Egalité et Réconciliation
https://www.egaliteetreconciliation.fr/
 
A A A
imprimer

La Corée du Nord réussit un tir de missile balistique intercontinental

Échec retentissant de la politique américaine de sanctions

Le 4 juillet 2017, soit le jour de la fête nationale américaine, la République populaire démocratique de Corée (RPDC) a procédé au tir d’un missile balistique de type Hwasong-14 : elle affirme avoir lancé avec succès, pour la première fois, un missile balistique intercontinental (acronyme anglais : ICBM). Si les experts étrangers discutent la portée de ce tir, de nouveau unanimement critiqué par les États-Unis et les pays occidentaux car contrevenant aux sanctions des Nations unies, il marque en tout cas un nouveau progrès dans le programme balistique nord-coréen, posant de nouveau la question de l’efficacité de la politique de sanctions pour empêcher le développement des programmes balistiques et nucléaires de la RPD de Corée.

 

Selon les autorités nord-coréennes, le lancement, décidé et supervisé par le Maréchal Kim Jong-un, aurait permis à l’engin d’atteindre une altitude de 2 802 km. Il aurait volé sur une distance de 933 km, avant de tomber dans la mer de l’Est. Toujours selon les médias de la RPDC, la Corée du Nord, puissance nucléaire, serait désormais dotée d’ICBM lui permettant de « frapper tout endroit au monde ».

Si les militaires occidentaux ont été très prudents sur la portée de ce tir, la Russie, d’après les données paramétriques, estime qu’il s’agit d’un tir de portée intermédiaire – soit une catégorie immédiatement inférieure à celle des missiles de type ICBM, dont la portée est supérieure à 5 600 kilomètres. Pour sa part, David Wright de l’Union of Concerned Scientists, estime, avec d’autres experts, la portée du missile nord-coréen à 6 700 kilomètres, ce qui permettrait à la RPDC d’atteindre l’Alaska. Dans tous les cas, les progrès du programme balistique nord-coréen sont réels, et ceux-ci se sont manifestement accélérés sous l’impulsion du dirigeant nord-coréen Kim Jong-un depuis son arrivée au pouvoir en 2011.

Sur les motivations des programmes balistiques et nucléaires de la RPDC, l’historienne Juliette Morillot observe, dans un entretien à 20 minutes, que leur développement procède d’un sentiment légitime d’insécurité des Nord-Coréens face à la politique américaine, aujourd’hui marquée par l’imprévisibilité de l’administration Trump :

« La Corée du Nord se sent menacée par les Américains, et de fait, elle l’est. En atteste il y a quelques semaines l’annonce par Trump de l’envoi d’un porte-avions américain dans la zone. Kim Jong-un craint que Donald Trump, qui a 28.000 soldats américains postés sur le sol sud-coréen, ne décide d’envoyer ses troupes envahir la Corée du Nord. D’ailleurs, entre Donald Trump et Kim Jong-un, c’est bien Donald Trump qui est le plus imprévisible des deux. »

Pour Europe 1 et le JDD, le journaliste Vivien Vergnaud souligne que la poursuite du programme balistique nord-coréen s’inscrit dans « un contexte de menaces répressives » :

« La Corée du Nord réalise des tirs de missiles balistiques dans un contexte de menaces répressives, qu’elles viennent des sanctions des Nations Unies portées par les Etats-Unis, le Japon et la Corée du Sud. »

Pour l’auteur Philippe Pons, les programmes militaires nord-coréens ne s’inscrivent ainsi plus dans une logique de négociation (qui consisterait à les arrêter, voire les démanteler, en contrepartie notamment de garanties de sécurité), mais « relèvent d’une nécessité stratégique » :

« Les programmes nucléaires et balistiques nord-coréens ne sont plus une monnaie d’échange dans une négociation : ils relèvent d’une nécessité stratégique. »

Comme le soulignent des experts nord-américains cités par Laurent Barthélémy (bureau de l’AFP à Washington), il convient que l’administration américaine prenne acte de l’échec de la politique de sanctions et se fixe d’autres objectifs de négociation que ceux, désormais dépassés, d’une dénucléarisation de la péninsule coréenne :

« Pour un certain nombre d’experts américains, les États-Unis n’ont plus d’autre choix aujourd’hui que de prendre acte des progrès de Pyongyang, et de rechercher désormais des objectifs moins ambitieux qu’un abandon pur et simple de son programme de missiles nucléaires.

