Egalité et Réconciliation
https://www.egaliteetreconciliation.fr/
 
A A A
imprimer

La France et l’origine de la tragédie palestinienne

Par Philippe Prevost

On a cru pendant longtemps que le gouvernement anglais avec la "déclaration" Balfour était seul responsable de la tragédie que vivent les Palestiniens depuis plus de quatre-vingts ans.

Sans prétendre refaire totalement cette douloureuse histoire, l’auteur de ce livre montre que la France a joué un rôle dans ce qui s’est passé entre 1914 et 1922 et qu’elle doit d’abord s’en prendre à elle-même si, en dépit de l’influence prépondérante que la monarchie avait acquise dans cette région durant les siècles passés, elle s’est retrouvée complètement évincée de Terre sainte en 1922.

Deux hommes ont joué un rôle déterminant dans toute cette affaire : un diplomate, François Georges-Picot et un homme politique, Clemenceau.

Le premier a mis en route une machine infernale qui l’a dépassé, le second a abandonné la Palestine par idéologie et à la suite de faux calculs.

Telle est l’histoire passionnante et parfois stupéfiante qui est racontée dans ce livre.

 

 

 

Lire aussi sur ce sujet :

 



Article ancien.
Les commentaires sont désactivés



Alerter

11 Commentaires

AVERTISSEMENT !

Eu égard au climat délétère actuel, nous ne validerons plus aucun commentaire ne respectant pas de manière stricte la charte E&R :

- Aucun message à caractère raciste ou contrevenant à la loi
- Aucun appel à la violence ou à la haine, ni d'insultes
- Commentaire rédigé en bon français et sans fautes d'orthographe

Quoi qu'il advienne, les modérateurs n'auront en aucune manière à justifier leurs décisions.

Tous les commentaires appartiennent à leurs auteurs respectifs et ne sauraient engager la responsabilité de l'association Egalité & Réconciliation ou ses représentants.

  • La France et l’origine de la tragédie palestinienne

    Des Français mais pas la France.

    C’est comme Hollande et le Vel d’hiv, il a voulu accuser la France et bon nombre d’entre nous se sont offusqué.

     

    • #241156
      le 15/10/2012 par Moi, Peter Sellers
      La France et l’origine de la tragédie palestinienne

      Hitler, mais pas l’Allemagne... Ça tombe sous le sens ? La précision est-elle utile ? Je ne sais pas.
      Mais c’est vrai que dans certains cas l’entité même, le pays est scélérat... Effectivement, Israël est coupable en tant qu’entité. D’ailleurs d’après les accords internationaux non-respectés le crime y es consubstantiel.


    • #241171
      le 15/10/2012 par manuel sans les mains
      La France et l’origine de la tragédie palestinienne

      La France responsable de l’ esclavage
      la France coupable de la colonisation
      La France responsable de l’ antisemitisme
      la France coupable de la crise de la dette
      La France responsable du réchauffement climatique
      la France coupable de la pollution
      La France responsable que les nains ne sont pas grands
      la France coupable que les femmes ne peuvent pisser debout
      ...
      c’ est même plus drôle.


    • @ Manuel

      Vous m’avez arraché ces mots de la bouche.
      La France, autrement dit les Français, responsables de tout, devront boire le calice jusqu’à la lie. Après la Shoah, après l’esclavage, place maintenant aux palestiniens, et encore plus de haine contre la France de la part des envahisseurs allogènes.


    • #241479

      On se demande bien pourquoi il parle de la France quand il devrait parler de la République.


    • Le titre du livre est "La France et la tragédie palestinienne". Le titre de l’article est faux.

      Personne n’a dit que le France était responsable de cette tragédie. Même l’auteur qui révèle ces faits historiques au public n’accuse pas la France mais admet simplement que Clémenceau a fait fi de tout le passé français en Terre Sainte, passé qui aurait pu éventuellement permettre de laisser la vie sauve au peuple palestiniens.

      Il faut savoir des fois réfléchir un peu avant de poster des idioties.


