Egalité et Réconciliation
https://www.egaliteetreconciliation.fr/
 
A A A
imprimer

La bataille « cruciale et héroïque » se poursuit à Alep…

Ce mercredi, Bachar al-Assad, dans une de ses premières interventions publiques depuis l’attentat du 18 juillet, à l’occasion du 67e anniversaire de la création de l’armée syrienne, a déclaré que celle-ci livrait à Alep une « bataille cruciale et héroïque » pour le destin du pays.

4 000 rebelles ?

À Alep, les rebelles tentaient toujours, ce mercredi après-midi, de s’emparer du siège des services de renseignement de l’Armée de l’Air, situé à Zahra, quartier à environ deux kilomètres au nord-est de Salaheddine. Mais la place repousse depuis cinq jours leurs tentatives. Un responsable sécuritaire syrien cité ce mercredi par l’AFP a estimé à 4 000 le nombre de rebelles présents à Alep ; si ce chiffre s’approche de la réalité, et avec les pertes qu’ils enregistrent quotidiennement, les rebelles ne peuvent qu’espérer retarder la victoire de l’armée, en aucun cas l’empêcher.

Dans son édition du 1er août, Sana annonce la destruction de trois véhicules rebelles à Khanaser dans les environs d’Alep. Au nord de la ville, vers Handerat, où déjà selon Sana l’armée avait tendu le 30 juillet une embuscade meurtrière à une importante colonne ASL, la poursuite d’éléments rebelles motorisés a donné lieu, ce 1er août, à de nouvelles pertes chez les rebelles – des « dizaines de tués et de blessés » – et à la destruction de 4×4 à mitrailleuse lourde.

Des observateurs de l’Onu – qui ont repris du service sous les ordres d’un officier sénégalais – ont déclaré que l’armée utilisait des avions de combat – et les rebelles des blindés de prise – à Alep.

Ce mercredi matin BFMTV a diffusé un reportage sur la ville d’Azaz, située à une quarantaine de kilomètres au nord d’Alep et tout près de la frontière turque. Si la ville est contrôlée par l’ASL, la base aérienne à proximité de cette ville est toujours aux mains de l’armée syrienne.

Sur les autres fronts…

  • Frontière Liban nord :

Un véhicule rebelle intercepté et ses trois occupants – Sana donne leurs noms – tués à Talkhlakh (à une trentaine de kilomètres à l’ouest de Homs et sur la frontière).

  • Al-Qusayr :

Dans la nuit de mardi à mercredi, l’armée a tendu une embuscade à un groupe armé dans la localité d’al-Nizarieh, déjà théâtre d’accrochage le 30juillet : le groupe a été anéanti, Sana donnant le nom de deux d’entre eux. Dans un autre secteur proche d’al-Qusayr, à al-Moj, un local d’insurgés a été attaqué et tous ses occupants tués ou blessés.

  • Homs :

À Talbisah (ou Talbisseh, une dizaine de kilomètres au nord de Homs), plus exactement dans le village d’al-Ghanto, un accrochage avec une bande s’est soldée par des morts et des blessés pour celle-ci, d’autres rebelles se rendant.

En marge de cet aperçu sécuritaire des dernières 24 heures, voici une bonne vidéo de Syrian Truth – sous-titrée en français – ‏qui donne un éclairage sur une unité de combattants islamistes libyens sévissant en Syrie, la « brigade Ummah » dont les principaux cadres sont présentés, avec leur passé libyen récent sinon glorieux.

Une assez belle collections de barbus farouches posant souvent avec le drapeau de leur unité, aux couleurs de l’opposition syrienne. On remarque plus particulièrement dans le lot, avec son type européen et ses ray-ban, Sam Najjar, de nationalité et de mère irlandaises, et de père libyen, un sniper qui exerce donc ses « talents » en Syrie.

Dans la deuxième partie de la vidéo, on voit des ressortissants d’autres nationalités, dont le jeune imam séoudien Salem Kharbi, tué le 26 juillet à Ariha dans la province de Lattaquié, vu déjà dans une autre vidéo mise en ligne sur ce site. Autre mort au champ d’honneur du djihad – le 25 juillet à al-Qusayr -, le franco–libanais Hussam el Cham (un patronyme).

Une immigration de masse qui n’est pas une chance pour la Syrie…

 



Article ancien.
Les commentaires sont désactivés



Alerter

27 Commentaires

AVERTISSEMENT !

