Egalité et Réconciliation
https://www.egaliteetreconciliation.fr/
 
A A A
imprimer

Jacky Dupéty - Le bois raméal fragmenté, une lecture naturelle du vivant

Le sujet vous intéresse ? Visitez le site de notre partenaire :

 



Article ancien.
Les commentaires sont désactivés



Alerter

20 Commentaires

AVERTISSEMENT !

Eu égard au climat délétère actuel, nous ne validerons plus aucun commentaire ne respectant pas de manière stricte la charte E&R :

- Aucun message à caractère raciste ou contrevenant à la loi
- Aucun appel à la violence ou à la haine, ni d'insultes
- Commentaire rédigé en bon français et sans fautes d'orthographe

Quoi qu'il advienne, les modérateurs n'auront en aucune manière à justifier leurs décisions.

Tous les commentaires appartiennent à leurs auteurs respectifs et ne sauraient engager la responsabilité de l'association Egalité & Réconciliation ou ses représentants.

  • C’est impressionnant merci beaucoup ! C’est ce genre d’agriculture dont parlait Piero ?

     

    • Oui entre autre, quand on a pris connaissance de ces "nouveaux" moyens agricoles le choix va être déterminé ensuite suivant la surface qu’on veut cultiver : si le BRF est adapté pour les petites surfaces (maraîcher avec 3Ha), c’est le Semi direct sous couvert qui sera choisi sur une terre de 150Ha par exemple, car on peut difficilement couvrir une telle surface en bois !
      Mais si on choisit le BRF il faut pouvoir s’approvisionner : soit en achetant son brf en sac au truffaut du coin, soit en allant couper en foret puis broyer les branches pour en faire des copeaux avec un broyeur qu’on aura loué ou acheté.
      Le mieux étant d’avoir une surface cultivée avec autour des haies et des arbres qui pourront nous fournir en bois régulièrement, sachant qu’on a besoin de deux apports par an il me semble.
      Le meilleur bouquin à ce propos est là : http://www.amazon.fr/Bois-Raméaux-...
      Ne pas hésiter à comparer agriculture moderne intensive et agriculture naturelle avec BRF : c’est comme arrêter de fumer ou continuer, dans un des cas il n’y a QUE des avantages dans l’autre QUE des inconvénients :)


  • #292581

    Je ne voudrais pas dire de bêtises, mais il me semble reconnaitre la femme qui s’occupe d’au bon sens, à 1:32 sur la droite du monsieur au pantalon fluo.

    Enfin bref, je m’intéresse depuis peu à l’agriculture ayant comme projet après mes études de construire une maison moi même à la campagne et d’en cultiver le sol. (Une ""BAD"" en quelque sorte, avec beaucoup de guillemets !)
    Cependant, étant parisien, je n’ai que très peu de connaissances en agriculture (je sais seulement que le sol français, dans une grosse proportion est malade, merci au couple Bourguignon !) et encore moins de pratique.

    Donc, si les nutriments sont stockés par l’arbre dans les rameaux, le fait de les couper afin de nourrir le sol ne va-t-il pas pas pénaliser l’arbre privée de ses réserves pour l’hiver ?
    Ou bien ces derniers pourront être récupérer par l’arbre via ses racines et profiter à l’arbre, ainsi qu’à l’ensemble de la flore environnante ?

    Quoiqu’il en soit, vidéo très intéressante, merci d’avance aux personnes qui prendront le temps de combler mon manque de culture agricole...
    Cordialement, Yanis.

     

  • C’est ce genre de pratique qui me donne encore fois en l’humain !

     

  • Quelqu’un peut-il recommander un modèle de broyeur à végétaux, pour des particuliers ? L’an dernier, nous en avions loué un, qui s’est révélé être de la camelote.


  • Ça rejoint le principe de permaculture, seul bémol le "sans intervention humaine", qui est erroné du fait de la phase de broyage des rameaux qui se fait dans son cas avec une machine, dans le cas de l’africain avec la machette.
    Bref, c’est mieux, c’est l’avenir, et ce qu’il faut retenir avant tout, c’est que la forêt est l’exemple, toujours.
    C’est même le sol idéal si vous voulez cultiver en permaculture, faites-le en lisière de bois ou de forêt si vous le pouvez.


  • Cette technique du BRF est des plus interressante !

    Merci pour cette vidéo.

    En voiçi d’autre pour le plaisir :
    http://www.youtube.com/watch?v=cH9paPIXeEg
    http://www.youtube.com/watch?v=O9PbidB0QdA


  • Bonjour,

    Je me permet de commenter cette vidéo car durant ma formation agricole en maraichage biologique nous nous sommes tous posé la question du BRF.

    Je viens donc donc apporter quelques bémols à cette solution qui n’aurait que des bénéfices.

    Tout d’abord je souhaite rappeler le cycle naturel de la forêt prise comme modèle. Les arbres sont des plantes dites pérennes, c.a.d qui ne sont pas re-semée chaque année contrairement à la majorité des plantes agricoles (pommes de T., carottes, poireaux, tomates, etc.), exception pour les artichauts, asperges ou encore rhubarbe. Je fait cette distinction pour aller au delà du "copier-coller" suscité par Jacky DUPETY.
    Ensuite, tous les ans l’arbre puise en profondeur grâce à ces racines quantité de nutriments qui le font vivre et grandir. De plus chaque année l’arbre perds ces feuilles et non pas ces jeunes rameaux. C’est une distinction de taille me semble-t-il puisque la faune de surface digère plus facilement les feuilles et les branches mortes qui tombent naturellement.
    Les feuilles constituent une nourriture formidable pour les vers de terre, dont l’importance est colossale pour la vie du sol. Cf le travaux de Jacques FUCHS du FIBL.

