Egalité et Réconciliation
https://www.egaliteetreconciliation.fr/
 
A A A
imprimer

Jurassic World : 0% de sionisme !

Le succès de Jurassic World par rapport aux deux précédents films de la saga dinosaurienne de Spielberg prouve en creux que plus la dose de propagande infligée au public est grossière, plus elle est rejetée. Mais si on diminue cette dose, afin de la rendre invisible, et donc digeste, elle est alors dénoncée comme manipulation occulte, ou tout bonnement ignorée. Question dramatique : comment Hollywood va-t-il pouvoir continuer à nous abreuver de son merveilleux nectar sioniste ?

 

JPEG - 54 ko
Les diamants, comme les juifs, sont éternels

 

Dans le blockbuster Jurassic World, les armatures classiques sont remplacées par le réalisme, l’humour et l’information. Les volets 2 et 3 étant complètement plombés par des injections massives d’antiracisme, de féminisme, de jeunisme et d’écologisme délirants.

Dans l’épisode 2, ce sont les femmes, une blanche et une noire, qui sauvent l’humanité du danger (musulman ou nazi, au choix), les hommes se révélant incapables de faire face. Dans le 3, c’est au tour de la famille moyenne américaine aux relents de blaireaux, menacée de dissolution, de se couvrir de gloire. Le sionisme, incarné par le mathématicien qui professe la Raison (pure), est présent dans les deux premiers épisodes, Spielberg ayant toujours veillé à confier un maximum de rôles à des corréligionnaires, histoire de fustiger le nazisme : Raiders of the lost Ark, Schindler’s List, Saving Private Ryan, Munich... Seul Lemondejuif.info ose un parallèle audacieux entre juifs et dinosaures : les premiers, qui auraient dû disparaître à cause des persécutions qui jalonnent leur histoire, finissent toujours par ressusciter. Les diamants, comme les juifs, sont éternels (ça, c’est de nous).

Le même site rappelle que dans la bataille qui ouvre Lincoln, le dernier Spielberg en date, c’est encore un juif, le général Frederick Salomon, qui s’illustre. En face, le sénateur de Louisiane Judah Philip Benjamin, le premier opposant du président « bleu », favorable à l’esclavage, ne figure hélas pas dans le film. Comme les abolitionnistes noirs, tout bonnement éliminés au profit des bons Blancs. Un parti pris de scénariste qui vaut à Steven de nouveaux ennuis avec la communauté intellectuelle noire aux États-Unis, très sensible (on se demande bien pourquoi, y a quand même la shoah en face) sur le dossier de l’esclavage. On ne reviendra pas sur la polémique, relatée par Philippe Marlière sur un blog de Mediapart, ou par Mounadil al Djazaïri.

 

JPEG - 67.8 ko
Terra Nova propose tout l’éventail des coupes de cheveux (sauf le crâne rasé)

 

Sa série ratée, Terra Nova, l’aventure d’une petite communauté humaine (une espèce d’élite…) qui recommence la vie 85 millions d’années en arrière, afin de ne pas commettre les fautes du… futur, ressemble terriblement à Fort Israël encerclé par des carnivores arabes. À l’arrivée, une fiction de coiffeurs gorgée de sentiments écoeurants, du théâtre de boulevard avec dinos dans le placard. Pondre une telle niaiserie, à l’ère des séries hyperréalistes qui passionnent le téléspectateur, parce qu’elles ne le prennent pas pour un jambon, montre que le maître du divertissement était en train de perdre la mesure de l’évolution du public. Mad Men, The Wire, The Shield, et même Engrenages, la petite française de Canal+, sont fabriquées par des auteurs à la hauteur pour un public plus exigeant que celui de Plus Belle la Vie ou Terra Nova. Narcos, la dernière pépite de Netflix, sur le modèle du Traffic de Soderbergh, lève le voile sur la naissance d’un narco-État. Fictif, et documentaire. On apprend des choses, par exemple que c’est Pinochet qui a déplacé le trafic de cocaïne en Colombie en fusillant les dealers chiliens (et aussi quelques milliers de gauchistes). Mais ça, c’est dans la série. En réalité, Pinochet développait des labos clandestins, et arrosait l’Europe et les États-Unis de « black cocaine » au début des années 1980. Le Guardian nous apprend que le chimiste otage du dictateur chilien a même dû bosser sur la production d’anthrax et de gaz sarin. Pinochet, Hussein, Baghdadi… les amis des Américains ont toujours senti le gaz.

Pour le très infantilisant Spielberg, un changement de stratégie s’imposait.

 

Quand le spectateur zappe le sionisme

 

JPEG - 114.6 ko

 

Le producteur (Spielberg en l’occurrence), qui décide de tout dans le système de divertissement américain, contrairement au français, où le réalisateur est roi (un certain temps, celui du tournage), a donc pris soin de gommer tous les aspects merdiques sus-cités : au diable la bienpensance, les femmes qui gagnent et les hommes soumis, les Noirs vainqueurs et les juifs souffrants. Le héros aux traits caucasiens (ou europoïdes) se tient droit, dans la plus pure tradition eastwoodienne (easthollywoodienne pourrait-on dire), pour remettre un machisme éclairé au goût du jour : les jambes, ET la tête. Ce qui représente une avancée décisive par rapport à Bruce Willis, qui s’enorgueillissait de n’avoir jamais lu aucun livre, à l’instar de George W. Bush qui, il est vrai, en avait lu un : la Bible. Le côté écolo pleurnichard qui faisait chier tout le monde s’est métamorphosé, chez le héros, en connaissance scientifique du comportement animal (et accessoirement féminin), tout à fait compatible avec le néomachisme. On n’est pas chez le tueur fou des réserves de chasse africaines, on pense à feu le banquier Édouard Stern, capable d’exterminer des centaines de nobles bêtes dans une quête maléfique, ou le député otaniste Pierre Lellouche, connu pour ses frasques cynégétiques. Non, là, Owen (le nom du héros) réussit à trouver un destin commun à l’homme et à l’animal, qui signe une réconciliation que nous espérons tous. Car la grande extinction animale programmée en préfigure une autre.

Autre plaie universelle, le féminisme prend lui aussi son coup dans l’aile : la sensuelle Claire, winneuse névrosée à la férocité lesbienne, obnubilée par les chiffres, finit par envoyer valdinguer sa camisole en marketing, pour vivre enfin sa pleine nature de femme, un peu dingue (elle fonce vers le danger sans réfléchir), un peu décalée (elle garde ses chaussures crème à talons hauts), tout en découvrant le bonheur de laisser un mâle la guider. Ça nous change du trumeau fourestien incontinent, qui rabaisse ses congénères au rang de pisseuses de sacristie (tu parles d’un progrès féministe). Qui veut d’une telle créature dans son lit, dans sa vie, dans sa boîte ? Personne. Même pas Fourniret. Alors que Claire, brillamment incarnée par Bryce Dallas Howard…

 

JPEG - 89 ko
Bryce Dallas Howard, belle plante rousse aux yeux métalliques, petits seins et gros cerveau (mais moins gros que celui de l’homme tout de même)

 

Pour une fois, on échappe à la pénible leçon d’antiracisme, même si les protagonistes sont choisis avec soin, histoire de ne froisser aucune des communautés qui composent la très cloisonnée ou très inter-raciste Amérique actuelle : le PDG du parc paléontologique est indien d’origine (cf. le nouveau boss de Google) ; son Iznogood est un gros redneck lourdingue qui veut transformer les carnivores en armements pour maintenir l’avance militaire américaine sur le reste du monde ; le rire sur pattes Omar Sy occupe le job de secondant d’Owen dans l’enclos des vélociraptors (c’est sûrement pas grâce au Pôle emploi), et il y a même un Arabe blessé, à la fin, assis dans le hangar, qui a l’air gentil. Petite concession fugace à l’Amour universel et trompeur qui baigne toutes les productions hollywoodiennes. Faut pas fâcher le reste du monde. Et ses royalties.

