Egalité et Réconciliation
https://www.egaliteetreconciliation.fr/
 
A A A
imprimer

L’opposition contrôlée - De Goldstein à Soros et au-delà

Par Gilad Atzmon, une traduction E&R

Le pouvoir juif, c’est la capacité unique de nous empêcher de discuter ou même de contempler sa puissance. C’est la capacité de déterminer les limites du discours politique et de la critique en particulier.

Dans son nouveau livre, Comment la terre d’Isräel fut inventée, l’universitaire israélien Shlomo Sand réussit à présenter une preuve convaincante de la nature fantaisiste du récit historique sioniste – l’exil juif est un mythe comme l’est le peuple juif ainsi que la terre d’Israël.

Pourtant Shlomo Sand, comme de nombreux autres, ne parvient pas à répondre à la question la plus importante : si le sionisme est basé sur un mythe, comment les sionistes parviennent-ils à s’en sortir avec leurs mensonges depuis si longtemps ?

Si le « retour au foyer juif » et la demande d’un foyer national juif ne peut pas être historiquement démontré, pourquoi celui-ci a-t-il été soutenu à la fois par les juifs et l’Occident pendant si longtemps ? Comment l’État juif a-t-il depuis si longtemps réussi à célébrer son idéologie raciste et expansionniste aux dépens des peuples palestiniens et arabes ?

Le pouvoir juif est évidemment une réponse, mais, qu’est ce que le pouvoir juif ? Peut-on poser cette question sans être accusé d’être un antisémite ? Pouvons-nous discuter de sa signification et examiner minutieusement sa politique ? Est-ce que la puissance juive est une force obscure, gérée et manœuvrée par une puissance conspiratrice ? Est-ce quelque chose qui intimide les Juifs eux-mêmes ? Bien au contraire – le pouvoir juif, dans la plupart des cas, est célébré juste en face de nos yeux. Comme nous le savons, l’AIPAC est loin d’être discret à propos de son programme, de ses pratiques ou de ses prouesses. L’AIPAC, le FCI au Royaume-Uni ainsi que le CRIF en France fonctionnent de la manière la plus ouverte et se vantent souvent ouvertement de leurs succès.

De plus, nous sommes maintenant habitués à voir nos dirigeants élus démocratiquement impudemment faire la queue pour s’agenouiller devant leurs trésoriers. Les néoconservateurs ne ressentent certainement pas le besoin de cacher leurs proches affiliations sionistes. Abe Foxman, de la Ligue antidiffamation (ADL), travaille ouvertement à la judaïsation du discours de l’Occident, poursuivant et harcelant toute personne qui ose exprimer une critique d’Israël ou même de la « notion d’élection » juive. Et bien sûr, la même chose s’applique aux médias, aux banques et à Hollywood. Nous connaissons de nombreux juifs puissants qui ne sont pas le moins du monde discrets au sujet de leur lien avec Israël et de leur engagement envers la sécurité d’Israël, de l’idéologie sioniste, de la primauté de la souffrance juive, de l’expansionnisme israélien et même carrément de l’exception juive.

Mais aussi omniprésent que peuvent être l’AIPAC, le CFI, l’ADL, Bernie Madoff, le « libérateur » Bernard-Henri Lévy, le prêcheur de guerre David Aaronovitch, le prophète du marché libre Milton Friedman, Steven Spielberg, Haim Saban, lord Levy et beaucoup d’autres passionnés sionistes et défenseurs de la hasbara, ils ne sont pas nécessairement l’âme ou la force motrice de la puissance juive, mais simplement des symptômes. Le pouvoir juif est en réalité beaucoup plus complexe qu’une simple liste de lobbies juifs ou de personnes exerçant des compétences hautement développées de manipulation. Le pouvoir juif c’est la capacité unique de nous empêcher de discuter ou même de contempler la puissance juive. C’est la capacité de déterminer les limites du discours politique et de la critique en particulier.

