Egalité et Réconciliation
https://www.egaliteetreconciliation.fr/
 
A A A
imprimer

L’école des barbares

Par Marion Sigaut

De l’école, j’ai eu le meilleur.

J’ai su lire, écrire et compter dès le cours préparatoire. À l’école primaire j’ai appris l’orthographe et la grammaire, l’Histoire de France et sa géographie, l’arithmétique et la géométrie, les sciences naturelles (on disait « leçons de choses »), la couture, la musique et la gymnastique.

Au Lycée j’ai appris le latin, l’anglais, l’allemand, la littérature, les maths, la biologie, la physique, la chimie. J’ai appris à maîtriser ma langue, à disserter en trois parties, à raisonner juste. À coudre un bouton avec une queue, faire un ourlet invisible et une reprise d’accroc.

J’ai appris aussi la discipline, le respect des autres, les horaires, la hiérarchie, la politesse. Il y a ce qu’on fait, et ce qu’on ne fait pas. Nos blouses gommaient nos différences sociales.

Notre école était sanctuarisée. Si un prof était un peu tripoteur, un simple signalement nous mettait à l’abri. Garçons et filles apprenaient à se connaître en se respectant, la violence était absente. On rêvait à l’amour, ceux qui le faisaient le faisaient discrètement. Ça ne regardait personne. Les problèmes que j’ai eus dans ma jeunesse ne venaient pas de l’école, ils ne vinrent pas de mon Lycée.   Aujourd’hui les élèves ne savent plus écrire et ne savent même pas à quoi peut servir de savoir compter, certains accèdent au bac sans maîtriser la lecture. Leur programme d’Histoire les fait passer de la Renaissance à la Révolution, les cours de Sciences étudient le « genre ».

Les filles doivent avoir couché avec une fille et pas seulement avec un garçon. Ben quoi, c’est vrai ça, pourquoi pas, bande d’homophobes ! Certaines demandent si, quand on couche, « il faut » faire comme ci, ou bien comme ça. Par ailleurs, on va s’assurer que les petits garçons auront très vite une notion précise de ce qu’est la sodomie, comptons sur la maîtrise du sujet qu’auront les militants de la cause homosexuelle qui viendront leur apprendre à jouir sans entrave dès les cours préparatoires.   Comment en sommes-nous arrivés là ?

Je croyais qu’on avait touché le fond, jusqu’à ce que j’entende, pétrifiée, le témoignage de Nora Fraisse, la maman d’une petite Marion, qui s’est pendue à l’âge de 13 ans, parce qu’elle a préféré mourir que de retourner en classe.

Non seulement l’école ne veut plus rien enseigner aux gosses à part leur droit de baiser avec tout ce qui bouge sans s’attacher à personne, mais elle n’est même plus à même d’assurer leur sécurité.

Des pervers en herbe peuvent, en toute impunité et sous le regard indifférent d’un encadrement totalement amoralisé, persécuter à mort une gosse de treize ans.

C’est l’école de la barbarie et des barbares.

Sortez vos gosses de l’Éducation nationale ! Vite !

Marion Sigaut

 

En complément

Farida Belghoul explique le projet REID d’éducation à domicile dans les banlieues françaises ainsi que les difficultés rencontrées lors de sa mise en œuvre (extrait de la conférence du 22 juin 2013 avec Alain Soral et Mathias Cardet) :

Sur l’Éducation « nationale », chez Kontre Kulture :

Retrouvez Marion Sigaut chez Kontre Kulture :

 
 



Article ancien.
Les commentaires sont désactivés



Alerter

173 Commentaires

AVERTISSEMENT !

Eu égard au climat délétère actuel, nous ne validerons plus aucun commentaire ne respectant pas de manière stricte la charte E&R :

- Aucun message à caractère raciste ou contrevenant à la loi
- Aucun appel à la violence ou à la haine, ni d'insultes
- Commentaire rédigé en bon français et sans fautes d'orthographe

Quoi qu'il advienne, les modérateurs n'auront en aucune manière à justifier leurs décisions.

Tous les commentaires appartiennent à leurs auteurs respectifs et ne sauraient engager la responsabilité de l'association Egalité & Réconciliation ou ses représentants.

  • #597801
    le 21/11/2013 par Gama
    L’école des barbares

    - Papa j’veux pas aller à l’école !!!
    - Toi t’es un bon !!! Tu deviendra un grand homme ,tu seras dissident !!!

     

  • #597813
    le 21/11/2013 par Emibulle
    L’école des barbares

    Merci pour cette article. J’ai 30 ans, je suis maman de deux enfants. Et je n’ai pas envie de scolariser mes enfants dans cette école publique. Mais j’ai peur d’instruire moi-même. Que faire alors ? J’ai peur de les instruire parce que je n’ai pas de méthode, j’ai des lacunes énormes (étant une ancienne élève en échec scolaire), et un réel manque de confiance en moi sur ce sujet... Pourtant, je rêve de pouvoir le faire. L’avenir qui se dessine pour les générations qui suivent, me désempare...

     

    • #597913
      le 21/11/2013 par mk
      L’école des barbares

      t’as fais des gosses, assume. remue toi t’as du taff .


    • #597918
      le 21/11/2013 par stephlegentil
      L’école des barbares

      ça sert a rien de les instruire , inscrivez les au foot il deviendront des heros nationaux..... ou des camés.
      Humour je précise.
      Vu ce qu’on leur apprend a l’école vous ne pouvez pas faire pire.


    • #597920
      le 21/11/2013 par MagnaVeritas
      L’école des barbares

      Je suis entrain de mettre au point une méthode pédagogique suprême qui devrait améliorer drastiquement (5 à 10 fois) l’efficacité de l’enseignement, permettre cet enseignement hors d’un cadre scolaire et permettre un meilleur apprentissage même sans utiliser la méthode par la suite (à condition de l’avoir utilisée durant quelques années auparavant). Cela parce que j’estime que la vie est trop précieuse pour en gâcher la moitié passée les fesses sur une chaise à tenter d’écouter un raté suintant sur un tableau noir malgré le brouhaha provoqué par les turbulents arriérés. Elle sera prête dans 5 ans si tout va bien.

      En attendant, le choix est simple : prendre le risque que les enfants se fassent traumatiser voire tuer ou prendre le risque qu’ils aient quelques lacunes. Le choix est vite fait.
      Sachant que de toute manière l’école est lacunaire et que l’enseignement proposé est en-dessous de la médiocrité, le choix est fait en un éclair.
      Si vous voulez une méthode simplifiée, c’est très facile : faites lire des classiques à vos enfants et faites-leur résoudre des problèmes mathématiques et des énigmes. Tout le reste est superflu.

      Pour ma part : mes enfants n’iront jamais à l’école publique, peu m’importe ce qu’il m’en coûte.


    • #597925
      le 21/11/2013 par nanana
      L’école des barbares

      IL y a toujours la perspective d’une école catholique. Je suis moi même maman de deux enfants, et c’est ce que je compte faire. J’aime l’idée de l’instruction à domicile mais tout comme vous, j’ai d’enormes lacunes. De plus je travaille a temps plein et je souhaite que mes enfants aient une vie sociale en dehors de la famille. C’est la seule issue que je vois...


    • #597945
      le 21/11/2013 par MaxC
      L’école des barbares

      La solution sera de se solidariser avec des mamans de votre entourage et mutualiser les leçons. Je suis certains que vous avez au moins un domaine où vous êtes bonne. Peut être que vous ne l’avez pas encore trouvé. Si chacune des mamans s’engage à préparer les leçons et à les corriger alors la tâche devient moins complexe.

      Je penses aussi que l’éducation c’est comme l’inertie, une fois l’impulsion donnée l’éducation s’auto-régule. Ne sommes nous pas finalement des êtres en constante évolution et éducation. Il faut penser l’éducation comme un goût à apprendre, pas comme une étape de formatage des neurones.

      Celui qui prend le temps de contempler les étoiles à la tombée de la nuit est aussi un étudiant, quelque soit son âge. Tout ce qui aide à penser est bénéfique.


    • #597949
      le 21/11/2013 par pex
      L’école des barbares

      Tu peux les inscrire aux CNED ça reste l’éducation nationale mais sans les sans les inconvénients liés à l’établissement physique ou tu aurait pu les mettre.


    • #597957
      le 21/11/2013 par Transports attali & co
      L’école des barbares

      J’étais comme vous et je me rends compte que le peu que je savais aurait été tellement plus que le néant qui a été enseigné à mes enfants dans un contexte dangereux et dans des buts inavouables. J’ai toujours dit à mes enfants que l’école était obligatoire mais qu’elle était devenue la "fabrique du crétin", qu’il fallait en faire suffisamment pour ne pas être dans le collimateur des équipe enseignantes, mais pas trop pour se garder du temps pour les choses sérieuses.
      Compenser l’école est un travail à plein temps (programmes débiles et indigestes, cantines médiocres, suivi des études après... les études, rattrapage et écoute des problèmes relationnels et j’en passe). Autant le faire soi-même si l’on ne peut accéder à une école privée sélective. En revanche, se pose le problème du contact avec d’autres enfants.
      Pour les enfants en maternelle, trop jeunes pour comprendre et s’exprimer, il faut absolument si possible les protéger de l’école publique.
      Pour ce qui est d’enseigner vous-même, faites vous confiance plutôt qu’au lot de médiocres et petits chefs qui officient dans le public et formez vous en recherchant les infos sur internet. Plus précieux que tous les cours et lieux unique d’information. L’école est obsolète et menaçante. Les diplômes doivent être présentés en candidat libre, ce fut le cas de ma fille que j’ai finalement sorti du public pour du privé hors-contrat et qui a réussi tous ses examens et concours de grandes écoles.


    • #597963
      le 21/11/2013 par Franco
      L’école des barbares

      @ Emibulle
      Ces quelques lignes que vous avez écrites suffisent à se rendre compte de vos bases solides et de votre important potentiel intellectuel.
      Les doutes étant proportionnels à la qualité du niveau culturel et intellectuel.Donc.........


    • #597967
      le 21/11/2013 par laurent
      L’école des barbares

      il y a des manuels scolaires,vous savez lire,potassez-les,demandez l’aide de votre entourage sinon regardez les petites annonces sur un site comme viva street,faites tout pour donner une éducation classique a vos enfants,n’hésitez pas a demander de l’aide si vous en avez besoin.


    • #597983
      le 21/11/2013 par klz
      L’école des barbares

      Si vous ne pensez pas avoir la méthode ni les bases, je vous conseille quand même de les scolariser au moins jusqu’au cours préparatoire et de toute faire pour qu’ils y réussissent au moins pour savoir lire, ecrire et compter. La base qui donne à pouvoir penser. Je ne vosu remets pas en cause, mais je pense que c’est difficile à improviser quand même. Faites attention car le remède pourraitêtre pire que le mal.


    • #597989
      le 21/11/2013 par Marie-Antoinette
      L’école des barbares

      « Merci pour cette article. J’ai 30 ans, je suis maman de deux enfants. Et je n’ai pas envie de scolariser mes enfants dans cette école publique. Mais j’ai peur d’instruire moi-même. Que faire alors ? J’ai peur de les instruire parce que je n’ai pas de méthode, j’ai des lacunes énormes (étant une ancienne élève en échec scolaire), et un réel manque de confiance en moi sur ce sujet... Pourtant, je rêve de pouvoir le faire. L’avenir qui se dessine pour les générations qui suivent, me désempare... »

      A part le "cette article" qui devrait s’écrire "cet article" (faute d’inattention), je n’ai vu aucune faute dans votre message. Si vous pouviez ne serait-ce qu’enseigner à vos enfants votre niveau de français... ils vous en seront sans doute très reconnaissants. Par mon expérience, je sais qu’il existe quantité de livres-méthodes pédagogique en librairie, indispensables pour commencer sans formation, qui vous aideront dans votre démarche. Pour finir, le meilleur conseil que j’ai reçu quand je me suis lancé, sans aucune confiance comme vous, a été : T’inquiète M-A, c’est bête comme chou ! Ca m’a beaucoup aidé. Cordialement.


    • #597993
      le 21/11/2013 par Victor H.
      L’école des barbares

      Tout ce que vous pourrez leur enseigner vaudra toujours mieux que ce que l’école pourra leur faire subir... Et puis, qui sait, vous serez peut-être meilleure enseignante que vous croyez pour vos petits bouts d’hommes (femmes ?).
      Courage !


    • #598014
      le 21/11/2013 par Rolalalalaalla
      L’école des barbares

      rassurez vous car dans l’éducation nationale ils en ont une de méthode (la mauvaise), des lacunes ils en ont plein également (faut pas croire que les gens qui réussissent leurs étude font profs), quant à la confiance vous en gagnerez au fur et à mesure comme tout le monde.
      Pour avoir un cadre minimum achetez les livres des années 60 et privilégiez les méthode syllabique et analytique.


    • #598026
      le 21/11/2013 par Jeremy
      L’école des barbares

      Faites le tour de votre village ou de votre quartier, et vous trouverez des anciens éducateurs ou enseignants, ou des anciens tout court qui sont en rupture avec la société actuelle. Montez une association de "soutien scolaire", et faites confiance à l’autonomie des gamins. Il vaut mieux avoir de bons livres que de mauvais profs.


    • #598033
      le 21/11/2013 par titine
      L’école des barbares

      Inscrivez vos enfants au CNED Centre National d’Enseignement à Distance .


    • #598110
      le 21/11/2013 par matrix le gaulois
      L’école des barbares

      Mon frère a fait un peu de CNED et j’ai cru comprendre que pas mal de prof-correcteurs sont des "retirés" du système éducatif pour raisons psychologiques (dépression le plus souvent)...et ça se sentait que certains étaient bien atteints dans le rendu des notes ou les appréciations. Néanmoins, le CNED reste une option envisageable et pas trop coûteuse (par rapport à l’enseignement privé) même si ça représente certaines difficultés pour l’enfant (avoir son lieu de travail à 1 ou 2m de son lit ou dans la cuisine...ça peut être dur pour la discipline (car il n’y a plus alors de différence entre maison et "lieu de travail")) et il faut veiller également à ce que l’enfant ne soit pas coupé de liens sociaux avec les autres enfants, camarades...le fait qu’il ne soit pas à l’école lui permet de se tenir à distance des plus corrompus par la pensée "Peillonniste" mais tous les enfants scolarisés ne deviennent pas des barbares & il faut que l’enfant garde un peu de vie sociale, de contact avec les enfants de son âge. Je parle de ça parce que si en ville ou dans un village, ce problème ne se pose pas vraiment...si vous habitez au fin-fond de la campagne loin des autres gamins que votre enfant pourrait côtoyer à l’école, cela va poser problème. Enfin, le CNED est intéressant, à condition que les parents s’impliquent : laisser l’enfant seul avec ses cours ne garantit pas que celui-ci les suive assidument (heureusement, la documentation est fournie pour vous aider à faire les cours...mais il faudra souvent au préalable que le/les parent(s) les lisent à l’avance & les intègrent pour mieux aider l’enfant, répondre à ses questions s’il a du mal à comprendre).

      Donc, le CNED, oui...mais avec quelques réserves.


    • #598117
      le 21/11/2013 par noname
      L’école des barbares

      Je n’ai pas la chance (ou l’inverse ?) d’avoir des gosses mais je me pose la question de comment sera leur éducation, je pensais les éduquer jusqu’à l’adolescence et pour qu’ils ne soient pas trop cuit puis inscription au lycée ou le bac tout en faisant attention qu’ils ne soient pas influencés, dans le meilleur des cas ils ne mettent pas un pieds dans une institution française c’est clair et net.

      Si d’aventure le délire LGBT n’était pas passé ce sera non négociable, ils n’iront pas à l’école...la technologie est en notre faveur pour une fois car des écoles interactives naissent depuis plusieurs mois (voir année ?) mais comme on te l’as conseillé le cned fourni aussi le nécessaire pour étudier de chez toi. Par contre pour l’avoir fait c’était assez laid, des bouquins tout blanc...

      Les priorités :

      L’esprit critique.
      Les calculs.
      L’histoire.
      La lecture, l’écriture.
      L’élocution.

      Le reste c’est de la culture, si tu les rends curieux ils feront tout d’eux même.


    • #598128
      le 21/11/2013 par Heureux qui, comme Ulysse...
      L’école des barbares

      @ Emibulle

      L’empire compte sur votre peur pour vous empêcher d’agir. Soyez certaine que personne ne peut mieux savoir ce qui est bien pour leurs enfants que des parents attentionnés. L’école n’étant pas obligatoire, de nombreuses possibilités s’offrent à vous en fonction de votre situation (économique, géographique, familiale...) et rien n’est impossible.
      Vous pouvez aussi suivre de très près vos enfants qui vont à "l’éducation nationale" et déconstruire au quotidien tout le mensonge qu’ils ingèrent. C’est très simple, car vous avez l’avantage sur les pantins du mammouth, celui de l’amour que vous portez à vos enfants et qui leur fait comprendre très vite qui dit vrai et qui leur ment.
      C’est d’ailleurs la solution que je trouve la plus pertinente car si la méthode vous fait défaut, cet enseignement-là est encore présent parmi l’Institution "judéo-truellique".
      Imaginez un peu la puissance intellectuelle que vous développerez chez des enfants à qui vous ferez déguster le soir les ouvrages de Marion Sigaut quand ils auront eu leur soupe droit-de-l’hommiste l’après-midi même !
      Voilà, rassurez-vous, vous poser la question quant à la scolarisation de vos enfants fait déjà de vous une bonne mère, l’éducation c’est vous, et ce n’est pas pour rien que l’Instruction Publique est devenue "éducation nationale" (et les minuscules ne sont pas le fait d’un oubli). Autre détail aussi, votre manque de confiance en vous n’est pas légitime, vous écrivez sans faire de fautes ou presque, c’est très loin d’être le cas des enseignants actuels... comparez et vous serez définitivement fixée sur le niveau réel de nos fonctionnaires de la pensée unique.


