Egalité et Réconciliation
https://www.egaliteetreconciliation.fr/
 
A A A
imprimer

La Pologne, nouvelle tête de pont d’un plan de déstabilisation de l’Otan

En serviteur zélé des intérêts US, la Pologne endosse officiellement, dans sa relation avec l’Ukraine, le rôle du Turc de service. À l’instar de la Turquie, qui s’est révélée être une plate-forme d’un intérêt géopolitique évident pour le transit des armes et le soutien en hommes et en matériel à destination des terroristes syriens, la Pologne fournit désormais le même type d’appui à leurs homologues ukrainiens.

Donald Tusk, le Premier ministre polonais, a déclaré le 22 février 2014 que son pays assurait d’ores et déjà les soins nécessaires aux insurgés blessés de Kiev, des ordres ayant été effectivement donnés au ministère de l’Intérieur et aux Forces armées pour renforcer cette aide en mettant des hôpitaux à disposition [1]. Le ministre délégué à la Santé a confirmé les contacts de Varsovie avec les rebelles de Kiev pour « organiser la prise en charge des soins aux blessés ukrainiens ». Il en découle que la Pologne a, de fait, élargi jusqu’à près de 500 kilomètres à l’intérieur de l’Ukraine la zone sur laquelle elle entend exercer son influence, tant par l’action souterraine que par la diplomatie. En Ukraine, les services de renseignement polonais ne se contentent manifestement pas « d’aider les blessés » [des groupes terroristes]. On peut à plus forte raison présumer que les régions ukrainiennes frontalières de la Pologne – Lvov et Volyn – sont plus fortement encore sous l’emprise de Varsovie. Coïncidence ou pas, la région de Lvov a déjà tenté de déclarer son indépendance. Comme Varsovie l’a fait (et le fait en ce moment) en Ukraine, Ankara a exercé son influence en profondeur à l’intérieur du territoire syrien au plus fort de la crise qui a affecté ce pays. N’oublions pas que la Turquie a, elle aussi, abrité et soigné sur son propre territoire les combattants (terroristes) blessés en Syrie.

 

JPEG - 18.6 ko
Radek Sikorski, ministre polonais des Affaires étrangères, avec les trois principaux dirigeants de l’opposition ukrainienne, à Kiev

 

Il convient d’examiner de plus près la similitude des rapports qu’entretiennent la Pologne et la Turquie avec leurs voisins respectifs, l’Ukraine et la Syrie, pour mieux comprendre comment a été appliquée, dans l’un et l’autre cas, la méthode d’intervention du « pilotage par l’arrière » .

Notons d’abord que la stratégie du « pilotage par l’arrière » a été définie comme « un appui militaire des USA qui restent dans l’ombre et laissent à d’autres les slogans et la propagande ». C’est la stratégie adoptée pour les guerres menées sur des théâtres d’opération où, pour diverses raisons, les États–Unis répugnent à s’engager ouvertement. Elle s’appuie sur l’utilisation d’alliés, de « caciques » régionaux en charge de l’avancement des objectifs géopolitiques et géostratégiques des États-Unis, à travers un dispositif de guerre asymétrique, tandis que Washington redéploie ses forces en Asie où il souhaite opposer à la Chine une dissuasion de type conventionnel. Sur la scène européenne comme au Proche-Orient, ce sont les USA qui tirent les ficelles : pour Washington, la Pologne et la Turquie sont les marionnettes rêvées, l’une et l’autre dressées contre leurs voisins respectifs, l’Ukraine et la Syrie. Les États-uniens prennent principalement en charge l’entraînement des bandes de « l’opposition » et le renseignement. La Pologne et la Turquie font leur part du travail en apportant un soutien direct au déploiement de ces groupes sur le territoire des pays attaqués.

En Ukraine, les États-Unis ont infiltré les ONG pendant plus de dix ans pour entrer dans la place, leur allouant entre autres cinq milliards de dollars pour « aider le pays à instaurer des institutions démocratiques [2] ». Dans la campagne de propagande menée contre Kiev, la NED (Fondation nationale pour la démocratie) [3] a joué un rôle majeur pour faire avaler au public ukrainien une version relookée de la vidéo fumeuse Kony 2012 utilisée auparavant comme prétexte au renforcement de la présence militaire US en Afrique centrale [4]. Les reportages effrayants de « Danny », sur CNN, ont de la même façon été utilisés en Syrie en 2012 pour discréditer le régime de Damas [5].

Mais les ressemblances ne s’arrêtent pas là.

La Pologne et la Turquie sont toutes deux des États frontaliers de l’Otan, la Pologne étant présentée comme « le plus important de tous les pays frontaliers de l’Alliance en terme de puissance économique, politique et militaire ». Comparés à leurs voisins ukrainiens et syriens, ces deux pays d’un intérêt géostratégique majeur bénéficient d’une supériorité écrasante en matière de démographie. Ils souffrent, l’un comme l’autre, de complexes d’infériorité hérités de la gloire impériale perdue (perte de l’Union avec la Lituanie pour la Pologne et perte de l’Empire ottoman pour la Turquie). Ils partagent tous deux une frontière terrestre étendue avec les pays qui sont dans le collimateur pour « une transition démocratique ». Ils ont pareillement en commun des liens culturels et politiques importants avec leurs voisins, hérités des empires perdus, qui remontent loin en arrière, avant le déclenchement de leurs crises respectives. Cela leur confère des atouts de premier ordre, intangibles, pour intervenir sur le futur champ de bataille, de manière officielle et non-officielle, et pour mener les opérations de renseignement.

La Pologne et la Turquie abritent aussi l’une et l’autre des installations militaires importantes : l’US Air Force dispose d’une base aérienne à Incirlik, au sud de la Turquie, un radar de la défense anti-missile étant positionné à l’Est. Pour sa part, la Pologne a mis à la disposition des USA la base aérienne de Lask et un avant-poste de la défense anti-missile dans le Nord-Est, près de Kaliningrad.