Et puis, surtout, premier film produit par un activiste juif où la judaïté n’apparaît pas au premier plan, ni même en filigrane. Rappelez-vous, dans Independance Day, le monde sera sauvé par un vieux juif, qui répondra « personne n’est parfait », quand quelqu’un lui avouera, avec regret, qu’il n’est pas juif… On sent qu’Hollywood a retiré sa grosse patte griffue (on peut s’amuser avec les clichés, non ?), parce que la propagande grossière ne convainc plus grand monde. Non que les juifs soient détestés dans le monde entier – même si leur image n’est pas folichonne, notamment à cause de la politique d’extrême droite de l’État d’Israël –, mais glisser une quenelle de shoah dans le fion d’un mosasaure (moïsaure ?) ne serait probablement pas opportun. Certes, les obsédés du complot verront dans Indominus Rex une allégorie de l’islamisme (Daech), et le mosasaure, qui trône au sommet de la chaîne alimentaire, l’animal-dieu qui sauve l’humanité. Autant dire que le mosasaure est le moïsasaure.

 

JPEG - 87.1 ko
Moïsasaure en action

 

Nous voilà donc avec un film qui ne présente pas les hommes comme des goys culpabilisés à tendance homosexuelle, les femmes comme des amazones coupeuses de glands, les ennemis comme des targettes à détruire, même si le Chinois (le Dr Henry Wu), en charge du laboratoire génétique, s’autorise de drôles de mélanges d’ADN… Là aussi, contrepied de la pensée dominante : alors que tout Hollywood rêve de cartonner en Chine, où, on le rappelle, une trentaine de productions internationales seulement sont tolérées par an, l’Asiatique paraît fourbe et calculateur, n’ayant aucune limite dans ses expériences sur la Vie. Quand on sait que les Coréens sont en train de cloner un mammouth, que les Chinois sont capables de refiler du lait frelaté à leurs bébés, ou de récupérer 10 000 cadavres de porcs empoisonnés flottant sur une rivière polluée pour les refourguer aux rôtisseries locales, on applaudit des mains et des pieds, comme les singes. Ce qui n’a pas empêché Jurassic World de faire un malheur chez Xi Jinping. C’est même grâce au public chinois que le film est devenu le plus profitable de l’histoire. Les Chinois, pour qui Wu est un grand sorcier à l’intelligence supérieure, ne voient pas les choses comme nous.

Tout le hit-parade de la bienpensance en prend pour son grade, tandis que les victimes d’hier reviennent en grâce. L’homme reprend sa place, avec une certaine humilité, de numéro un de l’Humanité, loin devant les femmes et les enfants, qui font que des conneries (le parc entier part en sucette quand c’est Claire qui le dirige) et chient souvent dans leur froc. Dans Jurassic World, les mômes foutent un boxon pas possible sans pouvoir le réparer, et c’est encore le père qui nettoie le souk. Pas bienpensant, mais enfin réaliste. On retrouve le lion, roi de la savane, qui fait régner l’ordre ancien (on n’a pas dit « nouveau » !). Il était temps de renouer avec les vraies valeurs.

 

JPEG - 80.9 ko
Ici, le héros explique à la femelle une
méthode infaillible pour qu’elle se sente
mieux dans son corps

 

Ah, qu’on est loin des expériences socialistes désastreuses de l’État français depuis 2012, qui provoquent honte et recul dans tous les domaines. On n’a jamais vu un tel ramassis d’incompétents et d’imbéciles dangereux des deux sexes. À côté du gang de piranhas hollandistes, les sarkoziens et les chiraquiens, pourtant assez doués dans le genre, font pâle figure. Notre élite déconnectée s’attaque carrément à la sexualité, à l’éducation, à la civilisation, à la vie, quoi. Ils peuvent dénoncer le soi-disant fascisme, le fantasme de l’Ordre Nouveau est bien celui du pseudo-socialisme, ce monstre moderne qu’il est impossible de critiquer, sous peine de perdre toute relation sociale, sans parler d’élimination économique. Les complices du grand Kapital (eh oui) et de l’idéologie mortifère américano-sioniste ont pour tâche de déconstruire l’expérience française, qui aura mis un millénaire à se forger. Ceux qui sont aujourd’hui à la tête de l’État sont de faux Français, qui travaillent pour une entité étrangère, parfois même étrangère à l’humanité. Guerre guerre guerre, ils n’ont que ce mot-là à la bouche : guerre à la beauté (ils ont chié sur Versailles), guerre à l’intelligence (t’as qu’à écouter Najat), guerre au peuple, guerre à la France !

Sous de fallacieux prétextes humanitaires, ils démolissent le french way of life, que le monde entier nous envie. Pour preuve, la France est le premier pays visité dans le monde : tous les voisins de terre, touristes solvables ou clandestins noyables débarquent chez nous ! Inversement, qui veut aller se prendre une rafale de pruneaux en sortant du Burger King de Los Angeles ? Ou vivre dans ce camp fortifié paranoïaque qu’on appelle Israël ? Ou se balader en Arabie saoudite et buter sur une décapitation en pleine rue ?

La plupart des faux intellectuels, particulièrement ceux issus du formatage de l’Université, qui arrosent Le Monde de leurs chroniques prétentiardes, ne supportent pas que la connaissance passe par des chemins vulgaires. La principale qualité de Thierry Ardisson fut d’introduire du débat de haut niveau (relativement à la télé, hein) au milieu de la promo des bimbos et des tâchons du showbiz. Quand Éric Laurent vient parler du 11 Septembre, de Bush et des magouilles terroristes américaines en 2003 sur le plateau de TLMP, c’est autre chose que les échanges en rase-mottes de Ruquier, ou l’intelligence artificielle des invités de Public Sénat, quand ils s’attaquent à la pieuvre Daesh (c’est mieux que de s’interroger sur l’autre pieuvre, n’est-ce pas). Spielberg a réussi un braquage mondial avec ce quatrième opus, parce qu’il a eu l’intelligence de ne pas truffer son cake des grumeaux de propagande habituels. Qui commençaient à faire vomir le public. Mais ne nous réjouissons pas trop vite. Si Spielberg s’est fait violence pour déjudaïser Jurassic World, il n’en reste pas moins le premier supporter de la cause juive. Le 27 janvier dernier, il donnait un discours devant 300 rescapés de la shoah, réunis dans le camp d’Auschwitz, (de plus en plus) tristement célèbre.

