Egalité et Réconciliation
https://www.egaliteetreconciliation.fr/
 
A A A
imprimer

La Chine se tourne vers l’Amérique du Sud pour étancher sa soif de brut

Deux compagnies pétrolières chinoises participeront à l’exploitation du plus grand gisement pétrolier du Brésil, une nouvelle illustration de la quête incessante de la seconde économie mondiale pour garantir ses acheminements énergétiques.

L’enchère pour exploiter le champ Libra, le plus grande champ pétrolier découvert au Brésil, a été remportée lundi par un consortium formé par le brésilien Petrobras, l’anglo-néerlandaise Shell, la française Total, ainsi que les groupes publics chinois China National Petroleum Corporation (CNPC) et China National Offshore Oil Corporation (CNOOC).

Le consortium, dont les deux compagnies chinoises représentent 10% chacune, a été le seul à présenter une offre pour exploiter sur 35 ans ce champ pré-salifère dont les réserves gigantesques sont estimées entre 8 à 12 milliards de barils de brut.

Pour Li Li, analyste du cabinet C1 Energy, tout le monde est en concurrence pour l’accès aux ressources énergétiques dans le monde - et l’important potentiel brésilien était de fait très convoité.

L’ensemble de l’Amérique du Sud est relativement moins développé à cet égard, mais le continent possède d’abondantes réserves d’hydrocarbures (déjà identifiées) et ressources (à venir), donc ça intéresse au plus haut point les entreprises chinoises, a-t-elle souligné.

La Chine, en dépit du ralentissement de sa croissance économique au premier semestre, reste le premier pays consommateur d’énergie dans le monde et le deuxième consommateur de pétrole après les Etats-Unis.

Témoin de son inextinguible soif de brut, la Chine est devenue en septembre le premier importateur mondial de pétrole - avec des importations nettes de 6,3 millions de barils par jour (mbj), selon l’Agence américaine d’information sur l’Énergie (EIA).

L’EIA s’attend par ailleurs à ce que la demande en carburants liquides de la Chine augmente de 13% entre 2011 et 2014, pour atteindre plus de 11 mbj (contre une prévision de 18,7 mbj pour les Etats-Unis).

Dans ce contexte, Pékin cherche de façon de plus en plus active à garantir ses approvisionnements énergétiques et pousse au développement à l’étranger des groupes chinois du secteur.

L’accord conclu au Brésil correspond à notre philosophie, qui est de chercher des partenariats pour étendre notre présence à travers le monde, a justement précisé Li Fanrong, le directeur exécutif de la CNOOC.

Selon lui, il permet également à la CNOOC d’entrer pour la première fois sur un champ prometteur en eaux ultra profondes.

Pendant longtemps, le territoire où la CNOOC implantait traditionnellement ses activités était cantonné à la mer de Chine du sud et la mer de Chine orientale, au large des côtes nationales.

Mais l’an dernier, la CNOOC a racheté le canadien Nexen pour 15 milliards de dollars - une opération de grande envergure conclue en dépit de l’opposition d’une partie de la classe politique au Canada.

Autre signal illustrant la récente accélération des développement des groupes chinois hors des frontières : Sinopec, autre firme d’Etat, a racheté pour 3,1 milliards de dollars une participation dans des activités pétrolières et gazières en Egypte - malgré l’instabilité politique du pays.

Dans ce même souci d’assurer sur le long terme ses acheminements d’or noir, Pékin se tourne naturellement vers son voisin russe, un des plus gros producteurs de la planète.

Ainsi, Sinopec a signé ce mardi un protocole d’accord avec le géant russe du pétrole Rosneft, prévoyant la livraison de dix millions de tonnes sur dix ans à la Chine, à l’occasion d’une visite du Premier ministre Dmitri Medvedev en Chine.

En juin, Rosneft avait déjà signé avec CNPC, un méga-contrat pétrolier portant sur 365 millions de tonnes sur 25 ans, soit 15 millions de tonnes par an en moyenne, soit le double des exportations actuelles, pour un total de 270 milliards de dollars.

Sur l’enchère brésilienne dévoilée lundi, les Chinois se sont lancés en dépit du très onéreux défi technologique que représente l’exploitation du gisement, enfoui sous une épaisse couche de sel entre 5 et 7 km sous le niveau de la mer.