    • #598146
      le 21/11/2013 par Marie
      L’école des barbares

      Bonjour, voilà 3 ans que nous avons retiré nos enfants de l’école laïc. Je n’ai pas opté pour le CNED car à mon humble avis c’est faire entrer l’école laïc à la maison, et la c’est "nous" les parents qui transmettons cette idéologie aux enfants, et quoi de pire ? Les cours du CNED sont calqués à 100% sur ce qui s’enseigne à l’école. J’étais très bonne éleve, j’ai donc fait la maîtresse, mais ça ne s’improvise pas, car il y a toute une méthodologie derrière. J’ai donc fait une formation pour apprendre à faire cours, j’ai lu Montessori et tout le reste. Ça a donné ces fruits, sauf que j’ai arrêté de travailler, pour faire ça à plein temps. On n’a plus qu’un salaire alors les fins de mois sont durs, mais quelle satisfaction de voir nos trois enfants 4/9/10 ans évoluer et être heureux. Bien sur, il y a d’autres parents qui font l’IEF (instruction en famille) près de chez nous, alors on se sert les coudes, on s’entraide, puis on ne parle pas que des matières obligatoires, on parle de Dieu car nous sommes croyants, du bien et du mal, du respect des anciens, de la miséricorde envers les tous petits.. Cest les petits plus de l’IEF. Sachez que ce mode d’instruction c’est être dissident car l’inspection académique ne nous lache pas (contrôle annuel, visite des services sociaux, intimidations orales ou écrites avec textes de lois à l’appui...) bref, quand vous n’êtes pas dans la matrice, ils essaient de vous effrayer avec tout un système de dissuasion mais, nous, on est convaincu de préserver nos enfants et on ne lâchera rien ! Courage ! foncez, c’est la bonne décision pour peu que vous vous prépariez en amont. Cdt


    • #598170
      le 21/11/2013 par titicanar
      L’école des barbares

      pour quelqu’un en échec scolaire vous ne faîtes pas une faute d’orthographe !
      je vois des cadres incapables de conjuguer un participe passé, alors prenez confiance en vous et au moins pour le primaire vous pouvez, je pense vous en sortir largement !
      sinon le cned c’est une mauvaise idée !
      pourquoi passer de la peste au choléra, je veux dire le cned suit le programme de l’Educ nat , donc pas vraiment au top !


    • #598173
      le 21/11/2013 par Eric
      L’école des barbares

      L’instruction est obligatoire, pas l’école. Enfin ce qui est obligatoire c’est bourrer le crâne de nos enfants en ignorant, ou en feignant d’ignorer tout de leurs désirs. Car apprendre sans désir c’est avant tout désapprendre à désirer. Le diktat de la machine à décerveler, entendez l’éducation nationale, est une programmation savamment orchestrée, une éducation carcérale ou l’erreur est culpabilité, entraine chez l’enfant une castration des désirs. Une école où la vie s’ennuie n’enseigne que la barbarie, et c’est exactement l’objectif, de manufacturer de la chaire à canon. Et puis, Comment peut-il y avoir connaissance où il y a oppression ?
      Maintenues par la peur de bouger dans une prison de muscles tétanisés, les émotions refoulées instaurent entre l’oppresseur et l’opprimé une logique de destruction et d’autodestruction qui rompt toute forme de communication éclairée. Aux sottes prétentions du maître à régner tyranniquement sur sa classe répondent avec une égale sottise le chahut et le charivari qui servent d’exutoire aux énergies réprimées.
      Partout où la prison, le ghetto, la carapace caractérielle imposent leur stratégie d’enfermement, l’élan du désespoir dresse le poing du casseur. La main de l’écolier se venge en mutilant tables et chaises, en maculant les murs de signes insolent, en lacérant les oripeaux de la laideur, en sacralisant un vandalisme où la rage de détruire se paie du sentiment d’être détruit, violenté, mis à sac par le piège pédagogique quotidien.
      Le mépris de soi et des autres est inhérent au travail d’exploitation de la nature terrestre et de la nature humaine. C’est pourquoi peu songent à s’indigner qu’il soit monnaie courante dans les échanges entre professeurs et élèves. Il serait illusoire de croire qu’une pratique aussi intolérable puisse cesser sous l’effet d’un choix éthique, d’une volonté de courtoisie, de quelque formule du style « je vous serais reconnaissant de ne pas me parler sur ce ton ». Ce qui est en jeu, c’est une refonte radicale de la société et d’un
      enseignement qui n’a pas encore découvert que chaque enfant, que chaque adolescent possède à l’état brut l’unique richesse de l’homme, sa créativité.


    • #598174
      le 21/11/2013 par Kurt Tucholsky
      L’école des barbares

      En réponse à Emibulle et Titine.

      Le Cned n’est que le prolongement “à distance” de la Maison Mère.
      L’ayant pratiqué,
      le niveau est encore plus faible que la Maison Frère.

      Je vous suggère, mam’zelles , d’inscrire vos gosses à Acadomia®.
      Le propriétaire est un Élu.
      Il vous fera un prix.
      Dites-lui que vous venez de la part de Fredo.
      Fredo Haziza.
      Il comprendra...


    • #598177
      le 21/11/2013 par SERVITEUR.F
      L’école des barbares

      Le problème avec l’école c’est qu’elle génère un certain instinct de survie et elle met en confrontation les élèves

      L’école n’est plus un espace d’affirmation de soi , de savoir ,de solidarité ,de respect mais un espace d’éducation

      Le moins contraignant est l’école privée

      Autrefois les enfant en age de travailler la terre aidaient leur parent
      Après les enfant en age de travailler aidaient leur parent dans les entreprises
      Et maintenant les citoyens en age de consommer travaillent pour les patrons et par ricochet les banques

      Autrefois les parent avaient de l’influence sur les enfants

      DANS LA VIE D’UN ÊTRE HUMAIN ,IL PASSERA PLUS DE TEMPS A TRAVAILLER QU’A DORMIR,QU’A MANGER ET LA SEUL DIFFÉRENCE AVEC UN ESCLAVE C’EST QUE LE SALARIE EST PAYE


    • #598251
      le 21/11/2013 par Tulipe
      L’école des barbares

      Vous pouvez aussi vous solidariser avec d’autres parents d’élèves et créer des réseaux d’entraides. L’idéal, c’est de trouver un local en commun, faire un programme scolaire pour l’année avec le choix des leçons et des livres et mettre en partage les compétences à enseigner des parents selon les matières de prédilection. De plus, cela permettrait aux enfants de garder le contact avec d’autres enfants...


    • #598365
      le 21/11/2013 par Adekwatt
      L’école des barbares

      Je ne sais pas ou vous habitez mais envoyer vos enfants dans une petite école ou un petit collège de campagne de présente aucun danger bien au contraire. Il ne faut pas prendre pour généralité (certains lycées de banlieue) ce qui n’est qu’un exception du système scolaire.
      D’autant que l’école ne sert pas seulement à emmagasiner des connaissances, elle permet aussi aux enfants d’apprendre à se sociabiliser, c’est très important au plus jeune age, et ça le CNED ne le fais pas.

      Quant à Marion Sigaud qui dit qu’on peut accéder au bac sans savoir lire ... tout de même, n’exagérons pas. Le bac d’aujourd’hui est aussi voir plus difficile que celui d’hier. Après c’est vrais que concernant l’orthographe on peut plus ou moins passer à travers les mailles du filet (comme ce fut mon cas) car les contrôles hors français ne sanctionnent pas les fautes d’orthographes. Mais tout de même ! Pour avoir un bac générale (ou techno style STI, STL) en 2013, il faut accumuler un nombre certains de connaissance ! Bien plus que certains semble le penser.

      Je dois vous avouer que les "anciens" qui pensent que tout était beaucoup mieux à leur époque ça m’a toujours un peux fatigué. Et même si bien sur le système scolaire français porte ses lacunes, il forme chaque année des milliers d’élèves à un niveau élevé de connaissance, bien plus que par le passé. N’oublions pas que dans les années de jeunesses de Madame Sigaud assez peux d’élèves allez jusqu’au lycée (réservé alors aux enfants de la classe moyenne supérieur, voir de la petite bourgeoisie), alors qu’aujourd’hui beaucoup plus de jeunes y entre, ce qui mathématiquement fais qu’il y a aujourd’hui plus de français bien "éduqué" qu’il n’y en avait hier !!

      Un arbre qui tombe fait toujours plus de bruit qu’une foret qui pousse, encore en 2013.


    • #598608
      le 21/11/2013 par Matthieu80
      L’école des barbares

      Tous vos commentaires et vos remarques m’ont donné une idée : pourquoi ne pas créer une école dissidente ?


    • #598674
      le 21/11/2013 par Emibulle
      L’école des barbares

      Merci pour vos réponses encourageantes.

      @ Marie.
      J’aimerais connaître les livres que vous avez utilisé, ainsi que les démarches entreprises lorsque vous avez commencé l’enseignement de vos bambins.
      Quels moyens de pression le système exerce-t-il sur vous et votre famille ?
      Comme vous je suis croyante et je suis prête à consacrer tout mon temps aux miens.
      Je me suis sentie proche de vos idées. Merci.


    • #598690
      le 21/11/2013 par Électre
      L’école des barbares

      @ Emibulle

      Je ne suis pas dans votre situation, mais si j’étais vous je chercherais quelques petites écoles catholiques un peu traditionnelles. Il y en a un peu partout, elles ne sont pas forcément hors de prix. Contactez aussi SOS éducation. Courage !


  • #597814
    le 21/11/2013 par Volvic
    L’école des barbares

    Effrayant ...
    Que faire ?

     

    • #597999
      le 21/11/2013 par Bobby le pointu
      L’école des barbares

      Etre vigilant et continuer le combat.


    • #598013
      le 21/11/2013 par sirou
      L’école des barbares

      Après deux essais de scolarisation en maternelle j’ai retiré mes enfants de l’école ;ils ont maintenant 11 ans et n’y sont jamais retournés ;nous nous sommes posés tous les trois la question pour l’entrée en 6eme ,cette année ;tous d’accord pour continuer ainsi,malgré une situation compliquée(père dcd ,et peu de ressources) ;
      je suis une ancienne instit(atypique,puisqu ’avant de faire ce métier ,j’étais infirmière et qu’avant encore j’ai un peu bourlingué) ;j’ai fait ce métier d’instit,(dans le quartier de la goutte d’or à Paris) avec beaucoup d’énergie,de passion et d’amour ;très bonne relation avec les parents et les enfants ;avec les collègues ...
      Tout çà pour dire que je croyais à l’école et que j’ai très vite déchanté quand j’ai vu ce qu’on proposait à mes enfants,comment ils étaient encadrés etc...
      Je suis une ancienne de goooooche ;à travers Dieudo ,j’ai découvert Soral, et plus çà va plus je me dis que j’ai fait bon le choix ;mes enfants sont sociables malgré cette déscolarisation ;
      L’ecole en France n’est pas obligatoire ;c’est l’instruction qui l’est ;il faut faire à la rentrée en cp une déclaration à la mairie de sa commune ,(en vue d’un controle social) ,et une declaration à l’inspection academique ;une fois par an ,les enfants sont controlés par l’éducation nationale ;ces déclarations sont à refaire chaque année.
      il y a 4 asso de parents nonsco:cise,laia,leda,pif ; la population des nonsco est en majorité BOBO ;
      Si quelqu’un veut d’autres renseignements,je suis à sa disposition ;
      PS :ici ,nous chantons en choeur" shoananas " ;l ’histoire nous en faisons,mais ce n’est pas la meme que celle de Mr Nathan ; ils suivent aussi l’actualité avec l’éclairage ER ;


    • #598054
      le 21/11/2013 par Alexandre
      L’école des barbares

      Vous avez forcement une école privée Catholique (sous contrat ou au mieux hors contrat) pas loin de chez vous.
      Il y a une très grosse différence je peux vous le garantir ... Quand a madame Sigaux, il faudrait quand même commencer a s’apercevoir et a reconnaitre que la république est intrinsèquement perverse et ce qui arrive est tout a fait logique, naturel et a-u-t-o-m-a-t-i-q-u-e ...


    • #598155
      le 21/11/2013 par Mr.K
      L’école des barbares

      Arrêter l’immigration , les arabes majoritairement n’ont pas ’la culture de l’école’

      Remettre les math et le français au coeur de l’éducation primaire , parce que l’art et autre peinture de mes deux ne servent à rien.

      Faire un test fin CM2 pour ne pas laisser passer au collège des gens qui ne savent pas un minimum écrire.
      Et cetera


    • #598302
      le 21/11/2013 par Transports attali & co
      L’école des barbares

      @sirou
      Quel plaisir de lire votre post. Souhaitons que les parents qui se posent des questions s’en inspirent.


    • #603102
      le 25/11/2013 par Adekwatt
      L’école des barbares

      Content d’apprendre par la post de Mr.K que si notre système scolaire français a des problèmes ce n’est pas à cause de nos dirigeants successifs mais bien à cause "des arabes qui n’ont pas le culture de l’école" ! Me voila rassuré ! Moi qui croyez bêtement que les "arabes" de France subissaient tout autant que moi ce système scolaire imparfait ! Quel idiot fais-je ! Tout deviens plus clair maintenant, et d’ailleurs je me sens en inspiration grâce au très grand Mr.K , je vous propose donc une autre explication sur un autre domaine ! Et si nos usines fermaient et délocalisaient non pas a cause de la trahison de nos élites politique et à cause de leurs soumission aux diktats de l’EU, mais tout simplement parce que "les arabes n’ont pas la culture de l’entreprise" !

      Ah bah quand on regarde notre société sous cette nouvelle angle de vue, tout s’explique !
      Le pain est de plus en plus mauvais ? Les arabes n’ont pas la culture du pain !
      La bouffe qu’on nous vend et de moins en moins bonne qualité ? Normal ! Les arabes n’ont pas cette culture trés française de la bonne bouffe !
      L’essence augmente ? Normal !!! Les arabes n’ont pas ... euh si ça ils l’ont ... ah bah merde, à moins que je me soit trompé quelques part =/

      [Ironie OFF)

      Quand même affligeant de lire ce genre de post sur un site comme ER, sensé représenter une certaine "avant-gardes" politique et intellectuelle ....


  • #597819
    le 21/11/2013 par themastred
    L’école des barbares

    C’est un gros dilemme qui se présente aux nouveaux parents patriotes : Élever leurs enfants dans ce magnifique pays qu’est la France, leur patrie de cœur, mais en contrepartie, accepter un possible lavage de cerveau de l’éducation nationale sur eux OU ALORS quitter le pays, mais d’une certaine façon aussi abandonner la vraie histoire de France (qu’ils chérissent) qui ne sera alors pas enseignée à leurs enfants, et apprendre l’histoire et les mœurs d’un autre pays, celui d’adoption... Pas évident de choisir, mais dans le premier cas, il faudra bien surveiller que des idées sordides comme celles de la théorie du genre ne germent pas dans le jeune esprit naïf des enfants...

    Pour ceux qui hésitent, il faut aussi savoir que l’histoire de France, s’écrivant sous nos yeux, peut aussi se charger de faire les choix à notre place, que ce soit par un soubresaut patriotique ou par une guerre dans les prochaines années. Sachant que de toute façon, la France ne pourra pas rester dans cet état très longtemps !


  • #597833
    le 21/11/2013 par Transports attali & co
    L’école des barbares

    Même parcours que Marion Sigaut, j’adhère totalement à son analyse et à son conseil : Sortez vos enfants de l’éducation nationale. Ce sont les mouvements de masse pacifiques qui mettront à bas le système oligarchique dégénéré et mortifère qui nous détruit : refus de l’impôt, refus de voter, refus des médias, désobéissance pacifique . Système qui ne peut se perpétuer qu’avec notre consentement issu de l’ignorance ou du laisser faire.
    Tous ceux qui le peuvent ont déjà sorti leurs enfants de l’éducation nationale, la racaille va dominer les malheureux qui y restent encore.


  • #597844
    le 21/11/2013 par Zedsdead
    L’école des barbares

    Moi c’est fait. Ma fille de quatorze ans suit les cours du CNED à la maison, a des cours particuliers et ne met plus les pieds à l’école. J’aurais surement été opposé à cette situaton quelques années en arrière mais vu l’état de l’école aujourd’hui, je pense avoir pris la bonne décision.

     

    • #598310
      le 21/11/2013 par Transports attali & co
      L’école des barbares

      j’aurais fait la même chose que vous si j’avais accédé plus tôt aux informations que j’ai obtenu grâce à E&R.


    • #598544
      le 21/11/2013 par Transports attali & co
      L’école des barbares

      errata : ...les informations que j’aurais obtenues... faute d’étourderie.


    • #598944
      le 22/11/2013 par Heureux qui, comme Ulysse...
      L’école des barbares

      @ par Transports attali & co

      Il ne faut pas vous inquiéter, nous l’avions compris. Le clavier produit aussi des fautes impensables stylo en main. L’important est de conserver cette discipline qui consiste à bien écrire. Une pensée structurée ne saurait être partagée sans les mots justes pour l’exprimer, et la misère actuelle en ce domaine n’aide pas à la clarté des messages que certains veulent faire passer. Niveler par le bas, c’est cela, aussi !


    • #599257
      le 22/11/2013 par richard
      L’école des barbares

      @transports Attali

      Je suis le premier à m’arracher les cheveux de mes étourderies ou coquilles, et à soûler la modération avec mes erratums.

      Toutefois, méfiez-vous des accords ; les mauvaises langues rôdent partout.


  • #597885
    le 21/11/2013 par Jeantek
    L’école des barbares

    Totalement d accord, je suis animateur vacataire sur le temps du midi et les temps d accueil le soir,bref, pas plus tard que ce midi, un enfant de 7 ans insulte une bonne partie des enfants de nique ta mère ,ton père ta petite sœur et tes cousins et cousin.Reaction des enfants pleures et enervement collectif, envies de taper je dirais lincher le môme en question.je leurs pose une question quel music écouter vous ? réponse hunanime, booba, la fouine, du rap en général, j ai été obligé de faire le garde du corp d un enfant de 7 ans contre des enfants de 7,8,9 ans .ou va t on ? Sachant que les insultes sont proféré de part et d autre tous les jours depuis la rentré,pas une phrase sans bâtard , va niquer si ou ça quel tristesse .Phrase d une responsable en mairie , les insultes les aides à grandir à s affirmer.tous est dit, je dirais même s est signé .

     

    • #598321
      le 21/11/2013 par guerrier celte
      L’école des barbares

      Effrayant.... ça promet, je me demande qu’est-ce que va nous donner cette génération ultra lobotomisée via TV et internet... une nouvelle race humaine en mutation est sur le point d’arriver...


