Egalité et Réconciliation
https://www.egaliteetreconciliation.fr/
 
A A A
imprimer

La République contre les libertés – Conférence de Nicolas Bourgoin

 

L’association Culture populaire recevait Nicolas Bourgoin en mai dernier pour une conférence sur son dernier livre, La République contre les libertés.

 

Voir aussi, sur E&R :

 



Article ancien.
Les commentaires sont désactivés



Alerter

8 Commentaires

AVERTISSEMENT !

Eu égard au climat délétère actuel, nous ne validerons plus aucun commentaire ne respectant pas de manière stricte la charte E&R :

- Aucun message à caractère raciste ou contrevenant à la loi
- Aucun appel à la violence ou à la haine, ni d'insultes
- Commentaire rédigé en bon français et sans fautes d'orthographe

Quoi qu'il advienne, les modérateurs n'auront en aucune manière à justifier leurs décisions.

Tous les commentaires appartiennent à leurs auteurs respectifs et ne sauraient engager la responsabilité de l'association Egalité & Réconciliation ou ses représentants.

  • Je relis 1984 en ce moment, faîtes de même ^^


  • J’adore votre exposé. Slurp approuve ce message !
    Azim


  • Passionnant. Tout comme son livre. merci


  • une vidéo heu.... qui prouve heu.... heuuuuu...... qu’un bon écrivain heu.... ou un intellectuel de qualité heu.... heu.... n’est pas forcément heuuu........... un bon conférencier... (ben quoi, faut être honnête, merde !)

     

  • Ayant vu le présent exposé (merci !) puis découvert dans la foulé qu’Israël légalise le tir à balles réelles sur les lanceurs de pierre, j’en viens à considérer que c’est un minimum de la part de la seule "démocratie" du Moyen-Orient, mais que le problème persistant est le défaut du dispositif préventif (ne craignez pas de déceler de l’ironie dans mes propos)...

    Comme l’explique Nicolas Bourgoin pour... la colonie française d’Israël, lui qui a décortiqué le fameux rapport Bauer (1) de 2008 intitulé "déceler, étudier, former - une voie nouvelle pour la recherche stratégique", on a une visée préventive aujourd’hui dans le droit pénal : la transposition de la guerre préventive au domaine de la sécurité intérieure.

    Pour reprendre les propos de fin d’exposé, le terrorisme est un ennemi transversal : il peut être partout, agir à des échelles multiples. Pour s’adapter à ces nouvelles menaces, l’état doit pouvoir les étouffer dans l’oeuf quand elles ne sont encore qu’au stade d’embryon, non déclarées. C’est la doctrine du décèlement précoce : repérer des signaux faibles de la menace pour la neutraliser avant même qu’elle n’existe réellement. Comme dans l’affaire de Tarnac, il conviendra donc de repérer les genres de vie en marge, non conformes aux attentes : absence de tél portable pour éviter la géolocalisation, défaut d’insertion dans la société de consommation... Faire du préventif, repérer les signaux faibles, implique une surveillance totale de la population, sans être vu, c’est l’idée du panoptique amenant à se soumettre à une censure qu’on s’inflige parce qu’on anticipe la censure ou la sanction réelle.

    Dans cette situation améliorée, il y a une présomption de culpabilité qui pèse sur chaque individu.

    Ainsi, je songe à Israël dans le besoin d’une même inversion du droit pénal classique (qui stipule qu’il n’y a pas de sanction sans fait avéré, sans fait délinquant - il peut y avoir une simple ébauche sous le régime de la tentative, mais on ne peut pas être sanctionné pour une intention). Alors il pourra y avoir suppression préventive de la menace potentielle de jet de pierre...

    (1) Il est parfait ce sioniste, Alain Bauer, fondateur d’une société d’audit en sécurité, conseiller en sécurité sous Sarkosy, très proche de Valls.