Egalité et Réconciliation
https://www.egaliteetreconciliation.fr/
 
A A A
imprimer

"Jamais je n’ai vu les politiciens de l’Europe avoir aussi peur que la semaine dernière’’

D’un point de vue technique, la crise de la zone euro pourrait être résolue, estime Wolfgang Münchau dans le Financial Times. La solution pourrait faire appel à :

- Des obligations européennes émises dans le cadre d’une union fiscale.

- Une extension des pouvoirs de la Banque Centrale Européenne (BCE), pour lui permettre de procéder à des rachats massifs d’obligations souveraines

- Le renforcement du Fonds Européen de Stabilité Monétaire (FESF), en le dotant de la capacité à emprunter des fonds de la BCE

- Le FESF pourrait émettre des sortes des titres de créance avec un escompte

- Certains ont même proposé de transformer le FESF en une compagnie d’assurance.

Dans tous les cas, il faudrait renforcer sa capacité financière, pour lui permettre d’intervenir bien au-delà des 440 milliards de dollars de son enveloppe actuelle.

Mais depuis le début, la crise de l’euro a plus été envisagée sous le prisme politique, plutôt qu’économique, et le débat, au lieu de se concentrer sur ce qu’il était possible de faire, s’est constamment fixé sur ce qui ne l’était pas. Les dirigeants européens ont toujours été en retard dans leurs décisions.

Alors que le monde discute des mesures à prendre pour déjouer une crise mondiale, ils en sont toujours à discuter des changements mineurs apportés au FESF décidés le 21 juillet dernier. Cela va continuer, d’autant plus que désormais, le Bundestag a son mot à dire, et qu’il devra voter chaque décision prise dans le cadre de l’Europe. En Allemagne, Angela Merkel devrait faire plus pour l’Europe que répéter inlassablement que l’échec de l’euro signifierait la fin de l’Europe. Elle doit accepter de mettre son avenir politique dans la balance.

Les dirigeants européens ont maintenant 6 semaines pour prendre les décisions décisives, décider que faire pour la Grèce, recapitaliser le secteur bancaire, renforcer le FESF, pour convaincre durablement les marchés financiers. Mais si l’on s’en tient à leurs réalisations passées, il est difficile d’imaginer qu’ils obtiendront le soutien de leurs électeurs. « Jamais je n’ai vu les politiciens de l’Europe avoir aussi peur que lorsque je les ai vus la semaine dernière à Washington », conclut Wolfgang Münchau.

 



Article ancien.
Les commentaires sont désactivés



Alerter

3 Commentaires

AVERTISSEMENT !

Eu égard au climat délétère actuel, nous ne validerons plus aucun commentaire ne respectant pas de manière stricte la charte E&R :

- Aucun message à caractère raciste ou contrevenant à la loi
- Aucun appel à la violence ou à la haine, ni d'insultes
- Commentaire rédigé en bon français et sans fautes d'orthographe

Quoi qu'il advienne, les modérateurs n'auront en aucune manière à justifier leurs décisions.

Tous les commentaires appartiennent à leurs auteurs respectifs et ne sauraient engager la responsabilité de l'association Egalité & Réconciliation ou ses représentants.

  • Les agents du Système sont inquiets parce qu’ils redoutent une mauvaise réaction des peuples envers ce coup d’État administratif qu’ils préparent sur fond de guerre économique.
    Est-ce que la pilule va bien passée ? La peur de la ruine suffira-elle à les résigner ou allons-nous devoir recourir à des mesures coercitives extrêmes, tel que des attentats terroristes ou déclencher une guerre d’agression d’une ampleur plus importante qu’avec la Libye, afin de les soumettre par suffisamment de terreur ?
    Ça risque d’être un sacré bordel tout ça ! Y a de quoi s’en inquiéter, surtout lorsqu’on est juste des pions à qui ses patrons ne dévoilent pas assez de chose sur leurs plans de conquêtes.

     

    • Déja hier à la TV Pujadas annoncait la "vague rose" pour les Sénatoriales il faut s’attendre à une "révolution rose" quand ils auront décidé de déclencher le clash social , c’est comme ça qu’ils vont l’appeller ?!... mais ça risque d’être le serpent qui va se mordre la queue ou l"arroseur arrosé au choix .


  • les politiciens feront comme "Hollande le fourbe", ils enverront des soufifres voter pour eux maladroitement bien et diront dans les medias mainstream : il a dit oui et moi je voulais dire non !!! c’est pas de veine mince les gars !!
    vieille technique qui consiste a faire semblant de rejeter la faute sur un autre quand on ne peut pas se permettre de la commettre ouvertement.
    Ils ont quand meme 6 semaines pour trouver les histoires a raconter aux electeurs, y a de quoi en faire : 1000heures pour chier un texte stipulant que c’est la bonne solution.