Contrairement à la croyance populaire, ce ne sont pas les sionistes de droite qui facilitent la puissance juive, c’est en fait le « bon », « l’éclairé » et le « progressiste » qui fait de la puissance juive la puissance la plus efficace et la plus énergique du pays. Ce sont les « progressistes » qui contrecarrent notre capacité à identifier la politique judéocentrique tribale au cœur du néo-conservatisme, de l’impérialisme américain contemporain et de la politique étrangère. Ce sont les soi-disant « antisionistes » qui font tout leur possible pour détourner notre attention du fait qu’Israël se définit comme un État juif et qui nous empêchent de voir que ses tanks sont décorés avec des symboles juifs. Ce sont les intellectuels juifs de gauche qui se sont précipités pour dénoncer les professeurs Mearsheimer et Walt, Jeff Blankfort ainsi que le travail de James Petras sur le lobby juif. Et ce n’est pas un secret qu’Occupy AIPAC, la campagne contre le lobby politique le plus dangereux en Amérique, est dominée par quelques membres de la tribu des élus. Nous devons faire face au fait que notre voix dissidente est loin d’être libre. Bien au contraire, nous avons affaire ici à un cas d’opposition institutionnelle contrôlée.

Dans le roman 1984 de George Orwell, c’est probablement Emmanuel Goldstein qui est le personnage central. Goldstein d’Orwell est un révolutionnaire juif, un Léon Trotski fictif. Il est dépeint comme étant le chef d’une mystérieuse organisation appelée « La Fraternité » et est également l’auteur de la plupart des textes subversifs révolutionnaires (Théorie et pratique du collectivisme oligarchique). Goldstein est la « voix dissidente », celui qui dit réellement la vérité. Pourtant, au fur et à mesure que nous nous plongeons dans le texte d’Orwell, nous découvrons par O’Brien, un proche du parti, que Goldstein a été inventé par Big Brother dans une tentative évidente de contrôler l’opposition et les limites possibles de la dissidence.

L’avis personnel d’Orwell sur la guerre civile espagnole, Hommage à la Catalogne, laisse clairement présager la création d’Emmanuel Goldstein. C’était ce qu’Orwell avait vu en Espagne qui, une décennie plus tard, allait devenir une compréhension profonde de la dissidence comme une forme d’opposition contrôlée. Je pense que vers la fin des années 1940, Orwell avait compris la profondeur de l’intolérance et des tendances tyranniques et conspiratrices qui sont au cœur de la politique et de la praxis de la gauche « Big Brother ».

De façon assez surprenante, une tentative d’examiner notre opposition contrôlée contemporaine au sein de la gauche et du Parti progressiste révèle qu’elle est loin d’être une conspiration. Comme dans le cas du lobby juif, la soi-disant « opposition » tente à peine de dissimuler ses intérêts tribaux ethnocentriques, son orientation spirituelle et idéologique et son affiliation.

Un bref examen de la liste des organisations fondées par l’Institut Open Society (OSI) de George Soros présente un tableau sombre – à peu près tout l’ensemble du réseau américain progressiste est financé, en partie ou entièrement, par un sioniste libéral, milliardaire philanthrope, qui prend en charge un très grand nombre de causes importantes qui sont aussi très bonnes pour les Juifs. Et pourtant, tout comme le fervent sioniste Haïm Saban, Soros n’agit pas dans la clandestinité. Son « Open Society Institute » offre fièrement toutes les informations nécessaires concernant la grande quantité de shekels qu’elle répand sur ses bonnes et importantes causes.

Donc, on ne peut pas accuser Soros ou l’Open Society Institute d’examiner le discours politique, d’entraver la liberté d’expression, voire de « contrôler l’opposition ». Tout ce que Soros fait c’est de soutenir une grande variété de « causes humanitaires » : droits de l’homme, droits des femmes, droits des homosexuels, l’égalité, la démocratie, les « Printemps arabes », l’hiver arabe, les opprimés, les oppresseurs, la tolérance, l’intolérance, la Palestine, Israël, les antiguerres, les pro-guerres (seulement lorsque c’est vraiment nécessaire), et ainsi de suite.

