Egalité et Réconciliation
https://www.egaliteetreconciliation.fr/
 
A A A
imprimer

La confusion entre les sexes et l’extinction de la véritable virilité

De même qu’il est difficile de se faire une idée exacte de la taille d’une montagne lorsqu’on est réellement sur la montagne, de même il est difficile de comprendre à quel point un changement est révolutionnaire lorsqu’on est en pleine révolution. Et nous sommes aujourd’hui au milieu d’une grande révolution, d’un changement dramatique dans notre façon de comprendre la nature humaine. Autrement dit, notre culture en Occident est en train de changer la façon dont elle comprend le genre.

 

Ce changement est global et s’exprime dans des mouvements aussi importants que le féminisme, les droits des homosexuels, et maintenant les droits des transgenres.

Il ne s’agit pas de peaufiner ou de bricoler les approches passées. Les approches passées ne sont pas tant modérément modifiées que complètement renversées. La révolution concernant le genre est radicale et véhémente, et comme tous les révolutionnaires pieux, ses partisans ne font pas de prisonniers, ce qui explique en grande partie la violence rhétorique et verbale dans les guerres culturelles américaines. Si le Seigneur tarde, les historiens, des centaines d’années plus tard, se souviendront de la fin du XXe siècle et du début du XXIe siècle comme de l’époque où l’Occident a fait la guerre sur la façon dont ses ancêtres comprenaient les différences de genre depuis des temps immémoriaux. Ceux qui lisent la sociologie parleront d’un changement fondamental de paradigme. Ceux qui lisent Screwtape se demanderont si la révolution n’est pas le résultat de décisions d’une grande portée prises par « notre père ici bas ».

L’ancienne approche considérait le genre comme un don divin. Les textes judéo-chrétiens parlaient de notre existence sexe-spécifique et des différents rôles que Dieu a ordonné à la création : « Ainsi Dieu créa l’homme à son image, à l’image de Dieu il le créa, homme et femme il les créa », (Gen 1, 27). L’Islam a hérité de cette compréhension du genre, et même les païens qui n’ont pas lu les Écritures d’aucune sorte ont compris que la masculinité et la féminité étaient des catégories fondamentales et stables. C’est pourquoi ils ont privilégié le mariage légal à la sexualité non réglementée. Certains païens (les Grecs par exemple ; les Romains étaient plus lents à suivre) n’avaient aucun problème avec la pédérastie, mais ils ont toujours insisté sur le mariage hétérosexuel comme fondement d’une société stable.

Pour tout le monde, jusqu’au milieu ou à la fin du XXe siècle, vous étiez né homme ou femme, à l’exception de quelques rares anomalies anatomiques ou médicales, qui vous mettait sur la voie de la vie et vous donnait des rôles et des responsabilités spécifiques. Les hommes devaient se comporter d’une certaine manière, tout comme les femmes. Certes, les comportements prescrits comportaient un certain degré de latitude – par exemple, le comportement du « garçon manqué » était encore acceptable pour les filles, et les hommes pouvaient tricoter s’ils le voulaient – mais la voie de base était assez claire, même si elle était souple. Et cela ne se limitait pas aux traditions judéo-chrétiennes ou islamiques. Comme l’illustre C.S. Lewis dans son livre L’abolition de l’homme, ces normes se retrouvent dans toutes les cultures. Il l’appela « le Tao », et le reconnut comme la pratique universelle de l’humanité.

La révolution en Occident a commencé dans les années 1960, avec ce que l’on appelait alors la « Libération des femmes ». Ce mouvement a trouvé une acceptation culturelle parce qu’une grande partie semblait être le simple bon sens et parce que le mouvement des Suffragettes réclamant le droit de vote pour les femmes avait en partie préparé le terrain pour cela. Bien qu’elle n’introduise pas de changement radical ou nuisible dans la compréhension de base des rôles de genre, le mouvement de « Libération des femmes » a préparé les gens à considérer le changement comme une chose essentiellement bonne et nécessaire, et cette ouverture au changement continuera à gouverner les attitudes de base lorsque des changements plus profonds seront proposés. Ce mouvement s’est aussi largement inspiré du langage des droits civiques raciaux et s’est présenté en termes de lutte analogue. L’accent est mis ici sur le mot « lutte », puisque le mouvement a utilisé la tactique de protestation (célèbre pour sa mise au bûcher symbolique du soutien-gorge et ses marches), et pour avoir qualifié ses opposants d’ennemis de l’illumination et du progrès. Les germes d’une future guerre culturelle peuvent donc être retracés dans cette prédilection précoce pour la protestation.

