Egalité et Réconciliation
https://www.egaliteetreconciliation.fr/
 
A A A
imprimer

Jamel Debbouze : "On m’a proposé d’être secrétaire d’État"

Aux Bègues et aux Malparlants ?

Jeudi 19 octobre 2017, l’humoriste Jamel est l’invité de l’émission Team Duga de l’ancien champion du monde Christophe Dugarry. Il révèle qu’on lui a proposé un drôle d’emploi...

« On m’a proposé d’être secrétaire d’État, secrétaire d’État à la… comment ça s’appelle. Un jour, on m’a proposé un gros poste comme celui-là. Bien sûr que non, j’ai refusé. »

Et pourquoi ?

« Parce que ce n’est évidemment pas mon métier, parce que je m’y ennuierai à mourir, parce que c’est là où je serai le moins efficace, le plus figé et le plus critiqué. Quand on gagne une Coupe du Monde, la jeunesse trouve du travail derrière. Là, on est super utile. Quand je monte sur scène et que je fais l’Olympia ou le Zénith, j’ai le sentiment d’être utile. Il vient d’en bas, il a une main dans la poche, il se retrouve là… il y a une forme d’espoir quelque part. Pareil pour Omar Sy. On représente ça. On en est conscient, on ne joue pas, on espère que ça aura de l’écho chez les gamins et pas seulement. Notre acte politique, c’est de continuer à faire ce qu’on fait dans les meilleures conditions. »

C’est sûr que la réussite de Jamel et d’Omar a permis à des milliers de jeunes de mieux travailler à l’école, de mieux respecter le pays qui les a vu naître, etc. En réalité, rien que pour prendre cet exemple emblématique, Trappes est dans le top 3 des villes exportatrice de djihadistes français vers la Syrie et l’Irak... Une réussite exemplaire de l’exemple debbouzien.
Mais ne mettons pas tout sur le dos du petit humoriste, devenu grand par la volonté des apprentis sorciers de Canal+ des années 90. Pour un Jamel qui s’en est sorti, des milliers ne s’en sortiront pas. Mais se sortir de quoi ? De la misère ?Misère, le mot jamais prononcé qui est le pendant de la fameuse « réussite » qu’on fait miroiter aux quartiers. Mais de quelle misère parle-t-on ? Il ne s’agit pas de misère matérielle, puisque personne ne meurte de faim en banlieue. Alors de quelle misère parle-t-on ?

 

 

On parle de misère culturelle. Parce que nous savons tous que c’est la culture, celle des mots, du langage, de la relation avec les autres, de l’apprentissage, de l’instruction, qui fait la différence, qui élève et ce, dans tous les sens du terme. Sans cette culture, qui va avec l’amour ou au moins le respect du pays qui la donne, comme une mère nourrit ses enfants à son sein, il n’y a rien, il y a le rejet, l’abandon, la violence. Or Jamel n’est pas le meilleur vecteur d’intégration, lui qui a basé son succès paradoxal sur l’Arabe qui ne sait pas parler français. Un ethnomasochisme qu’il n’a vraisemblablement pas mesuré.

 

 

On aurait pu imaginer un Jamel s’exprimant comme Paul Meurisse dans Le Deuxième Souffle, avec ses mots posés, son phrasé parfait, son vocabulaire fleuri... une véritable chanson, du rap franchouillard avant l’heure. Eh bien non, Jamel a été nourri au lait du français massacré, honni, d’une langue qu’il fallait rabaisser, ânonner, torturer, celle du « bicot du bled qui parle mal la Flance ». Dommage, c’eût été véritablement révolutionnaire, contre-pédestre, ouvrant des champs incroyables à des jeunes qui auraient été poussés non pas vers l’abaissement, mais vers l’élévation.

 

 

Jamel, à son corps défendant, n’a pas défendu le français, et son sabir de bébé-bicot qui fait rigoler les racistes qui s’ignorent ne le grandit pas. D’ailleurs, Jamel n’a jamais grandi. Il ne s’est jamais élevé. Quel plus mauvais exemple pouvait-on donner de la communauté des rabzas, comme on dit en banlieue ? Le jamélisme participera au cloisonnement et à l’isolement communautaire des jeunes des quartiers, qui heureusement ne sont pas tous comme ça.