Comme avec le Big Brother d’Orwell qui délimite les frontières de la dissidence par des moyens de contrôle de l’opposition, l’Open Society de Soros détermine également, que ce soit consciemment ou inconsciemment, les limites de la pensée critique. Pourtant, contrairement à 1984, où c’est le Parti qui invente sa propre opposition et écrit ses propres textes, au sein de notre discours « progressiste », ce sont nos propres voix de la dissidence, volontairement et consciemment, qui compromettent leurs principes.

Soros a surement lu Orwell – il croit manifestement son message – parce que de temps en temps, il soutient même des forces opposées. Par exemple, il finance le sioniste allégé J Street mais aussi des ONG palestiniennes. Et devinez quoi ? Ça ne prend jamais beaucoup de temps aux bénéficiaires palestiniens avant de compromettre leurs propres principes les plus précieux, afin de s’adapter à la vision du monde de leur trésorier.

La main visible

La main invisible du marché est une métaphore inventée par Adam Smith pour décrire le comportement d’auto-régulation du marché. Dans la politique contemporaine, la main visible est une métaphore similaire qui décrit la tendance autorégulatrice des bénéficiaires financés politiquement, d’intégrer pleinement la vision du monde de leurs bienfaiteurs dans leurs programmes politiques.

Democracy Now, le plus important organe de presse dissident américain, n’a jamais discuté du lobby juif avec Mearsheimer, Walt, Petras ou Blankfort – les quatre plus grands experts qui auraient pu informer le peuple américain au sujet de la domination du lobby juif sur la politique étrangère des USA. Pour les mêmes raisons, Democracy Now n’explorera pas le programme judéo-centrique des neocons, pas plus qu’il ne parlera de la politique identitaire juive avec votre serviteur. Democracy Now accueillera Noam Chomsky ou Norman Finkelstein, il laissera peut-être même Finkelstein croquer la caricature sioniste Alan Dershowitz – tous très bons, mais pas assez bon.

Est-ce pertinent de savoir que Democracy Now est largement financé par Soros ? Je vous laisse juger.

Si je ne me trompe pas (et je pense que non), nous avons ici un sérieux problème. En l’état actuel, c’est en fait le discours progressiste, ou du moins une grande partie de celui-ci, qui maintient le pouvoir juif. Si c’est effectivement le cas, et je suis convaincu que ça l’est, alors c’est le discours progressiste occupé, plutôt que le sionisme, qui est le principal obstacle auquel il nous faut faire face.

Ce n’est pas un hasard si la prise en charge par les « progressistes » de « l’antisémitisme » est étrangement similaire à celle des sionistes. Comme les sionistes, de nombreux instituts et militants progressistes adhèrent à l’idée bizarre que toute opposition au pouvoir juif est motivée racialement et intégrée dans les tendances de goyim « réactionnaires ». En conséquence, les sionistes sont souvent soutenus par certains « progressistes » dans leur croisade contre les critiques d’Israël et du pouvoir juif. Est-ce que cette alliance particulière entre ces écoles de pensées prétendument opposées est le résultat d’un continuum idéologique possible entre ces deux idéologies politiques apparemment opposées ? Peut-être, après tout, le progressisme comme le sionisme est motivé par un penchant particulier pour la notion d’élu. Après tout, être progressiste implique d’une manière ou d’une autre que quelqu’un d’autre doit être « réactionnaire ». Ce sont ces éléments égocentriques de l’exceptionnalisme et de la notion d’élu qui ont rendu le progressisme aussi attrayant aux juifs laïcs et émancipés. Mais la raison principale qui fait que les « progressistes » ont adopté la prise en charge de l’antisémitisme au même titre que les sionistes, est peut-être à cause du travail de cette main visible qui façonne miraculeusement la prise en charge de la race, du racisme et la primauté de la souffrance juive.

Nous allons devoir accepter le fait que le discours progressiste fonctionne en réalité comme le plus grand bras armé d’Israël – il agit certainement comme un gardien et comme protection pour le sionisme et les intérêts tribaux juifs. Si Israël et ses partisans sont un jour confrontés à une opposition réelle, cela pourrait conduire à une autoréflexion attendue depuis longtemps. Mais pour l’instant, Israël et les lobbies sionistes rencontrent seulement une résistance insipide, modérée, progressivement approuvée qui, dans la pratique, soutient l’occupation israélienne, l’oppression et une liste interminable de violations des droits de l’homme.

