Egalité et Réconciliation
https://www.egaliteetreconciliation.fr/
 
A A A
imprimer

Jovanovic à Nikos Michaloliakos d’Aube Dorée : "Pourquoi les Grecs ne se révoltent-ils pas ?"

Interview réalisée par Pierre Jovanovic à Athènes le 6 juin 2017.

 

Pierre Jovanovic : Le FMI et la BCE viennent d’appliquer le 4e plan d’austérité consécutif (4e memorandum) à votre pays. Il est encore plus violent que les autres, en particulier pour les retraités. La question que tous les lecteurs de la Revue de Presse Internationale me posent régulièrement depuis des années : « pourquoi les Grecs ne se révoltent-ils pas ? »

Nikos Michaloliakos : Malheureusement la manière de vivre contemporaine et ce système qui lie de manière très forte le monde de la finance et le monde de la politique a amené le peuple à une forme de passivité. Cela me rend bien triste. Les seuls qui peuvent se révolter contre cette situation sont les nationalistes de l’Aube Dorée, raison pour laquelle nous sommes tant combattus et faisons l’objet d’attaques continuelles. Les médias ne parlent jamais de nous… sauf d’une manière partiale et négative et sans nous donner la parole, évidemment.

 

J’ai assisté à votre arrestation ici à Athènes, et ce fut une réplique très proche de celle de Dominique Strauss-Kahn qui a été exhibé devant une meute de journalistes avec une retransmission en direct dans tous les journaux télévisés pour donner un retentissement médiatique mondial [1]...
Oui ce fut avant tout un spectacle télévisé, une mise en scène pour propager la peur, pour faire peur à tous les Grecs qui nous suivaient, qui nous aidaient. Depuis, nous avons prouvé qu’ils avaient eu tort : regardez, à l’époque en 2013, nous étions le 5e parti politique grec, aujourd’hui nous sommes le 3e !

 

Comment avez-vous vécu votre expérience de la prison ?
J’y ai fait face avec dignité et j’en suis fier puisque j’ai été mis en prison pour mes idées. Se sacrifier pour ses idées est un honneur. Nous étions isolés des autres prisonniers. De plus les autorités politiques avaient très peur que cela se passe mal en prison.

 

Avant d’aller en prison, Aube Dorée était le 5e parti politique grec, et en sortant vous vous êtes hissé à la 3e, cela veut dire que les Grecs vous suivent encore plus maintenant alors que vous étiez absent de la scène politique pendant presque deux années ?!
Je n’ai pas été absent : chaque semaine j’écrivais pour notre journal et avec le téléphone je donnais des discours politiques… j’ai été aussi actif que possible dans ces conditions… Mon arrestation a été mise en place de manière parfaitement illégale.

 

Ce n’est pas la première fois que vous avez été emprisonné à cause de votre activité politique ?
En effet, c’est la 3e fois ! (il sourit, avec une sorte de fatalisme)

 

 

Le système médiatique grec est contre vous… Pouvez-vous inverser les rôles ? Vous avez déclaré que la Nouvelle télévision nationale grecque (note : genre FR3 et France 2) ne vous a jamais invité dans ses studios.
C’est un grand sujet : la télévision m’invitait surtout quand le score d’Aube Dorée était très bas. Ce ne sont pas tant nos opinions politiques qui les gênent, mais bien le fait que le peuple grec soit derrière nous et nous suive [2].

 

En effet, la télévision nationale grecque ERT ne diffuse même plus les débats parlementaires quand ce sont vos députés qui interviennent... La télévision publique a le droit de censurer des débats parlementaires ?
C’est vrai, c’est du jamais vu. Ce sont des faux démocrates, des hypocrites. Récemment, il y a eu un événement à l’Assemblée avec l’un de nos députés (note : un député de Nouvelle Démocratie, ministre de l’Ordre Public lors des persécutions d’Aube Dorée en 2013, s’est installé devant un député AD au moment où il s’adressait au Parlement afin qu’on ne le voit pas à la télévision), et, au lieu de l’exclure, lui seul, le président du Parlement grec à décidé d’exclure TOUS les députés Aube Dorée. Mais ce genre de chose ne nous empêche pas de travailler et d’être stables, d’ailleurs les sondages montrent que nous montons de plus en plus. À chaque fois que nous organisons des manifestations, nous obtenons de très grandes participations du peuple [3].

 

Votre parti Aube Dorée est aujourd’hui à 7 %, malgré vos deux années d’absence pour cause d’emprisonnement ?!!!
Les nouveaux sondages nous donnent maintenant 10 %. Je crois que nous sommes même bien plus haut que cela, mais on le verra au moment des nouvelles élections [4]. Avec notre combat et notre détermination et surtout la politique pathétique que mène Syriza, il va de soi que d’ici-là, notre chiffre sera encore plus haut.