Alors, sachant cela, faire de Jamel un secrétaire d’État, au point où en est l’État aujourd’hui, pourquoi pas. Ce ne serait qu’une étape de plus dans le rabaissement programmé par l’oligarchie. Une oligarchie qui a toujours « soutenu » Jamel. Et Jamel jouerait un rôle que des sorciers maléfiques auront encore concocté pour lui...

Quand le rire devient un outil de contrôle social,
lire chez Kontre Kulture

 

Herrou, l’idiot utile de l’antiracisme, sur E&R :

 



Article ancien.
Les commentaires sont désactivés



Alerter

68 Commentaires

AVERTISSEMENT !

Eu égard au climat délétère actuel, nous ne validerons plus aucun commentaire ne respectant pas de manière stricte la charte E&R :

- Aucun message à caractère raciste ou contrevenant à la loi
- Aucun appel à la violence ou à la haine, ni d'insultes
- Commentaire rédigé en bon français et sans fautes d'orthographe

Quoi qu'il advienne, les modérateurs n'auront en aucune manière à justifier leurs décisions.

Tous les commentaires appartiennent à leurs auteurs respectifs et ne sauraient engager la responsabilité de l'association Egalité & Réconciliation ou ses représentants.

  • Cher ami journaliste, Debbouze n’est certainement pas un aigle de la culture (il dit trouver Michel Jacques sonne "formidable"), il me semble que confondre Paul Meurisse avec Pierre brasseur est inquiétant.

    Lequel Meurisse était renommé, justement pour son éloquence et son phrasé caractèristique.

     

    • @ Daggets

      Peux-tu reformuler ta pensée en la précisant ? Il n’y a aucune occurrence des mots « Pierre » et « Brasseur » dans le texte signé E&R, et il n’y a qu’une seule occurrence du mot « Meurisse », à savoir dans la phrase « On aurait pu imaginer un Jamel s’exprimant comme Paul Meurisse dans Le Deuxième Souffle, avec ses mots posés, son phrasé parfait, son vocabulaire fleuri...  ». En cherchant dans la page wikipédia titrée « Le Deuxième Souffle », on ne trouve aucune référence à Brasseur, mais Meurisse fait partie des acteurs principaux.

      Alors, c’est quoi ton projet ?


    • C’est bel et bien Paul Meurisse dans l’extrait ci-dessus. Là où je suis d’accord avec vous est que cela soit inquiétant de confondre les deux !


    • Cher ami sam Wang, le journaliste à corrigé son erreur, il a remplacé pierre brasseur par Meurisse, ce qui fait que mon commentaire n’est plus d’actualité.

      Que voulez vous dire par "c’est quoi ton projet ?"
      Parlez vous de ma vie professionnelle, privée, ou affective ?
      En quoi cela peut il être relié à cet article ?

      Il conviendrait qu’avant de faire des phrases, vous distinguiez la différence entre le langage populaire des faubourgs et l’écriture, noble art réservé aux gens qui s’adressent à une large population.

      Dans laquelle peut se trouver des gens de qualité qui ignorent tout de la plèbe et de ses expressions maladroites..Je sais pas si y comprend ?


  • Ce ne serait pas plutôt Paul Meurisse ?


  • Pourquoi ne pas en faire un ministre carrément ? De toute façon ça ne consiste qu’à serrer des mains à longueur d’année. C’est à sa portée non ?

     

  • Vulgarité, laideur, bêtises, ignorances...Tout comme moi, mais eux, ils arrivent à faire de l’argent avec...


  • Debouzze secrétaire d’Etat à... l’Education Nationale, par exemple. Ou à la djioustizz. Il ne veut pas ? On prendra Belkacem ! Schiappa ! Obono ! Salamé ! Omar Sy ! Nabilla ! Marilou ! Sibeth ! en veux-tu, en voilà. Il faut achever le Français.
    Le patois du matois petit bonhomme est en effet issu du parler d’un gamin de quatre ans trop gâté, dont on admire les moues et les affectations narcissiques, mêlé à une déficience en phonèmes et un débit rapide pour faire passer le tout, étourdir l’auditeur (profondément dégoûté) avant qu’il ne s’aperçoive qu’on le prend pour un demeuré.
    Le fond de son discours est toujours profondément injurieux pour la tradition du pays dont il se gave.
    Belkacem parlait de façon formellement plus présentable avec une prononciation sans défaut, mais la langue écrite n’était absolument pas maîtrisée, orthographe, logique. Elle aussi une gamine de quatre ans trop gâtée habituée à faire admirer ses moues et mots et mines.
    Tous des narcisses incompétents.

