Egalité et Réconciliation
https://www.egaliteetreconciliation.fr/
 
A A A
imprimer

Jean-Marc Ayrault, erreur de casting ?

Hier soir, le Premier Ministre, en difficulté dans l’opinion et au sein de sa majorité, a inauguré la nouvelle saison de Des Paroles des Actes. Combatif, il a cherché à rétablir son autorité tout au long de l’émission, mais il n’a pas vraiment levé le doute qui subsiste sur son choix pour Matignon.

Un gouvernement en grande difficulté

La situation actuelle rappelle celle du gouvernement Juppé en 1995 : l’arrivée d’une nouvelle équipe, qui avait promis plus de justice pendant la campagne électorale, et qui décide de mettre en œuvre un plan d’austérité pour respecter ses engagements européens dans un mauvais contexte économique, d’où un effondrement dans les sondages. Mais 2012 est pire que 1995 car le pays est en récession, le chômage va rapidement battre des records et la chute est encore plus brutale.

Mais outre le problème de contexte, s’est très rapidement posée la question du profil du nouveau président et de son premier ministre, qui semblent tous deux un peu trop apathiques face à l’urgence de la situation. Bien sûr, ils succèdent à un omni-président agité qui concotait une annonce par jour pour occuper le terrain, qu’importe que ces annonces soient mal ficelées ou ne règlent rien. Mais du coup, le tempo apparent de l’équipe au pouvoir apparaît en décalage avec la situation.

Ayrault affirme son autorité

Des Paroles et Des Actes est l’émission idéale pour reprendre la main, par son format et son horaire. La dizaine de ministres convoqués donnait l’image d’une équipe soudée derrière son chef. La communication n’était pas très subtile mais elle peut fonctionner pour les non spécialistes. Comme François Hollande dans son débat face à Nicolas Sarkozy, Jean-Marc Ayrault avait sans doute comme premier objectif de contrecarrer l’accusation de mollesse et d’affirmer son autorité.

Et sur ce point, on peut penser qu’il a rempli son objectif. Les journalistes ont été incapables de lui couper la parole, le premier ministre imposant son rythme et tançant même David Pujadas, accusé de défaitisme. Face à une NKM visiblement peu à l’aise, le débat sur les réformes fiscales, assez brouillon, a plutôt tourné à son avantage en pointant l’injustice de l’équipe précédente, même s’il a manqué de réparti (en oubliant d’évoquer l’ISF ou le manque de professeurs dans le primaire).

Le malaise persiste

Mais malgré tout, et c’est sans doute la raison pour laquelle les journalistes sont finalement si durs avec lui, un gros doute subsiste sur le choix de Jean-Marc Ayrault pour Matignon. L’affirmation de son autorité était parfois brusque (comme quand il a égratigné NKM sur ses relations avec Borloo ou son échec à obtenir les parrainages pour la présidence de l’UMP), contrastant avec l’image assez réussie, beaucoup plus humaine et normale qui ressortait du début de l’émission.

Sa prestation souffre d’une double faiblesse. Tout d’abord, une faiblesse de fond : en refusant de s’engager pour la continuation de Florange, il illustre l’impuissance d’un gouvernement qui refuse d’utiliser les marges de manœuvre qui existent pourtant et rappelle François Fillon, comme souligné par Nicolas Dupont-Aignan. Ensuite, il ne projette pas l’image d’un premier ministre adéquat face à une telle crise. Son naturel effacé persiste à donner l’impression que le gouvernement est balloté par les flots.

Bien sûr, en restant dans ce cadre, le PS ne peut qu’être balloté par les flots de la récession et de la mondialisation, mais un premier ministre plus dynamique pourrait au moins donner davantage le change et sembler avoir plus de prise sur les évènements.

 



Article ancien.
Les commentaires sont désactivés



Alerter

10 Commentaires

AVERTISSEMENT !

Eu égard au climat délétère actuel, nous ne validerons plus aucun commentaire ne respectant pas de manière stricte la charte E&R :

- Aucun message à caractère raciste ou contrevenant à la loi
- Aucun appel à la violence ou à la haine, ni d'insultes
- Commentaire rédigé en bon français et sans fautes d'orthographe

Quoi qu'il advienne, les modérateurs n'auront en aucune manière à justifier leurs décisions.

Tous les commentaires appartiennent à leurs auteurs respectifs et ne sauraient engager la responsabilité de l'association Egalité & Réconciliation ou ses représentants.

  • #230478
    le 28/09/2012 par Terence Mckenna
    Jean-Marc Ayrault, erreur de casting ?

    Cette émission est gerbante. Avez-vous remarqués que le logo est subliminal : ’des paroles’ écrit normalement, et ’des actes’ écrits en morceaux, cassés, l’air de dire : il n’y aura que des paroles, pas d’actes qui suivent.

    Et pujadas, ce monsieur a autant de pouvoir, voir plus, que les comédiens/ministres qu’il met en scène dans son émission du soir.

