrie...

Encore une fois, honte à toi, Amérique !

Un autre beau pétrin dans lequel le cheval de Troie israélien t’aura mise...

Adrian Salbuchi

Traduction : Dana Goldstein

Approfondir le sujet avec Kontre Kulture :

 



Article ancien.
Les commentaires sont désactivés



Alerter

30 Commentaires

AVERTISSEMENT !

Eu égard au climat délétère actuel, nous ne validerons plus aucun commentaire ne respectant pas de manière stricte la charte E&R :

- Aucun message à caractère raciste ou contrevenant à la loi
- Aucun appel à la violence ou à la haine, ni d'insultes
- Commentaire rédigé en bon français et sans fautes d'orthographe

Quoi qu'il advienne, les modérateurs n'auront en aucune manière à justifier leurs décisions.

Tous les commentaires appartiennent à leurs auteurs respectifs et ne sauraient engager la responsabilité de l'association Egalité & Réconciliation ou ses représentants.

  • Il y a quelques petites fuites hilarantes mais qui lève le voile sur leur désir du grand Israël :
    http://tempsreel.nouvelobs.com/mond...

    Attaquer seul ! Je pense qu’ils ne s’en relèveraient pas...


  • #510821

    Voilà une bonne analyse !
    Ça chauffe aux USA, une véritable guerre des réseaux se déroule en ce moment entre les néocons (viscéralement pro -sionistes) et les conservateur réaliste comme Brezinsky .
    Les conservateurs réaliste et Brezinsly ont pris acte de la multipolarité du monde et souhaitent une gouvernance globale incluant les Russes et les Chinois pendant que les néocons veulent foncer la tête baissée pour imposer le leadership atlanto sioniste par la guerre si nécessairement. Résultat : la stratégie géopolitique américaine n’a plus aucune cohérence. En un weekend, Washington a réussi à dire tout et son contraire.

    Brezinsky est un stratège machiavélien, sans doute le meilleur au monde, et en tant que tel, cette situation de « ni ni » doit le mettre en rage, conscient du danger des incohérences et des demi mesures en politique étrangère particulièrement pour une super puissance.


  • "La vérité vous rendra libre."

     

  • #510878

    En fait, une défaite américano-britannique au Moyen-Orient pourrait très bien signifier le début de la fin de l’Amérique en tant que superpuissance mondiale. La Russie (et la Chine) regardent d’un œil perçant le Moyen-Orient... Ils ne clignent pas des yeux…



    Il n’y a rien de plus vrai.
    Les Etats-Unis ont peur. Et ils ont presque toutes les raisons pour cela. Mais leurs affidés les voient trop beaux.

    Il faut comprendre que depuis la crise, les classes moyennes du monde entier ont découvert une petite partie de l’Histoire cachée, et elles ont bien compris qu’elles étaient mortelles si elles renonçaient à agir.

    Activement ou passivement, elles résisteront donc désormais à tous les désidératas des Etats-Unis. Bien mieux, elles sont toutes prêtes à coopérer entre elles quelles que soient leurs origines :
    -) religieuse (catholique, orthodoxe, musulmane, bouddhiste),
    -) raciale (européenne, africaine, arabe, ou asiatique),
    -) culturelle (anciens colons ou anciens colonisés).

    Je pense que sur cette Terre, c’est le premier mouvement politique solidaire qui unisse autant d’origines différentes.
    Il reste à lui trouver un nom.
    Pour son programme, il s’énonce très simplement : revenir en arrière sur tout ce qui s’est fait financièrement depuis 40 ans.


  • #510895

    AMEN !!! Que dire d’autre ?! Excellente synthèse.


  • un autre attentat sous faux drapeau n’est plus possible avant longtemps aux USA : l’Empire doit trouver autre chose pour forcer Obama à déclencher les hostilités contre la Syrie, mais il tient bon malgré tout -un Romney aurait rué dans les brancards depuis belle lurette !!!
    l’opinion mondiale n’est plus dupe des opérations de propagande de l’Empire ; aussi les spin doctors anglo-saxons doivent-ils trouver autre chose pour forcer le destin...je crois que Netanyaou va lancer ses f-16 sur Damas et forcer ainsi l’Otan à le suivre...et comme suivre le droit international n’est pas sa première préoccupation, on imagine que cette option doit le démanger...


  • Excellent.