     

  • "Pour un Jamel qui s’en est sorti, des milliers ne s’en sortiront pas."

    Parmi des milliers qui ne s’en sont pas sortis, mais alors pas du tout, un certain Jean-Paul Admette, qui, lui aussi, est passé à la "Trappes". Lui, ne reviendra "Jamel" parmi nous. Nos compatriotes réunionnais savent tous de quoi je parle.


  • C’est dommage qu’il n’ai pas accepté, pour une fois il aurait pu nous faire rire....


  • À force de dire qu’il n’y a que des bras cassés...

     

  • #1823894

    Ces montages nous montrent la chute vertigineuse en si peu de temps. Certes le libéralisme est en partie responsable de cette décomposition de la langue, de cette décompostion de la civilisation. Mais enfin ces enfants d’immigrés qui ont cultivés ce côté blédard matiné de culture rap des ghettos américains devraient se poser la question des choix qu’ils ont fait. La souillure du rap plutôt que la culture française. La mythification du pays des parents plutôt que l’amour de celui qui les a vu naitre, et bon an mal an acceuilli non pas parfaitement mais du mieux que nous avons pu. La france vit sous le joug d’une double colonisation. Celle de l’amérique et celle de l’islam. Certains en tirent les marrons du feu.

     

    • Hahaha, et ces millions de FdS (pas Forces Démocratiques Syriennes hein) qui jactent le même patois, avec le même accent du bled, écoutent la même daube venue des States, c’est aussi "la mythification du pays des parents" ? Ou juste les tares (tarés convient très bien également) de l’Education Nationale, le marécage culturel (je ne met pas de guillemets, il y en aurait trop sur les cinq derniers mots...) et 72 ans -49 selon les anti-gauche primaires- d’abrutissement total du pays "qui les a vu naitre" !


  • Pour l’état, le monde maghrébin est soit collabeur soit islamiste et le reste ne s’est pas encore décidé, la question que se pose les français, c’est lesquelles sont les plus manipulables ?

     

  • Que vous y allez fort : Djamel était pour l’État, le seul petit rigolo incapable de leur faire une quenelle dans le dos. Pour sûr qu’il n’aurait pas pris le risque de s’affubler les talents d’un vrai comique...
    Comme certains, par leurs agissements "politiques", poussent à l’antisémitisme irrationnel, ce genre de gus, avec sa clique, pousse au même racisme : un rejet sur lequel malheureusement se pose le visage d’une éthnie, voire d’un culte...
    Heureusement qu’au sein de ceux-là il est parfois des être délicieux, parce qu’il faudrait vite craindre le pire...


  • Vous-y croyez à cette histoire ?? Je sais pas, j’ai un doute ...
    Vu l’extraordinaire non-notoriété dont joui Jamel en ce moment, j’ai VRAIMENT un doute ....
    Depuis l’histoire de Dieudo, son passage à l’ennemie et la création du "Jamel Comédie Club", qu’elle est l’existence médiatique de cette personne ???
    Peut-être à Paris on en parle mais en province (pour ma part c’est les Landes), Jamel on s’en fout comme de l’an 40, ce mec ne fait plus rire personne (pour de vrai !!!).
    Et sur quelle chaîne svp ??? RMC qui au passage fait partie du groupe BFM tv, magnifique, de toute beauté !!!


  • Il faut partir du QI de ces gens, ça ira plus vite. Quand il n’y a absolument pas la moindre trace d’une quelconque subtilité, on tombe sous les 100. Ne pas maîtriser une langue même moyennement en fait partie, comme dire toujours la même CHOSE. Du style être africain c’est super, faut surtout reproduire ici le modèle de là-bas qui leur a tant réussi qu’ils voudraient tous que les colonies redeviennent françaises. Ah et les blancs sont nuls, sauf ma femme évidemment.
    Comment ne peut-il pas comprendre que sa "réussite" subventionnée par les impôts des pauvres n’est pas généralisable à 9 millions de chômeurs (il aurait pu aussi citer les footreux, trop compliqué pour lui sans doute) ; encore l’article est sympathique, il ne parle pas de ses nombreux démêlés avec la justice.