Quand on observe les développements de la campagne menée par les insurgés qui s’acquittent, en Ukraine, de la tâche qui leur a été confiée, on fait un constat inquiétant : les méthodes des fascistes ukrainiens ressemblent de plus en plus à celles des djihadistes en Syrie. Comme à Damas en 2011, où des tireurs embusqués (identifiés comme des rebelles) tiraient à l’aveuglette sur la foule, des balles ont commencé à s’abattre sur les civils à Kiev, où même un reporter de la télévision russe RT a essuyé des tirs. On peut comparer la revendication par Lvov de son indépendance à la déclaration d’autonomie des Kurdes du Nord de la Syrie. Ces régions jouxtent, l’une comme l’autre, les frontières de l’État qui s’immisce dans les affaires intérieures de son voisin pour le compte du commanditaire US. On retrouve le même parallélisme dans la prise de contrôle, par les rebelles ukrainiens et syriens, des postes frontières assurant la liaison avec l’État qui les soutient. Ces manœuvres ont, pour Ankara et Varsovie, le mérite évident de faciliter le transit des armes, des hommes et du matériel à destination de la lignée de terroristes qu’ils ont engendrée. Quand les insurgés s’avèrent incapables de garder le contrôle des zones frontalières, ils recourent au pillage des entrepôts des forces gouvernementales qu’ils ont réussi à investir ; ils volent les armes, soit en les confisquant aux agents des forces de l’ordre qu’ils capturent, soit en les dérobant dans les bâtiments dont ils prennent le contrôle [6]. Les djihadistes qui combattent en Syrie sont coutumiers des prises d’otages et des exécutions sommaires. Leurs épigones ukrainiens marchent dans leurs pas, comme en atteste leur capture de soixante policiers à Kiev.

Les exemples relevés plus haut démontrent clairement que les opérations de déstabilisation menées en Ukraine et en Syrie suivent un plan bien établi. Les États-Unis sont aux commandes et appliquent leur stratégie du « pilotage par l’arrière ». Ils manipulent des États ébranlés par l’écroulement des empires dont ils faisaient partie. Ils ciblent des territoires d’intérêt majeur, situés là où ils préfèrent ne pas intervenir directement, tenir leur rôle secret, et nier à leur guise toute implication. Une autre pratique est de plus en plus largement répandue : l’utilisation de groupes extrémistes régionaux fanatisés pour soutenir une entreprise de déstabilisation au long cours. Au Proche-Orient, ce sont les radicaux islamistes qui ont été choisis pour organiser et exporter le chaos. En Ukraine, les « wahabistes locaux » sont, semble-t-il, recrutés de plus en plus souvent parmi les groupes d’extrême droite, voire nazis, pour la conduite de certaines opérations. L’Ukraine peut fort bien devenir le terrain d’entraînement des autres groupes d’extrême droite européens.

On peut aussi redouter que les groupes de factieux qui opèrent actuellement en Ukraine décident de vendre leur savoir-faire au plus offrant dans les autres pays européens. Tout comme la Turquie fait le lit des extrémistes islamistes à travers le soutien qu’elle apporte à ceux qui combattent en Syrie, la Pologne courtise dangereusement l’extrême droite nationaliste ukrainienne, comme l’attestent ses déclarations de soutien aux groupes qui utilisent la violence, et la décision récente d’évacuer et de soigner les insurgés (sans parler des autres formes de soutien tenues secrètes, dont on ignore l’étendue). Tout comme les extrémistes islamistes ont échappé à ceux qui en tiraient les ficelles, et mettent à présent en danger tout le Proche-Orient, les groupes nationalistes d’extrême droite risquent de devenir incontrôlables en Ukraine et peuvent mettre en danger l’Union européenne toute entière. Quand on compare la Pologne à la Turquie, et l’Ukraine à la Syrie, on est obligé de constater que le « Printemps arabe » est désormais inscrit, beaucoup plus profondément qu’il n’y paraît, dans le paysage européen.

Andrew Korybko

Traduction : Gérard Jeannesson

Source : Oriental Review

Note de l’Oriental Review : La féroce campagne anti-Assad que la Turquie a menée tout au long de ces trois dernières années s’est soldée par un désastre politique pour ce pays. Le Premier ministre turc, Recep Tayyip Erdoğan, s’efforce maintenant de rééquilibrer sa politique fort mal inspirée à l’égard de la Syrie. Il tente de retrouver des appuis régionaux et de reconquérir les faveurs de l’opinion publique, sa popularité s’étant effondrée en raison de son implication calamiteuse dans la tragédie syrienne. Sa dernière visite à Téhéran atteste du revirement spectaculaire opéré par la Turquie, aussi bien en ce qui concerne le raisonnement suivi que la manière d’aborder le problème syrien. Il semble bien que la Turquie ait tiré les leçons amères de l’expérience et compris ce qu’il en coûte de jouer le jeu de gouvernements étrangers dans ses relations avec un pays voisin. La Pologne sera-t-elle capable de réévaluer elle aussi, avec discernement, le rôle qui est le sien dans la crise abominable que traverse l’Ukraine ? La question reste ouverte.

 

Voir aussi, sur E&R :
- « La Pologne, objet de toutes les convoitises »
- Bassam Tahhan sur le rôle de la Turquie dans le conflit en Syrie

Sur les « révolutions colorées » et les manipulations de l’Empire, chez Kontre Kulture :

Notes

[1] http://www.telegraph.co.uk/news/worldnews/europe/ukraine/10652167/Poland-on-standby-to-receive-Ukraines-wounded.html

[2] http://www.voltairenet.org/article182080.html

[3] http://www.voltairenet.org/article1...

[4] Kony 2012 est une vidéo de propagande de l’association Invisible Children en vue de faire arrêter le chef de l’Armée de libération du Seigneur, Joseph Kony. Visionnée sur Internet par plus de 100 millions de personnes, notamment aux USA, elle a touché émotionnellement un large public sur la base d’affirmations simplistes et d’amalgames.