  • Article parfait, c’est en ces moments de chaos que les vérités les plus ahurissantes peuvent surgir.
    En 1918, Un ministre, envoie une déclaration illégitime à un milliardaire juif.. et hop les juifs ont une justification pour s’établir en Palestine
    En 1948, Des gueux armés par les russes et transportés par les européens tient, pillent et chassent les habitants légitimes de Palestine.. et hop la création d’un nouveau pays est votée à l’ONU, constamment protégé par des guerres menées par ou avec des occidentaux.
    En 2013, alors que la puissance américaine vacille, sous prétexte d’une escalade similaire à celle initiée à Sarajevo, malgré le sang-froid de l’axe antisioniste, un ministre juif va se faire assassiner par un faux commando iranien, la guerre mondiale est déclarée, la logique des alliances (comme dans les précédentes guerres) fait que le moyen-orient s’embrase, Israël largue 50 bombes atomiques sur le moyen-orient, l’Iran, le Pakistan... et dégage le terrain du Nil à l’Arménie et à l’Euphrate. Les occidentaux de désolidarisent mais c’est trop tard : Des réseaux stay-behind en Europe et aux USA s’emparent des centres de commandement nucléaire qu’ils ont patiemment infiltrés (En France : depuis Sarkozy) déclenchent des guerres civiles, des sabotages, lesquels sont planifiées depuis des décennies, ainsi que la diffusion massive de maladies gravissimes : Ebola, grippe espagnole, variole (quel pays vaccine encore contre la variole ?), SRAS (qui cible les orientaux), et autres pestes. Des bombes sales explosent et contaminent les grandes capitales, ce qui les rend inhabitables pour des siècles... les gouvernements s’effondrent, les monnaies occidentales aussi, la mort est partout. Israël, lui, est préparé, compense alors sa faiblesse démographique par le rapatriement de TOUS les juifs du monde dans son Massada agrandi, il y rapatrie aussi TOUT l’or volé aux américains, allemands, japonais, français... Ainsi, riche des rapines réalisées par ses infiltrés, et de de sa position stratégique au croisement des routes énergétiques, terrorisant ses voisins, il peut émettre la seule monnaie mondiale et racketter le monde. Israël déclare alors la pax judaïca, l’avènement de la seule religion autorisée, l’obligation de rendre un culte au peuple déifié, et, sous peine de mort, l’interdiction d’appartenance à une organisation secrète (ça c’est pour les francs mac qui s’y croient)

    Ahurissant ? non pas vraiment, en tout cas pas plus que les 2 histoires précédentes

     

    • gil excellent post, j ajouterais qu’israel entraine leurs caniches occidentaux dans une guerre qui les affaibliraient et qui permetrait a israel de devenir la puissance mondiale en laissant des goys (occidentaux et orientaux) s entretuaient, israel n aura plus qu a ramasser les restes et se declarer seul vainqueur ( la parabole des coqs de rav chon chaya et cheikh imran hossein peuvent permettre certains a eclaircir cette article ou les evenements actuels)


  • faites les vous même vos guerres, et laissez les goyim en dehors de ça


  • ...c’est la ou les etats unis vont commencer a comprendre les buts réelles de l’influence d’Israël dans leur societé ,la finalité du 20em siecle ; de prendre possession des territoires qui sont partie du grand israel , faire se casser les dents aux etats unis ,militairement , et économiquement , les états unis ne sont qu’un super kamikaze dans les plans sionistes ! ,puis de les remplacer en sortant l’artillerie hight teck encore secrète ,et faire comme les usa en 17 pour la GB , le supplanter par la rescousse militaire et la substitution du centre reele des pouvoirs !! bref , lisez Jérusalem dans le coran , ca fait 10 ans passé que sheik imran hosein détaille ce qui se passe avant , aujourd’hui et demain !!inch’allah....le 11 sept ont est entrer dans la 3em phase de dajjal !!


  • Israel est en train de faire détruire la Syrie comme elle a fait détruire l’Afghanistan, l’Irak et la Libye , sans jamais apparaitre .


  • #510990
    le 01/09/2013 par Zeorzes Abitbol
    Israël : le chaînon manquant dans le puzzle syrien

    Merci à Dana GOLDSTEIN d’avoir traduit cet article, en tout cas, perso, je me posais la question de l’état hébreu en Palestine occupée sur les événements en Syrie, état qui subitement était en mode off, alors qu’ils ont : Les meilleurs services secrets, des armes de destruction massive, la haute main sur la politique US, les plus grand intellectuels, la haute main sur les organisme et organisations internationales, la finance internationale, la technologie la plus avancée et les plus belles femmes du monde ; toutes ces affirmations étant extraites : des journaux de l’entité sioniste, des propos de J. Attali, de ceux de A. Foxman ( ADL), Meïr Dagan(mausssade) , Netanvoyou...Et la Syrie ? non, ils ne savent pas où ça se situe et ils ne sont pas concernés....


