Egalité et Réconciliation
https://www.egaliteetreconciliation.fr/
 
A A A
imprimer

La Hongrie dit adieu au FMI

Le gouvernement conservateur hongrois dirigé par Viktor Orbán a annoncé qu’il rembourserait avant la fin de l’année, avec un trimestre d’avance, la dernière tranche de 2,2 milliards d’euros du prêt de 20 milliards accordé par le FMI au gouvernement de la coalition socialiste-libérale en 2008.

La Hongrie avait alors été le premier pays de l’Union européenne à obtenir un prêt du FMI. En 2011, après des négociations infructueuses entre le gouvernement du Fidesz et le FMI, la Hongrie avait décidé de ne pas renouveler ce prêt et de se débrouiller seule pour remonter la pente après la gestion désastreuse de ses prédécesseurs. Viktor Orbán avait ouvertement critiqué les conditions que le FMI voulait imposer à la Hongrie et il s’en était pris à l’institution internationale pour sa politique en Grèce, à Chypre et en Espagne. Aujourd’hui, la Hongrie a renoué avec une croissance modeste, le chômage y est en légère baisse, à 10,5 %, et la Commission européenne a abandonné en juin sa procédure pour déficits excessifs puisque le déficit des finances publiques a été ramené par le gouvernement du Fidesz en dessous de la barre des 3 % du PIB. Le FMI a d’ailleurs reconnu lui-même récemment que ses politiques menées de concert avec l’Union européenne avaient contribué à aggraver la situation dans les pays d’Europe qui ont eu recours à son « aide », notamment en Grèce.

Les résultats économiques positifs obtenus par le Fidesz en Hongrie devraient inciter les gouvernements européens à la réflexion plutôt qu’à la critique car ils ont été accompagnés d’une baisse drastique de l’impôt sur le revenu ramené à 16 % quel que soit le niveau de revenu (principe de l’impôt linéaire, non progressif), d’un allègement de la fiscalité sur les PME et de la mise en place d’une politique familiale de grande ampleur : allègements fiscaux importants dès le premier enfant, et dont l’importance s’accroît en proportion du nombre d’enfants quel que soit le niveau de revenus, et également de nombreuses aides financières et matérielles. Par ses mesures en faveur des familles introduites successivement depuis l’arrivée au pouvoir du Fidesz en 2010, le gouvernement conservateur hongrois souhaite réagir au désastre démographique auquel fait face le pays, avec un taux de fécondité de 1,21 enfant par femme en 2011 !

Pour compenser les pertes du budget, le Fidesz a accru la fiscalité de crise sur les grosses multinationales et notamment sur le secteur bancaire, le secteur des télécommunications, le secteur énergétique et la grande distribution. Le secteur bancaire en Hongrie, qui est aux mains des grandes banques internationales, est l’un des plus lourdement imposés en Europe. En dépit des cris d’alarme lancés par la gauche hongroise et européenne, la fuite des investisseurs n’a pas eu lieu après ces mesures de crise. Le constructeur automobile allemand Mercedes-Benz y a même inauguré une nouvelle usine l’année dernière, sa première nouvelle usine depuis 15 ans. La Hongrie se finance aujourd’hui seule sur les marchés et peut donc se payer le luxe de remercier le FMI et de lui faire savoir que son bureau de Budapest n’a plus lieu d’être.

Conscient que sa révolution fiscale et sa politique familiale ne peuvent être efficaces qu’en garantissant stabilité et visibilité sur le long terme, le Fidesz a mis à profit sa majorité des deux tiers au Parlement hongrois pour changer la constitution héritée du régime communiste et pour inscrire sa nouvelle fiscalité et ses mesures de soutien aux familles dans des lois « cardinales » rendues possibles par la nouvelle constitution, c’est-à-dire des lois qui ne pourront à l’avenir être amendées ou révoquées qu’à la majorité des deux tiers. Si c’est un des reproches faits à la Hongrie dans le « rapport Tavares » adopté début juillet par le Parlement européen (voir l’article), les premiers signes du redressement économique et même démographique sont déjà au rendez-vous. Les traités européens ne permettent de toute façon pas à l’Union européenne d’imposer aux États membres leur politique fiscale et familiale ni de leur dire quelles sont les lois qui nécessitent une majorité simple et quelles sont celles qui requièrent une majorité qualifiée des deux tiers. Les gesticulations d’eurodéputés qui cherchent à se rendre intéressants aux yeux de leurs électeurs et celles de commissaires européens qui se rêvent ministres d’un gouvernement fédéral n’y changeront rien.