 

Judaic World

 

JPEG - 95.3 ko
Le roi du Judenrat d’Hollywood arrive à Auschwitz (malgré les promesses des nazis)

« Si vous êtes un Juif aujourd’hui, en fait, si vous êtes une personne qui croit en la liberté de religion, la liberté d’expression, vous savez que, comme beaucoup d’autres groupes, nous sommes la cible une fois de plus face à des démons vivaces de l’intolérance, de l’antisémitisme. Les extrémistes radicaux et fanatiques religieux provoquent des crimes haineux – ces personnes qui veulent, une fois de plus, vous dépouiller de votre passé, de votre histoire et de votre identité… »

Propos que Lemondejuif.info du 27 janvier 2015 résume par :

« 70 ans après la Shoah, nous sommes une fois de plus confrontés aux démons vivaces de la haine du Juif et de l’intolérance. »

Le Monde Juif (attention, rien à voir avec un éventuel supplément juif du Monde, qui n’en a pas besoin) poursuit :

« Le réalisateur américain, Steven Spielberg, a mis en garde lundi à Auchwitz [il manque un « s », NDLR], en Pologne, contre une résurgence de l’antisémitisme et de l’intolérance, en Europe et dans le monde, à la veille du 70ème anniversaire de la libération du camp d’extermination par l’Armée Rouge. Spielberg a mis en garde également contre “les antisémites, radicaux extrémistes et fanatiques religieux” qui n’hésitent plus à tuer, en référence aux récentes attaques islamistes qui ont ensanglanté Paris début janvier et qui ont tué 17 personnes, dont 6 Juifs. »

Pas en reste, la radio d’État RFI agrandit le camp (pour s’excuser de ses anciennes émissions propalestiniennes ?) :

« Soixante-dix ans après, Auschwitz, un camp immense, long de plusieurs centaines de kilomètres situé dans le sud-ouest de la Pologne, incarne à lui seul le symbole du génocide nazi. […] Ces commémorations revêtent une dimension particulière en Allemagne. Le souvenir du nazisme appartient à l’histoire de ce pays. Alors, avant de rallier le camp d’Auschwitz pour la cérémonie, le président allemand Joakim Gauck s’est exprimé devant le Bundestag : “Il n’y a pas d’identité allemande sans Auschwitz. La mémoire de l’Holocauste reste le devoir de tous ceux qui vivent dans notre pays. Tant que je vivrai, je continuerai à souffrir du fait que la nation allemande, malgré son héritage culturel remarquable, a été capable des crimes les plus horribles contre l’humanité. Aucune interprétation, aussi convaincante soit-elle, ne permettra jamais à mon coeur et à mon esprit de connaître le repos après cette histoire. Une rupture s’est imprimée dans la texture de notre identité nationale, suscitant une douleur immuable dans nos consciences.” »

JPEG - 49.8 ko
Hitler n’était pas présent à la commémoration des 70 ans d’Auschwitz

 

Si le Führer entendait ça… Notre bien-aimé président, présent au raout de Steven, y va lui aussi de sa petite génuflexion :

« La montée de l’antisémitisme depuis plusieurs années en France, c’est une blessure que la République doit soigner, en garantissant la sécurité de la communauté juive. Ce sont ces forces de l’ordre et ces militaires postés devant les écoles juives et les lieux de culte et qui le resteront aussi longtemps qu’il le faudra. »

On rappelle que la surprotection de la communauté juive entraîne probablement plus d’antisémitisme (regardez, ils bénéficient d’un traitement spécial !) que sa dilution à égalité de traitement dans la société française. Mais bon.

La shoah, paradoxalement, se fait de plus en plus présente dans l’actu, au fur et à mesure qu’on s’éloigne d’elle. Le 7 septembre de l’an de grâce 2015 que Dieu fait, des objets de l’Allemagne nazie ont été saisis à la braderie de Lille (on se demande si un poivrier et une salière allemande des années 30 peuvent encore être conservés sans risque chez soi) ; à Strasbourg, dans une école de médecine, on a retrouvé des restes de victimes de la shoah, découpés par un médecin SS ; et enfin le meurtre pendant la gay pride de Tel-Aviv d’une jeune fille par un dingue ultra-orthodoxe (cherchez le pléonasme) a provoqué le limogeage de six hauts gradés de la police israélienne. On fourre ça dans la récolte shoatique du jour parce que c’est un peu, indirectement, la faute aux nazis. Explication : sans nazis, pas de shoah, pas d’Israël, donc pas de gay-pride à Tel-Aviv, et pas de judéonazi meurtrier. Oui, on a traduit « ultra orthodoxe » par « judéonazi », plus proche de la vérité. Ces incendiaires criminels sont le bras armé de l’extrême droite juive la plus pure. Quand on entend « ultra orthodoxe » dans les JT, on imagine juste un barbu en caftan, qui chante Dieu et diamants en dansant au son de la clarinette de Woody Allen, ce Casimir maigre ami des enfants. Même topo pour Tsahal, ce joli nom romantique pour une armée d’occupation qui tire sur des gosses. Ou Merkava, qui fait penser à tout sauf à un panzer qui démolit des maisons palestiniennes. Les mots sont importants. Les images aussi.

 

JPEG - 109.6 ko
Juifs haredim à Vienne en 1915

 

La pression du Net produit ses effets. Pour maintenir ses marges, la propagande s’adapte à un public qui commence à voir les ficelles (chez nous, c’est un peu la faute à E&R). Les producteurs de films doivent retirer les morceaux trop gros, qui restent dans la gorge des consommateurs. Si avant il était possible de s’étouffer avec un Spielberg, aujourd’hui, ça passe mieux. Peut-être qu’il s’agit là d’un progrès. On espère que notre Spielberg à nous, le dinosaure triste Arcady, ce sommet de propagande sioniste (et de platitude réalisatrice), évoluera. C’est ça, ou la disparition de l’espèce.

Du même auteur, chez Kontre Kulture :

Le cinéma français, à découvrir chez Kontre Kulture :

 
 



Article ancien.
Les commentaires sont désactivés



Alerter

45 Commentaires

AVERTISSEMENT !

Eu égard au climat délétère actuel, nous ne validerons plus aucun commentaire ne respectant pas de manière stricte la charte E&R :

- Aucun message à caractère raciste ou contrevenant à la loi
- Aucun appel à la violence ou à la haine, ni d'insultes
- Commentaire rédigé en bon français et sans fautes d'orthographe

Quoi qu'il advienne, les modérateurs n'auront en aucune manière à justifier leurs décisions.

Tous les commentaires appartiennent à leurs auteurs respectifs et ne sauraient engager la responsabilité de l'association Egalité & Réconciliation ou ses représentants.

  • #1266064
    le 11/09/2015 par benjamin
    Jurassic World : 0% de sionisme !

    Jurassic World est une daube infecte, à des années-lumière du 1er volet !
    Quant à Steven Spielberg, même s’il a réalisé des films pseudo-historiques dégoulinants et insupportables, il reste un génie du cinéma de divertissement !

     

    • #1266117
      le 11/09/2015 par lobo
      Jurassic World : 0% de sionisme !

      C’est vrai que le premier volet était pas mal.

      Le capitalisme y est si puissant qu’il peut se permettre de se prendre pour Dieu (créer la vie) et vendre ça dans un parc d’attraction style Disneyland. Voilà ce que donne la victoire de l’ouest sur l’URSS : un monde où les John Hammond peuvent faire n’importe quoi.

      Et puis.

      Les dinosaures se révoltent, tuent le mercenaire à la solde d’une entreprise concurrente et le chasseur sensé être le mâle alpha de la nouvelle hyper-puissance américaine et forcent ainsi les gentils américains à se barrer en courant de cette île devenue maudite.

