Egalité et Réconciliation
https://www.egaliteetreconciliation.fr/
 

L’incroyable pacte entre sionistes et nazis dans l’entre-deux-guerres

« Chaïm Arlosoroff, directeur du département politique de l’Agence juive et proche collaborateur de Ben Gourion, a effectué un voyage en Allemagne au mois de juin 1933. Ami d’enfance de la femme de Goebbels, Chaïm Arlosoroff a probablement joué de ses relations pour préparer le terrain de la négociation. À peine rentré en Palestine, plusieurs semaines avant que l’accord ne soit signé, il fut accusé par un journal de s’être “roulé aux pieds d’Hitler” et assassiné, le même jour, sur une plage de Tel-Aviv. »

Tom Segev, historien israélien, in Le Septième Million. Les Israéliens et le Génocide

 

Dans l’avant propos de son livre Le Pacte germano-sioniste, Jean-Claude Valla écrit :

« Dans aucun manuel d’histoire vous ne trouverez mention d’un pacte germano-sioniste. Seuls quelques livres spécialisés, pour la plupart anglo-saxons ou israéliens, évoquent la réunion du 7 août 1933 au ministère allemand de l’Économie, au cours de laquelle des représentants de l’Agence juive et de l’Organisation sioniste mondiale ont signé avec de hauts fonctionnaires du Reich ce que l’on a appelé pudiquement l’accord de la haavara (du mot hébreu haavara qui signifie : transfert). »

De quoi s’agissait-il ?

« (…) d’organiser le transfert vers la Palestine de capitaux que les Juifs allemands, candidats à l’émigration, souhaitaient emporter avec eux. Cet accord technique, nous le verrons, ne fut que le premier acte d’une étroite collaboration et joua un rôle décisif dans le développement économique de cette région sous-développée qu’était la Palestine. »

Cette collaboration inimaginable pour beaucoup de nos contemporains est pourtant confirmée par l’historien israélien Eliahu Ben Elissar :

« Personne ne connaît et sans doute ne pourra jamais déterminer avec précision ni la date où fut prise la décision fatale d’exterminer physiquement les Juifs ni les circonstances réelles dans lesquelles elle intervint. Tout cependant tend à prouver que bien après son accession au pouvoir, le Führer poursuivait encore une politique qui ne devait pas obligatoirement déboucher sur une issue de cette nature. »

Et Jean-Claude Valla d’indiquer :

« La gêne des historiens à évoquer librement cette affaire tient au fait que la Shoah occupe aujourd’hui une place considérable dans les esprits et que cette hypertrophie de la Mémoire déforme complètement la vision que l’on peut avoir des événements qui ont précédé la Seconde Guerre mondiale. Si la Shoah est “indicible” comme certains le prétendent, il devient presque impensable de dire que des sionistes ont collaboré avec le IIIe Reich. »

C’est ce que l’auteur démontre pourtant dans son livre Le Pacte germano-sioniste (7 août 1933) (éditions Dualpha, Collection « Les Cahiers Libres d’Histoire ») dont le titre est un clin d’œil au pacte germano-soviétique du 23 août 1939 :

« Dans un cas comme dans l’autre, nous avons affaire à des ennemis jurés qui jugent plus profitable de s’entendre, peut-être parce que, au-delà d’une convergence momentanée d’intérêts, ils présentent plus de caractéristiques communes qu’on ne le croit. Entre le national-socialisme et le sionisme, les similitudes abondent également, d’autant plus frappantes qu’elles prennent souvent la forme d’une convergence idéologique. Mais la comparaison entre les deux pactes s’arrête là. Ils n’ont pas eu les mêmes conséquences pour la bonne raison que les sionistes de Palestine, peu nombreux et encore sous tutelle britannique, n’avaient pas dans le monde le même poids ni la même influence que les communistes russes. En signant un pacte de non-agression avec Staline, Hitler a réussi à neutraliser momentanément l’Internationale communiste, voire même à la faire travailler à son profit, notamment en France par le sabotage de l’effort de guerre, tandis que son accord de collaboration avec les sionistes, qui ne représentaient alors qu’eux-mêmes, n’a en rien désarmé l’hostilité de la communauté juive internationale à l’égard du IIIe Reich. »

Jean-Claude Valla, (1944-2010) a été le premier directeur de la rédaction du Figaro Magazine et l’auteur de nombreux livres d’histoire. De même, il fut le directeur de Magazine Hebdo (1983-1985) avant de diriger La Lettre de Magazine Hebdo. Ancien collaborateur d’Historia, d’Historama, du Miroir de l’histoire et d’Enquête sur l’histoire, il collaborait depuis 2002 à la Nouvelle Revue d’histoire de Dominique Venner. Il fut président d’honneur du Comité français des fils et filles de victimes des bombardements de la Seconde Guerre mondiale (2001-2005).

