Egalité et Réconciliation
https://www.egaliteetreconciliation.fr/
 
A A A
imprimer

JO 2024 : les chiffres explosifs qu’Anne Hidalgo cache au CIO

Une bombe atomique à retardement...

Une délégation du comité international olympique (C.I.O.) débarque ce samedi à Paris pour évaluer la candidature de la capitale aux JO 2024. À deux mois du vote, la maire de Paris va dérouler le tapis rouge mais ne dira évidemment rien de la panade financière dans laquelle la Ville se trouve. Pourra-t-elle investir les 145 millions d’euros qu’elle a promis ?

[...]

Nom d’un radis  ! On savait que la maire de Paris était fâchée avec les chiffres, mais on ne pensait pas que ce fût à ce point. Pour se faire élire, en mars 2014, l’ex-première adjointe de Bertrand Delanoë avait pris l’engagement solennel de ne pas augmenter les impôts pendant sa mandature. Comme elle prévoyait en même temps de faire flamber les dépenses, l’équation s’avérait compliquée. À l’époque, nous avions calculé qu’il manquerait 200 millions dans les caisses dès la première année et qu’il faudrait à terme augmenter la taxe d’habitation d’au moins 20% pour rétablir la situation. Trois ans plus tard, on doit se rendre à l’évidence  : nous étions au-dessous de la vérité. En réalité, le trou que la patronne de l’Hôtel de Ville est en train de creuser avec ses équipes et ses potagers est bien plus profond que cela. La facture qui attend les Parisiens au tournant est nettement plus lourde qu’on ne pouvait le craindre. Et si en plus Anne Hidalgo obtient l’organisation des Jeux Olympiques 2024 pour lesquels elle a promis d’investir 145 millions d’euros...

Pour prendre la mesure de cette dérive, il faut se plonger un instant dans les replis arides des documents budgétaires que la municipalité ne présente jamais au grand public. Et se rappeler que la comptabilité des collectivités locales est légalement divisée en deux  : d’un côté, le budget de fonctionnement (frais généraux et masse salariale, couverts par les impôts et les taxes) et, de l’autre, celui des investissements. Selon la loi, le compte de fonctionnement, qu’il est interdit de combler avec des emprunts, doit impérativement dégager un excédent, baptisé « épargne brute ». C’est avec cette cagnotte, éventuellement complétée par de l’endettement – autorisé cette fois – que peuvent être financés les investissements. Autant dire que l’épargne brute est le nerf de la guerre pour toute collectivité locale qui entend se moderniser et développer ses équipements, comme c’est le cas de la capitale.

 

Une administration tentaculaire de 60 000 personnes

Le problème, c’est qu’Anne Hidalgo engloutit tellement d’argent pour payer ses frais de fonctionnement qu’il ne lui en reste plus pour investir. Certes, elle a un peu freiné la hausse des dépenses courantes. Des postes statutaires ont été remplacés ici et là par des emplois aidés payés au rabais, et les administrations centrales, qui étaient éparpillées dans 59 sites, ont commencé à être regroupées. Mais les gaspillages dans cette administration tentaculaire, qui emploie près de 60 000 personnes, tiennent toujours de la caricature. Rien n’a été fait par exemple pour limiter l’absentéisme alors que, selon un rapport de la Mission d’information et d’évaluation (MIE), il coûte 200 millions d’euros par an à la collectivité. Rien n’a été entrepris non plus pour renforcer la productivité des agents. La direction de la communication (qui refuse invariablement de répondre à Capital) est toujours aussi pléthorique, les services centraux accueillent encore à guichet ouvert les anciens des cabinets ministériels socialistes (à condition qu’ils appartiennent à la bonne tendance, celle de Benoît Hamon) et l’horaire de certains personnels n’atteint toujours pas les 35 heures requises.

À elle seule, l’affaire des ASP (agents de surveillance de Paris) suffit à donner une idée de la situation. À partir de janvier prochain, ces 1 500 salariés chargés de mettre les PV de stationnement n’auront plus de boulot, car le service sera confié à une société extérieure. Qu’en faire  ? La municipalité a eu, un moment, l’idée de les charger de la mise en fourrière des voitures, une tâche actuellement effectuée par des personnels privés. Mais l’étude préalable qu’elle a fait réaliser lui en a vite fait passer l’envie  : entre les suppléments de congés, la semaine de 32 heures, l’absentéisme, l’obligation statutaire de travailler en équipe de deux et les conflits sociaux qui ne manqueraient pas d’éclater, car ce job fait mal au dos, la masse salariale passerait de 9 à… 54 millions d’euros  ! Du coût, si l’on ose écrire, la mairie a décidé de recaser ses ASP dans une « brigade de lutte contre les incivilités », opportunément créée pour la circonstance, dont la tâche principale consistera à verbaliser les jeteurs de mégots et ceux qui confondent poubelle jaune et poubelle verte…