[5] « Danny » était le nom d’un activiste syrien, correspondant d’Al-Jazeera et de CNN, depuis Baba Amr (Homs) assiégé. En réalité, il s’agissait d’un jeune voyou rémunéré par les services secrets du Qatar pour faire accroire que la population de Homs était bombardée par le gouvernement syrien. Durant trois mois, il utilisa divers trucages pour que l’on entende et voit des bombardements imaginaires.

[6] http://rt.com/news/weapons-proteste...

 



Article ancien.
Les commentaires sont désactivés



Alerter

42 Commentaires

AVERTISSEMENT !

Eu égard au climat délétère actuel, nous ne validerons plus aucun commentaire ne respectant pas de manière stricte la charte E&R :

- Aucun message à caractère raciste ou contrevenant à la loi
- Aucun appel à la violence ou à la haine, ni d'insultes
- Commentaire rédigé en bon français et sans fautes d'orthographe

Quoi qu'il advienne, les modérateurs n'auront en aucune manière à justifier leurs décisions.

Tous les commentaires appartiennent à leurs auteurs respectifs et ne sauraient engager la responsabilité de l'association Egalité & Réconciliation ou ses représentants.

  • Les Ukrainiens ont vécu sous le joug de L’ Empire Lituanien et Polonais pendant 300ans !
    L’ Ukraine mère de la Russie depuis le Prince Kiévin Oleg le Sage (882 à 912) devenu père de la Sainte Russie défenseur de l’Empire romain d’ Orient contre les catholiques Romains dont la Russie s’est toujours méfiée ! Yvan le Terrible dernier Grand Prince de Kiev s’est octroyé le titre de "Czar" (César) de toute la sainte Russie . Plus tard profitant d’une débâcle momentanée comme la loi des armes l’impose régulièrement les ennemis héréditaires ( les catholiques) au Grand duché de Lituanie associée à la Pologne avec la bienveillance germanique ont colonisé l’Ukraine et imposé le catholicisme avant que l’Ukraine ne retourne dans le giron de la Russie par choix ! L’ Ukraine a subi la dictature Polonaise et Lituanienne , ces dernières n’ont aucun droit il ne peuvent imposé une nouvelle dictature de type nazi aidé par les Tatars, tueurs décérébrés d’origine turque de Gengis Khan, traître à la Russie !
    On ne peut pas résumer ici l’ Histoire de la Russie mais il faut savoir qu’au départ ce pays a été peuplé par les Perses, le Grecs , ... en se heurtant aux Germains, et, il s’est opposé au chrétien de Rome et plus tard au Musulman parce que ceux ci interdirait la vodka ! Enfin soyons certain que l’ Ukraine n’a rien avoir avec l’ Occident !

     

    • Certes, l’aristocratie polonaise a dominé de nombreux peuples, jusqu’à se trouver elle-même dominée par les Allemands et les Russes à partir de la fin du XVIIIe siècle, mais parler de dictature, c’est un peu exagéré ! (surtout que le terme dans son acception moderne - je ne parle évidemment pas de son usage classique, qui renvoie plutôt à notre notion d’état d’urgence - me semble anachronique pour un État du XVI-XVIIe siècle). Le Royaume de Pologne-Lituanie reposait sans doute sur une domination polonaise, mais il n’en était pas moins l’un des États les plus tolérants d’Europe, alors qu’à l’Ouest, la France, l’Allemagne et l’Angleterre étaient déchirées par les guerres de religions et en Espagne sévissait l’Inquisition. C’est pour cette raison que des minorités ethniques et religieuses (catholiques, calvinistes, luthériens, uniates, juifs, karaites, musulmans...) de tout le continent s’y sont réfugiés et ont cohabité pendant des siècles (avec une certaine prosperité, jusqu’à ce que la Prusse et la Russie ne commencent à s’affirmer et asphyxient le Royaume, tandis que sur le plan interne, le régime se sclérose).
      Quant aux Tatars, s’ils se sont alliés aux Nazis pendant la Guerre contre les Russes, ils avaient me semble-t-il quelques raisons , étant donnée la manière dont Staline les avait persécutés et déportés en masse (si la Crimée est aujourd’hui majoritairement russe et non plus tatare, c’est en grande partie grâce aux programmes de déplacement de populations orchestrés par le petit père des peuples).
      Enfin n’oublions pas que la Galicie, la région de Lvov, est historiquement polonaise. Avant la guerre la majorité de ses habitants étaient des Polonais catholiques (60%) ou juifs (25%), mais les Nazis comme les Bolchéviques les ont massacrés et Staline a ensuite décidé d’annexer cette région à la RSS d’Ukraine, alors que les Ukrainiens y avaient toujours été très minoritaires.

      Donc, je ne conteste pas la totalité de votre propos, mais il y a de bonnes raisons de le nuancer !!


    • @Paulo :

      EXCELLENT !

      je m’époumone souvent à dire qu’en Europe Centrale , il y a à boire et à manger dans l’histoire des différents peuples la composant ...
      La Pologne , même si elle peut faire "malheureuse" dans son histoire , n’a pas grand chose à envier aux autres ...
      TOUT n’est donc QUE petites vengeances historiques et manipulations !

      Ainsi la région de Lviv , historiquement polonaise se retrouve aujourd’hui au milieu de l’attention (malheur aux vaincus) , fut elle annexée par Staline ...
      La Crimée fut "donnée" à l’Ukraine par Kroutchev (lui-même ukrainien tout comme Brejnev) pour faire oublier à ses compatriotes sa part plus qu’active dans les purges Staliniennes d’avant-guerre (ayant fait des millions de morts)
      Etc... Etc...

      Reste à savoir AUJOURD’HUI si ces gens peuvent ils vivre ENSEMBLE ou non ?
      le passé est une chose ... refuser de construire un avenir commun , fut’il au nom des "erreurs" de ce passé , une tout autre !


    • @ Paulo : oui mais en compensation de la perte de la Galicie après le deuxième conflit mondial, la Pologne a héritée de la Prusse orientale et ainsi obtenu tout un littoral sur la Baltique avec de nombreux ports .
      Pour être juste dans cette histoire là, il faudrait que la Prusse orientale revienne à l’Allemagne et la Galicie à la Pologne ...