  • "Mais qu’est ce qu’on a pu faire au bon Dieu " comme disait ma grand-mère !!!

    Au bon Dieu ,je ne sais pas trop ; en revanche votez comme des abrutis , voter blanc ou s’abstenir , ça c’est sûr comme dirait "la mère Denis "

    Car enfin , majoritairement les Français ont tout fait pour en arriver à une telle extrémité.

    "Un peuple qui élit des corrompus, des renégats, des voleurs des menteurs et des traîtres n’est pas victime ,il est COMPLICE "
    Georges Orwell

     

    • Mais oui Cyprien, mais oui. Vous, vous avez tout compris !!! Et en votant pour la blondasse et ses amis, vous auriez gagné quoi ? Un cours sur l’équerre et le compas et un voyage à "y’a des vaches " ? Merci, mais très peu pour moi....


  • Le but de ces mises en avant de comiques bas de gamme c’est de maintenir calmement la classe populaire là où elle est et qu’elle y reste... On baigne les classes populaires dans une culture médiocre pour qu’ils restent médiocre...on n’a pas mis en avant des écrivains, des artistes, des intellectuels ou des gens sérieux qui parlent de choses sérieuses à propos des banlieues, et c’est pas un hasard...
    Ces comiques médiocres entretiennent l’idée qu’avec une culture médiocre on peut réussir et s’élever socialement, or c’est bien évidemment faux, il n’y a que cette poignée de garde-fous, garde-chiourmes qui a été projeté dans la classe supérieure pour perpétuer la violence de classe sans faire prendre conscience aux laborieux qu’ils doivent entrer en lutte pour leur émancipation...


  • Paul Meurisse est impérial dans "le deuxième souffle", et je n’exagère rien. Sans doute le meilleur film noir de Melville avec "le samouraï" et "le doulos" même si on ne peut pas bouder "l’armée des ombres" sans passer pour un malhonnête, ce film étant toutefois un film concernant la période de l’occupation et non un film racontant la vie de truands......
    Pour ceux qui aiment les films noirs des années 60, "classe tous risques" de Claude Sautet avec Ventura et Belmondo est également une petite pépite. Bon sang, ce que je l’adore ce cinéma là !!!!!

     

  • Qui tient le manche ?

    ce n’est pas Debbouze

    Il ne m’a jamais fais rire


  • Jamel du buzz.... La tapineuse du PAF racolant pour garnir les gradins du cirque merdiatique.... Il a bien de la chance d’être handicapés - d’où la main droite collée h24 aux roupettes - autrement, il mérite juste que, le public s’foute de sa tronche de fennec.... Il est là d’ailleurs, juste pour ça : faire rire comme un guignol de service, labelisé pur beur .


  • Le langage conditionne-t-il la pensée ou la pensée conditionne-t-elle le langage ?
    Voilà un débat philosophique intéressant non ?
    Pour ma part, je suis de ceux qui pensent que c’est le langage avant tout qui conditionne la pensée. ( Au départ était le Verbe).
    D’où l’importance de la langue dans l’éducation des enfants.
    Avec 400 à 500 mots, il est impossible de développer une pensée sophistiquée et aussi de bien communiquer.
    Donc si vous voulez un peuple docile qui ne comprends rien aux manipulations d’en haut, vous savez quoi faire.


  • C’est un véritable régal que d’écouter Michel Bouquet et Vera Feyder, puis une délectation d’écouter s’exprimer Paul Meurisse, dans un langage châtié d’une extrême qualité, auquel les jeunes générations ne sont malheureusement plus habituées, vu que le système à tiré la langue vers le bas.

    Quant à ce pauvre Djamel, ce qu’il a à dire est sans le moindre intérêt, vraiment, oui sans le moindre intérêt, d’autant qu’il n’a jamais réussi à nous arracher le moindre sourire. Il valide par ses prestations, de moins en moins suivies et remarquées, que le système à les valets qu’il peut.

