Egalité et Réconciliation
https://www.egaliteetreconciliation.fr/
 
A A A
imprimer

La Catalogne veut mettre en place un embryon d’État

La Catalogne n’est plus au centre du débat politique en Espagne, mais son président Artur Mas continue à défier le pouvoir central en lançant la mise en place d’un embryon de structure étatique, en vue d’une éventuelle sécession.

Chassées de l’actualité par l’ascension du parti antilibéral Podemos, favori dans les sondages, les relations entre Madrid et Barcelone demeurent extrêmement tendues, même si le conservateur Mariano Rajoy et son gouvernement prennent soin d’éviter le sujet à l’approche des législatives de fin d’année.

Artur Mas, qui souhaitait un référendum sur l’indépendance interdit par le tribunal constitutionnel, a finalement organisé un vote symbolique sur le sujet en dépit du veto de Madrid et va de l’avant.

Fiscalité et sécurité sociale

Fort du soutien des quelque 1,9 million d’électeurs catalans (sur un corps électoral de 6,3 millions) qui ont manifesté leur souhait d’une séparation de l’Espagne, M. Mas a amorcé la mise en place d’un embryon de structure étatique en matière fiscale, de sécurité sociale et diplomatique.

Celle-ci se fera sans même attendre les élections régionales anticipées centrées sur le sujet prévues le 27 septembre, même si au moins quatre Catalans sur dix ne veulent pas d’une sécession, selon les sondages.

En matière fiscale, d’abord, une pomme de discorde traditionnelle avec le pouvoir central, les nationalistes catalans se plaignent de reverser beaucoup plus d’argent à l’État qu’ils n’en perçoivent, 15 milliards d’euros, l’État n’admettant qu’un déficit bien inférieur, de huit milliards.

Depuis deux ans, un ancien inspecteur du Trésor espagnol se penche sur le futur système fiscal catalan, l’idée étant de préparer l’administration locale à prélever l’impôt. Actuellement, la Catalogne — qui compte 7,5 millions d’habitants et représente un cinquième du PIB national — ne collecte en effet que 5 % des prélèvements.

« Il faut que le moment venu, lorsque l’on gérera une grande quantité d’impôts, cela soit possible », explique le directeur du programme, Joan Iglesias. Selon lui, cela permettrait à Barcelone de prélever quelque 100 milliards d’euros, bien plus que les 65 nécessaires au fonctionnement d’un État catalan.

Un projet viable

« Tout le monde sait que la Catalogne serait viable économiquement », assure-t-il, ignorant notamment les critiques qui soulignent qu’elle aurait des difficultés à se financer sur les marchés et ne pourrait demander des aides européennes. « C’est le territoire le plus productif d’Espagne sur le plan économique ». À cette fin, il faut créer différents organismes, notamment une banque centrale, améliorer les systèmes informatiques, embaucher du personnel. Une tâche colossale.

« Ca avance trop lentement, il faut fluidifier pour que nous arrivions aux élections de septembre en étant plus avancés », estime le député d’ERC (Esquerra republicana de Catalunya, indépendantiste) Lluís Salvador.

C’est pourquoi Artur Mas a nommé le 17 février une commission chargée de superviser la mise en place de ces structures. Dans le budget 2015 qui doit être approuvé dans les semaines qui viennent par le Parlement, la dotation du Trésor passerait de 35 à 54,4 millions d’euros, ce qui permettra une hausse de 50 % du personnel embauché.

Marche à suivre

Une étude a aussi été commandée pour déterminer la marche à suivre afin de permettre la continuité des approvisionnements en énergie, des télécommunications, des transports, dépendant aujourd’hui de l’État espagnol.

Pour le Parti populaire (droite) au pouvoir en Espagne, il s’agit de mesures absurdes et pour lesquelles le gouvernement catalan n’a pas de compétences. L’État « prendra les mesures qui s’imposent afin d’éviter le gaspillage d’argent », dans cet objectif a averti le député régional PP Jose Antonio Coto.

Ainsi, Madrid pourrait introduire un recours contre l’ouverture récente de deux représentations de la Catalogne en Autriche et en Italie. Le gouvernement catalan dispose déjà de sept « ambassades », et veut déployer un véritable service diplomatique à travers cinq continents, dont la mission sera notamment de promouvoir la cause catalane, selon le secrétaire des Affaires étrangères de la région, Roger Albinyana.