  • Excellent article


  • Bon article mais la traductrice doit avoir du parti pris =D.
    « "Le » rôle excessif et dominateur que le sionisme joue dans la politique américaine, dans la finance américaine, dans les universités américaines, dans les médias traditionnels américains, y compris Hollywood, « l’industrie du divertissement », et sur la politique étrangère américaine, a pratiquement été prouvé. " »
    J’aurais dis complètement prouvé et chaque jour qui passe nous le rappelle un peu plus, on peut qualifier Hitler de tout les noms mais son analyse est encore plus véridique aujourd’hui... Faut vraiment être aveugle (et aveuglé) par le système pour ne rien voir (vive l’antifacisme en passant mort de rire là)
    Et l’allusion aussi sur Hollande moi je pense qu’au contraire c’est un argument de poids que nous avons là mais uniquement de poids !
    Sinon Hollande finira pas son mandat je sais pas, mais ce que je ne sais pas non plus c’est si les sionistes ne vont pas buter Obama pour n’avoir pas pris la décision cette merde s’est tellement couché que l’esprit vengeur de la communauté ne va t-il pas les pousser à le sacrifier (on connait leurs procédés, et leurs propension à la fausse victimisation et la glorification des holocaustes)


  • Je suis tout à fait d’accord que Israël et le lobby juif américain (et d’ailleurs) influencent énormément la politique américaine. Mais il n’y a pas qu’eux, comme vous pouvez vous en douter. (1) Il y a aussi les sionistes chrétiens et musulmans qui, pour diverses raisons, veulent le chaos au moyen orient. (2) Il y a ceux qui détestent viscéralement (on ne sait pas pourquoi) les arabes, les noirs, les berbères et l’islam et qui veulent leur destruction. (3) Ceux qui ne veulent pas que les pays musulmans comme l’Iran se développent et soient indépendants au niveau technoloque.(4) Il y a les financiers et les marchands de canons qui comme le dit Dieudonné ne veulent pas pointer au chomage. (5) Il y a ceux qui veulent réduire la population mondiale et qui fairaient mieux, charité bien faite, de donner l’exemple en se suicidant.(6) Il y a les responsables qui sont payés et/ou menacés pour encourager à entrer en guerre. (7) Il y a enfin les pyromanes et les fous...De toute façon, et j’espère me tromper, on aura notre 3ème guerre mondiale à moins que, à moins que les peuples surtout occidentaux se soulèvent et disent stop. Mais une question me trotte dans la tête :" et si Dieu en avais marre de l’espèce humaine à qui il a donné "des pieds, des MAINS et une certaine cervelle"


  • Il y aurait,selon des sources proches du renseignement militaire,pas mal de défections d’officiers supérieurs Syriens ces derniers temps(source:Le mamouth,ce rombier est généralement bien informé).Ca c’est inquiétant,si c’est confirmé.Ce genre de ragusade est vieille comme le monde et à servi,entre autre,à eviter de durs combats loc contre la Garde Républicaine à Bagdad en filant des valises de dollars et de cartes vertes aux hauts gradés et à leurs familles.(aucun pont n’avait pété,entre autre).
    Du coup,je me demande si ils n’ont pas filé une valise de pognon à un poireau(un général pour les pékins)Syrien pour qu’il balance quelques pélots chimiques,à son initiative,et la,dur de prouver qu’il en a pas reçu l’ordre du commandement Syrien.
    Ce qui expliquerait les conversations interceptées ou le haut commandement Syrien semblait affolé.
    Ce serait un coup assez tordu et vicelard,mais réalisable.De toute manière,tout le monde va essayer de nous balader,c’est de bonne guerre.
    Par contre,faudrait vraiment que Bachar soit très con pour faire flytoxer trois méchtas alors qu’il est en train de botter le cul aux rebelles avec du bon vieux napalm et du mortier de 120,du mathos classique recommandé par la chambre syndicale de la boucherie..La tu meurs propre,alors que le sarin,tu meurs aussi,mais tu baves.Se tenir les boyaux dans une odeur de sang et de merde avec un éclat de mortier dans le buffet,c’est quand même plus classe comme fin....

     

    • #511252

      il faudrait simplement une allocution officielle de Assad disant :
      on gagne sur le terrain, on a aucune raison d’utiliser des armes favorisant les terroristes et tout syrien même haut gradé qui s’amuserait à ça sera pris comme traitre avec l’assurance qu’aucun ordre d’utiliser des armes chimiques ne lui aura été donné (en tous les cas pas de notre côté).

      ça recadrerait un peu la chose.


  • #511064

    (Je ne sais pas si vous avez lu comme moi le sous-texte de M. Poutine mais j’ai cru déchiffré à un moment, une quenelle du genre : "Si obama a peur de se détacher de l’influence d’Israël, je m’en chargerai moi-même !"). Si, un jour, vous entendiez que Acte patriote n’a toujours été qu’un antifa, vous traduirez de vous-même en ajoutant "bius" ...