    Je pense qu’il n’y a pas, du tout, assez de condamnations de la communauté internet relatives aux pratiques délirantes des journaux télévisés. Ils restent très importants dans la conscience collective et jouent un rôle fondamental dans le comportement des humains : si le discours était différent (si ils dénonçaient, au lieu de couvrir et légitimer les élites autoproclamées), le monde serait différent.

     

    • #230995
      le 29/09/2012 par julien54000
      Jean-Marc Ayrault, erreur de casting ?

      Bien vu l’aveugle ca m avait échappé ! je ne suis meme pas sur qu’ils s’en soit eux meme rendus compte car je pense que c est plus un aveu inconscient qu’un message subliminal.


  • #230487
    le 28/09/2012 par ickkkkkkk
    Jean-Marc Ayrault, erreur de casting ?

    Y’a pas que lui qui est une erreur de casting. Déjà, on peut commencer par parler du président.


  • #230507
    le 28/09/2012 par petrus
    Jean-Marc Ayrault, erreur de casting ?

    Tous les gouvernants d’après de Gaulle sont des erreurs de casting.

    Le cas vraiment flagrant, qualifié d’erreur de casting par Guy Bedos, fut M. Sarkozy. Edwy Plenel, quant à lui, l’avait qualifié de gagnant du gros lot.

     

  • #230586
    le 28/09/2012 par chibani84
    Jean-Marc Ayrault, erreur de casting ?

    Patientez un peu, vous allez voir le prochain Premier Minsitre...La Dream Team des Dream Team. Martine le retour avec DSK blanchi au propre comme au figuré (Planquez le personnel féminin !!!). La France est devenue un kibboutz. Un pays à vendre, le Qatar telle une ado le jour des soldes s’est précipité... Tel Aviv ordonne, Paris exécute... L’objectif d’Hollande est de priver notre pays de toute souveraineté. Sarko avait entamé la démarche, les socialos la terminent.


  • #230604

    Pas vu

    Seul Français de souche des postes ministériels principaux...


  • #230812
    le 28/09/2012 par Nicobass
    Jean-Marc Ayrault, erreur de casting ?

    Lorsque j’entends Hollande au Ayrautl , il n’ont aucune consistance .. Ils devraient postuler dans le gouvernement de Groland ...


  • #231064
    le 29/09/2012 par bobforrester
    Jean-Marc Ayrault, erreur de casting ?

    bonjour
    La compétitivité de l’économie réelle est mise à mal à peu près partout ( sauf en Allemagne pour les raisons que l on sait : plan marshall prolongé , pas de dépenses militaires, structure des pme performante, exportation dans la zone euro à 60%) .
    Pourquoi ? D abord à cause de la dérégulation organisée du travail , des règles de la concurrence et de la finance, de la désindustrialisation (délocalisations ) , de la fabrication délibérée de la dette initiée par le fondé de pouvoir de Rotschild Pompidou en 73, bref de l’offensive générale du capitalisme financier après sa défaite en 68.
    Si l’Europe et la France se portent mal elles sont avant tout malades de la dette souveraine artificiellement fabriquée .
    Le gros problème qu’il faudra bien régler définitivement. Ce qui est tout de même incroyable c est qu’on a entendu des lustres la revendication de l effacement des dettes contractées par les roitelets africains à leur profit privé et que peu de monde réclame le même traitement vis à vis des dettes européennes ! Il faudra bien y venir pourtant , un audit s’impose , vite ! Il y va de notre niveau de vie et de l’emploi ! C est tout de même pas rien ! Je rappelle que les seuls intérêts de la dette, son "service" selon le terme consacré, est égal a montant de l’impôt sur le revenu 50 milliards !
    Et tout le monde dans la zone euro est au même régime . On ne peut plus investir ni rien développer dans les conditions actuelles, c est le cercle vicieux de l appauvrissement des citoyens, de la baisse de la consommation et des moindres rentrées fiscales donc le recul en terme de services publics. pendant que les rentiers se font du gras sans lever le petit doigt , les populations sombrent dans la paupérisation, théorisée par Marx et dont on se gaussait il n y a pas si longtemps . Et à présent on assiste à un recul de la consommation, à un saccage des services publics, à la paupérisation des familles contraintes d’aider leurs grands enfants chômeurs réduisant ainsi d autant leur niveau de vie !
    C’est ça le "développement capitaliste ! le progrès ! Le socialisme vite ! Ou la descente aux enfers et la barbarie voire la guerre !


  • #231141
    le 29/09/2012 par Protis
    Jean-Marc Ayrault, erreur de casting ?

    Moi je me méfie toujour des "double-face" , vous savez ce que c’est les double-face ? se sont des gens qui ont un côté de la figure avec l’oeil vif et l’autre côté de la figure avec l’oeil moitié fermé d’inquiétude . Ca veut dire que dans son cerveau il y a une double personnalité , devant les caméras il raconte une chose et dans sa tête il en pense une autre .