    Je pense que les sols appauvri de l’agriculture conventionnelle n’ont pas la force de digérer le BRF, il faut a mon avis d’abord leur donner des feuilles pendant plusieurs années puis après avoir constaté une riche vie du sol donner du BRF en limitant la taille des rameaux à des diamètres de 2 cm. (Personnellement je resterai aux feuilles à l’automne et compost au printemps)

    Pour les curieux, certaines régions du canada (initiateurs du BRF) auraient interdit l’utilisation du BRF à cause d’effets "bloquants" à long termes (5-10 ans). Il faut faire aussi attention dans le choix des essences de bois utilisées, certaines sont très tanniques et seraient la source de ses blocages.

    Voila tout, bon vent à tous et n’oubliez pas : "Il faut cultiver son jardin"

    Quentin, futur maraîcher.

     

    • “Pour les curieux, certaines régions du canada (initiateurs du BRF) auraient interdit l’utilisation du BRF à cause d’effets "bloquants" à long termes (5-10 ans). ”

      J’ai pas confiance. Si on légifère là dessus aussi, c’est qu’il y a mosanto derrière. On vous enlève vos copeaux de bois pour vous remplacer ça par une nouvelle solution révolutionnaire-vue-à-la-télé-issue-de-nos-meilleurs-laboratoires.


    • Le sol forestier est si complexe !! comment ne pas parler non plus de cette découverte de chercheurs chinois : les arbres possèdent aus extrémités de leurs racines des "feuilles racinaires" caduques, la lignine contenues dans ces feuilles est du même type que celle des rameaux !!! alors les rameaux ne tombent peut-être pas en masse mais il y a la lignine qui convient aux champignons !!
      C’est justement sur les sols les plus malmenés ou les moins riches ou vivants que les résultats sont très rapidement probants.
      J’aime bien le conditionnel : "auraient interdit l’utilisation....." je crois rêver en lisant celà !!
      Quentin, il faut se mettre à la lecture des publications de Mr Gilles Lemieux, en hiver on a le temps.
      Je peux en dire plus selon mon expérience de 10 ans sur les Causses du Quercy....mais aussi des témoignages africains, malgaches ou entre autres brésiliens !!
      je suis facilement contactable .
      Pourquoi, pas un mot sur le rôle essentiel des champignons ?
      Allez faut aussi écouter Claude et Lydia Bourguignon.
      jacky


    • Bonjour monsieur Dupéty,

      Merci d’avoir répondu à mon message.

      L’objectif de mon message est d’avoir des pistes pour lever les doutes que j’ai sur le BRF.
      J’entends les résultats qui fonctionnent et je voudrai savoir plus précisément quel type de sol vous avez, quelles essences de bois vous utilisez, quand est ce que vous disposez le BRF.
      On se demandait avec les camarades en formation maraichage si l’utilisation d’arbres légumineuses type acacia était pertinente en BRF pour compenser la faim d’azote.

      Enfin voila, j’ai plein de questionnement sur le sujet, j’envisage de m’installer en bio dans la marne sur une parcelle qui est encore cultivée en cultures céréalière conventionnelle, donc je me demande quelles sont les meilleures pratiques à observer pour redonner vie à ce sol.

      Je vais de ce pas lire les travaux de gilles lemieux.

      Merci d’avance et bon courage pour vos cultures de 2013.

      Quentin


  • voici un lien complémentaire pour explorer les ressources liés au BRF et à la Permaculture en générale.
    Aujourd’hui, apprendre la permaculture est non seulement un acte de résistance mais en plus un véritable savoir qui deviendra très précieux en ces temps de corruption de la terre.

    http://www.dzogchen.fr/index.php

    Voici des livres qui me semblent essentiels sur le sujet

    - Purin d’ortie & cie : Les plantes au secours des plantes
    - Le jardinier-maraîcher - Manuel d’agriculture biologique de Jean-Martin Fortier
    - Perma-culture, tome 1 et tome 2


  • C’est toujours une immense joie de voir ce type de vidéos et nous font croire en l’avenir et aux hommes en dépit de toutes les infâmies que l’on nous imposent. Je ne croit pas à la fatalité, la roue tourne et le mal conquérant sera broyé comme un insecte sous le bien ressurgit par la nature.


  • l’important pour une terre c’est qu’elle ne soit pas "nue", toujours avoir un couvert, comme en forêt.
    Si la forêt a son sol couvert, c’est pas uniquement parce que les feuilles tombent.
    Nos yeux ne nous servent pas qu’a voir mais aussi observer.
    Observons la nature, elle est tellement belle.

    merci aussi pour le couple Claude et Lydia Bourguignon.

    http://www.youtube.com/watch?v=2hbQ...


  • Cela ne fait qu’effleurer un des principes de la permaculture (évoqué par San Giorgio), qui est un modéle d’agriculture de l’avenir.

    Pour aller plus loin, il serait bon que Kontre Kulture édite des livres tel que Permaculture 1 et Permaculture 2 de Bill Molisson... on peut aussi les trouver en pdf sur le net.
    Pour voir ce que la permaculture peut réaliser :
    Accrochez vos ceintures...c’est ici que ça se passe.
    Une BAD sans perma... inconcevable !


Afficher les commentaires suivants