  • #597889
    le 21/11/2013 par truc en ski
    L’école des barbares

    J’apporte mon témoignage en tant que parent, car il y a des choses bien différentes d’une école à une autre, et que si la violence se développe dans notre société, elle n’est pas partout aussi dramatique.
    Nous habitons un petit village, et il y a peu de violence, des accrochages entre enfants arrivent, (pas plus qu’"avant"), et disons que c’est vite canalisé et géré, bien que l’équipe encadrante et enseignante soit d’une pédagogie déplorable. Les enfants ne sont pas tendres, certes, mais ils sont le reflet d’une éducation.

    Quant au fond, sur l’instruction qui est devenue "éducation" à tort, elle est malheureusement calamiteuse, je dois constamment apporter des "retouches", et vérifier, non pas le travail de mes enfants, mais ceux des enseignants.

    De plus, que dire à des enfants, lorsque notre société ne propose pas d’idéal, plus de travail gratifiant mais obligatoire et subordonné à ce système morbide ? Que dire à des enfants à qui l’on fait croire que seuls la technique et l’argent font le bonheur, d’être con et célèbre serait le summum de l’être (humain) ? Quid du sens spirituel, sans rentrer dans des dogmes religieux, fanatiques et mortuaires ?

    "Sortez vos gosses de l’Éducation nationale ! Vite !"

    Ma bonne Dame, on aimerait, mais comment faire ? Parce que nous ne pouvons pas instruire à la maison, il faut de l’argent qui est difficilement gagné, du temps libre, tout comme il nous est impossible de payer une scolarité privée -sans même être certain de ne pas trouver les mêmes "rien-à-foutistes" du cadre enseignant.

    Je suis désolé de devoir mettre mes enfants dans ses instituts du non sens, mais parallèlement, j’explique à mes enfants ce qu’ils doivent tirer de l’école, ils savent lire, écrire et compter (assez bien), et que surtout, ils doivent développer leur esprit critique même au risque de devoir se confronter à un prof (ou à l’enseignement) ; et vous vous rendez compte, je ne vous l’apprendrai pas, qu’il y a matière à correction suivant les cours (je pense à l’histoire en particulier).

    Bref, je n’abandonne pas mes enfants, je les guide au mieux dans cette société, en espérant leurs avoir donné suffisamment de bases essentielles à mes yeux (respect, tolérance, sens du discernement, etc.).


  • #597892
    le 21/11/2013 par inférence.déductive
    L’école des barbares

    Je suis sortie de l’éducation Nationale il y à plus de 5 ans, et il est vrai que c’était déjà, à partir du collège : la loi de la jungle, et une sanction n’était qu’un trophée de plus au palmarès. J’ai souvent honte en repensant à la méchanceté dont j’ai fait preuve à l’école contre le faible pour compenser, je le sais maintenant, une lâcheté contre le fort. J’ai eu un déclic et j’ai compris ce qu’était la souffrance quand un de mes meilleurs amis a fait une tentative de suicide, c’était au lycée. Depuis les choses se sont inversées, ma méchanceté est canalisée contre les puissants qui nous oppressent et si j’ai un jour la prétention de trouver quelqu’un faible, j’aurais l’humilité de ne pas me moquer, voir j’espère la sagesse de prendre sa défense dans une situation injuste.

    C’est l’école de la barbarie et des barbares.
    Sortez vos gosses de l’Éducation nationale ! Vite !
    Marion Sigaut

    Pas mieux...


  • #597900
    le 21/11/2013 par MagnaVeritas
    L’école des barbares

    Marion Fraisse n’est pas un cas isolé. Il y a aussi ce jeune qui s’était immolé et qui avait survécu de justesse. Ses brûlures graves avaient fait rigoler ses persécuteurs, qui l’avaient auparavant harcelés à l’arme à feu, avec menaces de mort très claires.
    Combien d’autres enfants encore ? très certainement des centaines.

    Le harcèlement à l’école, ça fait au moins 20 ans que ça existe, déjà lorsque j’y étais.
    Insultes aggravées, calomnies, diffamations, humiliations, rudoyage, molestage, bousculades, coups et blessures, passages à tabac à 30 contre 1, harcèlement moral, harcèlement sexuel, vol, racket, viol, etc.
    Il faut dire les choses très clairement : il ne s’agit pas d’accidents. L’intention est de mettre à mort, de détruire, d’humilier, de salir, d’avilir l’autre, comme à Abu Ghraib. Ces personnages sont effectivement des pervers en herbe dans le sens où ils jouissent du mal qu’ils infligent. Leur profil est très clair : pervers sadiques et lâches qui agissent en meute.

    J’ai observé qu’il s’agissait avant tout d’une discrimination radicale et acharnée contre la catégorie non-soralienne des pauvres honnêtes.

    Les bons élèves sont effectivement stigmatisés. Je peux en témoigner, j’étais brillant dans toutes les branches et j’ai subi les nuisances de la racaille et des demeurés qui, de toute façon, n’ont strictement aucun avenir ni rien à apporter à la société, alors même que cette société essaie de les sauver du désastre. Cela au lieu de pousser les plus forts vers les cimes.
    Des insultes en plein cours, j’en ai eu aussi, sans que les profs ne réagissent, ainsi que des bastons dans le préau sous le nez des surveillants sans qu’ils ne bougent d’un pouce. J’ai du assurer ma propre sécurité, dès l’âge de 6 ans et plus encore à partir de 12 ans. Lorsque je me suis défendu, c’est moi qui ai été puni et non les agresseurs. Les manipulations psychologiques de la part des instits sont énormes : culpabilisation des victimes, minimisation des actes délictueux et criminels en usant du prétexte de la minorité ou de l’antiracisme ("le pauuuuvre il a connu la guerre !"), etc.

    Je suppose que la différence par rapport à l’école qu’a connue Madame Sigaut est la promotion du crime, la ringardisation de la victime, etc. A l’époque, les mauvais, les méchants, étaient sans doute puni et corrigés comme il se doit. Aujourd’hui, c’est le contraire. Il y a toujours eu une forme de fascination du gauchiste pour le criminel psychopathe, l’école en est un cas d’école.

     

    • #598839
      le 22/11/2013 par Électre
      L’école des barbares

      C’est vraiment terrible ce que vous racontez. La réalité dépasserait de bien loin ce que je pouvais imaginer...


    • #598911
      le 22/11/2013 par Heureux qui, comme Ulysse...
      L’école des barbares

      Curieux comme vous décrivez, violence en plus, ce que j’ai moi-même enduré comme élève "hors norme"...
      Avez-vous aussi ce sentiment que la raison a pratiquement été oblitérée dans notre société dite "moderne" ?
      Même en dissidence, impossible de remettre les plus plus jeunes sur le chemin d’une analyse qui les conduirait vers une bonne compréhension de notre époque. Ils se ferment dès que leurs croyances sont mises à mal et, effet pervers de cette société, ils ne font plus confiance et croient que celui qui veut les aider les manipule. Sombre avenir en tout cas.


  • #597916
    le 21/11/2013 par Mathieu
    L’école des barbares

    Les problèmes se catalysent, partout. Vous allez voir que Peillon, qui voulait "sanctuariser" l’école, par le biais de cette grotesque "affaire Léonarda", va nous sortir finalement, avec son air faussement posé, que tout ce délitement des valeurs... je vous le donne en mille ... ça va être (encore) de la faute à la crise (datant déjà 2008) !
    L’UMP n’a pas été mieux, il faut le rappeler.


  • #597922
    le 21/11/2013 par stephlegentil
    L’école des barbares

    C’est peut être un peu HS mais je rencontre de plus en plus de nana qui ne veulent plus mettre d’enfants au monde dans cette société pourrie.ça m’arrange pas, j’ai 31 ans et je voudrais faire des enfants .Qu’en pensez vous, connaissez vous aussi ce "phénomène" ?

     

    • #598345
      le 21/11/2013 par japaleco
      L’école des barbares

      Si vous vous posez la question, vous y avez répondu. J’ai un fils de quinze ans, heureusement, je crois qu’il s’en sort plutôt bien. Enfant de divorcés alors qu’il n’avait que quelques mois, je l’ai laissé faire son chemin avec deux parents diamétralement opposés en tout. Agent économique d’un côté, beau-père beauf au front bas, mère la tête dans le guidon en bonne esclave. Pas de culture, mais je dois reconnaitre une relative cohésion, un certain bon sens, de l’âpreté au travail, un côté matérialiste qui le maintient les pieds sur terre. Pas de tare ou de vices propices à la maltraitance. De mon côté, amour désintéressé, honnêteté intellectuelle, un peu de culture, du jeu vidéo aussi, des discussions sur la vie, le monde, le ciel, les etoiles, une certaine légèreté... Il ne me semble pas lui avoir inculqué le respect au marteau, il s’est imposé de lui-même je crois, il n’a jamais eu une image faussée de son père, j’ai toujours eu à coeur et présent à l’esprit de lui faire confiance, et ça paie. Je n’ai jamais voulu d’enfant pour les raisons que vous évoquez mais je donnerais mille fois ma vie pour lui. L’ amour pour, et d’ un enfant est transcendental, divin je crois. J’ai compris assez tôt que vouloir éviter à tout prix la souffrance de son enfant est anthropophage, mortifère et étouffant. J’avais l’intuition du génie resiliant de l’enfance, et je crois avoir vu juste.

      Aujourd’hui nous parlons, outre l’ascendance de statut, la plupart du temps en vrais amis. C’est le meilleur qui reste à venir. Je lui parle de ma vision du monde et de sa noirceur, de sa beauté et de la divinité qui découle de mon point de vue de toute cette magie qu’est l’univers, et de ce que je ressens de mes observations. Mais surtout je lui demande de ne jamais me croire, mais de vivre et ressentir par lui-même. Il commence à m’emprunter des livres, c’est super comme sentiment que ça me procure.

      Je n’ai pas eu d’éducation pour ainsi dire, je suis autodidacte de l’être au faire, les conséquences en sont que tout est neuf, enfin, tout n’est pas rose non plus, loin de là. L’ éducation est le plus souvent un tas de gros cailloux qu’il faut sortir de son sac à dos un a un, patiemment.

      Quant à mon ascendance, je n’ai pas eu la présence d’un père, et l’ironie du sort est que je serai amené un jour à dire que j’aurai vécu le deuil du père deux fois, au sens vraiment premier du terme.

      Bien à vous.


    • #598449
      le 21/11/2013 par Moebius
      L’école des barbares

      Oui ; je connais ce phénomène ; l’ayant moi-même souhaité (je suis un homme)

      Cela est due en partie à l’ingénierie sociale.
      La plupart des séries sont américaine ; et dans celle-ci il est globalement dit que "avoir un gosse n’est plus une bonne chose pour exercer un métier ; que cela détruit le corps ; que cela est douloureux (exagérément dit) ; que cela empêche de faire la fête".

      Bref que cela n’est qu’une contrainte.


    • #598673
      le 21/11/2013 par joseph(le vrai)
      L’école des barbares

      je pense la même chose : je ne veux en aucun cas avoir des gosses dans cette société-là !!!!
      je donnerais tout pour avoir 20 ans en 1950 ou 1960 !!! et vous ?


    • #598762
      le 22/11/2013 par noname
      L’école des barbares

      Ce phénomène s’appelle le féminisme, le message est clair :

      _"Mesdames, vous avez une carrière qui vous attends, ne laissez pas les hommes prendre le dessus."

      J’ai eu divers échanges sur le net ou des femmes disaient clairement, aujourd’hui je m’écoute au lieu de l’écouter "lui", quand j’aurais eu ma carrière je ferais peut être des enfants, pas avant ! Y en a même une qui avait dit :

      "j’aimais quelqu’un, j’ai préféré privilégier ma carrière plutôt que de m’enfermer dans un rôle qu’on me force a prendre"

      Je lui fait la remarque en lui disant que c’était bien joué, elle avait échappé aux griffes du méchant homme pour gentiment se laisser piéger par le capitalisme mais persiste dans son délire de femme "libre".

      L’exemple des séries américaines est intéressant car en effet toutes les séries US font la promotion de la femme "forte" qui a un poste conséquent (de chef ou d’agent de terrain important) et aurait donc réussi sa vie...j’ai pas trop regardé le contexte mais des fois elles ont un gosses qui pose problème (gosse=entrave..), je verrais pour me faire une idée surtout que les "femmes" flic ou avocate ne manquent pas depuis quelques temps. En plus comme elles bossent dans la police ou ces métiers ou on voit des cadavres il me semble qu’on les voit souvent "froide", impassible de voir des atrocités, une attitude "d’homme" qui conditionne peut être les femmes a adopter ce genre de comportement.

      Note qu’il y a une promotion sans précédent sur l’ivg et sur les contraceptifs et que le mot d’ordre c’est "amusez vous sans contrainte" et pour l’anecdote, je suis allé à paris récemment, j’ai tout simplement halluciné de voir le nombre d’affiche qui font a promotion de spectacle sur la femme ou une affiche était intitulé : "la femme libre" ... à Marseille on voit pas ce genre d’affiche, j’ai vraiment été étonné d’en voir autant. Niveau conditionnement ça doit être un truc de fou à la capitale.

      Le problème de toutes ces femmes qui font un peu les marioles c’est qu’elles pensent avoir le pouvoir sur l’homme sans se douter que pendant qu’elles se paient le luxe de refuser à l’homme ses services "obligatoires" la technologie et la biologie évolue très (trop) rapidement et que bientôt l’homme n’aura plus besoin de la femme pour faire un enfant ou pour baiser...Et là ce sera trop tard pour elles et on peux même imaginer qu’elles perdront définitivement le pouvoir car on ne crée pas de sperme à partir de rien...


    • #599515
      le 22/11/2013 par Organisation13
      L’école des barbares

      En tant que mec moi aussi je ne veux pas faire d’enfants et participer aux génocides. De plus le mariage entre gens du peuple est une arnaque selon moi.


  • #597923
    le 21/11/2013 par Henri
    L’école des barbares

    Triste constat, mais triste car malheureusement terriblement juste.


  • #597926
    le 21/11/2013 par MagnaVeritas
    L’école des barbares

    L’école résumée c’est l’école du dressage, de l’injustice et de l’avilissement.

    Si c’était à refaire, jamais je n’irais à l’école. Et je sais d’ores et déjà que mes enfants n’y iront jamais.

    Globalement, il y a une bien trop grosse pression de la part du Système et des parents. Il ne faut pas hésiter à perdre un an ou deux pour se sentir bien dans une école. Au final, qu’est-ce que ça change ? Si vos enfants ne se sentent pas bien à l’école, il y a une raison et ce n’est pas la peine de les forcer.


  • #597930
    le 21/11/2013 par joseph(le vrai)
    L’école des barbares

    L’école d’aujourd’hui travaille à former des consommateurs, dénués d’esprit critique, d’empathie et, si possible, de conscience tout court...rien à voir avec l’école d’antan qui formait des hommes et des femmes- le tout formait encore le peuple-, ancrés dans la vie réelle...aujourd’hui, la licence, la subversion sont devenues des normes et ont remplacé la Tradition...la destruction de l’école publique ne doit pas nous étonner plus que ça !!!
    n’empêche pour les anciens, ceux qui sont nés en 1940 ou 1950, qui ont donc connus l’école d’avant, le changement doit être brutal : il l’est pour moi ( né en 1973, avant Internet), qui n’ait connu que les livres jusqu’à très récemment et qui constate, effaré, les dégâts de l’école publique- et de la télé, ne l’oublions pas- sur nos bambins, incapables d’écrire trois phrases de français sans multiplier les fautes de grammaire et d’orthographe...je suis heureux d’être venu au monde en 1973, je n’aimerais pas avoir 10 ans en 2013 !!!


  • #597933
    le 21/11/2013 par sobieskov
    L’école des barbares

    La reconquête théorique et pratique de l’Education Populaire (historiquement parasitée par les "nouvelles pédagogies" trotskistes sous couvert de progrès et d’évolution des mœurs) doit être une priorité pour la Gauche du Travail et la Droite des Valeurs. C’est un espace de liberté, une faille dans le système éducatif français au sens large. De nombreuses réflexions en marge du néo-matriarcat dominant, dans ce champs d’étude, laissent place à l’espoir.

    Par contre, il n’y a plus AUCUN espoir à mettre dans l’éducation "nationale". "Barrez-vous", pour une fois, est une formule appropriée.

    PS : quand je parle d’Education Populaire, je parle des colonies de vacances, des centres aérés ainsi que du périscolaire. Le laissez-aller est institutionnel dans ce type d’établissements tenus la plupart du temps par des femmes hystériques en mal de mâles, ou par des hommes élevés par ces mêmes femmes. Je parle d’expérience.


  • #597938
    le 21/11/2013 par Godefroi de Javron
    L’école des barbares

    Mon sang n’a fait qu’un tour ! Au collège Saint-Nicolas (anciennement Sainte-Jeanne d’Arc quand-même !), école ou mon fils est scolarisé, école privée dite "catholique", voici le programme d’Histoire pour les 5ème : "La révolution Française" "les lumières" et "les droits de l’homme". Version "Fernand Nathan" pas Marion Sigaut, on imagine bien. Mais grâce à vous Mme Sigaut et, entre autres, vos livres sur cette période noire de l’histoire de France (pas vraiment lumineuse) au moins lui (mon fils) ne tombera pas dans le formatage idéologique de Peillon et des frères maçons.

    Comme vous dites : "Sortez vos gosses de l’Éducation nationale ! Vite !"


  • #597951
    le 21/11/2013 par isabelle
    L’école des barbares

    Enfin le sujet que j’attendais sur ER :le problème de l’éducation nationale !! Quand j’écoutais des conférences de Soral (notamment, mais pas que) je me suis souvent demandée comment les enfants qui sont actuellement à l’école pourraient comprendre et adhérer demain à ces idées. Ils en sont incapables, ils n’ont pas les outils de compréhension, ils n’ont pas le goût de l’effort, l’EN leur a tout ôté. Il faut voir le contenu des programmes pour le croire.
    J’ai enlevé mon gosse de l’école en 2011, il était en 6e et malgré tous mes efforts et ses relatives bonnes notes (13 de moyenne générale) il était "nul" : lecture hésitante et fantaisiste, incapable d’écrire trois lignes, ne parlons pas de l’orthographe, quant aux math, ouille ouille ouille ! Je regrette de n’avoir pas réagi plus tôt, je me rends compte que tout commence en primaire. Aujourd’hui, nous ne travaillons que sur de vieux manuels scolaires et je mets l’accent sur le français, les math et l’histoire chronologique.
    Je suis femme au foyer ( petit salaire pour 3) mais nous nous débrouillons.
    J’ai hâte d’une conférence de Mme Belghoul à ce sujet.
    Merci Mme Sigaut pour vos conférences, j’ai ainsi expliquer à mon fils le siècle des lumières, démystifier les philosophes, et lui parler de la guerre des farines de 1775.


