Egalité et Réconciliation
https://www.egaliteetreconciliation.fr/
 
A A A
imprimer

L’Azerbaïdjan frappe le Haut-Karabagh et place son armée en état d’alerte

Que se passe-t-il dans le Caucase ? L’Azerbaïdjan a mis son armée en alerte, assurant avoir « annihilé » des positions séparatistes dans le Haut-Karabagh, deux jours après la mort de deux civils azerbaïdjanais près de la ligne de front.

« [L’artillerie de Bakou a] annihilé un grand nombre de forces ennemies, plusieurs unités d’artillerie et des infrastructures militaires », a fait savoir le ministère azerbaïdjanais de la Défense dans un communiqué daté du 7 juillet. « Toutes les unités de l’armée azerbaïdjanaise ont été placées en état d’alerte », y est-il précisé.

De leur côté, les autorités séparatistes de la région azerbaïdjanaise du Haut-Karabagh, soutenues par l’Arménie, ont fait savoir qu’elles avaient riposté. Sans évoquer de pertes, hormis trois soldats blessés, elles ont affirmé que l’armée azerbaïdjanaise avait rompu le cessez-le-feu en se servant de mortiers et de lance-missiles.

Cette soudaine poussée de violence intervient après la mort de deux civils azerbaïdjanais, le 5 juillet, près de la ligne de front. Un bébé de deux ans et sa grand-mère ont en effet été tués par des obus tirés, selon les forces azerbaïdjanaises, par les forces du Haut-Karabagh.

Le Haut-Karabagh est une région peuplée majoritairement d’Arméniens qui a fait sécession mais est toujours reconnue internationalement comme faisant partie de l’Azerbaïdjan.

En avril 2016, au moins 110 personnes – des civils et des militaires des deux camps – avaient été tuées dans de violents affrontements. Un accord de cessez-le-feu avait été signé à Moscou entre les belligérants, mais des combats sporadiques continuent de se produire le long de la ligne de démarcation.

Un premier cessez-le-feu avait été conclu en 1994, après une guerre qui avait fait 30 000 morts et des centaines de milliers de réfugiés, principalement des Azerbaïdjanais. Aucun traité de paix n’a pour l’heure été signé entre Bakou et Erevan.

Sur le séparatisme, chez Kontre Kulture :

 

Voir aussi, sur E&R :

 



Article ancien.
Les commentaires sont désactivés



Alerter

12 Commentaires

AVERTISSEMENT !

Eu égard au climat délétère actuel, nous ne validerons plus aucun commentaire ne respectant pas de manière stricte la charte E&R :

- Aucun message à caractère raciste ou contrevenant à la loi
- Aucun appel à la violence ou à la haine, ni d'insultes
- Commentaire rédigé en bon français et sans fautes d'orthographe

Quoi qu'il advienne, les modérateurs n'auront en aucune manière à justifier leurs décisions.

Tous les commentaires appartiennent à leurs auteurs respectifs et ne sauraient engager la responsabilité de l'association Egalité & Réconciliation ou ses représentants.

  • Cet article m’inspire une question : est-ce les "50 millions de migrants" musulmans qui sont en train de débarquer en Europe ainsi que les dizaines de millions de musulmans qui sont déjà présents en Europe vont faire sécession dans quelques années ?

    Des prophéties chrétiennes disent qu’ils vont réclamer tous les territoires situés autour de la méditerranée.

     

  • Les Azéris, turcophones, ont un soutien de poids : le panturquisme d’Erdogan . De plus sur une carte on voit bien que les chrétiens d’Arménie et du Haut Karabagh séparent les Azéris de leurs frères - ou cousins ? - Turcs .

     

    • A Mimi,
      on peut avoir une autre vision :
      -) les arméniens sont politiquement, financièrement et militairement soutenus par Israel
      -) Israel et les Etats-unis cherchent à fomenter des troubles contre les alliés de la Russie, la Turquie, l’Iran ...
      -) l’Azerbaidjan s’est considérablement rapproché de la Russie ces derniers temps et il est proche de OCS.