Pas étonnant que la fameuse épargne brute ne soit pas vaillante  ! En 2013, dernier plein exercice de Bertrand Delanoë, elle atteignait 481 millions d’euros, ce qui n’était déjà pas folichon. Cette année, bien qu’une bonne part des 300 millions mis en réserve par l’équipe précédente ait été engloutie, elle ne dépassera pas 107 millions, un chiffre absolument calamiteux. Pour s’en sortir, la maire de Paris est donc contrainte de se livrer à une incroyable manipulation financière. Depuis deux ans, elle convertit en logements sociaux des milliers d’appartements du parc privé, et elle exige de se faire verser d’un coup… cinquante années de loyer par les sociétés HLM à qui elle en confie la gestion. Elle a ainsi pu récolter 354 millions d’euros l’an dernier et 287 autres en 2017. Grâce à quoi elle peut améliorer son budget de fonctionnement et gonfler artificiellement son épargne brute pour financer ses investissements. Bien joué, l’artiste  !

 

Un programme d’investissement de 1,5 milliard d’euros par an

À ceci près que cette pratique, qui fait bondir tous les spécialistes de comptabilité publique, s’apparente ni plus ni moins à de la cavalerie. Comme la mairie ne pourra plus toucher 1 centime de loyer pendant un demi-siècle, l’opération revient en effet à piller l’avenir pour assurer le présent, la pire dérive de gestion imaginable. Légalement, une telle recette non reconductible ne peut d’ailleurs servir à couvrir les frais de fonctionnement, puisque ceux-ci sont récurrents. Pour pouvoir le faire malgré tout, la mairie est donc allée solliciter discrètement une autorisation du gouvernement. Ce dernier, où elle comptait beaucoup d’amis, la lui a accordée à titre « exceptionnel » pour 2016 et 2017. Mais il ne l’a pas fait pour les trois années suivantes. Autant dire qu’Anne Hidalgo, qui a prévu de récupérer 300 millions par an de la sorte d’ici 2020, va devoir croiser les doigts pour que la future équipe au pouvoir accepte de couvrir sa petite manip. C’est loin d’être gagné.

Le pillage des sociétés HLM ne suffisant pas à financer son programme d’investissements de 1,5 milliard d’euros par an, la maire de Paris s’est lancée en parallèle dans la vente à gros débit de bijoux de famille. Immeubles, terrains, locaux divers… elle espère tirer chaque année 200 millions d’euros de cette braderie. Et comme le compte n’y est toujours pas, loin s’en faut, Anne Hidalgo est obligée, nous y voilà, d’emprunter à tour de bras pour boucler son budget.

Lire la suite de cet article meurtrier sur capital.fr

Sur la voracité socialiste, dramatique pour le peuple,
lire chez Kontre Kulture

 

La double faillite idéologique et économique de la capitale sous Hidalgo,
sur E&R :

 



Article ancien.
Les commentaires sont désactivés



Alerter

18 Commentaires

AVERTISSEMENT !

Eu égard au climat délétère actuel, nous ne validerons plus aucun commentaire ne respectant pas de manière stricte la charte E&R :

- Aucun message à caractère raciste ou contrevenant à la loi
- Aucun appel à la violence ou à la haine, ni d'insultes
- Commentaire rédigé en bon français et sans fautes d'orthographe

Quoi qu'il advienne, les modérateurs n'auront en aucune manière à justifier leurs décisions.

Tous les commentaires appartiennent à leurs auteurs respectifs et ne sauraient engager la responsabilité de l'association Egalité & Réconciliation ou ses représentants.

  • Ouais bon, rien de neuf sous le soleil.
    Tant que les Français (et en l’occurrence les Parisiens) seront assez cons pour voter pour des traitres, faudra pas s’étonner des catastrophes dans tous les domaines.

    Le jours où les Français se réveilleront, tout le monde le saura vite. Ce jour là il pleuvra des grenouilles...


  • Ah l’emprunt ! ... surtout auprès des banques du système qui ont justement placé leur pantin à la présidence ( la boucle est bouclée ) , et le contribuable ... niq... ! Sinon pour les parisiens , y a aussi des urnes , ça peut leur servir egalement ! ...