    Et force est de constater, qu’il peut de moins en moins, hormis augmenter et créer de nouvelles taxes d’asservissement du peuple.


  • Cette chronique sur le film Titanic est quasi rabelaisienne, mauvais choix pour nous donner le haut-le-cœur académique

    Djamel est un petit clown, n’est qu’un petit clown, un cabot sans vision, mais déjà supérieur à bien d’autres de ses confrères justement par la façon dont il synthétise et caricature la langue de banlieue

    Il s’est fait un temps aussi gros que le bœuf, certes, mais lui au moins n’a jamais déclaré soutenir Obono par surprise ou répéter sans cesse qu’il allait retourner au bled par détestation de la France ou payé une aide à la Palestine en francs CFA

    Céline dans le voyage n’a pas encore trouvé sa "petite musique" et dans Guignol’s Band bien des gens parleraient volontiers de "sabir", quand on écrit pour rendre les autres illisibles, est-ce pour perpétuer l’académisme ? la grammaire, le Grévisse et la concordance des modes ? à d’autres


  • C’est dingue de se gratter les roustons h 24 ,à ce niveau la ,c’est pas des morbacs ,il devrait consulter .


  • JAMEL , secrétaire d’état !!!!...avec Hassen CHALGHOUMI comme chef de cabinet (WC) !!!....un super ministère ; la France de demain ; une excellente idée !


  • eh, jamel , pas 2 bras ,pas de secretaria signer o..r sy


  • Et finalement qui l’a eu le secrétariat d’Etat ?

    Le type doit être dégoutté d’avoir été le 2ième, voire 3ième choix, derrière Jamel...

     

  • On a bien eu Fadela Amara, alors pourquoi pas djamel Debouz. (Ils ont le même niveau de français)


  • Excellent article, tout est dit.


  • C’est vrai qu’à côté de la diction d’un Paul Meurisse ou d’un Michel Bouquet,il est difficile à comprendre le D’Jamel,mais Si c’est vrai ce qu’il dit,(ce qui est tout de même difficile à croire),laissons lui au moins l’intelligence d’avoir su refuser et comprendre que sa place n’était pas au secrétariat d’Etat...Mais comme dit "bb king"
    là c’est sür qu"il nous aurait fait rire pour une fois !


  • #1824032

    Un petit blédard roublard, issu de générations de miséreux vivant du système d, qui a su capter toutes les opportunités offertes par l’occupant " apatride et cosmopolite" dans sa volonté de promouvoir les immigrés au détriment des autochtones.

     

  • 0:20
    "Et que ceux qui vous en "voulé" sont mort"
    Mouais, niveau maîtrise de la langue, on a vu mieux.

     

    • Est-ce une blague ? Déjà d’une, dans l’extrait j’entends « voulaient » prononcé avec un è ouvert, ensuite, quand bien même il aurait dit « voulé », la prononciation de l’imparfait avec un é fermé est celle de presque toute la moitié sud de la France.

      Commencez par accorder correctement l’attribut « morts » avec son sujet (une faute niveau CE1), avant de vouloir uniformiser les accents de toute la francophonie.


  • Je veux bien croire tous les commentaires disant ne jamais avoir ri avec Djamel, qui fait donc son succès ? Si je fais un sondage, 99% n’ont jamais ri, un peu bananier tout ça. Djamel, on aime ou on n’aime pas, il n’est pas un programme scolaire pour rehausser ou abaisser la langue. C’est comme Dieudo, personne ne lui en voudra d’imiter les accents, en tout cas pas moi ça me fait trop marrer. Tu payes ta place, mais personne ne t’oblige à y aller.

     

    • Il me faisait rire quand j avais 13-15 ans.A l époque ce n etait pas le seul sur le registre. Eric et ramzi faisaient aussi de l humour dadaiste sans le savoir. Le probleme est que ces mecs étaient
      á la ville comme sur scene.Incapable d aligner 2 phrases .Quand debouze (ou sy) parlait arabe (pas á l écran) ; c était pareil . Ils ne jouaient pas des personnages. Dieudo et semoun étaient sur le même registre. Sauf qu eux jouaient des personnages et savaient s exprimer en dehors. Quand Sy s exprime, ce n ai jamais plus de 5 mots sans que la camera ne change d angle (pour remplir). Ces mecs ont tenus le pavé pendant trop longtemps, et le dégat culturel dans les cités est pire qu en 95. Ils ont tirés vers le bas et renforcé la caricature que tout le monde s en faisait.


