Egalité et Réconciliation
https://www.egaliteetreconciliation.fr/
 
A A A
imprimer

L’avocate Clélie de Lesquen-Jonas est accusée d’accaparer l’argent des chibanis de la SNCF

C’est Mediapart qui a levé ce gros lièvre, qui touche à la grande famille Lesquen pourvoyeuse de polytechniciens à la France. Étant de nature patriote, nous allons reprendre avec parcimonie les pièces de cette affaire sensible. Et elle l’est : après avoir obtenu 170 millions d’euros d’indemnités pour 848 d’entre eux, l’avocate Clélie de Lesquen-Jonas a fait de la rétention de fonds, ce qui n’est pas très déontologique, voire limite illégal.

« Après avoir fait condamner la SNCF pour discrimination, un collectif de retraités marocains vient de déposer plainte pour abus de confiance contre leur avocate. Ayant reçu les indemnités qui leur sont dues sur son compte professionnel, celle-ci met une condition à la remise des fonds : ils doivent signer une convention comportant des honoraires de résultat. Elle a ainsi déjà perçu 7 millions d’euros. »

Ils sont désormais 30 à s’être regroupés pour attaquer leur avocate, une plainte enregistrée le 7 mai 2018 à Paris et l’Ordre des avocats a été saisi.

 

JPEG - 71.9 ko
Le collectif de plaignants contre Clélie de Lesquen-Jonas, le 30 mai à Paris

« Dans un petit local syndical prêté par Sud Rail, près de la Gare de l’est, une vingtaine de chibanis se réunissent une fois de plus, ce 30 mai. Ils ont entre 65 et 75 ans, certains sont venus d’Alsace ou de Normandie. D’autres, décédés, sont représentés par leurs enfants. Beaucoup ont en main une chemise cartonnée remplie de paperasse qui retrace leur long périple judiciaire. La plupart attendent de toucher une indemnisation qui va de 100 000 à 340 000 euros. »

C’est sur ces sommes que la Clélie a retenu en moyenne 5% pour ses honoraires, ce qui fait à l’arrivée plus de 7 millions d’euros. Son calcul ? C’est Ahmed, 72 ans, qui le donne :

« Au début du mois de mai, on a tous reçu en recommandé une note d’honoraires de 21 000 euros de cette dame. Elle dit avoir travaillé 50 heures sur le dossier, pour chacun d’entre nous. Si on multiplie par 848 cheminots, alors elle a dû travailler pendant 5 ans, 7 jours sur 7, et 24 heures sur 24 ! »

Mediapart poursuit (son récit) :

« Vu leurs maigres retraites, aucun des chibanis de la SNCF ne peut régler une telle somme. Depuis, la plupart ont été convoqués individuellement dans un salon d’hôtel, où ils se sont vu proposer, seulement s’ils acceptaient de signer une convention, un chèque, non pas du montant de l’indemnité obtenue en justice, mais d’une somme amputée de 5 % d’honoraires demandés par l’avocate. “Du chantage !” s’indigne le retraité. »

« Une grande partie des 848 familles concernées a accepté le chèque tant attendu, même diminué de 5 %. “Il y a des gens dans des situations difficiles, il faut comprendre. Et puis certains sont illettrés”, confie Narjiss, dont le père est décédé en 2015, après 32 années passées à la SNCF. »

La Lesquen-Jonas rafle le paquet, alors que le vrai maître d’ouvrage dans ce dossier, c’est l’économiste et professeur de droit du contentieux Abdelkader Bendali :

« C’est moi qui ai monté le dossier et effectué tout le travail depuis 2009. J’ai collecté les bulletins de paye, fait scanner 8 mètres cubes de documents, fait faire des consultations juridiques, et rédigé des conclusions. J’ai passé dix années sur ce dossier, dans lequel j’ai fait travailler plusieurs avocats, des professeurs de droit parmi les meilleurs et des actuaires, qui n’ont toujours pas été payés. »

Le Pr Bendali a pris un avocat qui déclare que « c’est la plus grosse escroquerie que j’ai vue en trente-cinq ans de métier ».

Du côté de l’avocate blonde, tout est réglo : 810 anciens cheminots ont réglé ses honoraires, seule une poignée – « manipulée » – posant problème. Elle a même reçu des menaces de mort. L’affaire est donc très sérieuse.

« Me de Lesquen-Jonas assure par ailleurs ne pas avoir perçu l’intégralité des 30 000 euros prévus en 2016, à cause d’irrégularités commises par les associations. Elle reconnaît, en revanche, demander 5 % d’honoraires de résultat, soit la somme totale de 7,65 millions. Les 810 clients ayant accepté cette convention lui ont déjà rapporté quelque 7 millions d’euros d’honoraires… »

Elle s’insurge alors :

« “Oui, je deviens riche, je ne peux pas dire le contraire. Mais c’est de l’argent gagné à la sueur de mon front, répond l’avocate. C’était une prise de risque. J’ai sacrifié 4 ans et demi de ma vie, et si j’avais perdu en appel, j’aurais perdu 4 ans et demi de ma vie. D’ailleurs, je ne l’avais pas fait pour l’argent au départ. Franchement, je ne pensais pas qu’on gagnerait autant.” Me de Lesquen ajoute ceci : “J’aurais pu obtenir plus en demandant 10 ou 15 % d’honoraires de résultat, ce sont des taux habituels en droit du travail.” »

Nous qui commencions à croire que Clélie était au service des opprimés... un rêve s’effondre. Qu’en pense le père Lesquen ?