      En gros : on peut comprendre que le triomphe du capitalisme équivaut à ensauvager le monde.
      On peut voir aussi dans cette fuite la queue entre les jambes des héros américains l’échec retentissant de l’intervention U.S. en Somalie juste après le triomphe sanglant en Irak renvoyé à l’âge de pierre par les bombes de l’OTAN juste un ou deux ans plus tôt. Échec qui allait précipiter l’élection de Clinton et une accalmie dans les intervention américaines pour le reste des années 90.


    • #1266126
      le 11/09/2015 par SR.F
      Jurassic World : 0% de sionisme !

      Tout à fait
      Vous savez ce film en question devait sortir juste après le 3eme
      Sauf qu’il y avait un petit grain de sable qui est passé par là ,il s’appelle KING KONG (2005)
      Le 4 eme a donc été retarder
      Vous imaginez qu’il a fallut 10 ans à Spielberg pour que le 4 eme soit du même acabit que King Kong
      Mais même 10 ans après ,le film King Kong est toujours indétrônable

      A tout ceux qui veulent faire des bons False Flag ,ne demandez plus à l’équipe spielberg de produire des scénario ,demandez plutot à l’équipe peter Jackson


    • #1266156
      le 11/09/2015 par Jurassic park Devotion
      Jurassic World : 0% de sionisme !

      Je n’irais pas jusqu’a la,mais les deux meilleurs films de la saga,reste a coups sur les deux premiers,tant au niveaux du scénario,que des acteurs,des effets spéciaux qui ont incroyablement bien viéllit,et du message....


    • #1266163
      le 11/09/2015 par FedericoF
      Jurassic World : 0% de sionisme !

      Mais non ce n’est pas un génie enfin... C’est une grosse merde. Ca fait 30 ans qu’il fait le même film insipide pour enfants. Sa seule réussite c’est Duel. Et peut-être E.T. Mais bon c’est un film pour enfants et adolescents. Ca pisse pas loin quand même.

      Fellini c’est un génie ! Scorsese c’est un génie ! Coppola ! Tavernier ! Visconti ! Carné ! Renoir !

      Putain, même Jean Yanne c’est mieux que Spielberg... (j’exagère un peu, je l’avoue...)


    • #1266569
      le 12/09/2015 par LeForgeron
      Jurassic World : 0% de sionisme !

      Merci, j’allais écrire la même chose. Cette analyse de la saga préhistorique est complètement à côté de la plaque. "Jurassic World" est profondément idiot, et moche visuellement. Je ne vais pas m’amuser à détailler, je l’ai fait assez de fois un peu partout. Je vais juste rappeler que "le juif" du premier film n’est pas le héros principal (même s’il le devient dans le second), que son message est tout sauf pro-capitaliste, et que globalement le film est plutôt fin tant dans les dialogues que dans la mise en scène (contrairement au dernier en date). Pour une fois, je suis en désaccord total avec E&R et je trouve cet article absolument contre-productif.


  • #1266065
    le 11/09/2015 par dernierchrétiendu11°
    Jurassic World : 0% de sionisme !

    quel plaisir de vous lire cher Monsieur


  • #1266068
    le 11/09/2015 par Diomède
    Jurassic World : 0% de sionisme !

    Quand même un peu fort de tout juger à l’aune du sionisme.

    Si un film est réussi, je ne pense que ça ait un rapport avec son sionisme ou son antisionisme.

     

    • #1266109
      le 11/09/2015 par Blutch
      Jurassic World : 0% de sionisme !

      Au contraire, hollywood est peut-être l’équivalent du Sentier aux U.S.A. et mérite que l’on lise à travers les lignes pour comprendre comment l’Amérique voit le monde voir comment "on" espère que le monde va évoluer.

      Dans Superman 2 : film réalisé en pleine crise du pétrole suivant la guerre israélo-arabe envoie un message assez clair caché derrière l’argument du divertissement. La crise du pétrole a été organisée et voulue par des milliardaires qui veulent provoquer une crise mondiale et se faire plus d’argent et n’a rien d’artificiel, cela prenait l’ensemble des articles de presse de l’époque à contre-pieds et c’était même une thèse très conspirationniste. Provoquer une faillite pétrolière pour, à terme, asphyxier l’U.R.S.S.

      Comment ne pas voir dans "A la poursuite de l’Octobre Rouge" de 1989 une vision assez juste de la situation de la fin de l’URSS ? En gros, le sous-marin, c’est la Russie, le commandant (le leader russe qui veut rejoindre l’ouest (pourquoi ? C’est jamais expliqué)) assassine le commissaire politique (il assassine le communisme & le patriotisme) ensuite il trompe son peuple (l’équipage) pour le débarquer sur un océan gelé où, sans les américains, il ne peut survivre, et ainsi donner le fleuron de l’armement russe (l’hyper-puissance) à la seule Amérique. Pour faire simple : Ramius, c’est Elstine et Alec Baldwin, c’est Bush. Ce film a très bien décrit en filigrane ce qui arrivait en Russie et ce que les U.S.A. voulaient.

      On peut multiplier ces exemples à l’infini : Black Hawk Down, film fait en pleine marche pour la guerre en Irak des américains explique que les américains sont des gentils, ils vont en Somalie pour sauver les enfants qui meurent de faim et...ils finissent par se faire prendre en embuscade dans les rues de Mogadiscio. C’est l’Irak ! Les américains se gonflent d’orgueil et disent qu’ils vont "sauver" les irakiens de la tyrannie de Saddam Hussein (en les bombardant à l’arme lourde) et...ils se font tailler en pièce dans les rues de Falloudjah exactement comme dans ce film qui avait décrit à l’avance les écueils dans lesquels allaient être précipités les GI.

      Maléfique : la gentille sorcière qui tue le méchant rois souverainiste et parvient à fusionner les 2 royaumes antagonistes à la fin...qui a dit TAFTA ?

      L’intérêt de cette lecture en filigrane des films US : si vous voyez que Hollywood multiplie les films prônant la guerre...alors mettez-vous aux abris.


    • #1266212
      le 11/09/2015 par Diomède
      Jurassic World : 0% de sionisme !

      Je suis d’accord avec vous Blutch.

      Je dis seulement que ce n’est pas parce que Jurassic World n’est pas "sioniste" qu’il a connu le succès.

      Il y a quantité de films que l’article qualifierait de "sionistes" qui ont été des succès. Independance Day par exemple.

      Plus généralement, la plupart des films américains relaient les grandes obsessions idéologiques des Etats Unis et cela ne les empêche pas de rencontrer un public nombreux.


  • #1266079
    le 11/09/2015 par cellule
    Jurassic World : 0% de sionisme !

    Ca change de Télérama...


  • #1266088
    le 11/09/2015 par bloblo
    Jurassic World : 0% de sionisme !

    Spielberg est aussi intéressé par l’ufologie. Il y fait notamment référence dans ET et le troisième Indiana Jones. ET serait une allusion au crash de Roswell (une légende dit que Reagan aurait plaisanté lors d’une projection privée avec Spielberg, disant que tout le film était vrai). Le monde de l’Ufologie est aussi un monde à part où la désinformation est maîtresse. Voir l’affaire Billy Meier (à qui dit-on Spielberg aurait passé un coup de fil pour savoir comment il prenait ses photos) pour comprendre.


  • #1266097
    le 11/09/2015 par Dean
    Jurassic World : 0% de sionisme !