      Bien à vous


    • Entre les catholiques et les orthodoxes les relations ont toujours été plutôt bonne contrairement à celles catholiques et des protestants et il n’y a jamais eu de conflit sérieux entre l’Europe de l’Ouest et la Russie. La Russie a 2 ennemis héréditaires historiques les Littuano-Polonais et surtout les Turcs qui après avoir détruit Byzance l’ont agressé pendant des siècles.
      Aujourd’hui la Pologne est expansionniste, elle semble effectivement vouloir reconstituer ses frontières "historiques" forte du soutient américain, ce qui est amusant quand on sait que l’Allemagne qui a aussi des velléités de redécoupage des frontières peut revendiquer une partie de son territoire. C’est une attitude dangereuse parce qu’elle mènera à la guerre et de façon certaine : nous aussi on peut jouer à ça, comme les Allemands qui prétendent avoir des droits sur notre territoire historique qu’ils ont occupé par la force on peut revendiquer les zones qu’ils contrôlent encore, qui sont richissime et qui étaient à nous au départ.
      Il y a des gens qui n’apprennent jamais, je serais heureux de voir les Polonais se faire péter la gueule, ils le méritent parce qu’ils le cherchent, ils ont tué toute la famille de mon grand-père, aidé les Allemands à l’extermination des juifs et ils ont même fait les finitions des juifs survivants après 1945. Malgré tout c’est eux qui ont gagné le plus de la guerre en Europe en fin de compte, on ne leur a jamais infligé aucune sanction pour être des collabos et des assassins et aujourd’hui encore, ils échappent au harcèlement qu’Israël fait subir au reste de l’Europe, ça n’est pas normal et j’espère bien qu’un jour ils le paieront.


  • Article important, cette saleté de DCRi en France, emmène le pays vers le ko, dans sa collaboration avec israhell

    Et pendant ce temps, chacun est occupé avec son smartphone, à se faire espionner sur facebook et twitter


  • De toute façon un pays est gouverné par rapport à la condition de son peuple !!!!
    Si le peuple est bien, automatiquement on a des dirigeants bien. A l inverse si le peuple est mauvais, on a des dirigeants très mauvais.
    O citoyens inquiétons nous ; nous allons payer très chère tous ces changements !!!!!

     

    • Tu peux nous dire de quel tendance est le peuple Français ? Et qu’est-ce que le peuple Français d’après toi.
      Merci.
      Pour ma part je distingue le terme peuple propre à désigner une ethnie et le terme population qui englobe tout et n’importe quoi avec des papiers républicains.
      Et c’est le terme population ou populace qui convient le mieux à ce que tu veux dire sur l’élite.


  • c’est quand-même assez cynique de la part des polonais d’aider les successeurs du parti qui en 1942 a procédé à un génocide, le mot n’est pas trop fort, des polonais de Volhynie !
    Remarquez, de la part de ces mêmes nationaliste ukrainiens demander de l’aide de l’ancienne puissance colonisatrice de l’Ukraine rive droite, c’est passablement cynique aussi.


  • la Pologne rêve peut-être de reconstituer son empire, et de récupérer ses "confins" !


  • #741923

    Hey si vous aimez tellement la Russie ou le Venezuela, allez y vivre 1 an. Vous en reviendrez pro-américain, pro-UE, pro-Euro, etc. ;-)

    La seule ambition de Poutine c’est de redonner à la Russie sa puissance du temps soviétique... Tout un plan ! :-)

     

    • voilà le troll de service ( pro UE, pro américain) qui la ramène en occultant tranquillement les ambitions de l’impérialisme yankees dans la région comme en Europe occidentale. Ils paient bien les services américains ?


    • L’homme a une conscience, il ne fait pas que brouter et ruminer !! Garde ton matérialisme à deux balles pour tes assoiffés de bonne bouffe et de bonne baise que sont les incroyants ...


    • Moi, ça fait depuis l’acte commun que je vis dans la CEE, puis dans l’UE. Je commence aussi à en revenir.


    • Pour l’instant on vie en Europe et on a, chaque jour qui passe, d’avantages de raisons d’être anti-UE, anti-US, antisionistes...et donc, par pragmatisme : on a chaque jour plus de raisons de soutenir Poutine ou Maduro.


    • La réalité est la, les Etats-Unis semblent vouloir détruire notre état, nous méprisent et nous agressent en permanence, ce n’est pas le cas ni des méchants Russes, Vénézuéliens, Iraniens, Irakiens, Chinois... les ennemis des gentils Américains ne sont généralement pas nos ennemis même si ils ont un mauvais niveau de vie et qu’ils ne respectent pas nos droits de l’homme. Ce sont les Américains qui veulent régner sur l’univers donc disposer de nous même à notre place, c’est inacceptable de notre point de vu et même contraire à notre déclaration des droits de l’homme figurez vous.


  • tant que les nations seront, le mal sera...quoi faire...mais le plus important se sont plutot tous les suppots qui iront chercher de nouveaux adorateurs et de nouvelle victimes pour s’extasiez de la faiblesse humaine quand le chaos est present...

    tous ceci n’est qu’une quenelle...car on arrivera toujours a te convaincre que tu appartient a tel ou tel groupe pour toujours mieux divisez et te soumettre...

    nous sommes la creation de dieu personne n’a le droit de nous dire a qui ont appartient ou a nous le faire croire...



  • Tout comme les extrémistes islamistes ont échappé à ceux qui en tiraient les ficelles, et mettent à présent en danger tout le Proche-Orient, les groupes nationalistes d’extrême droite risquent de devenir incontrôlables en Ukraine et peuvent mettre en danger l’Union européenne toute entière.



    Dans un premier temps je me suis dit : tant mieux !

    Puis en y réfléchissant un peu, je réalise que c’est encore une fois une belle manipulation sionarde que l’on nous prépare :
    Le coup du danger islamiste n’a pas provoqué, suite à l’affaire Mérah, plus que ça de violences anti-musulmanes dans le peuple français, alors on va agiter le danger fasciste avec un dingue au crâne rasé qui reviendra enhardis de la place Maïdan et qui agressera des juifs ou des musulmans...et là, on va avoir le droit du Marine-Bashing au 20h pile avant les élections !

