Egalité et Réconciliation
https://www.egaliteetreconciliation.fr/
 
A A A
imprimer

L’histoire complète de la chute du F4 turc

Un officier de la marine syrienne a révélé au site Syria Politic, les dessous de la chute du F4 turc.

Violation de l’espace aérien à deux reprises

« Les avions turcs ont violé une première fois l’espace aérien syrien le 21-6-2012 au dessus de la région de « Badroussia » (Lattaquié). Mais ils ont été contraints à rebrousser chemin après que les mitrailleurs anti-aérien sont entrée en action », raconte l’officier syrien qui a requis l’anonymat.

Et de poursuivre : « Les mêmes appareils ont franchi l’espace aérien le jour de l’incident (22-6-2012) au dessus de la région de Ras el-Bassit (Lattaquié). Ils ont été visés et touchés directement par les mitrailleurs de l’armée syrienne, vu qu’ils survolaient les eaux syriennes à 50 m d’altitude ».

« Le commandement de l’armée a peu après ordonné un cessez-le-feu total. Et puis, dans un acte de provocation, un drone est venu survoler à basse altitude la position militaire à partir de laquelle l’avion a été abattu ».

Confusions dans les déclarations turques

  • Dans les eaux syriennes ou pas

Côté turc, la confusion bat son plein.

Dimanche, le ministre turc des Affaires étrangères Ahmet Davutoglu a reconnu que l’avion de type F4 Phantom était entré momentanément dans l’espace aérien syrien. Il a aussi prétendu qu’il a été abattu sans avertissement préalable de la part les Syriens lorsqu’il est retourné de nouveau dans l’espace aérien international !

Ces propos contredisent ceux du porte-parole du ministère turc des Affaires étrangères, Selçuk Ünal, qui a déclaré que son pays "sait dans quelle zone des eaux syriennes notre appareil s’est abîmé, mais nous n’avons pas encore pu le retrouver".

Cette déclaration prouve que l’appareil, (en mission d’entraînement selon Ankara), a été abattu au dessus des eaux syriennes.

Samedi, le chef de l’Etat turc Abdullah Gül avait reconnu que l’avion militaire turc aurait momentanément pu violer l’espace syrien en raison selon lui « de sa grande vitesse ».

  • Excuses de Damas

Même la réaction des autorités syriennes a été contradictoirement reflétée par les dirigeants turcs. Vendredi, le premier ministre turc, Recep Erdogan avait rapporté à des journalistes qui l’accompagnaient dans sa visite au Brésil, que Damas avait présenté des excuses à Ankara.

Mais le chef du gouvernement avait refusé de confirmer, le même jour, ces propos, se retranchant derrière un manque de "renseignements catégoriques".

  • Le type de l’avion

La confusion régnait elle aussi sur le type de l’avion abattu. Bien que les agences de presse et les médias turcs aient parlé d’un F-4 Phantom, un type de chasseur, le vice-Premier ministre turc Bulent Arinc, a prétendu qu’il s’agissait d’un appareil de reconnaissance.

Quant à Davutoglu, il a rapporté que le F4, « non armé », n’était pas en mission d’espionnage, mais réalisait un exercice de rodage et de test du système de radar turc.

  • Le sort des pilotes

Pour ce qui est du sort des deux pilotes, les dirigeants turcs, dont à leur tête Erdogan, avaient affirmé en premier lieu qu’ils étaient vivants. Or, dimanche le porte-parole du ministère turc des Affaires étrangères a déclaré que l’épave a été localisée dans une zone à 1.300 mètres de profondeur dans la méditerranée, mais on ignore si les deux pilotes du F-4 turc, introuvables jusqu’à présent, ont pu s’éjecter.

Cependant, des sources citées par le site Syria Politic révèlent que les deux pilotes seraient morts, et des restes de leurs corps auraient été retrouvés par les équipes de sauvetage.

Pas d’intervention turque

Pour l’expert libanais dans le dossier turc, Mohammad Noureddine, la Turquie est loin de riposter militairement contre Damas, « faute d’arguments juridiques, vu que le chef d’état turc a reconnu en personne que le F4 a franchi l’espace aérien de la Syrie ».