Eu égard au climat délétère actuel, nous ne validerons plus aucun commentaire ne respectant pas de manière stricte la charte E&R :

- Aucun message à caractère raciste ou contrevenant à la loi
- Aucun appel à la violence ou à la haine, ni d'insultes
- Commentaire rédigé en bon français et sans fautes d'orthographe

Quoi qu'il advienne, les modérateurs n'auront en aucune manière à justifier leurs décisions.

Tous les commentaires appartiennent à leurs auteurs respectifs et ne sauraient engager la responsabilité de l'association Egalité & Réconciliation ou ses représentants.

  • Une solution simple pour éradiquer ces mercenaires étrangers c’est d’armer la population , même avec des fusils et des pistolets à un coup , le 22lr est un calibre très puissant malgré ce que l’on croit (porté + pénétration), ces mercenaires étrangers n’ayant pas de véhicules lourds c’est fini pour eux ils ne rentrent plus dans une seule ville.

     

    • Je pense qu’il faut laisser l’armée nationale syrienne s’occuper de cette racaille. Je n’ai pas les chiffres exactes mais l’armée syrienne est constituée d’environ 500 000 Hommes près au combat. Armer les syriens serait très dangereux pour la stabilité actuelle et future de la Syrie. N’oublions pas que la Syrie est une mosaïque religieuse. Ceci dit, toutes les communautés vivent en paix et en harmonie depuis des siècles. Ce n’est pas cette racaille venue de Libye, du Qatar ou de la dictature rétrograde de la famille mafieuse des saoud qui va changer cette cohabitation entre les différentes tribus syriennes. Il n’y a pas de problèmes entre les différentes composantes du peuple syrien, il y a seulement des intérêts financiers entre les élites internes (je fais allusion aux dissidents comme Manaf Tlass, pourtant ami d’enfance du président syrien) et externes (tous ces conseils étrangers financés par le Qatar et les états-unis). Laissons l’armée syrienne faire son travail. Le travail qu’ils font est très difficile puisque l’armée est face à des mercenaires étrangers très lourdement armés. Il s’agit de guérillas entre l’armée nationale syrienne (qui puise sa légitimité au sein du Peuple syrien) et des criminels étrangers (majorité des rebelles) et syriens dans une ville de près de 2 millions d’habitants. L’armée a reçu l’ordre de minimiser au maximum toute perte humaine parmi les civiles. C’est donc un travail minutieux qu’opère les forces armées syriennes dans la ville d’Alep. Ces combats peuvent prendre plusieurs semaines. L’usage des hélicoptères est très rare et sert surtout à repérer les poches de bandits.


    • #195945

      Si je ne doute pas de la fidélité du peuple Syrien à son gouvernement national légitime, cette idée, bonne au premier coup d’oeil, serait malgré tout une énorme prise de risque : si les civils ne se servent pas de ces armes contre les terroristes (ou contre l’armée, sait-on jamais) ils pourraient très bien s’en servir contre eux-mêmes (quand le pays est soumis à des combats & qu’il y a de la pénurie...PAN ! Autant dire que la mafia monterait sacrément en puissance). Non, on ne devrait armer la population que lorsque le pays est envahis de l’extérieur par une armée conventionnelle (et non par des terroristes qui peuvent ressembler à tout le monde y compris à votre voisin).

      J’en veux pour exemple la guerre de 1870 qu’on a trop vite fait de balayer d’un revers de la mains comme étant une page honteuse de l’histoire. Et on a tort car s’il est vrai que Napoléon III et l’armée impériale eurent vite fait de se faire coiffer au poteau par les casques à pointe, les pertes prussiennes et françaises sont sensiblement égales...la raison ? Les francs-tireurs, des civils armés et fanatiquement liés à leur empereur et leur nation et qui vont tendre embuscades sur embuscades aux prussiens.
      C’est à partir de cette époque que le militaire allemand sera instruit avec une peur chevillée au corps du ’’terroristen’’*, le franc-tireur déloyal et habillé en civil et qui vous tire dans le dos...d’où l’hyper-violence des occupants allemands en Belgique et dans le nord de la France en 1914 (puis plus tard).

      * terroriste : partisan de la terreur révolutionnaire de 1793, pour les prussiens, tous les révolutionnaires français étaient "Robespierristes fanatiques" partisans de la Terreur. Comme à leurs yeux ce sont des français et comme les français sont de frêles latins lâches et dépourvus d’honneurs : ceux-ci pratiquent donc la guerrilla...d’où le fait que l’on confonde le "terroriste" avec le ’’guerrillero’’.