 

Dans la famille Lesquen, la fille, voir sur E&R :

 

Dans la famille Lesquen, le père, sur E&R :

 

Sur les valeurs et l’idéologie française,
lire chez Kontre Kulture

 






Alerter

49 Commentaires

AVERTISSEMENT !

Eu égard au climat délétère actuel, nous ne validerons plus aucun commentaire ne respectant pas de manière stricte la charte E&R :

- Aucun message à caractère raciste ou contrevenant à la loi
- Aucun appel à la violence ou à la haine, ni d'insultes
- Commentaire rédigé en bon français et sans fautes d'orthographe

Quoi qu'il advienne, les modérateurs n'auront en aucune manière à justifier leurs décisions.

Tous les commentaires appartiennent à leurs auteurs respectifs et ne sauraient engager la responsabilité de l'association Egalité & Réconciliation ou ses représentants.

Suivre les commentaires sur cet article

Afficher les commentaires précédents
  • Les Marocains illettrés ont bien profité de la France une fois ; ils essaient de profiter deux fois, c’est logique, tout les y pousse, leurs moindres caprices sont écoutés, et chez eux on marchande tout interminablement. Ce nouveau procès s’appelle crier haro sur le baudet.
    Au Maroc, dans un tel cas (incomparable), ils paieraient 50% à 75% l’avocat, incluant les innombrables pots de vin à toutes sortes de fonctionnaires, et seraient avec lui on ne peut plus obséquieux, lui feraient des cadeaux en nature, le combleraient de petits plats, et seraient payés très tard, le plus tard possible.
    En fait il n’y aurait pas de dossier de ce genre au Maroc. Imaginez-vous un Français illettré, employé dans une grande entreprise d’Etat au Maroc, dûment salarié et retraité, réclamant a posteriori une promotion ? En taule qu’il irait, pour outrecuidance.
    En France, ils ne savaient pas lire et au départ étaient bien contents d’avoir un boulot rémunéré correctement, la sécurité de l’emploi. Ceux qui les ont fait venir continuent de nous coûter très cher ; ce sont eux qui soutiennent ce type de revendication via leur système judiciaro-policier.
    Résultat ? Aujourd’hui bien des Français très lettrés gagnent le smic ou rien, sans aucune des anciennes garanties (emploi à vie) de type SNCF. Aucune promotion possible avec toutes cette discrimination si négative pour eux.
    Quant à fifille, ça lui apprendra à traiter de pareils dossiers. Elle aurait dû écouter papa et respecter son nom. Et en savoir plus sur les différences de mentalités. Tout le monde n’est pas droit comme un I. Ceci étant, le pourcentage qu’elle demande est très correct, et elle offre la possibilité de le déduire.
    Les Marocains devraient lui dire mille fois merci, et nous, lui tourner le dos. A qui laisse-t-elle prendre tout cet argent ?

     

    Répondre à ce message

    • tu as écris maroc 6 fois dans ton commentaire contra 3 fois la france.
      c’est le système français qui autorise ce genre de jugements. au maroc effectivement ils n’auraient jamais eus des sommes aussi importantes.
      inversion accusatoire ...

       
    • Bonjour

      Imaginons que vous signez une convention d’honoraires AVANT le début de cette affaire, vous vous engagez à payer à votre avocat la somme inscrite sur cette convention et l’avocat est tenu de respecter ce contrat quelque soit le résultat du procès. Une fois le verdict rendu les 2 parties sont tenues par cette convention : le client doit s’acquitter de la somme convenue même s’il a perdu le procès et l’avocat ne peut pas réclamer plus s’il gagne. C’est la loi.
      Mais dans cette affaire l’avocate exige un changement de convention APRES que le verdict ait été rendu et le montant des dédommagements connus. Ça C’est scandaleux de sa part. Si un avenant ou une clause l’avait prévu avant le denouement, là rien à dire. Mais il n’y avait rien de prévu, donc c’est la convention qui s’applique. Et la que se passe t’il ? Elle leur demande de signer une nouvelle convention pour rafler une part du gâteau sinon elle ne débloque pas les fonds. C’est totalement illégal. Peu importe qui sont les plaignants et quelles sommes sont en jeu, ce qui est primordial c’est que la loi soit respectée par tous et surtout par celles et ceux qui la connaissent sur le bout des doigts. Dans cette affaire le bâtonnier va donner l’ordre à l’avocate de débloquer l’argent et elle n’aura pas le choix.