    • @Thomas
      Vous vivez en banlieue ?


  • Avant de devenir connu, il a perdu l’usage de son bras en poussant sous un wagon le fils de Michel Admette, célèbre chanteur de séga réunionnais.
    Cet assassin est tenu par les ***illes.
    Au moindre dérapage, le procès redémarrera et c’en sera fini de sa carrière ; ce qui explique son asservissement.


  • Ce type est une synthèse du " wech , bien ou quoi ? Tranquille ? " . Le plus terrifiant c’ est quand l’ autochtone se met également à parler ainsi.....
    Americanisé, sionisé, wahabisé, javelisé....
    J ai mal à la France...

     

    • #1824160

      Nous sommes nombreux à souffrir de l’agonie lente, mais irrémédiable de la Fronce, processus enclenché avant les troubles( carnages) révolutionnaires. l’immigration massive de peuplement avec les traîne savates
      issus de la misère matérielle, culturelle, intellectuelle et morale, plombe le pays.Pas besoin d’être grand clerc pour le constater et l’odeur de décomposition attire les charognards.
      Neanmoins, tous ces migrants prédateurs vont devoir se taper le gender, le lobby LGBT+, le féminisme outrancier, le décervelage ânounazzizesque, la pornographie.. Certains, originellement déjà bien atteints, pétent les plombs au volant de leur camion ou munis de leur kalach mais eux, sont des gagnants à court terme et nous, notre disparition est programmée par l’oligarchie mondialiste et néanmoins sûre d’elle même et dominatrice..


  • #1824125

    ça ne m’étonnerait pas , tout s’exploite , et ils n’hésitent pas à se
    rabaisser toujours plus bas....c’est de pire en pire , ils sont capables
    de tout , sauf de défendre la France et les Français et ce qui leur
    appartient de plus précieux , leur culture , leur identité.....au contraire
    ils vont toujours plus loin pour la détruire .


  • S’il avait décroché le job, je me demande s’il aurait travaillé avec les politiciens "main dans la main".
    En tous cas, avec lui, l’abrutissement du peuple, c’est "dans la poche"......
    Sinon, quelqu’un peut-il me dire où il met sa main lorsqu’il est en maillot de bain ?
    Enfin, dernière question, est-ce que ça se voit beaucoup que je n’apprécie pas beaucoup Jaja ?

     

  • Sérieusement ce type a vraiment l ’impression d’être utile ? utile a qui ? a lui même , au système , peut être, mais a personne d’autre .
    Il a transformé son propre handicape physique en handicape sociale pour tous ceux qui l’on écouté et imité.
    Il a crée une génération de débiles qui parlent " le Debouze" sans que ca leur rapporte une thune ( a eux ) .


  • En résumé, la réussite pour un blédard, c’est de faire le con à la télé. Ce sont les antiracistes qui vous le disent. J’aurais jamais osé personnellement !


  • #1824221

    Jamel Debbouze : On m’a proposé d’être secrétaire d’État"
    Au jeter de copain sous les trains alors

     

    • Mr Belliciste, voudriez vous que Mr De Bouse ne déménage aux États-Unis d’Amérique rejoindre son ami Homard over the sea ?
      Si nous perdons nos meilleurs comiques, nos meilleurs acteurs, que va-t-il nous rester ?
      Je ne peux pas ne pas réagir à un tel commentaire et me vois obligé de demander l’intervention d’un modérateur !
      D’autant plus, Mr De Bouse aurait été un excellent secrétaire d’État aux personnes handicapées, voir aux transports.


