Egalité et Réconciliation
https://www.egaliteetreconciliation.fr/
 
A A A
imprimer

La croissance ? Quelle croissance ?

Par Jacques Sapir

La presse, surtout sociale-libérale, se remplit d’optimisme et de commentaires flatteurs pour notre Président à la vue des derniers chiffres de l’INSEE. Au second semestre 2013 la France aurait connu une croissance de 0,5%, Alléluia ! La croissance revient donc… Les commentateurs feraient cependant mieux d’être plus prudent et de lire plus attentivement le document de l’INSEE [1].

En réalité, le chiffre de 0,5 % est dû à deux facteurs : une hausse de la consommation de 0,3 % et un accroissement des stocks de 0,2 %. Or, les stocks des entreprises avaient baissé de -0,8 % en 2012. Une correction était attendue et on mesure qu’elle reste inférieure à la baisse précédente. Une comparaison des deux premiers trimestres de 2013 avec 2011 et 2012 montre que cet accroissement ne sera pas durable.

 

Source : Informations Rapides, INSEE, 14/08/2013, n°186

 

On peut lire d’ailleurs sur ce graphique la permanence des facteurs qui font stagner le PNB de la France, et en particulier l’évolution de l’investissement et du solde commercial.

Le second point expliquant la hausse du PIB au second trimestre est la hausse de la consommation des ménages. Mais, cette hausse semble s’expliquer essentiellement par des facteurs conjoncturels.

(i) Les dépenses d’énergie ont été anormalement élevées au printemps 2013, résultat du mauvais temps que nous avons subi.
(ii) Les dépenses de consommation courante (habillement et nourriture) continuent de baisser (-2,2 % pour l’habillement et -1,2 % pour la nourriture). Ceci est inquiétant, et montre que le niveau de vie des Français se détériore, ou à tout le moins que le pouvoir d’achat médian (et non moyen) continue de reculer. L’indicateur de pouvoir d’achat par unité de consommation montre d’ailleurs une baisse de -0,2 % sur le premier semestre de cette année.
(iii) Seules les dépenses liées à l’automobile augmentent, mais sont loin (avec 2,2 %) de compenser la baisse précédente (-5,5 %).

En fait, et on le voit sur le graphique 2, la consommation en biens durables des ménages français est en panne depuis maintenant plusieurs années. La crise de 2008 a bel et bien cassé la tendance que l’on constatait depuis 2001. La hausse actuelle de la consommation est donc appelée à ne pas durer.

 

Source : INSEE, base de données

 

De plus, il faut signaler que c’est à la fin du troisième trimestre (en septembre) que se feront sentir les hausses d’impôts. Ces dernières devraient provoquer une contraction de la consommation non-négligeable.

Le plus inquiétant cependant n’est pas là. Il réside dans la poursuite de la baisse de l’investissement (FBCF ou formation brute de capital fixe). Au second trimestre, la chute de la FBCF est de -0,5 %, est celle de la FBCF des ménages (qui par convention n’investissent que dans le logement) de -1,7 %. Sur une année, la chute de la FBCF des entreprises non-financières est importante avec -2,1 %. Seul l’investissement des administrations publiques se maintient, mais il est actuellement à un niveau relativement bas. Cela signifie que l’appareil productif français continue de se dégrader, et en particulier par rapport à l’Allemagne, qui est certes notre principal partenaire mais aussi, du fait de l’Euro, notre pire concurrent. La baisse de la FBCF implique à terme de moindres gains de productivité et donc une hausse relative, par rapport aux autres pays, du coût salarial unitaire réel qui est l’un des indicateurs les plus sûrs de la compétitivité relative de l’industrie française.

On peut constater ce mouvement encore mieux si l’on prend un peu de recul comme sur le graphique 3, où l’on voit la part des investissements français et italiens en pourcentage du PIB.

 

Source : données du FMI (avril 2013)

 

Ceci invalide aussi l’idée, souvent avancée dans les milieux proches de François Hollande, que la France serait dans un « cycle » dont elle aurait connu la phase basse durant cet hiver et qui devrait mécaniquement déboucher sur une phase de croissance pour la fin de cette année. Le « cycle des affaires », pour reprendre une expression qui eut son heure de gloire vers 1920, n’est que le produit d’une économie largement déréglementée. Il n’y eut nul « cycle » dans les années 50 et 60… Ce « cycle » implique pour être établi que l’on démontre les mécanismes des oscillations régulières. Or, tous les indicateurs économiques structurels indiquent au contraire un affaiblissement de l’appareil économique français.

Rien, dans le tableau dressé par l’INSEE, n’incite donc à l’optimisme. Seule une forte croissance mondiale, en supposant que la France puisse en profiter, ce qui est douteux compte tenu du taux de change de l’euro (actuellement de 1,32 USD pour 1 euro), pourrait tirer la croissance. Mais, la crise dans les pays émergents (Chine et Inde) et la faiblesse de la croissance aux États-Unis ne permet pas de compter sur un tel scénario. La croissance mondiale restera faible en 2013 et en 2014.