Au lieu d’une opposition de masse à l’État juif et à son lobby agressif, notre « résistance » se réduit a des porteurs de badges, vêtus de keffieh, agitant des pancartes dans des mini-rassemblements avec la crise de colère occasionnelle de certains névrosés juifs tout en étant filmé par un autre bon Juif. Si des personnes pensent que quelques badges, une tonne de clips amateurs sur YouTube célébrant la justice juive vont se transformer en un mouvement de masse planétaire anti-Israël, ils sont naïfs ou bien stupides.

En réalité, un récent sondage a révélé que la compassion actuelle des Américains pour Israël a atteint un niveau record. 64 % des Américains compatissent avec l’État juif, contre seulement 12 % pour les Palestiniens. Ce n’est pas une surprise et notre conclusion doit être claire. En ce qui concerne la Palestine, l’idéologie et la praxis progressiste nous ont conduits précisément nulle part. Plutôt que de faire avancer la cause palestinienne, elles ne font que localiser le « bon » Juif au centre du discours de solidarité.

À quand remonte la dernière fois où un combattant de la liberté palestinien est apparu sur votre écran de télévision ? Il y a vingt ans les Palestiniens étaient en passe de devenir les nouveaux Che Guevara. D’accord, le combattant de la liberté palestinien ne parlait pas nécessairement anglais parfaitement et n’était pas diplômé d’une école publique anglaise, mais il était libre, authentique et déterminé. Il ou elle parlait de sa terre prise et de sa volonté de donner ce qu’il faut afin de la récupérer. Mais maintenant, les Palestiniens ont été « sauvé », il ou elle n’a pas besoin de se battre pour sa terre, les « progressistes » prennent soin de tout cela.

Cette voix « progressiste » parle au nom de l’Autorité palestinienne et, en même temps, en profite aussi pour promouvoir les politiques marginales, se battre contre « l’islamisme » et la « radicalisation religieuse », et soutient parfois même la curieuse guerre interventionniste et, bien sûr, toujours, toujours, se bat toujours contre l’antisémitisme. L’opposition contrôlée a transformé la situation désespérée des Palestiniens en une simple marchandise « progressiste » de plus, posée sur les étagères arrière de son magasin de campagne politique de la bonne cause en constante expansion.

Pour le discours progressiste juif, le but derrière le soutien pro-palestinien est clair. C’est de donner une impression de pluralisme au sein de la communauté juive. Il est là pour suggérer que tous les Juifs ne sont pas des mauvais sionistes. Philip Weiss, le fondateur du blog progressiste pro-palestinien le plus populaire, a même été assez courageux pour m’avouer que ce sont les intérêts personnels juifs qui se trouvent au cœur de son activité pro-palestinienne.

L’amour-propre juif est un sujet fascinant. Mais le plus fascinant reste encore les juifs progressistes s’aimant eux-mêmes au détriment des Palestiniens. Avec des milliardaires tels que Soros maintenant le discours, la solidarité est désormais une industrie, soucieuse de profit et de pouvoir plutôt que de d’éthique ou de valeurs et c’est un spectacle à la fois drôle et tragique puisque les Palestiniens deviennent une question secondaire dans leur propre discours de solidarité.

Donc, peut-être qu’avant de discuter de la « libération de la Palestine », il se peut que nous devions d’abord nous libérer.

Retrouvez Gilad Atzmon chez Kontre Kulture :

 



Article ancien.
Les commentaires sont désactivés



Alerter

25 Commentaires

AVERTISSEMENT !

Eu égard au climat délétère actuel, nous ne validerons plus aucun commentaire ne respectant pas de manière stricte la charte E&R :

- Aucun message à caractère raciste ou contrevenant à la loi
- Aucun appel à la violence ou à la haine, ni d'insultes
- Commentaire rédigé en bon français et sans fautes d'orthographe

Quoi qu'il advienne, les modérateurs n'auront en aucune manière à justifier leurs décisions.