Malgré le recours à la dénonciation colérique de l’oppression perçue et à la rhétorique incendiaire qui caractérisent de plus en plus le mouvement féministe diversifié, les changements radicaux sont d’abord apparus avec le mouvement des droits des gays. Ici aussi, nous observons une progression. Ce qui a commencé par un simple acte de décriminalisation s’est poursuivi par une demande d’acceptation sociale d’un mode de vie alternatif comme s’il était aussi valable que le mariage traditionnel. Ainsi, il y a d’abord eu des demandes d’acceptation sociale et de non-discrimination, puis une demande d’unions civiles légales entre homosexuels, et enfin une demande de mariage légal pour eux. L’affirmation selon laquelle la masculinité et la féminité n’étaient pas des rôles universels, mais simplement des réalités anatomiques qui ne comportaient aucun rôle ni aucune norme sociétale, était inhérente à ces exigences. Ainsi, on pourrait naître anatomiquement mâle tout en recherchant l’union sexuelle (socialement légitimé par le mariage) avec un autre homme – ou avec des hommes et des femmes. L’anatomie a été définitivement dissociée du rôle de genre et de la « préférence » sexuelle qui l’accompagne. En effet, le langage même utilisé – « préférence sexuelle » – présuppose qu’un sexe puisse être préféré aussi facilement qu’un autre. Autrefois, les hommes ne « préféraient » pas les femmes, mais étaient ordonnés à ce choix, si ce n’est par désir sexuel interne pour les femmes sur les hommes, du moins par la loi divine. Or, on pourrait « préférer » le mâle à la femelle aussi facilement et légitimement que l’on pourrait préférer le chocolat à la vanille.

L’étape suivante consistait à scinder l’anatomie non seulement en fonction du rôle du genre, mais aussi de l’identité de genre. Dans cette démarche de légitimation du trans-genderisme, il a été affirmé que l’on peut naître anatomiquement masculin tout en « étant » une femme. Il n’y avait aucun moyen objectif de dire si une personne « était » un homme ou une femme. Tout dépendait maintenant des sentiments subjectifs d’une personne et du sexe auquel elle s’identifiait. Et tout au long de cette longue progression du changement, ses défenseurs ont continué à employer la rhétorique des droits civils, dénonçant avec indignation leurs opposants en tant que bigots et néandertaliens culturels. Les guerres culturelles faisaient maintenant rage. Dans le vacarme, la voix de la foi chrétienne historique, pleine à la fois de normes inviolables et de subtiles distinctions nuancées, était généralement couverte et inaudible.

Ainsi, ceux qui s’identifient comme gays ou transgenres occupent maintenant le rôle de nobles victimes en danger constant de violence, tandis que ceux qui s’opposent à la nouvelle révolution occupent le rôle de dangereux criminels culturels, dont l’opposition bigote face à la nouvelle révolution menace la vie même de ceux qui composent la communauté LGBQT. Ceux qui assignent ces rôles sont souvent motivés par une attitude moralisatrice qui ne fait aucun prisonnier et justifie la haine, la colère et l’intimidation.

La révolution est prête à se poursuivre, animée par sa propre logique intérieure. Si l’anatomie physique ne compte pour rien, alors elle ne compte pour rien. Si la volonté (ou la préférence) est souveraine, alors elle est souveraine. Cela comprend non seulement le sexe du partenaire sexuel, mais aussi le nombre de partenaires. Ou l’âge des partenaires. La pédophilie (ou « attraction vers les mineurs » comme elle se nomme) est actuellement hors de portée de l’acceptabilité générale, mais le paysage du débat et ses frontières changent rapidement. Personne vivant en 1950 n’aurait pu prévoir la situation actuelle. Il est donc possible que l’appel actuellement radical à l’acceptation de « l’attraction vers les mineurs » devienne un jour un courant dominant. (Ceux qui pensent que j’invente un nouvel ennemi à des fins polémiques peuvent se référer à cette vidéo). Personne ne sait où la révolution s’arrêtera. Personnellement, je crois que la fin n’est pas encore en vue.

