Egalité et Réconciliation
https://www.egaliteetreconciliation.fr/
 
A A A
imprimer

La Géorgie demande la protection de l’Otan contre la Russie

Les autorités géorgiennes préparent une requête pour accélérer l’adhésion du pays à l’Otan. Les autorités sont préoccupées par le scénario qui se déroule aujourd’hui dans la région ukrainienne de Crimée et tente de minimiser les risques, écrit jeudi 20 mars le quotidien Nezavissimaïa gazeta.

Tbilissi peut compter sur le soutien traditionnel des États-Unis, de la Pologne et des pays baltes mais rien n’indique encore que les principaux opposants à cette adhésion - la France et l’Allemagne – vont changer d’avis.

La Géorgie peut espérer obtenir un plan d’action pour l’adhésion à l’Otan (MAP) au sommet des Etats membres de l’Alliance début septembre au Pays de Galles – la dernière étape avant l’adhésion du pays candidat. Mais Tbilissi est extrêmement préoccupé par les événements en Ukraine et cherche à persuader ses partenaires occidentaux de la nécessité d’adhérer à l’Otan dès maintenant.

Le ministre pour l’Intégration européenne et euro-atlantique Alexi Petriachvili pense que la direction de l’Alliance, qui apprécie réellement le niveau accru des risques, devrait aller dans le sens de la Géorgie.

Cependant, ces espoirs entrent en dissonance avec l’appréciation de la situation par l’ambassadeur des États-Unis en Géorgie Richard Norland. "Je sais que la Géorgie craint que l’histoire se répète. Il est important de travailler ensemble afin de l’éviter… La communauté internationale travaille conjointement à ce sujet. La Géorgie fait partie de la communauté internationale et nous avons des objectifs communs", a-t-il déclaré aux journalistes géorgiens.

Sans garanties occidentales de sécurité en cas d’actions de forces de la Russie, la partie pro-occidentale de la population géorgienne est vraiment préoccupée. L’ex-ministre des Affaires étrangères Grigol Vachadze a même écrit sur sa page Facebook un commentaire sarcastique :

"Je présente à l’Occident mes condoléances suite au décès du droit international. Il nous manquera énormément ! Il était faible… très souvent il n’obtenait de réponses, mais il était tout de même nécessaire et apportait par sa présence l’apaisement dans ce monde de folie".

En même temps, Vachadze a "félicité" les autorités géorgiennes pour la nouvelle doctrine de politique étrangère de la Russie qui s’intitule "sur la souveraineté limitée des pays postsoviétiques". Sur un autre ton, il affirme également qu’il "faut tout faire pour l’adhésion immédiate à l’Otan et ne pas se réjouir d’une éventuelle obtention d’un MAP".

Les avis et les commentaires des personnalités publiques sur Facebook semblent plus radicaux. On y exige des autorités de mettre des points sur les i dans les relations avec l’Otan : la question de savoir ce que la Russie peut faire avec la Géorgie, après avoir reconnu la souveraineté de l’Abkhazie et de l’Ossétie du Sud, suite aux événements en Ukraine a perdu son sens : la Russie, dont l’armée n’est qu’à quelques dizaines de kilomètres de Tbilissi, fera tout ce qu’elle souhaitera.

Et si en présence de la menace actuelle les partenaires occidentaux n’ont pas l’intention d’assurer la protection de la Géorgie et de l’accepter au sein de l’Otan, qu’ils cessent de faire des promesses inutiles – la Géorgie devra chercher elle-même une solution et les soldats géorgiens cesseront de mourir pour des idéaux occidentaux en Afghanistan.

Une telle perception de la réalité semble commencer à prévaloir au sein de la société géorgienne.

À voir, également sur E&R : L’adhésion de la Géorgie à l’OTAN : une perspective incertaine

 



Article ancien.
Les commentaires sont désactivés



Alerter

9 Commentaires

AVERTISSEMENT !

Eu égard au climat délétère actuel, nous ne validerons plus aucun commentaire ne respectant pas de manière stricte la charte E&R :

- Aucun message à caractère raciste ou contrevenant à la loi
- Aucun appel à la violence ou à la haine, ni d'insultes
- Commentaire rédigé en bon français et sans fautes d'orthographe

Quoi qu'il advienne, les modérateurs n'auront en aucune manière à justifier leurs décisions.

Tous les commentaires appartiennent à leurs auteurs respectifs et ne sauraient engager la responsabilité de l'association Egalité & Réconciliation ou ses représentants.