  • #597953
    le 21/11/2013 par Clément
    L’école des barbares

    Lorsqu’on aborde ce genre de sujet sur internet, ce qui est effrayant c’est la quantité de connards qu’on trouve pour "relativiser", genre "ça a toujours été comme ça" et autre remontrances à l’attention des parents et de ceux qui osent s’en choquer. Je l’ai constaté.
    Non, ça n’a pas toujours été comme ça, l’école n’a pas toujours été une machine à névrosés, il n y a pas toujours eu les réseaux sociaux, et il y avait une époque où les élèves craignaient encore l’autorité au lieu de se craindre entre eux, avant d’être pourris et pervertis par le narcissisme du monde moderne.
    Je suis allé au lycée dans la ZEP d’un quartier "sensible", en 1991, et à l’époque on se moquait de ces "cons de ricains" qui avaient créé le monde des films comme "the substitute".
    On fait tout pour créer des pervers narcissiques à la chaîne. Tout est là : fin de l’autorité, règne de l’enfant roi, facebook, et respect/amabilité/gentillesse perçus (et enseignés) comme autant de faiblesses.


  • #597954
    le 21/11/2013 par turmeliere
    L’école des barbares

    Faut pas généraliser, il y a encore des enseignants responsables et de bonnes écoles. Mon fils s’épanouit dans l’école du village où il a de vrais maîtres à l’ancienne, pas du tout prêts à céder aux délires sodomites lgbt. Ici, ça bosse dur et ça apprend comme il faut l’orthographe, la lecture, l’histoire ; et au diable le programme si celui-ci n’est pas à la hauteur. Il n’y a pas de racaille dans nos campagnes ou très peu, et les quelques immigrés scolarisés sont tenus de s’intégrer fissa. La plus grosse connerie de l’année, c’est le fils du voisin qui l’a commise ; cet épouvantable voyou a déroulé un demi rouleau de PQ dans les urinoirs. Alors non, je ne vais pas retirer le fiston de cette école publique, pas tellement différente que celle que j’ai connue il y a 40 ans.

     

    • #598290
      le 21/11/2013 par Marion Sigaut
      L’école des barbares

      La campagne française est le dernier bastion de la France éternelle. Tout est encore comme il a toujours été.
      J’y vis.


  • #597962
    le 21/11/2013 par Salim
    L’école des barbares

    Cet excellent article de Mme Sigaut (que je remercie pour tout le travail qu’elle accomplit, au passage) permet de rebondir sur un "bienfait" qui découle directement des "manouches/gitans/gens-du-voyage" : l’école à la maison !

    En effet, à "cause" d’eux, une loi obligeant TOUT LE MONDE à foutre ses enfants à l’école de la république (et donc interdisant l’instruction à la maison) est inenvisageable (chose dont rêvent les assidus des loges).

    Car bien évidemment une loi pareille serait inapplicable pour tous (ici donc les gens du voyage).

    Si la loi autorisant l’instruction à la maison est toujours en vigueur cela est dû en grande partie à eux ! Mais encore pour combien de temps j’ai envie de dire ?

     

    • #601496
      le 24/11/2013 par leïla
      L’école des barbares

      Heuu... moi j’y suis à la campagne seule avec mes enfants, la France éternelle Marion Sigaut ? NON JE NE CROIS PAS ! LES ENVAHISSEURS SONT LA ! je les vois tout les jours, moi Leïla spoliée par les francmacons et les alpina dans la Nièvre ! EFFRAYANT !!!


  • #597965
    le 21/11/2013 par inverted180
    L’école des barbares

    L’intention est très louable, mais avec un nom pareil, c’est un peu handicapant au départ.


  • #597969
    le 21/11/2013 par Taunteur
    L’école des barbares

    Le pire c’est que je vois bien se dessiner une loi Savary 2.0, diversion supplémentaire dans le quinquennat Mimolette sous couvert de restrictions budgétaires, d’harmonisation de l’enseignement et d’égalité des chances, le tout accompagné d’une rhétorique laïcisante par notre Vincent Peillon national.

    Les opposants à la disparition de l’école libre seraient immédiatement dépeins en nervis d’extrême-droite catholiques intégristes écumant de rage par une myriade de journalopes excitées comme des puces d’exhiber des photos truquées et des témoignages tronqués à une masse de veaux hagards avachis devant leur rectangle HD-ready.

    A ce moment-là, t’auras plus le choix : Soit tu t’abstiens de procréer, soit tu confies tes mouflets au personnel qualifié du lycée Léon Blum où leur quotidien s’échelonnera entre projection de spots de sensibilisation au Métissage pour Tous, cours d’Histoire de la Haine, études de textes de Yann Moix et séances d’éveil aux sensualités alternatives ... avant d’illustrer la rubrique faits-divers du journal local sous d’hilarants euphémismes tels que "victimes d’incivilités perpétrées par de petits sauvageons trompant leur ennui".


  • #597977
    le 21/11/2013 par laurent
    L’école des barbares

    Déscolarisez vos enfants si ils sont en danger physique ou si ils sont en danger de devenir des débiles a cause de la propagande infecte de la soi-disant éducation nationale,on est a l’aube d’évènements qui vont bouleverser la société tel qu’on la connait,en bien ou en mal,on ne sait pas mais tout vaut mieux que ce lent pourrissement dans ces écoles de dégénérés & de toutes façons ils seront chomeurs rmistes tant qu’il y aura ce système,ça ne vaut pas le coup de les sacrifier pour ça.


  • #597978
    le 21/11/2013 par Gwen
    L’école des barbares

    Merci Marion, je suis maman d’une petite fille de 10 ans qui est au collège, et j’ai eu ce discours avant même le vôtre, à prévenir l’Education Nationale que s’il arrivait quoi que ce soit à ma fille qui est éduquée et studieuse, je sortirais la petite du système scolaire quitte à lui enseigner moi-même le soir trois heures de cours : en supprimant les matières secondaires (musique, sport, arts plastiques, et même .. anglais) au profit du Français, des Maths, de l’Histoire et de la Géo en premier lieu. Je me baserai sur l’Histoire selon une certaine Mme Sigault pour mon support de cours, ça ne fera pas de mal à ma gamine.
    Il faut savoir gérer les urgences.
    Déjà que je suis atterrée du contenu des cours ! Si en plus la violence vient s’en mêler !
    Bonne soirée chère Marion.


  • #597980
    le 21/11/2013 par ned
    L’école des barbares

    j’avais un pote de college comme ca qui commencait a se faire emmerder un peu trop, millieu 80 en 3eme, l’epoque des zulus en banlieue. Avec un autre pote on etait venu avec petite batte et chaine pour casser des gueules a la sortie du college pour proteger notre copain qui devait se faire casser la gueule a la sortie parce qu’il avait les cheveux long et ecoutait metallica, en nous voyant les mecs ce sont abstenu, ils n’ont jamais recommence parce qu’on revenait le lendemain.
    Avant y avait quand-meme des groupes de copains, maintenant c’est soit la bande soit tout seul. Avant un mec ou une fille qui se faisait emmerder en classe c’etait pas possible longtemps, de nos jours il peut y en avoir 4 ou 5 de la meme classe emmerdes par un petit groupe et personne ne bronche. Un truc comme ca en college de banlieue a l’epoque c’etait une baston assuree a la sortie.


  • #598009
    le 21/11/2013 par darkf
    L’école des barbares

    Moi-même enseignant, je ne puis que me rendre à l’évidence, l’école sert avant-tout à dés-éduquer les enfants, les formater pour être libéral-compatible. La seule chose qu’on y enseigne aujourd’hui, c’est ’moi je’, et toute notion culturelle et réelle y est perçu par les collègue, les supérieurs, les parents et les enfants comme ’anormal, immoral et dangereux’. Comment ça il y a eut d’autres choses dans l’histoire de l’humanité que la shoah ? vous êtes un dangereux révisionniste et vous êtes dans le délit d’opinion. Comment ça vous expliquez une notion d’une autre matière dans votre discipline ? vous mangez le pain des autres, chacun reste dans son domaine, et tant pis si les gamins ne comprennent plus les liens entre les savoirs. Comment osez-vous dire qu’un enfant n’a pas assez travaillé ? Les parents arrivent et tout le monde crie au favoritisme ou je ne sais quelle autre fadaise. Comment ça, vous osez faire de la grammaire dans un cours de langue ? Mais monsieur, les programmes vous l’interdise expressément. Parlez-leur de théorie du genre et vantez-leur le progressisme de notre société, mais de la grammaire, monsieur, ça équivaut à un blâme ! Et voila par où commence la décadence de l’empire...

     

    • #598841
      le 22/11/2013 par Fox
      L’école des barbares

      Pas moins de 7 fautes d’orthographe ! Comme enseignant, vous devriez commencer par donner l’exemple avant d’évoquer la grammaire ! Ce ne sont peut-être que des fautes d’inattention mais j’en doute !


  • #598024
    le 21/11/2013 par cccp
    L’école des barbares

    Marion Sigaut, je vous ai lue plus pertinente.

    Vous ne pouvez pas mélanger exagérations constats et cette triste histoire d’une mère trop occupée pour voir que sa fille n’allait pas bien (euphémisme). Car cette petite fille ne s’est pas suicidée parce que l’institution scolaire lui était odieuse, mais parce que les gens qui sont responsables d’elle ne l’en ont pas empêché. Et d’ailleurs pourquoi cette gamine n’a-t-elle pas exigé de rester chez elle plutôt que de se rendre au collège (c’est très courant que des élèves préfèrent se retirer chez eux plutôt que de se livrer en pâture à leurs congénères).

    Vous exagérez à propos du genre. J’ai lu ce qu’il y a de plus récent en matière d’ouvrages de l’enseignement Catholique sur cette question. Et il n’y a que des encouragements à être vigilant à se préparer et non pas des ripostes à un tel programme, car il n’existe pas.

    Sinon rassurez-vous, dans la plupart des collèges et des lycées on se traite de pédé, c’est pas un problème, on peut compter sur ces sains fondements. C’est bien, c’est mal, on s’en fout, Cf la video du mois de Soral à propos d’"enculé".

    Enfin sur votre fantasme de sodomie en maternelle, un coup vous trouvez que les français sont formidables et qu’ils bougent dès qu’on touche aux gosses, un coup vous pensez que si une telle chose arrivait il ne se passerait rien ? vraiment ? vous ?

    C’est dommage, au lieu de combattre efficacement la déchéance du système scolaire sur des réalités, vous donnez des bâtons pour vous battre et ne pas convaincre en dehors des cercles qui vous apprécient.

    Abandonner le navire est tout ce qu’il y a à faire ?

    Cordialement.

     

    • #598320
      le 21/11/2013 par Nonym
      L’école des barbares

      Bonjour cccp,

      je crois que vous ne vous doutez pas de la violence qui existe aujourd’hui dans les écoles. J’ai connu ce dont parle Marion Sigaut. Les violences physiques quotidiennes, les insultes quotidiennes, les crachas sur le visage, des humiliations régulieres... Quand on essaye d’en parler, on nous dit "c’est normal, ca te forge le caractere !"...
      La petite fille dont parle Marion Sigaut n’est pas la seule a s’etre tuée pour ne pas aller a l’école de nouveau. Connaissez vous la petite Pauline, 12 ans, qui s’est suicidée début 2012 ? Connaissez-vous Matteo, 13 ans, qui s’est pendu aussi il y a un an pour les memes raisons (harcelement et violences a l’école) ? Connaissez vous Alexandre, Myriam, Nicolas... ?
      J’ai connu ce probleme.
      Quand on est enfant on fait confiance aux parents : il faut réussir a l’école, il faut y aller, c’est important. Il faut y aller pour avoir un bon travail, pour reussir sa vie, etc... Je connaissais ce discours et je me sentais totalement prise au piege de ce devoir d’aller a l’école.
      Mes parents ne se rendaient pas compte de ce qui se produisait dans leur dos : je me suis fait frappée, humiliée, craché dessus, quasi quotidiennement, parce que j’étais "mal" habillée, parce que j’avais une mauvaise coupe de cheveux, parce que j’étais souvent seule et parce que j’étais une "sale pucelle de merde".

      La, croyez-moi, le stade de l’insulte marrante est largement dépassée aujourd’hui, et cela se voit que vous ne savez pas du tout de quoi vous parlez.
      Allez voir dans les écoles, avec une caméra cachée, débrouillez-vous pour voir ce que ces murs cachent, ce que l’on ne dit pas, vous verrez alors l’ENFER que c’est d’etre un ado un peu gauche ou un peu fragile aujourd’hui.

      Marion Sigaut a tres bien décrit le probleme.

      A bon entendeur...


    • #598566
      le 21/11/2013 par Transports attali & co
      L’école des barbares

      @cccp, la contrepèterie par excellence
      Il faut savoir que certains enfants, paradoxalement, protègent leurs parents en ne leur parlant pas des problèmes à l’école, et que d’autres préfèrent ne pas leur en parler car ils ont peur que le réaction des parents envenime le problème.
      J’ai eu un enfant de 5 ans particulièrement brimé et ciblé par son institutrice en dernière année de maternelle qui n’a jamais voulu me dire ce qui se passait et ne me permettait pas, par son silence, d’intervenir. Il m’a avoué plus tard qu’il avait peur d’elle et "que ce soit pire". La peur de cette femme supplantait tout.
      Le contexte dans lequel évoluait la jeune Nora était suffisamment effrayant pour qu’elle craigne d’envenimer les choses en les dénonçant, et que connaissez-vous de la vie de Madame Fraisse pour la juger aussi hâtivement ? On peut être une excellente mère sans pour autant être à même de bien évaluer les événements que vivent nos enfants.


  • #598046
    le 21/11/2013 par centaure
    L’école des barbares

    Dans l’Education "Nationale", il y a deux sortes de chefs d’établissement : ceux qui soutiennent leurs profs, et qui sanctionnent à leur demande (très rarement parce que les élèves se tiennent à carreau) et ceux qui mettent en balance "la parole de l’enfant" avec celle du prof et qui refusent donc de sévir : leurs lycées ou collèges deviennent immanquablement des pétaudières où profs et élèves sont également malheureux .


  • #598050
    le 21/11/2013 par Jean Sigu
    L’école des barbares

    C’est totalement caricatural. Evidemment, l’école rencontre de sérieux problèmes. Mais il faudrait plutôt en diagnostiquer les causes (pressions du monde économique, jeux politiques sur les chiffres du chômage, politique immigrationniste mal conduise, transformation profonde du contexte socio-économique, etc.), plutôt que de se délecter de ce discours nostalgique simpliste.

    Non, l’école de mon enfance n’était pas si parfaite : la violence y était bien présente, la pédophilie beaucoup moins poursuivie qu’aujourd’hui, l’autoritarisme des enseignants était souvent injuste et injustifiée, apprendre à coudre un nounous (authentique !) n’était peut-être pas l’enseignement le plus utile…

    L’école reste le meilleur moyen de progression sociale et d’ouverture au monde. J’ai du mal à comprendre que l’enseignement à domicile par des parents le plus souvent incompétents (les plus lucides d’entre eux le reconnaissent) constitue un idéal d’ouverture. Combien y a-t-il de grands intellectuels qui se soient "faits" en dehors de l’école ? À peu près aucun. À l’inverse, combien y a-t-il d’enfants qui ont pu accéder à la culture, au savoir et à une élévation sociale grâce à l’école, en dépit d’un milieu familial défavorisé (culturellement ou économiquement, souvent les deux) ?

    Battons-nous pour corriger les défauts de l’école (inégalités sociales, baisse d’exigence, formatage, etc.) plutôt que de se contenter de dire "Sortez vos gosses de l’Éducation nationale ! Vite !"

     

    • #598197
      le 21/11/2013 par MagnaVeritas
      L’école des barbares

      Je suis un scientifique et je n’ai jamais plus et mieux appris qu’en dehors de l’école. L’école est l’allié objectif du Système : l’école ou lady gaga, c’est exactement la même chose.


    • #598265
      le 21/11/2013 par Bobo
      L’école des barbares

      Ouah, j’en reste estomaqué. Vous avez vu les résultats ? Vous n’avez pas trouvé les causes ?
      On ne peut plus rien pour vous...et je souhaite une franche réussite sociale à votre descendance.


    • #598330
      le 21/11/2013 par Nonym
      L’école des barbares

      Jean Sigu bonjour,

      J’ai connu l’école d’aujourd’hui. C’est l’ENFER. On y apprend davantage a fumer, a avoir des relations sexuelles dans les toilettes, a insulter et frapper reellement (coups de poings et de pieds) les ados un peu différents ou en retrait que les math, le francais et l’Histoire.
      Jean Sigu vous ne savez pas du tout de quoi vous parlez.


    • #598352
      le 21/11/2013 par Jean Sigu
      L’école des barbares

      @MagnaVeritas :

      Certes, mais en toute honnêteté, seriez-vous "un scientifique" si vous n’étiez pas passé par l’école ?
      "L’école est l’allié objectif du Système".
      C’est évident, puisqu’il s’agit de l’Education Nationale. Vous ne vous attendiez pas sérieusement à ce que l’Etat mette en place un système d’enseignement qui sape ses fondements ?

      @Bobo :

      "On ne peut plus rien pour vous..."
      Oh, si, éclairez-moi, du haut de votre sagesse.
      "je souhaite une franche réussite sociale à votre descendance".
      Merci, je pense que c’est bien parti.


    • #598468
      le 21/11/2013 par Moebius
      L’école des barbares

      Je suis d’accord avec vous Jean sigu.
      L’école s’est affaibli ; beaucoup dans le Français notamment.
      Et l’on a évidemment la propagande LGBT ; et la violence a augmenter comme dans le reste de la société.
      Vie réelle et iréelle (films ; jeux vidéos ; musique et cetera)

      Mais la violcence vient surtout de la société.
      La Rap ne vient pas de l’école ; les séries américaines non-plus.