À titre de comparaison, en Pologne, autre pays d’Europe centrale dont la transition du communisme à la démocratie et à l’économie de marché s’est faite de manière incomplète et qui fait donc face au même genre de difficultés que la Hongrie, le gouvernement polonais libéral de Donald Tusk, qui a pris récemment un virage libertaire pro-LGBT et fédéraliste vanté par les grands médias et les institutions de l’Union européenne, vient d’annoncer qu’il lui fallait accroître son déficit budgétaire 2013 de plus du tiers, et faire passer ainsi le déficit des finances publics cette année de 3,9 % à 4,4 % du PIB. Autre comparaison frappante : alors qu’en Pologne c’est désormais l’opposition conservatrice du PiS, dirigée par Jarosław Kaczyński, qui est en tête dans les sondages et que Donald Tusk est de plus en plus impopulaire, en Hongrie les enquêtes d’opinion donnent toujours au Fidesz une large avance sur tous les partis d’opposition. Le parti conservateur PiS se met même à croire à une majorité absolue au parlement polonais après les prochaines élections, ce qui n’est pas évident dans un pays où les élections législatives se font à la proportionnelle et où aucun parti n’a jamais obtenu la majorité absolue depuis la chute du communisme en 1990. Une telle majorité permettrait au PiS polonais de suivre la voie des réformes politiques et économiques engagées par le Fidesz hongrois. Et aussi d’enrager encore plus la gauche européenne post-soixante-huitarde (à l’Ouest) et post-communiste (à l’Est) et ses alliés.

Approfondir le sujet avec Kontre Kulture :

 



Article ancien.
Les commentaires sont désactivés



Alerter

25 Commentaires

AVERTISSEMENT !

Eu égard au climat délétère actuel, nous ne validerons plus aucun commentaire ne respectant pas de manière stricte la charte E&R :

- Aucun message à caractère raciste ou contrevenant à la loi
- Aucun appel à la violence ou à la haine, ni d'insultes
- Commentaire rédigé en bon français et sans fautes d'orthographe

Quoi qu'il advienne, les modérateurs n'auront en aucune manière à justifier leurs décisions.

Tous les commentaires appartiennent à leurs auteurs respectifs et ne sauraient engager la responsabilité de l'association Egalité & Réconciliation ou ses représentants.

  • #474946
    le 26/07/2013 par gallier2
    La Hongrie dit adieu au FMI

    Révolution colorée pour la Hongrie en 4..3..2..1..


  • #475011
    le 26/07/2013 par Amb
    La Hongrie dit adieu au FMI

    Bravo à la Hongrie.
    Mais ils vont sans doute devoir faire face à une déstabilisation sous un prétexte quelconque... Puisque l’Empire doit reprendre la main.

     

  • #475035
    le 26/07/2013 par matrix le gaulois
    La Hongrie dit adieu au FMI

    Qu’on se le dise : le changement vient de l’est...et il se fera peut-être à l’ouest aussi : le propre des dirigeants soumis à l’euro et prônant des mesures sociétales est d’être impopulaire (Hollande est à moins de 23% dans le sondages selon le Point & le Nouvel Obs...alors, si même la pravda de Joffrin le dit...c’est que la gogôsh risquerait bien de déguster électoralement aux Municipales de l’an prochain).



    Le FMI a d’ailleurs reconnu lui-même récemment que ses politiques menées de concert avec l’Union européenne avaient contribué à aggraver la situation dans les pays d’Europe qui ont eu recours à son « aide », notamment en Grèce.



    Qu’est-ce qu’ils attendent pour se suicider alors ?

     

    • #475905
      le 27/07/2013 par mehdilandru
      La Hongrie dit adieu au FMI

      Quand l’Algérie prête au FMI

      economie.jeuneafrique.com/regions/international-panafricain/13642-quand-lalgerie-prete-au-fmi.html

      tu me prête, et après je t’attaque, et je te détruit, et je te dois plus rien...


  • #475064
    le 26/07/2013 par spirit
    La Hongrie dit adieu au FMI

    C.Q.F.D.....et merde aux banquiers !