Ses Cahiers libres d’histoire ont, dès leur parution, rencontré un énorme succès qui ne se dément pas et sont sans cesse réédités.

 

Commander l’ouvrage : francephi.com

Autour du sujet, sur Kontre Kulture :

 



Article ancien.
Les commentaires sont désactivés



Alerter

37 Commentaires

AVERTISSEMENT !

Eu égard au climat délétère actuel, nous ne validerons plus aucun commentaire ne respectant pas de manière stricte la charte E&R :

- Aucun message à caractère raciste ou contrevenant à la loi
- Aucun appel à la violence ou à la haine, ni d'insultes
- Commentaire rédigé en bon français et sans fautes d'orthographe

Quoi qu'il advienne, les modérateurs n'auront en aucune manière à justifier leurs décisions.

Tous les commentaires appartiennent à leurs auteurs respectifs et ne sauraient engager la responsabilité de l'association Egalité & Réconciliation ou ses représentants.

  • cela s’apparente au travail effectué par l’excellent Edwin Black dès le début des années 80 avec son "Contrat de Transfert"...

     

    • En effet ! Il serait de bon ton que Kontre Kulture publie en français le travail d’Edwin Black sur le sujet (The Transfer Agreement), sachant qu’il a fini par être salué (après une tempête médiatique) par le B’nai B’rith itself. Je verrai mal la Licra passer ce livre au pilon. La vérité paie toujours et l’histoire des sionismes est aussi complexe qu’intéressante : par exemple, un Manès Sperber ou un Arthur Koestler sont des personnalités peu connues du sionisme, avec des parcours hétérodoxes. Le sionisme ne se résume pas à deux S(S) (Shamir et Sharon) ou à un messianisme étatique douteux. L’histoire est riche de ces hétérodoxies-là. Loin de l’image victimaire et passive que colporte l’histoire scolaire, il ne faut pas oublier que ces juifs d’Allemagne ont sauvés d’autres juifs à travers ce "pacte avec le diable". Ce qui s’est passé après, une fois l’Etat d’Israël créé, ce sont de bas règlements de compte politiques, et la fabrique d’une histoire officielle, lisse et sans compromis, orthodoxe. Je me sens plus proche de ces juifs qui se sont battus avec les moyens du bord et à qui ont ne saurait, en bonne connaissance du contexte historique, reprocher d’avoir sauvé leur peau, comme d’autres l’ont fait. Plus proche d’eux que de ces abrutis va-t-en-guerre élus à la Knesset. Malheusement, il semble que lorsqu’un peuple devient électeur, il cesse d’être élu.


  • Nous commençons à comprendre, découvrir ou savoir, que toutes les interdictions et la violence autour de la "shoah" par les tenants de l’histoire officielle cachent un ou des secrets honteux. Secrets qui ne permettraient pas de maintenir cet héritage, revendiqué par rav ron chaya : "les bienfaits indiscutables de la shoah pour les juifs".

     

    • Le "secret" de cet "incroyable" pacte, avait été révélé au tout début des années 90 par la revue mensuelle : "Le choc du mois" . Revue qui n’était en vente que dans les quelques rares librairies parisiennes contre-révolutionnaires et que le funeste dentiste Patrick Gaubert (né Goldenberg), patron des cellules de répressions terroristes de la pensée , voulait fermer.

      Il en est ainsi de bien de ces "incroyables" infos que, de remarquables journalistes-écrivains d’investigation avaient mis en lumière, mais qu’une implacable censure avait étouffé . Seuls quelques bienheureux lecteurs ont eu a profité de ces rares lectures de la vraie information. Que de temps perdu, hélas ! Et hommage à nos braves éveilleurs de consciences qui, pour certains, ont perdu la vie ; pour d’autres, d’infinies contraintes que les Soviets si critiqués à l’époque n’avaient rien à nous envier.


  • Le but d’Hitler en 1933 (et sans doute ensuite) n’était pas d’exterminer les Juifs mais de les faire partir d’Allemagne : or les sionistes installés en Israel étaient les premiers intéressés à ce que les Juifs viennent en Palestine . En 1939 la moitié des juifs a déjà quitté l’Allemagne, la guerre aurait-elle éclaté si tous étaient partis entre 1933 et 1939 ?


  • Et encore, il reste bien d’autres choses dérangeantes pour les pleureuses sionistes.
    Le traité de paix voulu par Hitler et refusé par Churchill, soumis comme une larve aux atlantistes, la participation financière des Rothschild et de la couronne anglaise pour la recherche sur la race supérieure, etc...