Noureddine a également cité les déclarations d’un haut responsable turc au quotidien « Milliyet » selon lequel « Ankara ne partira pas en guerre, malgré l’agression dangereuse ».

Et de poursuivre, « Erdogan ne pourra pas prendre une décision de déclencher unilatéralement une guerre qui effraye les Turcs avant les autres ».

Le F-4 turc abattu testait pour l’Otan la défense antiaérienne syrienne

Le F-4 Phantom turc abattu vendredi testait la défense antiaérienne syrienne pour le compte de l’Otan et sa destruction a montré l’efficacité des systèmes russes dont est équipée la Syrie, estimaient des experts spécialisés russes cités lundi par l’agence d’Etat Ria Novosti.

L’agence Ria Novosti affirme de son côté, citant l’expert Saïd Aminov, que le vol visait "selon toute probabilité à tester les systèmes de DCA syriens dans le but de mettre au jour ses éléments".

"L’avion volait à basse altitude, et c’est un des éléments clés de la violation de tout système de défense antiaérienne", ajoute Ria Novosti, citant M. Aminov, qui dirige le site spécialisé "Vestnik PVO" (Les nouvelles de la DCA).

Une opinion partagée selon Ria Novosti par l’expert russe Igor Korotchenko, du Centre d’analyse des ventes d’armes internationales.

Le but probable de la mission était "de forcer les moyens de visée des batteries syriennes à se déclencher, d’activer les stations radar, et peut-être de provoquer leur basculement en régime de combat", indique l’agence, citant M. Korotchenko.

"La Turquie est membre de l’Otan, où se pratique l’échange de données de reconnaissance avec les autres membres de l’alliance, et mène une activité de renseignement radio-électronique active autour de la Syrie", ajoute Ria Novosti citant cet expert.

L’incident "témoigne de l’efficacité de la DCA syrienne, dont la base est constituée de batteries de moyenne portée de production russe Buk-M2E, Petchora-2M et de systèmes de DCA Pantsir-S1", poursuit par ailleurs l’agence, citant Saïd Aminov.

Makdessi réfute les mensonges turcs

Cité par l’AFP, le porte-parole du ministère syrien des Affaires étrangères, Jihad Makdessi a indiqué lors d’une conférence de presse que cette conférence a été organisée pour "réfuter tous les mensonges" colportés par les médias arabes et occidentaux et les responsables turcs.

Damas a réaffirmé que l’avion de chasse turc abattu vendredi par la Syrie avait "violé la souveraineté syrienne".

"Les défenses aériennes syriennes ont riposté et (l’appareil) s’est abîmé à l’intérieur des eaux territoriales syriennes. Ce qui s’est passé est une violation flagrante de la souveraineté syrienne", a déclaré Makdessi.

Et pour étayer ses accusations, le responsable syrien assure que "c’est un canon mitrailleur anti-aérien qui a fait tomber l’avion turc, et il n’y a pas de radar dans cette arme", a-t-il dit.

Signe que l’appareil turc était à proximité du large syrien.

Les débris remis aux parties turques

Les débris de l’avion remis dimanche aux parties turques "prouvent que l’appareil a été abattu par un canon mitrailleur" dont la portée est de deux kilomètres et demi, affirme le responsable.

Les eaux syriennes sacrées

S’agissant de la réunion de l’alliance, M. Makdessi a mis en garde les pays de l’Otan qui doivent se réunir mardi à Bruxelles, à la demande d’Ankara pour discuter de l’incident.

"Si la réunion vise à calmer la situation (...), nous leur souhaitons bonne chance. Mais si l’objectif est une agression, nous leur disons que le territoire, l’espace aérien et les eaux syriens sont sacrés pour l’armée syrienne, tout comme le terriroire turc (...) est sacré pour l’armée turque", a-t-il affirmé.

Le responsable syrien a accusé le ministre turc des Affaires étrangères Ahmet Davutoglu d’avoir donné "une version contraire à la réalité" de l’incident.