      Éduquez vos enfants avec vos valeurs ; ils feront le reste.
      Mettez les à des cours de combat pour qu’ils puissent se défendre. (Cela n’est pas stupide bien au contraire)


    • #600776
      le 23/11/2013 par MaxC
      L’école des barbares

      Battons-nous pour corriger les défauts de l’école

      Bon courage, t’est pas sorti de l’auberge ;)

      D’autant que tu admets par ailleurs que l’école fait partie intégrante du système et tu admets qu’elle agit de façon cohérente. Ça fait un peu Don Quichotte tout ça !

      Ton avis, ils s’en tamponnent et excuse moi de te dire que tu ne vas rien corriger du tout. Tu vas juste perdre de temps et peut être laisser la situation s’envenimer jusqu’au point de non retour.


  • #598083
    le 21/11/2013 par Sanchez
    L’école des barbares

    C’est quoi l’alternative ?
    L’école privée ? Elle n’est pas toujours mieux. Le niveau scolaire y est souvent désastreux passé le CM2. (Je ne parle même pas du lycée)
    Et combien ça coûte ?

     

    • #598407
      le 21/11/2013 par Godefroi de Javron
      L’école des barbares

      Au collège Saint-Nicolas (anciennement Sainte-Jeanne d’Arc quand-même !), école ou mon fils est scolarisé, école privée dite "catholique", voici le programme d’Histoire pour les 5ème : "La révolution Française" "les lumières" et "les droits de l’homme". Version "Fernand Nathan" pas Marion Sigaut, on imagine bien. Mais grâce à Mme Sigaut et, entre autres, ses livres sur cette période noire de l’histoire de France, au moins lui (mon fils) ne tombera pas dans le formatage idéologique de Peillon et des frères maçons.

      Donc aucune différence entre l’école publique et l’école privé .. hormi la facture !


  • #598086
    le 21/11/2013 par olive
    L’école des barbares

    "Sortez vos gosses de l’Éducation nationale ! Vite !"
    L’appel final nous éclaire sur les intentions de son auteure...

     

    • #598323
      le 21/11/2013 par Heureux qui, comme Ulysse...
      L’école des barbares

      @ Olive

      Ce qu’il y a de bien avec les cons c’est leur constance ! Vos interventions de prof. névropathe qui en est encore à faire des procès d’intention à une véritable humaniste ne vous grandiront pas. Retournez livrer votre propagande droit-de-l’hommiste de bobo en velour cotelé à vos victimes désignées et foutez-nous la paix !
      Vous n’avez pas compris que Marion Sigaut est un auteur apprécié ici ?


    • #598326
      le 21/11/2013 par seber
      L’école des barbares

      Arrêtez d’envoyer le même message toutes les cinq minutes. Vous êtes qui ?


    • #598558
      le 21/11/2013 par olive
      L’école des barbares

      Vos insultes, cher Ulysse, me rappellent celles dont Mme Sigaut se servait comme arguments pour répondre à mes objections. Une arme comme une autre, sans doute. Celle des faibles, toujours... Cordialement


    • #598590
      le 21/11/2013 par Marion Sigaut
      L’école des barbares

      @ Seber : c’est Olivier Marchal, un prof de lettres de Bourges qui s’est pris de passion pour mes publications et la contradiction de tout ce que je peux raconter.
      Faites-lui plaisir et allez faire un tour sur son site, vous serez édifié de son niveau : il me conseille par exemple de lire la prose du marquis d’Argenson (une de mes principales sources dans mon travail) en le confondant avec son neveu, il ne prend même pas ma peine de vérifier ce qu’il publie. Pour me contredire sur les conséquences de la libre circulation des grains chère aux physiocrates, il va puiser des arguments dans une revue physiocratique appelé « Journal Œconomique » et qu’il prend pour un Journal « Œcuménique ». Et tout à l’avenant.
      Que ce monsieur enseigne dans le secondaire est une bonne illustration de mon article.


    • #598896
      le 22/11/2013 par Heureux qui, comme Ulysse...
      L’école des barbares

      @ Femme Lengrenage

      Que voulez-vous, ces prétentieux se sont octroyés le droit de changer le genre des noms il y a maintenant quelques années.
      Aujourd’hui, ce sont les mêmes qui veulent changer le genre des personnes, leur idéologie primale leur faisant écarter l’idée que notre espèce est par nature sexuée...
      Comprenez-vous maintenant ce je qualifie de constance ? Ce qui est fort révélateur, aussi, de cette "élite" autoproclamée, c’est son sentiment permanent d’être insultée lorsque confrontée à la vérité ; l’inversion accusatoire constituant le fond de commerce de ces réactionnaires authentiques, ils vocifèrent et bondissent sur place pour faire passer pour un faible celui qui possède un QI de plus de 150 et la puissance physique d’un Percheron ! Cela fonctionne parfois, jusqu’au "retour du concret" comme le dit un penseur sur canapé rouge, et là, leur condition animale reprend le dessus par une fuite rarement élégante d’ailleurs, la bonne condition physique étant une perversion inutile pour le gras mammouth nourri de la plaine stérile de leur pensée.
      Mais rassurez-vous, ils ont mangé leur pain blanc... et celui-là l’a bien compris, c’est pour cela qu’il ne supporte pas que la vérité puisse cheminer dans les esprits !


    • #599150
      le 22/11/2013 par olive
      L’école des barbares

      Vous devriez vous en réjouir, Madame. Si les historiens vous raillent, je m’intéresse du moins suffisamment à votre travail pour le relayer. Quant au reste... plutôt que de répondre aux invectives et aux insultes, je vous rappellerai que c’est vous qui m’avez contacté en privé. Sauf erreur de ma part, j’ai eu la courtoisie de vous répondre...


    • #599366
      le 22/11/2013 par M’henni Amir
      L’école des barbares

      @Monsieur Marchal Olivier, professeur dans un lycée (!)
      Vos insinuations vous mettent au nombre des esprits retors.
      Si vous aviez des choses claires, sensées, et documentées, à dire, vous les auriez déjà dites.
      Marion Sigaut est une grande historienne. Dans cet article, elle montre une fois de plus son courage et sa générosité. Vous, vous montrez votre désir de voir nos gosses démolis par votre école dégénérée. Vous souhaitez qu’ils périssent après avoir souffert considérablement.
      Marion Sigaut veut sauver nos enfants et vous vous poursuivez visiblement le but contraire.


  • #598132
    le 21/11/2013 par temet nosce
    L’école des barbares

    Ce qui serait utile c’est qu’ E&R mettent en relation des professeurs qui pourraient donner des cours aux enfants des parents qui voudraient sortir du système d’éducation.
    Cordialement

     

    • #598638
      le 21/11/2013 par Matthieu80
      L’école des barbares

      ...et "l’école de la dissidence" était née !!!


    • #598765
      le 22/11/2013 par darf
      L’école des barbares

      Ca se fait déjà, les parents soucieux constatant que leur môme n’apprennent rien à l’école demande des cours particuliers à côtés. Moi-même enseignant d’anglais, j’ai deux boulots, dans le premier je fais le guignol avec des méthodes débiles et inutiles devant des sales mioches pourris gâtés pour faire plaisir aux inspecteurs et gagner ma croûte, dans l’autre je récupère les gamins qui veulent vraiment bosser et dont les parents demande à les faire avancer pour travailler vraiment - souvent avec des méthodes plus anciennes mais qui ont fait leurs preuves - à côtés de cela, des réseaux d’échanges de connaissance se trouve si on cherche, où un informaticien pourra vous expliquer sa science contre un peu de la vôtre... l’école de la dissidence est déjà là, et elle est étrangement bien plus performante ...


    • #598808
      le 22/11/2013 par Jean Sigu
      L’école des barbares

      … et qui paye ?
      Ou bien, vous demandez aux profs de travailler bénévolement, au nom de la France ?


  • #598189
    le 21/11/2013 par Eric
    L’école des barbares

    Une école ou la vie s’ennuie, n’enseigne que la barbarie.
    Libéreront nos enfants de la contrainte du désir de savoir.
    Apprenons leurs l’autonomie, non la dépendance. C’est notre premier devoir.
    Il serait temps de faire de l’école un centre de création du vivant, non l’antichambre d’une société parasitaire et marchande, formant les recrues pour gérer la faillite.

     

    • #598398
      le 21/11/2013 par Marion Sigaut
      L’école des barbares

      Quand on bosse on n’a pas le temps de s’ennuyer.
      L’école doit être le lieu de la transmission du savoir.
      Point.
      Ca passe par la règle, la norme, la discipline et la contrainte, qui n’interdisent ni les loisirs ni la détente.


    • #599703
      le 22/11/2013 par Eric
      L’école des barbares

      Marion, je peux vous assurer que pas un seul enfant de France n’a envie de "bosser" comme une future recrue et subir la contrainte scolaire "obligatoire". Autre chose, ce qu’il y a de plus insupportable avec la "morale", c’est que c’est toujours la morale des autres. Je vous suggère de lire "Libre enfants de Summerhill" de A. S. Neil au édition François Maspéro. Il existe aussi un petit livret très explicite de Raoul Vaneigem "Avertissement aux écoliers, et aux lycéens", d’où sont sorties les quelques phrases auxquelles vous avez répondu.
      Quoi qu’il en soit, je maintien et persiste que l’enfant a besoin d’autonomie, non de dépendances.
      La société du refoulement et du défoulement est à l’image de l’école, l’hôpital, la prison...
      L’école carcérale non merci. (Et je sais de quoi je parle, je l’ai vécu.)


  • #598201
    le 21/11/2013 par SkillyJal
    L’école des barbares

    Je suis désolé mais là c’est totalement exagéré. L’école est encore loin d’être comme le prétend Marion Sigaut.

    Connait-elle les programmes en "Sciences" ? On n’étudie pas spécialement le genre. On étudie la géologie, la biologie, ainsi que la chimie, les lois physiques etc. Bref, la base.
    Pour l’enseignement de l’Histoire c’est vrai qu’il y a à redire.

    Les filles doivent avoir couché avec une fille et pas seulement avec un garçon.
    Il n’y a aucun "devoir". Ca arrive de temps en temps (et encore, au lycée c’est extrêmement rare) mais en aucun cas. Et pourquoi l’école serait-elle reponsable de ça d’ailleurs ?

    Certaines demandent si, quand on couche, « il faut » faire comme ci, ou bien comme ça.

    Quand on avance vers l’inconnu (1ère relation sexuelle) il est normal de chercher à s’informer, rien de surprenant.

    Par ailleurs, on va s’assurer que les petits garçons auront très vite une notion précise de ce qu’est la sodomie, comptons sur la maîtrise du sujet qu’auront les militants de la cause homosexuelle qui viendront leur apprendre à jouir sans entrave dès les cours préparatoires.
    N’importe quoi. En plus les militants homo n’existent que dans les médias ou dans les manifs.

    Bref, je suis déçu que ce papier réactionnaire et sans argument soit de la main de Marion Sigaut... Marion, si vous me lisez, je pense que vous êtes tombée dans les stéréotypes qui règnent sur le sujet de l’école : "c’était mieux avant".

     

    • #598341
      le 21/11/2013 par Transports attali & co
      L’école des barbares

      Bilan des dernières années de mes enfants dans un Ets public de proche banlieue :
      En 6éme, des images zoophiles circulaient dans la classe de ma fille, son prof d’anglais était un enseignant muté de différents Ets pour comportements "inappropriés" envers les petites filles, la prof de Français était régulièrement absente mais irrégulièrement remplacée pour dépression, l’absentéisme des profs leur sports préféré, le racket de portables était monnaie courante ainsi que la vente de drogues, mais hors l’enceinte, donc à 5 m des surveillants, les insultes et les coups étaient devenus la manière la plus usuelle de s’exprimer, les vols récurrents et les règlements de compte hebdomadaires violents à la sortie .
      La course se faisait aux heures de sortie entre les dealers qui ne voulaient pas rater leurs clients et les flics qui ne voulaient pas rater les dealers...la routine.
      Concernant les profs : 1 /10 profondément perturbé, 4/10 petits chefs à la limite d’un certain sadisme, 2/10 plus ou moins impliqués mais inintéressants ,2/10 totalement foutistes et le dernier : super prof mais magistralement isolé.
      Au mieux, comme le dit Dieudonné : "une longue lutte contre le sommeil".


    • #598374
      le 21/11/2013 par Nonym
      L’école des barbares

      Bonjour SkillyJal,

      J’ai vécu l’école d’aujourd’hui, je peux vous assurer que ce que dit Marion Sigaut est vrai... et elle n’aborde qu’a peine les violences physiques QUOTIDIENNES que beaucoup d’éleves subissent, comme moi. Les insultes, les humiliations, dans le bus, le self, LA SALLE DE CLASSE sous les yeux du prof qui ne dit rien par peur des caids...
      Vous ne savez pas de quoi vous parlez... J’ai réagi plusieurs fois deja ici, je suis outrée des réactions comme la votre. Vous ne savez pas du tout de quoi vous parlez SkillyJal... Et les enfants continuent de se jeter par les fenetres pour echapper aux harcelements qu’ils subissent tous les jours...


    • #598471
      le 21/11/2013 par mouloud
      L’école des barbares

      Salut SkillyJal,
      je suis sidéré par tes propos. l’école, c’est transmettre un savoir et une morale à l’échelle nationale.
      Tout ce dont toi et Marion parlez n’a rien à faire à l’école : cela relève de la morale et de l’apprentissage individuels.
      Tu as entendu moche-kacem parler aux enfants ? Tu as entendu ses projets à elle et à paillasse (peillon si tu veux) pour les enfants ? Et toi, tout ce que tu trouves à dire, c’est que, par chez toi, on n’a pas encore touché le fond. T’es pas en colère envers des gens qui veulent détruire tes enfants ?

      Pour ce qui est des cours de maths et de biologie : arnaques et mensonges.
      exemples : division cellulaire fausse enseignée (voir docteur Gernez : père de la théorie des cellules souches)
      Cours actuels de maths jusqu’en terminale=algorithme à appliquer=suite de lignes de calculs à effectuer=le contraire même des maths qui consistent à définir et créer des objets et à démontrer leurs propriétés, ce qui implique de savoir d’où on part et où on va. bref, un raisonnement et non une application bête et méchante.
      histoire : indique moi ce qui est encore valable dans l’enseignement d’aujourd’hui. Mensonges et omissions. Voir shoananas, la FED en 1913 etc etc...
      Economie : voir ce que dit Etienne Chouard, professeur dans cette matière.
      physique : exemple du cours sur l’électro magnétisme où n’est jamais mentionné Tesla (faut le faire)
      Etc etc...
      Mais à part ça Madame la Marquise, tout va, tout va, tout va très bien.

      ps : prière de dire ton statu social pour que ton cas personnel soit pris en considération : j’imagine bien qu’au Lycée Henri IV, on rencontre pas ces problèmes. Rien que le fait que t’aies pas précisé ta classe sociale, ça disqualifie ton discours : "Je suis désolé mais là c’est totalement exagéré", tu dis. Oui j’ai bien compris que tu te portais bien là où tu vivais mais t’es pas tout seul et là, on parle de gens qui vivent une autre vie que la tienne : avec moins de tunes que toi (eh oui je prends le pari que t’es nanti : aucun français moyen ne tiendrait ton discours).


    • #598531
      le 21/11/2013 par Dr Siam
      L’école des barbares

      « Bref, je suis déçu que ce papier réactionnaire et sans argument soit de la main de Marion Sigaut... Marion, si vous me lisez, je pense que vous êtes tombée dans les stéréotypes qui règnent sur le sujet de l’école : "c’était mieux avant". »

      Tout ce qui est dans cette article est la vérité...
      Mais comme d’autres l’ont dit, ce papier ne s’attarde pas sur la "violence" que subissent certains élèves de la part de leurs camarades !

      Madame Sigaut pointe du doigt la "propagande" homosexuelle qui a commencer mais qui va s’intensifier dans les années à venir, à n’en pas douter, et elle a raison !
      Car encore une fois, elle est dans le "vrai" !

      Vous dite :
      « N’importe quoi. En plus les militants homo n’existent que dans les médias ou dans les manifs. »

      Bien sur, les "lobby", ça n’existent même pas !
      Seuls les complotistes voient des "lobbys" partout !
      Un peu de sérieux !
      Le lobby Gay se montre de plus en plus et "impose" une vision du monde qui DOIT être la leur ! Et quand on est pas d’accord, on en subit les conséquences (Palmade ou Barilla pour les exemples les plus récents...)
      Et cela a déjà commencer avec Belkacem qui faisait la tournée des écoles pour dire que le mariage Gay, c’est bien, c’est l’amour, etc...
      Là, c’est l’échauffement car bientot, on aura droit à la vraie propagande auprès des élèves, qui sera celle décrite par Madame Sigaut dans son article...

      Tout son article d’ailleur n’est pas "réactionnaire", il est juste "vrai"...
      "Trop vrai" pour vous et vos convictions peut-être ?
      Ou simplement vous préférez vous mettre des oeillères sur la réalité des choses ?


    • #598716
      le 22/11/2013 par SkillyJal
      L’école des barbares

      @ Mouloud

      Reprenons point par point.

      Pour la Belkacem qui va parler aux enfants : oui je l’accorde, cela fait partie de l’idéologie globale, mais de là à affirmer qu’une petite conférence de propagande dans l’année conduit à "Par ailleurs, on va s’assurer que les petits garçons auront très vite une notion précise de ce qu’est la sodomie" c’est, comme je l’ai dit, exagéré.

      Pour les maths : Avant de démontrer le grand théorême de Fermat, il faut maitriser les bases. Le raisonnement existe, bien évidemment, au lycée. On part également d’un point A pour aller à un point B, les questions s’enchainent très souvent, les exercices de probabilités nécessitent de penser réellement, etc. Simplement ces raisonnement ne sont peut-etre pas assez sophistiqués à votre goût ?

      Dans l’Histoire-Géo, ce qui est valable c’est la vue d’ensemble : la guerre froide, la géographie du Japon, des Etats Unis, de l’Europe, les cours sur la Vème république etc.