    Et tout ce qu’on ne sait pas. Merci Gayssot.

     

    • Churchill ne voulait pas la paix avec Hitler. Le deal proposé par Hitler etait qu’il demande la paix aux Anglais pour avoir le champ libre pour attaquer l’URSS. Il faut savoir que Staline et Hitler avaient signés un pacte de non agression. Donc, comment Churchill aurait pu avoir confiance en Hitler qui se torchait l’C.. avec les traités de non agression passés quelques années auparavant avec les Russes. Si Hitler prenait la Russie il aurait eu le champ libre (ou plus puissant du moins) pour se retourner contre l’Angleterre. C’est de ça que Churchill avait peur.
      Que l’on me corrige cordialement si je suis dans l’erreure.


    • Churchill n’avait pas peur de quoi que ce soit, sa volonté de toujours était d’anéantir le peuple allemand et réduire l’Allemagne en ruines, nazis ou pas nazis d’ailleurs, il l’a dit.

      Quant au pacte germano-soviétique, c’est l’URSS qui a violé le pacte en massant ses armées à la frontière, en faisant des préparatifs d’attaque de grande envergure, en faisant du chantage pour obtenir des concessions (bases militaires dans les dardanelles, invasion injustifiée de la Roumanie) pour être mesure d’attaquer l’Europe à pleine puissance dans les mois suivants, etc.


    • Dire que l’histoire officielle est fausse ou fausée n’équivaut pas à en conclure que la contre histoire serait exactement l’opposé.

      Les relations entre pays et hommes politiques, la diplomatie et les guerres sont toujours des zones grises que l’histoire officielle repeint en blanc. Mais ne nous mettons à tout repeindre en noir pour autant !


    • Qu’est ce qui a pu se passer dans la vie de cet ivrogne de CHURCHILL pour qu’il devienne soumis comme ça à la grande secte ?Pourtant en 1920 il était très très clairvoyant lorsqu’il écrivait dans le journal Sunday Herald :
      — -"“Voyez comment en notre temps cette race curieuse a créé un autre système de moralité et de philosophie, rempli d’autant de haine que le Christianisme est rempli d’amour, un système qui, à moins qu’on n’y remédie, renversera tout ce qui a été édifié par le Christianisme. On est impressionné par l’idée que l’Évangile du Christ et la doctrine de l’anti-Christ aient eu pour destin de surgir au sein du même peuple, et que cette race mystérieuse ait été choisie aussi bien comme champ de la Révélation divine, que comme champ de la puissance diabolique. Comme l’a tout récemment si bien prouvé l’auteur Nesta H. Webster, cette conspiration juive a joué un rôle remarquable dans la tragédie de la Révolution Française, elle a suscité tous les mouvements révolutionnaires du 19e siècle, puis elle a soulevé la révolte parmi les déchets de toutes le grandes villes d’Europe et d’Amérique”.


  • Et bien entendu vous pouvez être sûr qu’un silence de mort à ce sujet sera religieusement observé dans la presse (tituée)....


  • Eustace Mullins (historien de la banque) dit dans cette vidéo :
    NAtional socialism + parti ZIoniste mondial = NA-ZI.
    Pourquoi ?
    Grande division dans la communauté juive dans le monde en 1928, les Rothschild (dixit mullins) induisent le judaïsme réformé (état juif avant l’arrivée du messie des juifs)
    Tout un programme...
    Le nazisme aurait entre autre consisté à forcer les juifs antisionistes ou orthodoxes à accepter le sionisme.
    On connait la suite selon les livres d’histoire (toujours réécrits par les vainqueurs)
    Donnons donc la parole aux historiens au lieu de la laisser aux cancres : Fabius + Gayssot, avec cette loi du même nom, imposer leurs paroles.

     

    • #607761
      le 28/11/2013 par Un peu de sérieux les conspis.
      L’incroyable pacte entre sionistes et nazis dans l’entre-deux-guerres

      Eustace mullins pour le coup peut aller se rhabiller ; NAtional SoZIalismus
      National socialisme en allemand. De son nom complet ; Die National Sozialismus Deutsch Arbeiter Partei. NSDAP. Parti national socialiste des travailleurs allemands.


    • Attention, même si son livre sur la réserve fédérale est parfoirs très pertinent, il semble contenir des erreurs.
      Exemple : L’affaire Edith Cadwell, Mullins écrit :
      "Edith Cavell, wrote to the Nursing Mirror in London, April 15, 1915, complaining that the "Belgian Relief" supplies were being shipped to Germany to feed the German army"
      Or le 15 avril 1915 était un jeudi et le Nursing Mirror paraissait le samedi.
      Sur le complot sioniste, Douglas Reed est beucoup plus exact dans ses citations et cela apporte à son livre une force probante incontestable.