    Certes, les obsédés du complot verront dans Indominus Rex une allégorie de l’islamisme (Daech)



    Perso, c’est ce que j’ai vu. Les dinosaures "naturels" qui finissent par aider les êtres humains contre une espèce totalement créée artificiellement...comme Daesh.

    J’ai cru y voir quelque chose genre : nous devons nous allier à nos anciens ennemis (les vélociraptors & le T-Rex : les russes & bachar al Assad) contre le monstre que l’on a crée & qui aurait pu être utilisé comme arme par l’empire (ce que veut le militariste redneck tendance néo-cons) mais qui s’est retourné contre nous.

    Et à la fin : les humains, encore une fois, acceptent de se retirer de l’île et laissent la place aux dinosaures qui ne sont plus maintenus en captivité et qui peuvent rugir à nouveau sous le soleil : sous-entendu, l’Amérique tend à se barrer du moyen-orient.

    Après, ça n’est qu’une interprétation, mais j’ai été surpris pour une fois de ne pas noter de sous-entendus.

    La propagande diluée par Hollywood est toujours très intéressante à étudier.

    Comment se fait-il que Jean Dujardin crie "Vive l’Ukraine indépendante" au début de the artist 1 ou 2 ans avant le début du drame ukrainien ?

    Il y a un autre film que vous devriez analyser et qui possède lui aussi une morale assez intéressante : le dernier Mad Max (Fury Road) qui était une bonne tragédie.

    En gros, le chef de guerre aryen (qui se réclame du Walhalla) et ses légions de skinhead cancéreux, se font vaincre par un certain Max Rockatansky (origine ?) et des femen post-apo qui prennent le pouvoir dans sa forteresse/oasis où l’eau était rationnée et qui, comme premier acte prouvant la bonté du nouveau gouvernement matriarcal : ouvre en grand les vannes et permet à tout le monde de boire de l’eau...qui sera épuisée sitôt le générique finit. La responsabilité masculine chassée par une simili-Hillary Clinton jouée par Charlize Theron provoque à terme la fin des derniers îlots de survivants.

    Je dois dire que je préfère cette morale (et la coolitude de ce film) à celle du dernier mission impossible : le méchant, un dissident anglais, est capturé après avoir voulu s’emparer d’une forte somme d’argent sans laquelle il ne peut se battre. Moralité, la dissidence peut gueuler, si on lui prend son fric, elle se tait...comme les eurosceptiques grecs.

    J.J. Abrams ne m’inspire guère confiance, je la sens assez peu la morale du prochain star wars où "les méchants ressemblent à des nazis ayant survécu en amérique latine".

     

    • #1266169
      le 11/09/2015 par Dean
      Jurassic World : 0% de sionisme !

      Et un autre détail troublant : les "bons" dinosaures dévorent leurs proies, comme à l’ancienne, ils respectent l’éco-système. Le "Daechosaure", lui, ne mange pas ses proies mais il les égorge...il ne les filme pas en faisant un commentaire en arabe, certes, mais l’allusion est claire, non ?


  • #1266103
    le 11/09/2015 par Josselin Bigaut
    Jurassic World : 0% de sionisme !

    Analyse très perchée.

    Il ne faut pas voir le mal partout, Jurassic World n’est pas un opus allant à l’encontre de la bien-pensance, mais un navet Hollywoodien ultra formaté comme il y en a des milliers identiques. Les personnages n’ont aucune profondeur, l’intrigue semble improvisée, et le plus amusant, les effets spéciaux sont plus factices que ceux du premier film ( dont l’ingéniosité et la qualité l’alliance de l’animatronic et de l’image de synthèse reste indétrônable ).

    Nous avons pas mal d’éléments amusants dans ce film ( très mal réalisé en plus de tout, comme quoi rien à en tirer ), par exemple, l’existence du Mosasaure en soi est d’une débilité abyssale puisqu’on sait que les dinosaures sont clonés à partir de sang prélevés à partir de moustiques fossilisés. Or... Comme diable un moustique aurait-il pu piquer un bestiau qui passe son temps au fond de l’océan ?
    On a droit à d’autres perles, la domestication des vélociraptors ( avec les reptiles en général ça reste audacieux, quoi que possible dans de rares cas ), ou mieux encore, la scientifique, qui passe tout le long du film à courir en talon, et qui arrivera même à courir plus vite qu’un Tyrannosaure-Rex dans ces conditions.

    Comme un commentaire l’a fait remarquer, Spielberg est un activiste sioniste convaincu, mais Jurassic Park, sur le plan de la réalisation des effets techniques, de ses personnages reste un excellent film.

    Je ne me prononcerais pas sur le reste de sa filmographie, notamment sur une scène de la liste de Schindler où, dans la salle de douche du camp, ce n’est pas du gaz qui sort, mais de l’eau. Je n’ai jamais su si je devais y voir là un acte subversif de Spielberg, mais connaissant sa partisanerie, j’en doute.


  • #1266105
    le 11/09/2015 par Tom
    Jurassic World : 0% de sionisme !

    Attention... le nouveau star wars c’est un héro noir typé avec une blanchette typique.
    Vous allez en bouffer du métissage et à la santé de l’ empire (vous avez saisis la blague)

    C est aussi ça le plus drôle, les rebelles d hier semblent imposer leur morale aussi impitoyablement que l empire... du coup, on comprend que la justice fondée sur une morale commune n existera jamais tant qu’ il existe de la diversité parmi les êtres humains.
    le tout est de se battre dans son intérêt et ceux de son peuple... Sur ce, on attend que l Europe arrete de pleurnicher sur l immigration et arrete ce marasme qu’ est l émotionnelle compationnelle masochisme des droits de l homme féministo socialo economico trotsko gauchiste.

    Les camps de réfugiés en Belgique sont presque des camps de vacances. Self à fruits stand kebab poulet rôti. Antenne médicale en assistance permanente, local à vêtements avec des TONNES de fringues (je n exagère pas) local à jouet avec des montagnes de poupées etc. + des animateurs qui encadrent les jeunes pour organiser des jeux et des conseillers qui leur expliquent les démarches pour rester indéfiniment et réclamer des droits ... à quand les bars à cocktail !

    Un mec à osé dire hier à la radio que de tel organisations et une telle opulence n à jamais été mise à disposition de nos sans abris et ne semble pas toucher notre propre peuple (les belges ) ... Le présentateur à raccroché sans rien lui répondre et s est adressé aux auditeurs : "Désolé pour ce commentaire ultra, il a menti à nos étendards"

    Ce qui prouve que l info filtre l opinion et ne laisse s exprimer que les socialistes.


  • #1266124
    le 11/09/2015 par dede
    Jurassic World : 0% de sionisme !

    Israel c’est un peu jewasic park ok.
    Terra nova c’est l’Europe merde et c’est aussi un think tank prometteur de la gauche PSss, le serpent tentateur pas à la droite du père du tout.

    "s’attaque carrément à la sexualité, à l’éducation, à la civilisation, à la vie, quoi." ouais mais les macs avait déjà attaqués le cosmos, donc le reste d’ici bas suis ?

    ps : la Bible c’est plusieurs livres :p, on sent que certains l’ont pas lu (moi non plus pas tout y a du chiant), ok ça se suit un peu, le soucis que certains sont pas d’accord sur les derniers volumes, ah le privilège électif, je te jure.


  • #1266143
    le 11/09/2015 par mozee
    Jurassic World : 0% de sionisme !