      En économie : Chouard exprime sa pensée, mais personnellement mon prof d’éco nous avait expliqué la création monétaire en nous en expliquant les raisons...

      En physique, j’ai entendu moulte fois le mot "Tesla", à la fois pour les unités, et à la fois en petite anecdote historique.

      Voyez donc : votre propos est constamment erroné car vous êtes trop certain de vous. Quant à moi, je me contentais de souligner l’exagération de Mme Sigaut (cf ma première réponse)

      Oui j’ai bien compris que tu te portais bien là où tu vivais mais t’es pas tout seul et là, on parle de gens qui vivent une autre vie que la tienne

      Encore une fois, je ne parlais pas de la misère qu’il peut y avoir au sein de l’école (mais cette misère est-elle forcément liée à l’Education Nationale ????)

      aucun français moyen ne tiendrait ton discours
      C’est plutôt vous qui extrapolez la misère qu’il peut y avoir dans des collèges/lycées difficiles à toute la France. Je connais des gens de nombreux lycées différents, publics, privés, réputés, moisis, quasiment tous des Français moyens (oui moyens, pas le bas bas bas de l’échelle sociale, mais moyen quoi) Mais encore une fois, mon propos n’était pas de dire qu’il n’y avait aucune misère dans aucune des écoles de France.

      Même si vous êtes hors sujet et que votre ton est un poil désagréable, je vous remercie toutefois d’avoir pris le temps de me répondre.


    • #598834
      le 22/11/2013 par goy pride
      L’école des barbares

      Ce que dit Marion Sigaut et d’autres est complètement vrai et ceci pas seulement en banlieue sensible mais aussi à la campagne. La différence entre la campagne et la ville c’est la violence, en campagne c’est un peu plus calme. En ce qui concerne les programmes et l’idéologie véhiculée c’est partout pareille ! Une catastrophe ! Seule quelques établissements privés, et avec difficulté, échappe au massacre...


    • #599292
      le 22/11/2013 par mouloud
      L’école des barbares

      à SkillyJal

      1-chope des cours des anciens (avant 68) et compare à maintenant (je l’ai fait avec les cours de mes parents).
      2-ton exemple sur Tesla est édifiant : on s’en fout de l’unité ou du nom. ça, c’est superficiel. L’important est son cheminement de pensée, sa modélisation, et le résultat (= tous les objets à ondes). moteur électrique, ondes radio, radar, c’est Tesla. Utiliser des objets sans savoir d’où ils viennent et comment ils fonctionnent : j’appelle ça connerie.
      Et puis, les travaux de Tesla concernant la haute tension et la haute fréquence, sont, malheureusement, inaccessibles à cause des implications militaires...
      cacher ces infos, c’est pas induire les gens en erreur ?!
      3-Sur l’économie : le travail a été fait : c’est de l’arnaque de l’usure.
      4-regarde les annales du bac : niveau en chute libre : http://www.apmep.asso.fr/-Annales-B...

      L’école balance 2-3 infos parcellaires, travail superficiel où on explique 2-3 notions séparément sans jamais révéler la cohérence globale (intelligence de synthèse) qui a guidé l’inventeur de ces notions. Perte de source et de sens.
      Dis moi ton domaine de compétence et on discute de son enseignement à l’école : on vérifiera ensemble les omissions, contre vérités, demi mensonges, manque de recul. c’est un défi que je te propose.

      L’eneignement de l’école actuelle est fait pour ne rien comprendre et fabriquer des gens aisément manipulables.
      Exemples : les limitesd’une fonction, en maths, sont enseignées avec des recettes de cuisine à apprendre par cœur (1ère S) alors qu’il suffit d’une formule. Pourquoi encombrer le cerveau des jeunes pousses ?
      demi mensonge : le logarithme est défini actuellement comme la primitive de 1/x (qui va comprendre ce formalisme cachant le sens originel) alors que le baron Neper (d’où le logarithme neperien) a créé cette fonction de manière empirique : son objectif était de transformer une multiplication en addition (l’école confond propriété et définition !!!).
      Demande à des gens comment on a calculé et tracé les fonctions cosinus et logarithme : ça n’est pas dit à l’école car cela démontrerait que leur définition première ne permet pas de le faire : c’est con, la vie !

      Pour le coté désagréable, j’ai eu le même ressenti à la lecture de ton commentaire.
      J’ai "attaqué" ta posture intellectuelle sur ce sujet mais en aucun cas, ta personne.

      Cordialement

      ps : "le prof, il nous vendait de l’intelligence, il avait pas un échantillon sur lui" Coluche


  • #598267
    le 21/11/2013 par Un enseignant
    L’école des barbares

    Merci, Madame Sigaut, pour le soutien que vous m’apportez pour aller au front tous les jours.
    Merci de m’apprendre ce qu’est la morale.
    Merci de me confortez dans l’idée que tous ce que je fais n’est pas inutile.
    Merci de m’apportez un message constructif qui m’aidera, pour sûr, à entretenir la foi que j’ai placée en mon métier.
    Mille mercis.

    Un enseignant.


  • #598282
    le 21/11/2013 par Nonym
    L’école des barbares

    MERCI infiniment E&R et Marion Sigaut de relayer ces informations sur l’école !!! MERCI !!! Si vous saviez ce que cette école est devenue... si vous saviez...

    Des insultes ET DES COUPS tous les jours a l’encontre d’enfants solitaires, un peu a l’écart des modes, roux, "puceaux" etc comme ils disent...

    J’y allais il y a a peine quelques années, avec la peur constante au ventre, depuis l’arrivée du bus, dans la salle de cours, dans le refectoire, dans la cour et jusqu’aux toilettes... des coups tres violents, des crachas, des insultes, des humiliations publiques...

    On ne ressort PAS indemne. J’ai beaucoup de séquelles aujourd’hui. Comme disait certains : on devient associal, vraiment, on n’ose plus rien faire, on n’ose plus aborder quelqu’un sans se demander s’il va nous frapper ou nous rire au nez...

    Un enfant peut reellement etre détruit par l’école d’aujourd’hui.

    A l’école, tout est clope, telephones, mode, sexe, séries, seduction, "cassage" des autres, sans arret, on pousse au suicide... tout cela poussé a son paroxysme.
    Les fragiles, les intelligents discrets, les "peaux de roux" en prennent plein la figure... si vous saviez a quel point ces horreurs peuvent transformer un enfant joyeux en adulte associal, angoissé, avec un sentiment de haine parfois envers la nature humaine...

    Merci de relayer cela, parce que croyez-moi ils sont nombreux les blessés de l’école aujourd’hui. J’en connais un certain nombre qui ont aussi vécu l’enfer, tous les jours, en silence... Ils me disent tous la meme chose.
    Les profs et les surveillants nous disaient "arretez de vous plaindre, prenez sur vous, ca vous fera grandir"... comment peut-on oser dire cela quand on voit des gamins se faire tabasser pour des cheveux, parce qu’ils sont isolés, faibles, timides, plus intelligents que les autres...

    C’est l’horreur, l’école aujourd’hui, c’est vraiment l’horreur...
    Soit on y est martyr, soit on martyrise. Voila le choix que l’école nous propose. Le temps de l’apprentissage est fini a l’école ouvrons les yeux...

     

    • #598395
      le 21/11/2013 par Bruno
      L’école des barbares

      D’après le tueur en série Henry Lee Lucas c’est l’école qui lui a appris à haïr tout le monde.
      D’ailleurs il était envoyé à l’école habillé en fille, comme Charles Manson (criminel lui aussi très célèbre), ce qui démontre l’efficacité de la théorie du genre...

      Les auteurs des tueries dans les écoles, comme Harris et Klebold, sont souvent la cible d’un harcèlement constant et inhumain.

      Quand on laisse d’accumuler des injustices trop longtemps la réaction est souvent brutale et démesurée, hélas pour les victimes.

      Je parle là de cas extrêmes, mais il y a aussi tout ceux et celles qui finiront dépressifs, anxieux, angoissés, qui auraient pu réussir quelque chose mais qui ont été détruit par l’école.


  • #598289
    le 21/11/2013 par fleursdeschamps
    L’école des barbares

    C’est normal de penser de retirer les enfants de l’école aujourd’hui....RIEN ne ressemble à une école...
    Avant les parents éduquaient leurs enfants et l’école devenait une chance de s’en sortir ;

    Le jour où les "penseurs" destructeurs ont vu que les ouvriers pouvaient accéder de plus en plus à l’échelon supérieur ils ont détruit la transmission du savoir et instaurer avec complaisance la loi sociale de la jungle dans les murs de l’école.....
    comme çà les nantis et gosses de riches pouvaient tranquillement se payer les conditions sans être inquiétés par une concurrence plus élargie.
    Un fils ou une fille d’ouvrier qui accède aux meilleurs postes voudrait dire : qu’il y a un risque que des méthodes changent, que l’état d’esprit change, que moins d’esclaves soient disponibles car ils auraient une philosophie de vie différente, un point de vue différent un rêve différent et une intelligence !!!! moins consommateur mais davantage citoyen et responsable, des autres et de leur propre corps.

    Faites comprendre aujourd’hui ce que c’est qu’une TVA et comment on la calcule ????

    les gosses de médecins ou de bourgeois trouvaient toujours le moyen de convaincre les profs de leur accorder "respect ou complaisance".

    et si vous n’avez pas les parents qui "vont avec" allez chercher un stage chez l’Oréal !!! ou sinon vous êtes cantonné à vous contenter du tout venant....

    Beau gachis tout cela.

    Merci à Marion Sigaut de m’avoir fait aimer l’histoire.
    La vraie.

     

    • #598597
      le 21/11/2013 par Transports attali & co
      L’école des barbares

      Tout à fait vrai.
      Etait-ce Voltaire qui disait qu’il était dangereux d’apprendre aux esclaves à devenir des maîtres ?


  • #598294
    le 21/11/2013 par Estoc
    L’école des barbares

    Je suis professeur à l’Education Nationale, dans un collège lycée parisien de la rive gauche.

    Marion Sigaut a raison :
    Fuyez.

    Enlevez vos enfants de l’EN, maintenant.

    C’est pire que ce que vous imaginez.

     

    • #598384
      le 21/11/2013 par Maxime
      L’école des barbares

      Au pire tu démissionnes et tu fais une vidéo en argumentant un peu plus que dans ton commentaire, ça aura bien plus d’impact. Rien ne prouve ici que tu es professeur.


    • #598550
      le 21/11/2013 par Nom
      L’école des barbares

      Oui, pas besoin de démissionner.
      Fais donc une vidéo pour nous informer sur l’actualité de l’école.


    • #598620
      le 21/11/2013 par matrix le gaulois
      L’école des barbares

      Si vous craignez les représailles (comme dans tout système mafieux) vous pouvez témoigner à visage caché, ou mieux, en voix-off maquillée (ou, au pire, vous demandez à un proche de lire le texte que vous aurez écrit si vous craignez que l’on vous reconnaisse)...mais apporter des preuves concrètes de membres qui travaillent à l’intérieur du mammouth ; ça ne peut être qu’utile pour la cause.


  • #598307
    le 21/11/2013 par Tulipe
    L’école des barbares

    @marion
    "à coudre un bouton avec une queue ???" ...je sais pourtant coudre ! ai-je loupé une leçon ? :o)
    C’est toujours un bonheur de vous lire ! Oui les parents doivent s’organiser (dès maintenant) pour sortir les enfants de l’école et se regrouper en réseau pour faire l’enseignement en commun en sollicitant les compétences de chacun.

     

    • #598373
      le 21/11/2013 par Marion Sigaut
      L’école des barbares

      Eh oui, la petite longueur de fil qu’on laisse et qu’on torsade entre le bouton et le tissu s’appelle (du moins c’est comme ça qu’on disait alors), une queue.
      Vous voulez une démonstration ? Vous habitez où ? ;-)


    • #598467
      le 21/11/2013 par Franco
      L’école des barbares

      De l’aisance entre le tissus et le bouton,quelques tours morts et voici un bouton facile à boutonner.


    • #598570
      le 21/11/2013 par Transports attali & co
      L’école des barbares

      @ Marion
      Vous me faites rire, j’adore la spontanéité de vos réponses.
      Je vous aime comme une soeur, parfois je pense à vous et cette pensée me réjouit le coeur. Tout en vous respire la générosité.


  • #598356
    le 21/11/2013 par Markovitch
    L’école des barbares

    Oui, j’ai un ami instit qui enseignait dans le 93 à Sevran et qui au bout de tant d’années a obtenu sa mutation près de Rennes.

    Il me décrivait un niveau de violence incroyable : "c’est le retour à la barbarie, tu verrais ça !" me disait-il.

    Et comme en plus il a 3 enfants (filles) il ne voulait pas qu’elles subissent cette ambiance de l’école et de tout l’ensemble.

    Triste mais vrai !


  • #598380
    le 21/11/2013 par Eric
    L’école des barbares

    L’école ne pourra être sauvée que si la France devient une Démocratie et, par conséquent, cesse d’être une République. Malheureusement 99 % des Français, lobotomisés par les médias de masse, veulent qu’elle demeure une République. Qui conserve la République, conserve les maux qui vont avec.


  • #598385
    le 21/11/2013 par allia
    L’école des barbares

    merci Madame Sigaut , je suis déléguée des parents d’élèves dans un collège et je peux vous confirmer que l’éducation national est en ruine, en tant que présidente de cette association je suis sollicitée de manière régulière, dernièrement une élève a subi des agressions sexuelle et bien sur les agresseurs sont toujours dans l’établissement et pire encore les parents de la petite victime se sont vu proposer pour leur gamine un changement d’établissement.
    Dans l’idéal il aurait fallut soutenir la famille de la victime et exiger un renvoi des agresseurs seulement voila tous monde a peur de taper du poing sur la table car bien sur quand vous attaquer cette institution elle se venge sur vos enfants en pratiquant des représailles psychologique !

     

    • #598501
      le 21/11/2013 par Transports attali & co
      L’école des barbares

      Ayant été représentant des délégués de parents d’élèves, je confirme vos propos.
      J’ai assisté à des comportements aberrants de la part des équipes d’enseignants et administratifs envers les élèves à "problèmes", je dois même reconnaître que ces élèves leurs dictaient leur loi. Presque toutes les racailles étaient délégués de leur classe, postulat ubuesque qui en dénonçait toute la supercherie.
      L’omerta, la répression et les méthodes mafieuses sont dans de trop nombreux Ets le fonctionnement normal. Les profs ne sont justes pas à la hauteur, et considèrent que leur obligation est d’enseigner une matière, rien d’autre. En même temps, ce sont des individus ordinaires dans une situation qui n’a plus rien d’ordinaire.


  • #598399
    le 21/11/2013 par roro
    L’école des barbares

    Il est ou le probléme ???

    Qu’un enfant ne sache , ni lire , ni compter , c’est ne pas trés important du moment qu’il arrive à enfiler une capote .
    Au fait , marre de ces carcans archaïques , a quand la fellation comme épreuve orale ?? Ca serait un bon test pour passer au collége , nan ???
    Mr Peillon , fouillez les cuves des chiottes de votre ministére , Jack Lang , ce saint homme , doit avoir poser les fondations de cette réforme quelque part . Un peu de panache messieurs , quand meme .

    Ce systéme est d’une perversité si maléfique que ca en donne le vertige . Rien a récupéré , absolument rien .
    Napalm .


  • #598478
    le 21/11/2013 par petit_poney
    L’école des barbares

    Je vais apporter une touche d’optimisme.
    Même si les directives venues d’en haut sont terribles, il y a de très bons profs. J’entends des profs qui désobéissent, qui transmettent vraiment du savoir en fait.
    J’ai eu un prof d’histoire en seconde qui assumait clairement d’enseigner des éléments pas au programme. Beaucoup de profs passent un peu moins de temps sur la Shoah que ce qu’on leur demande pour passer plus de temps sur autre chose.

    Plus les directives sombreront dans le ridicule, plus les profs résisteront, ils sont beaucoup moins faciles à contrôler que les journalistes.

     

    • #598771
      le 22/11/2013 par goy pride
      L’école des barbares

      Quelle naïveté ! Les bons profs sont impuissants contre un système entier dont la vocation est diamétralement opposée à ce que derniers veulent faire. Les bons profs finissent aigris, dépressifs...ils ont tout le monde contre eux : leur hiérarchie, leurs collègues, les parents...ils peuvent être sanctionnés et ils le sont souvent...et parfois même menacer d’internement en asile psychiatrique ! (le cas véridique d’un prof qui refusait obstinément d’utiliser le nouveau système informatique d’évaluation des élèves...)
      Au mieux un bon prof peut sauver un ou deux élèves par décennie, le reste est foutu ! La preuve de leur impuissance est sous nos yeux ! Nous avons aujourd’hui deux décennies de recul pour constater les dégâts !
      En général un prof qui a conscience de ce qui se trame dans l’éducation nationale fini en arrêt maladie ou démissionne. Les autres finissent leur carrière dans un état permanent semi dépressif. Un bon prof de l’éducation nationale d’aujourd’hui c’est comme un bon fonctionnaire dans la Russie de Boris Eltsine ! Impuissant, écrasé par la matrice ! Seul contre tous !


    • #598807
      le 22/11/2013 par Un plus si nouveau
      L’école des barbares

      ""ils sont beaucoup moins faciles à contrôler que les journalistes."
      C’est vrai, mais ils sont encore plus "de gauche" qu’eux. Mes parents travaillent tous deux dans l’éducation nationale et peuvent en témoigner.