  • #1726629
    le 13/05/2017 par Palm Beach Post : "Cult !"
    JO 2024 : les chiffres explosifs qu’Anne Hidalgo cache au CIO

    Le Talentueux Mr. Ripley, adapté en "maire de Paris"...


  • Les parisiens ont élu une incapable sortie de nulle part et parachutée par le PS, donc ses électeurs doivent assumer !!


  • #1726637

    Quand on ne produit plus rien, on vend ses trésors et, surtout, on accumule l’endettement, tout en espérant tirer encore un peu de sang des "gens".

    Le problème (ou serait-ce notre chance, comme semblent le penser les catastrophistes ?), c’est que cette gestion frauduleuse et purement consomptive ne peut pas durer. Le jour où cette gestion guidée par la mauvaise foi et le déni va s’effondrer, va venir, c’est certain. Et là, il y aura douleur.

     

    • Si je peux me permettre : Pas sûr ! ...c’est bien le " système " qui a mis en place progressivement cette " machine infernale " reposant sur l’usure ! Et si , sans aucun doute , il veut le faire perdurer et l’ affermir , il trouvera toujours des moyens pour le pérenniser : c’est sa survie et son credo !
      Il suffit de faire un rapide historique depuis seulement l’ère de Pompidou à nos jours , et voir l’importance de cette " usure " via les banques privées apatrides , dont plus aucune collectivité locale ( communes , communautés de communes , départements , régions ... ) n’y échappent , et avec une croissance exponentielle . Ne parlons même pas des États , dont aucun ne peut se passer désormais .
      Les differentes industries , le monde agricole , les ménages y étant inféodés depuis l’après guerre , avec le domaine public , la quadrature du cercle est achevée . Il ne leur reste qu’à pérenniser ... sans douter de leur imagination mortifère .


  • à votre bon souvenir, la paternité réelle de son ouaille ; raison profonde de ses passe-droits.

     

  • Je me souviens d une intervention de jp Raffarin dans une émission passée sur Arte au sujet des " difficultés" financières de la Grèce. À un moment il parle d une série de choses qui ont fait que la Grèce soit dans la panade . Entres autres , le fait que la Grèce ai eu l attribution des JO. Pour comparaison il fait le rapprochement avec le moment où il était premier ministre et où il faisait le Vrp pour avoir les JO à Paris . là il dit que finalement il fut soulagé que Londres soit désigné car les couts d organisations auraient été trop importants pour la france à l époque .... sommes nous en meilleure situation financière qu en 2008 ?


  • Parisiens ! Parisiens ! Qu’allez-vous faire aux prochaines élections ?
    De votre petite fleur déjà presque fanée d’Hidalgo ?
    Je ne vous crois pas capable de passer enfin à l’action.
    Pour l’expédier afin qu’elle aille danser le flamenco ?

    En ce triste moi de mai est apparu une autre diversion.
    Boire jusqu’à la lie du bon jus de Macronnade !
    Le citoyen irresponsable laisse faire toutes ces malversations.
    Sans aucune échappatoire, on sera tous dans la panade !

    Buvez ! Buvez et prenez en tous de ce formidable placebo !
    Chic ! On vous a dit qu’il n’y a pas d’effets secondaires.
    Ainsi vous méritez tous pleinement votre statut de Bobo.
    Quand les flatulences exploseront vos anus débonnaires.

     

  • La délégation retoquera Paris à cause de l’insécurité et des innombrables gueules patibulaires qu’ils n’y manqueront pas de croiser .

     

    • Tu sous estimes trop nos politicards. Pour ceux qui ne connaissent pas Paris, lorsque l’on vient de l’aéroport de Roissy- CDG (A1), on passe par la porte de La Chapelle pour entrer dans Paris.
      Vous comprenez pourquoi on a évacué le camps de migrants de La Chapelle, juste avant l’arrivée des officiels du Comité Olympique.


  • #1726679

    Le problème est que l’empire va donner les JO à Macron pour soutenir son image et c’est nous contribuables qui allons payer l’addition. Il n’y a pas pas de doute. Macron et l’autre l autre illuminé canadien sont les deux marionnettes du système et il faut les aider


  • 2024 ? Ca fera bien longtemps que Paris sera réduit en cendre...


  • #1726743

    C’est parfait. j’espère qu’elle fera pire que çà !


  • pensons printemps !!!


  • Vous n’avez pas de mémoire ou quoi ?
    Les graves problèmes économiques de la Grèce ont commencé juste après les J.O d’Athènes en 2004.....D’autant plus que nous prenons exactement le même chemin avec Macron.
    Comment est-il possible que vous l’ayez oublié ?
    Je suis révolté.....


Commentaires suivants