  • Si vous le permettez, je voudrais insérer ici la substance d’un petit billet que j’ai publié ce matin sur mon journal en ligne et dont le sujet est, me semble-t-il, suffisamment proche de celui qui est débattu ici. Voici :


    Pierre Jean Jouve, dans la préface écrite en 1920 pour son Romain Rolland vivant a peut-être donné, en pensant à son héros — au sens que Carlyle a donné à ce mot —, une définition de l’âme française, quand il note :

    « Cet entendement français “aux yeux toujours ouverts”, résonnant des plus grandes voix du passé, aspirant à l’âme universelle, et la créant… »

    La France est une idée, disait Valéry (oui, ce même Valéry que Céline, excessif comme à son habitude, persiflait d’un « Madame Valéry » terriblement injuste). Or il se fait que cette idée n’est plus inculquée depuis bien longtemps déjà. Les jeunes générations, ne faisant plus leurs humanités, n’y sont plus exposées, et, to add insult to injury, comme disent les Anglais, ils ont du même coup perdu la maîtrise de leur langue. J’ai remarqué, et c’est la source d’une grande tristesse pour moi, que le domaine français sur Internet est le plus mal loti : que les Anglo-Saxons sont beaucoup plus chatouilleux sur la matière de leur langue qui est écrite à peu près correctement par à peu près tous (on m’objectera que la langue française est autrement difficile, et c’est vrai).

    Revenant au texte de Jouve, quelques pages plus loin, je relève encore ceci :

    A propos de la presse :

    « Il n’y a plus rien à attendre dans l’ordre du mal de cette meute acharnée à détruire, condamnée à la besogne de fausser la pensée et de salir l’homme, quand l’homme est libre… »

    Et encore :

    « … nous vivons dans une époque monstrueuse à l’esprit, où une ivre opinion ne tolère presque plus la vérité… »

    Pardonnez-moi d’avoir été long, et de sentir un peu le renfermé, le livresque, mais je n’aurai pas perdu mon temps si ces considérations trop superficielles ont parlé malgré tout à quelques-uns d’entre vous.

     

    • #1824296

      Le fronçais n’est pas la langue de l’empire mondialiste. C’est une langue trop intellectualisée pour les bonobos multiculs que nous sommes destinés à devenir.
      Peut être échapperons nous à l’entreprise de destruction du pays, de son peuple, de son histoire, de sa culture et de son mode de vie ?
      La France, fille aînée de l’église, royaume du Christ, il fallait y remédier pour vendre des pantalons à une jambe et toute la camelote des prédateurs nomades.


    • @Georges 4bitbol

      Jamel c’est plutôt des pulls à un bras qu’il essaye de nous vendre ...


  • #1824311

    Ce doit être Secrétaire d’Etat aux détenus musulmans injustement incarcérés, ou bien aux footballeurs musulmans injustement écartés de l’équipe de France de Football, ou bien aux petits comiques qui essayent de se faire remarquer ....

     

  • Une fois, une chaîne de télé a filmé deux vieilles retraitées pour voir leur réaction devant un de ses sketchs nuls. A la fin, évidemment, celles-ci disaient qu’elles n’avaient rien compris et qu’il parlait trop vite. Debbouze, en voyant et en écoutant leur réaction, était plié de rire. Il était visiblement très fier de ne pas être compris. Sauf qu’à la fin, l’une des mamies a dit : "Coluche, au moins, on le comprenait !" Et ça, ça l’avait quand même un peu calmé. Ce type ne m’a jamais fait rire non plus, mais sur ce coup-là, on ne va pas lui reprocher d’avoir refusé un poste de secrétaire d’Etat. Ce qui est incroyable, c’est que des gens aient pu penser à lui pour occuper un poste comme ça !


  • Il joue le rôle du nain bouffon du roi. Mais alors que le nain s’aventurait à se moquer de l’entourage du roi et du roi lui-même, sans dommage en général (et sans aller trop loin non plus), celui-ci est payé à se moquer du peuple.
    C’est donc que le roi (qui est l’incarnation du peuple) n’est pas un roi, mais un étranger et un tyran, un peu comme le chef de la Horde d’Or chez les Russes.
    Les rois aimaient s’entourer de bouffons parfois infirmes, défigurés : des petits "monstres" de foire.


  • Dans l’état des choses, ils pourraient le proposer aussi à un chat ou un perroquet. Le perroquet ferait d’ailleurs "relativement" un bon travail, mieux que le chat.


  • Pourquoi pas ? Vu ce à quoi sert un ’secretaire d’état ’ un amputé de la main droite fera aussi bien l’affaire ..


Commentaires suivants