    Je vous conseille une nouvelle série : The Strain.
    on ne peut pas faire plus sioniste !!!!
    un vieux juif qui a échappé au camp de la mort devient l’espoir de l’humanité en affrontant un maître vampire ( dont l’assistant est un ancien nazi) qui contamine les humains en les transformant en créatures appellées, tenez vous bien, "les Streegoys"...
    y’aurait tellement a dire sur cette serie, je vous laisse vous délecter...

     

    • #1266176
      le 11/09/2015 par Tuberculov
      Jurassic World : 0% de sionisme !

      C’est pour cette raison que l’on parle du nouveau Jurassick Park, le niveau de sionisme/féminisme/homosexualisme est tellement faible que ça méritait d’être signalé.

      La mode avant l’arrivée de Obama à la maison blanche en était aux films dénonçant (hypocritement ou non) l’impérialisme occidental : Lord of War, Avatar, Sniper tireur d’élite, Jason Bourne (quoique), Troie, Retour à Cold Mountain etc. ... Depuis que Obama est là : l’état américain est redevenu intouchable et la machine politiquement correcte n’a jamais autant tourné en boucle que depuis 2008-2009. On verra si ça changera quand Jeb Bush sera élu.


    • #1266203
      le 11/09/2015 par Xavier57
      Jurassic World : 0% de sionisme !

      C’est drôle, j’ai commencé à regarder la série Mad Men et on y parle brièvement du sionisme. Durant l’épisode six de la saison un pour ceux que ça intéresse.


    • #1266303
      le 12/09/2015 par zlaan
      Jurassic World : 0% de sionisme !

      strigoi, pas streegoy !

      https://fr.wikipedia.org/wiki/Strigoi


    • #1266342
      le 12/09/2015 par Gerard John Schaefer
      Jurassic World : 0% de sionisme !

      Parfaitement, les "Street Goys", un gang de rue haineux, avec Élie Semoun dans le rôle de Serge Ayoub.
      Son grand retour à la fiction.


    • #1266437
      le 12/09/2015 par Mya
      Jurassic World : 0% de sionisme !

      @ Mozee

      Le personnage du vieux juif n’est pas l’espoir de l’humanité, bien au contraire, il est montré comme égoïste, très rancunier, impoli et asocial.
      — Egoïste : il veut faire passer en premier plan son désir de tuer le maître des vampires avant que les 2 du CDC ne trouvent un remède pour contrecarrer le virus.
      — Très rancunier : sa chasse du maître des vampires au cours des décennies est similaire à la chasse actuelle aux anciens haut gradés Nazis à travers le monde.
      — Impoli et asocial : il suffit de voir le nombre de fois où il refuse de partager ses informations à ses nouveaux "amis" survivants. Il les prend pour des abrutis "c’est trop complexe vous ne comprendriez pas, il m’a fallu plus d’un demi-siècle pour accumuler tous ces documents que je n’arrive moi-même même pas à parfaitement comprendre". Il s’enferme constamment dans son compartiment en exigeant qu’on ne vienne pas le déranger, même si c’est pour prendre de ses nouvelles, savoir s’il a faim s’il est en bonne santé. Et sa manière désagréable d’aborder les gens qui n’ont pas connaissance de tout ce qu’il a pu comprendre. C’est un personnage hautain qui malgré son âge ne prend toujours pas conscience que sa faiblesse physique et son maniement de son épée ne suffiront pas à tuer celui qui a pris la vie de sa femme. Rongé par sa quette de vendetta personnelle il en devient détestable et impuissant.

      Avez-vous remarqué le sens de la scène où il se met ses gouttes à base de vers issus de strigois ? Il se sent beaucoup mieux avec cette partie monstrueuse dont il est dépendant. Et il ne remercie même pas sincèrement la femme qui le sauve en lui faisant un massage cardiaque !

      Je pense que vous vous êtes trompé de héros, que c’est à mon avis le docteur du CDC, qui porte lui aussi un prénom à consonance juive ! Il fallait bien que ce soit l’un d’eux ! ^^


    • #1266546
      le 12/09/2015 par Earth Dev
      Jurassic World : 0% de sionisme !

      Je suis désolé mais ca reste une bonne série , il n’y a qu’un personnage juif dans la série , et c’est l équipe entière qui essaye d endiguer le mal Strigoi. , et puis le vieux fait surtout ça pour venger son frère et sa femme . Il ne faut pas forcément crier à la promotion du super juif ou du super sioniste dès que l on parle de nazis/juifs dans une série ou film.


  • #1266181
    le 11/09/2015 par stf
    Jurassic World : 0% de sionisme !

    La tournure de phrase, je sais pas si çà été fait exprès :



    Si le Führer entendait ça… Notre bien-aimé président, ...



    Puis l’histoire du chinoi et du judéonazi aussi était bien trouvé.



    Les Chinois, pour qui Wu est un grand sorcier à l’intelligence supérieure, ne voient pas les choses comme nous.



    Je me suis bien marré, comme d’hab sa taille sévère avec l’équipe derrière Dimitri Korias.


  • #1266209
    le 11/09/2015 par Pascal
    Jurassic World : 0% de sionisme !

    La phrase qui passe inaperçue dans l’article est qui pourtant est la plus novatrice :



    Ce qui n’a pas empêché Jurassic World de faire un malheur... C’est même grâce au public chinois que le film est devenu le plus profitable de l’histoire



    Même si on est loin des 2,8milliards d’Avatar, ça va faire un électro choc à Hollywood :
    Est-ce qu’on continue la propagande ridicule et pas rentable comme "la femme au tableau" où va-t-on chercher les milliards chez les chinois qui n’ont que faire des "cimillons" (eux, c’est shoah x 10 entre 1937 et 45 contre le Japon)

    Réponse en décembre avec Star wars qui est promis à exploser les compteurs. Fait notable premier rôle tenu par un noir inconnu...


  • #1266231
    le 11/09/2015 par dominique347
    Jurassic World : 0% de sionisme !

    Hénaurme et jubilatoire !!


  • #1266246
    le 12/09/2015 par The Shoavengers à la FED
    Jurassic World : 0% de sionisme !

    Analyse légèrement capillo-tractée…
    Hollywood produit du politiquement correct à plus ou moins fortes doses. Spielberg ne représente pas plus qu’un autre le sionisme à Hollywood.
    Pour le coup, je ne tomberai pas dans le conspirationnisme à deux balles. Les scénarios et les réalisateurs, ça va, ça vient au pays de l’Oncle Sam (Samuel ???).
    Ce qui est très présent et insupportable, ce n’est pas le sionisme mais la bien-pensance et l’américanisme. Prenons les Spiderman, dont je n’ai jamais compris l’engouement. Sam (Samuel ???) Raimi, le génie, ça me parle pas. Le patriotisme exacerbé, manipulation suprême oui. Les productions Bruckheimer, Emmerich et même James Cameron dont le dernier Avatar m’a donné la nausée, sont pires que les Spielbergueries.
    Il n’y a peut-être pas de morceaux de Sionisme dans les films hollywoodiens, mais il y a constamment l’arrogance impérialiste et mondialiste, ce qui revient exactement au même.
    Pour le cinéma Français, à chacun de faire l’autopsie du cadavre.

     

    • #1266391
      le 12/09/2015 par Orcinus Orca
      Jurassic World : 0% de sionisme !