       
  • Dans un endroit du monde sclérosé, où rien ne peut plus se passer sans enlever une des cartes du château ; la prédiction de Warrol se vérifie, qui donne à chacun son quart d’heure de ’’célébrité’’. Une presse subventionnée, soumise à l’injonction qui désigne la Vérité comme poison mortel, utilise tous les moyens à sa disposition afin de survivre. Pour peu qu’il soit insignifiant, un ’’évènement’’ quelconque est au nombre de ceux dont elle va faire ses choux-gras. Sous les titres ronflants le Rien va son petit bonhomme de chemin, un peu comme ce qui grouille dans un cadavre lui donne encore un semblant d’existence en s’agitant. ’’Ils’’ veulent éviter la déchéance et la punition, ’’ils’’ auront les deux.

     

    Répondre à ce message

  • Médiapart n’est pas vierge de tous soupçons.

    N’est-ce pas ce média qui a fait du chantage pour payer moins d’impôts ?

    Encore une affaire qui fera pschitt, comme l’affaire Fillon et tant d’autres auparavant.

    Apparemment, De Lesquen commence à devenir gênant, alors ils s’en prennent à sa fille.

    C’est signé . . .

     

    Répondre à ce message

  • De mesquin à de Lesquen il n’y a qu’un pas...

     

    Répondre à ce message

  • Les employés du privé, les smicards, les temps partiels, les chômeurs, les SDF de souche apprécieront. Leurs vies ne valent rien, ne sont rien que ce dont se nourrit qui les exploite ou qui les parasite. Inscrustés sur place ou venus d’ailleurs pour les vampiriser à outrance, victimes réduites à l’impuissance et au quasi esclavage par l’hypercontrainte et la coercition. Quelle est la personne saine d’esprit qui ne se sent pas envahit par un découragement abyssal en prenant connaissance d’une telle situation qui confine au sadisme pur et simple, à l’acharnement psychotique, à l’hostilité la plus furieuse, à la Violence et la volonté de nuire multiforme !?

     

    Répondre à ce message

  • Aux USA, les honoraires d’avocat sont de 650 dollars de l’heure, donc avec ses 5%, la Clélie reste honnête.... À fondition que ses associés reçoivent également un intéressement sur leur temps de travail dans ce dossier rondement mené.
    Pourquoi conservons-nous en France ce rapport si complexé à l’argent ? Dans une soirée mondaine, les convives parlent de sexe mais évoquer l’argent est d’une vulgarité. Je ne comprends pas.

     

    Répondre à ce message

  • Le rédacteur de cet article est malveillant : il ne précise pas que Clélie de Lesquen, elle seule, a plaidé ces procès devant les juges (le dernier, le 15 mars 2018 devant le conseil des prudhommes de Paris) ; elle est méritante.

     

    Répondre à ce message

  • Bien mal acquis ne profite jamais...

     

    Répondre à ce message

  • Ce n’est pas très catholique cette affaire…comme dirait Roland Dumas, elle est peut-être sous l’influence de son mari…Madame de Mesquin Jonas...

    Et c’est compliqué aussi…les honoraires d’un avocat servent à rémunérer le temps consacré globalement à la défense de son client, si son client c’est un collectif, indéniablement elle n’a pas consacré 50 heures de travail pour défendre, individuellement, chaque membre du collectif, donc percevoir, à postériori, sans accord préalable, des honoraires "surprise" de chaque membre du collectif pour 50 heures de travail, c’est une forme d’extorsion…

    Lorsque l’avocat obtient une indemnité pour son client, ce n’est pas l’avocat qui perçoit l’indemnité à la place de son client, c’est la justice qui impose à la partie en cause de verser les indemnités à la partie lésée, ce qui prend du temps…donc le modus operandi qui consiste à vite envoyer une lettre pour convoquer en catimini les victimes, une par une, pour leur imposer de signer une convention, à postériori, ressemble à de l’escroquerie…ou tout au moins à un péché de gourmandise souillée d’envie et d’orgueil…

    Si ces 5% étaient prévu dès le départ, pourquoi faire, quatre ans après le début de l’affaire du chantage au versement d’indemnité en faisant signer des conventions à des chibanis illettrés ?

    30 000 euros pour un dossier prémaché, préparé, organisé, et livré clé en main par des associations, ce sont des honoraires normaux...les 5% de taxe ajoutés après le verdict, c’est une attitude d’avocat marronnoïde, ou d’avocatoïde marron, comme dirait ce bon vieux Henri...

    Confondre le travail et l’usure, c’est mesquin, c’est une escroquerie à la taxe guacamole, qui n’est pas sans rappeler la fraude à la taxe carbone…

     

    Répondre à ce message

  • Jonas fut avalé par une baleine. Madame Jonas se prépare à avaler des couleuvres, à cause de son patronyme, du choix de ses dossiers et de ses clients ingrats.

     

    Répondre à ce message

Afficher les commentaires précédents