    • #598964
      le 22/11/2013 par mariana
      L’école des barbares

      @ goy pride
      Vous oubliez dans votre inventaire les profs qui se suicident, comme cette petite Marion, dans l’indifférence générale.
      Les profs sont dorénavant sous contrôle, depuis 2003, vous aurez remarqué qu’ils ne bronchent pas. Quelques petites manifs par ci par là, histoire d’entretenir la culture protestataire mais ils ont avalé des réformes ABSURDES sans lever le petit doigt. A leur décharge, ils faut voir ce que "l’opinion publique" leur envoie dès qu’ils se mobilisent). Ils ont vu une de leurs collègues se suicider dans des circonstances épouvantables (elle s’était immolée par le feu, croyant ainsi provoquer un cataclysme or il ne s’est absolument RIEN passé), ils acceptent de véhiculer des programmes qui s’apparentent à de la propagande docilement et ils acceptent d’appliquer servilement les réformes (les plus prompts à le faire sont grassement récompensés, croyez-moi !).
      On ne se rend pas compte tout de suite de l’ampleur du désastre parce qu’on a envie d’y croire, la prise de conscience est tellement douloureuse, les conséquences en sont dévastatrices : un psychologue des risques psycho-sociaux vous conseillera la "résignation acquise", c’est ce que beaucoup d’entre nous pratiquons, chacun à son niveau, c’est ce qui nous fait bouffer autant d’antidépresseurs à nous Français, "on n’y peut rien, c’est comme ça..." Et si vous ne voulez pas vous résigner, il faut être très costaud pour rester dans l’institution. parce que vous crachez dans la soupe en quelque sorte, vous êtes le mouton noir (qui peut être broyé à tout moment) et cela ne vous enlève pas ce mépris de vous-même car vous avez le sentiment d’exister comme un collabo, un "fonctionnaire d’application" (vous savez le fonctionnaire qui obéit à des ordres iniques sans réagir).
      Le système informatique de bulletin est d’une absolue perversité : toutes les données de l’élève, de sa famille sont rentrées dans la machine (résultats scolaires, sanctions scolaires, adresse des parents, profession, situation de famille etc...) et la plupart du temps, c’est une entreprise privée qui gère cela. Chaque établissement paie une redevance tous les ans pour avoir accès à ce service et cela coûte une fortune à l’Éducation Nationale. Il suffirait de quelques développeurs informatiques un peu affûtés au niveau du ministère pour revenir là-dessus mais le ministre a toujours d’autres chats à fouetter...


    • #599545
      le 22/11/2013 par petit_poney
      L’école des barbares

      En général un prof finit en arrêt maladie ou démissionne à cause des élèves.
      La preuve de leur impuissance est sous nos yeux quand on est assez naïf pour croire que les profs doivent faire le travail des parents, ce que je n’ai jamais prétendu.
      Aussi, la vision "90% de connards gauchistes, 10% de résistants" qui en bavent est un fantasme. Beaucoup de profs résistent à leur niveau, plus ou moins consciemment.
      Je pense qu’il est un peu pleurnichard de remettre en cause la médiocrité et le manque de valeurs de notre jeunesse sur le dos des profs, alors qu’ils sont les premiers à la subir de plein fouet, pour des salaires qui ne me font pas rêver.


  • #598479
    le 21/11/2013 par flora
    L’école des barbares

    Je viens de regarder le site du CNED, c’est 800 euros pour 1 année ; gloups...

    sinon faire ça en famille comme pré cité, non merci les AS et autres travailleurs sociaux, je ne connais que trop bien ! (l’enfer en comparaison serait doux )

    il reste internet et les vacances pour leur ouvrir les yeux, c’est déjà pas mal

    de toute manière l’école n’a jamais donné un travail et encore moins une éducation, je n’attends rien d’eux.

    par contre je me suis mise déléguée de parents d’élèves pour les allumer, cf le lien du lire de mon fils en CE2 "c’est à lire" sur amazon un livre rempli de marques et d’images subliminales que j’ai dénoncées en réunion.

    http://www.amazon.fr/product-review...


  • #598484
    le 21/11/2013 par Transports attali & co
    L’école des barbares

    Jean-paul Brighelli a écrit un article proche de l’analyse de Marion dans le Point de ce jour.
    A ceux qui diront que le monde de l’école, donc des enfants, a toujours était "dur," la nuance entre "dur" et "criminogène" est de taille.

     

    • #598676
      le 21/11/2013 par sirou
      L’école des barbares

      il y a d’autres cours par correspondance ;le cned est cher(sauf gratuit ,quand on fournit un certificat médical ,disant que l’enfant est atteint d’une phobie scolaire) ;il existe des cours belges ,presque gratuits ,qui sont très bien faits(maths avec méthode cuisenaire) et d’un très bon niveau ;mais on n’est pas obligé d ’utiliser des cours par correspondance ;il est facile de se procurer des documents ,des livres pédagogiques gratuitement sur internet ;
      Pour les sciences,la geo ,l’histoire il y a beaucoup de films ,de documentaires ,et puis marion sigaut,alain soral ;et puis pour des enfants et leurs parents ne pas aller à l’école est un autre mode de vie ;une grande liberté au quotidien ;on a loué notre maison pendant 2ans et nous sommes partis mes enfants et moi,dans un vieux camping car en Afrique du nord ,puis nous avons fait un tour d’Europe ;on avait 30 euros par jour pour nous 3,tout compris ;nous sommes allés jusqu’en Cappadoce ;
      mes enfants ont decouvert les civilisations antiques ;l’histoire est bien réelle pour eux ;ils ont vu l’Europe qui souffre ;l’instruction en famille est une grande aventure ;(interdite en Allemagne,en Bulgarie et et ?)
      PS :quelque chose que mes enfants ont vite remarqué :la fierté du drapeau dans chaque pays visités à l’inverse de chez nous.


  • #598627
    le 21/11/2013 par jaitroppeur
    L’école des barbares

    J’ AI LA SOLUTION, rien que ca ! Enfin je l’ ai pas vraiment mais elle existe : Faut qu’ on reprenne les programmes principes et tenues de l’ annee 1960 tout bonnenement. Que Marion qui s’ y connait en archive nous retrouve ca et le mette sur le net comme fil d’ arianne en alternative. Ai-je raison ou suis-je completement tare ?

     

    • #598881
      le 22/11/2013 par sirou
      L’école des barbares

      Cà me fait réellement plaisir de voir qu’il y a des parents de ER qui ont desolarisé leurs enfants ;je pensais etre toute seule ;La plupart des familles qui déscolarisent leurs enfants sont des Bobos "avec théorie du genre,mariage pour tous ’,Soral , Dieudo antisémites et fachos ",bref la panoplie ; certains ,pratiquent "les libres apprentissages ",(on attend que l’enfant désire apprendre à lire ,à compter .....je connais plusieurs enfants qui ,à 14 ans ,ne savent toujours pas lire...,je vous jure que je n ’exagère pas !) ;nous avons donc cessé de rencontrer ces familles ,car l’échange devenait impossible ;
      Pourquoi ,ne pas faire un groupe avec les enfants et les familles d’ER ? ( pour échanger ,partager ,organiser des rencontres) ;nous sommes au sud de Toulouse ,à la campagne ;


    • #599129
      le 22/11/2013 par isabelle
      L’école des barbares

      En voilà une partie :
      http://ecolereferences.blogspot.fr/...
      Il y en a surement d’autres.
      Chez Emmaüs et dans les vides greniers on en trouve aussi et à des prix ....... minis.


  • #598731
    le 22/11/2013 par JB
    L’école des barbares

    L’enfance doit etre le plus doux moment de la vie, c’est ainsi que se construisent par les vertus : la personnalite, la confiance en sois et les outils pour devenir un adulte autonome.
    Partant de ce postulat ou en est le systeme scolaire ?
    Le constat est qu’on y favorise tout l’inverse, comment un eleve peut s’epanouir par le respect, la participation en classe, la politesse le sens de la justice... s’il en resulte un rejet plus ou moins violent des groupes dominants par la hierarchie des plus forts qui forment une veritable police du conformisme qui considere ces vertus comme "bolosses" ou ringardes. Ce conformisme est celui qui tire vers les bas fonds propres aux modes les plus sordides vehicules par les medias et qui plaisent aux rebelles des classes, et il faut peu d’individus pour qu’une classe sombre car leur est cede tous les droits. La loi du plus fort, la loi de la jungle.
    La plupart des enfants deviennent des produits issus de ce nouveau formatage de groupe, et il s’exerce de tres graves pressions pour eux et par eux afin qu’ils rentrent dans ces moules. Ce formatage cree les consommateurs du systeme : de vetements de marque, de jeux videos, de telephones ... Et le systeme capitaliste n’aurait pas pu faire mieux que cette education.
    Le metier de prof est devenu un calvaire, comment etre passionne actuellement ? Bientot les profs ne pourront plus mettre de mauvaises notes par peur des represailles...

     

    • #599005
      le 22/11/2013 par leïla
      L’école des barbares

      SIROU CAMARADE cela fait tellement longtemps que j’en rêve que l’ont se réunissent, je le crie sans que cela se réalise, normale je suis dans une petite ville de province où la spoliation est mon lot quotidien, je suis persecutée 24/24. C’est plus qu’un rêve ce serait comme un sanctuaire pour mes enfants et moi. CAMARADES FAISONS CELA ! J’ai 4 enfants et de toute leur scolarité je n’ai rencontré qu’une seule vrai résistante une exceptionnelle maitresse d’école, les collèges et les lycées, les profs sont soient tout justes sympathisants, soit biensûr à fond dans le système, pour le reste JB tu as bien résumé la situation. Bon alors on organise cela ? on fait comment pour les contacts, c’est chaud non ?


    • #599707
      le 22/11/2013 par Océania
      L’école des barbares

      @leïla

      mes fils ont fait leur collège en terre ultra marine : ils y ont côtoyé des jeunes gens bien élevés, ont fait des tas d’activités de plein air, du sport, du bateau, des randos etc....
      Le retour au village, chez nous fut difficile pour le second dans la mesure où il s’est vu contraint de choisir entre le groupe des bons élèves (tous français de souche) et celui des petits caïds grandes gueules (en fait des cousins de la famille). Dur pour un élève sérieux mais qui refusait de snober le mardi le fils de sa tante avec lequel il rigolait le dimanche.
      Au lycée le tri se fait, mes fils n’y ont plus connu ce type de dilemme. En revanche ils ont vite réalisé que l’on cherchait à leur fourguer une vision du monde bidon. Le premier a été diplomate, le second moins : question de caractère. Mais bon, ils ont quitté le lycée pour des études supérieures avant que nous n’entrions de plein pied dans la phase critique de la promotion du chaos général.
      Ma fille est dans le privé, dans bien des domaines je sais qu’elle ne sera pas dupe. Comme l’ont été ses frères.
      Sinon je la déscolariserai comme vous prévoyez de le faire.
      De quel groupe, quel forum s’agit-il ?


    • #600117
      le 23/11/2013 par Dcembre
      L’école des barbares

      Il y a belle lurette que les profs trichent autant que les élèves...


  • #598836
    le 22/11/2013 par goy pride
    L’école des barbares

    Si un jour des gens normaux reprennent le pouvoir dans ce pays il va falloir que certains rendent des comptes devant les tribunaux pour cette entreprise criminelle qui a détruit l’un des systèmes éducatifs les plus performants au monde.
    Il faut avoir vécu à l’étranger et avoir un certain âge pour réaliser le haut niveau de raffinement et d’efficacité qu’avait atteint l’administration française et l’éducation nationale. Aujourd’hui ils ont tout saccagé...la Poste, EDF, GDF, l’école...on se croirait dans un pays du tiers-monde !


  • #598853
    le 22/11/2013 par ayari
    L’école des barbares

    l’encrier et le porte plume ont disparu du pupitre.

     

    • #603223
      le 25/11/2013 par de Fran
      L’école des barbares

      Des enfants qui se suicident à cause de l’école et que ce phénomène ne suscite aucune émotion collective , aucun soulèvement populaire montre que non seulement cette école mais aussi cette société est dans un état de putréfaction accéléré .
      Il est urgent de constituer un manuel de secours en territoire hostile à l’intention des parents . Bien sur il faudrait en finir avec le collège unique , il faudrait revenir à une discipline de fer ; en attendant chaque parent doit d’abord :
      1/ être très vigilant sur l’attitude de son enfant ; au moindre changement s’inquiéter .

      2/ se lier avec d’autres parents partageant les mêmes inquiétudes et constituer sur le modèle des "voisins vigilants " les parents vigilants en dehors des associations traditionnelles de parents , courroies de transmission des partis politiques .Ce dernier point est important .

      3/au moindre problème , collectivement faire pression à tous les niveaux de l’E.N

      4/ Si le problème ne se résout pas rapidement retirer l’enfant du circuit de l’école publique ; il vaut mieux faire des sacrifices financiers plutôt que courir des risques dramatiques .

      5/ Dénoncer les problèmes rencontrés aux élus locaux et dans les médias

      Je crois à cette idée de "parents vigilants et indépendants" ; on peut trouver dans chaque classe deux ou trois parents capables de se fédérer et ainsi une toile d’araignée nationale pourrait se constituer .


  • #598869
    le 22/11/2013 par un cendy
    L’école des barbares

    L’école est un lieu où l’on reçoit une certaine instruction mais tous les apprentissages ne se font pas dans cet espace dédié, ni à travers les livres malgré leur utilité incontestable (je n’ai pas encore lu ceux de Mme Sigaut mais la justesse de cet article m’y encourage). Garçons et filles doivent aussi se confronter aux réalités dans le vrai monde : la cuisine, les tâches ménagères et autres corvées (passer la tondeuse, ranger les combles etc...) peuvent être confiés à des jeunes gens sans risque de les casser.
    Trop d’élèves brillants se font happés par l’éducation nationale et sa prétendue pierre philosophale. J’étais plutôt douée mais l’école n’était (et cela reste vrai) qu’un temps de ma vie parmi tant d’autres et tant mieux.
    On grandit aussi ailleurs, en prenant la défense de nos fragiles benjamins malmenés ou en écoutant une vieille tante fredonner le temps des lilas pour apaiser son cœur en friche.


  • #598891
    le 22/11/2013 par Arona
    L’école des barbares

    Chère Marion ,

    Je comprends et j’ acquière complètement à votre analyse sur la déchéance de notre éducation nationale .
    J’ ai réellement mal au cœur de laisser mon petit garçon dans cette institution maçonnique malheureusement les établissements privées ne sont pas la portée de toutes les bourses.
    Mais grâce a Dieu , mon fils qui est en classe de CE1 a une institutrice dés plus formidable et qui exerce son métier avec passion et amour des enfants.
    Bien qu’étant dans une ZEP mon fils sait parfaitement lire et écrire ( avec encore des fautes d’orthographes ).
    Bref je salue le courage de ses enseignants qui savent encore apprendre la savoir a nos chers têtes blondes face à la pression des différents lobbies parasitant notre éducation nationale.

    Paix et Salutation aux hommes de bonne volonté


  • #598994
    le 22/11/2013 par isabelle
    L’école des barbares

    Il faut voir ou revoir l’excellent documentaire Éducation nationale, grand corps malade
    http://vimeo.com/61467675
    et lire le non moins excellent Jean-Claude Brighelli "La fabrique du crétin".
    Tout est dit.

     

    • #621012
      le 08/12/2013 par fleursdeschamps
      L’école des barbares

      L’école du crétin de Briguelli : La vérité sur l’éducation nationale et ses conséquences.
      A lire absolument.


  • #599100
    le 22/11/2013 par Lovyves
    L’école des barbares

    Oh ! Marion !
    Aimer, aimer une personne, ce n’est pas s’attacher à la personne !
    Mais la liberté d’aimer et d’aimer encore !

     

    • #599273
      le 22/11/2013 par sirou
      L’école des barbares

      pour organiser ces rencontres ,on peut passer par le forum ;ou peut etre que quelqu’un a une autre idée ?


  • #599443
    le 22/11/2013 par Organisation13
    L’école des barbares

    J’ai eu une enfance joyeuse pour ne pas dire normal. J’étais dans une petite école maternelle et primaire. Tout se passait bien pour moi, pas de problème scolaire et social. Arrivé au collège, je retrouvais comme chaque année mes amis d’enfance. Puis petit à petit quelque chose n’allait pas. La manière d’apprendre était différente. Les cours se résument à bla bla bla (prof qui parle) + dictée du cours. Bref je m’ennuyais au contraire du primaire car on travaillait en cours donc pas le temps de s’ennuyer. Le collège c’est aussi le début de l’âge bête et je n’aimais pas les élèves turbulents dégénéré. Je ne vous raconte pas les emplois du temps hétérogène. Se lever à 7 heures, revenir à la maison à 18 heures pour encore s’occuper de l’école et faire les "devoirs". Devoirs qui auraient du être fait en cours pour apprendre par soi-même et non pour apprendre les cours par coeur comme une poésie. J’étais trop fatigué et je ne sais pas comment les autres faisaient pour tenir. J’ai redoublé la sixième et la quatrième. Malade de l’école j’en pouvais plus. Je vomissais à chaque rentrée scolaire ou vacance. J’étais au bord du suicide et je gardais tout ça pour moi.

    Ensuite on m’a envoyé en BEP Comptabilité deux ans puis bac pro deux ans. Ce fut un soulagement. Moins de cours, plus de travail en cours pour les matières professionnelles. Par contre encore beaucoup de bla bla pour l’histoire-géo, français l’économie et droit. Aujourd’hui j’en conclu que cela servait à lobotomiser les élèves, c’est bien dommage. J’ai eu la chance de faire un BTS dans le même domaine puis de l’avoir obtenu fut la revanche de ma vie. Bien sur je sais que c’est un métier parasite car maintenant j’en souffre dans le monde du travail moderne esclavagiste. Je compte me reconvertir dans un métier manuel et vivre à la campagne.

    Pour conclure sur cet article. De l’école, j’ai eu le meilleur, le pire, le moins pire, le meilleur.


  • #599573
    le 22/11/2013 par Subrose
    L’école des barbares

    Bonjour,
    Un petit témoignage juste en passant. Je suis professeur dans le secondaire et je peux vous affirmer une chose : ayant travaillé en ville, en campagne, en banlieue bourgeoise, en zep ... Et bien le lieu n’a pas grande importance pour ce qui est de la qualité d’enseignement et la sécurité des élèves. Le principal est qu’il y ait un bon pôle proviseur et CPE. J’ai connu des lycées où la démagogie faisait que les élèves issus de bonnes familles pouvaient faire ce qu’ils voulaient et des lycées ZEP très bien tenus où les enfants étaient très respectueux. Pour ce qui est de l’école à la maison, vous conseillerais de vous faire confiance. J’ai un temps préparé le concours de prof des écoles et je n’ai jamais rencontré autant de personnes stupides qui finalement sont devenues instit. Donc à vous de voir, mais ce n’est vraiment pas très difficile, il y a des tas de livres qui vous donnent des méthodes et vous expliquent l’essentiel techniquement. Le bourrage de crane je l’ai vu car le grand oral que doivent passer les enseignants de primaire est fait de tel sorte que les plus endoctrinés soient favorisés. Si vous semblez un peu en dehors du moule on vous le fait payer en deuxième année et on vous vire (ou fait en sorte que vous démissionniez).