    • plus y’a d’arme , plus y’a de problemes... et quand les civils sont armés ca devient une grosse pagaille pour savoir qui est qui..il n’y a pas non plus une enorme invasion qui justifierai que le peuple aille se battre en 1ere ligne.

      apparament la population se contente de fuir et de denoncer les rebelles...l’armée peut alors intervenir...
      je pense que c’est le plus efficace....eviter que les rebelles se dissimulent dans la population sinon c est impossible de les deloger sans tuer trop de civils.
      En Libye les civils etaient armés... mais ca n’a pas fonctionné...il y a eu des bombardements aussi..
      Il vaut mieux que ce soit des professionels qui combattent ,ca evite les viols,pillages,reglement de comptes,etc..


    • Pourquoi pas non plus la 22 Court aussi !
      Voire une carabine a Air-comprime 4.5 non ?
      Avec un LAGUIOLE non ?
      Au minimum des carabines en 223 Remington pour au moins percers un simple gillet par-balle
      de classe AIII standard a 200 m !!!!!!

      Et pour les pistolet des 5 derniers metres un bon Makarov en 9mm Makarov !
      Des copies chinoises sont a meme pas 200 Euros !!!!
      http://fr.wikipedia.org/wiki/Makarov_PM
      Et encore !
      Le mieux est que toute personne civil apte doit se porter volontaire auprès de sont armée réguliere !
      Ou il aurra une formation expresse et ne saura point isole !
      Seul les tireurs de precisions ou petit groupe style CRAP , Hubert ect sont forme pour voluer completement isoles dans le camp adverse .
      La plus par de civils campture par les contractor sont justement des simple civil a gauche et a droit plus ou moins isole ou avec leur voicins qui on sortie l’AKM ou le fusil des chasse pour tenter de se friter avec les contractor bien équipe et dument forme pour justement traiter des simple civils !


    • le mieux je pense est de faciliter l’engagement des civils syriens dans leurs armée et de faire de la pub à la télé pour que les jeunes syriens s’engagent pour défendre leur pays !


  • Il est toujours difficile de déterminer chez ce type de mercenaire la part du pseudo-djihadiste et la part du crétin.

     

    • La part de pognon.


    • salam alaykoum
      leurs djihad c’est pour la thune
      ils n’ont aucune relation avec l’islam (soumissin au seigneur unique) la seule soumission qu’ils ont c’est a leurs employeurs
      j’espere qu’un jour prochain tout ceux qui ont la foi en notre seigneur sortiront ensemble ensemble dans toutes les ruecs avec pour seule arme leur foi et confiance totale en dieu et qu’on fasse une priere commune sous le regard des satanistes et qu’on demande l’intervention divine
      autre fois les gens vivant dans le desert quand ils manquaient d’eau ils priaient ensemble cote a cote que le seigneur leurs envoi la pluie et il pleuvait
      si les hommes croient en dieu et le prie sincerement ils les aide
      allah dit priez moi et je vous ecouterai
      ce serait la meilleur manifestation des croyants chretiens ou musulmans pensez y
      le seigneur ne change l’etat d’un peuple que si ce dernier change son etat d’esprit
      la peur c’est comme une anesthesie elle ne dure qu’un temps


  • Ce qui est inquiétant, c’est que les combats à Alep semblent toujours indécis.

     

    • Les combats ne sont pas indécits. L’Armée Arabe Syrienne traite les objectifs avec minutie et méthode. L’expérience russe de deux guerres en Tchétchénie est précieuse. C’est les mêmes barbus que la Russie a affronté et il n’est pas question pour le gouvernement syrien de transformer Alep en Grozny. Donc il faut du temps. Les wahhabites ont été "aspirés" vers la région d’Alep ce qui permet à l’Armée syrienne de moins se disperser, de finir le boulot à Derraa et à Homs et de porter des coups aux islamistes de nature à en finir. Dans un première phase, la tactique des wahhabites a été de projeter de petits foyers très mobiles de manière à limiter la force de frappe de l’Armée Arabe Syrienne tout en ciblant une agglomération (Damas, Homs, Derraa maintenant Alep) dans laquelle la population en masse se lèverait et les soutiendrait. On est du loin du compte. A tel point que même la sécurité du Kurdistan syrien est à présent assuré par les kurdes syriens. Même les kurdes irakiens se sont fait refouler. Les troupes "libérés" ont ainsi pu se redéployer. L’utilisation des hélicoptères et des avions n’est opérante que sur les cibles en rase campagne et de nuit ou pour traiter les postes de snipers. L’Armée Arabe Syrienne reste une armée de conscription et donc pas question d’envoyer de jeunes conscrits se faire aligner dans les vieux quartiers d’Alep ou de Damas. Ne sont engagés que les unités les plus expérimentés. Ce ne sont pas les 3 T 55 pris par les barbus qui feront le poids face aux 1 500 T72. Techniquement, il ne manque que quelques SU 27 qui avaient fait du bon boulot en Géorgie.


