Egalité et Réconciliation
https://www.egaliteetreconciliation.fr/
 
A A A
imprimer

Jacques Attali, président du Monde, nous explique "comment faire s’effondrer une dictature"

Jacques Attali (prononcer jakatali), c’est comme les burgers : même si on sait que c’est pas très bon pour la santé, on ne s’en lasse pas, on a toujours envie d’un bon burger bien mou avec des choses un peu dégueulasses à l’intérieur.

 

N’oublions pas que le burger n’est pas une invention américaine mais française, et plus précisément niçoise, puisque son ancêtre s’appelle le pan bagnat. Beaucoup plus équilibré et nourrissant que son cousin copieur d’outre-Atlantique.

En matière de copie le Jacquot est pas mal non plus puisqu’il s’est souvent inspiré des livres des autres pour écrire les siens. Qu’on pense seulement au Werner Sombart, Les Juifs et la vie économique, devenu entre les mains du sorcier sioniste Les Juifs, le monde et l’argent (2002), livre stupéfiant sur lequel nous allons revenir très bientôt.

Mais ce qui nous intéresse ce dimanche 2 septembre 2018, c’est le billet du président du Monde dans L’Express du 27 août. Parfois, le mage se laisse aller à des divagations politico-eschatologiques, et il faut le choper au vol car au milieu d’un fatras de paroles yahvinées gisent parfois quelques pépites de vérité.

Assez parlé, place au Maître. Déjà, dans l’intro, parler d’avancées pour définir la situation de la Libye ou de l’Afghanistan, c’est osé :

« Après avoir beaucoup avancé, dans les années 90, avec l’effondrement du bloc soviétique, et l’évolution de l’Amérique latine, la démocratie semble aujourd’hui en recul. Certes, de nouvelles avancées ont lieu récemment, au Maroc, en Tunisie, en Irak, en Afghanistan, en Libye. »

Des avancées en Afghanistan qui se comptent en centaines de milliers de morts sous la botte de l’Empire ou de l’OTAN, et ne parlons pas de la Libye qui était une oasis africaine et qui a été détruite par une coalition américano-sioniste. Au pays de Chavez et Maduro de prendre une tarte :

« Inversement, quelques pays démocratiques sont devenus des dictatures, comme le Venezuela.

D’autres sont passés d’un dictateur à un autre. C’est le cas dans certaines républiques de l’ancienne Union Soviétique, comme le Turkménistan, ou la Biélorussie. C’est le cas aussi de l’Iran, passé de la dictature du shah à celle des mollahs. C’est aussi le cas de la Chine et du Vietnam. Dans certains de ces pays, le pouvoir est passé de père en fils, l’un étant plus sanguinaire que l’autre ; comme la Corée du Nord, la Syrie, le Togo, la République Démocratique du Congo. Et tant d’autres.

D’autres encore, et ce sont les plus nombreux, sont entrés dans une zone grise, où la dictature évolue plus ou moins vite vers la démocratie, comme la Russie, certaines républiques d’Asie centrale, le Myanmar, Cuba, le Kenya et la Malaisie, ou au contraire où la démocratie glisse vers une dictature, comme les Philippines, l’Indonésie, la Hongrie, la Turquie et même l’Inde. »

Le roi de l’inversion accusatoire, qui oublie Israël dans la liste des dictatures, se demande comment renverser ces régimes qui ont l’heur de déranger le projet de domination mondiale de l’axe américano-sioniste.
On a laissé la grosse faute d’orthographe car on ne touche pas à la prose du Maître :

« Un embargo ne suffit pas, par lui-même, à y parvenir. Il peut même, parfois, souder un peuple autour de ces dirigeants, même s’ils sont épouvantables ; rares sont les cas où un isolement a suffisamment affamé un peuple pour que celui-ci se retourne contre ceux qui le dirige. Les Américains, qui vivent avec l’illusion que c’est leur politique qui a conduit à l’effondrement du communisme, (alors que c’est la décision de Gorbatchev de ne plus tirer sur ses peuples, et d’aller vers la démocratie) continuent de penser qu’il suffit d’isoler une nation pour faire s’effondrer son régime. L’exemple de Cuba aurait dû montrer que tel n’est pas le cas. Et je crains qu’ils aient la même déconvenue avec la Corée du Nord. »

Ensuite, dans un moment de folie, Jacquou remet en question l’ingérence à la Kouchner, ce docteur pro-américain qui a infiltré un temps la politique extérieure française, cet « humaniste » qui s’est déclaré en faveur des guerres de l’Empire, et de la France, si cette dernière s’alignait sur les intérêts supérieurs :

« Alors, que faire ? Faut-il ne pas se mêler de ce qui se passe chez les autres ? Après tout, de quel droit voudrait-on imposer la démocratie quelque part ? Et sans doute faut-il se contenter de tenter de mettre hors d’état de nuire les dictateurs qui nuisent au-delà de leurs frontières. »

On sent que Jacquou a envie que les Américains pilonnent la Corée du Nord avec des bombes atomiques mais c’est mal, sa morale de faux humaniste l’empêche de dire un truc pareil. Cela ne l’empêche pas de dénoncer l’axe du mal, exactement comme ce crétin de Bush (fils) :

« Comment ? Faut-il négocier avec eux ? L’exemple pitoyable de la soi-disant négociation entre les Américains et la Corée du Nord, (qui continue à avancer à grands pas vers l’armement nucléaire) montre que cela ne sert en général à rien. »

Eh bien non, Jacquou en appelle à la guerre préventive, cette invention israélienne qui permet, quand on est bien paranoïaque ou bien truand dans l’âme, de démolir celui qui s’oppose à un projet de colonisation régionale ou mondiale sans fin.

« Dans certains cas, une guerre préventive contre un régime dont l’action nuit à plus que son peuple épargnerait bien des morts : si on avait attaqué Hitler avant qu’il n’envahisse la Ruhr et qu’il ne reconstitue son armée, on aurait sans doute épargné des dizaines de millions de morts en Europe. Naturellement, rien de tel ne justifiait l’attaque sur l’Irak et celle sur la Libye, et une attaque préventive doit être pesée avec soin, comme un ultime recours. »

Rien de tel qu’un rappel de Tonton Adolf pour dire qu’il faut écraser dans l’œuf toutes les dictatures vilaines avec leur propre peuple, mais plus sûrement résistantes à la domination américano-sioniste du monde. Les peuples, dans la bouche du bombardier Attali, ils ont bon dos !

Pour comprendre la vision attalienne du monde,
lire chez Kontre Kulture :

 

Les derniers oukases du mage Attali, sur E&R :

 



Article ancien.
Les commentaires sont désactivés



Alerter

47 Commentaires

AVERTISSEMENT !

Eu égard au climat délétère actuel, nous ne validerons plus aucun commentaire ne respectant pas de manière stricte la charte E&R :

- Aucun message à caractère raciste ou contrevenant à la loi
- Aucun appel à la violence ou à la haine, ni d'insultes
- Commentaire rédigé en bon français et sans fautes d'orthographe

Quoi qu'il advienne, les modérateurs n'auront en aucune manière à justifier leurs décisions.

Tous les commentaires appartiennent à leurs auteurs respectifs et ne sauraient engager la responsabilité de l'association Egalité & Réconciliation ou ses représentants.

Commentaires suivants