    Il faut vraiment que ceux qui soutiennent les skin de la place Maïdan en raison d’une certaine solidarité politique (que ce soit dans les commentaires de E&R ou sur Méridien Zéro) révisent leur jugement ; le trait commun à tous les manipulés, c’est qu’ils ne se rendent pas compte qu’ils le sont. Soutenir des gens qui peuvent demain commettre des actes de violences en France et permettre à Manu le catalan de jouer de la matraque & de remonter dans les sondages tout en discréditant la dissidence...ce n’est vraiment pas de ça dont on a besoin en ce moment !

    - On critique les Takferistes en Syrie, non pas par islamophobie, mais parce qu’on préfèrerait les voir combattre Tsahal aux côtés du peuple martyr de Palestine (ou les ricains en Afghanistan aux côtés de la résistance Afghane), plutôt que de manger le cœur de soldats Syriens tombés alors qu’ils défendaient leur patrie, leur foyer et leur famille.
    - On critique les fada d’extrême-gauche parce qu’ils agissent pile dans les intérêts du système par leur violence protégée par Manu le non-français...mais pas s’ils critiquent le système de façon constructive en parlant avec tout le monde, sans haine, ni violence.
    - On a de ce fait pas de raison de faire un traitement de faveur à ceux qui se disent d’extrême-droite & qui agissent tellement bien dans les intérêts de l’empire qu’ils finissent par être soutenus par BHL & BFM...alors qu’ils agressent des juifs dans les rues de Kiev.

    signé : un homme blanc, chrétien, hétérosexuel, de culture greco-latine et qui vote FN.


  • Donald Duck a déclarer avoir de lointaine origine juive : source wikipedia . Peut etre un sabatéen Franckiste comme dirait Salim ...


  • Il y a beaucoup de gens sur E&R qui qui ne se rendent même pas compte de l’animosité qu’ont envers les la Russie les habitants des anciens pays de l’ex URSS spécialement ceux de la baltique. J’avais écrit il n’y a pas longtemps que j’avais parlé avec ami arménien qui a vécu de nombreuses années en Ukraine, Pologne et Lituanie. Il m’a dit explicitement que les pro-européens vont gagner car les ukrainiens dans leur immense majorité déteste les russes. "déteste" OUI c’est bien le mot adéquat. Ils éprouvent une haine gigantesque envers les russophones, qui est selon lui encore plus intense dans les pays de la baltique. Lui qui parle que le Russe, m’a dit plusieurs personne refusait de lui répondre lorsqu’il s’adressait à un personne en russe dans la rue. Il n’y a qu’a voir qui sont ceux qui sont les plus actifs aujourd’hui en Ukraine contre les russes "les groupes dit nationalistes d’extrême-droite ". C’est une réalité que beaucoup ici ignore mais qu’il suffit que de se rendre là-bas pour le constater.

     

    • Croyez vous que l’ UE et ses alliés accepteraient un "référendum" qui entérinerait votre avis !
      Si c’était tellement vrai ce que vous écrivez l’ UE ses alliés l’aurait exigé en étant certain de la victoire pro-occidentale !
      Ils ont préféré l’insurrection armée , la terreur et le refus de toute démocratie en phagocytant le parlement et en détrônant le Président qu’ on accuse d’avoir assassiné 80 manifestants et sans tenir comptez des assassinats de policiers : nous avons tous pu voir les violences inouïes envers les policiers armés de fusils à balle en caoutchouc , de gaz lacrimogène et de canon à eau contre des manifestants équipés comme une armée le tout sous l’oeil goguenard de la presse de l’UE subsidiée ! Trois mois d’insurrection, refus de négocier , etc.. avec l’appui de l’UE et de ses alliés américain et israëlien et il n’ y que 80 morts dont des policiers ! Rappelez-vous la Roumanie et les mensonges de la presse et du politique comme pour l’Irak , la Syrie.... .


    • Vous mélangez tout gunsbourg. Je dis pas que les américains ne jouent pas les pyromanes. Ils sont les déclencheurs mais derrière le combustible ce sont les ukrainiens. Croire que les ukrainiens dans leur majorité ne sont pas hostile aux russes, c’est ne pas connaitre la réalité de l’Ukraine et des autres pays de l’ex URSS. Moi, je me prétend pas expert. Je fais que rapporter ce qu’un ami arménien qui a vécu là-bas et qui est surtout pro-russe me raconte. Il suffit que de se rendre en Ukraine pour s’en convaincre. Vous croyez que si ce président était si apprécié et soutenu par le peuple et les autorité il aurait fuit son poste et demander la protection de la Russie ? C’est du délire ! Pourquoi pensez-vous qur toutes ces révoltes réussisent dans la grande majorité des cas ? C’est pas juste uniquement parce qu’il existe des manipulations extérieurs. Ces révoltes fonctionnent car derrière il y a une véritable haine du peuple envers le pouvoir. Vous croyez que les roumains aimaient Ceausescu ? Que les tunisiens avaient un grand amour envers Ben Ali ? Moubarak pour les égyptiens ? Etc... Soyons sérieux un peu. Si ça marche si bien leur tactique c’est derrière ils ont connaissance du talon d’achille de ces pays, qui est une haine véritable de l’élite.


    • La Russie a un passé sanguinaire ( avec Staline) que la nouvelle génération continue à maudire ( amalgame des médias, comme la France et son passé de collaborateur sous Vichy).
      Certes il ne faut pas idéaliser la Russie sous prétexte qu’on est contre l’OTAN et l’UE.
      Mais en tant qu’arménien, il doit se souvenir que les russes ont protégés l’Arménie de la barbarie turque après le génocide arménien, ce qui au niveau historique n’est pas sans rappeler pour ces peuples.
      de toute façon," tout va très vite maintenant" dixit Pierre Hillard dans sa dernière intervention.