Lors du débat sur l’État de la nation devant le congrès espagnol (chambre basse) à Madrid, le député d’ERC Alfred Bosch, a ainsi conclu une allocution à l’attention du chef du gouvernement par un ironique « on se verra à l’ONU ! ».

Voir aussi, sur E&R :

Sur le projet régionaliste soutenu par Bruxelles chez Kontre Kulture :

 



Article ancien.
Les commentaires sont désactivés



Alerter

14 Commentaires

AVERTISSEMENT !

Eu égard au climat délétère actuel, nous ne validerons plus aucun commentaire ne respectant pas de manière stricte la charte E&R :

- Aucun message à caractère raciste ou contrevenant à la loi
- Aucun appel à la violence ou à la haine, ni d'insultes
- Commentaire rédigé en bon français et sans fautes d'orthographe

Quoi qu'il advienne, les modérateurs n'auront en aucune manière à justifier leurs décisions.

Tous les commentaires appartiennent à leurs auteurs respectifs et ne sauraient engager la responsabilité de l'association Egalité & Réconciliation ou ses représentants.

  • L’étincelle nécessaire au démantèlement des états nations.
    Et pas qu’en Europe, puisque le mouvement sécessionniste est également encouragé aux Etats Unis. En effet pour niveller vers le bas avant le grand marché transatlantique, il faut bien une multitude d’interlocuteurs (les régions) auprès desquelles les multinationales sauront jouer de rivalité afin d’obtenir les conditions économiques les plus avantageuses.
    Pour se faire, il faut préparer le terrain, en flattant obséquieusement les masses sur leur culture, leur langue. C’est ainsi qu’on enseigne le Breton à Harvard, qu’émergent des blogs régionalistes dont certains sont même administrés depuis l’étranger (Breiz Atao, dont il faut lire les commentaires autonomistes ET pro-UE, catastrophe annoncée !) et applaudis par des idiots utiles.


  • #1129886

    C’est l’absence d’intérêt à « vivre ensemble » qui conduit à la sécession.


  • #1129895
    le 27/02/2015 par La Voix d’Elvis
    La Catalogne veut mettre en place un embryon d’État

    L’aval de l’Europe sans problème ! ( pour l’instant voilé et non exprimé ) mais le projet expliqué par P. Hillard est limpide , et la finalité saute aux yeux ! Le régionalisme est vraiment une des priorités pour en finir définitivement avec les états ! Et si cela ne va pas assez vite , les banques vont se charger de faire le boulot !


  • Les riches Catalans veulent surtout garder leur pèze pour eux et ne pas partager avec les claque-dents Andalous, Galiciens etc... Charité bien ordonnée...


  • #1130035

    En somme, c’est l’autonomie Catalane obligatoire puisqu’assise sur de simples directives administratives et fiscales ! et sans coup férir :car se passant du risque ( élevé ) d’un référendum pas gagné d’avance...je gage que d’ici quelques mois, cette " fièvre " autonomiste aura gagné de nombreuses autres régions d’Europe et du monde ! ça ne fait que commencer....


  • Le régionalisme, c’est bon pour l’UE ça.

     

    • #1130439

      L’avantage d’une guerre en ESPAGNE, c’est que meme enhiver , il ne fait pas trop mauvais , et c’est vachement plus peaufin qu’en UKRAINE ...Leur affaire devrait drainer du monde , en plus les US sont déjà sur place en Andalousie .


    • #1130454
      le 27/02/2015 par La Voix d’Elvis
      La Catalogne veut mettre en place un embryon d’État

      Je pense que c’est le passage obligé pour évincer du pouvoir les états et concrétiser l’Europe fédérale . ( il faudra certainement in " coup de pouce"des banques apatrides qui ont inféodé les états , pour les annihiler et les obliger à passer " la main " .


  • Je sais que vous aimez beaucoup le séparatisme catalan ici, mais une chose que vous semblez ignorer c’est que ce séparatisme est le fruit des cousins de notre cher ministre éternellement lié à un état étranger par sa femme et probablement des coreligionnaires de celle-ci qui constituent une forte communauté dans ce coin de l’Espagne et dont on peut penser qu’ils pourraient influencer la politique de cette région de par leurs réseaux d’influences.