  • les états-unis commencent à réaliser qu’ "on" les destine à la boucherie finale, au même titre que la Russie, d’ailleurs !!! à mon avis, si l’on a filé la bombe atomique au Pakistan et à l’Inde, ce n’est pas pour rien : sinon pour faire endosser à ces deux nations la responsabilité de l’éclatement final...heureusement que Romney n’est pas passé en 2012, car la troisième guerre mondiale aurait déjà commencé, non ?


  • Très bon article.


  • #511178

    @ Gil (à 21h26) et eric (à 23h30)

    Mentions spéciales du Jury (que j’auto-préside, si je puis dire) pour vos deux posts fabuleux ! ça a du chien, nom de Zeus !

    Bravo les gars ! C’est magnifique !

    Aprendre ! S’informer, échanger, c’est très bien mais avec le style, c’est sublîme !

     

  • #511236

    *Tu seras le poux ! tu suceras la sueur sur le dos du baudet* Avec cette phrase, Dieu d’Israël a crée le sionisme et se cache en ricanant.


  • C’est plus facile de se cacher derriere le complot saoudo-qataris, les mechants arabes, que de denoncer Israel. Zemmour et Popo le savent. Ca demanderait du courage à Popo , ce qu’il n’a pas, et de l’honneteté à Zemmour, ce qu’il n’a pas non plus.


  • ...D’ailleurs,si j’ai bien compris, certains plumitifs officiels ont cru bon de définir une echelle de valeur dans l’horrible en décretant une"ligne rouge"au dela de laquelle le vecteur qui amène la mort devient inacceptable.Le sarin est donc,selon eux,le summum de la barbarie...Du pauvre.
    Le sarin est un fugace.Ni semi persistant,ni persistant.
    L’agent orange balancé généreusement par l’oncle Sam sur la gueule des viets il y a bientôt un demi siecle fait encore des victimes aujourd’hui(gosses malformés,etc)et l’uranium appauvri qui à remplacé le tungstène(qui sert maintenant à fourrer les lingots"bounty" ?)punira aussi les descendants de Serbes,d’Irakiens,de Lybiens etc etc.Bref,de tous ceux qui vivent sur les théatres d’opérations ou ces munitions ont été tirées.Ironie du sort,certains"tireurs"en ont même fait les frais en allant"au résultat"sur des chars Irakiens par exemple(ceux la,je sais que vous allez pas les plaindre.Moi si...).
    Tout ça pour dire que même leur "échelle de l’horrible" est
    tronquée,partiale.Que pour punir un acte"horrible",on va balancer bien pire et que bientôt,les Syriens regretteront le"bon vieux temps"ou juste une génération crevait en se tortillant et bavant.
    "Enfants,profitez de la guerre,la paix sera terrible"Je commence à comprendre ce qu’il voulait dire...


  • C’est bien à cause du sionisme que les 1ère et seconde guerre mondiale ont eu lieu, ils veulent la troisième...comme dans leurs plans, qui bien entendu, n’existent pas...

    Le sionisme est l’idéologie la plus meurtrière jamais inventé par des êtres-humains, jamais, dans l’histoire de l’humanité une idée politique n’avait fait autant de mort, de malheur et d’injustice, cela dépasse largement les Goths, visigoth, vandales et autres nazis.

    Le milliard d’êtres humains détruits par cette "idée", depuis qu’elle existe, est probablement atteint !!!

    Voir le livre "La controverse de sion" de Douglas Reed...


  • #511685

    Il faut savoir que 3/4 jours avant cet incident (dramatique a n’en pas doute) du gazage d’une partie de la population de damas (un millier environ), il était mentionne dans plusieurs media que des commandos israéliens et américains étaient sur le chemin de Damas. Et puis....Ces images horribles d’enfants mort !!! Mais plus aucuns commentaires sur l’épopée de ces commandos ou de leurs objectifs. Plus un mots... ?!!! mais pourquoi donc ces mêmes médias qui sont capables de connecter les dots ne font pas le constat le plus élémentaire.
    IL EST EVIDENT QUE CETTE SARINADE EST LE FAIT DE CES COMMANDOS ou alors que quelqu’un me dise ou sont passé ces gens et pourquoi n’ont-ils plus ete mentionne.


  • Sakandiar
    Peut etre parce qu’il n’y avait pas plus de commandos sur la route de Damas que de beurre à la roulante et que cette info était juste destinée a donner une raison au fait que,le régime Syrien pris à la gorge,a balancé la purée sarinée en désespoir de cause.On regarde une partie de poker menteur entre enculés de très haut niveau.Bien malin celui qui s’y retrouve.Par contre,cui bono ?certainement pas à Bachar.
    Ceci dit,ton hypothèse est pas plus loufoque que la mienne avec mes valises de pognon.


Afficher les commentaires suivants