Mais il a toutefois réaffirmé que la Syrie demeurait "attachée aux relations de bon voisinage avec la Turquie". "Nous n’avons aucune intention belliqueuse envers le peuple et l’Etat turcs".

 



Article ancien.
Les commentaires sont désactivés



Alerter

17 Commentaires

AVERTISSEMENT !

Eu égard au climat délétère actuel, nous ne validerons plus aucun commentaire ne respectant pas de manière stricte la charte E&R :

- Aucun message à caractère raciste ou contrevenant à la loi
- Aucun appel à la violence ou à la haine, ni d'insultes
- Commentaire rédigé en bon français et sans fautes d'orthographe

Quoi qu'il advienne, les modérateurs n'auront en aucune manière à justifier leurs décisions.

Tous les commentaires appartiennent à leurs auteurs respectifs et ne sauraient engager la responsabilité de l'association Egalité & Réconciliation ou ses représentants.

  • #175497

    McDonnell Douglas F-4 Phantom II

    Conçu par McDonnell à partir de 1953, le F-4 Phantom II1 est l’un des avions militaires américains les plus importants du XXe siècle et l’avion de combat occidental ayant été le plus produit depuis la Guerre de Corée : le 5 195e et dernier exemplaire a été livré en 1981, après plus de 20 ans de production ininterrompue.

    C’est l’un des très rares avions à avoir été utilisé simultanément par l’US Air Force, l’US Navy et l’US Marine Corps, ainsi que par les deux patrouilles acrobatiques des Blue Angels (US Navy) et des Thunderbirds (US Air Force).


  • #175498

    Je comprends vraiment pas...
    Tu violes l’espace aérien d’un pays souverain avec des avions de guerre => ils se font dégommés.
    En quoi la Turquie a un prétexte de casus belli dans la mesure ou elle est totalement fautive.

     

    • #175671

      Je comprends vraiment pas...
      Tu violes l’espace aérien d’un pays souverain avec des avions de guerre => ils se font dégommés.



      on pourrait appliquer ca aux sous marins anglais qui rodent dans les eaux des cotes Bretonnes et Normandes...


    • #176157

      Ce serait pas mal, je vote pour, tant qu’a sombrer dans le chaos, autant le faire avec dignité.


    • #176199

      D’accord avec Jojo.
      Traçons un grand quadrillage au dessus de la manche et organisons une grande partie de touché-coulé.

      Je commence avec B5.


  • #175502

    Bon, maintenant, on a plus qu’à faire confiance aux médias intègres pour orienter le sujet vers la prochaine étape : Guerre ou pas guerre ! Après s’être assuré de désigner la vraie victime et le vrai coupable !


  • #175514

    La suspicion est grande aussi de considérer l’utilisation d’un avion téléguidé. Ça expliquerait la difficulté pour trouver les pilotes.

    http://lvb-research.blogspot.be/201...

     

    • #175800

      C’est exactement ce que je pensais, d’autant plus qu’il n’était guère difficile de convaincre les Turcs si ça ne leur coûte ni appareil ni hommes.


  • #175524

    Et bam les autorités turques annoncent qu’un autre appareil vient d’etre abattu lors des opérations de recherche du précédent aéronef. Ca sent vraiment mauvais..ont attend les résultats de la réunion de demain.


  • #175527

    et alors ? est ce que c’est l qui est important dans ce qui vient de se passer ? moi je crois
    plutot que ce sont les suites que donnera l’otan . j’ai un parti pris qui me fais plutot croire ce que dit la partie syrienne que ce que dit la partie turque ,je sais pas pourquoi pt’etre parce que justement la turquie est membre de l’otan ... dans les conflits entre nations tres souvent l’agresseur cherche un pretexte et une legitimité pour declencher la guerre . ce f4 vient grandir la liste des casus belli fabriqués. mais c’est quand meme pas les attentats du 11septembre alors est ce que ca va se degonfler et juste etre exploité mediatiquement ou bien est ce la premiere provocation d’une serie ayant pour but d’obliger l’otan a intervenir directement .