    • "Rayan", vous confondez les bolchéviques et les russes qui ont souffert de manière abjecte de la dictature communiste qui a été imposée à la Russie et aux pays satellites sans que ce ne le soit par la volonté du peuple russe proprement dit ! Ce sont les patrons de l’URSS, donc les apparatchiks bolcheviques de chaque pays qui la composait, qui sont responsables de toutes les exactions.


    • Rayan a tout a fait raison.
      Ma meilleure amie est polonaise et m’a dit exactement la même chose ! Elle m’a dit que Poutine avait fait liquidé le président polonais ( le jumeau) dans un crash aérien car il était nationaliste.
      Elle m’a dit que les polonais haïssait Poutine. Qu’il se croyait en URSS et voulait quelque part, reformer l’URSS avec la Russie et les pays alentours. Qu’ils en avaient marre des anciens du KGB et de la corruption hallucinante qui régnait partout, y compris dans la police.
      Qu’ils preferaient cent fois être "rattachés" à l’Europe. Ce à quoi j’ai répondu que ça allait être 1 milliard de fois pire et qu’ils ne se rendaient pas compte de ce qu’ils faisaient...
      Mais oui, les américains sont bien derrière tout ça, mais n’ont pas grand chose à faire pour attiser cette haine.


  • "Paulo"
    Je vous remercie de dire qu’il faut toujours "nuancer" ce qui se dit ou s’écrit ! Je suis parfaitement d’accord avec vous , surtout qu’il faudrait lire des pans de bibliothèques pour arriver finalement à une vision partisane.
    La "tolérance" dont vous faite l’éloge pour la Pologne se limite à l’aristocratie d’épée, de grands commerçants (dont banque), d’ église ; l’opportunisme fait aussi partie de "la tolérance"(appropriation de nouvelles terres et des peuples qui y vivent (taxe et approvisionnement donc enrichissement) . Les peuples , plus de 90% des individus, servent, la soupe, composent les armées qui mènent à des boucheries innommables, aux profit des susnommés .
    N’oublions pas les guerres joyeuses qui durèrent pendant des siècles entre les catholiques , les orthodoxes et les musulmans (Turquie) qui s’ajoutent aux guerres des "tolérants" et "intolérants" que vous citées .
    Pour ce qui concerne Staline , celui-ci à succédé à Lénine, judéo-bolchévique qui a commencé : massacre, déportation, camp de concentration (Koulak), meurtre politiques,guerres civiles , etc... (avec au départ 25.000 hommes comme aujourd’hui à Kiev pour les nazis) . Tout ceci avant l’arrivée du nazisme ! Staline qu’on accuse de tous les maux (mais nuançons) a continué l’oeuvre destructrice de reconstruction en se débarrassant de la branche judéo-bolchévique en les massacrant au fur et à mesure tant il avait peur de leur pouvoir : il en est devenu paranoïaque et alcoolique .A cet égard Staline et Hitler on au départ travaillé la main dans la main pour mettre l’Europe en "coupe réglée". Aujourd’hui les dictatures démocratiques tolérantes de l’ Occident ont décidé que l’Ukraine leur appartenaient : toute l’ Ukraine ! Et menace , après la Syrie, le monde d’une guerre sans doute mondiale s’il y a désobéissance à leurs diktats (réécoutez BHL et Verhofstad, Ashton, etc., symboles non-élus de notre démocratie UE ) : les peuples n’ayant rien à dire encore une fois !
    Mais nuançons !
    PS : ERDOGAN fait mille fois pire qu’ Ianoukovitch et l’ Occident se tait dans toutes les langues ! C’est vrai Ianoukovitch n’ a pas été élu démocratiquement : je peux me tromper
    parce que ce même Occident le traite dictateur sans doute car qu’il n’ a pas respecté les diktats de l’UE des USA et d’ Israël !


  • Tiens c’est curieux , des nationalistes d’extrème droite anti Russes et pro euro ??? y a un truc qui cloche là , on peut pas être nationaliste et pour le démantèlement de sa patrie au profil d’une fédération européenne , c’est pas clair du tout , par contre des nationalistes qui profiteraient des actions des fascistes européistes pour tenter de reprendre le pays aux Russes ET à l’union européenne là je comprend mieux . Ils ont pas frappé au bon moment c’est stratégiquement une erreur ils vont bientot le découvrir et ça promet des retournement de veste...


  • Dans ces commentaires, il faudrait différencier ce que veulent les gouvernements et ce que veulent les populations : la Pologne a des liens culturels et historiques forts avec l’Ukraine, les populations en Ukraine ont voulu plus de démocratie, comme les Polonais ont aussi voulu se libérer de la dictature communiste dans les années 80.
    Les liens de la Pologne avec les Etats-Unis datent de cette période. (aujourd’hui, personne ne regrette le communisme en Pologne, et je pense que ce sera pareil en Ukraine, dans quelques années, si l’économie parvient à se renforcer).

    Par contre, la population polonaise n’est pas spécialement pro-américaine, et les citoyens polonais ne savent pas forcément tout ce que font leurs services secrets ou comment ils collaborent avec l’OTAN et les Etats-Unis (de même que les français n’en savent pas plus sur leurs services secrets qui travaillent avec les américains).
    Les problèmes de la population polonaise sont les mêmes qu’ailleurs en Europe : pauvreté, chômage, pb de logement, crise économique, etc - et les polonais sont critiques aussi de leur gouvernement, y compris quand il s’agit de critiquer le fait que la Pologne a collaboré avec les Etats-Unis dans l’affaire des prisons secrètes de la CIA : beaucoup de polonais veulent savoir la vérité et une enquête a été ouverte en 2008, comme le rappelle cet article (qui dit aussi que les Etats-Unis refusent de collaborer) : http://www.infosdefense.com/la-long...

    Le gouvernement polonais est certainement proche du gouvernement des Etats-Unis (seulement sur certaines questions, là où les intérêts sont communs), mais il n’y a pas non plus de grande différence avec l’Etat français : récemment, le président Hollande a bien rappelé que le scandale de la NSA était oublié, montrant ainsi que l’Etat français est proche des Etats-Unis, bien que cela ait provoqué la colère des citoyens français qui défendent la vie privée sur internet. La France est un pays tout aussi stratégique que la Pologne pour les Américains.