Tous les commentaires appartiennent à leurs auteurs respectifs et ne sauraient engager la responsabilité de l'association Egalité & Réconciliation ou ses représentants.

  • Il y a beaucoup de clarté d’esprit, une immenses force morale, et un grand courage physique chez Gilad Atzmon.

    On n’est plus très loin du plus grand penseur du XXe siècle : Alexandre Soljénitsyne.

    A méditer


  • je suis pas d’accord quand vous dites que le peuple juif est un mythe , y a qu’à voir leur tronche , ils sont tellement consanguins qu’ils se ressemblent tous c’est donc que le peuple ou la race appellez ça comme vous voulez existe bien et c’est bien le seul peuple sur terre oû toute la culture et la religion est basé sur la pureté de la race mais chut ... eux ils ont le droit ...

     

    • Votre discours n’a ni queue ni tete. C’est a cause de gens comme vous que les sionistes peuvent abuser de leurs accusations d’antisemites sur quiconque ose critiquer cette elite.


    • Bof, c’est pas plus basé sur la « pureté de la race » que la nationalité Française, hein : le droit du sang et possibilité de naturalisation par un long processus d’assimilation socio-culturel.

      Kif kif bourricot comme dirait l’autre.


    • Il y a des juifs blancs, des juifs noirs, des juifs blonds, des juifs bruns, des juifs typés indiens, typés arabes et même typés asiatiques. Les juifs actuels descendent de tout un tas de peuples (khazars, berbères, arabes, slaves, éthiopiens etc.). La religion juive était par le passé très prosélyte. La "pureté de la race" est un mythe qui ne tient pas la route, seuls les idiots croient encore à ça...


    • Ils ont la même tronche en fonction de leur appartenance ethnico-raciale d’origine ! Or cette appartenance raciale d’origine des Juifs est diverse et d’autant plus complexe qu’en dépit de l’endogamie il y a toujours eu des métissages. Tout comme les anglo-saxons ont la même tronche, ou les Français de souche, Japonais, Pakistanais...ont la même gueule...et bien les Juifs Ashkénazes allemands ont la même ganache, les Juifs berbères ont des faciès de berbères, les juifs éthiopiens ressemblent à des éthiopiens...

      Aucune idéologie de pureté biologique ethnico-raciale ne résiste au temps. Même les groupes les plus fermés et conservateurs ne peuvent pas se prémunir totalement d’intégrer en leur sein des éléments exogènes pour diverses raisons de la plus innocente comme l’amour irrésistible d’un homme pour une femme à la plus intéressé comme un mariage pour des raisons économique et/ou politique. On peut supposer aussi que les aventuriers et commerçants juifs itinérants ont dû se retrouver dans des situations similaires aux commerçants arabes qui une fois installés en tant que célibataires dans une contrée lointaine ils n’ont pas eu d’autre choix que de s’unir à des femmes autochtones. Ceci étant dit ce qui fait la particularité des Juifs c’est leur capacité de préserver leur judéité et leur refus parfois farouche de se fondre complètement aux populations autochtones, c’est à dire que si par nécessité vitale, considérations stratégiques, ou amour ils peuvent intégrer de temps à autre un élément exogène dans leur communauté cela ne dérape jamais vers la dissolution. Notons toutefois que durant l’histoire il y eu probablement un nombre considérable de Juifs qui ont complètement perdu leur judéité par acculturation au profit de l’islam ou du christianisme et ceci indépendamment du frankisme, sabbataïsme...ainsi beaucoup d’européens et de maghrébins ignorent complètement avoir eu des ancêtres de confessions juives or il est fort probable que le nombre de maghrébins et d’européens ayant eu des ancêtres juifs sans le savoir excède celui des Juifs actuels !