La question demeure : quel est le problème avec la révolution ? Qui souffre ? Certes, la révolution de genre (ou « confusion des genres », selon les points de vue) bouleverse la façon dont l’humanité s’est considérée depuis le début, pourquoi est-ce si mal ? Beaucoup de choses pourraient être dites, mais une seule réponse devra suffire. Dans le nouveau paradigme qui nous est offert, ce qui était autrefois considéré comme la « vraie virilité » est étiqueté toxique à certains endroits, et est en voie de disparition rapide.

Qu’est-ce que cela signifie d’être un homme « véritable » ? La vraie virilité implique plus que de simples « préférences » sexuelles ou la question de savoir qui sort les poubelles. Il s’agit d’un symbolisme primordial qui se définit de lui-même et d’émotions qui jaillissent des niveaux cachés les plus profonds. Être un homme véritable, c’est avoir des relations avec ceux qui sont plus faibles, notamment les femmes et les enfants, en faisant preuve de bravoure, de protection et d’abnégation. (Les chrétiens noteront que c’est ainsi que le Christ, en tant qu’homme réel, est apparenté à son épouse, l’Église.) On le constate de mille façons : l’homme fait sa demande à la femme à genoux (et non l’inverse), et en situation de danger, l’homme défend la femme même au prix de sa vie. Et ce dernier exemple ne s’applique pas seulement à la femme de l’homme, mais à toute femme, précisément parce qu’elle est une femme. La féminité était considérée comme sacrée en soi.

C’est ce qu’on a pu observer dans les enquêtes qui ont suivi le naufrage du Titanic : les témoins ont insisté sur le fait que certains canots de sauvetage ne contenaient que des femmes et des enfants, les hommes se sacrifiant pour les sauver. Faire quoi que ce soit de moins – prendre une place dans un canot de sauvetage qui aurait pu être prise par une femme ou un enfant – aurait porté atteinte à leur virilité. La virilité et la masculinité, de plus en plus considérées comme toxiques par définition, incluaient à la fois le symbolisme et les actions de la bravoure. Un homme véritable était un chevalier.

Il est vrai, bien sûr, que les actes de bravoure et d’abnégation peuvent être et sont commis par des femmes et des enfants, et bien sûr par des homosexuels et des trans-genres. N’importe qui peut devenir courageux. Mais c’est justement là l’essentiel : puisque la bravoure et l’abnégation ne font plus partie de ce que signifie être un homme, on ne fait de tels actes héroïques que si on est un héros. Mais l’héroïsme n’est pas courant (c’est pourquoi il est applaudi lorsqu’il est découvert). On peut ou non se sentir appelé à l’héroïsme et à la bravoure. Mais dans le vieux paradigme, un homme se sacrifiait non pas parce qu’il se sentait appelé à un héroïsme extraordinaire, mais simplement parce qu’il était un homme. Le rôle de genre dont il avait hérité en vertu de son anatomie contenait l’impératif moral de se sacrifier, le cas échéant, pour les femmes et les enfants.

C’est justement cette protection que les vrais hommes offraient autrefois qui est si désespérément nécessaire aujourd’hui. Nous comptons maintenant sur « l’éducation du public », (c.-à-d. la propagande) et la stigmatisation associée au fait d’être politiquement incorrect pour motiver les gens à la galanterie, au sacrifice de soi et à la bravoure. Nous pouvons voir à quel point cela fonctionne (ou ne fonctionne pas) et à quel point les nuits restent dangereuses pour les femmes et les autres personnes vulnérables. Le cri de ceux qui essaient d’éduquer le public est de « reprendre le contrôle de la nuit ». Il serait peut-être plus utile de réfléchir d’abord longuement à la façon dont ce contrôle a été perdu.

En complément, lire sur E&R :

 






Alerter

58 Commentaires

AVERTISSEMENT !

Eu égard au climat délétère actuel, nous ne validerons plus aucun commentaire ne respectant pas de manière stricte la charte E&R :

- Aucun message à caractère raciste ou contrevenant à la loi
- Aucun appel à la violence ou à la haine, ni d'insultes
- Commentaire rédigé en bon français et sans fautes d'orthographe

Quoi qu'il advienne, les modérateurs n'auront en aucune manière à justifier leurs décisions.