  • A 1m20 il dit : "Au dessus c’est Jérusalem !"


  • Quant on voit comment ces terroristes islamistes ont été présenté des années 80 jusqu’à 2001, tel des combattants de la liberté, puis comme des fondamentalistes sanguinaires.

    Je suis curieux de voir comment les historiens vont présenter les années 2000-2020 avec cette subtile transition du djihadisme international de l’opposition frontale avec l’occident au mercenariat de tout les instants pour ce même occident.

    Ils vont devoir sacrément être doués ou plus simplement de bon dissimulateurs pour parvenir à décrire ce cycle de 40 ans absolument incohérent et digne des plus belles théories "conspirationnistes" (sic) pour parvenir à faire ce bouclage historique.


  • Je dis à pseudo musulmans, traîtres de l’islam leurs tombes sont en Syrie


  • Une question me ronge l’esprit, comment se fait-il (à 02mn13) que marwan Ghellish porte une chevalière en or à la main droite, alors qu’en Islam ,il est interdit pour un homme de porter de l’or, dans cette quantité en tous cas, sachant qu’il est à un niveau de respect de la tradition prophétique avancée (barbe et moustache tailléée et peut être bien plus encore), à mon humble avis cela ne colle pas ,pour certains en tout cas la Foi n’est vraiment pas la raison première de leur enrollement dans cette brigade de la mort.


  • Comme l’a bien décrit Chibani84 il ne faut pas assimiler la retenue de l’armée syrienne pour de la faiblesse. C’est exactement le contraire ! La supériorité de l’armée syrienne lui permet de faire un travail très ciblé d’éradication de la vermine. Il est hors de question pour l’armée syrienne d’employer de manière inconsidérée l’artillerie lourde détruisant ainsi son propre pays, provoquant un nombre considérable de victimes civiles


  • Je n’ai pas de doute sur la victoire finale de l’Armée syrienne contre les hordes d’assassins salafistes venus de l’étranger pour semer le chaos au profit du sionisme et du wahhabisme. La Syrie n’est pas la Libye. Damas a des amis (des vrais) partout dans la région et dans le monde. De plus, le gouvernement bénéficie d’un soutien de taille, celui de son peuple et de son armée. Certes, la campagne de dératisation sera longue et difficile vu le soutien considérable du "Monde Libre" (la bonne blague !) à ces milliers d’extrémistes sanguinaires mais elle aboutira au final à l’extermination totale de ces rongeurs et de leurs sales excréments. Vive la Syrie Libre ! Vive Bachar !


  • Au vu des évènements, on peut aussi se poser plusieurs questions.

    Comment se fait-il qu’une armée de centaines de milliers d’hommes ne vient pas à bout rapidement de 4000 ’gueux’ ne disposant pas de couverture aérienne.

    Pour ma part, au-delà de la propagande occidentale, je pense que le régime Assad est bien friable. Son père a réussi a tenir le pays dans un mosaïque compliquée. Probablement le fils n’aura pas été à la hauteur de l’intelligence de son père. La Syrie me semble être un état devenu faible n’ayant plus assez de soutien dans la population. Les civils sont sans doute désespérés, devant choisir entre la peste et le choléra. Si la Syrie était restée un pays fort, elle ne serait pas devenu le jeu de la puissance factice des occidentaux.

    Thierry Messian fait un travail courageux et remarquable mais il doit sans doute aussi taire certaines choses, son parti pris étant évident, je lis ce qu’il dit mais avec des pincettes.