  • Et si en présence de la menace actuelle les partenaires occidentaux n’ont pas l’intention d’assurer la protection de la Géorgie et de l’accepter au sein de l’Otan, qu’ils cessent de faire des promesses inutiles – la Géorgie devra chercher elle-même une solution et les soldats géorgiens cesseront de mourir pour des idéaux occidentaux en Afghanistan.



    Le château de cartes s’effondre ! ^^


  • Encore une manoeuvre de la Georgie pour rentrer rapidement dans l’UE !!


  • Faire entrer la Géorgie dans l’OTAN, c’est une provocation sioniste et un piège tendu à Poutine , "on vous encercle et on en a le Droit !" .


  • Comment l’Otan pourrait-elle protéger la Géorgie, lorsque la plupart des élites Américaines ne se montrent guère plus en mesure de protéger le reste de leur population de la très grave misère morale ou matérialiste qui s’annonce graduellement avec le progrès ? Dans le monde moderne, le mal ressemblerait-il d’abord au bien, à croire que oui pour les plus aveugles à tous prix.


  • La Géorgie n’a aucune chance d’être acceptée au sein de l’OTAN. Pour intégrer l’organisation, il faut avoir des frontières sûres et reconnues et aucun différend avec les pays voisins concernant leurs tracé.
    Or la Géorgie a des problèmes avec l’Ossétie du Sud, république ayant proclamé son indépendance que Tbilissi ne reconnaît pas, mais que Moscou protège..
    Si la Géorgie intègre l’OTAN, il lui suffira après de lancer une attaque contre l’Ossétie puis de réclamer l’application de l’article 5 pour faire intervenir les autres membres pour la seconder, face à... la Russie.
    Or, personne n’a envie de déclencher une guerre contre la Russie. La seule chose de raisonnable à faire pour ce pays afin de s’assurer une sécurité à long terme, c’est de cesser son jeu ridicule et de s’allier avec la Russie, son voisin immédiat.

     

    • Tout juste ! Je remarque d’ailleurs que l’abrutissement des masses fait aussi des victimes parmi les élites dirigeantes vu le nombre d’erreurs tactiques grossières commise par certains dirigeants du coin. Le cas Erdogan est le plus remarquable dans la mesure où, non content de s’être fait blouser avec l’Irak (ce pays servant maintenant de base arrière officielle pour les kurdes), l’andouille a remis ça avec la Syrie,(quand on a des racines communes avec un pays voisin t qu’on se retourne contre ce dernier, ça s’appelle griller ses atouts), laissé la Grèce se démembrer sans rien faire (alors que bon, pays frontalier ET montagneux, tu fais gaffe, sinon, ça te fait un Liban) et se poser en partenaire US alors que le russe est ton voisin direct (bon pour le coup, il l’a plutôt mise e n veilleuse sur la crise ukrainienne, le reccep, comme quoi, même les ânes fisissent par apprendre quelque chose).

      Le cas Géorgien arrive en deuxième position, suivi de près par le magma politique libanais pour l’ensemble de son œuvre depuis 75.


  • ils seront contents en géorgie d’etre protègé comme l’ont été les lybiens, les afghans, les irakiens etc etc etc. ils ont des hommes politiques comme chez nous , pourris et traitres.


  • Ils ont les miquettes maintenant, en voyant que du côté OTAN, il n’ y avait que du vent.....Les néonazis de Kiev pourront faire leurs ces quelques vers de La Fontaine en repensant au discours de mirliton du philosophe Botulien au Maidan : "Sachez que tout flatteur vit aux dépens de celui qui l’ écoute....Cette leçon vaut bien un fromage, sans doute."


  • “Et si en présence de la menace actuelle les partenaires occidentaux n’ont pas l’intention d’assurer la protection de la Géorgie et de l’accepter au sein de l’Otan, qu’ils cessent de faire des promesses inutiles – la Géorgie devra chercher elle-même une solution et les soldats géorgiens cesseront de mourir pour des idéaux occidentaux en Afghanistan.
    Une telle perception de la réalité semble commencer à prévaloir au sein de la société géorgienne.”
    Les Géorgiens commencent a comprendre dans quel pétrin les ont mis les politiques aventureuses de Saakashvili et ses prédécesseurs...ils commencent a comprendre que vaut la parole et les engagements des politiciens occidentaux...dure,dure,la gueule de bois au moment du réveil...