    • Il n’a pas échappé à qqn qu’un croisement de différentes composantes ethniques peuvent finir par produire une race. Ca vous choque ? Qu’on ne soit pas d’accord avec certaines formes de racismes biologiques ne changent rien.
      Les principaux spécialistes de la question sont unanimes : les juifs ne sont pas une race.... comme au fond celles trouvées ou théorisées par les dits-spécialistes. Mais un groupe "métisse" avec de nombreux éléments stables et une volonté de ne pas se mélanger qui permet d’avancer qu’ils sont en tout cas bien un peuple.
      Yockey parlait des juifs comme Race,peuple,Nation,Etat. Car au fond ils sont les 4 à la fois.

      Je dis aussi que les races de chien (ou d’autres) peuvent elles mêmes être issues de mélanges sélectionnés. Certes nous ne sommes pas des animaux mais nous échappons pas aux lois de la Nature.
      Pour le reste il y aurait un gros travail à faire sur la définition du mythe. Car le mythe a une fonction pour un peuple, encore moins d’être vrai pour les autres. Il n’est pas spécifique au peuple juif. Il est ce qui précède l’histoire, et participe à la vision du monde de celui qui l’utilise.
      Bref au fond c’est Evola et sa définition de race de l’esprit qui correspond le mieux à celle du peuple juif : le judaïsme comme forme élevée de décomposition et participant d’une forme de révolte anti-Traditionnelle. Weininger la définissait lui comme tellurique et féminin.


  • QUESTION ..... Pourtant Shlomo Sand, comme de nombreux autres, ne parvient pas à répondre à la question la plus importante : si le sionisme est basé sur un mythe, comment les sionistes parviennent-ils à s’en sortir avec leurs mensonges depuis si longtemps ?




    RÉPONSE ....En contrôlant la totalité des pouvoirs ( Finances , Politiques , Médias , Justice ) . Les réseaux Franc-Maçons ont joué un grand rôle dans cette prise de pouvoir sans partages et sans oppositions réels . Aujourd’hui qui est capable de reconnaitre un juif d’un non-juif ? ..... quasiment personnes !

    L’étude des races est non seulement interdite , mais l’existence même des races n’existe pas pour le Système . C’est stupide ! ...... mais ça marche ! ..... l’antiracisme est reconnu mais les races n’existe pas ! ...... Le terme race n’est valable que pour les autres espèces , sauf la notre ; le Système a réussi le tour de force de faire croire à la population que dans l’espèce humaine les races n’excitaient pas !

    Pourquoi certain livres sont-ils interdit ? ...... Pourquoi la communauté Juive lutte telle si férocement contre la divulgation de certaines informations ?

    Car elle met à jour leurs véritables visages !

    Les (J) ont aussi la capacité de se faire passer pour des victimes grâce à la falsification des manuels scolaires , permettant ainsi de manipuler les nouvelles générations afin que celles-ci les servent et les protège .

    Pour eux internet est un très véritable problème et il est de taille . Comme dans la Thora , ils vont tenter de mettre un garde derrière un garde , la surveillance de la population par cette même population . Le chantage , la manipulation et le mensonge sont leurs armes , mais elles deviennent vite inefficace face à la divulgation rapide de la vérité par le réseau internet . La manipulation des Médias sur le mariage Gay est un exemple flagrant , la falsification des images et des chiffres fut un échec et un discrédit pour ces pseudo journalistes au service du Système qui les nourri .

    La fin du pouvoir des Pharisiens est proche ...... bien plus proche qu’ils ne le pensent .

     

    • Bonjour LapinBlanc

      La génétique éclaire le débat sur l’origine des juifs d’Europe
      http://www.egaliteetreconciliation....


    • Quels livres sont interdits ? A part Mein Kampf tous les bouquins dont certains beaucoup plus révélateur que le livre d’Hitler permettant de comprendre ce qui se passe sont disponibles dans la plus parfaite légalité ! Leur système de domination et de contrôle est si parfait qu’il n’ont pas besoin de cacher quoique ce soit ! Rockfeller, Attali...écrivent noir sur blanc leur projet...Ben Gourion n’a jamais caché l’atrocité du sort des Palestiniens et l’a même écrit dans un bouquin...certains "think tanks" mondialistes se font un plaisir d’envoyer des exemplaires de leur revue si on leur en fait la demande...Pierre Hillard ne s’est pas déguisé en ninja pour se procurer clandestinement les documents qui lui servent à étayer son travail ! Tout est là ! Sous nos yeux dans les bibliothèques nationales, sur Amazon, sur Google Books...ils n’ont pas besoins de cacher quoique ce soit car ils contrôlent l’essentiel : l’éducation et les mass médias.