     

    • Selon Meyssan il y aurait plusieurs dizaines de milliers de "contras" actifs en Syrie ou en attente à la frontière de pays comme la Turquie et la Jordanie.
      De plus l’armée syrienne fait un travail de dératisation très précis ville par ville, quartier par quartier, immeuble par immeuble. L’objectif est double : d’une part minimiser au maximum les pertes civiles et la destruction des infrastructure du pays qu’engendrerait l’utilisation de l’artillerie lourde. D’autre part éviter de provoquer des destructions et massacres de civils qui servirait à alimenter la propagande anti-Bachar.
      A vrai dire la méthodologie utilisée par l’armée syrienne semblerait être la manifestation flagrante de sa supériorité et de son unité. En effet seul une armée sure d’elle même peut se permettre une telle retenue. Si le régime était aux abois on s’attendrait plutôt à voir l’armée syrienne faire un usage massif de son aviation afin de raser les zones occupées par les terroristes.
      Si le régime reste uni et l’armée indivisible la Syrie ne pourra pas être abattue. Et même au cas d’une intervention aérienne de l’Otan nous risquons d’assister à un scénario à la libanaise.


    • Militairement mener des combats en site urbain est de loin le plus difficile si on ne vise pas à tout raser, syndrome Stalingrad. Les combats menés en ex Yougoslavie, à Grozny en 1994-1995 ou par les israéliens au Sud-Liban en 2006, témoignent de la difficulté de l’exercice. Auquel cas effectivement le pilonnage à l’artillerie lourde peut suffire, encore que l’exemple sioniste a montré ses limites... Techniquement la Syrie manque d’appui feu, de bons vieux Su 25 auraient fait l’affaire comme en Géorgie. L’Armée Arabe Syrienne compense par l’utilisation d’hélicoptères Mi-24D/V avec un canon YakB à 4 tubes de 12,7 mm en tourelle, 4 AT-2 et des paniers lance-roquettes avec chacun 16 roquettes de 57mm. Les snipers n’ont qu’à bien se tenir.
      En théorie, l’infanterie mécanisée et les chars s’appuient mutuellement. Les chars constituent le fer de lance, l’infanterie mécanisée les protège contre ce qui peut le menacer, en premier lieu l’infanterie adverse, et l’artillerie appuie l’engagement de ces deux premiers éléments suivant les relevés transmis par les opérateurs de tir. L’infanterie mécanisée à souvent du mal à suivre les chars et le blindage de ses véhicules est trop léger pour le champ de bataille moderne et pire urbain. Les Russes se sont aperçus que le problème venait surtout d’un manque de puissance de feu de saturation anti-personnels à longue distance, seule à même de contrer la menace de l’infanterie antichars. Finalement, le meilleur système d’appui feux, des chars de bataille comme des fantassins, était l’engin antiaérien ZSU-23-4 capable de projeter 3 500 obus de 23 mm à plus de 2 000 m en une minute. Son blindage très léger le rend néanmoins très vulnérable. Ils ont donc imaginé d’utiliser des châssis de chars de bataille, le T-72 en l’occurrence, pour développer un véhicule spécifique d’appui feux, le BMP Terminator, à la fois mobile, fortement blindé et puissant avec ses deux canons de 30 mm, deux lance-grenades automatiques AGS-17, une mitrailleuse de 7,62 mm et un lance-missiles AT-9. Avec cet engin le boulot est bien fait. Mais il n’y a que les Russes qui en disposent. Aucune autre armée au monde n’est équipée pour mener ce type de mission. Du coup ça prend plus de temps.


  • On est à un mini tournant du conflit : les "rebelles" s’en sont pris au patriarche d’un puissant clan sunnite d’Alep, le clan Bary.
    Ils l’ont torturé, lui et plusieurs membres du clan avant de les abattre comme des chiens et tout ça en filmant leurs méfaits.
    Résultat l’ensemble des tribus de la région d’Alep ont convenu de s’unir et de prendre les armes contre les "rebelles".
    Les résultats ne se sont pas faits attendre : un poste "rebelle" aurait été détruit par les miliciens Bary.


  • J’en ai marre de tous ces ignares qui critiquent l’Armée syrienne parce que celle-ci ne serait pas "assez fiable" dans sa lutte contre quelques milliers de terroristes. N’importe quels pays au monde peut difficilement gérer une situation où des milliers d’envahisseurs fanatisés, armés jusqu’aux dents et fortement imprégnés de la culture du suicide et de la sodomie, sèment le chaos avec le soutien absolu des puissances maçonnique occidentales et de leurs acolytes arabes. Il ne s’agit pas d’une guerre classique entre Etat à Etat mais d’une vaste opération "militaro-policière" compliquée contre un ennemi lâche bénéficiant d’un soutien extérieur total et qui use de la guérilla de harcèlement, d’embuscades et de la terreur pour déstabiliser la Nation. Ces pleurnicheuses qui viennent "ici" ne sont pas assez futé pour comprendre que la Syrie est la cible d’une conspiration mondiale sans précédent. Croient-ils que la France saurait faire face avec plus de succès si l’Empire lançait à ses trousses tous ses sbires ? Alors de grâce, un peu de respect, Messieurs les guerriers du Net, à l’endroit de l’Armée syrienne et de son indescriptible héroïsme dans sa lutte contre la pieuvre globaliste !

