Egalité et Réconciliation
https://www.egaliteetreconciliation.fr/
 
A A A
imprimer

La Théorie du roman

Cet essai esthétique du jeune Lukács met en rapport les grandes catégories du genre romanesque et les étapes de l’histoire occidentale : des romans de chevalerie à Flaubert, Tolstoï et Dostoïevski en passant par Cervantes, les grands romans correspondent aux idéaux qui ont commandé à l’histoire de l’Europe.

Il s’agit moins d’une sociologie de la littérature que d’une réflexion sur la philosophie des formes et sur leur enchaînement historique depuis la tragédie grecque et le genre épique jusqu’à l’aube de la réflexion littéraire contemporaine.

198 pages.

 

Se procurer l’ouvrage chez Kontre Kulture

 
 



Article ancien.
Les commentaires sont désactivés



Alerter

1 Commentaire

AVERTISSEMENT !

Eu égard au climat délétère actuel, nous ne validerons plus aucun commentaire ne respectant pas de manière stricte la charte E&R :

- Aucun message à caractère raciste ou contrevenant à la loi
- Aucun appel à la violence ou à la haine, ni d'insultes
- Commentaire rédigé en bon français et sans fautes d'orthographe

Quoi qu'il advienne, les modérateurs n'auront en aucune manière à justifier leurs décisions.

Tous les commentaires appartiennent à leurs auteurs respectifs et ne sauraient engager la responsabilité de l'association Egalité & Réconciliation ou ses représentants.

  • #1818959
    le 14/10/2017 par yéti déporté ds le Benêtland
    La Théorie du roman

    Pour illustrer de quoi parle ce classique du marxisme (Lukacs le 2eme sur le podium après Marx), inspiré de la théorie esthétique de Hegel :
    .
    Antigone exprime la dialectique de l’État et de l’individu, la tragédie de la contradiction de la Cité, c’est du conceptuel (le droit de l’État contre le droit de la personne).
    Chez Balzac (réactionnaire qui avait deux bougies : Dieu et le Roi) les personnages sont marxisés, dans les rapports sociaux vrais (lutte des classes).
    Chez Zola, ils deviennent "naturalistes", descriptifs dans le quasi pornographique (Léon Blois), "sociétalisés" dans une pure description larmoyante, droitdelhommisme bobo Chanel qui se masturbe à la charité... Du concept consistant de la raison à la vertu fat des sentiments...
    .
    Aussi ce genre d’évolution littéraire traduit pour Lukacs "la déconstruction de la raison", des Lumières (pensée dialectique conceptuelle de la bourgeoisie arme de sa révolution future) au sociologisme niais droitdelhommiste insignifiant de la bourgeoisie au pouvoir, arrivée, cherchant alors le statu quo et la fin de la dialectique pour garder son pouvoir.
    .
    Kafka, quand il décrit son château absurde peuplé de fonctionnaires hors sol, ne décrit pas la bureaucratie soviétique, il décrit la modernité qui mène à l’absurde car menée elle même par une logique automatique du Marché, en roue libre sans pilote du Concept, car la dialectique a laissé place au machinisme économique, une bureaucratie de l’efficacité macronienne, sans vision vraie, camouflage, simulacre dirait Baudrillard.
    .
    En gros Lukacs explique que la vraie littérature, réellement art social, ne peut exister que quand il y a une vraie classe révolutionnaire qu’elle décrit. Balzac réactionnaire fait du marxisme, Zola de gôôôôche du libéralisme, une contradiction de la dialectique historique.