  • #175548

    J’espère que le capitalisme des monopoles sait maintenant à quoi s’en tenir. Le droit international, fondé sur le respect de la souveraineté des nations ne se laissera pas compter. Néanmoins, une question me vient à l’esprit : combien sont ceux qui pourront avoir la force spirituelle d’éviter de tomber dans le piège que décrit très S. Hundington dont A. Soral a essayé le prolongement de la réflexion ?

    Derrière l’agression dont est victime la Syrie et dont la Cote d’Ivoire de Gbagbo et la libye furent les premières victimes se cache la confrontation de deux visions du monde : capitalisme des monopoles contre souveraineté.
    Combien d’entre nous ne succomberont pas aux sirènes du nationalisme nazifiant que chanteront les oligarchies prédatrices occidentales quand elles se verront entrain de perdre le combat ?

    Merci à la Syrie. Et vive la liberté et l’émancipation des peuples libres.


  • #175769

    Encore une fois, vu que la Turquie est ouvertement hostile à Damas et entraîne des opposants armés, qu’un de ses appareils survole l’espace syrien c’est un acte de guerre.

    Je ne vois pas ce que viennnent faire les règles internationales d’interception applicables en temps de paix dans cette histoire


  • #176025

    Quelques exemples de la prostitution de l ’état turc depuis 1945 : la participation à la guerre de Corée ; le soutient des USA lors de la guerre froide ;la déstabilisation de l’URSS en soutenant les pays turcophones ;plutôt la liberté des "esclaves turcs"(esir türkler)de l’Asie centrale que la liberté des Palestiniens ; participation au dépècement de la Yougoslavie ; le prolongement des accords militaires , par Erbakan, avec Israel et les USA (opération Provide Comfort)en 1996 ;soutient de la Géorgie lors du conflit de l’Ossétie du sud en 2008 ; soutient des Ouïgours en 2009 contre la Chine ... de plus dès 2004 Erdogan a explicitement dit que la Turquie avait une mission ,celle d’appliquer "le projet du grand-moyen orient" !
    La question qu’on aimerait se poser est la suivante : A quand la justice immanente ?Quand est-ce que ce pays crasse,souillé depuis des années par la liqueur séminal éjaculée par son proxénète états-unien, à force de balader sa langue vérolée sur l’organe turgescent de l’impérialisme sidaïque, va-il payer pour ses errements de goton ?


  • #176074

    En meme temps, les syriens ne peuvent pas trop parler vu que les turcs fournissent de l’electricite et qu’ils ont la main forte sur les eaux qui arrivent en Syrie ( Euphrate, etc...).
    L’empire ottoman est en marche et le sultan Merdogan joue son role aussi bien pour les interets belliqueux et coloniaux de son pays et les Vieux empires coloniaux et imperialistes et autres objets du systeme sioniste qui a pour centre une entite etablie en Palestine qui espere en tirer son epingle du jeu.

     

  • #176197

    Si je ne m’abuse, mais c’est à vérifier, les eaux territoriales couvrent quelque chose comme 12 miles nautiques, ça doit faire une vingtaine de kilomètres, ou pas loin.

    Hors, si l’appareil a bien été abattu par un canon d’une portée de 2500 mètres (depuis la côte ?), prétendre qu’il aurait "momentanément violé l’espace aérien", c’est du foutage de gueule.

    Pour ma part, j’ose espérer que si un appareil inconnu ou potentiellement hostile s’approchait trop des côtes Françaises, notre armée l’abattrait vite fait bien fait. Et j’applaudirais. Après tout, c’est pas des manières !

    De plus, même le commun des mortels sait, à voir trop de James Bond, que voler en rase-motte est typiquement une manœuvre volontaire pour esquiver les radars.

    Donc s’il a voulu trop s’approcher des côtes, s’il a voulu passer sous les radars, et si il a prit un pruneau dans le cul, c’est bien fait pour sa gueule.


  • #176670

    Mon message s’adresse au premier ministre turque, et je pèse bien mes mots : lorsque Israël vous présentera ses excuses pour l’assassinat des 9 turcs de la flottille, à ce moment la là Syrie sera prête avoués présenter ses excuses même si la Syrie est dans son droit de défendre la sécurité et l’intégralité de son territoire.


Afficher les commentaires suivants