Les groupes chinois sont partis en retard (dans la course aux réserves d’hydrocarbures mondiales), donc ils doivent maintenant se rabattre vers des actifs nouveaux qu’il est plus difficile d’évaluer, a expliqué l’analyste Li Li.

L’accord viendra renforcer les relations économiques déjà florissantes entre les deux pays, la Chine étant un acheteur majeur de soja brésilien et le Brésil représentant le 10e partenaire commercial de Pékin.

 



Article ancien.
Les commentaires sont désactivés



Alerter

7 Commentaires

AVERTISSEMENT !

Eu égard au climat délétère actuel, nous ne validerons plus aucun commentaire ne respectant pas de manière stricte la charte E&R :

- Aucun message à caractère raciste ou contrevenant à la loi
- Aucun appel à la violence ou à la haine, ni d'insultes
- Commentaire rédigé en bon français et sans fautes d'orthographe

Quoi qu'il advienne, les modérateurs n'auront en aucune manière à justifier leurs décisions.

Tous les commentaires appartiennent à leurs auteurs respectifs et ne sauraient engager la responsabilité de l'association Egalité & Réconciliation ou ses représentants.

  • Les Chinois auront donc droit à 20% du gisement, il est possible que Total aie plus : pas de quoi s’effrayer .

     

    • exactement !!!

      Pour les gens peu au faîte des montages industriels d’envergure ; ce type de groupement se construit en général pour trois raisons au choix :

      - le client (en l’occurrence le gouvernement brésilien) a imposé des contraintes financières inatteignables ;
      - le marché est gigantesque ou très risqué et il va être difficile voire ruineux d’obtenir les garanties bancaires (cautionnements ou en anglais "surety bonds") requises ;
      - un des membres du groupement est certain d’obtenir le marché à cause de magouilles usuelles et les autres ne sont que des poissons pilotes qui se gavent des débris laissés sur son passage par le requin désigné.

      Rappelez vous toujours que dans tous les cas de figure, dans ces contrats de concession, le seul vrai vainqueur sera une banque. Certes les pétroliers seront aussi vainqueurs mais ils sueront sang et eau et prendront des risques de fous pour faire 2 ou 3 points de marge pendant les cinq premières années alors que le JP Morgan ou équivalent qui aura donné la garantie bancaire fera 10 % sur un montant moindre certes mais sans lever le petit doigt.

      Ceci dit, si ces branques ont gagné, ça veut dire que Texaco, BP, Chevron, Exxon et leurs nervis Bechtel et Halliburton se la sont faite mettre. C’est peut-être ça la bonne nouvelle en fait ici.


    • Pour le moment tout va bien,
      Ce qui est important ce n’est pas la chute, c’est l’atterrissage ;)


    • Total a 20% aussi, donc la France et la Chine sont à égalité sur le gisement, c’est plutot un succès pour la France .


  • Faut il se réjouir de la multi-polarité induite par la suprématie chinoise ou serrasse juste une tête de plus à l’hydre impériale ? (c’est une vrai question).
    En tout cas on peu se dire qu’elle n’est pas israelo-centrée comme les usa, je vois mal Li Keqiang et Xi Jinping déclarer leur attachement éternel quand même.
    Sinon merci à E&R de véhiculer des articles toujours très intéressants et pointus sur l’asie qui reste la grande inconnue pour nous "occidentaux".



  • dont les réserves gigantesques sont estimées entre 8 à 12 milliards de barils de brut




    la demande en carburants liquides de la Chine augmente de 13% entre 2011 et 2014, pour atteindre plus de 11 mbj



    Si je comprends bien ces réserves "gigantesques" couvriraient même pas 3 ans des besoins totaux de la Chine ! Plutôt que "gigantesques", "minables semblerait plus approprié pour décrire ces réserves ! Nous en sommes à racler les fonds de tiroirs, situation inquiétante !


  • Il est surtout temps de révolutionner ce besoin archaïque d’hydrocarbure comme source d’énergie. Nous disposons de moyens alternatifs, nous avons les idées pour les appliquer, mais les lobbys pétroliers empêchent de progresser dans ce domaine en ne fournissant aucun crédit financier ni politique. Le Capitalisme est l’ennemi du Progrès. C’est insupportable.