    Pour ceux qui disent que c’est mieux à la campagne, je suis désolée de dire que de ce que j’ai observé (maintenant je ne prétend pas détenir la vérité), c’est là où j’ai vu le plus de déshérence, de drogue, d’alcool, de mal être, de violence entre les élèves ... Si on ne fait que son job et qu’on ne s’intéresse pas aux enfants, il est sûr que c’est un endroit rêvé pour enseigner. Maintenant pour ce qui est de la vie quotidienne des enfants, cela fait vraiment mal tellement il y a de la souffrance. Les parents qui travaillent en ville et font deux heures aller et deux heures retour pour donner un bon cadre à leurs enfants, les enfants qui se retrouvent seuls, la culture de la défonce, l’ennui, le manque de sorties, la méchanceté de certains vis à vis de leurs camarades ... J’en ai vu ... Le pire c’était les enfants des nouveaux campagnards (bannis des banlieues proches par le manque d’argent) qui s’en prenaient souvent aux enfants des gens du cru. Et je ne fait pas de racisme, il étaient tous blancs. Je vous assure qu’il suffit d’ouvrir les yeux pour voir que la pire misère sociale est à la campagne. J’ai été agréablement surprise par la banlieue parisienne (peut être tombée sur les bons lycées).


  • #599927
    le 22/11/2013 par Ton dieu
    L’école des barbares

    Tiens c’est marrant la censure que je subis lorsque je dis qu’en toute logique, si on condamne l’homosexualité - ou plutôt sa banalisation par la venue d’homosexuels LGBT’s à l’école - on doit condamner les perversités comme la fellation et la sodomie, y’a plus personne...

    Comme quoi, l’égoïsme sexuel de monsieur passe avant la vérité... Aux détriments des femmes qui sont devenues le paillasson des hommes pour ne pas le dire le sac à foutre avec la belle et fameuse " liberté sexuelle " de mai 68...

    Dégradation des rapports hommes/femmes dénoncé dans l’article... Mais incomplets !

     

    • #601069
      le 23/11/2013 par Marion Sigaut
      L’école des barbares

      Je suis la première à dénoncer la fumeuse et odieuse "libération" des femmes. J’y reviendrai, mais pas à propos de l’école, donc un autre jour.


    • #601717
      le 24/11/2013 par Hôtel Attali : vue sur décharge.
      L’école des barbares

      La libération des femmes ou "liberté sexuelle" acquise grâce à la chimie médicale par la pilule a été mise en place grâce à une campagne de propagande d’envergure de l’oligarchie de dégénérés qui nous domine : matraquage sur les avortements illégaux (figures de proue : G.Halimi, Simone Veil...) alors qu’il aurait fallu accompagner l’avortement au cas par cas pour ne pas en faire une méthode de contraception banalisée et favoriser l’adoption de petits Français par son propre peuple au lieu des filières internationales controversées. Situation qui aurait mis un frein immédiat au "jouissez-sans entrave" issu du mai 68 de Con-Bandit et obligé le peuple à s’investir dans autre chose que le cul, le porno, le foot, l’alcool et le shit. L’oligarchie a fabriqué des Bonobos dans le sillage de la "laïcisation" de la société.


    • #602039
      le 24/11/2013 par Ton dieu
      L’école des barbares

      Ce qu’il faut faire je pense, c’est reprendre chronologiquement toutes les circonstances qui nous ont mené aujourd’hui, à avoir des homosexuels LGBT’s ( Donc ici il n’est pas question de lutter contre l’homophobie mais bien d’inculquer toutes les valeurs LGBT’s puisque toute idéologie s’opposant aux valeurs LGBT’s étant homophobe) qui viennent expliquer à des gosses que l’homosexualité c’est comme être gaucher ... Que c’est la même chose, que c’est pareils, que scientifiquement parlant, c’est naturelle alors que c’est contre la Nature de l’homme... Aussi, il faut le savoir, l’éducation sexuelle " traditionnelle ", celle qu’on avait avant que des LGBT’s viennent été déjà absolument dégueulasse... Je me souviens, qu’à une conférence à laquelle on été obligés d’aller voir, la femme parlait d’éjac faciale quoi... Putain quoi, à des mineurs ! On est dans le registre de la pornographie ! Les filles, avant, cherchaient à savoir comment embrasser ou à se faire aimer d’un garçon... Maintenant ( cf magazine féminin ) c’est comment avoir des belles fesses en faisant de la muscu ou comment faire une fellation ! Et je dis simplement, que tout ce "progrès" est responsable de ce qu’on a aujourd’hui : la banalisation des ces perversités amènent la banalisation des perversions. Et ces gens qui ont planifié l’éducation sexuelle à l’école sont soient des féminismes Luciférienne franc-maçonnes soient des vieux pervers pédophiles... Historiquement, toutes les féministes adhéraient à des religions occultes ( Lucifer’s trust) et étaient favorable au nazisme car favorable à l’avortement des races dites " inférieures ".

      Autrement dit, les pires pervers de l’Histoire, au lieu de fermer leur gueule, se sont battus pour non pas corriger leur comportement mais faire bouger ou détruire la morale... La morale qui doit maintenant s’adapter à tous les penchants de chacun... Soit ce qu’on appelle aujourd’hui la libération sexuelle de pouvoir tendre son cul et tomber en disant " Oh c’est pas de ma faute "... Jeter 200 000 être en devenir, faire passer l’égoïsme sexuel avant la vie même de quelqu’un soit le retour à la barbarie de l’Antiquité, tant aimée de nos élites...


    • #602142
      le 24/11/2013 par Tulipe
      L’école des barbares

      L’oligarchie a fabriqué des Bonobos dans le sillage de la "laïcisation" de la société.



      Je partage votre point de vue ! voici un article passionnant qui met fin à la supercherie de l’homosexualité animale et plus spécialement celle supposée des Bonobos :
      http://www.diatala.org/article-le-m...

      (*merci au modérateur de ne pas tenir compte de mon précédent post non achevé qui a subi un incident technique)


  • #600853
    le 23/11/2013 par NatrixNatrix
    L’école des barbares

    L’education nationale, c’est l’organisation de jeunesses du système, tout comme les Jeunesses Hitlériennes étaient l’organisation de jeunesses du National-Socialisme Allemand.
    On y apprend aux jeunes-enfants et adolescents-à entrer dans ce système de dégénérés, on leur apprend la consommation, la perversion sexuelle et on leur apprend à ne plus avoir de tabous.
    On leur apprend le gender, on augmente leur durée d’exposition intellectuelle à toutes ces conneries grâce aux nouveaux rythmes scolaires, on leur apprend tout ce qu’il faut penser, on leur apprend à ne surtout pas critiquer le peuple élu et à ne surtout pas remettre en cause la thèse officielle de l’Allemagne Hitlérienne, et on leur apprend que les travestis, les homos et les prostituées sont aussi normaux que les autres.
    Tout ce que je dis est avéré, ce n’est pas une exagération mais la stricte réalité, sans aucune imprécision ou invention.


  • #601462
    le 24/11/2013 par david
    L’école des barbares

    A tous ceux et celles qui ont osés franchir le pas de faire des gosses dans un milieu si hostile
    et qui se pose (un peu tard) avec anxiété le problème de leur instruction (pas éducation la c’est vous).

    Il y a la mise au point de la Khan (rigolez pas, essayez) Academy, qui vient des states, des cours en tout genre sur le net.
    Françisé par biblio sans frontières en partenariat avec Orange (bon je sais on s’en fout à moitier)
    http://lecollectif.orange.fr/articl...
    article dessus
    http://www.la-croix.com/Culture/Act...
    Surveillez si pas de cours de soah par trop chelou quand même ...

    Si j’avais des gosses, ce serait :
    * avec une solution du style
    * puis une activité extra scolaire avec d’autres gosses pour les aérer
    * puis des lecons de chose, un peu nature

    Bon courage, pour un projet de 20 ans si ce n’est d’une vie, si tout va bien ...


  • #603080
    le 25/11/2013 par x
    L’école des barbares

    perso, si j’ai un bon souvenir de mes années primaires (je me faisais surtout chier, mais les gens étaient gentils, et n’emmerdaient pas le rêveur que j’étais),

    a partir du collège, cela s’est dégradé,

    quand au lycée, c’était l’enfer,

    mais attention, je tiens a préciser que les pires enfoirés que j’ai pu croiser étaient tous des bobo antifas bien blancs, ou des "vieux wesh des années 50" en mode "blouson noirs",

    les mecs des cités foutaient la merde, mais ils avaient le mérite d’être francs et de ne pas faire des coups dans le dos... y avait deux catégories : les clowns, qui étaient sympathiques et mettaient de l’ambiance, des paumés, malheureusement influençables,
    et les racailles dealers et Cie

    Honnêtement, j’hésite a fonder une famille quand je vois le monde de merde où l’on se trouve... (même si je sais que c’est facile a dire quand on est célibataire mais dur a mettre en pratique avec la femme qu’on aime)

    Après, j’espère m’être mépris, et que ma pensée n’est imprégnée de pessimisme qu’en raison du fait que je sois mal tombé...

    Des cons et des dégénérés, y en a toujours eu et y en aura toujours, faut faire avec, dans le fond je les plains, je n’aimerais pas leur ressembler


  • #603838
    le 26/11/2013 par Mojo Risin
    L’école des barbares

    Je vous présente mes respects madame Sigaut.

    Je commence une bio sur le père d’Alexandre Dumas. Un géant noir né en esclavage, devenu général et à qui la France sans mémoire doit, entre autres, d’avoir annexé sa partie des Alpes. Détail qu’ignorent les professeurs de l’éducation nationale. Soit quand ils emmènent nos mômes en classe de neige. Soit quand ils vont y prendre leurs vacances. Moi, j’ai pas les moyens. Mais ma gosse ne grandira pas dans leur connerie. Et quand elle skiera, elle saura à qui elle le doit. Et via les aventures de Monte-Christo, elle saura se méfier de certaines "élites".

    Je termine ce bouquin et je m’attaque à vos œuvres.

     

    • #606466
      le 28/11/2013 par Mojo Risin
      L’école des barbares

      Et merde... J’en suis aux premières pages. Un chapitre titré Le Code Noir. Comme de bien entendu, pas un mot sur l’article 1 dudit code. Bon, le bonhomme à qui est consacré l’ouvrage est passionnant mais si tout est biaisé, falsifié et indiscutable faut pas s’étonner que l’Education Nationale se sente à l’aise pour délirer.
      Bon, je poursuis ma lecture. Parce que tout de suite après, je veux relire Monte-Christo à voix haute avec ma fille. Chacun un chapitre.

      Edmond Dantes : le gastronome du plat qui se mange froid.


  • #604764
    le 26/11/2013 par pré indoeuropéen
    L’école des barbares

    Madame Sigaut,

    Je suis enseignant et lecteur du site de Monsieur Soral. Comme quoi...
    Je pense que vous tenez des propos outranciers et insultants. Les enseignants sont donc des pervers sodomites apologues de l’homosexualité et de la violence ? Des Jean-Foutre qui n’enseignent rien aux enfants ? Qui les laissent mourir dans les cours de récréation ?
    Vous nous insultez Madame.
    Quand je vous lis, je comprends mieux comment nous sommes devenus le réceptacle de toutes les frustrations d’une société qui va très mal et en rejette la responsabilité sur l’école. Nous ne sommes pas responsables de la télé poubelle devant laquelle vos enfants sont assis plusieurs heures par jour. Nous ne sommes pas responsables de la médiocrité des sites internet qu’ils visitent, des jeux vidéos détestables avec lesquels ils jouent, de la démission des parents qui nous demandent d’éduquer leur progéniture à leur place. Nous ne sommes pas responsables des politiques, de droite comme de gauche, qui nous fragilisent depuis des décennies à coup de réformes incessantes et de "pédagogisme" post soixante-huitard élaboré par des spécialistes qui n’ont pas vu un élève depuis des décennies, quand ils en ont vu un une seule fois dans leur vie d’ailleurs. Nous ne sommes pas responsables de ces ministres qui veulent tous laisser leur crotte et nous empêchent de travailler sereinement.
    Alors, au lieu de tirer sur l’ambulance et de permettre à tous ces gens qui commentent ici de déverser le fiel de leur impuissance ou de leurs échecs personnels ou de leur ressentiment d’ex cancres, soutenez-nous donc un peu et cessez de nous cracher dessus.
    Venez donc dans une salle des profs pour écouter ce qui s’y dit. Venez entendre notre désarroi face à cette vindicte dont vous êtes une parfaite représentante.
    Nos syndicats sont nuls, notre hiérarchie nous laisse tomber dès qu’il y a le moindre problème. Nous n’avons presque plus le droit de punir, bientôt plus le droit de noter. Notre parole n’est plus entendue dans les conseils de classe. Les associations de parents d’élèves viennent nous expliquer comment faire notre métier. Moi, quand je reçois un papa garagiste, je ne me sens pas obligé de lui donner un cours de mécanique. Quand je punis un élève, je m’attends toujours à voir le papa et/ou la maman débarquer pour contester la sanction et me donner tort face au rejeton, quand ce n’est pas ma propre administration qui me décrédibilise.
    Alors, au lieu de crier avec les loups, soutenez-nous !

     

    • #606059
      le 27/11/2013 par Marion Sigaut
      L’école des barbares

      Auriez-vous l’obligeance de me dire où exactement je rends les professeurs responsables de ce que je dénonce ?
      C’est ahurissant.


    • #606673
      le 28/11/2013 par pré indoeuropéen
      L’école des barbares

      Madame Sigaut,

      "Aujourd’hui ... Les filles doivent avoir couché avec une fille et pas seulement avec un garçon...Par ailleurs, on va s’assurer que les petits garçons auront très vite une notion précise de ce qu’est la sodomie...de la cause homosexuelle...qui viendront leur apprendre à jouir sans entrave dès les cours préparatoires... Non seulement l’école ne veut plus rien enseigner aux gosses à part leur droit de baiser avec tout ce qui bouge sans s’attacher à personne, mais elle n’est même plus à même d’assurer leur sécurité...Des pervers en herbe peuvent, en toute impunité et sous le regard indifférent d’un encadrement totalement amoralisé, persécuter à mort une gosse de treize ans."

      Je ne suis pas un grand exégète mais je sais lire, et même entre les lignes.
      Vous parlez d’abord, dans les 5 premiers paragraphes, d’un âge d’or d’avant 1968, je suppose. Tout y était pour le mieux dans le meilleur des mondes. Je dirais simplement que certaines choses étaient mieux et d’autres moins bien. Moi, les âges d’or supposés, je n’y crois que très moyennement. Je vous dirais qu’on était dans un extrême et qu’on est aujourd’hui dans un autre. Le malheur est que le balancier ne s’arrête jamais au juste milieu.
      Je n’ai jamais vu un militant d’aucune association gay venir faire la promotion de l’homosexualité dans aucun des établissements où j’ai travaillé. S’il y a des exceptions, cela reste des exceptions regrettables.
      Qui est cet encadrement totalement amoralisé dont vous parlez ? Nous les profs je suppose, ou bien vous êtes très maladroite dans vos propos. Je persiste et signe donc, je trouve ce que vous écrivez totalement scandaleux, outrancier et insultant.
      Quant au privé, que vous nommez sans le nommer, j’y ai passé 7 années de la 6ème à la terminale, chez les Dominicains. Je peux vous assurer que la plupart des profs n’étaient pas des aigles et que beaucoup de mes camarades étaient, comme moi, fils et filles de bourgeois qui s’étaient fait virer d’à peu près partout. Enfin, l’éducation à la maison ou hors de l’institution... A part les bobos des villes et les disciples d’ Alexander Sutherland Neill, je ne vois pas bien.
      Donc, il conviendrait de modérer vos propos pour ne pas tomber dans la caricature et l’excès qui ne servent pas votre cause ni la nôtre.

      Cordialement.

      Néolithique


    • #607744
      le 28/11/2013 par Marion Sigaut
      L’école des barbares

      Je vous suggère, monsieur, de rédiger un article que vous signerez de votre nom au lieu de gloser de façon anonyme. Sans doute trouverez-vous alors les mots pour déplorer le suicide de Marion Fraisse, 13 ans et soutenir sa mère que l’Education nationale entend faire taire.


    • #608399
      le 29/11/2013 par Ewan
      L’école des barbares

      Suggestion au commentateur “pré indoeuropéen” :

      Ne vous trompez pas de cible : au lieu de taper sur Marion Sigaut, tapez un petit peu sur votre hierarchie. Qu’est-ce qui vous rabaisse le plus : Madame Sigaut qui dit que l’encadrement (le vôtre et celui de vos collègues) est totalement amoralisé, ou votre hiérarchie qui vous oblige à pratiquer un encadrement totalement amoralisé (comme vous en témoignez vous-même) ?


    • #637930
      le 20/12/2013 par sissi
      L’école des barbares

      Excellente analyse de notre métier qui pourrait être le plus beau métier du monde, 32 ans d’enseignement, roulé ma bosse (15 ans Maitre Auxiliaire) alors croyez-moi j’en ai vu et je défends encore ce métier même si actuellement je cherche une autre solution car je ne m’épanouie plus dans mon travail, je suis en ZEP et 50 % de mon cours est consacré à la discipline, à faire respecter les règles à rabâcher rabâcher et j’en passe... Par contre nous avons une excellente principale et c’est cela qui fait toute la différence ( pas carriériste donc les sanctions tombent).
      Cette semaine j’ai découvert que dans la classe où je suis prof principale 3 garçons se masturbaient ( pour rire ) dans 4 cours dont un a éjaculé, gros branle bas de combat et tout s’est réglé en une semaine, le conseil de discipline de l’un d’entre-eux est fixé en janvier. C’est un métier très prenant et difficile et , moi j’essaye de leur ouvrir les yeux au risque de voir des parents débarquer et de me demander ce que je leur raconte mais sachant ce que je sais je ne peux pas leur raconter des bobards. Une fois je leur ai dit " la première chose à faire c’est de jeter votre télé par la fenêtre " réaction "on peut pas vivre sans télé " ben si !!!!


  • Afficher les commentaires suivants