Tous les commentaires appartiennent à leurs auteurs respectifs et ne sauraient engager la responsabilité de l'association Egalité & Réconciliation ou ses représentants.

Suivre les commentaires sur cet article

Afficher les commentaires précédents
  • #2173808
    Le 8 avril à 15:48 par Gerard John Schaefer
    La confusion entre les sexes et l’extinction de la véritable virilité

    En illustration, vous mettez une sculpture de Michel-Ange, un homosexuel.

    C’est sa vision de l’homme.
    Une idéalisation, du moins.

    C’est dingue, ce besoin de se représenter, et de le montrer aux autres...

     

    Répondre à ce message

    • Vous préférez la vision d’un obese américain avec son hamburger ?
      Le canon de beauté grecque reste une référence quand même. Et voir cette statue en "vrai" est très impressionnant, sa dimension et les rapports de proportion et de perspective donne le frisson.
      Comme on peut voir 100 fois le printemps de Boticelli sur un ecran, mais le voir en vrai est un sentiment de beauté et de perfection qu’on n’imagine pas ressentir.

       
    • Seul un cerveau extrêmement masculin et viril comme celui Michel-Ange aurait pu créer toutes ses œuvres et avoir tant de génie.
      Et c’est justement ça la question, celle de la virilité perdue et de la féminisation des hommes, au-delà même des orientations sexuelles.
      Une œuvre de Michel-Ange convient donc parfaitement pour l’article, bien que cela puisse paraître paradoxal aux premiers abords.

       
    • #2174002

      Pour moi le David de Michel Ange, puisque tel est le nom de cette œuvre en photo de cette page, est la plus belle sculpture jamais réalisée de l’ histoire des Arts : Après que certains esprits bien érudits nous racontent que toute sa vie cet artiste fut tenté par l’ homosexualité... C’ est de la littérature pour potaches.

       
    • #2174820

      Vous avez bien raison : d’ailleurs, ceux qui vous contredisent, avec leurs raisonnement de pédale, le prouvent...

      Mention spéciale à Carlin, beau faux-dillemne.

       
    • canon de la beauté grecque ?, mais la culture grecque est aussi hantée par l’homosexualité. ( une homosexualité non ambigue, éducative et non interchangeable : l’homme viril mûr et l’adolescent encore en apprentissage de la vie). rien n’est simple.
      dans le banquet de Platon, le véritable amour valorisé est celui entre les hommes, curieux non ?

       
  • Dans le genre humain y a l’homme et puis y a la femme.-

     

    Répondre à ce message

  • D’une façon certaine la société moderne a un sale genre..,

     

    Répondre à ce message

  • La révolution sexuel et la liberté sexuel mis en avant dès les années 60 financé par Rockefeller relayer par les politico médiats , ont pris des milliards de gens voir plus pour des idiots , pour une raison : si la liberté sexuel n’existait pas personne sur terre ne serait ici même , pire depuis que les médiats mettent en avant cette liberté on fait marche arrière , donc il s’agit d’emprisonner les personnes dans un système entièrement basé sur la contraception , le mariage homo en fait parti puisqu’il est entièrement soutenu par le contrôle des populations .

     

    Répondre à ce message

  • On est dans l’époque des christoïdes, des êtres entièrement définis négativement par la rhétorique du Christ.

    Il a dit qu’il était le glaive venu briser les familles, c’est à dire venu briser toute ressource d’identification humaine positive et naturelle, comme l’est la différentiation sexuelle.

    Saint Paul le dit très bien dans le parfaitement christique "...il n’y a ni homme ni femme...".

    Maintenant on y est, après avoir tenu 2000 ans, la société humaine naturelle finit d’être mise en pièces par le glaive de l’inversion des valeurs et de la négativité christique.

    L’inversion des valeurs c’est le glaive lui-même, qui fait que l’homme naturel et viril doit être détruit parce que c’est un premier qui opprime des derniers : par sa simple existence il opprime moralement les "derniers" que sont les christoïdes LGBTQ et qui sont les premiers en droit christique.