      Nuance de jeunesse
      Sam Raimi c’est d’abord Evil Dead I II & III

      le type avait réellement du génie et de l’humour,
      avant d’être gentiment corrompu par le fric, les bimbos ou autre.

      Spielberg, dés le départ, ça suinte le sirop


    • #1266973
      le 12/09/2015 par mirza
      Jurassic World : 0% de sionisme !

      Concernant l’engouement pour spiderman, je me suis aussi posé la question et je vais te donner ma réponse capillo tractée :
      cet engouement est le résultat d’une forte promotion qu’il bénéficie parce qu’il véhicule des symboles chers à certaines de nos élites :
      - Spiderman est rouge et bleu. Ce sont les couleurs de la franc maçonnerie pour signifier l’envers et l’endroit d’une même réalité
      - pour éjecter son fil de toile, il fait, de la main, le signe de la bête corne.
      Donc Spiderman serait selon moi un moyen de diffuser à grande échelle ces symboles auprès la jeunesse.
      Je n’ai aucune preuve de ce que j’avance, c’est juste une spéculation.


    • #1267116
      le 13/09/2015 par "Chevalier Lefebvriste" ..
      Jurassic World : 0% de sionisme !

      @Orcinus Orca
      Pardon Evil Dead I II & III c’est marrant, c’est de l’art !
      A bon !
      Et Brigitte Lahaie c’est beau alors !
      Moi tout ça, sa ne m’élève pas, pire même ça m’avili, donc je ne regarde point ...
      Du beau il y en a beaucoup mais ni les films d’horreur stupide pas plus que le porno n’en font parti !
      Mille pardons l’ami...
      Tu veux du beau, du grand, du qui te fait briller les yeux, tien regarde ce film !
      http://gloria.tv/media/n5zvRi5A2mK
      Et écoute cette chanson !
      https://www.youtube.com/watch?v=qjl...
      Joyeux Saint Dimanche frères Catholiques E&R...( n’oubliez, si vous n’allez point à l’Église, de sanctifier ce Saint jour...)


    • #1269031
      le 15/09/2015 par simon
      Jurassic World : 0% de sionisme !

      Je plussoie la réflexion capillaire.

      Moi j’ai trouvé ce film bien con, dans la plus pure tradition hollywoodienne, et je dois avouer que je n’y a pas trouvé vraiment de plaisir, la machine américaine me semble bien en panne. Ces dernières années on a eu droit à un Robocop 4, un Conan 3, un énième Terminator, Rocky 6 et Rambo 5, Indiana jones IV, on va bouffer du Star Wars comme jamais maintenant que Lucas a cédé les droits, et encore bien d’autres tentatives de résurrection de vieux succès des années 80-90.


  • #1266255
    le 12/09/2015 par Gerard John Schaefer
    Jurassic World : 0% de sionisme !

    Comme quoi... qu’est-ce qu’on fourgue, à qui, comment, etc...

    Je suis client de Cinéma (en vidéo, chez moi, peinard, pas en salles) et puisque vous avez choisi l’exemplaire Steven Spielberg, je m’aperçois en parcourant la filmographie sur IMDb que du réalisateur, j’ai vu "Duel", "Les dents de la mer", et à sa sortie ciné, "E.T., l’extra-terrestre".
    Et plusieurs fois, le début de "La guerre des mondes", mais je décroche vite. La fin, un jour, peut-être.

    Y’a aussi tous les films en tant que scénariste, et ceux comme producteur, qui ne partent pas des mêmes motivations, éventuellement...
    Au total, je n’ai pas visionné grand chose "de" Spielberg.

    Tout ça pour dire, les gros filets n’attrapent pas tous les publics, alors que je suis très éclectique, comme en Musique (auditeur), mais justement, précis.
    Probablement que sa vision du monde, hé bien... je "n’ambitionne" pas les mêmes galaxies.

    Il a connu des succès avec de la science-fiction, du récit d’aventures fantastiques, auxquels je suis très peu enclin, en fait, s’il n’y a pas une dimension sociale qui m’accroche dans le projet.
    Et alors, si la dimension sociale est "science-fictionnée", ou trop "fantastique" dans "l’aventure"... lol
    L’horizon du terminus.


  • #1266268
    le 12/09/2015 par brucy
    Jurassic World : 0% de sionisme !

    En réalité, il y a eu trois Jurassic ’s avant celui-ci.Le III était très mauvais.Je garde un bon souvenir d’enfance des I et II.J’appréhende de les revoir de peur d’être déçu.
    A noter que seuls les deux premiers sont signés Spielberg lui-même.


  • #1266273
    le 12/09/2015 par karel
    Jurassic World : 0% de sionisme !

    Je vais être franc, je reconnais pas de sionisme dans jurassic world du tout.
    Et pourtant, je fais toujours très gaffe à ce que je regarde, et à faire des liaisons que certains de mes potes trouvent "paranoïaques" et que je "vois le complot partout" (quoique certains commencent à pencher de mon coté)... ils faut dire qu’ils m’amenent voir toutes les merdouilles Américaines, les marvel, les DC et autres (chose interessante au passage, j’ai observé au fil du temps que les enemis, qui à l’époque d’iron man 1 se trouvaient dans des zones peu définies au moyen orient se deplacent de plus en plus sur des fausses regions d’europe de l’est ex sovietiques, comme dans le dernier avengers - ils essaient vraiment de nous faire bouffer leur politique infame par tous les moyens)

    Jurassic World est surtout très naze. De ce que je me souviens, je me rappelle surtout les AT4 qui font l’effet d’un cocktail molotov, les forces soit disant d’élite qui font pas mieux qu’un taliban et qui ont pas de vision nocturne/se font surprendre par des lézards a 3m d’eux, l’action qui met mille ans à arriver, le pilotage d’hélicoptère absolument pas crédible, des dinos qui font des degats de malade à des structures blindées alors qu’en vrai je suis sur qu’une simple 7.62 les mettrait au tapis, la soit disant intelligence des bestioles et la connerie à couper le souffle du personnel du parc peut etre pour que le spectateur se sente intelligent, les sondes cardio sur les soldats mais une seule caméra de tete à tout casser, le groupe de mecs avec des tazers qui rentrent dans un ruisseau...

    Le délire de créer un raptor trex m’a fait ouvrir grand la bouche, aussi. Tant qu’a plonger dans le n’importe quoi, pourquoi pas prendre des plus grands dinosaures qui ont supposément existé, comme le giganotosaurus ?

    Quoique j’ai quand même apprécié le coté avec le héros qui se sert au final de dinosaures "naturels" pour se debarasser de l’abberation génétiquement modifiée... Mais c’est tout. Sinon c’etait du grand n’importe quoi, et du grand n’importe quoi ennuyeux.

    Un gros navet, qui n’a pas besoin d’être sionard pour être nul.


  • #1266275
    le 12/09/2015 par noname
    Jurassic World : 0% de sionisme !

    J’ai un peu de mal à comprendre comment jurassic world serait un bon film et le meilleur de la saga sous prétexte qu’il n’y aurait pas de sionisme dedans.

    Des films sur les dinosaures de ce gabarit sont plutôt rare et le dernier opus fait par spielberg date quand même d’il y a 10 ans, du coup ben ça laisse une sacré marge entre ceux qui connaissent la série et les nouveaux clients. De plus, je ne pense pas être le seul à affirmer que malgré certain défaut le premier (il me semble qu’il n’y a qu’une scène "typique" féministe) ainsi que le second sont infiniment meilleur malgré leurs ages (le premier parce que le casting entier/scénario étaient cohérent, le second par la présence de l’acteur Jeff Goldblum entre autre) le trois ne m’a pas laissé un très beau souvenir et m’a été trop difficile à revoir donc je ne l’ai pas revu.