    • De toute façon, "nazi" a été un terme péjoratif d’après-guerre.


    • "NAtional SoZIalismus"
      étonnante façon d’associer des syllabes pour un mot-valise.
      (première puis seconde des 2 mots)
      pour construire ce mot = NAZI :
      On fera dire ce que l’on veut au sens des mots, mais cette association n’est pas classique.
      (généralement les premières syllabes ou premières et dernières, ex :
      modem = modulateur+démodulateur ou Courriel= courrier + e-mail )
      "NAtional + SoZIalismus" serait donc un cas d’espèce ?


    • @Un peu de sérieux les conspis.
      Pas la peine de nous faire la leçon, tout le monde connaît ton explication puisque c’est la version officielle.
      Pour ma part je me suis toujours demandé pourquoi on avait pris la deuxième et non pas la première syllabe de "sozialist", je trouvais incompréhensible pourquoi on ne parlait pas de "Naso".

      Cela dit, il me semble pas que les nazis s’appelaient eux-même nazi, j’ai comme l’impression que ce terme correspond à "facho", un terme péjoratif inventé par les alliés pour traiter l’ennemi. J’ai jamais lu ou écouté Hitler mais d’après moi il devait parler du peuple allemand, du Reich et du parti National-Socialiste, ça claque un peu plus que "nous, les nazis".
      _ :)

      Bref quand je suis tombé sur cette vidéo de Mullins il y a quelques années j’ai trouvé ça bizarre, d’autant plus
      qu’après avoir cherché sur le net j’avais trouvé aucune mention de cette appellation Nazional-Zioniste...même si le secret a été bien gardé, c’est étonnant qu’aucun autre "conspirationniste" n’en avait parlé !


    • Eustace Mullins a fait une supposition hasardeuse.

      En réalité, Nazi est l’abréviation de Nationalsozialistische. Point.


  • Rien d’incroyable je trouve...


  • l’athéisme, le communisme, le socialisme, la laïcité et pour en finir le capitalisme ce ne sont que des ingrédients de la recette SIONISME.

     

  • Dans la Palestine sous mandat britannique, en 1940, fut fondé le groupe terroriste LEHI pour lutter contre les rosbifs qui avait interdit toute nouvelle immigration juive, dans leur "Livre Blanc" de mai 1939 . En 1941 ils cherchèrent meme à entrer en contact avec les nazis, ayant le meme adversaire qu’eux : l’Anglais . Les nazis ont décliné leur offre de collaboration, ce qui leur aurait pourtant peut-etre permis de se débarrasser de 250 000 Juifs d’Allemagne et peut-être aussi de ceux des pays qu’ils occupaient, s’ils étaient partis en Palestine . Le thyphus et la famine des camps n’auraient pas entrainé le drame que vous savez .


  • Article très intéressant mais comment dès lors expliquer l’alliance avec le Grand Mufti de Jérusalem Al-Husseini ? La création des SS musulmanes en Bosnie ? La propension de Rommel à avancer dans le désert jusqu’à la Palestine ? La sensibilité-même d’Hitler pour l’Islam ? Il faut avouer que c’est un sujet épineux et complexe...

     


    • Article très intéressant mais comment dès lors expliquer l’alliance avec le Grand Mufti de Jérusalem Al-Husseini ? La création des SS musulmanes en Bosnie ? La propension de Rommel à avancer dans le désert jusqu’à la Palestine ? La sensibilité-même d’Hitler pour l’Islam ? Il faut avouer que c’est un sujet épineux et complexe...



      le parti nazi n’était pas aussi monolithique qu’on le pense sur certains sujets. et même souvent contradictoire. c’est ici le cas sur le sionisme, mais c’était également le cas sur les slaves qu’hitler classait dans les sous hommes et que goering appelait "esclaves pour le reich", tandis qu’alfred rosenberg l’auteur du mythe de 20 ème siècle les consoliderait comme une branche des aryens.

      un extrait de mein kampf :



      La domination du Juif parait maintenant si assurée dans l’Etat qu’il ose non seulement recommencer à se donner ouvertement pour Juif, mais confesser sans réserves ses conceptions ethniques et politiques jusque dans leurs dernières conséquences. Une partie de sa race se reconnaît ouvertement pour un peuple étranger, non sans d’ailleurs commettre un nouveau mensonge. Car lorsque le sionisme cherche à faire croire au reste du monde que la conscience nationale des Juifs trouverait satisfaction dans la création d’un Etat palestinien, les Juifs dupent encore une fois les sots goïmes de la façon la plus patente. Ils n’ont pas du tout l’intention d’édifier en Palestine un Etat juif pour aller s’y fixer ; ils ont simplement en vue d’y établir l’organisation centrale de leur entreprise charlatanesque d’internationalisme universel ; elle serait ainsi douée de droits de souveraineté et soustraite à l’intervention des autres Etats ; elle serait un lieu d’asile pour tous les gredins démasqués et une école supérieure pour les futurs bateleurs.