L’économie française est donc condamnée à la stagnation à court terme et, du fait de la perte de compétitivité de son appareil productif, à la dégradation à moyen terme. Ceci est la conséquence directe de l’euro, comme on a eu à maintes reprises l’occasion de le dire et de le prouver sur ce carnet. La seule solution qui permettrait d’emprunter un chemin radicalement différent et de redonner espoir tant aux entreprises qu’aux travailleurs français (qui constatent, eux, que le chômage continue d’augmenter) serait de sortir de l’euro pour pouvoir dévaluer, non seulement par rapport au dollar (et à la zone dollar) mais aussi et surtout par rapport à l’Allemagne.

Comprendre l’économie avec Kontre Kulture :

Notes

[1] INSEE-Conjoncture, Informations Rapides, 14 août 2013 n°186.

 



Article ancien.
Les commentaires sont désactivés



Alerter

6 Commentaires

AVERTISSEMENT !

Eu égard au climat délétère actuel, nous ne validerons plus aucun commentaire ne respectant pas de manière stricte la charte E&R :

- Aucun message à caractère raciste ou contrevenant à la loi
- Aucun appel à la violence ou à la haine, ni d'insultes
- Commentaire rédigé en bon français et sans fautes d'orthographe

Quoi qu'il advienne, les modérateurs n'auront en aucune manière à justifier leurs décisions.

Tous les commentaires appartiennent à leurs auteurs respectifs et ne sauraient engager la responsabilité de l'association Egalité & Réconciliation ou ses représentants.

  • #499489
    le 22/08/2013 par fred
    La croissance ? Quelle croissance ?

    petit commentaire fruit d’un collègue statisticien à l’Insee :

    "L’ Insee pour les intimes s’appelle La Machine à Trouver ce que l’on cherche ..."

    réponse faite à l’occasion du passage à l’euro SANS influence sur les prix (du en grande partie à l’ajout d’articles sur la liste de référence par jospin 1er sinistre )

    à l’époque , cet ami se demandait même quand les politiques auraient le courage et l’honnêteté de demander un moyen d’arriver à un résultat défini par avance par eux mêmes ... (dans le style Staline : " amenez-moi des coupables ... je vous fournirai les preuves !" )


  • #499535
    le 22/08/2013 par chouardien
    La croissance ? Quelle croissance ?

    Vivement que çà se casse la gueule, tiens !

     

    • #499959
      le 23/08/2013 par PER CAPITA ..................
      La croissance ? Quelle croissance ?

      Ne perdez pas patience ... ça VA se casser la gueule, c’est une question de semaines, voire de quelques mois, mais le "merdier" ne peut jamais durer aussi longtemps que les contributions !..


  • #500025
    le 23/08/2013 par toto
    La croissance ? Quelle croissance ?

    Jacques Sapir fait le constat que tout économiste honnête et sérieux devrait faire :
    - Ce chiffre n’est pas annonciateur d’une reprise car les éléments qui expliquent ces 0.5% de croissance sont soit technique (stock) soit exceptionnel (sur-consommation d’énergie)
    - De même parler de reprise n’a de sens que dans le cadre d’une crise cyclique classique alors que la crise est structurelle (surendettement massif des agents économiques depuis 40 ans)
    Au lieu de cela nos marionnettes médiatiques pensent qu’il suffit d’un retour de la confiance pour la croissance revienne (la crise est d’abord dans les esprits).

    Enfin, et Jacques Sapir n’en parle pas, nous sommes très certainement arrivé au moment où "le temps d’un monde fini commence" (Paul Valery). Nous venons de terminer un cycle long de contrôle et d’exploitation de la planète qui a commencé en 1492 et c’est terminé avec la pseudo-conquête spatiale. Moment paradoxal où l’homme (occidental) a atteint concrètement les limites de son champs d’extension dans une course à l’espace ruineuse et improductive tout en s’enorgueillant d’être l’égal de Dieu.

    Tous ce que nous pouvons faire aujourd’hui c’est de l’optimisation de ce que nous exploitons déjà, processus à rendements décroissants et potentiellement très destructeur.


  • #500063

    ils sont marrant moi je suis commercial et quand mon chiffre augmente de 0.5% je ne dis pas "on est en croissance" je dis "on stagne". Faut vraiment être dopé aux médias et abruti pour intégrer "croissance" quand on parle de +0.5% !!!

    sinon Sapir toujours nickel.


  • #500241
    le 23/08/2013 par davou
    La croissance ? Quelle croissance ?

    C’est pas jouable ... ça tiendrai 1 2 ans tout au plus.
    + le bug du Nasdaq

    Seules dépenses en hausses, les dépenses auto :
    Perso, une vanne EGR qui claque chez le padre, 600 euros de facture.
    On va se déplacer à pieds.

    Quelques bricoles corporatistes tiennent encore sous perfusions (garagistes, diverses épiceries corpo, para-publics), le reste c’est souffrance.
    Et encore avec quelques filouteries même au niveau haut de l’Etat, cf le gaz réfigérant auto
    http://www.lemonde.fr/economie/arti...

    La France emmerde l’Allemagne, mais obéit quand il faut couper le marché iranien ...
    Cherchez l’erreur.