    Pourtant j’ai vu jurasic world pour m’en faire une idée, c’est très certainement le pire de la saga, peut être trop téléphoné, un jeu d’acteur lamentable, des scènes moins travaillées, un casting très faiblard sur fond de scénario plutôt léger, trop peut être ? "Des humains qui veulent aller toujours plus loin dans la manipulation génétique...Mouais déjà vu...Et avec les moyens technique actuels ils auraient pu faire des scènes époustouflantes mais on y aura pas droit.

    Et puis niveau anti-féminisme, c’est trompeur dans la mesure ou le rôle établi au moment de l’histoire (l’un est dresseur et est en contact direct avec les monstres, l’autre a un boulot de bureau) donc c’est pas non plus révolutionnaire que l’homme en fasse plus (d’ailleurs il est plus connu non ?) dans la mesure ou il a déjà les mains dans le moteur.

    Dans le un par exemple, dans le sous sol avec le vieux ou celui ci dit qu’il faut traverser xxx mètres pour aller brancher les générateurs de secours, celui ci l’interpelle sur le fait que c’est une femme et que lui est un homme (alors qu’il est handicapé) et que par logique c’est à lui d’y aller. Elle lui répondra une truc du style "s’ils vous plait, on révéra le rôle de la femme une fois que je serais revenu". C’était quand même plus flagrant.


  • #1266319
    le 12/09/2015 par mirza
    Jurassic World : 0% de sionisme !

    Merci pour cet article qui dit le vrai avec beaucoup de dérision. J’ai beaucoup ri. En conclusion, l’humour goy ( et français, Monsieur !) est meilleur que l’humour juif.


  • #1266344
    le 12/09/2015 par Gerard John Schaefer
    Jurassic World : 0% de sionisme !

    Ray Harryhausen, au secours !

    Féerie pour une autre foi...


  • #1266353
    le 12/09/2015 par nogo
    Jurassic World : 0% de sionisme !

    Ok pas de sionisme dans un film c’est bien ... mais ce n’est pas suffisant pour s’émerveiller dudit film : ce "jurassic world" est quand même un navet, qu’on regarde histoire de se laver le cerveau un soir où on a vraiment rien envie de foutre et rien d’autre sous la dent...

    En somme il est tout juste "regardable", c’est certes déjà pas mal en soit à l’heure actuelle.

    Personnellement, j’aurai trouvé au moins aussi important d’insister sur le fait qu’un tel navet devienne le 3eme plus gros succes de tous les temps. Ce n’est pas très rassurant.
    Si la seule alternative au "sans sionisme" c’est de la merde décérébrée de plus ou moins même niveau, est-ce qu’on peut appeler ça une victoire ?


  • #1266446
    le 12/09/2015 par Antoine lib
    Jurassic World : 0% de sionisme !

    Dimitri Korias, quel talent, il va vraiment falloir mettre un jour cet auteur de génie sur papier, histoire de l’immortaliser jusqu’à la fin des temps, c’est systématiquement un régal..


  • #1267845
    le 14/09/2015 par Louis
    Jurassic World : 0% de sionisme !

    Du point de vue qualité de l’histoire ça reste une belle bouse.

    Les deux reproches principaux :
    - beaucoup trop d’anthropomorphisme
    - des clins d’œils au premier opus de la série qui finissent pas se transformer en copier coller de l’histoire d’origine

    Bref, c’était bien nul.


  • #1271595
    le 18/09/2015 par Brice
    Jurassic World : 0% de sionisme !

    Je m’excuse en premier lieu de l’absence d’accents, je possede un clavier anglophone et je travaille a l’etranger (pour la France bien sur !)
    Je trouve cela vraiment dommage que vous descendiez Spielberg de la sorte.
    Je suis d’accord avec vous pour tous les aspects des films historiques de celui-ci, je n’ai jamais trouve qu’il etait bon la-dedans.

    Pour moi et pour sans doute pas mal de monde, ce type represente tout simplement le cinema fantastique de divertissement. J’ai grandi avec E.T. , Indiana Jones et Jurassic Park (je parle du premier bien entendu) et j’ai vraiment pris du plaisir dans mon enfance avec ces films.
    Je trouve qu’il a aussi revele et produit de bons projets qui etait relativement frais et nouveau pour l’epoque (je pense au real Joe Dante, aux Gremlins, et les Goonies)
    Je n’ai pas le souvenir etant gamin d’avoir ete violente dans ma tete avec ces films. Au contraire cela m’a fait aimer le cinema comme une sorte d’exutoire du quotidien.
    Cependant, je trouve que Spielberg ne fait que des mauvais projets depuis plus de 10 ans. Je suis decu a chaque fois. Il y a des realisateurs qui se bonifient avec le temps, comme le vin. Je pense par exemple a Martin Scorcese, ou Stanley Kubrick.
    Et puis il y a ceux qui perdent de leur magie et qui decoivent. Je pense donc, a Spielberg, Brian De Palma ou Coppola (je parle du pere pas de la pisseuse)

    Dans tous les cas, excellent article, je partage beaucoup de points de vue.


  • #1275507
    le 22/09/2015 par Winston
    Jurassic World : 0% de sionisme !

    Bonsoir,
    pour information : Spielberg a tourné le film "Munich", film qui a reçu beaucoup de critiques par le sionisme, à tel point que Spielberg a du caché le scénario à ses acteurs même.
    Source : comprendre l’état d’Israel


  • #1287334
    le 08/10/2015 par Christophe
    Jurassic World : 0% de sionisme !

    Arretez, Jurassic World n’est pas un navet. Ce n’est pas le meilleur film de tous les temps, certes, mais ça reste agréable. Du grand spectacle sans prise de tête.

    Je sais que certains aiment se sentir cultivés à critiquer sans cesse, principalement pour se faire mousser. Quels films ont grâce à leurs yeux, à part des films chiants que personne n’a vu.

    On peut critiquer l’abrutissement des masses, mais les néo-intellos coincés de la dissidence, c’est tout aussi gonflant.

    Parfois il faut savoir se déconnecter, décompresser, prendre son cerveau et le poser de côté, c’est aussi ça la vie.

    Jurassic World ça m’a passé une soirée pèpère et j’ai survécu.


  • #1288105
    le 09/10/2015 par marmiedoise
    Jurassic World : 0% de sionisme !

    "ces personnes qui veulent, une fois de plus, vous dépouiller de votre passé, de votre histoire et de votre identité…"
    Dans les faits si cette reflexion est sensee designer les nazis et qu on l applique a la France ce sont bien les représentants de la communaute juive, CRIF en tete, qui peuvent etre pointes du doigt ! Depuis plus de 30 ans ce sont eux qui passent leurs temps a reecrire l histoire, a y poser les jalons que bons leur semble et a pourrir l identite du pays via le communautarisme et le lobbying dont ils sont les grands tenants !
    C est ironique, l ultra sioniste Spielberg beute sans s en rendre compte contre la clique dirigeante du CRIF en particulier qui risque fort d avoir du mal a avaler ! A quand le port de la chemise brune pour Cuikerman ?


Afficher les commentaires suivants