    En Espagne le séparatisme a deux raisons principales :

    1- constituer des baronnies locales et ne pas partager l’impôt avec une absence totale de solidarité avec avec reste de l’Espagne dont le sud pauvre (comme les Allemands avec les Grecs ou les Italiens du nord avec le sud)
    2- échapper à la justice nationale qui poursuit les dirigeants corrompus (pratiquement tous les dirigeants de la généralitat catalane et valenciane ont des casseroles au cul)

    Le jour ou ça arrivera en Espagne l’autonomisme gangrènera la France sans merci n’ayez pas de doutes là dessus, d’ailleurs ça a déjà commencé ...


  • #1130345

    Tout comme le dit si bien Pierre Hillard, le but sera de créer une nouvelle région qui empiétera à la fois sur le territoire français et à la fois sur le territoire espagnol faisant ainsi disparaître la frontière entre la France et l’Espagne.

    Ce même scénario se produira dans d’autres régions frontalières à l’intérieur de l’Europe. Et la boucle sera bouclée ! Ce sera la fin de l’Etat nation.

    Et là l’occasion est trop belle pour que je n’en profite pas pour m’adresser aux islamophobes : est-ce vraiment l’Islam et les musulmans qui sont le problème de la France ?

    A tous les islamophobes : venez expliquer sur le terrain concret du démantèlement de la nation France en quoi l’Islam et les musulmans constituent les problèmes de la France !

    La nation France est entrain de vivre ses derniers moments.

    A quoi sert votre prétendu nationalisme sur fond d’islamophobie s’il ne contribue pas à sauver les frontières de la France ?

    Ceux qui aiment la France sont ceux qui oeuvrent pour que la France conserve ses frontières et qui refusent la cause mondialiste. Les islamophobes font exactement le contraire.

    L’islamophobie est un écran de fumée qui sert la mise en place du traité transatlantique et du gouvernement mondial qui en résultera.

     

    • Hillard dit ce qu’il veut sauf que ça ne correspond pas du tout à la réalité, et les événements en Ecosse, Catalogne et même en Ukraine au sujet de la Russie le démentent systématiquement concernant cette thèse grotesque comme quoi la Russie serait dans la manigance et intégrée au NOM, sous le seul pretexte que Poutine a parlé d’Union Eurasienne (qui est 1000 lieues de ce qu’est l’UE ou l’OTAN) alors qu’en réalité c’est une lutte à mort que les USA préparent contre la Russie et aussi la Chine qui sont l’objectif final. l’UE & les USA ne sont pas du tout en faveur des régionalismes et des indépendantismes en Europe, il suffit d’avoir observé et entendu les réactions de Van Rompuy, Barroso, Sarkozy, Hollande, Valls le Catalan jusqu’à Oncle Bens de Washington (de quoi je me mêle ?) au sujet de l’indépendance de l’Ecosse et de la Catalogne. Ils n’ont pas besoin de fractionner les pays vu que vos chers états-nations sont déjà parfaitement contrôlés, soumis, intégrés dans l’OTAN, que leurs capitales centralisent tout le pouvoir sur des régions entières et qu’ils se sont déjà rabaissés à toutes les lachetés et concessions (OTAN, TAFTA, politique étrangère et économique entièrement alignée sur celles des USA). Et arrêtez de parler d"islamophobie" (mot qui ne veut rien dire) à toutes les sauces dans n’importe quel sujet, surtout quand ça n’a rien à voir.... ça en devient ridicule et c’est lassant à force.


  • Juste par curiosité, j’aurais bien aimé connaître la proportion "d’élus" dans la population catalane, parfois il y a un lien qui peut être fait.


  • et ben bonne chance...Quand perpignan se revoltera...Ca va etre beau !


  • Tout le monde oublie l’article 8.1 de la Constitution Espagnole qui dit ceci :

    Artículo 8.

    1. Las Fuerzas Armadas, constituidas por el Ejército de Tierra, la Armada y el Ejército del Aire, tienen como misión garantizar la soberanía e independencia de España, defender su integridad territorial y el ordenamiento constitucional.

    En gros, les forces armées sont chargées de veiller à l’intégrité territoriale de l’Espagne. Donc dès lors que la Catalogne se déclarera indépendante, le coup d’Etat militaire sera totalement légal.
    Les espagnols savent d’ailleurs très certainement à quoi s’en tenir.


Afficher les commentaires suivants