     

    Répondre à ce message

    • A noter que la destruction de l’homme naturel viril n’est qu’un exemple d’une néantisation générale de dimension métaphysique :

      écoutons la Parole du Père du Christ, celui qui a révélé à tous la Vérité du Fils, à savoir Hegel :

      "Nous disons que toutes les choses [...] passent en jugement et nous avons en cela l’intuition de la dialectique comme de la puissance universelle irrésistible devant laquelle rien, quelque sûr et ferme qu’il puisse paraître, n’a le pouvoir de subsister" [...] "La dialectique est l’expression de la puissance de Dieu" (j’ai mis en gras le coeur de la pensée de Dieu, qui est destruction de toute chose)

      Le Père véritable du Christ est donc le responsable de la dévastation du 20ème siècle, via la Vérité du Mauvais Fils, le fils de la Matière, à savoir Marx, celui qui a dialectisé la dialectique : idéalisme_dialectique(idéalisme_dialectique() = matérialisme_dialectique() c’est à dire lui a fait trouver sa Vérité socio-économique concrète et réelle.

      Le Dieu d’Amour que le Christ désigne comme son Père n’est que le moment négatif du Dieu de Guerre judaïque qui, lui, possède la Vérité Première, celle qui va trouver son achèvement dans le discours de Hegel.

      (je précise que le coeur de la destruction n’est pas constitué des ravages matériels de la guerre mais par le néant de pensée qui caractérise l’humain post-moderne, entièrement dédié à la consommation et à la régression idéologico-religieuse.)

      Je pose la question, en tant que penseur français dépositaire de la rationalité euro-grecque : est-ce qu’un jour on va pouvoir sortir de toutes ces CONNERIES sorties de la mentalité d’une tribu nomade dont la seule compétence était la razzia et l’oppression des femmes ?

       
  • Une vidéo qui démontre la malfaisance d’un certain féminisme… excellent exposé de cette jeune anglaise sur le danger que cela représente :

    https://www.youtube.com/watch?v=PQP...

     

    Répondre à ce message

  • #2174858
    Le 10 avril à 11:03 par Avion à réaction
    La confusion entre les sexes et l’extinction de la véritable virilité

    Prendre les canons Grec pour valoriser la virilité ? Ok pas mal..

     

    Répondre à ce message

    • dans les codes culturels grecs (beauté force et sagesse) c’est le corps de l’homme qui est esthétiquement idéal car il allie justement force et beauté, (la dynamique contre la rondeur) d’ailleurs si on analyse l’iconographie et la sculpture grecque, si l’homme est puissant et viril, la femme a toujours un côté un peu hommasse, il lui manque une "langueur féminine, l’homme et la femme sont donc esthétiquement idéalisés selon des critères masculins .

      tout comme dans les règles culturelles de l’homosexualité grecque : c’est le maître plus âgé qui est l’actif et le giton le passif, toute inversion de ce principe est faute grave et sévèrement dénoncée et sujet de mépris (voir les démélés d’Alcibiade avec la justice).
      il n’y a donc aucune ambiguité entre le viril et le féminin dans la culture de la Grèce antique

       
  • #2175008
    Le 10 avril à 13:53 par dit en passant (e)
    La confusion entre les sexes et l’extinction de la véritable virilité

    L’absence des pères et l’oubli ou l’ignorance totale de leur rôle dans l’éducation des fils en particulier me paraît la chose la plus grave et même la plus tragique que l’on ait à vivre aujourd’hui.
    Un homme est avant tout, pour moi, un père qui a eu un père qui a eu un père ..

     

    Répondre à ce message

  • juste pour le plaisir je ne peux résister de vous faire partager cette somptueuse parade entre de vrais hommes virils et de vraies femmes feminines :
    https://www.youtube.com/watch?v=Q_f...

     

    Répondre à ce message

  • Brillant comme d’habitude. Fuire ses responsabilités d’homme ou de femme voilà tout, rien à voir avec une préférence sexuel ou de "genre". Ils veulent faire oublier qu’il y a des millions de façon d’êtres un homme/femme mais que pour faire une société on s’appuie sur ce que nous avons en commun (sta, ce qui ne change pas) : notre état naturel pour construire notre état politique. Sans responsabilité pas d’état, sans état c’est la loi du plus fort et la guerre de tous contre tous.

     

    Répondre à ce message

Afficher les commentaires précédents