Egalité et Réconciliation
https://www.egaliteetreconciliation.fr/
 
A A A
imprimer

L’essor du Backsourcing

Partie 4, Traduction E&R

L’ajout de composants high-tech à des objets du quotidien rend la production plus compliquée, et cela signifie que la production américaine est plus attrayante, pas seulement parce que les fabricants ont maintenant une technologie brevetée à protégée, mais parce que les travailleurs américains sont plus qualifiés, en moyenne, que leurs homologues chinois. Et le petit bond d’un produit d’une génération à l’autre rend l’alchimie entre les ingénieurs, les spécialistes du marketing et les ouvriers d’autant plus importante.

Une différence essentielle entre l’économie américaine d’aujourd’hui et celle d’il y a 15 ou 20 ans est l’environnement du travail – non seulement les salaires dans les usines, mais le degré de souplesse affiché par les syndicats et les travailleurs. De nombreux observateurs diraient que ces changements reflètent une perte de pouvoir et d’influence des travailleurs, et ils auraient raison. Mais la direction, plus consciente des dangers de délocalisation, est également en train de créer un environnement d’usine différent (et meilleur). Les employés à salaire horaire participent de plus en plus à la prise de décision sur le lieu de travail d’une façon qui ressemble plus à ce que vous trouvez dans des entreprises de cols blancs.

Vers la fin de 2008, Dirk Bowman et Rich Calvaruso, les deux directeurs de la production à l’Appliance Park, cherchaient à remanier l’endroit, désespéré de maintenir cet endroit approprié. Bowman supervise l’ensemble de la production. Il a commencé il y a 29 ans, fraîchement sorti de l’université, en tant que contremaître sur la ligne de lave-vaisselle. Calvaruso a travaillé pendant des années dans la production de GE, et permet maintenant à d’autres personnes de l’Appliance Park d’inventer et de réinventer leur travail sur les chaînes de montage.

« La chaine de lave-vaisselle était extrêmement longue », dit Bowman. « Elle allait de l’arrière de l’usine à l’avant, et inversement. C’était très bruyant. C’était très cher – chaque opérateur était entouré de pièces, de pas mal de stocks. Il s’agissait d’une opération de contrôle à distance. » C’était le genre d’opérations que les entreprises chinoises pouvaient facilement supplanter, et le genre d’opérations que les patrons d’usines aux États-Unis étaient contents de sous-traiter.

Bowman et Calvaruso connaissaient tous deux les techniques du « lean manufacturing » : le modèle de gestion d’usine inventé par Toyota selon lequel tout le monde a son mot à dire dans la critique et l’amélioration de la façon dont le travail se fait, en mettant l’accent sur l’élimination des gaspillages. Le lean management n’est pas un concept nouveau, mais mise a part pour la fabrication de voitures, il n’est jamais devenu populaire aux États-Unis. Il nécessite un esprit d’autocritique sans relâche, ouvert et collégial – aussi bien chez les travailleurs que chez les patrons –, un état d’esprit difficile à créer et à maintenir.

En termes simples, une ligne d’assemblage est une manière d’assembler des pièces pour fabriquer un produit. La « lean production » est une manière d’assembler la chaîne de montage elle-même de façon à ce que le travail soit aussi facile et efficace que possible.

« Nous avons pensé : “On doit essayer quelque chose de nouveau” », dit Bowman. « “Nous devons être compétitifs.” » Calvaruso à mit sur pied un groupe qui comprenait des employés à salaire horaire et il leur a demandé de réimaginer la chaine de montage des lave-vaisselles. Le groupe a reçu cette garantie essentielle : quel que soit le résultat du rendement, « personne ne perdra son emploi à cause du lean ».

Ainsi, l’équipe des lave-vaisselles a refait sa propre chaîne de montage. Elle a éliminé 35 pour cent du travail.

Qu’est-il arrivé aux travailleurs que la chaine de montage n’avait plus besoin ? Bowman et Calvaruso ont créé une autre équipe et leur ont demandé de choisir une pièce du lave-vaisselle qu’Appliance Park devrait, selon eux, recommencer à fabriquer eux-mêmes. L’équipe a choisi le panneau supérieur de la porte – les gens de l’Appliance Park l’appellent « l’écusson du lave-vaisselle ». C’est la partie que vous utilisez pour ouvrir et fermer le lave-vaisselle, la partie ou se trouvent toutes les commandes et les boutons.

« Il s’agit d’une pièce de grande communication avec le consommateur », explique Bowman. « Nous voulions contrôler la qualité. Nous pouvons livrer plus facilement ici. Et nous avons effectivement pensé que nous pourrions le faire pour moins cher.  » Et maintenant, ils le font.