  • #475117
    le 26/07/2013 par Cyril
    La Hongrie dit adieu au FMI

    Un bon exemple d’un pays qui réussi en se réappropriant sa souveraineté, l’indépendance dans le pilotage de sa politique économique. C’est le genre de pays qui a intérêt à sortir de la zone euro pour encore mieux tirer son épingle du jeu.

    L’exemple de la Pologne me fait par contre penser à celui de la France.

    "e gouvernement polonais libéral de Donald Tusk, qui a pris récemment un virage libertaire pro-LGBT et fédéraliste vanté par les grands médias et les institutions de l’Union européenne, vient d’annoncer qu’il lui fallait accroître son déficit budgétaire 2013 de plus du tiers, et faire passer ainsi le déficit des finances publics cette année de 3,9 % à 4,4 % du PIB".

     

    • #476213
      le 27/07/2013 par Saroumane38
      La Hongrie dit adieu au FMI

      C’est le genre de pays qui a intérêt à sortir de la zone euro pour encore mieux tirer son épingle du jeu.

      La Hongrie ne fait pas partie de la zone euro.


  • #475127
    le 26/07/2013 par Fino
    La Hongrie dit adieu au FMI

    La Hongrie peut s’attendre à des "événements inattendus" pour bientôt. L’Empire n’aime pas les pays libres de dettes.

    Ce fut le cas encore récemment en Turquie. En effet, à peine avait-elle terminé de rembourser son prêt au FMI que le pays fut "soudainement" agité à Istanbul et d’autres grandes villes pour soit disant manifester contre quelques arbres à couper.
    Le vice-premier ministre a accusé la diaspora juive d’avoir organisé ce chambard : http://www.alterinfo.net/notes/La-T...


  • #475137
    le 26/07/2013 par Mypadov
    La Hongrie dit adieu au FMI

    Fais gaffe Viktor : ton peuple va mieux mais toi tu risques de te chopper un cancer fulgurant...

     

    • #476329
      le 27/07/2013 par anonyme
      La Hongrie dit adieu au FMI

      son peuple va mieux, surtout les plus riches ! avec des impots plafonnés à 16% pour tous ça veut dire tout bénef pour les gros revenus !


  • #475139
    le 26/07/2013 par Theokratia
    La Hongrie dit adieu au FMI

    La Hongrie me devient de plus en plus sympathique. Vladimir Poutine serait-il en train de faire des petits ?


  • #475147
    le 26/07/2013 par Game_Over
    La Hongrie dit adieu au FMI

    Quenelle internationale...


  • #475193
    le 26/07/2013 par karimbaud
    La Hongrie dit adieu au FMI

    bravo !......ils ont compris, eux.

     

    • #476091
      le 27/07/2013 par Bé Hache Elle
      La Hongrie dit adieu au FMI

      C’est plutôt que leur dirigeant est un conservateur patriote.
      La solution est connue de tous mais pour la mettre en oeuvre en France il faudrait dégager tous ces politiciens étrangers : Hollande, Copé, Sarkozy ... et y placer un conservateur chrétien ou musulman.
      Eh oui, les médias nous ont tellement effrayés avec les religions qu’on est pétrifié, incapable de mettre en oeuvre le changement nécessaire pour sauver la France.


  • #475230
    le 26/07/2013 par saroumane
    La Hongrie dit adieu au FMI

    article optimiste.
    le FMI est comme un ver, il ne quitte la pomme que quand il en sucé tout le suc.
    L’independance économique de la nation n’est pas une option valide dans le cadre de l’institution du nouvel ordre mondial.
    En plus il l’annonce à l’avance, erreur tactique.
    Si le FMI est l’ennemi, il vaut mieux éviter de l’alerter en lui laissant le temps des contre mesures.


  • #475310
    le 26/07/2013 par Griever
    La Hongrie dit adieu au FMI

    Bombardement démocratique imminent !


  • #475490
    le 26/07/2013 par Simone Choule
    La Hongrie dit adieu au FMI

    Ce Viktor commence à me plaire !
    La Hongrie ne fait donc pas que dans le Porno mais dans la quenelle à la Kadhafi : j’adhère !


  • #475503
    le 26/07/2013 par Jeanjean
    La Hongrie dit adieu au FMI

    En voilà un qu’a des couilles dis-donc. Ca existe encore à ce niveau dans un gouvernement ?? Bah faut croire, mais y sont rare...