  • Gilad Atzmon, ça décoiffe !

    J’ajouterais quand même qu’un autre rôle très important du progressisme est d’éroder les moeurs des civilisations que les élites nomades veulent abattre.
    Cette érosion qui s’opère grâce à la transgression des repères moraux traditionnels a pour but de mélanger différentes cultures en une sorte de grande bouillie fade et déconnectée de véritables racines.

    En ce sens, je me rappelle d’ailleurs avoir lu que le jazz (et sans rien enlever à la qualité de cette musique) fut promu dans les années vingts et trentes pour encanailler la jeunesse blanche et mettre en oeuvre une "fluidification" éthnique.

    Gilad Atzmon -lui même musicien de jazz- avait écrit un article sur le rôle émancipateur qu’avait joué le jazz pour la population noire américaine, chose dont je ne doute pas et que j’applaudis. Cependant, il serait intéressant de voir qui a aidé à sortir cette musique du ghetto, comment cela se fit et surtout pourquoi cela se fit-il.
    Désolé je n’ai pas de références précises sous la main mais nous pouvons tout de même nous rappeler de l’analyse de Cardet sur la rap...

     

    • D’où la schizophrénie sioniste :
      * d’un côté le petit peuple nationaliste, séculaire ou religieux, qui ne rêve que de ré-enracinement et de normalité nationale
      * de l’autre les élites nomades qui sont à peu près l’exact opposé
      Je me demande de plus en plus par ailleurs s’il faut vraiment continuer d’appeler "sionistes" cette seconde catégorie, car eux, le retour à sion, et l’(e ré-)enracinement d’un peuple sur une terre, ça leur passe un peu au dessus de la tête, si vous me pardonnez l’euphémisme.


  • Je me demande si Frederic Haziza connaît Gilad Atzmon...me demande aussi s’il sait que des juifs écrivent pour Egalité et Réconciliation. Je me demande s’il comprendrait malgré le fait qu’il touche la COTOREP.

     

    • Bien des gens fraudent la COTOREP. Cependant on ne peut pas reprocher de la toucher à Haziza, si c’est bien la cas : sa déficience est tellement évidente qu’il n’aurait pas beaucoup de peine à la justifier. Cependant quel rapport avec notre affaire ? Et Atzmon me semble-t-il ne se considère plus comme juif, par ailleurs (li se qualifie d’ex-jew ici : http://www.gilad.co.uk/writings/a-n... ).


  • Cet homme est brillantissime,tout est dit sur le "lobby qui n’existe pas" ou presque...


  • Gilad Atzmon peut nous prendre comme cobaye en France. Notre étude serait tellement gratinée qu’on la croirait passée au four.


  • Intéressant cet article. Je viens de finir "Le Capitalisme de la Séduction" de Michel Clouscard. Le fond de l’analyse est exactement le même : récupération de la contestation, au sens large, par la classe dominante, afin d’en faire une arme au service de son hégémonie. Le signifiant idéaliste prend la place du "procès de production" (on pourrait dire ici de la réalité du terrain), donc de la réalité des rapports de classe. La marginalité devient progressivement, et paradoxalement, l’essence même du conservatisme (capitaliste en l’occurence) grâce à l’attraction du mondain. Mondain qui reste dominé par la classe possédante disposant des moyens de communication (et de production), tout en se faisant passer pour le libérateur de tout et de tous. La pose contestataire devient ainsi standardisée, machinalisée, d’autant mieux acceptée par le vulgaire qu’elle flatte ses pulsions hédonistes et ses prétentiçons altruistes sans, en apparence, demander rien en retour. L’alternative est ainsi entièrement circonscrite aux limites imposées par la classe dominante sans que la majorité ne s’en rende compte. Et les idées s’imposent d’elles-mêmes, sans nécessité de coercition violente.