 

Mario Draghi, gouverneur de la Banque Centrale Européenne, fabrique 80 milliards de monnaie de singe chaque mois, et cela depuis 2 ans, et il a dit que la Grèce ne pourra pas en bénéficier… C’est un acharnement contre la Grèce ?
Nous sommes en train de vivre une époque de malfaisants, des fabricants de fausse monnaie, cela fait d’ailleurs partie de leur plan de mondialisation globale qui va détruire les États-nations. D’ailleurs ce n’est pas un hasard si l’Union européenne a une grande pression en ce moment mise sur elle par les États qui ont des identités nationales très fortes [5].

 

Un député hollandais a pourtant expliqué à Mario Draghi que toutes les 69 unions monétaires qui ont été mises en place depuis la Seconde Guerre mondiale ont fini par exploser (note : voir la video plus bas dans cette page). Est-ce que c’est ce moment-là que vous attendez ? Que tous les distributeurs de billets automatiques soient arrêtés... Et que toutes les banques soient fermées ?
Je crois surtout que nous sommes dans la phase finale de cette civilisation qui est d’ailleurs bien décrite par Oswald Spengler, et dans laquelle la monnaie est la seule force [6]. C’est une obligation que cela se termine mal. Nous vivons là la fin d’une époque et le début d’une autre. Le nationalisme ne peut pas être supprimé facilement. Regardez en France : chez vous, où, malgré la propagande des médias, 35 % des Français ont voté pour l’idée d’une France indépendante. Les forces qui sont CONTRE la mondialisation (qu’elles soient de droite ou de gauche), si elles avaient travaillé ensemble, auraient pu gagner.

 

Si vous prenez le pouvoir en 2019, qui serait votre ministre des Finances ?
Je ne prendrai pas quelqu’un du monde de la banque ou du système monétaire… Ce sera quelqu’un de chez nous, obligatoirement.

 

Vous sortez de l’Euro tout de suite ?
C’est en effet un choix idéologique et politique que d’avoir sa propre monnaie nationale car quand un pays ne dispose pas de sa monnaie, il n’est pas libre. Dans l’Empire Romain, les provinces autonomes n’avaient pas de monnaie à elles. C’était l’esprit de l’Empire. La liberté d’un pays demande une monnaie nationale. Ce qui m’impressionne c’est la grande résistance qu’on a observée en France face à l’idée de sortir de l’euro.

 

Le ministre des Finances grec Varoufakis avait dit à l’époque que même si le pays revenait au drachme, il n’y aurait pas assez d’imprimeries spécialisées pour fabriquer des billets de banque suffisamment rapidement pour alimenter le pays immédiatement.
Le souci n’est pas tant d’imprimer des billets de banque, le souci c’est surtout le manque de volonté politique pour les imprimer ! Vous savez que si la Grèce sortait soudain de l’euro, l’Union européenne et l’Allemagne en souffriraient certes, et leurs dommages seraient des multiples de la dette de la Grèce… Si la Grèce avait un « leadership » national, on pourrait leur faire du chantage, attention : je ne veux pas que ce mot soit mal compris, mais ainsi la Grèce veillerait à sa survie. À part les dommages que l’Union européenne connaîtrait, l’euro serait dévalué par rapport au dollar américain, et l’économie mondiale en souffrirait aussi. Le retour à la monnaie nationale doit être fait suivant un plan précis. Nous avons payé très cher notre intégration dans la zone euro, très très cher. Il faut prendre en mains notre production nationale : nous sommes arrivés au point où des pays du tiers-monde comme la Turquie et l’Inde produisent des automobiles, alors que nous, nous n’avons même pas d’usines. Et ça c’est un vieux plan : l’Europe ne voulait pas que la Grèce devienne un pays industriel et surtout qu’elle utilise ses ressources souterraines, notamment le pétrole.

Lire l’entretien complet sur jovanovic.com

Notes

[1] Après 11 heures d’attente, Nikos Michaloliakos a été sorti du commissariat central d’Athènes pile pour le direct du journal télévisé de 19 h qui réunit le maximum de spectateurs grecs devant leur poste.

[2] Aube Dorée a été lancée en 1982 avec sa première participation aux élections de 1994.

[3] Les députés grecs ont voté une loi pour empêcher une organisation politique (Aube Dorée) de distribuer de la nourriture aux citoyens et une autre loi pour priver Aube Dorée des subsides publics auxquels tout parti grec a droit.