     

    • C’est vrai qu’à leur décharge les Polonais il faut leur reconnaitre la gloire d’avoir eu un président américanophobe qui s’est fait buter.


    • Ne croyez pas ce qu’enseignent les gens à la courte mémoire. L’attrait des polonais pour les USA, sans remonter à la révolution américaine à laquelle participèrent des polonais aux cotés de WAHINGTON , remonte non pas aux années 80 , mais aux années 1900 : des centain es de milliers depolonais ont migré vers les USA, envoyant l’argent qui faisait vivre les familles restées au pays .C’était le meme phénomène qu’en ITALIE du sud ! Le reve américain ...Qui a duré jusque dans les années 90 , lorsque, avec les fonds européens , les polonais , à leur tour se sont pris pour des américains . Mais , au cours du siècle , pratiquement toutes les familles ont envoyé des membres outre atlantique avec les quels, elles ont gardé un lien .
      Sur la question de l’ UKRAINE, il faut avoir lu le bouquin de SIENKEWICZ "par le fer et par le feu " qui raconte la révolte des cosaques d’Ukraine au début du XVIIIème siècle contre la noblesse polonaise qui s’était taillé d’immenses domaines jusqu’à la CRIMEE.La situation n’a pas beaucoup évolué : les polonais , catholiques romains , méprisent les paysans ukrainiens, catholiques grecs ( uniates), mélange de races, qu’ils raillent du terme de Katsap...Et ce petit monde déteste les russes , orthodoxes , russophones, et en a la trouille , donc on agit contre eux en se mettant sous le parapluie américain ! Et tous méprisent , détestent et envient les juifs qui se sont toujours enrichi de toutes ces guerres .


  • Il serait urgent que Pascal Lassalle organise une conférence-débat avec alain soral afin de sortir de ce binarisme occident métissolatre, mondialiste, homosexualiste et russie impériale, autoritaire, néo stalinienne sur certains aspects.
    Sur un blog nationaliste, la moindre des choses serait de s’intéresser à ce que disent/pensent les peuples d’Europe de l’est au lieu de s’appuyer sur des analyses biaisées de la propagande des médias mainstream ou russe. Ceux qui voient Poutine en une sorte de héros sorti tout droit de Marvel devraient retourner à leurs chères études. Ceux qui voient des idiots utiles partout de même.
    Décidément ils ne quitteront jamais leurs piaules le jour ou ça commencer a à chauffer en France, de peur d’être qualifié d’idiot utile.
    Et traiter les nationalistes d’ukrainiens de néo-nazis beaufs, ça ne vous rappelle pas les procédés d’un certaine UMPS à notre égard dont le fameux Adolfo Ramirez dit Gazolito ?
    Les algériens qui traitent les ukrainiens d’idiots utiles ou de terroristes me font bien rire, savaient-ils que le gouvernement français usait des mêmes méthodes pour qualifier les indépendantistes algériens ? Terroristes, idiots utiles, mercenaires à la solde de l’URSS et des Etats Unis qui rêvaient tout les deux de voir la France perdre son empire. Il en est de meme à chaque fois que des gens tentent de s’émanciper d’une tutelle.
    Ne tombez pas dans un binarisme niais et improductif.

     

    • C’est factuel pourtant : Svoboska est bien un mouvement néo-nazi, les fondateurs du parti ont participé au massacre de 27 millions de soviétiques au coté des Allemands, majoritairement des civils et pour partie dans des zones qui aujourd’hui sont en Ukraine et en Biélorussie, ils en sont fiers, c’est leur plus glorieux fait d’arme.


  • le 23/02/14 j’avais commenté :
    En plus géographiquement , dans quelques mois un arsenal de missiles et autres bases militaires US ,via la Pologne s’installeront en Ukraine "libérée " , comme proximité avec les russkofs : y a pas mieux !!
    évidemment c’est synthétique , mais on y est presque !
    Alors soit c’était joué d’avance , ou les russkofs n’ont pas été à la hauteur depuis pas mal d’années dans cette contrée , mais cette fois ils vont faire frontière commune du nord au sud du territoire , ( çà pourrait piquer ) .


  • Je ne m’explique pas qu’un peuple, tel que le peuple polonais, qui a été écrasé par des régimes totalitaires impérialistes par deux fois, (l’empire ultra-nationaliste allemand connu sous le nom de III° Reich, et l’empire ultra-socialiste soviétique), puisse se coucher si docilement devant l’empire américano-sioniste ultra-libéral. Je pensais que les Polonais étaient catholiques, et que comme tous catholiques, ils seraient allergiques aux idéologies totalitaires qui nous font tant de mal. A toutes les idéologies totalitaires. Je crois que je me suis trompé !