     

    • Sans vouloir relancer le débat, rappelez vous par exemple de Merah. Un jihadiste armé, seul qui tient 32 heures, face à l’élite de notre police gavée de benzédrine et disposant de tous les moyens. L’Armée Arabe Syrienne fait face à des centaines de Merah déterminés, ayant eu du temps pour préparer les lieux qu’ils ont investi (tunnels, caches, passages dérobés, pièges,etc), dans de vieux quartiers où manoeuvrer est très difficile , où l’essentiel du boulot s’effectue à pied, où un sniper peut bloque rune rue et une compagnie. On parcourt pas, on fouille pas plus de 3 km² urbain en deux heures ou en deux jours....On est pas dans une série américaine, il y a longtemps que les rambo ont quitté le terrain les jambes en avant.


    • c’est quand même étonnant que les terroristes s’infiltrent si facilement dans le pays !
      comment se fait-il que , malgré les satellites russes( du moins je suppose que Poutine transmet des images satellitaires à son homologue syrien), les frontières syriennes demeurent de véritables passoires ?
      il est évident, par ailleurs, que le but de l’Empire est de transformer Alep en une nouvelle Grosny !


  • @kirikoo
    tu te trompes ,il ne s’agit pas de 4000 gueux ,ils sont aussi bien armés (l’infanterie en tout cas) que l’armée syrienne et surtout ils sont aidés autant que possible par l’otan et tres directement par les turcs .souhaitons que l’armée syrienne debarrasse son pays et la planete de ses barbares le plus rapidement possible

     

    • il faut surtout prier !! un jour ou l’autre, ces barbares déferleront sur la France- comme ils ont déferlé sur l ’ex-yougoslavie ! et c’est peut-être ce à quoi travaille le Qatar : faire diversion avec le PSG , tout en recrutant une armée de réserve dans nos chères banlieues...jusqu’à ce que nos maîtres décident d’appuyer sur le bouton rouge...


    • Assad a pensé à tort comme Kadhafi que la révolte à laquelle son régime doit faire face ne consistait seulement qu’à ramener à la raison des « jeunes un peu trop excités » par les « printemps arabes ». La réaction de l’Armée Arabe Syrienne a été au début assez molle. Quelques snipers, des images de matraquages même musclés, méthodes courantes des Polices des pays arabes, montrent clairement que le but du gouvernement syrien n’était pas de détruire ces pauvres lobotomisés par les réseaux Twitter et Facebook mais seulement de les effrayer. Ce n’est qu’à partir d’avril 2011 que l’armée syrienne a changé de ton, les manifestants étant devenus des rebelles. Face aux menaces de l’OTAN, la réaction des défenses anti-aériennes a été une action importante avec le F4 turc abattu, les mouvements des navires russes et chinois prévenant tout blocus de fait.
      Mener une guerre contre un ennemi, quel qu’il soit et quel que soit la forme « légale » de cette guerre exige de l’attaquer. On ne doit jamais se battre comme l’adversaire le souhaite ou se l’imagine. Il faut le prendre systématiquement au dépourvu, à défaut, par surprise, être là où il ne s’y attend pas. L’Armée Arabe Syrienne a surpris son ennemi doublement d’abord en bénéficiant du soutien du peuple syrien et en utilisant maintenant l’avantage de sa supériorité aérienne.
      Il est probable que si les pays appartenant l’OTAN estiment qu’intervenir contre la Syrie ou pire contre l’Iran leur occasionnerait des pertes tant humaines que matérielles importantes, ils renonceront à participer. Le conflit libyen a montré que les forces de la coalition étaient au bord de la rupture. Pour gagner, elles n’ont fait que s’adapter à leur situation assez précaire et ont précipité les choses en attaquant Tripoli à la va-vite, quitte à subir de lourdes pertes dans les rangs des insurgés. Les forces de la coalition n’auraient que difficilement pu tenir un mois de plus vu les coûts de l’opération, la fatigue des troupes et l’usure des matériels. Ce qui visiblement Assad a compris.


  • Afficher les commentaires suivants