Aujourd’hui, la fenêtre pour négocier une dénucléarisation de la péninsule coréenne”, objectif traditionnel de l’administration américaine, “est close”, a déclaré à l’AFP Jeffrey Lewis, un chercheur de l’Institut Middlebury des études internationales, dont le siège est en Californie.

Washington doit prendre acte des progrès nord-coréens et désormais chercher à “réduire la tension” avec Pyongyang, “tout en renforçant la dissuasion” face aux armes nucléaires du régime, explique-t-il.

Ça ne sert à rien de faire pression pour empêcher le passage d’un seuil déjà franchi”, a renchéri Adam Mount, un expert du cercle de réflexion Center for American progress, à Washington. »

Cette position réaliste et raisonnable est celle de Moscou et Pékin, qui relançaient le même jour (avant le tir nord-coréen) leur proposition que Washington et Séoul suspendent leurs manœuvres militaires dans la péninsule coréenne, en contrepartie d’un gel (et non d’un démantèlement) de ses programmes balistiques et nucléaires militaires par Pyongyang. La Chine, qui préside par ailleurs le Conseil de sécurité des Nations unies au mois de juillet, a affirmé, par la voix de son ambassadeur aux Nations unies Liu Jeyi, la nécessité de diminuer les tensions pour empêcher des conséquences « désastreuses », en revenant à la table des négociations :

« Si les tensions s’enveniment... Tôt ou tard, cela va devenir hors de contrôle et les conséquences seront désastreuses (...) Nous ne pouvons pas nous permettre d’attendre trop longtemps sans que le dialogue ait lieu. »

Mais Donald Trump, qui a réagi par un tweet de colère au tir balistique nord-coréen (« La Corée du Nord vient juste de lancer un autre missile. Ce type n’a-t-il rien de mieux à faire de sa vie ? ») est-il prêt à agir de manière raisonnable ? Formons le vœu que la communauté internationale saura l’en convaincre, pour la paix et la prospérité non seulement de l’Asie du Nord-Est, mais aussi les nôtres, au regard des conséquences effroyables qu’aurait un affrontement militaire entre ces deux puissances nucléaires que sont la Corée du Nord et les États-Unis.

À ne pas manquer, sur E&R :

 

La violence américaine, chez Kontre Kulture :

 

Voir aussi, sur E&R :

 






Alerter

12 Commentaires

AVERTISSEMENT !

Eu égard au climat délétère actuel, nous ne validerons plus aucun commentaire ne respectant pas de manière stricte la charte E&R :

- Aucun message à caractère raciste ou contrevenant à la loi
- Aucun appel à la violence ou à la haine, ni d'insultes
- Commentaire rédigé en bon français et sans fautes d'orthographe

Quoi qu'il advienne, les modérateurs n'auront en aucune manière à justifier leurs décisions.

Tous les commentaires appartiennent à leurs auteurs respectifs et ne sauraient engager la responsabilité de l'association Egalité & Réconciliation ou ses représentants.

Suivre les commentaires sur cet article

  • #1760357

    « La Corée du Nord vient juste de lancer un autre missile. Ce type n’a-t-il rien de mieux à faire de sa vie ? »...
    Venant de la part du président d’une nation qui s’ingère, avec les agissements, les dégâts inouis qu’on sait, depuis 150 ans dans les existences de toutes les nations du monde, voilà qui ne manque pas de sel. Faut-il faire le décompte en million de vies détruites de leurs victimes, et le comparer à celui d’une Corée du Nord dont le tort fondamental est de refuser de se soumettre à ces iniques donneurs de leçons hyperviolents qui tyrannisent et vampirisent la planète ?

     

    Répondre à ce message

  • #1760362

    La Corée du Nord est le SEUL "petit pays" à avoir compris que seule l’arme nuclaire pouvait refroidir les ardeurs de l’Empire atlanto-sioniste ! J’aimerais tant que tous les autres petis prennent exemple sur elle ...