    • C’est simple mon bonhomme, ça s’appelle l’Histoire…
      La stratégie de 1933 n’est plus la même en 1943. En dix ans, il s’est passé des choses…
      Il faut sortir de ton essentialisme a-historique et commencer à lire Hegel...


    • alliance de circonstance, la palestine etait occupee par les anglais, grignotee par les juifs. Les ennemis de mes ennemis sont mes amis.


    • Conernnant l avancée de Rommel c estait avant tout pour creer une route pour l approvisionnement en petrole.


  • bonjour

    On peut faire confiance au Figaro pour en rajouter inlassablement dans l anti communisme ! ce journal du patronat dit " le sabotage de l’effort de guerre" soi disant des communistes ! et ceux qui préféraient Hitler au front popu , ils ne seraient pas responsables du " sabotage de l’effort de guerre" par hasard ? C est Gamelin lui même général en chef qui l a déclaré devant la commission d enquête formée après guerre pour connaître les raisons de l effondrement militaire , un peu trop rapide ...


  • Pour plus d’info sur ce sujet, on pourra aussi consulter :

    "51 Documents / Zionist Collaboration with the Nazis"
    Edited by Lenni Brenner
    Barricade Books (USA), 2002
    ISBN 1-56980-235-1


  • L’ultra-sioniste Yitzhak Shamir est devenu par deux fois Premier ministre d’Israël bien qu’il ait collaboré avec les nazis (Bibi et d’autres n’en ont pas moins les mains sales). Les sionistes ne sont pas à quelques contradictions près. Ils n’ont que le mot Shoah à la bouche mais ne se gênent pas pour exterminer un peuple et voler sa terre en toute impunité. Imaginons un monde sans sionisme... l’Humanité ne s’en porterait que mieux. Cette idéologie malsaine, raciste et suprémaciste. Beurk !


  • A partir des années 1880 (et même avant ) les Russes et le Allemands avaient une politique de retour des juifs en Palestine, mais c’était délicat car le territoire appartenait aux Ottomans (turques) qui avaient accepté la possibilité aux européens de posséder des terres en territoire ottomans à l’exception des Juifs en Palestine (craignaient un retour massif).


  • les allemands étaient partagés sur cette question .Le projet sioniste de coloniser la Palestine était un moyen pour certains de se débarrasser des juifs sans état d’âme.Ils avaient aussi proposer Madagascar comme solution.Les autorités allemandes étaient pragmatiques.Par ailleurs Hitler était opposé à un foyer national juif en Palestine car cela se ferait au détriment de la pauvre population arabe disait-il entre autres lors d’un discours publique sur la question palestinienne visible sur une vidéo youtube d’ailleurs.

     

    • Il me semble bien avoir vu cette vidéo il y a quelques années mais je ne la retrouve pas. Cette vidéo youtube où le petit moustachu déclare qu’il ne veut pâs de foyer national juif en Palestine pour épargner la population arabe. Est ce que quelqu’un l’aurait retrouvé ? Merci à l’avance.


  • Les ultras nationalistes israéliens Français savent que leur partialité va être découverte et il faudra bien faire attention de ne pas mettre tous les juifs dans le même panier.

    Le plus gros pourcentage de la communauté juive dans le monde sont nos amis, il faut donc les motiver pour qu’ils manifestent contre les ultras.

    Il ne faut pas les oublier pour les protéger de la LDJ, LICRA, CRIF etc.

    Leur donner la parole le plus possible afin qu’il n’y ait aucune confusion


  • les extrêmes se rejoignent...


  • Il me semble avoir lu quelque chose à ce sujet dans "Les mythes fondateurs de la politique israélienne" de Garaudy.


  • salut
    Voici une video rare de Sutton écrivain américain ayant longuement penché sur les liens entre les banquiers de W.S. et les bouleversements qu’à connu le monde ces deux derniers siècles :

    http://www.youtube.com/watch?v=yMk2...

    J’ai dis les banquiers de WALL STREET pas wall street ok.


Afficher les commentaires suivants