C’est ainsi que le cycle de sous-traitance commence à tourner. Une fois que vous commencez à faire le produit lui-même, vous avez envie de fabriquer les pièces aussi.

Rebondir sur le sujet avec Kontre Kulture :

 



Article ancien.
Les commentaires sont désactivés



Alerter

3 Commentaires

AVERTISSEMENT !

Eu égard au climat délétère actuel, nous ne validerons plus aucun commentaire ne respectant pas de manière stricte la charte E&R :

- Aucun message à caractère raciste ou contrevenant à la loi
- Aucun appel à la violence ou à la haine, ni d'insultes
- Commentaire rédigé en bon français et sans fautes d'orthographe

Quoi qu'il advienne, les modérateurs n'auront en aucune manière à justifier leurs décisions.

Tous les commentaires appartiennent à leurs auteurs respectifs et ne sauraient engager la responsabilité de l'association Egalité & Réconciliation ou ses représentants.

  • #373826
    le 02/04/2013 par Oscar
    L’essor du Backsourcing

    La plupart des journalistes et des penseurs viennent des sciences humaines et ne s’intéressent ni aux sciences dures, ni a la technique. Par conséquent il y a un biais cognitif qui empêche ces gens de voir une partie du problème. L’explication de la reindustrialisation des etats-unis sans creation d’emploi est pourtant simple : le cout des robots américains baissent et le cout des salaires chinois augmente. Le phénomène va donc s’accélérer. En conséquence de quoi, les 1% qui maitrisent les capitaux et les ingénieries financières, juridiques et publicitaires vont s’enrichir et le peuple va s’appauvrir parçe que le travail disparait. Depuis 2007, le revenu médian a baisse de 7% aux USA. Entre 2000 et 2007, il avait baisse de 8%. D’ou le recours a l’endettement pour maintenir le niveau de vie. Parallèlement, le niveau de vie des plus riches explose et seuls deux secteurs d’activité fonctionnent, le luxe et le low cost avec la disparition de la classe moyenne. Le maquillage des chiffres du chômage, les emplois inutiles et l’obsolescence programmée n’y changent rien : l’emploi est tout simplement en train de disparaitre et le phénomène s’accélère avec les gains de productivité des logiçiels et des robots. Les techniques de communication avaient permis la mondialisation et les techniques d’intelligence artificielle et de robot entrainent la reindustrialisation avec disparition des emplois. Il ne faut pas se tromper, la politique dépend de l’économie qui dépend de la technique. Ce sont le moteur a explosion, l’informatique et les autrestechnologies qui changent le monde bien plus que l’économie et les idéologies (même si évidemment les trois s’influencent mais les penseurs, par ego, ont généralement passe leur temps a valoriser l’importance de leur domaine, c’est a dire celui des idéologies et ont systématiquement néglige et méprise l’influence de la technique a quelques exceptions près) Les penseurs et les politiques issuent de formation littéraire sont mal places pour le reconnaitre mais c’est comme ça.

     

    • #374156
      le 02/04/2013 par Atlantis
      L’essor du Backsourcing

      entièrement d’accord avec vous. ceci dit, avec la raréfaction de l’énergie bon marché (qui a commencé depuis qu’on est en crise "économique" mais chuuuut) on approche du point d’inflexion à partir duquel l’instabilité va être telle que tout peut advenir. gare alors aux oisifs/peu compétents (avec des compétences réelles, pas les prétendues d’un politique ou d’un avocat)


  • #374540
    le 03/04/2013 par Oscar
    L’essor du Backsourcing

    Pour ce qui est de l’énergie, je suis de l’avis de cet immense entrepreneur qui est Elon Musk et qui a déjà révolutionne internet, la finance, l’automobile, l’espace et l’énergie a 40 ans. Cet avis est le suivant : les capacités des cellules photovoltaïques suivent une progression géométrique (comme la loi de Moore des ordinateurs) et leur puissance est donc multipliée par deux tous les ans donc par 1000 tous les dix ans. Et de la même manière que le patron d’ibm disait dans les annees 60 qu’il y aurait au mieux quelques 3/4 ordinateurs d’ici plusieurs siècles, nous sommes en train de sous-estimer le potentiel de l’énergie solaire. Je pense que,l’énergie solaire si elle suit sa progression, et il,semblerait que cela soit possible, va exploser dans la prochaine décennie, dans les annees 20. Bien sur, il ne s’agit que d’une intuition. Élon Musk propose déjà une solution intéressante aux n USA. Son entreprise paye l’installation de l’électricité ( des panneaux solaires) chez les particuliers et ensuite les particuliers paye l’électricité a l’entreprise de Musk. Mais lui s’engage a ce que le prix de l’électricité paye par le client soit moins cher que l’edf américain. Autrement dit le client ne fait que gagner de l’argent sans aucun risque.