[4] 2019, peut-être avant en cas d’élections anticipées.

[5] Pologne, Hongrie, Bulgarie, etc.

[6] Philosophe allemand 1880 -1936, marqué par la Première Guerre mondiale, auteur du « Déclin de l’Occident » où il a écrit que seule une dictature pourrait mettre fin à la folie de la fausse monnaie. Spengler a été marqué et choqué par l’hyper-inflation qui a ruiné ses amis et sa famille pendant la République de Weimar

La situation grecque, œuvre du mondialisme financier,
comprendre la complexité avec Kontre Kulture

 

Dernières sorties de Pierre Jovanovic, sur E&R :

La situation intérieure grecque, sur E&R :

 






Alerter

22 Commentaires

AVERTISSEMENT !

Eu égard au climat délétère actuel, nous ne validerons plus aucun commentaire ne respectant pas de manière stricte la charte E&R :

- Aucun message à caractère raciste ou contrevenant à la loi
- Aucun appel à la violence ou à la haine, ni d'insultes
- Commentaire rédigé en bon français et sans fautes d'orthographe

Quoi qu'il advienne, les modérateurs n'auront en aucune manière à justifier leurs décisions.

Tous les commentaires appartiennent à leurs auteurs respectifs et ne sauraient engager la responsabilité de l'association Egalité & Réconciliation ou ses représentants.

Suivre les commentaires sur cet article

  • Michaloliakos : " Nous avons payé très cher notre intégration dans la zone euro, très très cher " . 250 millions de dollars à Goldman Sachs qui a aidé le gouvernement grec à truquer ses comptes pour obtenir l’euro en 2001, et il semblerait que le gouvernement grec continue à payer GS ! A l’époque Michaloliakos était-il contre l’euro ?

     

    Répondre à ce message

  • Les Grecs, comme les Français, ne se révoltent pas parce qu’ils sont gavés de propagande sioniste, on leur lave le cerveau depuis l’enfance comme jadis les curés avec la Sainte Vierge, le Pape, le rabbin qui marche sur l’eau et autres couillonnades...

     

    Répondre à ce message

    • Évitez donc cher Monsieur de parler en mal de la Ste Vierge, la religion catholique n’est pas une propagande mais elle enseigne la vérité aux gens pour sauver leurs âmes. D’ailleurs si la majorité de la population avait la foi nous aurions une autre civilisation beaucoup moins matérialiste tournée vers son prochain. Vous devriez faire un tour à Fatima car celle qui a fait bouger le soleil est toujours prête à entendre vos prières. Jovanovic a publié un livre sur elle d’ailleurs : Notre Dame de l’apocalypse, il ne met pas les messages de Notre Dame au niveau de la propagande ... P&C

       
    • Vous dites n’importe quoi.
      Il n’y a jamais eu aussi peu de révoltes et d’auto défense vis à vis des attaques des puissants que depuis... Que les gens ne croient plus en rien.

      C’est justement l’absence d’idéal transcendant qui transforme les humains en larves egocentriques.

       
    • Tout à fait, je ne sais pas pour les Grecs, mais les français ne se révoltent pas, c’est que tout simplement ils sont en majorité franc-maçons, donc, ils préfèrent se rassurer avec un gouvernement maçonnique qui les met à genoux, plutôt que de sortir de leur zone de confort avec un gouvernement constitué de gens qui ne le seraient pas.

       
    • Tiens !

      Le petit personnel du diable qui se manifeste.

       
    • La propagande sioniste est la même que celle de la franc maçonnerie au sujet de la chrétienté.. la détruire au profit de la religion "mondialisme’, et lorsqu’elle parvient à la répandre avec le concours zélé de mécréants autoproclamés c’est une victoire pour eux..

       
  • Résumé de la suite de l’interview :

    Ce qui a déclenché la guerre judiciaire contre Nikos Michaloliakos,
    ce fut l’assassinat du rappeur d’extrême-gauche,
    ouvertement antifa, Pavlos Fryssas.

    Giorgos Roupakias qui l’a poignardé était un membre récent d’Aube Dorée,
    et précédemment militant du... Parti Communiste grec.

    Or il se trouve que la technique classique pour jeter l’opprobre sur un
    parti politique d’opposition consiste à envoyer dans ses rangs
    un homme de main, qui, moyennant finances, en bon vieux tueur à gages ,
    va exécuter la sale besogne.

    Ce qui me permet d’écrire cette hypothèse, c’est le fait que cet assassin a été soudain libéré en mars 2016, et cela bien qu’il ait avoué son crime au juge.

    Aujourd’hui Roupakias est tranquillement installé chez lui,

    sous contrôle judiciaire, avec une garde policière devant sa porte... ?????