     

    Répondre à ce message

    • #1760440

      Ben l’Iran ne doit pas en être tres loin.....

       
    • #1760466

      Il me semble avoir déjà entendu Khamenei, si mes souvenirs sont bons, parler qu’eux aussi s’apprêtaient à tester des missiles, et il était aussi mentionné qu’ils n’en auraient faire de la pression américaine.

      Ce n’est peut-être pas l’arme nucléaire, je ne sais pas, mais je crois que malgré tout les américains n’accepteraient pas, arme nucléaire ou pas.

      En tout cas, c’est peut-être par là que la nouvelle diabolisation de l’iran viendra (après avoir été accusé de sponsoriser le terrorisme), et le passage en force pourrait devenir plus probable.

       
  • #1760501

    Je ne pense pas que la Corée du Nord soit capable de lancer un missile intercontinental pas plus que je ne croie en la pluralité des médias en France.

     

    Répondre à ce message

  • #1760519
    Le 5 juillet à 15:52 par Aiguiseur de guillotines
    La Corée du Nord réussit un tir de missile balistique intercontinental

    Ça va encore gueuler .

     

    Répondre à ce message

  • #1760605

    Corée du Nord où le simple fait d’être chrétien est interdit, ils se font traquer, et direction les camps de "travaux forcés" s’ils se font attraper, j’imagine même pas l’horreur dans ces camps, loin de toute justice, les bourreaux se font plaisir d’après les témoignages.
    Voilà juste un "détail" concernant ce régime pourri.
    J’ai choisi mon camp dans cette histoire...

     

    Répondre à ce message

    • #1760821
      Le 5 juillet à 21:43 par Évêque d’ipone
      La Corée du Nord réussit un tir de missile balistique intercontinental

      Y a pas besoin d’aller si loin, en France c’est pareil.
      Depuis 1905 combien reste t’il de vrai chrétiens ?

       
    • Sympa, ils ont tout compris ces gens décidément !
      Sérieusement... le principe vous plaît tant que ça, d’avoir des citoyens dont l’allégeance va en premier au chef d’un autre État, dans ce cas le Vatican ?
      Et entres les bouddhistes et les Chrétiens, les plus coincés du cul, c’est quand même les Chrétiens. Continuez le boulot les Coréens, dans 50 il en restera plus un seul. Comme au Japon dans la période Édo ! Le christianisme n’est pas dans l’ADN de l’Asie. Vous parlerez de la "dignité de la personne humaine" ou de l’ "égalité devant la grâce" au paradis, avec les Cathares dont l’Église n’a fait qu’une bouché. Je défends le christianisme, sauf quand il tente de se répandre.

       
    • #1761369

      NicolasQ
      Et ce sont les mêmes qui se plaignent quand des Français Musulmans Wahabisés font allégeance à une Nation autre que la Nation Française ou rejette la culture française et servent de cheval de Troie en l’occurrence à l’Arabie Saoudite/EAU/Qatar servant ainsi indirectement de 5ème colonne à Israël Dont notre État est déjà le vassal pour prendre la population en sandwich et lui imposer ses politiques néolibérales qui dépouille les peuples !

      Ne vous est-il pas venu à l’esprit que ces Chrétiens de Corée du Nord sûrement des évangélistes comme la majorité des Chrétiens de Corée du Sud, sont utilisés comme 5 ème colonne par ceux qui tiennent La Chapelle chrétienne évangéliste c’est à dire les Judéo-protestants sionistes américains ?!?!

      C’est l’hôpital qui se fout de la charité !

       
  • #1761029

    « La Corée du Nord vient juste de lancer un autre missile. Ce type n’a-t-il rien de mieux à faire de sa vie ? »..
    Mr le président , si votre pays ,et celui de votre maitre (l’entité sioniste) ,n’existiez pas , tous les peuples du monde seraient en paix .

     

    Répondre à ce message

  • #1761060

    J’allais poster un commentaire intelligent, jusqu’à ce que je lise le tweet de Donald Trump, oui éviter de finir vos articles par des tweets americain, sur tout que l’article était très bon, car on a l’avis de plusieurs personnes qui se penchent assez souvent sur le sujet, à le télévision on les appelle "spécialistes"

     

    Répondre à ce message