  • une analyse exceptionnelle et irréprochable. cet homme est une classe au dessus.
    il FAUT lire "quel juif errant".


  • En ce qui concerne le "mariage pour tous", heureusement, nous ne sommes pas tombés dans ce piège si bien décrit de l’opposition contrôlée. Ah mais si au fait...


  • #396265

    oui, il faut lire gilad atzmon et son remarquable essai sur l’identité juive car c’est un penseur et un critique extrêmement pertinent sur la question du sionisme et du tribalisme qui d’ailleurs peut aussi se rapporter à d’autres tribalisme que celui de La communauté... Mais il faut aussi l’écouter, je l’ai vu en concert au Sunset à Paris, il y a peu et ce petit club n’était même pas rempli... alors que c’est aussi un musicien doué, inspiré, et de premier plan en terme de jazz. En plus, il est facile d’accès, curieux et taquin comme notre dieudonné. Que dire de plus ?


  • Communisme, capitalisme, athéisme sont les bases contemporaines définies par la juiverie en opposition au Christianisme et à l’islam, qui sont les vieilles bases, également créées par les juifs.

    Par l’argent ou par les guerres, le juif finance l’affaiblissement des autres en sa faveur.

    Tout comme le christianisme et l’Islam ont détruit les civilisations qu’elles croisaient, il en est de même avec le communisme et capitalisme.

    "C’est le programme de Dieu"

    N’oubliez pas que Torquemada était un "nouveau chrétien" autrement dit un juif marane.

    Il n’y a pas de différence entre communisme et capitalisme d’un point de vue juif, puisqu’il s’agit de contrôler les peuples.
    Soit c’est un Etat totalitaire, dirigé par eux, soit c’est un cartel bancaire totalitaire.
    Il fait la pluie et le beau temps en fonction de ce qui est meilleur pour lui.

    Robespierre, l’ater-égo des Soros, BHL, Drey, Attali, Fabius, Haziza, Cohen, Plénel, etc, tous les bolcheviks, tous les trotskistes et communistes depuis la révolution française, Rotschild (qui a fondé sa famille sur la race et la consanguinité : http://www.dailymotion.com/video/xa... ) est le héro juif par excellence.

    La conspiration juive est dans le juif lui même, par son existence même.
    Il est Dieu, il doit faire le monde selon ses désirs.

     

    • je ne vois ici qu’un bouquin parmis tant d’autres, mais qui à l’air d’exciter la plupart d’entre vous, hé ho les gas trouvez vraiment des occupations dans votre vie au lieu de broyer du noir autour de la question sioniste ou juive.

      Vous êtes focalisé sur une population qui ne représente même pas la population du sri lanka, un moment il faut arrêter, il y a vraiment mieux a faire.

      Il y a des dérives comme partout, comme dans toutes les religions d’ailleurs.
      Si vous aimez tellement la rationalité, il ne faux pas parler religion c’est certain.
      Dénoncer c’est une bonne chose, mais la c’est de l’obsession !

      Je ne m’emmerde pas plus dans mon commentaire, mais je suis ouvert à la discution,

      cependant, vu que ce commentaire sera certainement supprimé par un de vos modérateurs à l’esprit obtus, c’est peine perdu !

      Vous me conforterez dans mon idée selon laquelle que vous n’êtes finalement qu’une bande de névrosés qui s’auto congratule, (oups je généralise peu être ...)

      Sur ce, bonne branlette en groupe !!

      Mehdi, un citoyen français, et du monde !

      Etre critique avec intelligence et ouverture


  • C’est quand même affligeant de voir le nombre de commentateurs sur ce site qui sont incapable de faire la différence entre race et idéologie...
    Si des mecs disent qu’ils sont une race pure élue par l’Eternel pour régner sur les peuples de la terre, vous en déduisez que c’est la preuve qu’il s’agit d’une race ?
    Asseyez-vous deux minutes par terre les gars et ayez le courage de comprendre que vous leur donnez raison sans le savoir, c’est un peu douloureux pour l’ego mais ça peut donner un peu d’air aux autres...

     

  • Vraiment excellent ce type !


Afficher les commentaires suivants