     

    Répondre à ce message

  • Et pourquoi les Français ne se revoltent ils pas ?

     

    Répondre à ce message

  • Les français sont à grande majorité contre la sortie de l’euro et de l’UE. Et c’est vrai j’ai pu le vérifier moi même autour de moi et dans le domaine professionnel, ainsi qu’en regardant les commentaires sur les sites des médias dominants.

     

    Répondre à ce message

    • Pas forcément, déjà votre entourage et les gens qui commentent sur internet ne sont pas "TOUTE LA FRANCE" ensuite, près d’un électeur sur deux, au premier tour des élections, a voté pour un leader qui n’était pas forcément europhile.

       
    • Ah bon ? Et vous expliquez comment le revirement de Marine qui était certainement la plus europhobe de tous dont le discours sur la monnaie unique s’avère de plus en plus ambigu (on sort mais on sort pas on veut renégocier les traités européens etc...) ? De plus, avez vous oublié le 2e tour ? Les seuls europhobes étaient Asselineau, MLP et Cheminade. Quant à Mélenchon il s’est repris sur cette question. Et NDA n’est pas pour la sortie de l’Euro non plus, il veut "reconstruire l’Europe".

       
  • Merci P. Jovanovic pour son authentique journalisme !
    Il en reste peu des vrais !
    Allez voir son site, mis à jours tous les lundis ! Car avec toutes les listes de licenciements ont cerne encore mieux la situation économique mondiale !

     

    Répondre à ce message


  • «  C’est un grand sujet : la télévision m’invitait surtout quand le score d’Aube Dorée était très bas.  »



    Tiens donc ! Exactement comme Jean-Marie Le Pen, invité de multiples fois à L’Heure de vérité, entre 1981 et 1984, alors qu’il ne faisait que 0,75%.
    Parce que les mondialistes ont besoin d’un épouvantail.

    Il se passe en Grèce ce qu’il s’est passé en France au tournant des années 1980 : la droite libérale (Giscard en 74-81, Samaras en 2012-2015) se trouve incapable d’imposer l’austérité et la dissolution dans la mondialisation. Dès lors, les puissances financières cosmopolites se tournent vers des gauchistes (PS, Syriza) expurgés des éléments anti-impérialistes. Leur vision post-moderne (féminisme, antiracisme, constructivisme, etc.) désacralise et marchande les derniers obstacles au capital : famille, nation, morale, beauté, ordre. Dans cet univers de chaos totalement mercantile, un immense État-providence est bâti pour rassasier les mécontents, avec l’argent des riches nationaux pas assez planqués, pas assez cosmopolites.

    Michaloliakos et ses partisans sont certainement sincères dans leur combat, mais ils vivent dans une bulle - comme la droite nationale depuis Jean-Marie Le Pen.
    Certes ils font d’immenses efforts. Mais ils refont le monde, au moment même où fusionnent les économies et les États !
    En réalité un système politique n’a jamais un parti tout blanc et l’autre tout noir. Quand le bon sens national n’est plus défendu que par un parti qui fait 10%, ou même 20%, c’est le résultat mécanique de la mondialisation économique et juridique.
    Pas de combat national sans s’attaquer à cela.
    Il est temps d’envisager une solution proche de l’autogestion. D’autant qu’Internet peut nous fournir les moyens de s’organiser sans capitalisme.

     

    Répondre à ce message

  • On ne fait pas de révolution avec des ventres pleins.

     

    Répondre à ce message

  • Je serais curieux de savoir ou en est "l’enquête" sur les 2 militants d’Aube Dorée qui se sont fait flinguer en pleine rue. J’imagine qu’elle "piétine", selon l’expression consacrée.

     

    Répondre à ce message

  • La Grèce c’est le laboratoire des mafias Européennes et états-uniennes (Troïka de mon cul) qui ont mis ce pays sous leur tutelle complète. Que ce soit les ressources naturelles, les infrastructures comme tout le reste, ce pays n’appartient plus aux Grecs, à qui on demande de saigner encore et toujours. Bien sur, silence absolu des merdias dans leur intégralité sur le "cas" Grec, mais ne nous leurrons pas, ce que vit la Grèce depuis plusieurs années, nous le vivrons très bientôt ici chez nous. Le fait d’avoir mené ce pays là où il se trouve aujourd’hui aurait dû tous nous alerter sur les motivations réelles des élites et des banquiers sur l’avenir qu’ils nous réservent. Et avec Macron, on va y aller plus vite que ce qu’on s’imagine ! Aller "En Marche" Une deux Une deux ...

     

    Répondre à ce message