  • Excellent article ! Perspective géo-politique pertinente et profonde !
    Avec un peut de sociologie..Je retiens particulièrement le fait que lEmpire, les USA sa tète, a bien compris que les groupes soit disant "nationalistes, que ce soit musulmans, chrétiens, ukrainiens, polonais, violet, vert, etc..peuvent facilement être utilisés pour déstabiliser un pays qu’ils en fait souhaitent préserver.
    Pourquoi ? Et bien car ces derniers sont en fait suprémacistes et non pas nationalistes dans le sens internationaliste comme en tous cas certains des hommes en haut à gauche de la page.
    Ils ne sont pas nationaliste dans le respect de "l’autre". Ce ne sont pas des esprits de confédérés..ils n’ont pas cette vision d’un monde déjà globalisé,déjà dans le nouvel ordre..ils ne comprennent pas que ce qui se passe chez eux a un impact direct sur ce qui se passe ailleurs..leur champs de vue est trop étroit..pas d perspective vraiment internationale...
    Il faut trouver un moyen internationaliste ! Un genre de gauche internationale et de droite nationale pour court-circuiter l’Empire sur le point international..exactement comme gauche du travail et droite des valeurs sur le point national..
    Alors on voit quen fait le monde unipolaire empêche cette sorte d’entente entre les Peuples tandis qu’une tentative d’accélération pour essayer de créer un monde multipolaire style droits de l’hommiste ne fait que de jeter de l’eau sur le feu pour des raisons propres aux différentes identités et façons de faire, la diversité nécessaire dans le monde humain (economie, religion, ethnies, races -hé oui désolé-, langues, etc...)
    Il faut absolument faire des alliances internationales entre les mouvements populaires !
    Je te l’ai déjà dis et tu le sais depuis même avant !!! Il faut trouver un moyen, des moyens !
    Seulement voilà, le processus historique de mondialisation est capitaliste. C’est à dire des ressources sont utilisées, la consommation se fait au niveau humain individuel (manger etc..) au niveau de production mode et moyen (entreprise etc..) et aussi au niveau mondial ou international ou global (impérialisme, colonialisme, etc...)...
    Donc, ce processus est basé sur l’exploitation des ressources (toutes ressources) de manière non durable et non sur des alliances entre la chose consommatrice, le consommateur et la chose consommée, l’être exploité....
    Il faut revoir le contrat social et l’adapté à aujourd’hui, au contexte actuel...nous sommes derrière la vague....


  • Excellent article ! Perspective géo-politique pertinente et profonde !
    Avec un peut de sociologie..Je retiens particulièrement le fait que lEmpire, les USA sa tète, a bien compris que les groupes soit disant "nationalistes, que ce soit musulmans, chrétiens, ukrainiens, polonais, violet, vert, etc..peuvent facilement être utilisés pour déstabiliser un pays qu’ils en fait souhaitent préserver.
    Pourquoi ? Et bien car ces derniers sont en fait suprémacistes et non pas nationalistes dans le sens internationaliste comme en tous cas certains des hommes en haut à gauche de la page.
    Ils ne sont pas nationaliste dans le respect de "l’autre". Ce ne sont pas des esprits de confédérés..ils n’ont pas cette vision d’un monde déjà globalisé,déjà dans le nouvel ordre..ils ne comprennent pas que ce qui se passe chez eux a un impact direct sur ce qui se passe ailleurs..leur champs de vue est trop étroit..pas d perspective vraiment internationale...
    Il faut trouver un moyen internationaliste ! Un genre de gauche internationale et de droite nationale pour court-circuiter l’Empire sur le point international..exactement comme gauche du travail et droite des valeurs sur le point national..
    Alors on voit quen fait le monde unipolaire empêche cette sorte d’entente entre les Peuples tandis qu’une tentative d’accélération pour essayer de créer un monde multipolaire style droits de l’hommiste ne fait que de jeter de l’eau sur le feu pour des raisons propres aux différentes identités et façons de faire, la diversité nécessaire dans le monde humain (economie, religion, ethnies, races -hé oui désolé-, langues, etc...)
    Il faut absolument faire des alliances internationales entre les mouvements populaires !
    Je te l’ai déjà dis et tu le sais depuis même avant !!! Il faut trouver un moyen, des moyens !
    Seulement voilà, le processus historique de mondialisation est capitaliste. C’est à dire des ressources sont utilisées, la consommation se fait au niveau humain individuel (manger etc..) au niveau de production mode et moyen (entreprise etc..) et aussi au niveau mondial ou international ou global (impérialisme, colonialisme, etc...)...
    Donc, ce processus est basé sur l’exploitation des ressources (toutes ressources) de manière non durable et non sur des alliances entre la chose consommatrice, le consommateur et la chose consommée, l’être exploité....
    Il faut revoir le contrat social et l’adapté à aujourd’hui, au contexte actuel...nous sommes derrière la vague....


  • Rien de nouveau sous soleil, la technique est née en 1979 avec la déstabilisation et le génocide du Nicaragua par les contras envoyés depuis le Salvador voisin dont elle tire son nom de guerre nicaraguayenne, il y a peut-être même eu des prémices en 1973 quand l’Argentine a fourni son concours pour assassiner Allende au Chili.
    Et depuis on ne compte plus le nombre de pays où ça a été réutilisé avec succès : l’Afghanistan depuis le Pakistan pour contrer l’invasion Russe, le Sierra Leone depuis le Libéria, le Soudan et le Rwanda depuis l’Ouganda, le Congo depuis le Rwanda et l’Ouganda, l’Irak depuis l’Arabie, la Libye depuis l’Egypte, la RCA depuis le Tchad et l’Ouganda... ça commence un paquet de morts mais l’oncle Sam est totalement immorale, il continuera tant que ça marche.
    La leçon a en tirer c’est qu’il est super important de bien contrôler ses frontières sinon la sécurité du territoire est impossible à assurer ! Les insulaires ont bien de la chance dans ce monde moderne ultra-violent !


  • wikipedia :" Donald Tusk appartient à la minorité cachoube de Pologne. Dans une interview avec le journal israélien Haaretz, en décembre 2008, Tusk affirme que sa famille a de lointaines origines juives". Encore l Empire ?


  • la Pologne terre d’acceuil des Nazis aide les Nazis d’Ukraine , rien de plus logique !

    par contre faut pas oublier que les turcs ne sont pas seul a aider les terroristes de Syrie , il y a en tete de liste le Qatar (meme argent qui nourrit le PSG) et bien sur les saoudiens :)


  • "...les groupes nationalistes d’extrême droite risquent de devenir incontrôlables en Ukraine et peuvent mettre en danger l’Union européenne toute entière."

    Bon, ça, franchement, ce ne serait pas une mauvaise chose.
    Ce serait même la première bonne nouvelle de toute cette histoire...


  • J’aime et apprécie les polonais(es), mais ce pays, aux dirigeants corrompus depuis sa libération, a fait un virage de 180° et est devenu un porte-avion servile des US. Il a même eu le culot de se payer des F16 avec les premiers sous injectés par l’Europe...


  • Honnêtement, j’aurais plus dit le jordanien de service. Mais bon, turc, ça marche aussi.


Afficher les commentaires suivants