Egalité et Réconciliation
https://www.egaliteetreconciliation.fr/
 
A A A
imprimer

L’Inde et l’Iran face aux sanctions de l’Union Européenne et des États Unis

L’Iran vient d’être exclu d’un système international de transferts interbancaires (SWIFT), ce qui va rendre extrêmement difficile, impossible dans certains cas, la conclusion de marchés avec des clients à l’étranger. Cette exclusion a été décidée par l’Union Européenne en vertu des sanctions qu’elle inflige à l’Iran pour parvenir à placer l’ensemble de son programme nucléaire sous contrôle occidental.

Cette exclusion -tout comme les sanctions unilatérales décidées par l’UE ou les États Unis- est illégale et n’est rien d’autre qu’une démarche guerrière qui vise à étrangler l’Iran et à le placer dans la situation qui est celle de la Corée du Nord.

En dépit des menaces par le gouvernement des États Unis d’imposer des sanctions contre l’Inde pour le maintien de ses relations avec l’Iran, la délégation à haut niveau d’hommes d’affaires est rentrée au terme d’un séjour d’une semaine.

Elle est intarissable sur l’énorme potentiel que représente l’Iran pour les entreprises indiennes, particulièrement dans le domaine des céréales, du médicament, de l’énergie et dans le secteur de l’industrie agroalimentaire.

La délégation, forte de 80 membres, emmenée par le secrétaire général du ministère du commerce, Arvind Mehtan, et comprenant plusieurs organisations patronales, a qualifié son récent voyage à Téhéran de positif et fructueux.

« Nous avons discuté de possibilités énormes dans les domaines des céréales, du thé, de l’industrie agroalimentaire, dans le secteur de l’énergie électrique et d’autres domaines des échanges bilatéraux. L’Iran apporte à l’Inde un marché nouveau et important et tout doit être fait pour réaliser ce potentiel, » a déclaré à notre correspondant le président de la Federation of Indian Export Organisations (FIEO), Rafeeque Ahmed, qui conduisait la délégation.

M. Ahmed a expliqué que la question du règlement en roupies a été résolue et qu’un large consensus a été trouvé pour dire que plus de banques devraient y participer et que les marges des banques en Iran devraient être diminuées pour faciliter le commerce indo-iranien. « Les problèmes du mécanisme de paiement en roupies a été traité grâce à l’implication active de la FIEO, de l’UCO et de la Persian Bank. Quelques banques vont s’ajouter pour faciliter les transactions bancaires après les fêtes du nouvel an iranien, » a-t-il ajouté.

La Persian Bank a accepté de réduire de 120 à 10 % sa marge sur l’ouverture des lettres de crédit, ce qui représentera un grand pas en avant. « Traiter en roupies indiennes apportera une facilité pour les exportateurs et sera une protection naturelle contre les grosses fluctuations qu’on observe sur les devises étrangères, » a-t-il dit.

Il a affirmé que l’objectif de la délégation était de rechercher des relations d’affaires à long terme et non de se servir de l’opportunité des sanctions contre des voisins avec lesquels nous entretenons une amitié séculaire.

 



Article ancien.
Les commentaires sont désactivés



Alerter

1 Commentaire

AVERTISSEMENT !

Eu égard au climat délétère actuel, nous ne validerons plus aucun commentaire ne respectant pas de manière stricte la charte E&R :

- Aucun message à caractère raciste ou contrevenant à la loi
- Aucun appel à la violence ou à la haine, ni d'insultes
- Commentaire rédigé en bon français et sans fautes d'orthographe

Quoi qu'il advienne, les modérateurs n'auront en aucune manière à justifier leurs décisions.

Tous les commentaires appartiennent à leurs auteurs respectifs et ne sauraient engager la responsabilité de l'association Egalité & Réconciliation ou ses représentants.