    • Oui, merci "Michel" pour cette rectification. A croire que certains finissent par être paranos... C’est vrai qu’il est préférable de ne lire que le titre déformé de la vidéo se rapportant au livre, plutôt que le titre ’accessoire’ du livre donné par l’auteur lui-même !
      Mais ne passe t-on pas son temps à dire/lire un peu partout que : "LES ETATS-UNIS", "ISRAEL", "LA RUSSIE", "L’IRAN" ETC... font ci ou font ça, sont responsables de ci ou de ça, sans que cela ne fasse réagir là qui que ce soit ? Sans s’occuper, alors, de faire la distinction entre les gouvernements et les peuples ??

      Sujet intéressant. Je savais que les accords Sykes-Picot était une sorte de dépeçage du Moyen-Orient mais, n’ayant pas encore fouillé la question, je ne m’apercevais pas des liens importants qu’ils entretenaient avec le début de la bérézina palestinienne. Je dois avouer que la comparaison entre la carte de la Palestine d’avant 1947 et celle d’aujourd’hui m’a soufflé !!

      De toute façon, on peut dire, dans son ensemble, que les pays coloniaux ont foutu la m... un peu partout et que cela nous revient toujours, un jour où l’autre, et pour plusieurs générations, dans la figure ! Tant que les hommes de pouvoir ne sentiront pas la responsabilité que leurs actes ont sur le long terme, nous n’avancerons pas moralement d’un pouce...


  • #241183

    Il est toujours utile de se remémorer combien il fut impératif, et combien il le demeure, pour les sionistes de faire en sorte que les citoyens de confession juive se sentissent mal dans leur patrie d’origine qu’à l’évidence ils rechignaient à quitter. Ce point a d’ailleurs été déjà soulevé par Jacob Cohen.

    Vu sous cette perspective, on comprend mieux pourquoi certains plumitifs comme Herzl ou Lecache ont avec constance poussé à la roue pour mettre en exergue « le juif » ou « les juifs » au sein des nations respectives auxquelles ils appartenaient, puisqu’ils souhaitaient dans le fond que les ghettos se perpétuent afin de valider leur projet fumeux imprégné de racisme. De manière apparemment paradoxale, parmi les meilleurs fourriers des poncifs judéophobes - le juif essentialisé, forcément errant et mis au ban des nations -, nonobstant les imbéciles rabiques, on retrouve toujours les sionistes dans le rôle des pompiers pyromanes. La seconde guerre mondiale et certains de ses mythes en forme d’abat-jour ou de savonnette continuent de jouer ce rôle aujourd’hui.

    Pourtant certains refusent de voir réduits les richesses d’une culture et d’une longue histoire à du folklore malsain, comme le montre cet entretien d’hier à partir de 18 minutes et 30 secondes, et je pense qu’il est important de le rappeler : http://www.franceculture.fr/player/...

    — À la limite il [un historien américain juif, Yosef Yerushalmi] trouvait que c’était très malsain [le rappel constant des persécutions contre les juifs durant la seconde guerre mondiale].
    — Mais parce qu’il a raison. Est-ce que vous le pensez aussi ?
    — Ah, moi, tout à fait. Tout à fait.


  • Le titre du livre est " La France et la tragédie palestinienne" et non "La France est la cause de la tragédie palestinienne"..

    Je dis ça pour ceux qui postent un peu vite sans lire le titre


  • Je m’intéresse aussi a la Palestine, puisque j’y trouve des points communs avec L’Europe. Notre terre commune est aussi colonise, et les seules pierres que nous avons, aujourd’hui pour résister a cette colonisation est Internet. Et je ne tomberai pas dans le piège, disant que les Français ont une responsabilité a cette injustice. La France que je connais a baisser son froc devant les Alliés, et c’est pourquoi, aujourd’hui nous sommes révoltés. Les générations antérieures avait la possibilité de changer les choses, mais aujourd’hui elles sont soumisses a des préceptes qui ne sont plus les nôtres. Quand a cette soit disant injustice, je la vois tous les jours avec les miens.
    Il est grand temps que le combattant nationaliste devienne un combattant pour sa propre terre. La Palestine n’est pas un combat européen.


  • #244454