  • #475746
    le 27/07/2013 par Gloups
    La Hongrie dit adieu au FMI

    Un bon président et une politique efficace. Evidemment on nous le présente ici comme un extrémiste incompétent. Tient au fait, le gouvernement français qui aime tellement donné des leçons à la Hongrie en est où dans le remboursement de la dette ?


  • #475947
    le 27/07/2013 par anonyme
    La Hongrie dit adieu au FMI

    16% d’impot pour tous, pour les milliardaires, (que ça limite dans leurs statégie de placements !comme pour les travailleurs pauvres et les sans doute innombrables chomeurs, que ça plonge carrèment dans la misère, voire les pousse à la rue. Voilà ce qu’on aime à appeller de nos jours du "anarcho-capitalisme", bref une politique de classe.


  • #476032
    le 27/07/2013 par titine
    La Hongrie dit adieu au FMI

    Que peuvent 10 millions de Hongrois ?


  • #476093
    le 27/07/2013 par martin gale
    La Hongrie dit adieu au FMI

    Kossonom szepen !
    Article d’un interet majeur sur le bilan des 10 ans de l’entree des pays de l’Est dans l’union europeenne !
    Bien heureux de voir que les valeurs morales et leur encouragement sont encore bel et bien un vecteur de croissance pour qui respecte encore le bon sens !
    Quant au parallelisme avec la Pologne, qui a connu un passe communiste identique et qui est entree dans l’union en meme temps que la Hongrie, il est d’une importance capitale sur le lien etroit entre l’ingenierie sociale malsaine encouragee par la plupart des gouvernements europeens pour detruire peu a peu les dernieres valeurs qui subsistent et le consumerisme absurde et sans limite de la masse zombifiee de l’occident dont le comportement se traduit proportionnellement au barometre qu’est l’accroissement de sa dette publique, et donc de son asservissement progressif a l’oligarchie en place.
    Bravo Viktor, Tu ne t’es pas laisse enfiler par cette vieille salope de dany le rouge, qui a tente de te la glisser larmoyante en souvenir du bon vieux temps ou vous combattiez cote a cote !
    Vive la Hongrie (sans la transylvanie ! ;))


  • #477744
    le 29/07/2013 par satanas
    La Hongrie dit adieu au FMI

    "Pour compenser les pertes du budget, le Fidesz a accru la fiscalité de crise sur les grosses multinationales et notamment sur le secteur bancaire, le secteur des télécommunications, le secteur énergétique et la grande distribution. Le secteur bancaire en Hongrie, qui est aux mains des grandes banques internationales, est l’un des plus lourdement imposés en Europe. En dépit des cris d’alarme lancés par la gauche hongroise et européenne, la fuite des investisseurs n’a pas eu lieu après ces mesures de crise."..... Qu’en pense O.Delamarche et consors qui vivent de la spéculation et qui nous répètent qu’il faut raquer, c’est la seule solution : rembourser et serrer les ceintures ?


  • #488975
    le 09/08/2013 par Marc
    La Hongrie dit adieu au FMI

    Pas certain qu’il faille se réjouir du fait que le Fidesz inscrive la politique économique à suivre dans la Constitution, cela implique que si la population veut en changer, elle est obligée de donner une majorité élargie au gouvernement. Ce n’est pas le rôle d’une Constitution, cela ne fait pas le jeu de la démocratie du fait du système électoral en place.

    Quant à la réussite des réformes de politique économique (notamment celles ponctionnant les multinationales), elles ont pu se mettre en place dans un contexte particulier : la Hongrie est un pays de l’Est, aux coûts relativement bas, mais membre de l’UE, ce qui fait que ces entreprises font toujours du profit malgré l’impôt. Croyez bien qu’une fois qu’elles n’en feront plus suffisamment, elles auront les moyens de partir ailleurs. Une mesure similaire en France aurait eu un effet bien différent. Bref ce genre de mesure ne fonctionne qu’à court/moyen terme, tant que la Hongrie reste attractive par rapport à l’Europe de l’Ouest. Une fois que les coûts auront augmenté, ces mesures faciles ne seront plus possibles (à moins d’avoir d’autres sources d’attractivité pour les multinationales que la main d’oeuvre bon marché, comme par exemple des matières premières).

    Ceci étant dit je ne juge pas l’équité des mesures, je constate simplement leur efficacité douteuse à long terme (mais un politicien n’est pas élu pour un long mandat donc malheureusement ça lui importe peu, sauf exception).


Afficher les commentaires suivants