      Conclusion ... ON chercherait plutôt à intimider l’Azerbaidjan.

      Et c’est bon signe, car en toute logique ceci devrait aboutir à ca que l’Azerbaidjan rejoigne ses voisins dans l’OCS.

      Thémistoclès


    • Les Russes sont derrière les arméniens. La Turquie ne soutient pas Bakou. Les vrais soutiens des azéris sont comme à l’accoutumée les monarchies pétrolières qui ont réglé la facture d’un réarmement récent des forces azéries et les Etats Unis. Réarmer ne signifie pas forcément maîtrise et compétence. Il n’est qu’à voir le comportement des forces saoudiennes face au courageux peuple yéménite. Ils ont la maîtrise de l’air qui consiste à bombarder des populations civiles depuis 4 000 mètres. On a connu plus chirurgical. La dernière fois que les azéris ont voulu faire les marioles, ils en ont pris une bonne. Un peu comme les forces ukrainiennes. Une débauche de matériels inappropriés, aucune compétence technique, stratégique et tactique ; ça rappelle la Géorgie. S’ils font les fous, les Russes seront à Bakou en 4 jours.


    • Réponse à anonyme :
      Avant de raconter des ignominies il aurait été préférable de vérifier le point suivant : Israel est un allié économico-militaire de l’Azerbaïdjan, qui lui a acheté pour plusieurs milliards d’euros d’armes ces dix dernières années (en particulier des drones). Et bon nombre de ces armes sont mises en oeuvre par des "experts" israéliens dépêchés sur place !
      De plus que cela vous gêne ou non, la Turquie, la grande soeur ou la grand-mère de l’Azerbaïdjan (au choix) reste la meilleure alliée régionale d’Israël !
      Quant à ceux qui martèlent que la Russie est l’alliée de l’Arménie, ils feraient bien de vérifier les ventes d’armes entre la Russie et l’Azerbaïdjan du dictateur Aliev !...


  • Pour ceux et celles qui ne le sauraient pas déjà, tous les gros groupes pétroliers sont installés à Baku, sur la Caspienne. Seul problème pour exporter cette denrée, à l’ouest il y a la chaîne montagneuse arménienne, au nord-ouest la Georgie (révolution orange ratée), au nord la Russie, à l’est le Kazakhstan et au sud l’Iran. Pas de bol.

    Alors il reste ce petit couloir, au sud de l’Azerbaïdjan et de l’Arménie, pour faire passer les pipelines en Turquie ou en Syrie, selon les résultats de la politique étrangère menée activement par certains acteurs depuis quelques temps.

    Séparatistes ou opportunistes manipulés à distance ? La question ne se pose plus.

     

    • Quelle perspicacité ! Le pétrole (ou le gaz) il y en a toujours eu dans la Caspienne, mais avant de nous faire une démonstration par A+B = C vous feriez peut-être bien de vous intéresser un peu à l’histoire ?
      Les azéris, peuple turco-mongoloïde, ont fait leur apparition dans cette région il y a #1000 ans. Alors que dans certaines régions de l’Azerbaïdjan actuel, les vestiges de la civilisation arménienne remontent à 2000 ans avant notre ère !
      Ainsi sauriez-vous expliquer avec votre raisonnement ultra lucide, pourquoi aujourd’hui il n’existe plus un seul Arménien dans le territoire du Nakhitchevan coïncé entre l’Arménie et la Turquie ? Il s’agit ni plus ni moins que d’une autre terre arménienne offerte aux azéris par le très sympathique Staline, et on y trouve ni gaz ni pétrole...
      Fait est que les azéris y ont pratiqué un nettoyage ethnique systématique, chassant les derniers habitants arméniens au milieu des années 60. Le territoire du Haut-Karabakh étant exactement dans la même situation, ses habitants savaient très bien à quoi s’attendre s’ils n’avaient pas pris les armes pour se défendre... et désolé pour vous si cela vous paraît trop compliqué à comprendre !